Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Texte] Pourquoi la dépendance affective est-elle un poison ? par Stephanie, sept. 2019

Culture
#
Profil

bonheur

le mercredi 02 octobre 2019 à 14h14

#
Profil

Sophie72

le jeudi 03 octobre 2019 à 09h20

Cet article me laisse perplexe parce qu'en fait il n'y a pas de "degré". Elle dit elle même que ce "trouble" n'est pas reconnu comme tel , donc cela signifie à priori que cela fait partie de la "normalité" et donc on peut s'attendre que cela existe à différents degrés et que c'est l'excès qui pose "problème". Or là elle présente un tableau justement selon moi à l'excès. En fait, je pense que presque en chacun de nous il y a par moment un dépendant affectif et à certains moments de notre vie et que ce n'est pas nécessairement toxique pour la personne et son entourage. C'est quand cela est un mode de fonctionnement permanent que cela le devient. Moi d'ailleurs je me reconnais par moment comme dépendante affective. Pas vous ? ;)

#
Profil

bonheur

le jeudi 03 octobre 2019 à 10h21

Je partage ta réaction Sophie72. Autre chose également, j'en ai marre que l'on impute toujours tout à l'enfance. Comme si nous avions tous été soit trop choyé, soit délaissé. C'est désagréable de ne pas considérer qu'un adulte n'a pas la capacité de se départir de son enfance. Pour moi, c'est avant tout la dépendance à l'enfance qui serait alors à pointer du doigt. Evidemment que cela influe. Evidemment qu'il y a un "caractère" qui se forge. Mais tout adulte a cette possibilité de s'apercevoir, au cours de sa vie (et les chocs servent à cela), qu'iel n'est pas ciel qu'il doit être (d'autant que c'est beau, le ciel :-D )

#
Profil

Sophie72

le jeudi 03 octobre 2019 à 11h33

Disons que l'enfance laisse une grosse empreinte mais ensuite il y a plein d'étapes dans notre vie d'adulte où on a la possibilité de se libérer de certaines choses. Et nous avons la liberté d'essayer ou pas et nous n'avons pas non plus tous les mêmes capacités de résilience, donc inutile de culpabiliser ceux qui en ont moins... D'ailleurs si on ne se libère pas complètement de nos comportements "toxiques" qu'est-ce que ça peut faire? Cela fait de nous des personnes complètement imparfaites et heureusement. :-) La plupart d'entre nous, ne l'oublions pas, ne sommes pas toxiques, juste un peu névrosés et ça met un peu de piquant à nos vies, tout simplement! :-)

#
Profil

bonheur

le jeudi 03 octobre 2019 à 11h55

Oui, oui, sauf que ce type de discours n'encourage pas à devenir soi mais au contraire à se complaire dans ce que l'on a formaté de nous. C'est l'encouragement qu'il faut communiquer. Oui l'enfance laisse une empreinte et NON ce n'est pas une fatalité. Après, notre reconstruction suivant qui nous sommes est ce qu'elle est. Un humain n'est jamais parfait… je n'ai pas voulu dire cela.

La capacité de résilience peut s'apparenter (chez moi je pense c'est ça) à l'esprit de contestation, de remise en question. Après, c'est mon moteur, ce côté rebêle. D'autres en auraient un autre. Il faut le trouver. Je préfère encourager cela.

#
Profil

Sophie72

le jeudi 03 octobre 2019 à 12h17

J'entends bien mais toute la difficulté est de ne pas faire d'un encouragement une injonction. La frontière est très mince surtout quand la personne qui reçoit cet encouragement n'en est pas au stade de "pouvoir" le faire.L'autre jour je suis tombée sur ceci et j'ai trouvé cela justement très encourageant, pas culpabilisant , très différent de ce qu'on entend ou voit en général: https://www.facebook.com/franceinter/videos/755861...

#
Profil

bonheur

le jeudi 03 octobre 2019 à 13h00

C'est le discours, je suppose à la base, d'un médecin à ces confrères. Je me trompe peut-être.

Du coup, il faut faire quoi ? Dire "prend des médocs, suit une thérapie et revient quand tu ne seras plus éclopé".

Si tu veux parlé de ce qui se passe ici, alors il faudrait rejeter en bloc, pour le bien de la personne, de ne pas lui porté ce que l'on conçoit comme justement une assistance. Au regard de ce que j'ai pu percevoir des professionnels de santé, je crois qu'ici on n'est pas plus "maladroit". Sincèrement !

On vient en aide avec qui l'on est et avec ce que l'on a. Je viens en aide avec mes ressentis et mon vécu. Si l'encouragement ne convient pas, que peut l'aidant. Il ne faut pas oublier que l'entraide (je préfère ce terme, car j'apprend des autres, y compris de ceux-celles qui sont en difficultés) sur un forum est celle de personnes qui font avec ce qu'elles ont. Après, une personne qui vient sur un forum, est en demande. Pour des empathes, ne pas réagir est juste une cruauté intérieure. Peut-être que je devrai aller consulter. Aussi, parfois on veut faire et ça ne porte pas ses fruits. Ca ne compense pas, mais il arrive que ça marche, ou du moins que ça fasse du bien.

Ma seule façon de réagir c'est de dire ce que je dis. Enfin d'écrire ce que j'écris. Aussi, je peux résilier mon internet et agir comme le commun : je ne me sens pas concerné parce qui t'arrive, démerde toi. Je vais bien et rien à foutre des autres. Et comment savoir qui est la personne et quel est son" stade" ? A part tenter malgré tout.

Aussi, j'ai déjà reçu des messages m'indiquant que les déclencheurs, etc, sont venus après. Des personnes qui sont revenus lire, après… et qui ont fait le lien entre le discours dit à un moment peut-être inopportun sur l'instant… devenu lumière plus tard. Aussi, sur un forum, il y a les personnes qui lisent sans intervention. J'ai déjà reçu des mp de pseudonymes qui n'ont jamais écrit ici. Ce qui n'a pas convenu à la personne à qui je m'adressais leur avait servi.

Donc, ici, nous ne sommes pas médecins. Ici nous nous adressons à une personne en particulier, mais pas que. Je continuerai à encourager la prise en charge individuelle, qui n'entre pas du tout en conflit avec une médication si besoin et l'intervention d'un thérapeute ou autre personne du corps médical (santé mentale comme physique). Indiquer à quelqu'un qu'elle a les capacités intérieures de prendre soin d'elle ne peut pas être mauvais, on les a tou-t-e-s. Un bouée jetée n'est pas systématiquement récupérée, récupérable… doit-on pour autant regarder ailleurs ?

Je devrai peut-être d'ailleurs faire un post "automatique" pour expliquer cela à chaque nouvelle demande d'aide ? Qu'en penses-tu ?

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Sophie72

le jeudi 03 octobre 2019 à 18h29

Ah mais ce n'était nullement une remise en question de ce qui ce fait sur le forum! Je ne parlais que du texte et des articles en général qui évoquent les changements de comportements dans lesquels nous nous "enfermons". Cet article n'a rien a voir avec le forum, si ? D'un forum, je n'attends personnellement rien d'autre que de l'écoute, de la bienveillance et des infos si possibles assez objectives . Après chacun y cherche et y trouve ou pas ce qu'il veut! :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 03 octobre 2019 à 22h38

Oui, j'ai peut-être été "excessive". Toujours est-il que l'on n'a pas de "formation" pour intervenir. La qualité est souvent au rendez-vous, il faut le reconnaitre. Malgré tout, prévenir que l'on est juste qui l'on est...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion