Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Emotions

Social
#
Profil

bonheur

le jeudi 22 novembre 2018 à 14h24

Je profite pour redonner les coordonnées d'un tout petit livre qui se nomme (à tord, enfin presque, comme les auteurs l'indiquent) "gérer ses émotions - des réactions indispensables" de Olivier Nunge et Simonne Mortera (préface de Vincent Lenhardt) aux éditions Jouvence développement personnel. 4,95 € ISBN 978-2-88953-014-4. Environ 90 pages (à une ou deux près)

4ème de couverture :
"Vivre, c'est avoir des émotions, c'est sentir ces "flux d'énergie" indispensables à notre organisme pour qu'il puisse fonctionner de manière optimale. Chaque émotion est une véritable source de vitalité nous permettant de mieux communiquer, au-delà de la complexité des mots.
Ce livre vous fera redécouvrir l'importance et le sens de la peur, de la colère, de la tristesse et de la joie. Vous apprendrez à les gérer pour éviter les pièges émotionnels grâce à un certain nombre de pistes concrètes permettant de maintenir une bonne hygiène émotionnelle et de mieux gérer vos émotions au quotidien."

Citation page 13 : "Qu'est-ce qu'une émotion ? Une émotion est un cadeau de la nature..."

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 novembre 2018 à 14h48

Les émotions. Je leur dédie ce fil de discussion.

Je regrette que les auteur-e-s n'aient pas abordé le dégoût ainsi que l'amour. Pour moi, ce sont également deux émotions primaires, cadeaux de la nature et signaux que quelque chose se trame en nous.

Je crois, et là c'est une "analyse" toute personnelle, que les émotions n'ont pas à être gérées. L'extériorisation de celles-ci est difficilement gérable. En particulier ce qui est de l'ordre du physiologique.

Des exemples. La joie implique un grand sourire au lèvres et un pétillement du regard. La tristesse enlève ce sourire et le regard brille peu. La colère nous donne cette couleur rouge et souvent on crispe des nerfs (moi je serre les dents) et on a envie de hurler. La peur peut paralyser complètement et inflige une énorme boule à l'intérieur. Le dégoût donne cette envie de vomir ou au moins d'écoeurement. L'amour, ce pouf (comme je l'appelle) m'emplit d'une chaleur et de troubles importants : bafouillage et/ou bêtises... bref, je ne suis plus dans un état "normal"

C'est le propre de l'émotion, que de nous révéler l'anormalité de notre condition intérieure et extérieure. Ressenti interne et externe. Notre âme, notre esprit, notre aura... sont impactés. Vouloir lutter contre cela me parait à la fois illusoire et inhumain. Retenir une émotion oblige l'intérieur comme l'extérieur à aller contre l'expression de l'émotion elle-même. Du coup, au lieu de s'évacuer, elle stagne (elle semble nous avoir quitté, mais en fait non) et un jour toute cette masse ressurgi et nous explose à la figure, faisant des dommages collatéraux (dans notre entourage et/ou à des inconnus).

Un exemple : la colère : prenons le cas d'une personne qui subit pendant ses journées de travail (stress, réprimandes, autres). Tous les jours, elle part pour rentrer chez elle en voiture. Si le trajet est court, c'est la famille qui prendra à son retour. Si le trajet est long, le comportement de l'automobiliste sera... dangereux... pour les autres. Et puis, dans certains cas, le trajet ne suffit pas pour "décompresser" et ce sont à la fois la famille, à la fois les autres qui subiront.

Dans notre comportement individuel, je pense qu'il faut accepter comme bienveillant de permettre aux autres de pouvoir libérer ses émotions sans "dégâts". Une personne qui veut pleurer doit pouvoir le faire. Je prône depuis un moment déjà le droit aux larmes, sans apitoiement extérieur, sans retenue intérieure. Je dis cela, car c'est ma façon d'extérioriser naturelle. Mon entourage sait désormais qu'il ne doit ni s'affliger, ni endosser mes larmes. D'ailleurs, elles sont mienne et j'en revendique la possession exclusive.

Bref, je vous laisse ce petit livre tout simple et tellement bien. Il en existe tellement d'autres.

Encore un mot pour indiquer qu'il existe, tout comme pour l'intellect, une "intelligence émotionnelle" ainsi qu'un Haut Potentiel Emotionnel. On a un QI et on a un QE

Je crois, et là encore ce n'est que mon "analyse", que devenir poly (affectif et/ou acceptant), c'est développé son intelligence émotionnelle et l'intégrer dans la communication au même titre que les raisonnements intellectuels ("mon corps m'appartient"). Les deux ne doivent pas se confronter, mais se mêler.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 novembre 2018 à 16h01

@bidi....

bonheur
...

Je crois, et là encore ce n'est que mon "analyse", que devenir poly (affectif et/ou acceptant), c'est développé son intelligence émotionnelle et l'intégrer dans la communication au même titre que les raisonnements intellectuels ("mon corps m'appartient"). Les deux ne doivent pas se confronter, mais se mêler.

En lien avec un autre fil de discussion, je fais ressortir ce paragraphe :-) .

#
Profil

Sif

le jeudi 22 novembre 2018 à 16h04

Hello bonheur, toujours un plaisir de te lire!
Concernant la référence que tu cites, m'étant penché sur le développement personnel depuis la rupture avec ma première relation poly (et m'étant beaucoup remis à la lecture depuis), je me permettrais cet achat. Il ira se caler entre Salomé et Thalmann, mes lectures du moment.

bonheur
Je crois, et là encore ce n'est que mon "analyse", que devenir poly (affectif et/ou acceptant), c'est développé son intelligence émotionnelle et l'intégrer dans la communication au même titre que les raisonnements intellectuels ("mon corps m'appartient"). Les deux ne doivent pas se confronter, mais se mêler.

Je suis d'accord! Je ne me suis jamais aussi bien connu, rencontré, questionné que depuis les questionnements qu'impliquent une relation avec une (ou un, mais une dans mon cas) poly. Non pas que les relations monos n'impliquent pas de développer son intelligence émotionnelle, mais quand on n'a pas à casser de normes, que l'on vit sur nos acquis mentaux et sociétaux sans se poser de questions, et bien justement on ne se pose pas de questions, donc on ne découvre pas de réponses ^^.

bonheur
Je prône depuis un moment déjà le droit aux larmes, sans apitoiement extérieur, sans retenue intérieure. [...] elles sont mienne et j'en revendique la possession exclusive.

C'est aussi ma façon d'extérioriser naturelle quand ça ne va pas. Mais on a beau revendiquer nos larmes, dire à l'autre qu'il n'a ni a les endosser, ni a se les affliger, ça arrive qu'il le fasse.. Pas toujours évident de communiquer en conscience, et d'être sur d'avoir été bien compris.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 novembre 2018 à 16h32

Sif
Hello bonheur, toujours un plaisir de te lire!
Concernant la référence que tu cites, m'étant penché sur le développement personnel depuis la rupture avec ma première relation poly (et m'étant beaucoup remis à la lecture depuis), je me permettrais cet achat. Il ira se caler entre Salomé et Thalmann, mes lectures du moment.

Merci. J'apprécie également beaucoup ce que tu écris !

Salomé et Thalmann... et tous les autres en ce qui me concerne. Si tu le désires, je ferai un récapitulatif ici (si d'autres sont intéressés) ou alors, je te ferai parvenir en mp une liste faite sous excel (mais par le biais du site, pas de pj possible, alors il faudra échanger nos mails)

Sif
Non pas que les relations monos n'impliquent pas de développer son intelligence émotionnelle, mais quand on n'a pas à casser de normes, que l'on vit sur nos acquis mentaux et sociétaux sans se poser de questions, et bien justement on ne se pose pas de questions, donc on ne découvre pas de réponses ^^.

Je confirme. J'ai été "dormante" pendant 20 ans. Endormie dans une vie toute tracée que je qualifierai aujoud'hui de pas du tout malheureuse. Depuis, ma vie est heureuse et épanouie (sauf les 4 années de transition mono-mono en mono-poly)

Sif
C'est aussi ma façon d'extérioriser naturelle quand ça ne va pas. Mais on a beau revendiquer nos larmes, dire à l'autre qu'il n'a ni a les endosser, ni a se les affliger, ça arrive qu'il le fasse.. Pas toujours évident de communiquer en conscience, et d'être sur d'avoir été bien compris.

Moi, les larmes surviennent aussi quand je suis hyper heureuse. Aussi, quand j'ai une surcharge d'émotions, car chez moi, les émotions se côtoient. En particulier en matière de nostalgie de mes amours passés. Souvent je pleure mais c'est autant le côté "je ne vivrais plus jamais" que le côté "wahoo, ce bonheur que j'ai vécu, merci la vie !". Le mélange de tout ça fait que les larmes n'ont pas un sens, mais des sens.

Oui, être compris sur la réalité des larmes, enfin de nos larmes. La négativité comprise, alors qu'au contraire, ça fait du bien. On ne refera pas le monde, enfin pas celui immédiat. Il serait temps également que les mentalités évoluent à ce niveau-là. Il faut croire en l'avenir !

#
Profil

Juliette45

le samedi 24 novembre 2018 à 21h33

Et que dire des larmes d'un homme alors que la société, même si elle change, laisse en substance chez beaucoup, l'idée qu'un homme qui pleure est faible. Moi, je trouve juste ça beau, parce que justement, cela montre qu'il exprime ses émotions et qu'il n'en a pas peur. Que ce soit de joie ou de douleur, pleurer fait aussi du bien que rire et ce n'est pas une faiblesse, mais une force!

#
Profil

bonheur

le dimanche 25 novembre 2018 à 19h23

Ils en parlent beaucoup dans les livres de développement personnel. Je parle des larmes

Quant au coup de foudre, que je considère comme une émotion primaire à part, je viens d'en découvrir la parfaite représentation dans un film d'animation. Le Zing (orthographe ?) du comte Dracula dans l'Hôtel Transylvania (dernier sortie). Et oui, on peut avoir plusieurs Zing au cours de sa vie, qu'ils soient alternatifs ou alors en juxtaposition l'un de l'autre. Pour moi, c'est ça l'amour... sans obligatoirement la bague de fiançailles au bout, évidemment.

#
Profil

Juliette45

le samedi 01 décembre 2018 à 16h25

Je vais le voir avec ma fille! On verra si ça me parle aussi...:-D

#
Profil

bonheur

le samedi 01 décembre 2018 à 16h40

Bon film. Et puis, l'opportunité d'une discussion avec ta fille sur ce que représente les zing pour elle. Occasion de communiquer sur l'amour et la vision qu'elle en a !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion