Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Est-ce que je dois tenter le coup?

Engagement
#
Profil

SophieT

le mercredi 13 mai 2020 à 02h58

Bonjour,
Comme beaucoup, je suis novice en matière de polyamour.
Je suis mariée depuis 18 ans, à un homme que je n'aime plus. J'ai été fidèle tout du long, alors qu'avant lui, j'étais bien incapable d'avoir un seul petit copain à la fois.
Aujourd'hui, se pose le problème suivant :
1ere étape, je suis tombée amoureuse d'un autre homme, avec qui aucun avenir n'est possible, mais avec qui les échanges intellectuels, émotionnels, sensoriels, sont extrêmement intenses. Je sais qu'il a des sentiments réciproques pour moi, sans jamais avoir admis qu'il s'agissait d'amour. Nous avons eu des hauts et des bas, et en période de bas, je me faisais consoler par un autre homme, qui vit à l'autre bout de la France. Ce dernier a été d'un soutien sans faille. Nous sommes très vite devenus amis, puis amants virtuels. Nous avons fini par nous rencontrer, et ça a été une révélation. Un weekend magique, avec une connexion chimique entre nous. Bref, ces deux hommes tiennent une place considérable dans ma vie, et je les aime tous les deux de façon égale, mais pour différentes raisons, puisqu'ils sont très complémentaires.
2eme étape, avec mon amant lointain, nous souhaitons vivre ensemble dès que possible. Pu du moins, nous avons convenu d'un mois d'essai, sans enjeu, pour voir... Sachant qu'il accepte tout à fait que je sois polyamoureuse, et surtout polysexuelle, puisqu'il est est candauliste. Il a même tendance à m'y encourager, de sorte à ce que je me sente libre, et que je prenne du plaisir ! A noter aussi qu'il a un spectre autistique qui rend les rapports sociaux un peu particuliers (il ne de elle pas les sous entendus, et a dû mal à s'adapter). J'ai donc peur qu'il ne soit pas en mesure de rendre tout compris ou toute négociation possible.
3eme étape, aussi étrange que cela puisse paraître, il est lui même polyamoureux et polysexuel. Sauf que de mon côté, je n'arrive pas à le supporter ! Pourtant je me dis que ce serait un juste retour, mais rien n'y fait ! Ce n'est pas tant qu'il échange avec d'autres, ou même qu'il couche avec d'autres. C'est le fait qu'il en soit amoureux et donc qu'il ne me place plus en premier, qu'il ne place pas notre couple comme prioritaire aux autres. Je n'ai ni confiance en lui (qu'il continue de m'aimer, à ne pas me mentir, à ne pas me quitter), ni confiance en moi (j'ai besoin d'être aimée, d'être reconnue, voire d'être admirée). J'ai terriblement peur de le perdre si nous ne trouvons pas un compromis...et en même temps, je ne veux pas me planter, car il quitterait toute sa vie, et moi je mettrais mes deux enfants encore petits, là au milieu... Je n'imagine pas ma vie sans mes différentes amours, mais surtout pas sans lui ! J'en suis venue à ne plus supporter qu'il me parle des autres, que j'appelle mes "concurrentes". Je ne préfère pas savoir, pour me préserver. Je ne supporte pas l'idée qu'il puisse dire des mots d'amour ou prendre du plaisir avec d'autres que moi, toujours avec l'idée que je ne suis pas à la hauteur de ses besoins, et que je ne serai jamais sa priorité. Alors que lui est la mienne ! Et je l'aime aussi autant parce qu'il ne me demandera jamais de choisir ! C'est injuste pour lui, que je sois incapable de lui apporter de la réciprocité, mais je n'arrive pas à penser autrement... Je voudrais être tout pour quelqu'un, comme il sera tout pour moi si nous vivons ensemble, à la simple nuance que j'aurais quelques moments où je ferais une parenthèse avec mon premier amant. Mais sans jamais remettre en question ma situation avec lui. Mais dans son cas, il est incapable de hiérarchiser, et je ne le supporte pas...
Qu'en pensez-vous ?
Merci pour votre aide et votre participation.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 13 mai 2020 à 10h16

Humm... Tu dis voir les autres comme "concurrentes" "tu voudrais être tout pour lui" je pense qu'il faut réfléchir sur ces sujets, pourquoi pas avec lui, en discuter ensemble.
Sinon j'ai peur que cette relation te fasse souffrir inévitablement.

#
Profil

Diomedea

le mercredi 13 mai 2020 à 10h27

Bonjour @SophieT
"Est-ce que je dois tenter le coup?"
Dans l'état de la confusion actuelle? ... surtout pas, je pense!
Tu es très consciente des différences de besoins, des paradoxes et inégalités, qui s'y trouvent : c'est surtout là que tu pourrais chercher des résolutions d'abord.
C'est un cliché, mais 'le polyamour est tout sauf une solution à des problèmes'.
Bonne route en amour(s) et surtout 'Bonne Santé' par ces temps étranges :-)

#

Polyarthrite (invité)

le mercredi 13 mai 2020 à 22h27

Déjà tu n'a pas été fidèle tout du long car tu ne l es plus, alors que tu es tjr mariée.

Pour ton amant lointain, autiste, candaulisme, polyamoureux et polysexuel. C'est très improbable comme mélange et très explosif surtout.

Bon, je note plusieurs incohérences, tu dis aimer tes 2 amants autant l'un que l'autre donc tu ne hiérarchise pas, mais tu reproche à ton amant lointain de faire pareil pour finalement dire que tu veux tout donner à ton amant lointain et te contentera de moment avec l'autre amant.

Je vais être franc, tu ne semble pas du tout poly, tu veux juste tout pour toi sans rien donné en retour, par contre tu as le profil d'une femme d'un candauliste, une reine mise sur un piédestal, qui a toute les attentions de son conjoint, avec la liberté d'avoir des amants

#
Profil

SophieT

le jeudi 14 mai 2020 à 02h00

En réponse, en effet, je ne suis plus fidèle depuis 8 mois, sur plus de 18 ans de vie commune.

Ce portrait improbable est pourtant une réalité, et c'est effectivement très explosif, mais justement, ça fait de lui quelqu'un de complexe et riche, qui m'intrigue, et m'intéresse passionnément.

L'incohérence que tu indiques est justifiée, et elle s'explique pour la simple et bonne raison que l'un ne quittera jamais sa compagne, et encore moins pour vivre avec moi, puisque ses enfants ont quasiment mon âge. Je sais depuis le début que c'est une relation impossible dans un quotidien traditionnel. Et pourtant, je suis folle de lui aussi.
Quant à mon amant lointain, il est au contraire plus jeune que moi, et nous pouvons nous apporter beaucoup l'un et l'autre, dans un quotidien techniquement possible, le moment voulu. Nous avons le même besoin d'amour intense et multiple, si ce n'est que pour ma part, je ne me réjouis pas du tout de le partager...

Alors je ne suis peut-être pas poly, je n'en sais rien, même si la définition me correspond à priori plutôt bien. Tu dis que je ne donne rien, mais tu te trompes tellement ! Je donne tout, justement ! C'est bien là le problème ! Pour lui, je me suis ouverte à sa sexualité anticonformiste, à l'acceptation de son autisme, je lui donne mon temps sans compter quitte à me mettre en danger, je lui ai ouvert mon coeur, ma vie, mon corps... Je ne rêve pas du tout de candaulisme, être la "reine" d'un homme à la fois, dans un duo intime, me suffirait amplement !

#

invité (invité)

le jeudi 14 mai 2020 à 20h29

Clarifie déjà la situation avec ton mari non??? Ca semble la première chose à faire, ne serait ce que par respect pour lui... et puis ta situation va tellement changer après cela que les choses vont déjà se décanter au niveau de tes deux amants...quant à la relation avec ton deuxième amant, il semble évident que tu ne peux t'accorder des droits que tu ne lui accorderais pas à lui, non??

#
Profil

cactus

le jeudi 14 mai 2020 à 22h33

Bonjour @SophieT

Ce que tu exposes m'évoque plusieurs choses :

* les relations que tu entretiens à l'heure actuelle sont semble-t'il assez récentes, du moins dans leurs dimensions sexuelles (tu parles de ne plus être "fidèle" depuis 8 mois).
Si tu vis une phase de NRE, en général on recommande lors de cette phase, quand elle arrive, de ne pas prendre de décisions structurantes ou importantes, surtout lorsqu'elles impliquent en plus des personnes dont on a la responsabilité. C'est un moment dans une relation où on a tendance à être "aveuglé" par le partenaire, et ça peut altérer notre jugement.

* la relation à distance avec l'un de tes amoureux s'est développée pour le moment à distance. La sortir de ce contexte comporte des risques pour la relation elle-même.
J'aime bien cet article d'Audren sur les relations longue distance, je m'y retrouve pas mal pour en vivre une moi-même :
https://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2018/0...

* si toi et ton amoureux lointain vivez enfin ensemble, comment vois-tu le travail sur toi nécessaire, en particulier sur ta confiance en toi, pour pouvoir gérer l'existence de ses autres relations ? Est-ce que tu penses que c'est plus facile pour toi à distance, ou est-ce que ça complique ce que tu ressens justement parce que vous êtes loin? Quand il s'absentera pour vivre ses autres amours, as-tu réfléchi aux solutions qui t'aideraient à le vivre au mieux tout en gérant les enfants ? (ne rien demander, ne rien vouloir savoir en est une, mais ça demandera quand même que tu travailles sur toi, avec son aide, pour t'aider à le gérer au mieux).

Après, polyamour, pas polyamour... j'ai du mal avec les étiquettes, surtout quand on est pas d'accord sur ce qu'elles impliquent.

En général, dans la polyamorie - je préfère ce terme, parce que pour moi c'est plus un choix de vie, une philosophie des relations sentimentales que le seul état d'être amoureux.se de plusieur.es, le terme "polyamour" porte souvent à confusion dans ma vision du truc - y'a quand même la notion de transparence envers tous les partenaires (qui sont ok avec ce choix donc), d'éthique dans les relations, et de réciprocité dans la non-exclusivité.

#
Profil

SophieT

le vendredi 15 mai 2020 à 01h14

bodhicitta
Humm... Tu dis voir les autres comme "concurrentes" "tu voudrais être tout pour lui" je pense qu'il faut réfléchir sur ces sujets, pourquoi pas avec lui, en discuter ensemble.
Sinon j'ai peur que cette relation te fasse souffrir inévitablement.

On en discute déjà ensemble. Et je réfléchis beaucoup individuellement. Et la question de savoir si l'on est toxique l'un pour l'autre s'est déjà posée. Sans réponse pour le moment...

#
Profil

SophieT

le vendredi 15 mai 2020 à 01h18

Diomedea
Bonjour @SophieT
"Est-ce que je dois tenter le coup?"
Dans l'état de la confusion actuelle? ... surtout pas, je pense!
Tu es très consciente des différences de besoins, des paradoxes et inégalités, qui s'y trouvent : c'est surtout là que tu pourrais chercher des résolutions d'abord.
C'est un cliché, mais 'le polyamour est tout sauf une solution à des problèmes'.
Bonne route en amour(s) et surtout 'Bonne Santé' par ces temps étranges :-)

Tenter le coup, ce n'est de toute façon pas d'actualité. Nous continuons à nous appeler tous les jours, nous prévoyons l'organisation de week end pour nous retrouver, et essayons de faire avec cette frustration quotidienne d'être séparés. Mais on se projette beaucoup dans un avenir ensemble, et nous considérons déjà comme un couple à part entière, même si tous les deux avons déjà un couple construit dans le monde réel.

#
Profil

SophieT

le vendredi 15 mai 2020 à 01h26

invité
Clarifie déjà la situation avec ton mari non??? Ca semble la première chose à faire, ne serait ce que par respect pour lui... et puis ta situation va tellement changer après cela que les choses vont déjà se décanter au niveau de tes deux amants...quant à la relation avec ton deuxième amant, il semble évident que tu ne peux t'accorder des droits que tu ne lui accorderais pas à lui, non??

Clarifier la situation avec mon mari ? Impossible. Et ce n'est pas par manque de respect. Je ne peux pas rentrer dans les détails le concernant, et il ne vaut mieux pas savoir...
Concernant mes amants (car en fait je n'en ai pas que deux, mais disons que ce sont les protagonistes principaux), ils sont tous au courant que je vois d'autres personnes, et ne posent pas de questions. Je suis exclusivement vouée à notre duo quand nous sommes ensemble, entière, et sincère à chaque fois. Je ressens de l'empathie, de la complicité, de l'affection, de l'admiration pour tous, et bien-sûr un profond et véritable amour pour les deux sont je parle ici. Cette instabilité affective ne me déstabilise absolument pas sur l'instant. Mais en prenant un peu de recul, je trouve cette situation flippante, voire même grotesque, et je me demande jusqu'où je vais aller comme ça... Et oui, j'avoue aisément qu'il est totalement injuste de m'accorder de droits que je ne lui accorde pas... Mais j'en souffre, et ça, je ne le contrôle pas...

#
Profil

SophieT

le vendredi 15 mai 2020 à 02h06

cactus
Bonjour @SophieT

Ce que tu exposes m'évoque plusieurs choses :

* les relations que tu entretiens à l'heure actuelle sont semble-t'il assez récentes, du moins dans leurs dimensions sexuelles (tu parles de ne plus être "fidèle" depuis 8 mois).
Si tu vis une phase de NRE, en général on recommande lors de cette phase, quand elle arrive, de ne pas prendre de décisions structurantes ou importantes, surtout lorsqu'elles impliquent en plus des personnes dont on a la responsabilité. C'est un moment dans une relation où on a tendance à être "aveuglé" par le partenaire, et ça peut altérer notre jugement.

* la relation à distance avec l'un de tes amoureux s'est développée pour le moment à distance. La sortir de ce contexte comporte des risques pour la relation elle-même.
J'aime bien cet article d'Audren sur les relations longue distance, je m'y retrouve pas mal pour en vivre une moi-même :
https://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2018/0...

* si toi et ton amoureux lointain vivez enfin ensemble, comment vois-tu le travail sur toi nécessaire, en particulier sur ta confiance en toi, pour pouvoir gérer l'existence de ses autres relations ? Est-ce que tu penses que c'est plus facile pour toi à distance, ou est-ce que ça complique ce que tu ressens justement parce que vous êtes loin? Quand il s'absentera pour vivre ses autres amours, as-tu réfléchi aux solutions qui t'aideraient à le vivre au mieux tout en gérant les enfants ? (ne rien demander, ne rien vouloir savoir en est une, mais ça demandera quand même que tu travailles sur toi, avec son aide, pour t'aider à le gérer au mieux).

Après, polyamour, pas polyamour... j'ai du mal avec les étiquettes, surtout quand on est pas d'accord sur ce qu'elles impliquent.

En général, dans la polyamorie - je préfère ce terme, parce que pour moi c'est plus un choix de vie, une philosophie des relations sentimentales que le seul état d'être amoureux.se de plusieur.es, le terme "polyamour" porte souvent à confusion dans ma vision du truc - y'a quand même la notion de transparence envers tous les partenaires (qui sont ok avec ce choix donc), d'éthique dans les relations, et de réciprocité dans la non-exclusivité.

J'ai lu ton message avec énormément d'intérêt ! Alors je vais essayer d'y répondre point par point.

* Effectivement, toutes mes relations sont récentes. La toute première est arrivée à une période de ma vie où j'étais au fond du trou. Et je me suis laissée happer dans une passion débordante et destructrice. Il a fallu que mon amant me quitte pour que je sorte de ce schéma bancale. Je pense donc qu'avec lui, la NRE est terminée. Nous sommes à présent dans une relation certes adultère avec nos conjoint.es respectif.ves, mais saine, où chacun exprime ses envies, et se livre honnêtement, en toute transparence, mais sans toutefois évoquer ses sentiments. Je suis sincèrement amoureuse de sa personnalité, de qui il est, et je l'admire. Si demain il me disait qu'il veut être avec moi, j'en serais bouleversée ! (Et serais bien incapable de choisir...)
Quant à mon amant lointain, que j'ai rencontré à la même période, j'ai longtemps essayé de résister. Il est d'abord devenu mon meilleur ami, nous étions des confidents, et puis, avec le temps, on s'est aperçu qu'on avait plus qu'une envie, plus qu'un désir physique de l'autre. On rêvait chacun de notre côté à savoir à quoi ressemblerait notre vie ensemble, pensant que ce fantasme ne serait certainement pas durable. Et puis notre rencontre, contrairement à ce que nous envisagions, nous a encore plus rapproché... On se dit tellement tout, qu'on s'engueule régulièrement...mais quoi qu'il se passe, on en revient toujours à ce besoin de vivre ensemble. Cette décision n'est pas un simple coup de tête. Nous avons et continuons à parler de cette étape à franchir, très en détail. En évaluant les risques pour nous deux : en évoquant toutes les complications imaginables, en réfléchissant à ce que ça nous apporterait et à ce qu'on y perdait. Bref, c'est un sujet que nous prenons très au sérieux. Donc avec eux deux, je pense être sortie de la phase NRE.

* Je vais bien-sûr aller lire le lien que tu m'as donné, avec beaucoup d'intérêt.

* S'il vient à me rejoindre, je pense que dans un premier temps, nous devons établir une sorte de contrat. Celui-ci déterminerait ce que nous pouvons facilement supporter, ce qui n'est pas négociable, et donc trouver un terrain d'entente entre tout ça. Tout ceci n'étant qu'une transition pour voir si finalement, ce qui semble insurmontable à ce jour peut-être géré dans le quotidien (ou pas), avec de petites astuces simples. Genre : s'il tombe amoureux de quelqu'un, qu'il continue de me rassurer sur le fait que ça ne mettra jamais notre couple en danger, et que je suis sa priorité.
Je ne sais pas si la distance complique ou simplifie. Mais je pense qu'au début de notre vie commune, à l'instar des moments où l'on se voit "en vrai", il n'aura besoin de personne d'autre que moi, renouvelant le NRE. Et puis, forcément, avec le temps, il aura besoin de plus, je ne lui suffirais plus de nouveau. En ce moment, nous avons décidé que sauf si je pose des questions, il ne me parle plus de ses relations. Et même s'il est difficile pour moi de supporter qu'il aime d'autres femmes, j'avoue être moins malheureuse que lorsqu'il me détaillait tout (dans ce dernier cas, je me sentais trahie, humiliée, insultée, rabaissée, rejetée).
J'ai bien sûr réfléchi à comment gérer ses liaisons. Et je me dis que pour le supporter, je devrai moi aussi aller me "jeter dans les bras d'autres amants", histoire de ne pas y penser. Ça ne pourra pas toujours être faisable, je le sais. Et dans ce cas là...je pense que j'en serais certainement meurtrie... Tout dépend de la façon dont il abordera les choses, de ce qu'il pourra faire pour me rassurer, tenant compte du fait qu'il a un spectre autistique, qui ne facilite rien...

Je suis d'accord avec toi sur les étiquettes... Je pense que c'est juste rassurant de nommer quelque chose qu'on ne connait pas, qui ne s'explique pas vraiment. Et à vrai dire, je ne sais absolument pas si je suis moi même poly. Ce que je sais, c'est que je suis entière avec chacun, que je les aime sincèrement pour tout ce qu'ils sont et non pas seulement pour ce qu'ils m'apportent, et que forcément, ils sont tous très différents, ce qui en fait une grande richesse. Mais quand je suis avec un, les autres n'existent plus sur l'instant. Et je peux passer de l'un à l'autre de cette façon, sans complexe et sans douter que ce que je ressens est terriblement fort, et même extrêmement chimique...

#
Profil

cactus

le vendredi 15 mai 2020 à 23h30

SophieT
Et oui, j'avoue aisément qu'il est totalement injuste de m'accorder de droits que je ne lui accorde pas... Mais j'en souffre, et ça, je ne le contrôle pas...

C'est là que le bas blesse par rapport à la polyamorie : le fait d'être ok sur la non-exclusivité de ses partenaires est quand même primordiale dans l'histoire.

Mais c'est pas là-dessus que je voulais réagir au départ : oui, on ne contrôle pas la souffrance sur le moment MAIS on contrôle ce qu'on fait de cette information (parce que c'en est une).
Je ressens aussi par moment de la souffrance, ou de la jalousie, ou de l'insécurité.
Dans ce cas, ce n'est pas en restreignant la liberté de mon partenaire - parce qu'en fait, ça ne fait que "cacher" le pb - que je vais résoudre ledit pb, mais en comprenant quel est l'élément déclencheur de cette souffrance, et qu'est-ce qu'il déclenche au juste. Bref, en analysant mes réactions, et en les comprenant. Ce qui permet d'avancer sur soi, et de travailler ses failles. De se prendre en main quoi. Bon, c'est difficile hein, faut pas se leurrer mais ça vaut le coup, pour être mieux avec soi même, et réellement se connaître.

SophieT
En ce moment, nous avons décidé que sauf si je pose des questions, il ne me parle plus de ses relations. Et même s'il est difficile pour moi de supporter qu'il aime d'autres femmes, j'avoue être moins malheureuse que lorsqu'il me détaillait tout (dans ce dernier cas, je me sentais trahie, humiliée, insultée, rabaissée, rejetée).

Si c'est pas déjà fait, ça vaut le coup d'essayer de comprendre la raison profonde pour laquelle tu ressens ça, les éléments précis qui déclenchent ces sentiments.
Sans pour autant revenir sur le fait qu'il ne te dise rien - moi aussi, y'a des éléments que je préfère ne pas savoir, d'autres que je ne voulais pas avoir et qui me gênent moins maintenant - repenser à froid à pourquoi tu as ressenti tel truc dans telle situation peut aider.

SophieT
J'ai bien sûr réfléchi à comment gérer ses liaisons. Et je me dis que pour le supporter, je devrai moi aussi aller me "jeter dans les bras d'autres amants", histoire de ne pas y penser.

Perso, je ne suis pas sure que ça soit la solution, d'abord parce que les autres êtres humains ne sont pas des pis-aller pour soulager nos angoisses - question d'éthique justement - d'autre part parce que ça ne fait que "cacher" la problématique de fond dans le contexte de la polyamorie. Mais ce n'est que mon avis ;)

#
Profil

SophieT

le samedi 16 mai 2020 à 02h29

cactus
C'est là que le bas blesse par rapport à la polyamorie : le fait d'être ok sur la non-exclusivité de ses partenaires est quand même primordiale dans l'histoire.

Mais c'est pas là-dessus que je voulais réagir au départ : oui, on ne contrôle pas la souffrance sur le moment MAIS on contrôle ce qu'on fait de cette information (parce que c'en est une).
Je ressens aussi par moment de la souffrance, ou de la jalousie, ou de l'insécurité.
Dans ce cas, ce n'est pas en restreignant la liberté de mon partenaire - parce qu'en fait, ça ne fait que "cacher" le pb - que je vais résoudre ledit pb, mais en comprenant quel est l'élément déclencheur de cette souffrance, et qu'est-ce qu'il déclenche au juste. Bref, en analysant mes réactions, et en les comprenant. Ce qui permet d'avancer sur soi, et de travailler ses failles. De se prendre en main quoi. Bon, c'est difficile hein, faut pas se leurrer mais ça vaut le coup, pour être mieux avec soi même, et réellement se connaître.


Si c'est pas déjà fait, ça vaut le coup d'essayer de comprendre la raison profonde pour laquelle tu ressens ça, les éléments précis qui déclenchent ces sentiments.
Sans pour autant revenir sur le fait qu'il ne te dise rien - moi aussi, y'a des éléments que je préfère ne pas savoir, d'autres que je ne voulais pas avoir et qui me gênent moins maintenant - repenser à froid à pourquoi tu as ressenti tel truc dans telle situation peut aider.

Perso, je ne suis pas sure que ça soit la solution, d'abord parce que les autres êtres humains ne sont pas des pis-aller pour soulager nos angoisses - question d'éthique justement - d'autre part parce que ça ne fait que "cacher" la problématique de fond dans le contexte de la polyamorie. Mais ce n'est que mon avis ;)

En fait, il y a plusieurs éléments dans ma logique des choses :
- j'ai besoin d'avoir une relation exclusive, et pour autant "multiplie" les amants pour compenser un manque d'amour maternel que je cherche involontairement à renflouer, quelqu'un soit le moyen. Donc si mon partenaire est incapable de me choisir moi, c'est le traumatisme de l'enfant qui ressurgit inévitablement. Ce n'est pas juste pour lui, puisque c'est mon problème à moi, en tant qu'individu, et qu'il le subi. Je sais que j'ai beaucoup de travail à opérer de ce point de vue.
- il a le même manque que moi, et c'est en autres ce qui nous a rapprochés initialement. Et je crois qu'il multiplie aussi les relations, dans cet objectif commun. De son côté, lui, ne doute absolument pas de mon amour et de mon engagement dans notre relation. Mais pour qu'il soit rassuré sur ce plan là, je me donne de la peine. Peine que lui ne se donne pas envers moi... d'où un déséquilibre sur la confiance de l'un envers l'autre.
- je suis désolée, mais pour moi, la polyamorie est simplement un choix de mode de vie, comme pour un couple libertin, ou échangiste, ou nudiste, etc. Pour moi, tout le monde est capable d'aimer plusieurs personnes en même temps, pour la simple et bonne raison que les personnes sont toutes très différentes et peuvent être très complémentaires. Dans ce cas là, on aime pour des raisons très ciblées et particulières. Mais pour autant, je pense que c'est simplement la volonté qui dicte si on décide d'avoir un noyau dur fait d'un couple solide et prioritaire dans une vie de couple à deux. Après, c'est une question d'arrangement, d'ouverture d'esprit, de négociation à l'intérieur de ce couple.

Ce weekend, il le passé avec sa petite copine. Je suis qu'il lui fait l'amour, qu'il y prend du plaisir et que ça l'apaise. Et de ce point de vue là, en suis heureuse pour lui. Sauf que je ne supporte pas qu'il ne s'engage pas davantage avec moi, et je me rend malade depuis hier soir, rien qu'en imaginant... Ce que je veux dire, c'est que cette situation serait certainement moins difficile à vivre, s'il avait décidé d'assumer notre relation, et qu'il gardait sa copine pour des moments privilégiés, étant donné leur proximité, mais tout en clarifiant leur relation en lui disant clairement qu'il est maintenant avec moi. Ça n'enleverait pas la souffrance de les imaginer évoluer ensemble, au lit, etc...

Tout bêtement, j'ai peur de l'abandon, du rejet, d'être trahie dans le sens qu'on me fasse croire à des sentiments qui n'existent finalement pas; ou plus simplement d'avoir l'impression d'être interchangeable, et donc de n'avoir aucune valeur particulière à ses yeux... Pour le coup, je donne beaucoup (trop...j'ai des tendances excessives), et j'attends d'obtenir un minimum en retour...

Oui, c'est évident qu'aller me consoler dans d'autres bras n'est pas une solution, et que ce n'est qu'un écran de fumée...j'en suis consciente. Mais je ne vois pas tellement d'autres alternatives à ce jour. Je crois que c'est quelque chose que nous devrons évoquer, pour trouver une solution plus pérenne et saine...

#
Profil

Envolee

le samedi 16 mai 2020 à 09h08

Ton histoire a fait écho à celle que j'étais il y a quelques temps.

Je prends en cours de lecture mais j'ai l'impression que tu as besoin d'amour inconditionnel.
Probablement dû à un manque de confiance en toi ?

Si j'avais un conseil à te donner, c'est d'apprendre à t'aimer. Pour ne pas avoir besoin des autres pour combler ton manque d'amour et aussi pour aimer sans avoir trop d'attente.

Le premier pas c'est un travail personnel je pense. Tu peux en parler à tes partenaires, ils ne pourront qu'être un soutien supplémentaire à ton cheminement.

Bonne route et beaucoup de bonheur.

#
Profil

SophieT

le dimanche 17 mai 2020 à 02h58

Envolee
Ton histoire a fait écho à celle que j'étais il y a quelques temps.

Je prends en cours de lecture mais j'ai l'impression que tu as besoin d'amour inconditionnel.
Probablement dû à un manque de confiance en toi ?

Si j'avais un conseil à te donner, c'est d'apprendre à t'aimer. Pour ne pas avoir besoin des autres pour combler ton manque d'amour et aussi pour aimer sans avoir trop d'attente.

Le premier pas c'est un travail personnel je pense. Tu peux en parler à tes partenaires, ils ne pourront qu'être un soutien supplémentaire à ton cheminement.

Bonne route et beaucoup de bonheur.

Je crois en effet que j'ai besoin d'un amour inconditionnel... Et pourtant, de façon générale, j'ai plutôt une très bonne confiance en moi, et j'aime la personne que je suis. Il n'y a qu'en amour où je me sens terriblement vulnérable et fragile. Dans ce domaine seul, je m'autorise à lâcher prise, à aller dans tous mes excès, toutes mes folies, à être sans limites. Et le problème est que j'en attends presque autant, et donc trop de l'autre, qui n'est jamais "assez"... Donc tu as mis le doigt sur la problématique : ne pas trop attendre de l'autre...
Nous en parlons déjà, mais pendant que de mon côté j'essaie d'avancer, je le sens plus que frileux à réfléchir à son fonctionnement.

Merci et bonne route à toi également

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion