Polyamour.info

Pive

Pive

Lausanne (Suisse)

Participation aux discussions

Discussion : Café poly de la rentrée - Genève

Profil

Pive

le mardi 03 septembre 2013 à 09h57

Dommage je ne serai pas là lundi, mais j'admire l'initiative et serais plus que partante pour une prochaine fois.

Au plaisir,
Pive.

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour n'est pas une destination, mais une manière de vivre ?

Profil

Pive

le mercredi 09 janvier 2013 à 22h19

[Bonjour Polyamour.info, c'est mon premier post sur ce site !]

Merci Green-Pixie de nous faire partager cette réflexion que je trouve intéressante et qui rejoint en plus ma propre expérience, ma propre "vue" sur le sujet qui s'essaye à voir de ce que j'ai devant les yeux et de pouvoir m'en émouvoir plutôt que de me concentrer sur un point à venir en estimant le chemin qu'il reste à faire.
J'aimerais peut-être étendre la réflexion, au risque d'être complètement à côté du sujet, à partir des deux paragraphes suivants (et tant pis si c'est du graillage de mou, comme on le dit chez moi) :

Green-Pixie
Chercher " l'homme ou la femme de sa vie " c'est chercher une forme de destination finale, qui pourrait être scellée “à vie” par un mariage, avec promesse officielle, publique et juridique de garder cette personne dans votre coeur et dans votre lit jusqu'à votre dernier souffle.

Les amours plurielles, me semble-t-il, cherchent davantage une liberté et une franchise amoureuse dans la multiplicité des chemins, des êtres, sans savoir avec quelle(s) personne(s) elles poursuivront voire finiront leurs vies.

Dans ce qui me dérange là-dedans, c'est le verbe "chercher".
Dans un premier cas, celui du premier paragraphe, il est très claire que la "recherche" est quelque chose de négatif. En plus de la vision morbide d'une "destination finale" il y a surtout un cheminement absolument fermé à tout autre chose que ce but-là. Chercher, c'est avoir un regard particulier sur les événements, même si on se transpose sur la métaphore du voyage. Lorsqu'on cherche quelque chose dans une rue qui nous est étrangère, on ne "voit" pas cette rue, on s'en prive.
A partir de là, si j'étends cette idée au second paragraphe, quelque chose me gêne. C'est à nouveau cette "recherche". Je peine à concéder qu'on puisse parler de liberté avec une consigne telle que la "recherche" puisque la liberté serait pour moi justement l'absence de recherche pour vivre tout simplement.

A quel point peut-on dire que le bonheur est "une manière de vivre" ? A quel point pont-on dire qu'il y a un bon type et un mauvais type de carte ou de chemins ? Le polyamour n'est-il pas plutôt une ouverture plus simplement ?

Se fixer, se "marier", partager un maximum de son temps avec une même personne jusqu'à la fin de ses jours... Je suis d'accord qu'il peut être malsain de prendre cette situation pour but, mais faut-il pour autant repousser tous les chemins qui pourraient mener à une destination finale, sous prétexte qu'il faudrait toujours être en voyage ?

Je pense qu'il faut être ouvert à la vie, que c'est bien de s'ouvrir des possibilités mais pourquoi fermer les autres ?

Bien à vous tous,

La Pive.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion