Polyamour.info

nofate

nofate

()

Participation aux discussions

Discussion : Autisme et amour? Comment savoir si on aime, si on est amoureux, si on est ami.e.s??

Profil

nofate

le jeudi 08 août 2019 à 15h54

Merci :)

"Les médecins qui te suivent, t'ont-ils offert ce vocabulaire indispensable ?"

Je suis suivie par psychiatre TCC + psychologue TCC 1X mois chacun en complémentarité. Non, je n'ai pas de référentiel, ni ne sait par où commencer pour en construire un.

J'ai toujours catégorisé mon entourage en vue de savoir si je répondais aux besoins des proches, si je respectais leur identité, leur place, etc. Cette "catégorisation" me permet de clarifier mes intentions/actions/réactions en adéquation avec mon environnement.

Cela est devenu plus facile lorsqu'il s'agit de savoir si je dois me rendre ou pas à l’enterrement d'un proche d'un ami, mais par exemple pas de savoir si une étreinte de réconfort est nécessaire ou pas pour le proche à accompagner dans son deuil.

Merci de vos encouragements.

Voir dans le contexte

Discussion : Autisme et amour? Comment savoir si on aime, si on est amoureux, si on est ami.e.s??

Profil

nofate

le jeudi 08 août 2019 à 15h13

Bonjour à tous et à toutes.

Je suis en cours de diagnostic autisme depuis trois ans, sans déficience mentale, avec dyspraxie et TDA/H +++, après une errance psychiatrique de 15 ans, soit-disant pour schizophrénie affective, sachant que j'ai fait ma première tentative de suicide à l'âge de 10 ans.

J'ai une vie plus ou moins dans la "norme". Mariée, deux enfants. Je suis mariée avec un ami d'enfance de 29 années d'amitié, de 19 années de couple, de 15 ans de ménage, dont 7 ans de mariage.

Comme dans beaucoup de témoignages que j'ai pu lire, je ressens des sentiments pour plusieurs personnes à la fois. Toutefois je m'interroge sur ce sentiment d'amour.

Il m'est toujours à ce jour difficile de comprendre si je suis amoureuse ou si j'aime, de même en quoi suis-je légitime de revendiquer mon besoin d'intimité avec x + n éventuel individu.

La question initiale selon moi serait de comprendre en quoi le fait de ressentir le besoin absolu d'un contact physique avec une personne que l'on apprécie est-il indicateur d'un sentiment d'amour ou amoureux? Ou se situe la différence? Est-ce pertinent de répondre à ce besoin? Si oui, dans quelle mesure?

D'autant que je ne supporte pas que l'on me touche ou de toucher si je ne suis pas avertie physiquement et psychologiquement à tout contact physique sans intention sexuelle. Ceci est donc assez complexe à faire comprendre à la plupart de mon entourage mais est assez bien accepté au fil du temps (ami.e.s, mari et enfants). Par exemple, nous nous embrassons peu chez nous, les enfants ayant été diagnostiqués autistes par un CRA avant que mon diagnostic de schizo ne soit redirigé vers autisme.

En ce qui concerne le rapprochement physique avec intention sexuelle ou pulsion... Je n'arrive pas à déterminer ce que je ressens comme étant quelque chose de négatif, ou de malsain. Cependant, je le vis comme tel. J'ai peur de le dire autour de moi; de le ressentir aussi, puisque je vis ce ressenti comme une infidélité vis-à-vis de mon mari et comme un viol intellectuel et psychologique des personnes qui se considèrent, et que je considère, comme étant mes ami.e.s.

J'ai pu aborder ce sentiment avec les personnes concernées en ce compris mon mari qui ne comprennent pas ce sentiment d'infidélité (en pensées) et d'intrusion étant donné que mes actions ne dépassent pas mes pensées par la concrétisation d'actes impulsifs ou plus avoués, pour ne pas dire fantasmés.

Je ne sais pas si je suis compréhensible en ce que j'expose ci-avant.

D'avance, merci de vos échanges.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion