Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Débuts difficiles

Besoin d'aide
#
Profil

al.massyliano

le samedi 18 juillet 2020 à 10h59

Bonjour,

Je voulais partager ici mes débuts difficiles avec le polyamour et avoir vos avis.

Voila mon histoire. Moi et ma femme (je n'aime pas ce terme possessif mais nous sommes mariés et a son initiative) sommes ensembles depuis 2001. J'avais 18 ans, elle 17. Nous avons 2 enfants. Je n'ai connu qu'elle que se soit sexuellement ou même au niveau des câlins ou des bisous. Elle a eu des petits copains avant moi mais sans sexualité.
Il y a environ 2 ans, j'ai acheté "aimer plusieurs hommes" pour comprendre une amie polyamoureuse. Elle l'a lu avant moi et ça lui a parlé. A moi aussi.
Peut de temps après, tout en me disant qu'elle se sentait pas prête et à l'occasion d'une des rares sorties hors couple, elle m'a annoncé être tombé amoureuse d'un autre. C'était en février 2019, ça a été le coup de massue. Elle ne l'a pas revue et finalement pense s'être trompée. On voulais y aller doucement au début mais à l'époque elle avait l'impression que c'était possible avec tout le monde (ce sont ses mots). 2019 a été compliqué pour moi, mes coups de coeurs ne semblaient pas réciproques et quand il y avait un feeling, soit la demoiselle était en couple, soit elle partait pour un an. De plus j'ai peu d'amis, et avait donc peu d'oreilles et de soutien.
En ce début d'années, elle m'a annoncé être tombée amoureuse de mon meilleur ami. Un des seuls a m'avoir soutenu sur la durée l'année dernière. C'est le copain que je connais depuis le plus longtemps et celui qu'on voit le plus souvent. Elle m'a demandé si elle pouvait le lui dire, je lui ai dit oui. Leur amour est réciproque. Dans un sens, c'est plus facile pour moi car c'est pas un inconnu qui semble dragueur jeteur comme celui de l'an dernier (j'avais peur de la retrouver effondrée) mais un copain que je connais bien. Je peux en discuter avec lui, il me respecte et respecte ma lente évolution, il ne veut pas casser notre couple et je comprends qu'elle l'aime, c'est quand même un bon copain. D'un autre coté, j'ai peur de perdre ma femme et mon meilleur copain, de ne plus avoir de place dans l'agenda de mon pote.
J'ai du mal a trouver mon équilibre : Pas de rencontres pour moi pour l'instant, pas de copain avec qui sortir le jour où est elle est avec lui, pas envie de gérer les enfants pendant qu'ils s'amusent sans qu'il y ait des moments réciproques (je veux une vie aussi).
Nous avançons dans une sorte de trouple, ce qui me convient pour l'instant (et pourquoi pas sur la durée), mais j'aimerais moi aussi rencontrer des gens, amis et amours et vivre ma vie. Par contre, je ne sais pas comment m'y prendre, je suis un grand débutant dans les relations humaines.

Merci de m'avoir lu,

#
Profil

Henriette34

le samedi 18 juillet 2020 à 13h55

Bonjour @al.massyliano
Merci pour le partage de ton témoignage, ta franchise et ta lucidité.
Dis-toi qu'il faut du temps mais que tu es sur le chemin, tu acceptes les autres amours de celle avec qui tu partages ta vie, ce n'est pas très simple quand même l'histoire avec le meilleur copain... Pourquoi ne pas leur en parler avec bienveillance, respect, que toi aussi tu estimes normal d'avoir un temps privilégié à partager avec eux. Quant aux enfants, vous pouvez alterner, elle peut aussi les garder un soir où c'est toi qui sors, cinéma, sport, balade, boire un verre, sinon je comprends la gêne que cela fera naître.
Prends soin de toi, lis, construis cette histoire avec tes mots et tat sensibilité et échange avec elle, c'est le meilleur équilibre,
Quant à rencontrer des gens, il y a de nombreux moyens les associations en tout genre, si tu es ouvert, disponible, à l'écoute, ça devrait le faire, mais fais-le pour toi, parce que tu en as envie pas nécessairement pour faire en miroir ce qu'elle vit, il n'y a pas égalité stricte, il y a surtout liberté de vie
Bon courage

#
Profil

Starbuckangel

le samedi 18 juillet 2020 à 14h08

Je trouve la réponse de Henriette34 très juste et sage.
Prendre du temps pour toi est primordial et ce dans toutes situations. Tu ne dois pas te sentir lésé, il faut trouver le fonctionnement qui s'accorde à chacun.
Échanger avec amour et ouverture (donc sans jugement ni colère... Pas toujours simple il est vrai hehe)
Et lire pour développer sa propre pensée et faire grandir son âme
Je vous souhaite un beau parcours
Si tu veux échanger en privé n'hésite pas

#
Profil

alinea7

le samedi 18 juillet 2020 à 15h07

Bonjour al.massyliano.
Un autre membre du forum (je crois que c'est @Kuoni) parlait d'une organisation circulaire avec des moments à trois mais aussi des moments à deux avec un temps pour leur couple, un temps pour l'autre couple et un temps pour les deux hommes, avec partage du temps de famille.

Je ne connais pas l'organisation exacte mais vous pourriez vous en inspirer pour que tu aies des temps avec ton ami et du temps pour toi même si tu n'as pas de plan particulier.

Édit : l'organisation en question pour exemple car il n'existe pas de modèle clé en main : /discussion/-bCX-/Nouvelle-perdue/page-3/#msg-90508

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#
Profil

al.massyliano

le samedi 18 juillet 2020 à 23h02

Bonsoir,

Merci pour vos retours.

Nous avons prévu de faire l'amour a 3 pour initier les relations sexuelles hors du couple. Lui est aussi avec 2 enfants, divorcé, avec une vie aussi donc pas simple de faire un planning partagé :) mais je trouve l'idée intéressante.

Je suis d'accord qu'il faut que j'arrive a trouver mon équilibre mais je pars de loin. Parfois le chemin est rapide, je l'espère en tout cas :)

#
Profil

al.massyliano

le dimanche 16 août 2020 à 13h01

Bonjour,

Nous avons fait l'amour a 3, cela c'est plutôt bien passé. Par contre je n'arrive pas a trouver mon équilibre personnel. Je suis en dépression, plus envie de rien, peur de tout. Personne vers qui me tourner, gros sentiment de solitude. Je me demande même si j'aime encore ma femme. Bref, grosse période compliquée en cette période de vacances avec les enfants a la maison et beaucoup de professionnels en vacances.
Je n'ai pas encore trouvé, sur les forums et site spécialisés, de psychologue ouvert au polyamour dans ma région. J'ai peur qu'en évoquant ma situation (elle viendra forcément sur le tapis même si je pense que ma dépression a d'autres causes), on me renvoie vers un psy de couple ou on me dise qu'il faut que je quitte mon couple.
Je vais me tourner vers mon médecin traitant dès que possible pour essayer de trouver une issue a ma situation.

#
Profil

Intermittent

le dimanche 16 août 2020 à 15h29

Je suis en dépression, plus envie de rien, peur de tout. .../... J'ai peur qu'en évoquant ma situation (elle viendra forcément sur le tapis même si je pense que ma dépression a d'autres causes), on me renvoie vers un psy de couple ou on me dise qu'il faut que je quitte mon couple.

La dépression est un signe qu'il ne faut pas ignorer

Je vois régulièrement sur ce site des d'hommes dans ta situation, souvent en couple avec leur premier amour, lequel se découvre soudainement "polyamoureux".
Je mets volontairement des guillemets, parce que je ne vois pas toujours de différence entre un polyamoureux ou un amant qu'on vous met sous le nez, avec le choix de l'accepter volontairement ou de l'accepter contraint sans vraiment de réflexion approfondie et préalable sur la mise en œuvre du concept.

Tu dois toujours garder à l'esprit que tu as la liberté de quitter ton couple si la situation ne te convient pas.
Aucun psy ne te dira "qu'il faut quitter ton couple", mais peut être arriveras tu à cette situation si tu n'es pas heureux et manifestement, tu ne l'es pas ...

De la même manière qu'un polyamoureux peut quitter son couple si le conjoint n'accepte pas.

Tant que tu seras en situation de dépendance psychologique ou amoureuse dans ton couple, sans trouver une contrepartie et un équilibre au "polyamour" de ta femme, tu ne seras pas en capacité de faire un choix éclairé.

C'est cela que tu dois travailler avec le psy.

#
Profil

bonheur

le dimanche 16 août 2020 à 18h28

Intermittent
Je vois régulièrement sur ce site des d'hommes dans ta situation, souvent en couple avec leur premier amour, lequel se découvre soudainement "polyamoureux".
Je mets volontairement des guillemets, parce que je ne vois pas toujours de différence entre un polyamoureux ou un amant qu'on vous met sous le nez, avec le choix de l'accepter volontairement ou de l'accepter contraint sans vraiment de réflexion approfondie et préalable sur la mise en œuvre du concept.

Tu veux indiquer par là que l'amour qui trompe, qui ment et l'amour qui se rend compte de l'évidence qu'il aime au plurielle et qui l'exprime en prélude, c'est pareil ? Pour moi, la situation n'a rien de commun !

Evidemment, comme la construction de base c'est l'exclusivité, à la base on s'aime avec cette norme. Et puis, la vie nous rattrape et remet en question. Personnellement, je n'imaginais pas un jour annoncé à mon mari que j'aimais à nouveau. Malgré tout, dans la déconstruction que nous avons ensuite faite, le fait que j'ai exprimé, et non trompé et menti, a changé la donne. Certes, il y a ensuite le deuil des illusions, des rêves d'amour unique pour le partenaire historique. Mais tout de même,

Je perçois, au fil de tes interventions @Intermittent, que tu considères la découverte d'être polyamoureux comme un affront à l'amour historique. Pour moi, c'est justement par amour, que j'ai exprimé. Tu conçois la découverte de soi comme négative. Or c'est l'inverse à mes yeux. Depuis que je suis sortie, mon chéri dans la même dynamique, du schéma de l'exclusivité comme négative et "mauvaise", je sais que je suis aimée pour moi-même et non pour la possession que l'on peut faire de moi. La conclusion de notre déconstruction fut justement un nouveau choix (comme un renouvellement), mais sur une base différente. Une continuité, avec un chemin qui se termine et un autre qui s'emprunte ensemble. Car oui, quelque soit le lien, on peut quitter. Ce qui va à l'encontre de cette fameuse possession exclusive, puisque son illusion est "rien que toi, pour le reste de ma vie". Autrement dit, tuer toute forme d'amour autre.

Je ne pense pas qu'il faille penser à la place des psys. Il y a autant de psychologues, qu'il y a d'individus qui exercent ce métier. D'ailleurs, je ne pense pas que ces personnes doivent dicter une conduite, plutôt aider à se découvrir et à découvrir justement les différences. Un psy qui te dit comment réagir, que dire, etc ?

Toute transition, personnelle, professionnelle, amoureuse, etc demande énergie et temps. De la compréhension et tenir compte de ce que l'on ressent. Un équilibre ne se trouve pas dans une "contrepartie", je crois. Se délester de la construction imposée ne suffit pas toujours. Le regard des autres aussi, créé un blocage. La complexité de la situation, car c'est en fait, des polyéquilibres, qu'il faut atteindre.

@am.massyliano. Lorsque je me suis découverte poly, sachant que mon nouvel amour m'a tourné le dos (alors que nous étions toujours ensemble auparavant, comme des aimants), que mon mari était dans un mal être que je ressentais, lié aussi au fait que j'allais mal moi-même, j'ai pris,sur le conseil d'une pharmacienne géniale, consciencieuse, un traitement d'un mois de gélules qui s'appellent "sérénité" (contribue à l'équilibre émotionnel) de chez B.concept nutri. Je me mettais à pleurer sans cesse, sans raison apparente et je me demandais si j'allais pouvoir continuer à travailler et vivre sans conséquences. Le traitement est conseillé pour 1 à 4 mois et la seconde boite correspondant au second mois, je ne l'ai jamais fini. C'est idiot, mais je la garde, bien que la date soit dépassée, dans ma pharmacie, afin de ne pas oublier. Un peu comme un rappel de ce mauvais moment. Et puis, j'ai découvert le mot polyamour et son sens. J'ai alors commandé des livres... cheminé vers mon moi intérieur, développement personnel, etc. J'ai eu ce déclencheur multiamoureux en 2007, découvert le mot polyamour en 2011, compris que j'étais en réalité polyaffective vers 2013/14 (je ne me rappelle plus) et aujourd'hui, je vis toujours avec mon mari, rebaptisé "chéri de vie :-D " car la notion de mariage ne me convient plus. Nous ne portons plus nos alliances et sommes en osmose suivant ce qu'il me convient à mon bonheur (la polyaffectivité) et ce qu'il convient à son bonheur (mono par choix).

Donc, devenir acceptant alors que l'engagement initial était basique, non réfléchi, donc mono suivant la construction sociétale, demande temps, préoccupation, énergie... sans obligatoirement vouloir "faire pareil" peut arriver. Ce n'est pas simple, puisqu'il faut sortir de sa zone de confort, des sentiers battus. J'ai fait un comming out, pas simple car dans mon entourage, des personnes m'ont déconsidérer. Mon chéri de vie était présent pour moi, et pour également montrer sa solidarité envers et contre tous. C'est d'ailleurs lui qui a annoncé cette vérité à nos enfants, déclenchement de mon envie d'assumer publiquement.

#
Profil

al.massyliano

le lundi 17 août 2020 à 23h10

Merci pour vos réponses.

Intermittent

Je vois régulièrement sur ce site des d'hommes dans ta situation, souvent en couple avec leur premier amour, lequel se découvre soudainement "polyamoureux".

Je pensais que le schéma homme-volage/femme-romantique qui nous est ressassé représentait la majorité :-) Bref, je ne pensait pas qu'il y avait beaucoup d'hommes dans ma situation. Mais effectivement je constate qu'il semble y avoir sur ce site plus de femmes polyamoureuses.

bonheur

Donc, devenir acceptant alors que l'engagement initial était basique, non réfléchi, donc mono suivant la construction sociétale, demande temps, préoccupation, énergie... sans obligatoirement vouloir "faire pareil" peut arriver.

Je ne souhaite pas forcément faire pareil pour trouver un équilibre mais j'ai besoin de vivre moi aussi, d'amis. J'avais beaucoup coupé mes relations pour différentes raisons liées au couple. J'ai eu plusieurs fois moi aussi l'impression de tomber amoureux d'autres femmes mais étant dans une relation, je n'ai jamais cherché a savoir si c'était réciproque et quand une femme s'intéressait a moi, je fermais. C'était parfois compliqué d'aller contre son désir mais je l'ai fait. Je n'imaginais même pas pouvoir vivre des relations en parallèle. Maintenant, je souhaiterais vivre tout cela. J'ai besoin d'autre chose que mon couple, mes enfants et mon ami qui est maintenant un metamour.

Merci pour vos témoignages et remarques, cela me fait du bien.

#
Profil

al.massyliano

le lundi 17 août 2020 à 23h30

Je crois que l'on a aussi a "réparer" notre relation, le passif qui bloque certaines choses entre nous et qui font que je ne sais plus comment revenir vers elle, entrer en relation, car je ne veux pas la blesser. La relation avec un autre a mis tout cela en lumière et maintenant nous voyons le gros travail a faire pour "réparer" notre relation.

#
Profil

bonheur

le mardi 18 août 2020 à 08h24

Oui, le polyamour met en évidence beaucoup. Mon chéri aussi a admis avoir eu des coups de coeur. S'il désire rester mono (affectif comme sexuel), c'est parce que la leçon qu'il a tiré de tout ceci, c'est que l'amour est compliqué et il veut vivre simplement.

Courage et je croise les doigts pour votre avenir commun. Plutôt que "réparer" je dirai "renforcer" dans le sens de mettre sur la table le passé pour le rendre viable dans le futur et construire une nouvelle orientation moins conformiste, mais plus heureuse.

Il faut du temps. Si tu ne connais pas, je t'invite à te renseigner sur la CNV. C'est une méthode de communication qui vous aidera.

#
Profil

Henriette34

le mardi 18 août 2020 à 12h06

bonheur
La conclusion de notre déconstruction fut justement un nouveau choix (comme un renouvellement), mais sur une base différente. Une continuité, avec un chemin qui se termine et un autre qui s'emprunte ensemble. Car oui, quel que soit le lien, on peut quitter. Ce qui va à l'encontre de cette fameuse possession exclusive, puisque son illusion est "rien que toi, pour le reste de ma vie". Autrement dit, tuer toute forme d'amour autre.

C'est très intéressant ce que tu dis, et je te rejoins, je pense que c'est ce que je vis actuellement
oui sortir de sa zone de confort, des habitudes, des mécaniques que le temps a rodées, et au passage a érodé d'autres choses
@al.massyliano pour ma part, nous sommes aidés par un psy de couple, c'est énorme ce que nous faisons avec lui, des séances d'une heure trente par semaine, oui il y a un coût mais c'est franchement fabuleux ce qu'on a réussi à se dire, à remettre à plat, à comprendre aussi lié à l'histoire de chacun car si on ne se met pas en couple par hasard, le comportement qu'on a en couple est lui aussi un non-hasard et un héritage de ce qu'on a soi-même vécu dans le couple de nos parents ou d'autres, donc c'est un acte chantier de connaissance de soi, de mise à nu et on peut ensuite repartir sur des bases autrement définies, ou bien s'il y a séparation, c'est expliqué et pas seulement la colère.
Mais la formule proposée par @bonheur d'un traitement léger, c'est bien aussi, ce n'est pas antinomique non plus, l'un et l'autre...
je te conseille de te trouver vers de bons professionnels en qui tu as confiance, est-ce que ta compagne serait d'accord pour ce travail sur vous-mêmes ?
oui il est parfaitement temps de prendre soin de toi, tu le mérites, tu le vaux bien pour reprendre un slogan un peu usé ;-)

@bonheur la CNV est un outil extraordinaire, tu peux lire les bouquins de Marshall Rosenberg, Les mots sont des fenêtres ou des murs, tout est dit mon avis, ou plus simple Cessez d'être gentil, soyez vrai de Thomas d'Ansembourg qui pose bien un cadre constructif de discussion et d'affirmation de soi

Bonne chance

#
Profil

bonheur

le mardi 18 août 2020 à 16h20

Rosenberg et Ansembourg font partis des auteurs de ma bibliothèque. La CNV, j'aimerai qu'elle soit plus développée et plus connue dans notre pays. Par exemple du côté de Dijon, il n'existe ni formation, ni formateur

https://www.cnvformations.fr/accueil/notre-offre-d...

Ce qui a fait que chez nous le "traitement" fut léger et sans accompagnement, c'est que j'ai vécu la situation sans savoir que je n'étais pas un monstre. Car monstrueuse, je m'y suis crue pendant longtemps : 4 ans... et c'est long. Du coup, nous avons bouleversé suivant la situation. Mon chéri m'a surprise a plus d'un titre durant ces 4 ans. Déjà, il a accepté que je reprenne un contact, duquel je m'étais éloigné. Il savait que cet homme et moi étions très amoureux (coup de foudre datant de 1985 et jamais estompé). Il a ensuite, une fois un mot mis sur ma façon d'être non conventionnelle, indiqué en premier à nos jeunes (ados à l'époque) ma vrai nature et son ressenti par rapport à cela.

Parfois, ce n'est pas celui que l'on croit qui avance le plus... Les surprises existent et elles sont belles.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion