Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Égoïsme sacrifice et altruisme

(Hors sujet)
#

(compte clôturé)

le mardi 22 septembre 2015 à 17h05

On peut entendre quand on affiche sa non exclusivité, que l’on est égoïste.
Le PA serait-il un visage (méprisable) parmi d’autres de l’individualisme contemporain?
Cet argument me semble à la fois juste et TROP juste. Il y a sans doute une composante individualiste dans le PA et le nier me semblerait un deni de réalité, sonnerait un peu faux à mes oreilles: il y a bien un souci de soi, une écoute de ses envies, une disponibilité à soi qui regarde sans pudeur ce que l’on a l’habitude de travestir ou de refouler.
Or il me semble que cette écoute de soi, cette disponibilité engage plus que le simple moi moi-même et encore moi du tapage egotique moderne. Il y a un refus (radical et donc pénible a priori) de l’apparence, de la feinte, du don de soi inauthentique, voire du sacrifice.
Si certaines soirées auxquelles va mon amoureuse me gonflent royalement, je peux me sacrifier et jouer le rôle du bon copain/mari/doudou toujours solidaire parce que j’ai signé et c’est comme ça que ça marche et y aller quand même ; mais ce que je donnerai alors sera faux, j’en concevrai une forme ou une autre d’amertume et derrière le don, c’est le visage hideux de la dette de couple qui pointera son nez, d’abord silencieusement et puis bruyamment le jour ou le pseudo don retrouvera son vrai visage de sacrifice/dette.
Mais si j’ôte le sacrifice du don; si ce que je donne, je le donne par envie et par choix, je donne quelque chose de vrai, sans arrière pensée, ce que je donne là ne devient-il pas vraiment altruiste au sens de désintéressé, d’authentiquement non calculatoire en ce qu’il ne crée pas de dette, même et surtout cachée?
Mais mon autre peut-il percevoir le vrai don derrière l’égoisme de facade, quel crédit peut-il accorder à ce don non conventionnel si il ou elle a une conception sacrificielle de la vie en général et de l'amour en particulier? En lui donnant la liberté de passer un bon moment sans moi, qu'est-ce que je lui donne vraiment: si ce quelqu'un sait passer un bon moment sans moi, d'une manière ou d'un autre, elle a conscience d'être allegée d'un dette. Pourtant, j'ai l'impression que ce don atypique peut être reçu sincèrement par quelqu'un n'ayant pas cheminé en autonomie (la route ne figurant sur aucune carte, et qui contourne la montagne du sacrifice et le lac des larmes) , comme une fausse monnaie, des billets de monopoly, pour moi, c'est une monnaie absolue: elle éteint toutes les dettes à venir car je n'exigerai jamais de remboursement.
Vous en pensez quoi vous de cette histoire d'égoïsme? Comment faire toucher à l'autre que le don sacrificiel est un don conditionné dans une société moderne, finalement tres cher au bout du compte et que peu de couples peuvent se payer sur le long cours?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le mardi 22 septembre 2015 à 17h35

Egoïste : oui, c'est la première remarque que j'ai pris dans la gueule lorsque j'ai dévoilé ma polyaffectivité à une ex-complice : ma mère.

Depuis, je me moque de ce qu'elle pense et comment elle me considère. Il faut dire que ce fut la première remarque d'une série... aujourd'hui achevée puisque le fossé c'est creusé et que l'on se voit désormais peu. Je donne de mon côté des nouvelles au compte goutte.

L'opinion des uns et des autres est celle qu'ils veulent bien se faire. En général, je renvoie chacun-e à son propre mal être. Oups, je suis hypersensible, alors les façades n'altèrent pas ce que je ressens au contact d'autrui. Difficile de cacher, dissimuler, surtout en présence.

Aimer, et ce que l'on offre en faisant plaisir, même si l'on n'était spécialement enthousiaste, on ne le doit qu'à notre propre décision. Donc, pour moi, pas de dettes, pas de points à compter. Quand on commence à compter les points, la relation s'auto-détruira d'elle-même (c'est mon opinion en tout cas).

S'il doit y avoir une liberté, par contre, c'est celle de ne pas toujours tout faire pour les autres et indiquer que si vraiment, on gardera de la rancoeur face à ce qui nous parait comme une véritable corvée, que l'on n'agira pas dans le sens que l'on désire nous imposer.

C'est ce dernier point qui fait que nous ne sommes pas "égoïste". Mon mari vit toujours à mes côtés et notre vie de couple a été amplifiée et bonifiée. Il n'accepte pas à 100% ma polyaffectivité mais il en partage tous les fruits (en premier lieu de vivre avec une femme épanouie et heureuse). Il m'accompagne en week end ou en vacances chez des hommes que j'aime parce qu'il désire partager mon bonheur, même s'il semble se mettre en retrait et même s'il est nettement moins expressif que moi. Certes, il trouve peut être cela "pesant" à certains moments, mais globalement, il est content de nos séjours... et encore plus lorsque c'est nous qui recevons.

Nos décisions sont prises en commun, en toute connaissance de cause. Je ne met pas en péril mon couple, ni mes "engagements". J'emmerde ceux à qui ça ne convient pas et une chose est certaine pour moi... je suis certainement pas égoïste :-D

#
Profil

Nurja

le mardi 22 septembre 2015 à 19h45

Je pense que tout choix est égoïste. Autant la monogamie que le polyamour, ni plus, ni moins.
En quoi est-il moins égoïste d'empêcher l'autre de vivre d'autres relations que celle qu'il vit avec nous?
En quoi est-il moins égoïste de faire des enfants que de ne pas en faire ?

La seule chose, c'est que quand on va dans le sens de la société, de la norme, de la majorité, ce n'est pas remis en question, sinon oui.

Je n'ai pas une vision négative de l'égoïsme, je pense que c'est ce qui permet d'être heureux, de pouvoir se réaliser et d'ainsi apporter réellement sa pierre à un meilleur monde.
J’abhorre la notion de sacrifice qui est souvent sous-tendue de tellement d'aigreur et de "retour attendu".

#
Profil

bonheur

le mardi 22 septembre 2015 à 21h58

Oui, je crois que Nurja exprime en effet à sa façon... car en effet, on vit avant tout pour soi (enfin pas seulement). L'important étant de laisser autrui également être "égoïste" (si j'ai compris le raisonnement)

Pour ce qui est des enfants, en effet, je dis toujours qu'il n'est pas indispensable d'en avoir, que l'on n'est pas obligé de satisfaire son "instinct de reproduction". Par contre, l'enfant n'a pas demandé à venir au monde, il n'a pas choisi... être vivant est un état, pas un choix. Je dirai que dans ce cas, si l'on a un enfant, c'est là par contre à la base "égoïste"

Par contre, dans l'exemple que je cite (et je suppose que Tigreminou l'a ressenti aussi ainsi), le mot égoïste signifie que l'on ne laisse pas le choix, que l'on impose à autrui pour satisfaire notre propre bonheur... alors que c'est faux. Et cette interprétation de ce terme ne me convient absolument pas.

#
Profil

Evavita

le jeudi 24 septembre 2015 à 16h51

En fait je dirais que ça va plus loin. Faut déjà définir l'égoïsme.
En théorie, on pourrait prendre n'importe quelle action et la considérer égoïste et en quoi l'on juge que c'est quelque chose de négatif.
Et le Larousse il dit : "Attachement excessif porté à soi-même et à ses intérêts, au mépris des intérêts des autres."
Ce qui me parait intéressent c'est le mot "au mépris". J'ai vu qu'il y avait souvent une confusion entre faire les choses pour soit ce qui revient à dire prendre soin de soit en somme et le faire au mépris des intérêts d'autrui : l'égoïsme.

Si tu es poly-heureux avec des amoureux poly-heureux et que du coup être poly ne nuit à personne bein du coup ce n'est pas de l'égoïsme selon moi et selon le Larousse de ce que j'en comprends.

Et c'est là qu'intervient notre très cher capacité à l'empathie et à la projection qui parfois est contreproductive. J'ai amoureux qui une fois avait expliqué à l'un de ses amis qu'à ce moment là il avait deux amoureuse. Le pote a dit : "C'est cool ça!". Suite à quoi mon amoureux à commencer à parler de mon autre amoureux et là il a fait : "mais comment tu peux supporter ça???".

Je peux comprendre sa réaction parce que tout simplement quelqu'un qui fait face pour la première fois à des explications au polyamour, y fait face avec son spectre d'émotion en se mettant à notre place. Et en se mettant à notre place, il se dit qu'il serait égoïste de faire un truc pareil parce que sa compagne en souffrirait terriblement.

Sinon sache Tigreminou qu'il y a pas mal de fil qui traite de ce sujet si tu veux aller plus loin.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 25 septembre 2015 à 01h59

Evavita
Si tu es poly-heureux avec des amoureux poly-heureux et que du coup être poly ne nuit à personne bein du coup ce n'est pas de l'égoïsme selon moi et selon le Larousse de ce que j'en comprends.

A entendre certaines personnes, si, tu es égoïste quand même.
Parce que le/la mono là-bas, qui voudrait bien se mettre en couple avec toi (et peut-être même que toi tu serais potentiellement intéressé(e) par une relation avec ellui, mais que c'est juste "pas possible" à cause de vos visions différentes), ben il te trouve vachement égoïste de pas vouloir quitter tous tes amoureux pour lui !!!

J'ai l'air de rigoler mais...parfois ce qu'on entend est quasi équivalent à ça !

Evavita
Sinon sache Tigreminou qu'il y a pas mal de fil qui traite de ce sujet si tu veux aller plus loin.

Pas faux. Flemme de jouer les archivistes à cette heure ;) - sinon j'aurais déterré deux-trois liens !

#

(compte clôturé)

le vendredi 25 septembre 2015 à 09h53

@Evavita
oui il y a celui là, très complet:
/discussion/-gT-/De-l-egoisme-en-amour/

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Evavita

le dimanche 27 septembre 2015 à 00h27

Et bein celui là, je le connaissais pas encore. C'est du lourd que tu viens de nous déterrer Tigreminou : une jolie capsule temporelle! Merci beaucoup. :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion