Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Rupture - infidélité - Besoin de conseil

Besoin d'aide
#

Polie (invité)

le lundi 24 août 2020 à 14h11

Bonjour à tous.

Je vais vous résumer mon histoire en essayant d’être la plus concise possible.

Aujourd’hui je suis séparée. De mon ami avec qui j’entretenais une relation monogame. Durant ces 5 années, l’évolution de mes pensées et des siennes nous on dirigé sur des discussions de «  couple ouvert » , sans pour autant le mettre en place.

Après quelques conflits, j’ai proposé comme solution (peut être un peu facile je ne sais pas. Nous nous découvrons) La possibilité d’ouvrir notre couple ce qui n’a pas été refusé. (Mais toujours sans le faire)

Finalement un premier break de sa part a été effectué. Avec d’un accord commun d’aller voir ailleurs. Ce que j’ai eu la possibilité de faire. Et fait. Le souci (s’il y a, tout est une question d’accord et de point de vue) c’est que c’est arrivé avec une connaissance commune.

Après ce break, nous nous sommes remis ensemble. Et j’ai eu le besoin de lui en parler plusieurs mois plus tard. Aujourd’hui il a utilisé ce fait pour que nous nous séparions. Ayant de fort sentiment pour lui j’ai accepté aujourd’hui sa décision de prise de distance. Avec le recul je me demande si par «  amour » aussi je ne dois pas essayé de «  forcer » la discussion car il y avait une certaine ouverture d’esprit à un moment donné. Qui s’est tout de suite refermée après avoir été mis devant le fait accompli. Ou bien seul lui peut faire les démarches d’une certaine prise de distance sur les événements.

Pour conclure je suis une femme dans un couple monogame qui a tentée par plusieurs reprise de diriger le couple a une étape de couple ouvert. Sans pression aucune. Qui a finalement franchi le cap avec un accord tacite. Mais peut être avec «  la mauvaise personne » ?

Ma question est : avez vous été dans une situation similaire ou le partenaire n’acceptant en aucun cas (finalement) un partenaire extérieur et considère cela donc comme tromperie. Faut il chercher par une communication à le diriger vers un autre mode de penser ou accepter sa façon de penser qui lui est propre et arrêter les dégâts pour cause d’incompatibilité

Je ne sais pas si je suis claire. Mais je suis un peu perdue.

Merci de m’avoir lu.

#
Profil

Mark

le lundi 24 août 2020 à 15h19

Bonjour @Polie,

passer de la théorie à la pratique est toujours un moment ou l'on se retrouve confronté à ses ressentis,
qui ne sont pas toujours en phase avec ce que l'on avait théorisé.

Chercher par la communication à aller au fond du problème, oui, pour comprendre et expliquer.
Laisser libre chacun de ses choix et convictions aussi.
"forcer" l'autre à rentrer dans un mode de fonctionnement qui ne correspond pas, ou inversement, s'y plier soi même, ne revient -le plus souvent- qu'à retarder l'échéance.

Bon courage.

#

Polie (invité)

le lundi 24 août 2020 à 19h41

Bonjour Mark,

Merci pour ta réponse :)

Lorsque j’utilisais le terme «  forcer » (volontairement d’ailleurs car il a y a eu pour moi un refus de communiquer sur ce sujet et qu’il me semble doit être respecté), c’est «  forcer » la communication et non le forcer à choisir mon mode de vie.

Après l’aveu de ma part, il a coupé contact. S’est renfermé dans sa bulle. Je n’ai d’abord pas compris (après 5 ans de relation) mais je l’ai laissé par respect à sa demande. Je me pose la question s’il aurait besoin que je lui tende la main ou comme tu dis ce serait que reculer l’échéance. Mais en écrivant ceci je me rends compte que je ne peux tendre la main à quelqu’un qui a fermé la porte à double tour ^^

J’ai conscience que vous n’êtes pas devin :) mais peut-être avez vous eu des expériences similaires qui puissent m’éclairer. Même si je crois au fond de moi avoir la réponse.

Mille mercis

#
Profil

Intermittent

le mardi 25 août 2020 à 05h54

Nous nous découvrons) La possibilité d’ouvrir notre couple ce qui n’a pas été refusé. (Mais toujours sans le faire)

Rien que dans la formulation, un peu alambiquée, on devine que le concept n'a pas été disséqué jusqu'au bout .... en laissant planer de grosses zones d'ombre.

Le "avec une connaissance commune" étant l'une d'elle ....

Qui a finalement franchi le cap avec un accord tacite.
Hum, l'accord tacite, manifestement ne l'était pas tant ...

Le problème avec certaines personnes, c'est qu'elles ne savent pas poser clairement leurs limites, pour des raisons de manque de confiance et de peur de perdre l'autre, tout ceci dans un contexte de difficulté à communiquer
Conclusion: ils cassent leur relation par peur de la perdre, ce qui est quand même contradictoire ....

#
Profil

Mark

le mardi 25 août 2020 à 08h49

Intermittent
Conclusion: ils cassent leur relation par peur de la perdre, ce qui est quand même contradictoire ....

C'est aussi un moyen de défense pour se prémunir de "subir" une rupture, de garder le contrôle, en apparence, d'une situation qui nous échappe.

Une rupture de communication rend souvent l'épilogue d'une relation plus compliquée.

#

Polie (invité)

le mardi 25 août 2020 à 11h00

Je suis d’accord avec vous deux.
Je pense qu’il y a un moyen de garder le contrôle sur la situation. D’être la personne qui y met le point final. Mais aussi un moyen de se préserver par peur de souffrir.

Mais dans tous les cas dans ma situation ce qui est difficile (pour moi) c’est effectivement le manque de communication. Rupture par texto «  c’est terminé j’ai décidé » ! :)
Dans toutes relations le manque de communication n’est pas sain. Ou alors on peut voir par ce message une prise de décision claire et précise qui peut être saine aussi ... je ne sais pas.

Merci de vos réponses.

#
Profil

Mark

le mardi 25 août 2020 à 11h46

@Polie, je précise, aucune comparaison avec ta situation, mais peut être quelques éléments de réflexion supplémentaires dans cette discussion, par rapport à la rupture de communication.

/discussion/-cnG-/Rompre-et-rester-en-contact/

#

Polie (invité)

le mardi 25 août 2020 à 13h09

Merci Mark.

Il est vrai que l’histoire est différente. Mais un point nous lie. Celui de l’acceptation du silence de l’un.

Certains matins je me réveille en me disant que c’est une preuve d’amour d’accepter ce silence et de le laisser partir.

D’autres matins je vois ça comme un renoncement, et j’ai envie de lui glisser des lectures dans sa boîte aux lettres pour l’inviter dans ma tête, mais est-ce une violation du respect de l’autre ?
Est-ce une preuve d’amour de vouloir se battre ? Ou justement tout le contraire.. ? Ne serait-ce pas égoïste de vouloir ramener l’autre dans son monde en pensant qu’il se trompe et que nous avons raison ?

J’ai peut-être aussi du mal à concevoir qu’on puisse «  desaimer » l’être aimé. Donc parfois je fais le raccourci : «  il est parti, il ne m’aime pas ».

#
Profil

Mark

le mardi 25 août 2020 à 15h26

J'ai été celui qui se murait dans le silence. Perdu, figé dans mes sentiments et ressentis.
J'ai aussi été celui qui c'est retrouvé face au silence abrupt du jour au lendemain.
J'apprends à m'améliorer sur la communication et la compréhension. Si l'écoute m'est facile ,
exprimer mes besoins est un chemin plus long ;-)

Je suis aussi d'accord qu'une rupture ne signifie pas forcément désamour, mais peut être juste incompatibilité. Les ruptures par amour, aussi paradoxales soient t'elles, existent, en voulant respecter les besoins de l'autre.

Oui, ça peut être vu comme un renoncement, un refus de se battre, tout comme ça peut être vu comme de l'attention, de la bienveillance et vouloir surmonter les différends ensemble. J'ai exemple d'une amie en tête en écrivant ça. Sa bienveillance frise l'abnégation et oubli de soi dans une relation qui a du mal a trouver ses marques. Elle a persisté, et sa patience semble porter ses fruits. Je l'admire pour ça.

Juste pour te dire qu'il n'y a pas forcément de bonne ou mauvaise réponse, qu'elle dépend essentiellement de l'interaction avec l'autre. Et face au silence, c'est impossible. Ce que je te souhaite, est de ne pas renier tes fondamentaux, tes besoins et valeurs et de pouvoir vivre tes relations, qui non seulement les prends en compte mais les respecte.

#

Polyarthrite (invité)

le vendredi 28 août 2020 à 16h28

Tu as pu lui parler ou tu le laisse s'éloigner ? Tu a continué de voir votre connaissance commune ?

#

Polie (invité)

le vendredi 28 août 2020 à 16h58

Polyarthrite, non je n’ai malheureusement pas pu lui parler.
Enfin juste assez pour me dire qu’il ne souhaitait pas me voir ni avoir de discussions.

Pour ce qui est de l’autre garçon, je n’ai pas gardé de lien.
Uniquement un appel de sa part pour savoir comment j’allais après avoir su pour ma rupture.

#

Polyarthrite (invité)

le vendredi 28 août 2020 à 18h41

La discussion que tu voudrait avoir avec lui, est ce seulement pour le convaincre de changer votre mode de couple ?

Pourrait tu continuer avec lui en reprenant vos anciennes bases ?

#

Polie (invité)

le vendredi 28 août 2020 à 18h59

Ma première envie de discussion était pour comprendre pourquoi notre couple en est arrivé à la rupture. Pour essayer de lui expliquer mon point de vu et non de l’imposer. J’aurais aimé (voir idéaliser) un échange constructif qui amènerait vers une évolution de la configuration de notre couple et de notre amour. Mettre en lumière les failles, les analyser pour les transformer en forces. Mais ceci est impossible si le partenaire en face ne souhaite pas de changement et n’est pas dans la communication. N’est même plus dans la relation tout court.

J’ai même proposé une discussion simple pour se dire au revoir et ce souhaiter le meilleur pour la suite, ce qui aurait pu être mieux que par sms. Cela a été refusé.

Et pour répondre à ta deuxième question. Non je ne pourrais pas revenir dans le couple si nous recommençons sur des bases similaires aux précédentes. Sans avoir conversé sur plein de sujets en profondeur et sans avoir la certitude d’être deux à vouloir le bien du couple.

#
Profil

Intermittent

le vendredi 28 août 2020 à 21h46

"Mais ceci est impossible si le partenaire en face ne souhaite pas de changement et n’est pas dans la communication. N’est même plus dans la relation tout court. J’ai même proposé une discussion simple pour se dire au revoir et ce souhaiter le meilleur pour la suite, ce qui aurait pu être mieux que par sms. Cela a été refusé. "

L'interprétation qui peut être faite de cette attitude est la suivante :

-Manifestement, comme je l'avais écrit précédemment, il s'est laissé "convaincre" dans un contexte où il n'avait pas pesé vraiment toutes les conséquences d'une évolution de la relation dans le sens du polyamour.

- cet homme tient à toi, mais dans un contexte monogame.

- pour cette raison, il se sait probablement en situation de faiblesse quand il est en face de toi, et moins à l'aise dans l'argumentation et la communication, comme beaucoup d'hommes.

- il ne veut donc pas risquer de se faire "convaincre", pour reprendre une relation dans un contexte qui, manifestement ne lui convient pas.

Ce qui me fait dire cela tient à la tonalité de ce que tu écris :

Faut il chercher par une communication à le diriger vers un autre mode de penser .../... J’aurais aimé (voir idéaliser) un échange constructif qui amènerait vers une évolution de la configuration de notre couple et de notre amour. .../... et sans avoir la certitude d’être deux à vouloir le bien du couple.
J'ai l'impression que tu as une idée bien arrêtée sur ce qui est le "bien du couple" ...

Je crois que tu vas devoir faire le deuil de cette relation parce qu'en refusant le contact, il se protège psychologiquement.

#

Polie (invité)

le samedi 29 août 2020 à 00h44

Merci pour ta réponse.
Je pense que tu as raison sur toute la ligne.

«  J'ai l'impression que tu as une idée bien arrêtée sur ce qui est le "bien du couple" ... »

Qu’entends-tu par là ? Qu’est ce qui te fais percevoir cela ? Sans objection aucune tu as peut être raison mais je ne le perçois pas.

#

Polyarthrite (invité)

le samedi 29 août 2020 à 02h21

@polie, on a l'impression que ce "bien du couple" dont tu parles fait référence à l'ouverture du couple, on dirait que tu veux forcer la discussion sur le couple libre, comme si ce mode de vie que tu veux mettre en place était "la vérité".
Comme un berger qui veut guider une brebis égaré.

Son refus de communication n'est sans doute pas anodin et je suis d'accord avec @Intermittent dans le sens où il semblerait que ton compagnon se soit laisser convaincre alors qu'il ne partagerai peut être pas ton avis sur le couple libre, d'où la rupture lorsque cela est devenu concret et le sentiment de trahison.

De plus, dans ton 1er post tu dis avoir tenté à plusieurs reprises d orienté votre couple vers un couple ouvert et sans aucune pression, mais rien que ces multiples tentatives ont pu mettre la pression à ton compagnon comme une sorte de bourrage de crâne. On revient plusieurs fois sur un même sujet pour faire changer d'avis l'autre, petit à petit.

#

Polie (invité)

le samedi 29 août 2020 à 03h47

Il serait long d’expliquer ce que je perçois comme le bien du couple. Je n’estime pas que le couple ouvert soit une vérité absolu. Ni que ma vérité soit la vérité absolue.

Pour faire court j’ai proposé le couple ouvert après certaines discussions ou je sentais que LUI se sentait enfermé dans sa relation. Qu’il pensait qu’être en couple était un frein à son évolution personnel et à sa quête d’identité. Par amour pour lui et de mon couple j’ai proposé des alternatives. Que j’ai ensuite pensé comme pouvant être bénéfique pour moi par la même occasion. Je ne pense pas avoir voulu imposer MA vision du couple. Car cette vision était toute nouvelle pour moi. Elle a évolué en même temps que notre relation. Mais peut être que tu as raison et que cela a été perçu de cette manière.

Pour ce qui est de la pression sur ses épaules. Je te rejoins là dessus. J’ai eu le temps de me remettre en question durant cette rupture. Mais je ne crois pas (et je peux me tromper) que la pression mise était sur ce sujet là. Il est difficile pour toi aussi de comprendre exactement le pourquoi du comment, en lisant ces quelques lignes et quelques échanges. Je le conçois

Mais je trouve que ton analyse est toute même bonne. Peu importe les raisons. Il n’était pas en accord avec moi, sûrement de la pression aussi. Et il se protège de moi effectivement. Ce qui m’est difficile d’entendre moi qui pensait ne lui vouloir que du bien je l’ai malheureusement fait souffrir .. jusqu’au rejet total.

#
Profil

artichaut

le samedi 29 août 2020 à 10h48

Polie
D’autres matins je vois ça comme un renoncement, et j’ai envie de lui glisser des lectures dans sa boîte aux lettres

Qu'elles genre de lectures ?

Si c'est des brochures, des livres sur le polyamour & co. Je dirais que ça corrobore ce que disent les autres : tu cherches à le convaincre.

Si c'est une lettre écrite par toi, qui ne cherche pas à le convaincre de quoi que ce soit, qui juste essaie de lui expliquer comment tu a vécu les choses, etc. C'est différent.

Oui, il y a un "minimum de communication" que tu peux exiger à savoir celui d'exprimer ce que tu as besoin d'exprimer. Son mutisme est là pour le protéger, certes, mais de fait ça semble te faire du mal.
La lettre à ceci de bien, qu'il la lira quand il voudra, au rythme qu'il voudra, voire même qu'il ne sera pas obligé de la lire.

L'un·e comme l'autre vous me semblez manquer un peu d'empathie ou de conscience de ce que vos actes/paroles peuvent faire à l'autre.
Lui dans son mutisme et son refus de communiquer, toi dans ton insistance à "ouvrir votre couple".

Et puis ne pas oublier, que probablement le principal souci c'est :

Polie
Le souci (s’il y a, tout est une question d’accord et de point de vue) c’est que c’est arrivé avec une connaissance commune.

Les choses semble être allée beaucoup trop vite, beaucoup trop loin.

Une chose sur laquelle, je pense, il faut être clair : tu ne peux pas "ouvrir votre couple". C'est une chose qui ne se fait qu'à deux.
Puisque tu ne veux plus vivre de relation monogame, c'est peut-être toi qui aurait pu rompre et non lui ?

Il me semblerait judicieux que tu sois au clair sur ce que tu veux toi, indépendamment de lui. Que tu en assume les conséquences. Que tu t'ouvres à lui sur ça.

#
Profil

artichaut

le samedi 29 août 2020 à 10h59

Imagine : tu es enfermé avec lui dans une maison. Toutes les issues sont verrouillées. Les fenêtre sont bloquées. Etc.
Il n'y a qu'une seule sortie, la porte d'entrée. Pour l'ouvrir il faut deux clefs. Tu en as une. Il en as une.

Ça te fait quoi d'imaginer ça ?
Ça te stresse ou ça te calme ?
Ça te protège ou ça t'enfermes ?

N'aurais-tu pas brisé un carreau ou forcé une serrure, ou volé sa clef, pour t'échapper de ça ?
Et si oui, c'est toi qui actuellement est dehors.

Je ne dis pas que tu n'aurais pas du briser un carreau, forcer une serrure, ou lui voler sa clef. Il y a des situations étouffantes dont il peut être nécessaire de nous libérer. Alors peut-être même que tu as +que bien fait de faire ça.
Mais ne pas se faire croire qu'on est encore dans la maison si on n'y est pas (si l'on ne veut en aucun cas y retourner).

#

Polie (invité)

le samedi 29 août 2020 à 14h30

Artichaut,

Merci d'avoir pris la peine de répondre à ma discussion.
Pour ce qui est "des lectures" ce n'etait pas au sujet du polyamour ..
Mais au sujet de l'infidélité.. Car pour moi (comme je l'indique dans mon titre) il s'agit d'une question d'infidélité, et non de polyamour.

Il y a eu un manque de communication. Pour ne rien vous cacher cette erreur de parcours (il
y a un an) est arrivé lors d'une grosse tempête dans le couple qui a finit par une première séparation. Le climat n'était donc pas propice à ce que les choses se passent comme on le souhaiterait. Je vous rejoins sur vos idées, et j'aurais aimé les appliqués comme telles, mais parfois la situation nous échappe. Si c'etait à refaire je referais autrement.

Je voulais lui transmettre un podcast.. que j'ai écouté.. dont les similarités du couple et de la situation sont plus que flagrantes. Je sais, vous allez me dire que chaque histoire est différente. Mais je me disais qu'en écoutant une histoire similaire à la notre, raconté par d'autres, cela lui permettrais de se détacher de ses émotions négatives et d'avoir un regard plus neutre sur la situation..

Pour ce qui est de la question de la maison..
Je crois que j'ai effectivement brisé une fenêtre.. Je me sentais prisonnière effectivement de cette relation. Je cherche encore les raisons.

Mais je crois être quelqu'un, qui parfois ne veut pas voir la réalité en face. Je suis plutôt quelqu'un qui fonce dès qu'il y a une lueur d'espoir. Et je voudrais rerentrer dans cette maison pour lui expliquer pourquoi j'ai brisé la fenêtre, m'en excuser.. Mais à vous lire je me rends compte que j'ai dû briser plus qu'une fenêtre, j'ai dû briser un mûr porteur.

Il est difficile pour vous de ressentir mes émotions à travers mes écrits mais malgré certaines souffrances, j'ai un amour très fort pour lui, très intense.. Cela va faire trois mois que nous nous sommes séparés (couple et géographiquement) ! Sa souffrance face à mon acte m'a fait beaucoup de peine et j'ai voulu me faire le plus petite possible pour sa reconstruction personnelle. J'ai peut être fait preuve de manque d'empathie et cela me rends triste. Car je ne pensais pas être capable de le faire souffrir.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion