Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Gérer un premier polyamour dans un couple à la base monogramme

Poly/Mono
#
Profil

Suki

le lundi 10 août 2020 à 09h11

Bonjour à tous,

Je vous explique la situation : je suis avec ma chérie depuis maintenant quelques années, nous sommes tous les deux empathiques, hyper sensible et nous vivons une relation fusionnelle depuis le début. Nous ne nous sommes jamais disputé, notre couple marche très bien, nous ne manquions de rien. Nous nous disons mutuellement que nous sommes sur que c'est avec l'autre qu'on veut passer le reste de notre vie, vieillir.

Mais voilà, il y a quelques semaines, un 3eme homme, que nous connaissons tous les deux, et avec qui elle a eu une relation passé, fait de nouveau irruption dans sa vie. Leur séparation a été douloureuse, et pas basé sur une dispute. Je la vois mal, elle ne mange plus, alors comme d'habitude quand quelque chose va mal, nous discutons.

C'est là qu'elle m'avoue qu'elle est amoureuse de lui, mais que son amour pour moi ne change pas. Un pensée qui, pour la première fois dans notre couple, nous rend different. Je n'arrive alors pas à comprendre ce que ça fait ou comment c'est possible de ressentir 2 amours distinct sans que l'un n'egratine l'autre.
Je l'ai écouté, je l'ai soutenu, je lui ai toujours dit qu'elle devait être heureuse et libre, et c'est moi d'honorer cette parole.

Nous discutons énormément de ça depuis 2 semaines et elle se sent anormale, coupable envers moi. Me répète qu'elle ne voudra jamais me quitter car je suis sa définition de l'homme parfait selon elle, mais pour autant ne peut s'empêcher de ressentir cet amour passionnel pour cet autre homme. Je sais également qu'ils sont attiré physiquement l'un l'autre, évidemment une barrière qu'elle m'assure ne pas transgresser tant que je ne suis pas à l'aise avec ça. Puis on découvre le concept de polyamour et ça fait tilt. C'est exactement ce qu'elle ressent.

En moi, monogamme, la réflexion grandit. J'ai envie de toute mon âme d'être le plus "open" possible, sur tous les sujets, mais celui ci met plus de temps.

J'aimerai de tout mon cœur être à l'aise avec cette idée. A vrai dire, depuis cet aveu, notre couple qui était arrivé à une stabilité emotionnelle, repart en ascension. Tout est plus fort, à tout niveau. La parole se libére. On parle de fantasme inavoués. On entre dans le jardin secret de l' autre. On a jamais été aussi proche que depuis cet aveu.

La dernière chose qu'il me reste au fond du cœur : j'ai peur. Peur qu'elle me quitte. Peur que ça change ce qu'elle ressent pour moi. Je suis effrayé à l'idée de perdre ce que je considère, au fond des tripes, comme l'amour de ma vie.
Elle m'a répèté environ 500 fois que ça ne sera jamais le cas, que c'était clair dans sa tête, que c'était moi et personne d'autres en ce qui concerne le couple. Je pense qu'elle est au bout de l'action qu'elle peut mener pour le rassurer. Pourtant, j'ai une confiance aveugle en elle, si elle me dit, c'est qu'elle le pense au plus profond d'elle même, mais je n'ai pas confiance en l'alchimie aléatoire des sentiments.

Au fond de mon cœur, ça ne suffit pas. Les voir sortir ensemble est quelque chose que j'ai je pense accepté sans trop de problème. C'est leur attirance physique, et savoir qu'ils peuvent "passer à l'acte" qui me fait encore peur.

Alors pourquoi j'ai toujours peur ? Quel travail, quelle piste de réflexion puis je traverser pour savoir qu'elle sera dans les bras d'un autre homme de temps en temps, mais que ça ne changera rien en négatif pour nous ? Que je ne perdrai rien au passage ?

J'en suis arrivé au stade ou je pense laisser quelques rendez vous passer et constater que ça ne change pas son amour pour moi. Mais je sais que j'aurai cette boule au ventre au départ.

Quelle serait la meilleure façon de gérer selon vous ? Auriez vous des conseils pour éliminer les dernières peurs qu'il me reste ?

Je vous remercie beaucoup, j'ai tellement envie que ça devienne un mode de pensée naturel pour moi.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Intermittent

le lundi 10 août 2020 à 19h03

Quelle serait la meilleure façon de gérer selon vous ?

Vivre la même chose de ton côté ...
Je sais, tu n'en a probablement pas envie pour le moment dans ce contexte.
Tu est encore plus accroché à ta compagne, c'est la réaction la plus courante dans cette situation.
Mais je pense que c'est la façon la plus rapide de relativiser, des deux côtés.

Cet homme connait-il la situation de ta compagne ?
Est-il lui même en couple ? Si oui, sa compagne est-elle au courant ?
Est-il lui même ouvert au polyamour où voit-il cela comme un adultère de son côté ?

L'étiquette polyamoureux se colle assez facilement sur des situations qui en sont loin .....

#
Profil

Suki

le mardi 11 août 2020 à 07h51

Hello ! Merci de ta réponse.

Effectivement aujourd'hui je n'ai aucune envie d'aimer quelqu'un d'autres mais du coup maintenant je ne me ferme plus cette porte.

Concernant tes questions : l'homme est parfaitement au courant de tout, c'est un ami, je discute même avec lui, il est en relation libre, je ne sais pas si son (ses) autre partenaire est au courant, il est très ouvert c'est lui qui nous a dirigé sur le concept pour essayer d'aider ma chérie à se sentir normale.

Y a t'il d'autres choses à entreprendre de mon côté, autre que "consommer" notre nouvelle liberté commune ?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Intermittent

le mardi 11 août 2020 à 22h30

Y a t'il d'autres choses à entreprendre de mon côté, autre que "consommer" notre nouvelle liberté commune ?

Patience et longueur de temps ....
Je pense que celle qui peut faire quelque chose, c'est ta compagne, pour te rassurer.

Toi, tout ce que tu peux faire, c'est prendre du recul et considérer que les moments où ta compagne est avec lui comme des moments de liberté.

Et surtout admettre que personne ne peux t'imposer quoi que ce soit, et que tu es toujours libre de refuser.
Tu peux être un poly-acceptant, mais pas un poly-paslechoix ....

#
Profil

Suki

le mercredi 12 août 2020 à 15h39

Je crois que j'ai atteint quasiment ce stade. Aujourd'hui elle est avec lui et je ne ressens ni peur ni désarroi, un peu de stress simplement. J'imagine que cette dernière petite boule au ventre disparaîtra avec le temps comme tu dis.

Bien sur qu'on ne m'impose pas cette situation, nombre de fois ou elle m'a demandé si je voulais qu'elle arrête tout. Simplement j'ai trop d'amour pour elle pour lui forcer une rupture sentimentale simplement à cause de "règles" qui ne remettent pas en cause l'amour qu'elle a pour moi. Je lui ai promis bonheur et liberté depuis le début de notre relation, il est hors de question pour moi de remettre en question ce principe maintenant.

Les jours passent et la confiance en nous augmente de jour en jour. J'imagine que vous avez raison, seul le temps saura nous retirer les quelques dernières peurs qu'il me reste au fond de l'estomac.

Merci beaucoup :)

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

al.massyliano

le dimanche 16 août 2020 à 13h20

Bonjour,

Quand je te lis, j'ai l'impression de me reconnaitre, sauf que moi je n'ai pas réussi a les laisser seuls.
Bravo a toi. Je pense effectivement que ca va passer avec le temps, surtout si toi tu profite aussi de ces moments de liberté pour vivre tes passions qu'elle ne partage pas par exemple.
J'ai réussi a passer des caps moi aussi : la voir dans ses bras, la voir prendre du plaisir avec lui, la voir l'embrasser, la voir le laisser faire des choses que je ne suis pas autorisé a faire. Ca fait un pincement au coeur a chaque fois mais on constate qu'on meurt pas et que l'amour est toujours là.

#

Polyarthrite (invité)

le dimanche 16 août 2020 à 21h06

@al.massyliano: comment ça " la voir le laisser faire des choses que je ne suis pas autorisé a faire."?

Je ne sais pas si c'est sexuellement que tu parles mais si c'est le cas, c'est terrible comme sensation de ne pas avoir le droit au même chose que son amant et cela peut participer à la depression que tu exprimais dans ton autre topic

#
Profil

Mark

le dimanche 16 août 2020 à 22h21

Polyarthrite
@al.massyliano: comment ça " la voir le laisser faire des choses que je ne suis pas autorisé a faire."?

Je ne sais pas si c'est sexuellement que tu parles mais si c'est le cas, c'est terrible comme sensation de ne pas avoir le droit au même chose que son amant et cela peut participer à la depression que tu exprimais dans ton autre topic

Ce n'est pas une question de droits, personne n'a de droits sur le corps de l'autre. Ce qui est un constat douloureux, j'en conviens, est de prendre conscience que l'on ne partage plus les mêmes choses, quand bien même les envies sont communes.

Le cas de figure n'est pas rare, même s'il n'est pas souvent évoqué. Une des raisons, pour faire court, est le manque de communication sur ses besoins qui résulte à découvrir ailleurs ce qu'il n'est plus possible dans la relation initiale. Les causes sont variées. Lassitude, manque d'intimité dû au quotidien qui a pris le dessus, présence d'enfants, perdre de manière insidieuse nos places d'amant.es au profit des rôles parentaux... et on finit par ne plus avoir le même regard sur le/la partenaire.

#
Profil

berger79

le lundi 17 août 2020 à 22h27

Bonjour, je suis dans le même cas que toi Suki, j'accepte car je l'aime avec la vigilance de ne pas la posséder... son amour et son passage a l'acte sexuel avec un autre homme a été l'épreuve de vérité pour ce qui n'était jusqu'à là qu'une théorie mentale!
Après une séparation de quelques mois, le désir est revenu entre nous : De mon côté, il n’était pas loin et le sien s'est réveillé pour moi en plus de celui qu'elle avait pour l'autre homme?!
La vie m'a permis de le vivre dans mon cœur et surtout dans mes tripes. J'ai réussi à dépasser mes peurs, exprimer ma colère et mes limites . Celle par exemple de ne pas mettre des préservatifs avec celle qui est ma compagne amoureuse et sexuelle depuis 10 ans et pour qui, en partie, j'ai fait une vasectomie. Elle a pris ses précautions avec lui et j'ai retrouvé ma liberté de sexe avec elle sans préservatif.
Paradoxalement, notre sexualité a changé grâce à ces risques de contamination sexuelles et elle s'est enrichie d'une nouvelle expérience et de plaisirs inédits au delà de la pénétration classique donc merci la vie.
Nous avons conservé notre 2 lieu de vie que nous partageons parfois en commun sans envisager pour l'instant de revenir sous le même toit.
A suivre.

#
Profil

al.massyliano

le lundi 17 août 2020 à 23h17

Polyarthrite
@al.massyliano: comment ça " la voir le laisser faire des choses que je ne suis pas autorisé a faire."?

Je ne sais pas si c'est sexuellement que tu parles mais si c'est le cas, c'est terrible comme sensation de ne pas avoir le droit au même chose que son amant et cela peut participer à la depression que tu exprimais dans ton autre topic

Oui, sexuellement entre autre, on a un passif qu'il n'y a pas avec lui et qui bloque certaines choses, il y a aussi le fait basique que nos sexes ne sont pas les mêmes et donc ne donnent pas les mêmes sensations dans les mêmes positions.

Y'a t'il des femmes qui ont vécu cette situation aussi, c'est a dire que leur mari dans un couple exclusif est tombé amoureux d'une autre ?

#

Polyarthrite (invité)

le mardi 18 août 2020 à 00h30

Et peut être que cette absence de blocage avec son amant pourrait aussi servir à vous débloqué ?

Les sensations peuvent être différente mais comment ressent tu le fait qu'il fassent des choses ensemble que toi tu n'a pas le droit de faire ? Si on parlait seulement d envie ce serait différent mais d emblé tu es interdit comparé à l amant et cela doit être difficile à comprendre et à supporter ?

#
Profil

Suki

le mardi 18 août 2020 à 10h13

Je me permets de donner une update sur la situation. Je ne vais pas grandement épiloguer mais peut-être que ça aidera certains à lire mon cheminement.

Une semaine s'est écoulé, qu'est ce qui a changé ?

De un, je n'ai plus peur. C'est un sentiment qui a disparu, je n'ai plus peur de la perdre. Je suis sur à 100% de son amour pour moi, je n'ai même plus besoin de preuve.
Ils ont eu des contacts physiques intimes sans aller jusqu'au bout.
Un nouveau sentiment est alors arrivé : la jalousie. Très fort au début, ça m'envahissait totalement, j'ai pleuré, beaucoup, et maintenant ça va un peu mieux.
J'arrive à apprendre ce qu'il a lui ne m'est pas retiré à moi.

Il arrive encore des jours ou je touche le fond, ou j'ai envie de tout arrêter, de tout foutre en l'air (ce matin en était un). C'est généralement les moments ou j'ai besoin d'être rassuré. Je relis des messages, je repense à ce qu'elle m'a dit et ça me calme. Alors je vous dis ça alors que j'ai dis que j'avais 100% confiance : Ce n'est pas pareil. Ce n'est pas être rassuré qu'elle ne me quitte pas, mais me rassurer que je compte toujours autant pour elle. C'est différent.

Bref, je suis dans un état instable, je me dis un jour que c'est vraiment génial ce que je vis, et l'autre jour ou je me dis que c'est tout pourri. Quoiqu'il en soit, quelque chose à changer chez moi aussi : Je regarde plus (plusse) les gens, je m'ouvre plus aux autres, j'essaie de penser plus à mon plaisir personnel, à moi.

Je pense qu'il faut encore laisser le temps de décanter cette situation et que j'arrive à me stabiliser psychologiquement, je suis sur d'y arriver et d'y trouver au bout une joie de vivre et une liberté qui me conviendra totalement, mais je ne peux pas cacher que le chemin est compliqué et assez violent au niveau des montagnes russes.

Voilà !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Henriette34

le mardi 18 août 2020 à 11h27

Bonjour @Suki,
Bravo pour ton courage, ta franchise et le respect de la parole donnée (ne pas entraver la liberté de celle que tu aimes).
A lire ton dernier post que je trouve bouleversant, et je reconnais des choses de mon compagnon qui est peut-être (je ne peux parer pour lui) dans une situation qui ressemble à la tienne, je me dis qu'il est aussi essentiel de se rappeler que tu ne peux tout donner à celle que tu aimes, donner tout de toi peut-être (est-ce conseillé, c'est bien d'en garder un peu pour soi aussi ;-)) mais son bonheur, son équilibre, son épanouissement à elle ne peuvent dépendre que
de toi, c'est un mythe romantique ben entretenu par le cinéma et la littérature qui semblerait magnifier l'amour (avec un immense A), eh bien pourquoi ne pas changer de vision, ce que tu lui donnes est merveilleux, elle te le dit, elle tient à toi, elle te le dit, vous vivez ensemble de beaux épisodes de vie et ailleurs, elle trouve autre chose, qui la complète, l'enrichit, etc. ça ne remet absolument pas en cause ta valeur, ce que tu es, car ce qu'elle semble vivre n'est pas un manque mais une ouverture, un agrandissement de sa vie. Continue ton chemin d'apaisement, de prise de confiance, d'ouverture sur le monde. Le couple n'est pas un enfermement, ce qui me fait dire ça, c'est quand tu écris

Suki
Je regarde plus (plusse) les gens, je m'ouvre plus aux autres, j'essaie de penser plus à mon plaisir personnel, à moi.

est-ce à dire qu'avant tu n'avais pas d'autres relations en dehors d'elle ?
que ton attention était uniquement tournée vers elle ?
que tu t'oubliais ?
qu'elle passait avant toi ?
Si cette expérience, si cette ouverture de votre couple à d'autres modèles d'amours te permet de t'aimer, de te trouver des centres d'intérêt qui ne concernent que toi, alors c'est merveilleux, vraiment, non le couple ce n'est pas la mort de soi, pas plus que le don de soi, le sacrifice, le renoncement etc. et la dilution de soi dans l'amour de l'autre
Et si cette expérience te permettait de vivre à ton tour ta liberté ? c'est beau à mon avis
bonne chance

#
Profil

Suki

le mardi 18 août 2020 à 13h54

Merci @Henriette34 pour ton message d'encouragement ça me va droit au coeur.

Je suis complètement d'accord avec toi, je pense qu'intellectuellement tout est en place. Maintenant il reste le coeur qui me joue des tours. Non je ne suis pas encore habitué à lui voir lancer des regards qui m'était autrefois "reservé", non je ne suis pas encore habitué à les savoir en très proches physiquement, non je ne suis pas encore habitué à la voir dans la lune en pensant à lui par moment.

Mais je l'accepte parce que je l'aime, et que je sais que tant qu'elle est heureuse, alors je le suis. Quand à moi, dans ces moments là, j'apprends à flirter avec moi même, ou à me consoler seul, suivant l'émotion qui s'empare de moi. J'apprends à vivre avec ce que je ressens, j'apprends à laisser couler, à lacher prise, à me recentrer.

C'est encore difficile. Aujourd'hui c'est difficile. Hier ça ne l'était pas. Demain ça ne le sera peut-être pas non plus, peut-être que oui. J'ai atteint certaines journées de sérénité totale pour les perdre en quelques heures, et les retrouver quelques heures plus tard.

Je pense que c'est normal. Que je dois casser mon "éducation". Que ce n'est pas agréable mais que la finalité a l'air merveilleuse et libératrice.

En ce qui concerne tes questions, non je n'ai pas d'autres relations, et pour le moment je n'ai pas envie. Oui mon attention était tourné vers elle, je ne sais pas si je m'oubliais car elle sait me donner de la valeur, elle me rappelle souvent combien je compte pour elle. Mais oui, clairement, elle passait avant moi quoiqu'il arrive.

Et c'est toujours le cas aujourd'hui. Pour le coup ça c'est une notion que je n'ai pas encore dépassé. Quelque soit ma liberté, ma compagne est, et restera, la personne que je ferai passer au dessus de tout si elle a besoin de moi. Je sais que c'est pas forcément très "libre" et très "amour de soi" comme vision, mais pour le moment ce sentiment s'accroche et je ne suis pas encore prêt à l'oublier. Un démon à la fois.

Et oui j'espère que cette expérience me rendra plus libre, elle a déjà eu énormément d'impact positif sur notre couple.

Et aussi des négatifs, notamment quand le 2eme homme la rend parfois malheureuse. Cela "gache" des soirées ou on était serein avant, cela se répend dans nos discussions, dans les moments ou on devait s'amuser mais finalement la fête n'est pas au rendez vous.

On avance tous les deux pas à pas, elle dans l'acceptation de ses sentiments, et moi dans l'acceptation des miens. On est assez lié pour arriver au bout ensemble, on a juste encore de l'incertitude sur ce qui nous attend à la fin.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion