Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Que dois-je faire, je suis perdue ...

#
Profil

PolyEric

le mardi 12 novembre 2013 à 08h17

« Celui qui se sera étudié lui-même sera bien avancé dans la connaissance des autres. »
Denis Diderot

#
Profil

PolyEric

le mardi 12 novembre 2013 à 08h33

Caline
...Je m’en doutais et pensait qu’il allait me quitter.

Et voilà qu’il m’ annonce qu’il désirerait que la relation continue entre nous deux...

....[j'ai] déjà eu des relations avec plusieurs partenaires sans être en couple, j’ai tendance à m’ouvrir à ce nouveau mode de sexualité tout en étant en couple. Mais je suis très partagée, je crains que cela ne dure pas et que je veuille arrêter les frais.

En gros tu considères que ce mode de sexualité, comme tu le dis si bien, est chouette, mais à condition de ne pas considérer qu'il y a un couple.

Par ailleurs, tu considères le polyamour comme un mode de sexualité parce que tu considères qu'il n'y a d'amour que dans un couple (exclusif de surcroît, on dirait).

Nous, ici, on distingue,
1) les polys qui considèrent qu'une relation est primaire et les autres secondaires,
2) les polys qui considèrent que les relations ne doivent pas êtres comparées.

A priori, et sauf erreur de ma part, ton compagnon aurait adopté sans trop réfléchir la première vision, alors que toi tu ne comprends que la seconde vision, pour l'avoir pratiquée avec succès. Par suite, tu voudrais bien continuer avec lui mais en rompant le couple, alors que lui veut continuer sans le rompre.

Si tu rompt le couple pour clarifier la situation et t'y sentir à l'aise, il risque de mal le prendre et tu risques de tout perdre. Par ailleurs, tu considéreras que ce n'est plus de l'amour entre vous, mais de la sexualité, ce qui me parait trop dogmatique de ta part.

Si tu ne le rompt pas, tu te sens écrasé, et trahis surement, car tu as l'air de penser sans le dire, que l'amour rime avec fidélité, ce qui me parait également trop dogmatique de ta part.

La solution : remettre le dogme en question . Repose t-il sur quelque chose de vrai ou faut t-il le balayer ? Puis en parler avec ton compagnon avant de faire quoi que ce soit, ne serait ce que pour savoir si c'est bien ça le problème, et mesurer à quel point chacun tient à sa position.

Il se peut, que ton compagnon tienne cette position parce qu'il craint que tu ne comprennes pas qu'il veuille rompre le couple tout en continuant à t'aimer en dehors du couple. Il se peut aussi qu'il adopte tout à fait consciemment la première vision (un couple primaire et des relations secondaires).

La question pour toi est de savoir à quel point tu tiens à cette idée selon laquelle, l'amour ne passe que dans un couple, exclusif de surcroît. Peut-tu considérer que l'amour passe en dehors du couple, et avec plusieurs personnes en même temps (ou tour à tour, comme tu veux).

Personnellement, je pense que le couple n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est l'amour. Il faut sauver l'amour, et non le couple. L'amour n'a pas besoin de couple, et l'amour n'a pas besoin d'exclusivité non plus. Par contre, je pense que l'amour a besoin d'un avenir.

Il faut inventer l'avenir en dehors du couple, si c'est le couple qui vous gêne, ou inventer l'avenir dans un couple ouvert sur l'extérieur, si c'est la fermeture du couple qui vous gêne.

A mon sens, tu es mono, donc attaché à la vision de l'amour exclusif, donc il n'y a aucune solution pour toi dans le polyamour, mais je me trompe peut-être. Il se peut que tu puisse passer de la notion de polysexualité à la notion de polyamour, sans trop de difficulté finalement.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 12 novembre 2013 à 10h02

Eric_50
Il se peut que tu puisse passer de la notion de polysexualité à la notion de polyamour, sans trop de difficulté finalement.

Désolée j'n'avais pas vraiment suivi ton post', mais je pense que si comme moi le bouddhisme et sa philosophie t'as aidé à te reconstruire. La réflexion sur la non-possessivité, non-exclusivité, va couler de source.
A mon sens de parler (ou penser) de tantra ne peut etre fait qu'avec les notions de polyamour

#
Profil

Caline

le mercredi 13 novembre 2013 à 17h36

Eric 50,

Je ne suis pas dogmatique, je ne le pense pas du moins. Je suis au contraire assez libérale. Je ne voudrais pas donner cette impression là en tout cas!
Le fait que tu dis que je voudrais casser le couple ( tjrs existant et plus que jamais) pour n'y avoir que la sexualité sans amour est faux, sur toute la ligne.
Il y'a eu depuis ce WE comme un regain d'amour entre nous deux, nous nous sommes expliqués et la situation me semble plus claire: nous formons le couple primaire, que je déteste ce terme mais je suis bien obligée de le reprendre et lui a une aventure avec une autre femme.
Mais il m'a assuré au cours de la discussion que je restais importante pour lui dans son cœur et que son autre relation c'est plus, je pense, pour rencontrer une autre femme avec un autre caractère que le mien.
Je crois aussi que le fait qu'il y ait une autre relation donne du pep´s à la relation sexuelle.
Je suis bien sûr toujours jalouse mais comme je ne veux pas le perdre, j'assume cela du mieux que je peux.
Mon compagnon insiste surtout sur le fait d'être dans le moment présent, de vivre aujourd'hui. Demain, nous pourrions êtres morts.
En tout cas je suis rassurée il ne me quittera pas de sitôt.

#

(compte clôturé)

le mercredi 13 novembre 2013 à 18h48

Chère Caline,

Ton compagnon se construit ce que j'appellerai un univers affectif (et sexuel aussi dans son cas, mais là n'est pas l'important). Vivre dans l'instant présent est une bonne chose. Après introspection, je sais pourquoi je suis devenue ainsi. Oui, que sera fait demain ? Il ne faut pas chercher une réponse juste que la vie est de toute façon toujours trop courte pour se mettre des bâtons dans les roues et fermer les yeux sur le monde qui nous entourent.

La relation primaire, c'est celle, pour moi, qui correspond à la personne avec laquelle j'ai engagé mon avenir (il y a plus de 20 ans de cela) dans un projet de vie commune, enfants, achat de biens, prises de décision important, à deux... Mes relations secondaires sont en effet plus dans un non engagement (à part affectif), dans un partage de vie très ponctuel [chez certains, je sais où se range la vaisselle alors que chez d'autres je n'ai jamais mis les pieds ; pour certains je connais des amis et/ou de la famille alors que pour d'autres non] ou d'activités diverses, dans une ponctualité évidente et la seule perspective d'avenir c'est le prochain instant commun, le prochain appel, le prochain sms, le prochain mail. Pour ce qui est de penser à eux, c'est quotidien, même pour ceux avec qui je n'ai plus de liens (fichue société qui éloigne de nous des personnes que l'on aime pour des raisons grrr).

Je crois qu'il ne faut pas chercher à classifier, il faut vivre l'amour : offrir et recevoir.

#
Profil

PolyEric

le mercredi 13 novembre 2013 à 20h01

Bon, ben voilà.

Remarque : c'est normal que je sois à côté de la plaque, je ne suis pas assez proche du truc, et même quand je suis juste à côté, je suis souvent quand même à côté de la plaque :-)

Au moins ça permet de te positionner par rapport à ce que j'en dit, ça a un effet éclairant quand-même.

Reviens s'il y a un problème
et aussi s'il n'y en a pas d'ailleurs :-)

A plus

#
Profil

naturistes

le mercredi 13 novembre 2013 à 20h15

peu etre que j arrrive apres la bataille mais la question est la nature humaine , sommes divains crees par une diinité ou sommes des animaux tres proche des bonobos ?
le livre de picq"l homme est t ilun grand singe politique" odile jacob20112 explique que nous sommes là parce qu il y a eu polymour au période glaciere ou l espece a perdurer parce qu il y a eu plusieurs amours autour des femmes enceintes et allaitantes . avec le froid on ne peut pas chasser , lutter contre le froid , et arriver au bout de sa maternite ou avoir lait assez riche a la survie du bebe, avec un seul mari il faut plusieurs adultes qui apportent la nourriture pour la mere. je choque?

#
Profil

PolyEric

le mercredi 13 novembre 2013 à 20h26

Tu ne choques pas du tout, du moins pas moi en tout cas :-)
D'ailleurs, je me faisais une idée dans le même genre.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 13 novembre 2013 à 20h53

Oui m'enfin, j'vais quand même pas couper le chauffage... (rire)

#
Profil

PolyEric

le mercredi 13 novembre 2013 à 22h21

Surtout que les hommes d'aujourd'hui n'apportent plus à manger, et en plus, ils craignent le froid aussi, donc ils risquent de repartir sans rien laisser.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 14 novembre 2013 à 00h52

Eric_50
Surtout que les hommes d'aujourd'hui n'apportent plus à manger, et en plus, ils craignent le froid aussi, donc ils risquent de repartir sans rien laisser.

MDR :D

C'est pas faux pour certains... ^^

#
Profil

Caline

le jeudi 14 novembre 2013 à 07h03

La période préhistorique est une excellent exemple de polyamour / polysexualité.

Mais actuellement, la femme ne dépend plus de l’homme pour se nourrir et se chauffer... heureusement8

Depuis que je réfléchis, j’ai repéré plusieurs romans et/ou films ou la notion de polyamour et /ou polysexualité est reprise.
Dans un ordre purement aléatoire, je note:

Delphine de Malherbe, Fuir ou l’aimer? (à propos de Colette)
Barjavel, Ravage
Eric-Emmaniel Schmidt, les perroquets de la place d’Arezzo
Benoîte & Flora Groult, journal à 4 mains
César & Rosalie de Sautet
Jules & Jim
le journal d’Anaïs Nin

et j’en passe...

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 novembre 2013 à 15h50

Perso Jules et Jim... j'ai du mal. Par contre, les soeurs Groult, ouais ouais.

Tu as fait comme beaucoup Caline, tu as eu des exemples sous les yeux mais qui ne t'ont pas plus marqué que cela car c'était des exceptions. C'est ce qui me gène aussi dans la présentation du PA dans les médias... on expose des exceptions que chacun oubliera vite puisque l'on ne se sent pas concerné. C'est pas une critique, c'est humain. Ce n'est que le jour où l'on se sent concerné que l'on prend conscience, et encore, si l'on a un reste de souvenir qui ressurgit.

#
Profil

naturistes

le jeudi 14 novembre 2013 à 19h58

biensur que depuis la fin de la glaciation qui a dure des milliers de generations, , mais c est notre nature que d etre polyamour, solidaire ; la cuture nous a fait perdre nature depuis quelques dizaines de générations .

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 14 novembre 2013 à 20h27

LittleJohn
Nous trouvons des arguments naturalistes, évolutionniste, psychologique, sociologique (voire des mélanges de tout ça) pour justifier que c'est normal, naturel et que la monogamie ne le serait pas. Et, en effet, il est confortable de (se) dire "je suis normal" ou "c'est naturel".

Nous nous réjouissons et publions en pagaille des articles pseudo-scientifiques qui montrent que l'homme n'est pas naturellement monogame et rageons d'en lire d'autre qui disent le contraire le lendemain, alors qu'ils sont tout autant faibles les uns que les autres.

(...)

Le problème, c'est que je ne suis pas "naturel", personne n'est naturel, qu'on voit la nature comme une sorte d'idéal passéiste (rien de "naturel" à lire un article sur un écran), une sorte de norme inamovible (plus personne ne vit comme on vivait il y a 10-20-100 ans), ou un concept déiste quasi religieux.
(...)
Si la science devait finir par prouver, sans l'ombre d'un doute que la monogamie est normale et universelle, alors je serai anormal et particulier et ça serait pareil.

Je suis non exclusif—anarchiste relationnel—polyamoureux parce que c'est mon choix et que ça me convient.
Je veux bien expliquer aux curieux ce que c'est, ce qu'il apporte à ma vie.
Mais je ne veux plus me justifier ! Parce que c'est comme ça !

Voilà, LittleJohn répondait à cette partie sur la "nature" poly ou mono de l'humanité.
Et, comme lui, j'en ai un peu rien à battre.
D'autant que nos conditions de reproduction / conservation de l'espèce/ contraception actuelles ne nous poussent ni vers l'un, ni vers l'autre, mais nous offrent le choix, et que je préfère nettement avoir ce choix que donner tort à ceux qui ne feront pas le même que moi.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 15 novembre 2013 à 00h57

ça a l'air génial comme balayage, mais il y a quand-même un truc qui me gêne.

Personnellement, quand je suis perdu, j'essaye de me replacer dans le contexte de l'homme préhistoirique, à la limite de l'animal, et ça m'apporte une clarté de point de vue, que je ne trouve nulle part ailleurs dans la culture, car dans la culture, comme justement le dit littleJohn, tout est dit et son contraire, donc quitte à penser ce que l'on veut, on peut bien choisir d'utiliser la partie de la culture qui dit tout et son contraire sur la tendance naturelle de l'être humain.

Bien malin celui qui prétend ne pas être influencer par la culture et prétend décider parce que c'est comme ça qu'il le veut. Ici, on trouve plutôt l'argument contraire, surtout au niveau des débats sur le féminisme, une culture qui entamerait le cerveau des petites filles et des petits garçon dès leur plus jeune âge, peut-être même dès le séjour dans le ventre de leur maman. Un coup on est maître de nos décisions, un coup on ne l'est pas, suivant comme ça arrange.

Quand à l'homme qui ne serait pas naturel, excusez moi, mais il est le produit de la nature. Mêmes les pesticides son bio, parce qu'ils ont été fabriqué par des êtres humains qui ont été fabriqués par des êtres humains qui ont été fabriqués par des êtres pas encore tout à fait humains, qui ont été fabriqués par des êtres naturels, pas du tout humains, et sans aucun engrais artificiel créé par l'homme. Donc les pesticides sont bios.

Par contre, que vous en ayez rien à battre, ça se comprend...ok, ok, excusez de ne pas toujours êtres intéressants :-)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 novembre 2013 à 02h00

Eric_50
Personnellement, quand je suis perdu, j'essaye de me replacer dans le contexte de l'homme préhistorique,

J'ai essayé, et du coup je savais plus me servir du clavier...

#
Profil

naturistes

le vendredi 15 novembre 2013 à 09h44

pascal picq ( professeur au collegue de france de paleoanthropologie) ne prouve rien dans son livre, mais il decrit l etat de la connaissance a ce jour. c est pas prouve mais quand on le termine on n a pas d autre choix que de se poser des questions dont personnelement je ne vois pas d arguments pour refuter.
si comme l état de la science aujourd hui le pense nous sommes des ommivores, des primates,produit de l evolution ,que les primates sont sociaux, polyamours, pour des raisons physiologiques, autant energetique que d autodéfense contre predateurs.
notre nature humaine est d etre vertébré, mamifère,d avoir quatre membre, de marcher sur les jambes. c est cela notre nature humaine , nous ne sommes pas que cela mais ma raison ne peut pas refuser cette nature humaine.
ce prof donc pose donc, dans son livre ,que pour des raisons diverses , il n y a pas d autres hypotheses possibles que celle la nous sommes polyamour
aller (ou non) lire a la source du livre son argumentation.

#
Profil

aviatha

le vendredi 15 novembre 2013 à 13h25

Je connais bien les ouvrages de ce professeur et ses travaux suscitent assez de controverse au sein des équipes universitaires pour que je m'interroge. De plus, pour avoir constater de mes propres yeux l'inverse et avoir fait mes travaux de recherche dessus, je me demande comment quelqu'un qui se dit scientifique peut oser prétendre que les primates sont polyamoureux, c'est une aberration scientifique.
A l'extrême rigueur, on peut parler de tendance polyamoureuse ou tendance monogame, et encore étendre cela à toutes les espèces de primates, même de grands primates est stupide. Les orangs-outangs ont une tendance majoritaire polyamoureuse, pour les chimpanzés c'est l'inverse, chez les gorilles cela varie selon les groupes et chez les bonobos c'est encore plus délicat à déterminer (ils ont deux sexualité, une sexualité sentimentale, qui elle seule détermine leur tendance et qui est très choisie, et une sexualité sociale, qui sert à maintenir la cohésion dans le groupe, y compris avec les enfants, les considérer tous bi et poly reviendrait à les considérer tous pédophiles, ce qu'ils ne sont pas, y a qu'à voir la dérouillée que se prend un adulte s'il tente une approche du premier type avec un petit...).
Donc qu'on se pose la question de "l'état de nature", pourquoi pas, même si je n'en vois pas forcément l'intérêt, mais qu'on affirme des énormités pareilles, alors là non.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 15 novembre 2013 à 13h58

Bon, voilà, on y est. Tout est dit et son contraire.

L'être humain peut choisir son origine naturelle. D'ailleurs, si ça se trouve, c'est peut-être ça, la vrai sexualité originelle de l'être humain : sa faculté de choisir sa sexualité.

Elle était perdue, maintenant, elle est complètement paumée, et elle ne sait toujours pas ce qu'il faut faire, la dame.

Le polyamour, en tous les cas, c'est ça dès l'origine. On vient avec des questions, et on repart avec...des questions.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion