Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La fidélité, réelle promesse ou illusion aliénante?

Jalousie
#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 12h12

Bonjour à tous,

Je m'interroge depuis quelque temps sur la notion de fidélité. En ce qui me concerne j'ai toujours été plus en accord avec une fidélité de lien en ce sens que je suis quelqu'un de très fidèle en amitié et qu'au sein de mon couple ce qui est essentiel pour moi, c'est le soutient, la solidarité et le lien parental indéfectible qui doit primer. Avant mon ouverture au poly j'étais (je crois, parce que je m'interroge beaucoup sur ma capacité d'adaptation) une fervente partisane de la fidélité totale. Mais je ne m'étais en faite jamais vraiment posé la question. J'ai été élevée avec cette norme.

Lorsque je me suis mariée, j'ai juré fidélité comme chacun le fait. Aujourd'hui je me demande combien de couple présent ce jour là avaient déjà eu des aventures et nous regardaient tout sourire signer une promesse utopique.

Des années après et avec le constat du nombre de couples qui pratiquent l'adultère (j'entends par adultère une aventure extra-conjugal cachée et non validée par le couple, j'espère que ne ne vexe personne, c'est juste pour faire une différence) je me demande ce que signifie vraiment cette notion de fidélité et si finalement ce n'est pas juste un moyen illusoire de maintenir l'autre dans une position d'interdit ou de non transgression. C'est finalement une ceinture de chasteté mentale hyper puissante et aliénante. Qui empêche (quoi que visiblement pas si souvent que ça) de passer trop vite à l'acte physique mais n'empêche en rien les pensées.

Il me semble qu'il y a la base une erreur fondamentale et que la question devrait plutôt être je m'engage à être fidèle de telle manière, ou selon telles valeurs parce que ma notion de la fidélité est celle-ci.

Il y a des gens pour qui l'infidélité est le fait d'une pénétration, pour d'autre un regard, un flirt, une caresse, une confidence ou même juste une pensée sont déjà en soit des infidélités. Il y a des couples qui se disent fidèles et dont l'un au l'autre des conjoint passe sont temps sur internet, pour tchatter ou mater des films x, etc... Est-ce le moyen de lutter contre cette promesse et de se cacher d'une autre manière de l'infidélité toute proche?

J'essaie de défendre ma nouvelle position de personne poly (dans ma tête pour l'instant évidemment) en me disant que c'est la meilleur manière de vivre une certaine fidélité et plus honnête puisque je n'envisage pas de quitter mon mari mais que pour moi le corps est un détail, rien de plus. Pour lui évidemment pas. Ce qui ne m'est pas envisageable c'est de ne pas être là pour lui, de le soutenir dans ses projets et ses envies. De maintenir le lien fort qui nous unis en tant que couple et en tant que parents.

Lorsqu'il me dit que notre intimité est à nous et qu'envisager qu'un autre homme puisse me toucher, je ne comprends pas bien la frontière. Puisque pour moi, notre intimité est effectivement entre nous, chez nous et que si je faisais entrer une tièrce personne dans cet espace je peux comprendre cette notion. Mais si je devais avoir des rapports sexuel avec un autre (ce que je n'ai pas), il s'agit là non plus de "notre" intimité mais bien de la mienne. Et là entre en jeux cette notion floue de fidélité. J'apparente donc plus ça à de la possessivité cachée. Mais peut-être que j'essaie de me trouver des excuses.

Est-ce que chez vous il y a une certaine forme de fidélité? Est-elle différente entre vos relations?
Suis-je juste une infidèle qui s'assume? Parce que je n'ai pas du tout l'impression d'être infidèle à mon mari, bien au contraire. Je suis dans une honnêteté bien plus difficile.

Parce que poly ou mono finalement, l'enjeu semble certaine fois le même.

J'espère que certain d'entre vous pourront m'éclairer sur cette question essentielle.

Je vous souhaite une bonne journée

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2016 à 12h23

Je suis fidèle, mais pas exclusive, ce qui signifie que j'aime (affectivement, sexuellement, l'un ou l'autre, parfois l'un ET l'autre) plusieurs personnes, et que ces liens durent longtemps, et que je suis présente autant que possible quand ces personnes que j'aime en ont besoin.
En revanche, il ne m'est jamais venu à l'idée que mon corps et mon esprit puisse appartenir à quiconque d'autre que moi. Cela m'a toujours énervée quand on me disait- très souvent,; en fait- "vous avez de la chance d'avoir un mari qui accepte cela". J'ai toujours considéré de mon côté que sa vie, son corps, son esprit, lui appartenaient même si on en partage de grands moments ensemble.
Bref, la fidélité, à mon sens, est incompatible avec l'idée de propriété et d'exclusivité, et il est dommage que ces notions soient si souvent confondues.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2016 à 12h41

Oué, même reparque qu'APH, quand on promet la fidélité, sans le savoir, on promet l'exclusivité. Et pourtant, c'est pas la même chose.
Et le pire, c'est que c'est souvent une double promesse implicite, donc il y a parfois un sentiment de trahison alors que les gens n'avaient pas discuté entre eux de ce qu'ils attendaient. C'est une norme, on s'y réfère sans en avoir conscience.

Après, la difficulté, c'est que même si les incohérences entre cette promesse et les pratiques réelles sont souvent mal analysées, ça ne veut pas dire que ça n'a pas de sens et que ça ne correspond aux besoins de personne. Il y a des gens pour qui la référence à cette promesse permettra paradoxalement de continuer une relation en se voulant fidèles alors justement qu'il y a des accrocs au contrat.

Pour répondre à une autre partie de ta question, moi, j'ai une énorme sensation de fidélité parce que je m'entends plutôt bien avec mes ex, que c'est important pour moi que le lien vibre encore quand on a l'occasion d'y toucher. Je peux changer de point de vue sur la relation, changer d'attente dans le temps, mais il y a des sentiments qui perdurent et qui conservent quelque chose du fond d'origine (selon l'époque et la personne, bien sûr, pas la même chose).
Et ensuite, ya des engagements personnels qui restent, une forme de loyauté.

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 12h43

APH
En revanche, il ne m'est jamais venu à l'idée que mon corps et mon esprit puisse appartenir à quiconque d'autre que moi. Cela m'a toujours énervée quand on me disait- très souvent,; en fait- "vous avez de la chance d'avoir un mari qui accepte cela". J'ai toujours considéré de mon côté que sa vie, son corps, son esprit, lui appartenaient même si on en partage de grands moments ensemble.

Bonjour APH,
Est-ce que tu as toujours été ainsi? Et ton mari également?

APH
Bref, la fidélité, à mon sens, est incompatible avec l'idée de propriété et d'exclusivité, et il est dommage que ces notions soient si souvent confondues.

Je ne sais pas si ces notions sont confondues. En fait elles viennent de notre éducation judéo-chrétienne et à l'époque elle servait effectivement à réglementer les mariages puisqu'il n'étaient pas prioritairement basés sur l'amour. Le but était de permettre de reconnaitre les enfants et aussi de mettre des lois sur l'oisiveté. Donc aujourd'hui, jurer cette "fidélité" est effectivement inadaptée.

Mais merci de ta réponse. Arrives-tu a expliquer à tes proches ou non ton avis sur la chose?

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 12h50

On est donc véritablement dans une confusion des genres qui mène à l'incompréhension et à l'expression vivace de la notion de propriété. Mais comment expliquer cette différence et surtout la faire comprendre sans que cela soit pris pour de l'infidélité alors qu'en faite c'est effectivement de la non exclusivité?

Est-ce que je suis réaliste quand je dis que je ne comprends pas que mon mari estime que me laisser toucher par un autre homme c'est confondre notre intimité et la mienne?

Si oui nous sommes donc bien dans la propriété. Comment travailler sur cette notion?
Est-ce une blessure narcissique? Une peur que je ne sois plus disponible?
Je sais que si je passe à l'acte, je vais le dégouter et il ne voudra plus me toucher...
Du coup j'ai l'impression que toute notre histoire n'est basée que sur ça et que ça effacerait tout le reste.

#
Profil

bonheur

le vendredi 15 janvier 2016 à 13h29

Si ça peut faire avancer le débat :

/discussion/-beG-/Definition-de-la-fidelite/

#

Polypropylène (invité)

le vendredi 15 janvier 2016 à 13h45

Pourquoi tu ne va pas droit au but, il est évident que tu souhaites avoir des relations sexuelles avec ton amant et que tu veux le faire accepter a ton mari, j ai lu ton histoire et tu semblait d accord avec cette limite malheureusement imposé par ton mari, non ?
Qu est ce qui a changé aujourd'hui ?

Sa semble etre la limite ultime de ton mari et je sais pas si il le supporterait.

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2016 à 13h46

A 17 ans, je confondais fidélité et exclusivité, mais quand à 19 ans j'ai vu pour la 1ère fois mon mec (qui est mon mari aujourd'hui) dans les bras d'une autre, je n'ai ressenti aucune jalousie, je n'ai pas pensé une seule seconde que c'était mal ou qu'il ne m'aimait plus, et le lendemain je lui ai dit que de toutes façons, au cours de notre vie amoureuse commencée si tôt '(lui 20 ans, moi 17), il était inconcevable d'imaginer qu'on n'aurait jamais d'autres relations. Il était d'accord, mais quand j'ai concrétisé pour la première fois- j'avais 22 ans, on était mariés depuis 11 mois- il l'a très mal pris et il a fallu du temps pour faire avancer les choses. J'ai tout raconté dans "Aimer plusieurs hommes", je n'y reviens pas, mais disons que ça prouve que les choses peuvent évoluer même si au départ l'homme est persuadé qu'il ne supportera pas que "sa" compagne aille dans les bras d'un autre. Quand il découvre qu'on n'en meurt pas, qu'on n'est pas pour autant ridicule (l'ego...) et quand il découvre que ça lui ouvre aussi des horizons, l'évolution est en marche.
Quant à expliquer... Pendant 20 ans, sans pour autant me cacher j'étais discrète sur ma vie privée (je le suis encore pas mal), mais après deux livres, des films et des émissions où j'ai raconté tout cela, il n'y a de secret pour personne. :-D

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 14h28

Polypropylène
Pourquoi tu ne va pas droit au but, il est évident que tu souhaites avoir des relations sexuelles avec ton amant et que tu veux le faire accepter a ton mari, j ai lu ton histoire et tu semblait d accord avec cette limite malheureusement imposé par ton mari, non ?
Qu est ce qui a changé aujourd'hui ?

Sa semble etre la limite ultime de ton mari et je sais pas si il le supporterait.

Oui je ai envie de coucher avec cette homme et mon mari le sait. Mais je n'ai pas envie de le faire avec la menace d'être responsable de tout foutre en l'air ou de provoquer chez lui le dégout. J'aimerai parvenir à sortir de ce chantage affectif inconscient ou non, je ne sais pas.

Je préfère donc prendre le temps de discuter avec lui pour qu'il entende que je ne suis pas sa propriété et que ce droit m'est fondamental et qu'il n'entrainera pas de changement du côté de notre sexualité (bien au contraire...). Pour le moment il dit qu'il sait très bien que mon corps m'appartient et que je peux en faire ce que je veux, et il ne me l'interdit pas. Il me dit juste mais que pour lui c'est inenvisageable et me supplie de respecter sa demande.

J'essaie donc de faire au mieux comme je peux. Pour autant j'aimerai que ma relation puisse évoluer.

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 14h30

APH
Quant à expliquer... Pendant 20 ans, sans pour autant me cacher j'étais discrète sur ma vie privée (je le suis encore pas mal), mais après deux livres, des films et des émissions où j'ai raconté tout cela, il n'y a de secret pour personne. :-D

Merci pour cette note d'espoir.
Et est-ce que tu peux me donner les titres et noms de tes émissions et livres en messages privés. Ca serait un moyen de partager ça avec lui et en discuter différemment...

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 15 janvier 2016 à 15h11

Il y a effectivement une différence fondamentale - mais trop peu faite - entre fidélité et exclusivité. On peut être très fidèle à ses amis, ça ne veut pas dire qu'on n'en a qu'un.

Maintenant, il y a un autre aspect dans ce que tu racontes, camelezebre, qui mérite d'y réfléchir de façon spécifique. Sans vouloir oublier que chaque cas est différent, il y a quand même ce symptôme qui revient très souvent dans ce genre de situation : le "dégoût" de l'homme dont la femme a des relations avec un autre homme.

Avec un autre homme, parce que, chose intéressante, souvent le dégoût disparaît si la femme a des relations avec une autre femme. As-tu demandé à ton mari ce qu'il ressentirait si tu avais des relations avec une autre femme ? Ressentirait-il aussi du dégoût ? Peut-être, et dans ce cas mon hypothèse tombe, mais sinon, il y a un truc dans lequel la plupart des hommes ont malheureusement été éduqués dans notre société c'est la peur de leur propre homosexualité (potentielle). Coucher avec une femme qui couche avec un autre homme, ça peut être comme coucher avec cet homme dans l'inconscient. Les images qui hantent le mari jaloux sont souvent celles du corps de l'autre homme, et il y a cette réaction de dégout.

Parfois ça arrive de façon semi-instinctive même à des hommes qui par ailleurs sont tout à fait d'accord intellectuellement avec le polyamour. Ça se dépasse très bien par ailleurs, avec de la bonne volonté, et d'autant plus facilement qu'on en a conscience.

Bon, voilà, je suis peut-être complétement à côté de la plaque, mais ça peut être une possibilité à explorer.

#

Polypropylène (invité)

le vendredi 15 janvier 2016 à 15h12

Je comprend camel mais je comprends aussi ton mari, il a fait bcp d effort pour accepter cela et c est sa propre limite, ton raisonnement est logique ( je pense) mais si la logique avait sa place en amour sa se saurait, c est son point de non retour et pour votre couple, probablement, aussi..

Il est peut-être impossible de lui faire accepter et j espère que tu ne lui a pas dit "il n'entrainera pas de changement du côté de notre sexualité (bien au contraire...)." Car le bien au contraire il pourrait le comprendre comme " sa nous profitera mais grâce a ce que je vis avec mon amant, pas grâce a toi" et sa c est un autre coup dur pour l égo.

Comme la phrase "non c est ni moins bien ni mieux, c est différent" c est la pire phrase bateau a dire, a croire que chaque fois qu on change de partenaires on change de pratique, alors qu appart 1 ou 2 pratiques suivant les limites de chacun, on fait les mêmes choses avec chaque personne, et je trouve pour ma part hypocrite de dire l inverse et un manque d honnêteté envers celui a qui on le dit . C tjr plus ou moins bien suivant la personne, et c souvent mieux avec l amant grace a la nouveauté, le partage des bons moments, la NRE etc...

Ce ne sont que quelque peur que pourrait avoir ton mari et il y en a bien d autre comme le fait de ne plus avoir envie qu avec l un des deux ( l amant comme par hasard)!

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 16h48

Tcheloviekskinoapparatom
Avec un autre homme, parce que, chose intéressante, souvent le dégoût disparaît si la femme a des relations avec une autre femme. As-tu demandé à ton mari ce qu'il ressentirait si tu avais des relations avec une autre femme ? Ressentirait-il aussi du dégoût ? Peut-être, et dans ce cas mon hypothèse tombe, mais sinon, il y a un truc dans lequel la plupart des hommes ont malheureusement été éduqués dans notre société c'est la peur de leur propre homosexualité (potentielle). Coucher avec une femme qui couche avec un autre homme, ça peut être comme coucher avec cet homme dans l'inconscient. Les images qui hantent le mari jaloux sont souvent celles du corps de l'autre homme, et il y a cette réaction de dégout.

Très bonne question et réponse facile puisque posée! Mon mari peut tout a fait envisager que je couche avec une autre femme et pourrait (mais ça reste un fantasme...) avoir une relation avec moi et une autre sans problème... L'inverse serait totalement inenvisageable!

Quant a venir sur ce sujet en abordant ta remarque de l'homosexualité, ce n'est même pas la peine d'y penser....
Au vue de nos discussion houleuses, ce serait perçu comme une autre excuse pour le "forcer" à aller dans mon sens. Mais je vais y penser

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 16h52

Ce ne sont que quelque peur que pourrait avoir ton mari et il y en a bien d autre comme le fait de ne plus avoir envie qu avec l un des deux ( l amant comme par hasard)!

Donc je ne couche pas avec comme déjà dit mais malgré tout ça a totalement réveille ma libido. On s'amuse comme des fous, presque comme j'avais vécu avant. Alors je n'en connais pas la raison.
Est-ce parce que j'ai les hormones à 300 et que c'est un réflexe animal ou est-ce juste parce que je peux plus facilement me laisser aller je ne sais pas. En tout cas je suis hyper heureuse de notre sexualité et lui aussi.

Je te rejoins, je crois que fondamentalement on fait les même chose avec les uns et les autres. En tout cas dans ma vie, je n'ai pas eu de pratiques très différentes d'un homme à un autre. Cependant se ne sont pas les même personnes, donc par définition c'est forcément différent.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 15 janvier 2016 à 16h56

Polypropylène
Je comprend camel mais je comprends aussi ton mari, il a fait bcp d effort pour accepter cela et c est sa propre limite, ton raisonnement est logique ( je pense) mais si la logique avait sa place en amour sa se saurait, c est son point de non retour et pour votre couple, probablement, aussi..

Mmm, sauf que la logique a une place en amour, comme dans tout le reste de la vie humaine. Bien sûr, il n'y a pas que de la logique, loin de là, mais fort heureusement, nous sommes aussi des créatures rationnelles, avec la capacité de nous interroger sur nos propres sentiments, et même de penser rationnellement à nos irrationalités.... C'est entre autres ce qui permet aussi d'espérer des évolutions.


Comme la phrase "non c est ni moins bien ni mieux, c est différent" c est la pire phrase bateau a dire, a croire que chaque fois qu on change de partenaires on change de pratique, alors qu appart 1 ou 2 pratiques suivant les limites de chacun, on fait les mêmes choses avec chaque personne,

Vraiment pas d'accord. Déjà parce qu'une relation sexuelle ce n'est pas un catalogue de "pratiques". Que la même "pratique" avec différentes personnes (et même avec la même personne à différents moments), ça peut être complètement différent. Et de manière générale parce qu'une relation sexuelle c'est une dynamique en interaction, j'ai envie de dire que c'est forcément différent, sauf peut-être du point de vue d'un-e amant-e qui ne considère que son propre plaisir (mais alors pourquoi ne pas s'amuser tout-e seul-e ?).


et je trouve pour ma part hypocrite de dire l inverse et un manque d honnêteté envers celui a qui on le dit . C tjr plus ou moins bien suivant la personne, et c souvent mieux avec l amant grace a la nouveauté, le partage des bons moments, la NRE etc...

Mouais. Ou moins bien, du fait du manque d'expérience commune, de la nervosité... ou de la dynamique qui ne prend pas sur ce plan-là alors qu'elle prend bien sur d'autres plans.


Ce ne sont que quelque peur que pourrait avoir ton mari et il y en a bien d autre comme le fait de ne plus avoir envie qu avec l un des deux ( l amant comme par hasard)!

Là où je suis d'accord c'est que c'est une vraie peur, très commune, cette question de la rivalité. Ça aussi il faut désamorcer, et de ce point de vue je trouve justement très important de pointer que oui, c'est différent avec chaque personne, qu'une pomme ce n'est pas mieux qu'une poire, etc.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 15 janvier 2016 à 17h03

camelezebre
Très bonne question et réponse facile puisque posée! Mon mari peut tout a fait envisager que je couche avec une autre femme et pourrait (mais ça reste un fantasme...) avoir une relation avec moi et une autre sans problème... L'inverse serait totalement inenvisageable!

Quant a venir sur ce sujet en abordant ta remarque de l'homosexualité, ce n'est même pas la peine d'y penser....

Au vue de nos discussion houleuses, ce serait perçu comme une autre excuse pour le "forcer" à aller dans mon sens. Mais je vais y penser

Très intéressant.

En gros, dans le genre de situation dans laquelle tu es, il y a deux pôles :
- soit y aller "de force", prendre tes libertés, lui dire "tu acceptes ou bien tu t'en vas"
- soit y aller "en douceur", prendre absolument tout le temps qu'il faut, et même le temps de prendre le temps. En l'occurence prendre le temps de le mettre suffisamment en confiance pour qu'il puisse y compris parler de sujets comme celui-ci sans que ça devienne "houleux".

Dans la réalité, on est amené à composer avec les deux, à chercher le point d'équilibre qui permet d'avancer le plus vite possible sans que ça casse, et parfois ça veut dire avancer très lentement.... Et souvent pour trouver ce point d'équilibre il faut passer par des zigs-zags entre les deux approches.

En attendant, tant mieux si ça a réveillé votre vie sexuelle ! De toute évidence ça a un lien avec ton nouvel amour... mais ça aussi, je suppose que ton mari aurait du mal à l'admettre ?

Ce serait bien dommage. Il y a tant de joie à avoir une fois qu'on se rend compte que le bonheur de l'autre avec un autre rejaillit aussi sur la qualité de notre relation !

#
Profil

camelezebre

le vendredi 15 janvier 2016 à 17h20

En attendant, tant mieux si ça a réveillé votre vie sexuelle ! De toute évidence ça a un lien avec ton nouvel amour... mais ça aussi, je suppose que ton mari aurait du mal à l'admettre ?

Ce serait bien dommage. Il y a tant de joie à avoir une fois qu'on se rend compte que le bonheur de l'autre avec un autre rejaillit aussi sur la qualité de notre relation !

Même quand je lui dis qu'il ne peut que constater que ça se passe plutôt très bien entre nous, vie sexuelle ou vie commune, et que c'est en partie grâce à cette relation, il ne veut pas l'entendre.
Pour lui il y a le fait que je sois heureuses qui le ravie totalement mais il souffre de savoir que j'aime un autre homme. Et pourtant c'est une réalité, cette autre relation me donne l'énergie et un bonheur que je peux mettre avec plaisir dans notre vie à tous.
Bien que je sois incapable d'expliquer le pourquoi du comment...

#
Profil

oO0

le vendredi 15 janvier 2016 à 17h31

La fidélité ? Une réelle promesse à mon sens.

Comme le font remarquer APH, Siesta ou Tchelo, il faut distinguer l'exclusivité de la non-exclusivité.

Malheureusement, cette distinction est peu présente dans la culture suite à l'héritage de nos sociétés patriarcales liées à la contrainte d'enfants légitimes. Comme le fait remarquer, cette absence de distinction peut provoquer un sentiment de trahison : le consentement se fait sur base d'une absence d'information sociale. Il y a un problème d'éclairage du consentement.

Le problème que ton mari et toi rencontrez ne me semble pas directement lié à la condition d'un consentement éclairé. (Dans le conditionnement de vos conceptions, de leur rôle dans la formation de votre équilibre affectif, oui, certainement, mais c'est avant tout lié à une question de société que votre relation.) J'aurais plutôt tendance à parler d'un consentement libre qui nécessite, non pas l'information nécessaire, mais les rapports de force ou les abus de faiblesse. Plus simplement, il s'agit de prendre en compte la vulnérabilité d'une personne. Sans qu'il ne soit question de rapports de forces ou d'abus de faiblesse, ton mari exprime sa vulnérabilité. Il s'agit davantage d'une dimension affective que cognitive puisqu'il reconnaît que ta personne t'appartient.

Tu sembles pouvoir intellectualiser davantage le conflit affectif de votre situation. La question de la propriété, de la possessivité ou même de l'homosexualité (comme l'évoque Tchelo) ne constitue peut-être pas de bonnes pistes pour l'intellectualiser, mais elles permettent de mobiliser l'intellect et de lui donner de la mobilité. Comprendre ne permet pas de changer ce que nous pouvons ressentir, mais cela permet souvent de se situer et de sentir moins perdu d'où l'intérêt de d'envisager de multiples pistes pour comprendre sa vulnérabilité, mais aussi la tienne.

La fidélité, une promesse ou une illusion ?

Là où il me semble illusoire de faire des promesses, c'est en matière de sentiments, à part celle d'être fidèle - au sens d'être honnête - à leur sujet dans la manière de les exprimer. Pour le reste, c'est impossible de promettre la durabilité de ses sentiments. C'est assurément une autre manière de prendre en compte la vulnérabilité d'une personne, d'une relation. C'est d'ailleurs en ces termes que ton mari exprime sa vulnérabilité, il est honnête sur ses sentiments, sur leur vulnérabilité. Sinon, la vulnérabilité n'empêche pas la durabilité, je partage, ici, autant l'expérience de Siesta que ce qu'il en dit même si la durabilité n'est pas systématiquement à la clé.

La fidélité une promesse, oui, mais sur ce que nous pouvons choisir et non sur ce que nous ne pouvons pas choisir, ce que nous ressentons.

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2016 à 17h47

polypropylène
Comme la phrase "non c est ni moins bien ni mieux, c est différent" c est la pire phrase bateau a dire, a croire que chaque fois qu on change de partenaires on change de pratique,

C'est une phrase bateau si tu crois que faire l'amour, c'est une série de gestes et de pratiques, mais c'est bien autre chose, c'est l'alchimie particulière entre une personne et une autre, avec un désir différent pour chaque personne, des odeurs et des goûts différents. Bien sûr, les gestes sont grosso modo peu variés, mais le même geste peut être sublime avec l'un et sans intérêt, voire désagréable avec l'autre. Perso, je suis différente selon l'homme avec qui je suis, pas pour lui mentir, juste parce qu'on a plusieurs facettes et qu'on ne les montre jamais toutes, donc selon ce qu'on montre, on n'est pas la même. C'est idem pour les hommes, ils ne sont pas d'un seul bloc. Le sexe réduit à des pratiques, c'est répétitif et sans intérêt, là je n'ai même plus besoin d'un homme, mieux vaut un vibromasseur.:-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 15 janvier 2016 à 22h23

Polypropylène
a croire que chaque fois qu on change de partenaires on change de pratique, alors qu appart 1 ou 2 pratiques suivant les limites de chacun, on fait les mêmes choses avec chaque personne,

Ahhhh non. Moi je ne fais pas du tout la même chose avec chaque personne.
Bien sûr il y en a avec qui "ça se ressemble" mais la dynamique n'est pas du tout la même...

Sérieusement, j'aurais du mal à faire une comparaison absolue. Oui, tel jour je vais + avoir envie de tel truc et/ou de tel(le) partenaire, mais ça peut changer le lendemain, alors...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion