Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Jalousie et relation secondaire

Besoin d'aide
#
Profil

Gatou84

le dimanche 02 mai 2021 à 04h07

Bonjour à tous,

Je suis à la recherche de conseils. Je suis monogame. Plutôt par habitude et norme, je ne me suis jamais questionnée sur le sujet. Jusqu’à ce que je tombe amoureuse d’un homme polyamoureux.
Et là c’est le chamboulement. Il me fait rire, m’inspire, me fascine. J’arrête ici, la liste serait trop longue. Cette personne est tout simplement merveilleuse.
C’est un collègue de travail. Nous ne nous étions jamais vus «  en vrai » avant le début de notre relation amoureuse. Nous nous sommes découverts à travers la caméra (télé-travail et pandémie obligent).
Il m’a parlé de son mode de vie un peu tard à mon goût (j’étais déjà dans une phase où je ne pensais qu’à lui et à la prochaine fois où je lui parlerai).
J’ai été surprise puis l’envie de le voir m’a fait dire «  pas grave je ne te demande pas de m’épouser et de me faire des enfants ». Je voyais plutôt une relation charnelle avec lui. Mon corps le demandait. Je n’étais pas dans un état où la raison l’emporte. Au départ, pas mal aussi à cause de notre différence d’âge, il a 29 ans et j’en ai 36 (blocage lié à la société, c’est dans l’autre sens d’habitude….).
Nous nous rencontrons «  en vrai ». C’est à la fois étrange et naturel. Son âge je l’oublie vite. J’ai des sentiments. J’en avais probablement déjà avant la rencontre physique.
Nous nous sommes découverts pendant 8 mois au travail. Et nous avons passé un mois en relation amoureuse.

Mais voilà. La jalousie est arrivée. Elle a empiré avec les sentiments. J’ai été très jalouse par le passé et je l’ai trop souvent exprimé de la pire des façons. J’ai cependant beaucoup travaillé sur moi et mes dernières relations amoureuses se sont passées à merveille sur ce point, presque plus de jalousie, ou alors très peu, et surtout maîtrisée et passagère.
Aujourd’hui, je m’intéresse de plus en plus au polyamour car c’est tout simplement passionnant et cela me permet de mieux me connaître. Mais voilà, je finis toujours par être jalouse. C’est peut être lié à la vision très monogame que j’ai des relations amoureuses et probablement beaucoup à mes insécurités. Je constate que c’est vraiment ancré en moi.
Mon partenaire a une partenaire primaire. J’ai beaucoup de mal à supporter d’être la seconde. J’ai également du mal à composer avec les incertitudes liées à sa relation et qui m’impacteront tôt ou tard. Sa partenaire primaire vit à l’étranger. Cela fait un an et demi qu’ils ne se sont pas vus. Ils ont prévu de vivre ensemble. Leur projet est d’abord une période d’essai de 3 mois de vie commune et si cela est concluant, elle viendra s’installer avec lui sur du long terme. Mais il y a un mais. La pandémie. Les frontières qui ne rouvrent pas (nous vivons au Canada). Récemment ils ont évoqué une possible rupture parce qu’ils souffrent de ne pas pouvoir se voir.
Je suis frustrée de ne pouvoir faire aucun projet de vie avec mon partenaire (même si c’est beaucoup trop tôt pour l’envisager, je ne peux m’empêcher de faire des plans sur la comète et je tourne en rond dans ma vision monogame de la chose). Il est intransigeant quant à leurs projets. Et moi je bloque sans raison valable puisque dans l’immédiat je n’ai pas envie de vivre avec lui. Dans l’idée en revanche, oui je souhaite vivre avec la personne que j’aime.
Et puis, je persiste avec mes plans sur la comète puisque je ne parviens pas à imaginer ce jour où elle arrivera au Canada. Encore moins la phase des retrouvailles, que j’appréhende beaucoup. Évidemment, je ne pourrai plus voir autant mon partenaire et il m’a dit qu’il faudra voir avec elle ce dont elle a besoin en terme de temps passé avec lui. Et là, c’est le drame. Difficile pour moi d’imaginer qu’il faille négocier le temps que je passe avec lui avec une tierce personne. Encore une fois, moi et ma vision monogame, on a du mal. Même si j’ai bien conscience que c’est ainsi que cela se passe pour les personnes polyamoureuses. Et puis, comme si les «  si » n’étaient pas suffisants, il y a également cette possibilité de rupture qui me perturbe aussi. Rien n’est acté. Bref, je fais des efforts pour accepter le mode de vie de mon partenaire mais tout cela reste très flou.

Il a également une relation amicale avec une personne avec laquelle parfois il couche, parfois non. Ce genre de relation n’est a priori vraiment pas ce qui me rend jalouse. Je crois que ce qui me rend le plus jalouse, ce sont les sentiments amoureux que mon partenaire peut avoir à l’égard d’autres personnes, mais pas les relations sexuelles qu’il pourrait avoir avec d’autres.
Et puis finalement, je me retrouve jalouse comme un poux dans cette situation aussi. Pourquoi un jour il aurait envie d’elle et un autre non ? Comment faire pour ne pas laisser mon imagination s’enflammer à chaque fois qu’il la voit ? Finalement, et je suis la première surprise, cela me tue de ne pas savoir s’il va coucher avec elle ou pas quand il la voit…. Et je me retrouve à me torturer l’esprit sur quelque chose qui a priori ne me gêne pas (!!!!). Alors j’essaye de comprendre pourquoi. Je ne me sens pas menacée par leur relation, je sais qu’il m’aime, qu’il me priorise, que ce n’est pas cette relation qui fera que je le verrai moins. Peut-être est-ce le caractère moins officiel de la relation qui est de nature amicale et parfois sexuelle. Il souhaite que je la rencontre (il ne m’y oblige absolument pas mais il aimerait bien que l’on puisse passer du temps ensemble, lui, elle, moi et leurs autres amis communs). Et là, je me retrouve de nouveau bloquée dans ma vision monogame. Cela me choque qu’une personne que je suis amenée à côtoyer puisse coucher avec mon partenaire quand bon lui semble.

Bon. Encore ma vision monogame. Auriez-vous des conseils pour accepter cela plus facilement ? Pour travailler sur ma jalousie et la comprendre ? Pour préparer l’arrivée de sa relation primaire dans notre pays ? J’ai également du mal à définir mes limites, ce que j’accepte ou pas puisque je navigue dans quelque chose de tout nouveau.
Merci de m’avoir lue.

#
Profil

Aki

le dimanche 02 mai 2021 à 11h51

Il existe un livre qui s'appelle "Compersion". Ça peut t'apporter des pistes de réflexion.

Cela dit, un livre ou des discussions sur un forum ne pourront rien résoudre rapidement, il faudrait un long travail avec un professionnel (comme un psychologue).

#
Profil

CharlotteLouCharliotteCha

le dimanche 02 mai 2021 à 20h14

Bonjour,

Je comprends toutes les questions qui te taraudent. Je suis passée par des phases similaires à celles que tu vis, et je passerai dans le futur par d'autres que tu as déjà vécu également.
Les plans sur la comète et la jalousie ... Deux sujets qui me touchent. J'ai fait moi aussi des plans sur la comète. Des choses qui finissaient par m'obseder "mais pourquoi ne veut il pas d'enfant de moi? Ce serait chouette de vivre sous le même toit..." Alors que je ne veux pas d'enfant! Et que vivre au quotidien avec quelqu'un n'est pas ce que je veux pour moi puisque je ne me sens pas assez mature pour ça! Je n'ai pas encore trouvé la raison de cette obsession qui m'habitait mais j'ai tout simplement fini par me foutre la paix et foutre la paix a l'avenir. Et aussi à respecter mes besoins. Je me suis longuement interrogée (mais au fond, qu'est ce que je veux?) Et la réponse que j'ai trouvé c'etait de me sentir aimée. Avoir un enfant et habiter avec lui allait il me faire + aimer? Non. J'ai décidé de me foutre la paix activement. De chercher mon bonheur. Et un thérapeute m'y aide. Le chemin est encore long.Je ne fais que partager mon expérience parce qu'il n'y a pas de solution universelle ou miracle.
Quand a la jalousie..... Aaaah! Pour moi aussi c'est dur de savoir celui que j'aime avec une autre femme. Quand il y a des sentiments amoureux ça l'est, et même quand la relation est "seulement" charnelle, je sais que des émotions fortes et des sentiments sont là, et peuvent se transformer en sentiment amoureux. Comment apaiser ça? Moi je travaille sur mon estime et mon amour de moi. Je travaille à m'aimer si fort que j'arrive à me détacher de mes insécurités propres et à me concentrer sur le bonheur de savoir mon amoureux bien et en sécurité. Ça n'est clairement pas toujours facile. Et je ne te parle même pas de la trouille que j'ai qu'il rencontre une mono pour qui il pourrait "tout plaquer". Mais je me fais confiance avant tout, et a lui, et a notre relation si belle. Et je me dis que si jamais ça arrive, je n'aurais vécu que le bon.

#
Profil

Gatou84

le dimanche 02 mai 2021 à 21h29

Merci beaucoup pour vos réponses.

Je pense effectivement que j’ai un travail à faire avec un thérapeute. Pas forcément pour que cette relation fonctionne ou pour devenir polyamoureuse mais pour moi.

C’est fou d’être “bloquée” ainsi pour de la jalousie, de l’égo.... ça me dépasse ! Et oui ça en devient une obsession car j’en viens à me demander ce qu’il fait le soir juste parce que j’ai envie de savoir s’il va passer du temps avec son amie ou s’il va téléphoner à sa partenaire primaire. Alors que ces moments où je ne suis pas avec lui, je suis contente d’être avec moi, d’avoir du temps pour moi ou de passer du temps avec mes amis. Je suis paradoxalement quelqu’un d’indépendant. Oui, me foutre la paix c’est exactement ce dont j’ai envie. Oui j’aurai probablement envie de vivre avec lui un jour parce que je souhaite vivre sous le même toit que mon amoureux un jour ou l’autre c’est certain mais ce jour-là n’est pas arrivé et nous n’avons encore aucune idée de notre comptabilité au quotidien !

Et le pire dans tout cela, c’est que oui, je me sens aimée. Oui je passe le temps dont j’ai envie avec lui. Je suis sa “copine” et je me sens ainsi.
C’est plus fort que moi, j’ai l’impression que je ne peux pas m’abandonner à tout cela et laisser libre cours à mes émotions puisque c’est évident, je souffrirai le jour où sa partenaire primaire arrivera à Montréal. Mais qu’est-ce que j’en sais au fond ? Pourquoi me priver de vivre l’instant présent ? Encore pour ses fameux plans sur la comète hein.... plus facile à dire qu’à faire évidemment.

Pour vivre mieux la situation actuelle, aurais-tu des conseils @CharlotteLouCharliotteCha ? Est-ce la thérapie qui t’aide à te foutre la paix ?
Je pense notamment à la possibilité de rencontrer son amie avec qui il a des relations sexuelles de temps à autre. Je ne parviens pas à savoir si c’est une bonne idée de la rencontrer ou pas. Des retours d’expérience pourraient probablement me donner des perspectives sur la question.

Globalement je me sens bien perdue !

En tout cas merci pour vos témoignages. Ce site est une mine de pistes de réflexion.

#
Profil

CharlotteLouCharliotteCha

le dimanche 02 mai 2021 à 21h51

Hmm des conseils ? Non pas vraiment. Parce que chacun a sa façon de fonctionner propre. Ce que je peux te dire c'est que oui le simple fait de faire la démarche d'aller en thérapie me fait me sentir mieux. De savoir que j'agis pour mon bonheur.
J'écris les émotions fortes dans un carnet. Les bonnes comme les mauvaises. Parfois ca me permet de faire le point en les relisant et de me dire que les émotions négatives ne sont pas là en permanence, mais juste a un instant t, qui passe.
Et quand je ne vais pas bien, il m'arrive aussi de me rouler en boule dans mon lit et pleurer toutes les larmes de mon corps et de laisser s'exprimer mes colères, frustrations et tristesses a fond jusqu'à "oublier" pourquoi je pleure et me décider à faire quelque chose pour moi (lire un bouquin, peindre, écrire dans mon cas). J'en parle parfois a mon amoureux quand il voit que je ne vais pas bien. Mais j'ai récemment compris que c'était compliqué parce que j'ai parfois des discours injustes envers lui, et je me rend compte juste après que je suis la seule responsable de mes émotions. Alors je lui dit aussi. Que ce sentiment de jalousie ne concerne que moi, et que je le gère de la façon qui m'est le plus bénéfique. Écrire me fait du bien. Ça me permet de tout exprimer sans culpabilité et d'y réfléchir plus tard. Le thérapeute m'y aide aussi. (Je crois que je me paraphrase oô ça m'arrive souvent). Je fais des séances d'hypnose et d'EFT aussi, pour travailler sur les blessures de l'âme et notamment sur celle de l'abandon. Tu peux en trouver sur youtube et perso ça me fait un bien fou.
Je remet souvent tout en question, je me pose des questions infinies sur le pourquoi, sur le comment, sur les possibilités, sur moi et sur les autres. Mon mental tente de cartographier toutes les possibilités de situations et d'emotions. Le fait d'être poly, a mon sens, excite cette tendance, en tous cas chez moi. C'est pas un mal, mais il faut aussi savoir se détacher des projections (heureuses ou malheureuses) qui parfois nous minent. Il n'y a qu'en nous qu'on peut trouver le moyen de le faire.

#
Profil

CharlotteLouCharliotteCha

le dimanche 02 mai 2021 à 21h56

Et pour te donner mon avis sur le fait de rencontrer son amie ou non... Oui je pense que ça peut être une bonne idée. Et même pourquoi pas avec sa "partenaire primaire"? Discuter avec la(les) personne(s) qui se trouve(nt) au cœur de notre sentiment d'insécurité peut aussi aider à dénouer les choses. Après, il faudra voir si tout le monde est d'accord pour se rencontrer. Si ce n'est pas le cas, ça ne sera pas grave non plus. Il y a d'autres pistes pour t'apaiser.

#
Profil

Gatou84

le lundi 03 mai 2021 à 05h24

Je te remercie pour tes mots. Le fait de parler de la situation et d'avoir un regard extérieur non monogame m'apaise beaucoup. Ça n'aide pas d'être entourée de personnes qui ne connaissent pas le polyamour parce que je dois redoubler d'efforts pour défendre le concept globalement décrié par mon entourage. Le simple regard des autres parfois me renvoie à la difficulté de la situation (pour moi et mon égo).

Je lui parle aussi des mes sentiments de jalousie. Il m'a avoué ressentir aussi de la jalousie à l'encontre de mes amies, jalousie qu'il arrive à gérer. Bien sûr, je suis admirative. Le souci c'est qu'un jour je vais prendre bien qu'il me parle de sa partenaire ou de son amie, on va en discuter pendant des heures, on va regarder des photos et un autre jour, ça sera l'inverse. Je ne veux pas lui faire subir cette inconstance. Je me surprends moi-même à ressentir des émotions si négatives sans rien voir venir. Je sais que ce sont mes émotions à moi. En posant les mots ainsi sur le forum, cela semble si simple, jusqu'à la prochaine vague de jalousie.... (malheureusement).

J'ai pris un rendez-vous avec une psychologue pour tenter de mieux comprendre ce qui se cache derrière tout ça. J'avais fait de la psychophanie il y a quelques années, et cela m'avait permis de faire remonter à la surface des blessures enfouies. Mais il y a encore du boulot, polyamour ou pas. Je ne connais pas l'EFT mais je vais me renseigner.

Je te remercie pour tes conseils. Et pour la rencontre avec sa partenaire primaire, il me l'avait proposé, ça m'effraie un peu mais je vais y réfléchir sérieusement.

#
Profil

Aki

le lundi 03 mai 2021 à 11h01

Rencontrer ses métamours permet souvent de se rendre compte que se sont de chouettes personnes. A priori, celle ou celui qu'on aime en commun a bon goût. C'est déjà un bon point.
Et même si on ne devient pas les meilleurs amis au monde, apprendre à se connaître permet au moins d'atténuer les projections, les préjugés, les peurs. On peut réaliser que l'autre n'est qu'un humain normal, avec ses "qualités" et ses "défauts".

Un autre livre sur les prises de tête : "Foutez-vous la paix". Ça peut aider. ;-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion