Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Lettre ouverte à Alps

(Hors sujet)
#
Profil

Cendre

le mardi 11 juin 2013 à 23h02

Bonjour Alps

Liminaire :

Vu la faible proximité que nous avons l'un envers l'autre, j'aurais pu faire l'effort de revenir au vouvoiement. Je ne le fais pas, parce que chez moi cela dénoterait d'un certain mépris. J'espère que tu ne t'en offusqueras pas.

J'aurais pu t'envoyer cela en privé, mais somme toute, je pense que cela ne te dérangera pas de répondre en public, et je pense que tes réponses peuvent intéresser certains ici.

Je voulais dans un premier temps parler de la notion de Troll.

Nous sommes nombreux, moi y compris, à t'avoir taxé de troll. A mon avis, ce qualificatif te colle au speudo pour deux raisons :

- Tu avais tendance à intervenir un peu partout, avec tes idées bien arrêtées, des jugements à l'emporte pièce (surtout contraire à celles affichées ici), des phrases sans précautions oratoire, un manque de tact manifeste, qui nous donne l'impression d'une absence totale d'empathie, voire pire qui m'a donné plus d'une fois l'impression que tu n'avais pas bien lu ce qui était écrit.
C'est déstabilisant pour tout le monde, c'est dangereux pour les nouveaux qui viennent chercher ici un havre d'écoute où on ne les jugera pas pour ce qu'ils ont fait ou voudraient faire. J'ai profité de cette qualité d'écoute quand je suis arrivée ici, et je serais très désappointée si elle venait à disparaître à cause d'un unique être borné.

- On ne comprend pas ce que tu viens faire ici, ce que tu cherches. Tu dois bien y trouver ton compte, car nombre de tes réponses construites nous prouvent que tu nous lis quand même, que tu essayes de comprendre. Mais on est paumés, parce j'ai bien l'impression qu'ici personne ne te comprends, et comme ton discours n'a pas évolué d'un iota depuis tes premières interventions, ça devient lassant.

Mais j'ai envie de t'accorder le bénéfice du doute, une dernière fois. Parce que je constate tes effort manifestes pour te défaire de cette étiquette.
Pour moi, à partir du moment où tu ouvres des fils spécifiques pour discuter avec nous de ce qui te touche, ou quand on ouvre un fil spécifique pour discuter avec toi (comme je le fais là) aucune de tes interventions ne peut être qualifiée de troll : tu es dans ces fils chez toi, tu y écris ce que bon te semble.

Je m'excuse, je n'ai pas encore lu tous tes derniers posts (faut dire que tu es prolifique!), mais j'ai trouvé que tu avais avancé dans ta démarche, en expliquant mieux ce que tu es, ce que tu penses, ce que sont tes valeurs. Parce que tu as l'air de penser que tu les montres depuis le début, mais pour moi, c'était pas clair du tout.
Peut être qu'on va enfin pouvoir avancer ensemble, c'est-à-dire influencer un peu l'un sur les idées de l'autre, et pas en sens unique.

J'aimerais bien que tu me prouves que tu n'es pas de ceux qui ont toujours raison.

Car ils me font peur, en général. Parce que, comme je l'expliquais au café lundi soir (tu étais là, au fait ?), je suis sensible à la manipulation, aux arguments massues. Je me fais vite embobiner. Un ami m'a dit il y a longtemps : «  Il ne sert à rien de discuter avec ceux qui sont persuadés d'avoir raison ». Parce qu'on fini toujours par tourner en rond.
A l'écrit, c'est plus facile pour moi de me défendre qu'à l'oral, alors le m'y essaye, avec toi, pour voir. Faut être honnête, tu donnes plus d'une fois l'impression d'être de ceux là.
Il y a un truc dans la façon dont tu formes tes phrases. De résolument catégorique. Qui dérange beaucoup ici, où on aime bien tout remettre en cause, pour en discuter, justement.
Voir si tu es capable de te remettre en question (chose que je fais à peu près 4 fois par semaine), si tu es capables de reconnaître tes tords autrement qu'en disant «  je comprendrais qu'on m'interdise l'accès à une partie sacralisée du forum »

Parce que justement, faire confiance à l'autre pour qu'il trouve lui même de lui même la limite entre ce qui est respectueux et ce qui ne l'est pas est (à mon humble avis) un des fondement de l'état poly.

Tu as raison sur ce point, les relations plurielles sont, pour certains d'entre nous (sûrement pas tous) qu'un aspect particulier d'un art de vivre en général. Une vie où l'on essaye de ne pas s'enfermer, de ne pas enfermer l'autre dans un système de règles (qui ne peuvent qu'être arbitraires).
En quoi être celui qui comprend t'empêche de faire ? Et inversement ?
J'ai l'impression que c'est état là, sans règles prédéfinies à l'avance, qui te fait peur au point de nous refuser l'accès à ta sphère privée.

Il est des cadres structurant, qui empêchent de trop s'éparpiller, je le concède. Mais la spécialisation à outrance tel que tu la décrit me fait froid dans le dos. A quoi bon devenir une machine dans un certain domaine, si c'est pour se rendre ultra dépendant des autres dans les autres domaines. C'est plus efficaces, peut-être, un temps, avant que l'esprit ne meure faute de remplacement. Car la curiosité et l'inventivité sont humaines, elles sont pour moi expression même de la vie. M'empêcher d'évoluer, d'apprendre, de découvrir (i.e. comprendre+faire), c'est me tuer à petit feu.

Je cherche toujours à m'améliorer. Et on ne s'améliore pas si on ne prend jamais de risques.

Les valeurs qui remplacent celles qui sautent, justement, c'est celles de la confiance et de l'humanité. C'est comme ça que je vis mon polyamour, en tout cas. En acceptant que je suis faillible, mais que je ne suis pas seule non plus. Et que là où je faute, je peux, d'un, compter sur mon entourage pour me supporter quand je dépasse les borne, de deux, compter toujours sur eux pour me montrer que j'ai déconné, de trois, compter sur moi pour apprendre et ne pas recommencer.
Et pour moi, c'est la meilleure manière d'avancer dans le développement personnel, la connaissance de soi, et, cette quête fantastique de la recherche du bonheur.

Je comprends bien que cette vision très centrée sur l'individu te chatouille. Moi même je l'ai trouvée un peu trop libérale à mon goût quand je suis arrivée ici.

Pourtant, nombreux sont ceux que j'ai pu rencontrer ici qui ont un vrai soucis du bien commun, du service publique, de la société et de la chose publique. C'est un égoïsme très particulier qui est développé ici : celui qui nous permet d'être bien avec nous même, ce qui nous permet d'être encore plus disponible pour le reste.
Je reste intimement convaincue qu'une frustration latente, avec toutes ces portes dont on connaît l'existence mais dont on ose pas s'approcher (d'ici qu'on ait envie de les ouvrir!) est bien plus néfaste pour notre entourage qu'un désir assumé et assouvi qui n'a plus aucune raison d’obséder. Refoulement, inconscient, actes manqués, ça te dis quelque chose ? (on se refait pas, je reste fille de psychanalyste)

J'admire l'énergie que tu continues de déployer ici, pour te justifier, nous expliquer ton point de vue, même si on commence à s'énerver de ne pas le voir bouger d'un iota.
Je te remercie même de m'avoir donné un aperçu de ton système de pensée et de valeur, qui, à ma connaissance, n'existe dans aucune de mes relations (en général). L'humanité est décidément pleine de surprises.

Par respect pour nous, pour ce forum en tant que lieu d'accueil, j’aimerais te demander de limiter tes interventions aux fils qui concernent les débats de fond avec les passionnés de la rhétorique, c'est-à-dire, pour faire simple, aux fils qui te sont adressés, ou à ceux que tu ouvres, et de ne pas répondre à un nouveau qui explique son histoire (surtout si c'est pour faire du hors sujet !!).
Si on avait eu envie de te bannir, ou de te circoncire par la force à un certain domaine, ce serait déjà fait. Ça me semble tellement plus intelligent si tu acceptes volontairement de le faire, et, mieux encore, si tu comprends pourquoi tu le fais. On est entre adultes civilisés, quand même, non ?

En espérant que tes réponses à cette lettre m'aideront à mieux te comprendre (moi aussi, je t'examine comme on étudie une fourmilière),

Cendre.

PS : J'ai oublié de parler de l'amour des chiffres qui est un des rares trucs qu'on partage. Mais j'ai déjà fait très long, je vais pas en rajouter là. Juste, si t'as envie de me parler de ta formation, de ton métier, de ton expérience avec les chiffres et leurs manipulations, je suis intéressée.

Notes :
- ouhaa, voilà que je me considère comme ancienne, j'ai pris du grade dans ma propre hiérarchie... ou alors, c'est une posture de défense que je prends face à toi, ce qui semble plus probable, en fait... J'ai trouvé un terme plus approprié que celui «  d'anciens » pour parler de ceux que cela pourrait intéresser de discuter avec toi.
- J'espère ne pas prêter le flan à une forme de harcèlement. Bien que pour le coup, je suis loin d'être convaincue de la bienveillance de alps (au contraire, même). Si les modos estiment que ce fil n'a pas à exister, qu'ils le supprime : j'ai une copie du texte, je l'enverrais en privé à alps.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le mercredi 12 juin 2013 à 00h38

Je vous trouve bien patients, tous, toi particulièrement, Cendre, et je vous admire, vraiment.

Jean Pierre Vernant disait : on ne discute pas de recettes de cuisine avec des cannibales... Belle vision du danger.

L'irruption de certains ici transforment ce lieu. Polyamour.info était un endroit où l'on pouvait débattre d'un sujet, d'une difficulté, parfois d'une douleur. Débattre, c'est à dire examiner les aspects contradictoires ou non d'une question, et cela pouvait se faire parce que nous nous mettions en situation de comprendre, d'entendre, nous appuyant sur une représentation non biaisée des interlocuteurs, ce qui est plutôt rare dans le monde des forums.
Las, quelques malotrus sont venus rabaisser ce joli lieu d'échange au statut de vulgaire forum, c'est à dire un endroit où l'on vient déposer son petit caca sans se soucier le moins du monde de son odeur et encore moins d'incommoder autrui.
C'est dommage, mais tellement courant, tellement normatif, tellement ressemblant à tout ce que nous rejetons que j'en viens à regretter de ne pas faire appel à une censure radicale. Mais je me retiendrai.

Mon seul geste, et c'est plus du mépris que du dépit est de les ignorer.

#
Profil

alps

le mercredi 12 juin 2013 à 00h56

Un thread a l'éloge de la tolérance et de l'ouverture d'esprit certainement. Loin des normes et des clichés ambiants. Teinte d'un mysticisme des plus colorés pour la valeur sacrée et exclusive de ce forum.

Ca fait beaucoup de paradoxes en deux messages. Tu m'as beaucoup decu cendre. Si au moins tu avais pris le temps de lire. Je suis bien plus libre que beaucoup d'entre vous. Et c'est bien cette liberté qui me porte préjudice et qui vous porte préjudice.

Votre incapacité éthique à répondre du problème que je peux poser est très significative. Et à mon avis tu es dejà en retard d'une problématique.

Je conçois bien qu'à mes cotés on puisse se bruler les yeux. J'ai conscience de cela. C'est vous qui avez demandé à voir. Je n'ai fait que montrer au grand damne d'annabelle qui me reproche depuis lors de montrer.

Vivre aux cotés de gens libres est toujours destructeur. Mon feu brulera moins souvent près de vous. Et un jour même vous me regretterez peut être. Certainement toi annabelle d'ailleurs.

Rappelle toi que je l'ai fais pour rien et sans manipulation aucune. Je n'ai fais que montrer.

Le juste.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Cendre

le mercredi 12 juin 2013 à 01h27

Que j'aurais du prendre le temps de lire, ok (j'ai eu un week end chargé, et j'avais envie de t'écrire même si j'avais pas tout lu, je veux bien entendre)
Que j'ai une problématique de retard ok (même cause, mêmes effets)
Que je te déçoive du coup, tant pis, (y'a des choses plus graves dans la vie)
Que tu te considères libre, là encore, je peux entendre. Je commençais tout juste à accepter que tu n'avais pas la même façon de percevoir cette liberté, que je pouvais justement apprendre de toi cette nouvelle façon de voire, et regarder si elle pouvait s'adresser à moi ou pas.

Mais que je me brûle les yeux.
Ça non.
Ça rentre pas.
Et pour le coup, ça me coupe toute l'envie qui pouvait me rester de te lire.

Bon courage pour capter encore une fois mon attention, je vais faire comme me conseille BouquetFleuri : tâcher ne plus te lire pour ne plus avoir envie de me défendre contre tes arguments.

Fat pas discuter avec ceux qui ont toujours raison, ça mène jamais nulle part.

#
Profil

alps

le mercredi 12 juin 2013 à 01h50

Dans un couple les torts ne sont jamais exclusifs. J'ai fais un pas, puis un second. Tu as fais un pas, puis m'a reproché a nouveau. D'autres n'ont pas fait un seul pas tu me diras.

Venir sur ce site a été un risque pour moi. J'ai affronté toutes vos valeurs et émotions. J'ai pesé en moi chaque mot que j'ai pu étreindre. J'ai meme fantasmé d'une vie comme la votre.

Il n'est pas possible à celui qui cherche de ne pas tout remettre en question devant chaque nouveau concept. Et je l'ai fais, et le fait toujours. Et j'en sors grandit à chaque fois.

J'ai vecu des messages intenses. J'ai trouve des réponses, j'ai abandonné certaines idées qui n'ont pas tenues le choc de la rencontre du polyamour. Je me suis retrouvé moi et le monde nue. J'ai meme cru trouver chez vous quelque chose que je ne trouve nulle part ailleurs. La possibilité de dire les choses telles qu'elles m'apparaissent et etre compris comme elles m'apparaissent. Par le biais d'images et d'émotions.

Annabelle m'a fournit la plus belle d'entre elles. Et comme cette beauté me fascine et me façonne l'esprit. Comme je n'ai pas su entendre son refus à se voir aussi belle qu'elle ne l'est. C'est proprement humain que de se refuser à soi. Certaines personnes ont besoin d'être triste un moment. De faire le deuil de certaines choses de se rassurer avant d'ouvrir les yeux à nouveau.

Cela faisait un moment que je n'avais pas été inspiré. Que je n'avais plus connu l'excitation d'entrevoir des idées nouvelles qui puissent enrichir mon âme. La nettoyer des contingences et altérités du monde. Je me sens mieux. Plus fort. Plus apte comme apres chaque âpre bataille. J'en ai des frissons.
Vous m'avez poussé plus haut et plus loin. Je ne regrette rien ou une chose. Cette rupture non vertueuse. Mais bon j'ai mon gain et ce n'est pas moi qui rompt. J'ai la tête pleine de musiques que je m'évertuerai ailleurs à partager. Certainement sur un autre mode.

J'espere que ce fil de discussion ne sera pas effacé. Qu'il soit bloqué soit. Mais qu'on puisse le lire me semble important.

je suis heureux. :)

-----------

L’AOUYE

Immergés dans les eaux obscures de l’océan, d’étranges poissons aux écailles d’argent vivaient blottis les uns contres les autres. Apeurés par un monde fait de vibrations et de bruits insaisissables, c’est comme plongé dans un songe qu’ils se contentaient de suivre le mouvement de la masse à travers les profondeurs insondables.

Incapable d’envie, seuls les besoins nécessaires prenaient parfois le pas sur l’inquiétude constante rythmant chacun des battements de leurs nageoires, les rapprochant toujours plus près de leurs congénères. Il arrivait pourtant régulièrement qu’un des membres du choeur, poussé par un désir mystérieux s’éloigne de la clique, dans le but inconscient d’assouvir son appétit.

Un jour pas très différent des autres jaillit des profondeurs de l’océan une lame de fond, aussi haute que la plus grande des montagnes, aussi puissante que la plus forte des tornades. En l’espace d’un instant le ban fut projeté dans les cieux. A l’apogée de leur saut, baignés dans les noirs nuages, un éclair fendit l’air, qui telle la baguette d’un magicien les métamorphosa en poules.

Sans savoir pourquoi, toutes fuyèrent aussi loin que possible de la mer. Tout autant effrayée que ses semblables, portée par la volonté et un courage aveugle, une des poules s’avança au bord de l’eau. D’où elle pondit un oeuf produisant un son doux lorsqu’il s’enfonça dans l’océan agité.

Elles apprirent à sonder le monde, et grâce à leur bec à émettre les sons rudimentaires utile à la vie en communauté. C’est sans souvenir de l’époque passée qu’elles jouirent de leur vie libre de poules, passant leur temps à aller et venir, picorer et mettre bas. Par jeu, il arrivait qu’elles bondissent parfois jusqu’à deux voire trois mètres de haut, sans réussir à se mouvoir librement au dessus de la surface.
C’est en pleine nuit qu’un terrible tremblement de terre réveilla en sursaut la petite troupe.

De peur de sombrer à nouveau dans l’océan, elles se mirent toutes à bondir gloussant et caquettant en cadence. Une, deux… puis toutes finalement réussirent à s’envoler, devenant par là même des oiseaux.
Pour cette nouvelle race d’oiseaux, de tout ce qui était émanait une musique. Les arbres jouaient de leurs épines et de leurs branches un canon audacieux au violon, les cours d’eau de jolies berceuses au son claire, les buffles en fanfare une marche puissante. Un monde nouveau s’ouvrait sous leurs ailes, un monde coloré de blanches et de noires balisé de mesures et contre temps.

Chacun d’eux suivit le mouvement qui lui plaisait le plus, s’imprégnant des la des ré des mélodies qui les portaient, sans se douter un instant de l’anicroche qui pointait à l’horizon de la fugue. Aucun d’eux ne fut à même de trouver le chemin du retour. Tous furent condamnés à vivre seul d’enchantement sur cette terre aux airs impénétrables.
Plus tard un oiseau au plumage d’or vint à la rencontre de chacun. A son contact leurs plumes changèrent et se firent comme les siennes. Ils apprirent à déchiffrer la musique, à pénétrer son sens, et à en garder le secret.

Un jour pas très différent des autres, tous les instruments de la nature se mirent à jouer en harmonie un opéra céleste. Les oiseaux au plumage d’or prirent chacun leur voie, suivant les instruments les plus en accord avec eux même. Ils convergèrent naturellement au sommet du plus haut des monts où la terre et le ciel se touchent. D’ici, l’océan leur apparut d’un jour nouveau, calme comme la lune dans la nuit, clair comme le plus pur cristal, le fond parsemé de grains de sable aux couleurs du soleil.

Un être qu’on ne peut décrire sortit de l’océan jouant une musique chère à nos églises. Tous les oiseaux s’envolèrent jouant de concert avec lui, battant des ailes comme l’on se sert d’un anche pour jouer du hautbois. A mesure qu’ils montèrent vers le ciel, l’être s’éleva au dessus des eaux. Nul ne su jamais si c’est l’être qui les poussa ou eux qui le tirèrent vers les cieux.

Jamais ils ne se lassèrent de jouer la musique de l’être, jamais ils n’en comprirent le sens. L’âme apaisée, l’esprit emplit de quiétude ils voguèrent en formation au-delà de leur terre originaire, à la rencontre des étoiles.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 12 juin 2013 à 02h29

A titre personnel, Alps, je trouve ton comportement sur ce fil manipulatoire (entre autres, que tu déformes ou interprètes de façon biaisée une partie de ce qui t'a été dit), et le ton de tes messages condescendant (dans le mauvais sens du terme). Je trouve que cette attitude n'a pas sa place ici.

Je pense qu'il est inutile de poursuivre, alors en tant que modératrice, je ferme la discussion.

Si un autre modérateur passe par là et pense qu'il faut la rouvrir, qu'il le fasse, je ne m'y oppose pas.

Si tu souhaites absolument rouvrir cette discussion Alps, tu peux envoyer un email à [e-mail, cliquer pour voir l'adresse] . Ce qui ne veut pas dire qu'on accèdera à ta requête, mais en tout cas on en discutera.
A ce propos, prière de ne PAS créer un nouveau sujet développant le même thème (si celui-ci est fermé, ce n'est pas pour retrouver quinze fois le même discours dans d'autres nouveaux fils ; si la discussion doit être réouverte, ce sera ici - je dis juste ça pour être sûre que ce soit bien clair, pas parce que je pense que tu le feras, mais on n'est jamais trop prudent, mieux vaut prévenir que guérir :) ).

#
Profil

bohwaz

le vendredi 14 juin 2013 à 11h28

Les règlements de comptes n'ont clairement pas leur place ici en public, donc j'approuve la décision de LuLutine, quel que soit le problème avec alps, donc je me contre-fout pas mal d'ailleurs.

Cette discussion est close, il n'est plus possible d'y répondre.

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Cette discussion est close. Il n'est plus possible d'y répondre.


Espace membre

» Options de connexion