Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ma méta a avorté et je vis mal qu’elle ait été enceinte

Sexualités
#
Profil

coin

le lundi 08 novembre 2021 à 16h02

Bonjour,
C’est une nouvelle problématique pour moi et j’ai du mal à gérer mes émotions négatives.

Voici le contexte général :
Je suis femme cis en relation non exclusive avec S (un homme cis) depuis plus de 7 ans et nous sommes partenaires de nid et je crois que nous sommes très amoureux (c’est le cas pour moi et il me dit que c’est le cas pour lui). Pour lui la sexualité est importante, mais moi je n’ai pas d’envies sexuelles.
Depuis un an et demi, il est en relation avec P, une femme cis qui a l’air d’être une belle personne, et il la voit toutes les semaines. Comme il fait beaucoup de sexe avec elle et peu avec moi, il a voulu arrêter de porter un préservatif avec elle, sachant qu’elle a un stérilet (je ne sais pas si cuivre ou hormones).

La situation :
Samedi, S m’a révélé que P avait avorté de lui il y a une semaine. Il a passé beaucoup de temps avec elle dernièrement, il me disait que c’est parce qu’elle allait mal, et il va passer le weekend de 4 jours avec elle.

Mon douloureux cocktail de croyances :
- j’aimerais être mère mais je n’ai pas assez confiance dans le monde pour accepter de donner la vie
- si S avait un enfant, cet enfant serait une personne très importante pour moi et je souffrirais de ne pas pouvoir veiller sur lui
- j’ai du mal à ne pas me dire que « pour qu’elle soit tombée enceinte malgré le stérilet, ils ont du faire beaucoup de sexe » et ça provoque en moi une peur panique d’être délaissée parce que je ne suis pas sexuelle et un dégoût très fort à l’idée de les imaginer faire du sexe (j’ai une grosse tendance sexneg que j’ai mentionné il y a quelques mois)

J’ai donc globalement très peur que P tombe enceinte de S et décide de garder l’enfant : je sens que je serais dévastée par la jalousie et la haine.

Quelle solution alors ?
Ma plus grosse pulsion est que je voudrais que S mette fin à sa relation avec P et ne plus jamais entendre parler d’elle. C’est évidemment une très mauvaise solution.
J’imagine qu’une solution plus équilibrée serait de demander à ce que les moyens de contraceptions soient plus sévères mais je sais que très rapidement je risque de basculer dans de la mauvaise foi et des intentions de sabotage en demandant des dispositifs abusifs : je me vois très bien instaurer une règle stérilet + slip chauffant + préservatif + pas de sexe autours des jours de fécondité.

Je ne sais pas comment développer mon problème, je crois que je suis surtout à la recherche d’opinion sur comment placer le curseur, mais aussi de témoignages, de soutien et/ou de pistes de réflexions pour essayer de me rassurer.

Merci de m’avoir lue

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 08 novembre 2021 à 16h40

Bonjour coin,

Alors, je pourrais difficilement te donner un témoignage, n'ayant jamais vécu ça. Mais j'ai quand même quelques remarques :
- Si P a avorté, ça veut bien dire que ta peur n'est pas vraiment légitime. Pour le moment, ils n'ont pas de projet de faire des enfants, et ça va même plus loin : ils sont prêts à avorter (et elle est prête à avorter), ce qui est un acte extrêmement fort indiquant qu'ils ne sont vraiment pas prêts à en avoir.
- Même si on ne tombe enceinte que s'il y a sexe, je ne pense pas que cette grossesse indésirée soit une conséquence de la "quantité" de sexe. Quand on possède des moyens de contraception fiable, c'est plus souvent un coup de pas de chance qu'autre chose. Par exemple, mon ex-belle-soeur est tombée enceinte alors qu'elle avait un stérilet en cuivre parce qu'un de ses médicaments annulait les effets contraceptifs du stérilet.
- Tu as envie d'être mère sans avoir assez confiance pour accepter de donner la vie. C'est quelque chose qui peut se résoudre potentiellement avec une autre personne qui peut avoir suffisamment confiance pour accepter de donner la vie tout en t'ouvrant la joie de la coparentalité (à moins que ton envie d'être mère ne soit pas liée au parentage mais à l'enfantement). Je dis ça comme ça, c'est une idée en l'air. Je ne sais pas si tu as toi des contacts avec ta méta.

En fait, j'aurais envie de te faire parler plus. J'ai l'impression que beaucoup de tes réponses se trouvent déjà en toi, c'est juste que tu as du mal à rassembler tes émotions et ta raison ensemble après cette annonce ébranlante.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

coin

le lundi 08 novembre 2021 à 17h48

Bonjour bidibidibidi, merci pour tes remarques. Je vais réagir à chacune – et j’aurais peut-être l’air de faire de la mauvaise fois, mais ce sont surtout mes peurs qui s’expriment alors pardon d’avance pour mon esprit de contradiction :
- sur l’avortement, je suis globalement d’accord, mais j’ai un exemple d’amie qui a avorté et à la suite de l’avortement elle a dit que la prochaine fois elle garderait l’enfant quitte à être mère célibataire (ce qu’elle a fait). Cet exemple m’empêche donc de croire dans l’argument que tu as avancé.
- sur la question de grossesse tu as tout à fait raison et c’est une évidence que j’avais manquée. Merci de me l’avoir apportée !
- pour la question de la maternité, le fait qu’une autre personne porte l’enfant de la personne que j’aime continue de me poser problème : j’aurais toujours peur pour l’enfant mais en plus je serais privé de l’expérience de la grossesse qui m’attire en soit. La co-parentalité est une idée avec laquelle je suis très à l’aise mais certainement pas avec cette méta pour qui j’ai trop d’émotions négatives (que je reconnais absurdes mais dont je ne peux me défaire)

#

Mucky (invité)

le lundi 08 novembre 2021 à 19h20

Bonsoir,

Je compatis et comprend ton ressenti, après je peux te rassurer sur certains points, beaucoup de sexe donne mathématiquement plus de chance de tomber enceinte, que peut importe le moyen de contraceptif. Même des personnes ayant eu recours à la vasectomie ont procréer.

Pour ma part, mon enfant est une surprise arrivé sous pillule(et on était loin de faire régulièrement l'amour) et ma belle sœur aussi est enceinte alors qu'elle était sous pillule.
Il suffit d'une fois et surprise.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 09 novembre 2021 à 17h48

coin
- sur l’avortement, je suis globalement d’accord, mais j’ai un exemple d’amie qui a avorté et à la suite de l’avortement elle a dit que la prochaine fois elle garderait l’enfant quitte à être mère célibataire (ce qu’elle a fait). Cet exemple m’empêche donc de croire dans l’argument que tu as avancé.

Ne retirons pas ce qui s'est passé et qui pour le moment va dans ta direction. Effectivement, ça ne présage pas du futur, mais ça indique clairement que dans le présent, l'enfantement n'est pas une éventualité pour elle.

coin
mais certainement pas avec cette méta pour qui j’ai trop d’émotions négatives (que je reconnais absurdes mais dont je ne peux me défaire)

Ce point me fait réagir. Pourquoi cette méta te provoque des tas d'émotions négatives ? Et pourquoi les penses-tu absurdes ? Aussi, as-tu des contacts avec elle ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion