Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'événement

Atelier polyamour à la mutinerie (Discussion en mixité choisie meufs, gouines, bies, trans)

Le samedi 05 décembre 2015 à 16h00 à Paris en France.

» Voir la page de l'événement

#
Profil

LuLutine

le mercredi 02 décembre 2015 à 12h32

Hey les gentes, ça approche !

Venez nombreuses, mono, poly, curieuses, peu importe !

:)

#
Profil

oO0

le mercredi 02 décembre 2015 à 18h03

Qu'elle est le sens de la mixité choisie ?

Je sais que je n'aurais qu'à venir si je veux savoir, mais je ne peux pas.

P.-S.: C'est dommage qu'il y ait rarement de compte rendu des rencontres.

#
Profil

Tagore

le vendredi 04 décembre 2015 à 16h34

La mixité choisie c'est comme l'immigration choisie.

On accepte que les genres qui nous conviennent le mieux.

D'où l'appel: "Venez nombreusEs"

Si vous êtes un homme, attendez-vous à être traité comme un immigré clandestin, et peut-être même expulsé.

Vous entrez sur un territoire féminin où le sexisme est la doctrine officielle de l'état.

Il ne faudrait tout de même pas subir la mixité, qui pourrait contenir -- horreur -- des hommes!

Il faudrait trouver un terme qui, sous couvert de défendre la cause des femmes, désigne en fait la misandrie. Gynécisme?

Féminisme, homminisme: défense de la cause des femmes ou des hommes, en association, en alliance des uns et des autres.

Virilisme, gynécisme: pseudo-défense des hommes ou des femmes, mais en opposition, en haine des uns et des autres. Misandrie, misogynie, sexisme. Exclusion.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 06 décembre 2015 à 02h16

Tagore
Si vous êtes un homme, attendez-vous à être traité comme un immigré clandestin, et peut-être même expulsé.

Wow.

Male tears.

Il est prouvé que dans une assemblée mixte les personnes féminines ont moins la parole que les hommes.

Leur réserver un espace de parole alors qu'il y a déjà au moins trois (voire quatre, voire cinq si on compte Saint-Quentin-en-Yvelines) événements poly minimum par mois dans le coin, qui sont ouverts à tous, perso ça ne me choque pas. Loin de là et au contraire.

Et puis personne n'empêche des hommes de créer une rencontre poly qui leur serait réservée.

D'ailleurs, dans un contexte un peu autre, tu as peut-être entendu parler des "tentes rouges" qui sont des cercles de paroles réservés aux femmes.

Et bien on m'a appris que des hommes organisaient eux des "tentes blanches". Si je voulais y aller et qu'on me rétorque que je n'ai pas droit d'entrée dans cet espace, je comprendrais.

A noter qu'il existe aussi des cercles mixtes, bien sûr, en plus.

#
Profil

Tagore

le dimanche 06 décembre 2015 à 15h30

Chacun reconnaîtra que parler de "mixité" dans une assemblée qui exclut les hommes est une hypocrisie. Quand à la "mixité choisie" elle est une référence transparente à la politique d'immigration française.

N'a-t-il pas été démontré qu'en Afrique du Sud, pour que les Noirs acceptent d'être exclus, il suffit de réserver certains bus aux Noirs? Et on a pas manqué de Noirs pour penser que c'était une excellente chose. Et si la société anglaise fondait des clubs masculins dans des palais luxueux, pourquoi ne pas réunir un club féminin sous une tente?

Produits pour filles, jouets pour filles, réunions pour filles, toilettes pour filles...

On m'a appris que des hommes organisaient eux des "tentes blanches". Si je voulais y aller et qu'on me rétorque que je n'ai pas droit d'entrée dans cet espace, je comprendrais.

Et voilà. C'est en excluant les hommes que les femmes acceptent d'être exclues elles-même.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le dimanche 06 décembre 2015 à 16h39

Pourquoi des réunions poly alors ? Pourquoi se rencontrer entre pairs ?

Pour la ségrégation raciale, elle était choisie par des dominants et oui, certes, acceptée par des dominés. (Je parle, ici, en termes d'identité sociale.) Même si la mixité sexuelle est une bonne chose, il faut tout de même bien admettre qu'elle est pour partie biaisée par des logiques hétéronormées. Cela reste également le cas du point de vue de la ségrégation raciale avec certaines formes d'ethnocentrisme. Même si la mixité vaut mieux que la ségrégation - ce qui ne semble pas mis en cause - chaque partie me semble avoir le droit d'en discuter les conditions. Même à l'intérieur d'une relation, tout ne se partage pas.

Ce qui m'intéresse, ici, ce sont les peurs en présence. Je comprends mieux celles que tu peux exprimer Tagore que celles que pourraient exprimer Lulutine. Ce que je me demande, c'est dans quelle mesure chacune des parties est prête à admettre ses propres peurs ou encore, admettre que faire l'objet de certaines peurs peut être humiliant, blessant, offensant ou dégradant. Pourtant, je pense que la bienveillance, ici, évoquée d'un cadre non-hétéronormatif sous-entend justement ce genre d'expérience. "Meufs, gouines, bies, trans", je ne peux pas concevoir que ce genre d'expérience leur est étrangères. Après, j'ai l'impression que renverser la perspective, imaginer que ce genre d'expérience arrive aussi aux personnes sensées disposer d'une identité sociale dominante, ...

En fait, je n'y crois pas pour l'instant. Des "dominants" faire l'objet de peurs ? Je pense qu'il y a, ici, un obstacle dans la réciprocité de l'empathie. C'est un peu comme dans une relation victime-bourreau, l'empathie pour le bourreau est inconcevable. Ce rôle est tout ce qu'il y a de plus répulsif, cela n'a rien d'attractif, c'est proprement inhibiteur. Etre perçu la plupart du temps comme une source de mal pour l'autre, mais ...

Enfin soit, cela ne me pose pas un problème. Si des personnes n'ont pas le droit de se figurer pour elle-mêmes leur expérience entre elles, les conditions qu'elles attendent de la mixité, ce n'est certainement pas comme cela qu'elles pourront également inverser la perspective, se rendre compte que cette perspective ne vaut pas que pour elles. En fait tout le monde peut faire cette expérience et que, de ce fait, elle peut permettre de mieux se comprendre. Je ne suis pas sûr de me faire comprendre.

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 décembre 2015 à 22h59

bonsoir,
J'organise cet atelier pour discuter principalement des relations polyamoureuses et lesbiennes, car les relations entre femmes sont assez possessives, et l'éducation que reçoivent les filles est excessivement romantique, ce qui n'aide pas dans les relations polyamoureuses. Ensuite, j'ai remarqué que les femmes en couple avaient aussi une forte tendance à se renfermer et à vivre en vase clos, c'est pourquoi, j'ai eu envie de montrer aux clientes de la Mut' ( un des rares bar pour meuf gouine bies et trans à Paris) qu'une autre façon de vivre sa vie amoureuse existait.
Après, toutes sont les bienvenues, pour échanger sur les relations multiples en dehors du cadre strictement hétéro.
Et par conséquent, les hommes ne participent pas à ces réunions.
Si vous avez d'autres questions, je serais ravie d'y répondre :-)

#
Profil

oO0

le lundi 07 décembre 2015 à 12h15

Là, c'est sûr, je ne vois pas ce que j'aurais à y faire en tant qu'homme puisqu'il s'agit de relations entre femmes. En fait, le motif n'a rien avoir avec les peurs qui se sont manifestées.

Ce que cela m'évoque, ce sont de nombreuses conversations que j'ai pu avoir avec des amies du monde LGBTQ sur les relations non-exclusives. Parfois dans un contexte général, parfois dans une situation concrète. En fait, ce sont les meilleures conversations que j'ai pu avoir dans mon entourage amical. Il y avait un réel intérêt dans leurs questions loin des préjugés habituels. J'étais même parfois étonné qu'elles s'approprient et développent leur propre perspective, notamment pour résoudre leurs difficultés relationnelles du moment. Un interlocuteur masculin peut être intéressant, mais il s'agit ici d'un contexte amical où une relation de confiance s'était établie. Ce n'était pas moi qui était demandeur de l'échange, c'est en parlant relations que l'échange est venu et leurs questions avec. La qualité de l'échange venait probablement plus du contexte amical, de leur amitié que des genres en présences. Là, c'était un cadre privé et non collectif.

Je reste preneur d'une explication de la mixité choisie, même si le contexte, ici, donne déjà un aperçu. D'un autre côté, cela ne me concerne pas, donc ...

Désolé du désagrément causé.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

jo (invité)

le lundi 07 décembre 2015 à 14h43

Bonjour,
je n'ai pas assisté à cette rencontre. Mais j'ai par contre autrefois participé à la création d'une association féministe mixte (donc nous étions bien convaincu-E-s que la discussion entre hommes e femmes était fructueuse, et même nécessaire), au sein de laquelle nous avons parfois organisé des réunions non-mixtes (entre femmes, mais aussi entre hommes).
Produits de sociétés dans laquelle les assignations de genre sont très fortes, nous rencontrons souvent, au delà de nos différences de personnalités, des similarités dans les questions qui ne posent à nous en tant que femmes, en tant qu'hommes. Les relations amoureuses (hétérosexuelles) n'échappant par ailleurs pas aux rapports de domination hommes/femmes, il me semble potentiellement utile de réfléchir dessus dans un cadre non-mixte.
En tant que femmes ou hommes polyamoureux en particulier, je pense qu'il peut être intéressant de se questionner, dans un cadre non-mixte, sur la manière dont nous vivons notre féminité ou notre masculinité tout en menant plusieurs relations, si la manière dont nous gérons les problèmes, et résolvons ceux-ci n'est pas liée à notre condition féminine ou masculine (le fait même d'avoir des retours d'expériences contraires aux nôtres peut permettre de dénouer des trucs...), etc.
Pour terminer, il me semble avoir lu précédemment plusieurs posts d'hommes s'interrogeant sur la manière dont ils pouvaient concilier leur condition masculine et les relations amoureuses (notamment il y a quelques semaines quelqu'un qui était allé papoter sur un site masculiniste. Il n'y pas eu de réponses à ses interrogations, qui pourtant me semblaient très pertinentes).

#
Profil

oO0

le lundi 07 décembre 2015 à 17h06

Salut Jo,

pour sûr, le principe de l'association féministe mixte à laquelle tu as participé à la création me semble très intéressant d'un point de vue personnel. Pour ce qui est de groupes non-mixtes, en ce qui me concerne, cela fait plaisir de se sentir parfois hors-jeu. Plusieurs fois dans mes relations, je me suis rendu compte que certaines questions ne m'appartenaient pas, ce qui n'empêchaient pas par la suite qu'elle soient partagées. Le plaisir de ce genre de question, c'est que les réponses sont beaucoup plus libres sans interventions personnelles, plus libres aussi dans l'échange après s'il y a lieu. Un autre, c'est parfois d'être complètement hors-jeu. Je viens de voir le site de La Mutinerie et, vu l'identité du lieu, à moins qu'ils acceptent les Sam à barbes ... Je ne vois pas de problème à ce que les hommes n'aient pas leur mot à dire sur tout, être consultés pour tout. Dans n'importe quelles relations, il y a toujours un point où le(s) partenaire(s) quel(le) qu'ils/elles soient n'ont rien à dire dans la vie de l'autre. Cela me semble tout aussi sein d'un point de vue collectif qu'individuel.

Après, pour l'échange auquel tu fais référence, c'est juste difficile d'avoir envie de prendre le temps de discuter des idées maintes fois déconstruites pour soi-même, voire des idées qui n'ont jamais fait partie des siennes pour la plupart.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 07 décembre 2015 à 18h40

Le concept de mixité ou de non mixité m'interpelle toujours.

D'un côté, j'ai de la peine à me situer dans un espace non-mixte, quel qu'il soit: dans un espace non mixte féminin je me sens à ma place, mais mon apparence peut questionner quelques unes, tandis que dans un espace non-mixte masculin je peux mieux confondre dans la foule, mais par contre je me sens complétement hors contexte.

De l'autre côté, j'ai le gros avantage de connaître le point de vue des deux sexes sur les questions de genre, et je trouve tout l'intérêt à mélanger les genres: souvent les hommes ont des solutions aux problèmes des femmes, et les femmes ont la solution aux problèmes des hommes, tandis que dans les ateliers non-mixtes on se retrouve souvent avec une solution "homme" aux problèmes des hommes, et avec une solution "femme" aux problèmes de femmes, solution qui souvent ne marche pas.

Ce que j'aimerais voir plus souvent ce sont des groupes de parole "gender bender", dans lesquels les participants discutent de leurs problèmes et posent leur questions en se présentant comme membres du sexe opposé... (je vais essayer d'organiser un truc pareil un de ces prochains jours...)

#

(compte clôturé)

le lundi 07 décembre 2015 à 23h04

bonsoir,
Pour répondre à o0O, la mixité choisie, cela veut dire qu'on accepte les femmes trans.
C'est à dire des personnes biologiquement nées femme qui se sont révélées homme, et qui tendent à avoir l'apparence des hommes.
Et sinon, je sens poindre dans les autres propos une certaine lesbophobie, à cela j'ai envie de répondre par un slogan de l'assos FièrEs : "Laissez-nous nous lécher la chatte !" :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le mardi 08 décembre 2015 à 13h14

Salut Arseline,

merci pour l'explication, j'étais loin d'avoir compris.

Pour les éventuels propos lesbophobes de ma part, j'en suis désolé, mais si cela peut te faire rire, cela fait des années que je comprends plus facilement ce que les femmes peuvent trouver aux femmes qu'aux hommes. Après, même si j'en ri avec des amies lesbiennes notamment, je n'exclus pas la possibilité de propos qui manifestent une peur de l'homosexualité. Manque de connaissance ou de compréhension du sujet, maladresse ou manque de tact, réflexe défensif ou que sais-je encore, je ne sais pas quoi répondre. En tous cas, pour ce qui est de "lêcher de la chatte", il est évident que je n'ai rien à dire dans ce contexte, ce n'est pas mon consentement qui importe : You don't need my approval, isn't it ?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Voir l'événement

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion