Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour ? Amourette ? Ou réminiscence sans lendemain ?

Témoignage
#
Profil

Cocro

le dimanche 07 mai 2017 à 22h40

Ma femme et moi sommes récemment séparés. Nous étions ensemble depuis dix ans et avons deux enfants. Notre histoire commune est semée d’écueils : maladie, problèmes d’argents, relationnel difficile. Notre couple a étouffé et elle a décidé de prendre un appartement. Je l’aime profondément mais je savais qu’un changement était absolument nécessaire pour tous les deux, je n’étais donc pas en désaccord, tout en espérant reconstruire quelque chose de nouveau avec elle.

Nous étions monogames.

Au moment de la séparation, elle a rencontré quelqu’un de très attirant et s’est jeté la tête la première dans cette relation, ce qui m’a fait beaucoup souffrir. Très amoureuse, enivrée par un sentiment de liberté retrouvée, de légèreté et de désir, et flattée parce que très convoitée (elle est très belle à la veille de sa quarantaine), elle s’est remise à rayonner. Elle voulait construire quelque chose avec lui, refaire sa vie, et lui présenter nos enfants... Au bout d’un mois de relation.
Seulement voilà, cet homme entretient une relation avec une autre femme et, bien que se disant amoureux, il ne désire pas de relation monogame. Elle est donc descendue de son petit nuage ce qui a eu pour effet, à mon grand soulagement, d’exclure les enfants de l’équation.Elle a décidé de continuer sa relation poly avec lui, et en tire beaucoup de plaisir, bien que parfois tourmentée.

Alors voilà : mon ex et moi nous voyons assez souvent, bien que séparés. Nous partageons énormément de choses, nous sortons parfois, faisons l’amour avec beaucoup plus de désir que de ces dernières années. Nous avons discuté et admis que ni nos années de galère, ni notre vie commune étouffante, ni notre séparation n’avaient brisé le lien qui nous unissait.

Au final ce qui se passe, c’est qu’elle s’est créé un cercle d’amis avec son copain, auquel je n’ai pas accès. Lorsqu’elle a du temps libre, c’est en majorité pour ce cercle. Elle a mis pas mal de barrières et on va dire que je suis sa relation secondaire, ce qui m’affecte beaucoup.

Je ne veux pas lui enlever sa relation (et d’ailleurs je n’en aurai ni le droit, ni le pouvoir). Qu’elle garde sa joie de vivre et sa beauté retrouvée, car cela me fait énormément de bien de la voir comme ça. A nos moments, nous nous retrouvons enfin après toutes ces années et cela je veux le vivre. Il n’empêche que je souffre énormément de ce qui se passe malgré mes efforts et que je me sens lésé alors que je lui apporte beaucoup.

Tout n’est pas clair ni pour elle ni pour moi et tout ça est probablement emmêlé et très déséquilibré. Elle change d’avis souvent. Cette histoire m’accapare complètement.

Toute l’histoire dont je vous parle depuis la séparation dure depuis environ deux mois, c’est très rapide. A vrai dire, je ne sais même pas s’il s’agit de polyamour, mais ça y ressemble.
Vous l’avez compris, c’est un appel à l’aide. J’aurai besoin d’un mode d’emploi, même s’il n’y a pas vraiment de règle en amour, j’aurai voulu avoir des billes pour savoir ce que je devais accepter ou exiger pour que notre relation puisse persister. Si elle le refuse, je saurai au moins qu’il faut tirer un trait.

Je lirais vos avis avec grand intérêt, soyez sans pitié.

#
Profil

Antianeira

le lundi 08 mai 2017 à 12h31

Ouah, tu es dans une situation vraiment difficile, et tout a l'air d'avoir été très rapide... Je ne pense pas pouvoir te conseiller comme tu le souhaiterais (je suis moi-même dans une situation un peu difficile), mais je crois que tu devrais peut-être d'abord réfléchir à ce que tu supportes et à ce que tu ne supportes pas. Personnellement, écrire (notamment faire des listes) m'aide à poser mes idées à plat. J'ai l'impression qu'il n'y a pas de "grande règle" pour gérer une relation polyamoureuse, tout dépend vraiment du ressenti de chacun.e.

Je pense qu'à ta place, je commencerais par faire une liste avec ce que je trouve bien dans notre nouvelle relation, ce qui ne me dérange pas et ce qui me fait du mal, puis je demanderais à mon ex qu'on se voit dans un espace neutre en prévenant que je souhaite discuter de notre relation et en l'invitant éventuellement à réfléchir également pour qu'elle fasse un point, fût-il provisoire, sur sa situation actuelle. Ensuite on pourrait tenter d'en parler ensemble en utilisant le support papier et en prenant soin de respecter des temps de parole pour chacun.e. Eventuellement, même, pourquoi pas recourir à un.e thérapeute de couple ou un.e médiateur.rice pour assurer à chacun.e que vous pourrez vous exprimer et que vous serez écoutés.

A priori je pense que tout ou presque tout peut être négociable, surtout à ce stade où tout est tout nouveau et donc sujet à des évolutions drastiques et rapides. Mais une conversation carte sur table où chacun.e pourra exprimer son ressenti actuel, sa façon de voir les choses et ce qu'i.el.l.e espère pour le futur, ça peut être un bon début ?

Dans tous les cas je te souhaite beaucoup de courage et j'espère que cette nouvelle relation t'apportera du bonheur !

#
Profil

kill-your-idols

le lundi 08 mai 2017 à 12h40

ok, si on me demande d'être sans pitié, je ne refuse pas! :-) Et entre temps, Bienvenu!!! :-)

Donc, en premier lieu:
1) Arrête de penser tout le temps à elle.

Son cercle d'amis, son nouveau copain sa joie de vivre et sa beauté retrouvée, tout cela ne te concerne pas. Pense plutôt à toi-même.

Ensuite:
2) Profite toi aussi de ta liberté retrouvée.

La vie de couple empêche de faire pas mal de choses. Quand ça se termine c'est l'occasion pour profiter de sa liberté retrouvée: lancer des nouveaux projets, partir en voyage, séduire des nouvelles femmes, plus jeunes et plus belles que elle...

Et pour finir:
3) Commence des nouvelles relations.

Remets-toi sur les sites de rencontre, sors dans les bars, expérimente! Seul point à garder, il faut que les nouvelles relations restent légères. Il n'est pas le moment de rajouter une deuxième histoire d'amour compliquée à ta vie.

et courage!!!

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Cocro

le jeudi 11 mai 2017 à 11h39

Merci de vos réponses.

Je réponds tout d'abord à kill-your-idols : c'est facile à dire, même si je suis assez d'accord sur la théorie. Je ne suis pas exactement un séducteur, je fais plutôt dans le genre handicapé social, en exagérant à peine. C'est plutôt moi qui me fait draguer en général. J'idéalise trop les femmes et ça me bloque. Et d'ailleurs, lorsque je suis en couple j'ai du mal à me conserver un domaine indépendant, et je me consacre pleinement à ma relation.. On va dire que c'est l'occasion d'apprendre une gestion plus saine des relations.

Antianeira, pour ce qui est de mettre les choses à plat avec elle. Je vous fais un petit update, assez déconcertant :

Le week-end dernier donc, j'étais assez déprimé. Je lui ai demandé de m'aménager un peu de temps parce que j'avais besoin de parler.

Elle ne l'a pas fait.

A ce stade, je tiens à préciser que je suis loin de la harceler, 1 ou 2 messages en trois jours, un petit mail pour la tenir au courant des choses à faire pour les enfants. C'est tout.

Elle est passée en fin de week-end quelques dizaines de minutes. Elle repartait au cinéma directement après, apprêtée pour séduire. A cran, je lui ai dit que cette situation détruisait ma vie, qu'il n'y avait rien de de clair, que je ne voulais pas l'exclusivité mais au moins un vrai place et qu'elle devait changer son attitude, sinon je ne voulais plus la voir du tout parce que je souffrais trop.
Elle m'a répondu que, vu ma réaction, il valait mieux qu'on ne se voit plus. Je lui ai demandé de rester pour en discuter. Elle est partie au cinéma.

Bref, je l'ai très mal pris mais, j'en ai aussi pris mon parti, et tiré un gros trait, bien décidé à tout recommencer.

A force de sms envoyés le lendemain, elle m'a convaincu de discuter encore une fois avec elle, me laissant entendre qu'elle m'aménagerait du temps finalement, me redonnant malgré moi un peu d'espoir.
Elle est venue en fin de journée, et m'a engueulé à cause de mon attitude extrême de la veille. Douche froide, j'ai pris ça au drame.

Un peu plus tard, elle est toujours là, la situation est calmée. Je reprends le courage de lui dire au revoir pour longtemps. Je la regarde, j'ai envie de la prendre dans mes bras. Je lui demande si elle en a envie aussi... Elle me dit : "Non, j'ai pas envie que tu me prennes comme ça".

Nous avons fait l'amour.

Pour conclusion donc : je suis de loin le meilleur amant qu'elle ait jamais eu, elle ne désire pas se passer de cet aspect de notre relation. Nous allons donc tenter de vivre une relation quasi-clandestine et absolument sexuelle. Je ne sais pas si je devrais étant donné mon attachement, mais ça a au moins le mérite d'être clair et c'est trop tentant pour que je refuse.

Qui vivra verra.

Voilà.

Merci d'avoir lu.

#
Profil

Toinou

le jeudi 11 mai 2017 à 14h06

Cocro
je me sens lésé alors que je lui apporte beaucoup.

Je ne vais réagir qu'à cette phrase car pour moi elle synthétise le problème dans cette histoire.

Cette phrase donne à penser que tu fais parti de ces personnes qui, lorsqu'il donne, estime que celui qui reçoit est en position de devoir suite à ce don et doit donc donner en retour.
Peut-être devrais tu donc donner pour donner, et non pas pour recevoir et ainsi tu ne souffriras plus des attentes trop grande que tu mets, et pourras être heureux de ce que tu reçois et surtout de ce que tu donnes.
Ton ex est rayonnante et veux continuer à prendre du plaisir sexuel avec toi ! Très bien, donne lui ce plaisir, et prend en en retour, mais sans attendre autres chose de plus que le plaisir partagé. ,Sinon à ce jeu, tu vas tout perdre, comme ça semble avoir été presque le cas.

#
Profil

Cocro

le jeudi 11 mai 2017 à 15h24

Salut Toinou,

Je comprends ce que tu dis mais ce n'est pas si simple.

Je vais nuancer un peu la chose : on peut donner sans rien attendre en retour à part la satisfaction de faire plaisir, mais si on donne et que l'on ne reçoit réellement rien, si le jour où l'on est dans le besoin on se retrouve seul, on arrête de donner (ou alors on croit très fort en dieu, mais c'est un autre problème). On peut bien prendre la chose, se dire que ça n'a pas marché, ou en concevoir du ressentiment, mais dans tous les cas c'est de la folie de continuer.

Si notre relation ne n'était liée qu'au plaisir que l'on prend tous les deux, je dirai : "Ok, elle me voit quand elle veut, je la vois quand je veux, si elle ne veut pas me voir c'est mon problème".

Mais là ce n'est pas le cas, beaucoup de facteurs entrent en comptent : les enfants, le matériel, l'habitude de notre vie passée.

Je ne vais pas rentrer dans les détails mais je pense qu'accepter de l'aide et du réconfort est un engagement. Au moins pour être là lorsqu'il vous demandera de l'aide, dans la mesure du raisonnable. Cela ne s'applique pas qu'aux relations amoureuses, moi je n'hésite pas à m'engager. Je ne parle pas d'amour : je sais bien que l'amour n'est pas quelque chose que l'on peut échanger.

Le fait qu'elle veuille réduire notre relation au seul plaisir est une chose positive pour moi. Cela devient beaucoup plus clair et borné. C'est ce dont j'ai besoin. Par contre je lui donnerai certainement beaucoup moins.

#
Profil

Toinou

le jeudi 11 mai 2017 à 16h02

Cocro
on peut donner sans rien attendre en retour à part la satisfaction de faire plaisir, mais si on donne et que l'on ne reçoit réellement rien, si le jour où l'on est dans le besoin on se retrouve seul, on arrête de donner (ou alors on croit très fort en dieu, mais c'est un autre problème).

Pour ma part je suis agnostique, dons les dieux, je m'en tamponne l'oreille avec une babouche. Mais dans ma vie, je donne sans attendre un retour et je peux te dire que tu n'es jamais seul. Car même si quelqu'un a "abusé de ta gentillesse", tu auras plein d'autre qui seront là. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un seul d'être trop gentil.

Cocro
Je ne vais pas rentrer dans les détails mais je pense qu'accepter de l'aide et du réconfort est un engagement. Au moins pour être là lorsqu'il vous demandera de l'aide, dans la mesure du raisonnable. Cela ne s'applique pas qu'aux relations amoureuses, moi je n'hésite pas à m'engager. Je ne parle pas d'amour : je sais bien que l'amour n'est pas quelque chose que l'on peut échanger.

C'est bien ce que je te dit : tu donnes pour recevoir. Donc tu ne donnes pas, tu engages l'autre, ce n'est pas la même démarche et c'est, je pense, la source de ton mal-être.
Donner ne doit pas engager l'autre. et accepter de l'aide ce n'est pas s'engager à quoique ce soit. Sinon tu rentres dans des comptes d’apothicaire et tu restes malheureux ou en colère dès que les comptes sont dans le rouge auprès de ta banque sentimentale.

Cocro
Le fait qu'elle veuille réduire notre relation au seul plaisir est une chose positive pour moi. Cela devient beaucoup plus clair et borné. C'est ce dont j'ai besoin. Par contre je lui donnerai certainement beaucoup moins.

Encore une fois, tu dis bien que tu vois ce que tu donnes en fonction de ce qu'elle est prête à te rendre.
Ca ne te mènera pas au bonheur et à la paix de l'esprit et du coeur.
Avec cette façon de voir, on donne toujours moins que ce qu'on reçoit pour ne pas donner plus, l'autre en face en fait autant et au final personne ne donne plus et tout le monde veux recevoir en se plaignant de ne plus rien recevoir.

Et si tu veux vraiment rester dans ce système de compte, essaye de voir les choses à plus grande échelle. Ne fait pas l'équilibre sur un individu, mais sur la somme de tes relations.
Mais d'expérience, je te promet que tu es plus heureux sans compter.

#
Profil

bonheur

le jeudi 11 mai 2017 à 21h54

En complément du dernier post de Toinou. Il y a l'effet réciprocité, l'effet miroir, quand on offre avec naturel et simplicité. Si tu croises une personne heureuse, souriante spontanément... tu te sentiras "réchauffée" et plus enclin à l'être également.

Peut-être devrais tu lire "le jour où j'ai appris à vivre" de Laurent Gounelle. C'est un petit roman en format poche pas cher du tout et pourtant très subtile dans le cheminement que l'auteur offre.

J'ai aussi commencé à lire ce jour (donc trop tôt pour un avis fiable, mais tout de même) "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano. C'est aussi un roman mais pas en format poche et plus cher. C'est l'histoire d'une femme enlisée dans sa vie qui lui offre pourtant tout qui rencontre un routinologue.

On vit pour soi, en adéquation avec qui l'on est (comment se découvrir ? là est le challenge), et seulement là on arrive à vivre en harmonie avec son environnement et ses proches. Pas simple, mais quand on y arrive, on ne compte plus aucun point, les points n'ayant plus de valeur. Seul le bonheur compte et c'est très contagieux le bonheur.

#
Profil

Toinou

le vendredi 12 mai 2017 à 11h01

bonheur
J'ai aussi commencé à lire ce jour (donc trop tôt pour un avis fiable, mais tout de même) "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano. C'est aussi un roman mais pas en format poche et plus cher. C'est l'histoire d'une femme enlisée dans sa vie qui lui offre pourtant tout qui rencontre un routinologue.

Le titre de ce livre m'a interpellé aussi tellement je l'ai trouvé vrai :)
Faudra que je vois

#
Profil

bonheur

le vendredi 12 mai 2017 à 12h59

A Toinou : J'ai continué un peu ma lecture ce matin. Je dirai que la méthode de ce routinologue ne me conviendrait pas (dans sa première phase en tout cas) par contre encourager chacun-e a se prendre en main, ça oui. Le livre coûte dans les 15 € et même si je considère que la découverte de soi et l'évolution en adéquation avec soi-même n'a pas de prix,... Après, on fait l'investissement pécunié autant que l'investissement personnel.

Cette lecture ne peut pas être décevante. Comme toujours prendre ce qui résonne en nous et lire avec du recul ce qui ne nous correspond pas (tout en retenant que ça corresponde à d'autres et que ces autres font partie de notre entourage).

Personnellement, je me suis mieux sentie en adéquation avec "le jour où j'ai appris à vivre", de part notamment l'évocation du champ morphique puisqu'il semblerait que j'y sois sujette d'une certaine façon. Mon expérience personnelle m'a amené à me reconnaitre dans cette découverte dont il est inutile de me convaincre que quelque chose comme ça existe, puisque je l'ai vécu.

On s'éloigne du sujet, désolée ! (c'est certainement intéressant malgré tout)

#
Profil

Cocro

le vendredi 12 mai 2017 à 14h06

Je vois ce que vous voulez dire, mais donner et recevoir ne résument pas tout. Il n’y avait pas que ça dans mon post.

Les gens se font du mal, pour diverses raisons. Ne rien attendre d’une personne n’est pas une solution pour éviter ça. Je ne cherche pas à éviter la souffrance de façon générale. Quelqu’un qui me fait du mal a une raison pour le faire. En général ce n’est pas contre moi. Dans ce cas, elle a juste envie d’être ailleurs, de faire autre chose et ce n’est pas ça qui me pose problème.
Mais j’estime avoir le droit d’être en colère lorsque quelqu’un me blesse, serait-ce par négligence.

Je me sens lésé ? Oui, et c’est un ressenti.

Je n’ai pas fait de comptes, j’ai donné sans compter au contraire. J’ai juste remarqué que je lui ai apporté une épaule pour pleurer, du réconfort, de l’aide sous diverses formes, beaucoup de compréhension, et que le jour je me suis senti mal, elle n’était pas là. Je me suis senti seul et ça m’a fait encore plus mal. D’autre part, diverses choses, dont je ne parlerai pas sauf pour dire qu’elle aurait pu s’abstenir de les faire, ont mis mes nerfs à vif. C’est pour cela que je demandais un mode d’emploi, ou plutôt une ligne générale sur la façon dont ça fonctionne. Et vu ce que j’ai lu sur ce site dans les articles, nous avons fait pas mal de choses très mal.

J’attends qu’on s'intéresse à moi, même s’il s’agit de courtes périodes. Sinon à quoi bon une relation ? J’irai chercher une statue et une poupée gonflable.

Je ne m’arrêterai pas de donner, je ne fais pas de comptes.

Si vous voulez que je pousse en faisant ma propre analyse, je dirai que je n’ai pas appris la liberté dans l’amour. Quand je dis liberté, je ne parle pas du droit de faire ce que l’on veut. Je parle de ne pas utiliser son partenaire pour combler un manque, ni comme accessoire narcissique, et de ne pas en être dépendant.

Ceci étant dit, notre relation a été dès le premier jour complètement fusionnelle et j’ai toujours su que ce n’était pas la bonne façon de faire. Cependant, je n’ai pas pu m’en empêcher et même aujourd’hui, sachant comment ça se termine, je ne suis pas sûr que si j'avais l'occasion de retourner dans le passé je n’aurai pas envie de le revivre tellement c’était fort et intense.

Je jetterai un œil à ce bouquin, merci.

#
Profil

bonheur

le vendredi 12 mai 2017 à 17h11

Ecoute Cocro, si tu sais qu'un aliment peut t'être mortel (je suis une allergique alimentaire), tu liras scrupuleusement toutes les petites lignes des ingrédients avant de mettre quoi que ce soit dans ta bouche. C'est vital pour toi !

En amour, heureusement on n'en meurt pas, mais on mange du toxique et le coup d'après, ben on en remange. A toi de savoir si tu es boulimique de toxiques ou si tu veux être en bonne santé. Si tu considère que tu dois manger sans regarder aucune étiquette alors que tu fais de l'allergie alimentaire, ne t'étonne pas d'avoir des soucis.

Pour exemple. Mon travail m'amène a rencontrer un nombre de personnes importants. Et en plus, avec les habitudes, on revoit souvent les mêmes. Un homme me fait un effet hallucinant. Mais franchement, hallucinant. Le style que je ne peux pas ignorer avec un phénomène physiologique incroyable. Et en plus, il me porte un intérêt certains. On se rapproche évidemment... c'est dans l'ordre des choses. Sauf que voilà, j'aime l'apprivoisement et apprécie la connaissance de l'autre d'une façon importante. Je ne me jette pas sur le morceau (un très gros morceau en plus :-D ) et je découvre que ce type est un connard. Mais alors un connard aussi gros que lui. Qu'est-ce que je fais ? Si j'entreprends un lien plus sérieux, je sais que je souffrirai. Alors, comme une personne sage, l'apprivoisement m'aura permis de lire les ingrédients et d'en prendre acte et d'agir d'une façon responsable.

Avec elle, vous avez changé la recette et aujourd'hui, le liste des ingrédients ne conviennent plus. Pourquoi vouloir continuer à s’empiffrer ?

Finalement vous faites l'amour pourquoi désormais ? Où est l'ingrédient amour là-dedans ? Il serait l'antidote, non ! Il serait aussi le poison, peut être !

J'ignore si mon comparatif peut convenir ou aider... c'est le seul que j'ai trouvé

Aussi, tu peux lire : je t'aime... je te quitte... (un autre fil de discussion que j'ai fait remonté récemment)

#
Profil

bonheur

le vendredi 12 mai 2017 à 17h18

L'amour n'est pas toujours juste. Cet homme il vient toujours, sauf que je l'ai éloigné de moi, trop toxique. D'ailleurs, il pourrait se prendre en main et devenir quelqu'un de sain. Un jour peut être ? Se prendre en main, peu le font, c'est dommage. chacun-e vivrait tellement mieux. C'est une histoire vraie, et même ceux qui sont biens dans leurs baskets souffrent. Le voir, l'entendre, me font mal, mais je sais que j'ai exactement fait comme il le fallait, en prenant soin de moi. C'est injuste ? Ben oui, mais on se fait du bien à lire la liste des ingrédients... d'autant qu'il faut prendre garde aux changements de recette, souvent inexpliquées, donc lire encore et encore la liste des ingrédients, y compris des produits que l'on a l'habitude d'acheter.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

kill-your-idols

le vendredi 12 mai 2017 à 17h37

Cocro
Je réponds tout d'abord à kill-your-idols : c'est facile à dire, même si je suis assez d'accord sur la théorie. Je ne suis pas exactement un séducteur, je fais plutôt dans le genre handicapé social, en exagérant à peine. C'est plutôt moi qui me fait draguer en général. J'idéalise trop les femmes et ça me bloque. Et d'ailleurs, lorsque je suis en couple j'ai du mal à me conserver un domaine indépendant, et je me consacre pleinement à ma relation.. On va dire que c'est l'occasion d'apprendre une gestion plus saine des relations.

Qu'on soit un séducteur ou un handicapé relationnel, la solution est toujours la même: arrêter de penser à la personne qui nous tourmente, et chercher des nouvelles relations (plus il y en a, mieux c'est), en faisant attention à ne pas devenir trop dépendants de ces nouvelles relations.

Ce n'est pas facile, mais c'est le seul parcours possible.

Cocro
Je n’ai pas fait de comptes, j’ai donné sans compter au contraire. J’ai juste remarqué que je lui ai apporté une épaule pour pleurer, du réconfort, de l’aide sous diverses formes, beaucoup de compréhension, et que le jour je me suis senti mal, elle n’était pas là. Je me suis senti seul et ça m’a fait encore plus mal. D’autre part, diverses choses, dont je ne parlerai pas sauf pour dire qu’elle aurait pu s’abstenir de les faire, ont mis mes nerfs à vif. C’est pour cela que je demandais un mode d’emploi, ou plutôt une ligne générale sur la façon dont ça fonctionne. Et vu ce que j’ai lu sur ce site dans les articles, nous avons fait pas mal de choses très mal.

Le mode d'emploi passe par une mortification de l'ego. On peut donner, ou pas donner, mais personne nous garantit que les autres nous donneront en retour. Il n'y a pas de service après-vente, où on peut aller se plaindre et recevoir en arrière ses années perdus. La seule chose qu'on peut faire est accepter le monde tel qu'il est, faire le deuil de ce qui les autres nous doivent, et mortifier notre égo qui dit "je veut ceci, je veux cela!!!"

Et, une fois qu'on a passé cette phase, on devient naturellement charmants, et les autres nous donneront plein de belles choses, sans même que nous avons à demander ce qui ce soit.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 08 juin 2017 à 13h36

J'arrive longtemps après la bataille, mais pour moi un élément super important était présent dans ces extraits :

kill your idols
2) Profite toi aussi de ta liberté retrouvée.

La vie de couple empêche de faire pas mal de choses. Quand ça se termine c'est l'occasion pour profiter de sa liberté retrouvée: lancer des nouveaux projets, partir en voyage, séduire des nouvelles femmes, plus jeunes et plus belles que elle...

Cocro


Je réponds tout d'abord à kill-your-idols : c'est facile à dire, même si je suis assez d'accord sur la théorie. Je ne suis pas exactement un séducteur, je fais plutôt dans le genre handicapé social, en exagérant à peine. C'est plutôt moi qui me fait draguer en général. J'idéalise trop les femmes et ça me bloque. Et d'ailleurs, lorsque je suis en couple j'ai du mal à me conserver un domaine indépendant, et je me consacre pleinement à ma relation.. On va dire que c'est l'occasion d'apprendre une gestion plus saine des relations.

Pas seulement une gestion plus saine des relations, mais, une fois les boeufs replacés devant la charrue, une gestion plus saine de ta propre vie.

Dans ton histoire, cette relation tient beaucoup de place pour deux raisons :
- l'une historique, puisque ça a duré dix ans et que ça dure encore, sous une autre forme, et que vous êtes parents de vos deux enfants.
- l'autre psychologique : si je me fie à ce que tu dis de ton mode de vie, tu investissais beaucoup de tes aspirations dans ta relations.

Je veux te dire que la place que tient cette relation pour toi, ça se comprend tout à fait. C'est de l'attachement. La plupart des gens en ont besoin pour vivre. Besoin de quelqu'un pour qui ils comptent, qui compte pour eux. Quelqu'uns, généralement (puisque cet attachement n'est pas nécessairement amoureux).
Et ton "ex" a ce besoin aussi, évidemment.
De ce point de vue, cette histoire contient des ressources pour tous les deux.

Et bon, craindre de ne plus avoir accès à cette ressource est compréhensible.
Maintenant, il y a ton biais, la façon dont tu investis toi ta vie et l'amour (il ya d'autres facteurs pour expliquer vos difficultés, peut-être certains que t'évoques pas, et au moins ceux qui concernent ta partenaire et que tu ne peux décrire à sa place).
Une partie de la souffrance est bien due à la difficulté de la métamorphose de l'attachement, une autre vient sans doute de ta façon de t'attacher. Je ne dis pas qu'elle est forcément mauvaise, si ça marche pour toi, tant mieux. Je dis que tu surréagis aussi parce que l'attachement, au lieu d'être une ressource que tu perçois comme fiable, semble ici être "incertain", pour toi. Si elle veut pas passer tant de temps, si elle ne vit plus comme ci - comme ça avec toi, ta partenaire te prive de la ressource.

Je ne nie pas du tout ton ressenti douloureux. Mais en gros, pour jouir de cette ressource qui se présente comme vouée à durer (mère des enfants, dialogue entre vous, empathie que tu as pour son bien-être actuel), tu peux investir sur ce qu'est ta vie quand elle ne se concentre pas autour de ça.
Tu prendrais sans doute moins au drame cette histoire de cinéma si tu étais plus confiant dans la valeur de ce qui se passe quand ta partenaire est ailleurs.
Je te dis pas "sois plus confiant", je te dis "cultive le reste de ta vie, parce que de là tu vas tirer la capacité à bien vivre avec cet attachement, quel que soit sa forme".

Je ne connais pas du tout ta partenaire, mais j'estime plausible qu'elle prenne parfois la décision de te mettre à distance pour avoir son propre équilibre entre la ressource affective que tu représentes et le reste de sa vie qu'elle investit.
Il ne s'agit pas que tu vives exactement comme elle, tu as tes propres aspirations. Mais parmi ces dernières, celles que tu investiras sans que ça la concerne directement peuvent faire qu'elle aura moins peur d'être "aspirée" dans votre dynamique. Quand tu lui proposeras une forme de relation ensemble, une place à investir, elle aura moins l'impression de repartir comme en quarante avec toi, et plus l'impression que se dessine une façon nouvelle que vous continuiez à la fois vos vies séparément et votre attachement.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion