Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quelques difficultés à vivre le poly

Besoin d'aide
#
Profil

As_c

le mardi 15 novembre 2022 à 23h12

Bonjour,

Je vous explique un petit peu.
J'ai été dans une relation monogame pendant deux ans et demi avec une personne formidable qui m'a appris à communiquer et à laquelle je tiens énormément.

En parallèle de cette relation, régulièrement je voyais un ami très important pour moi, et il y a peu j'ai réalisé que j'étais aussi amoureuse de lui. Je pense avoir été dans le déni pendant deux longues années car il me semblait improbable d'aimer deux personnes à la fois. J'ai donc du l'annoncer à mon copain qui l'a bien pris (car très ouvert sur les sujets de polyamour/anarel etc contrairement à moi qui ne m'était jamais penché sur le sujet).

Nous en avons beaucoup discuté et deux options s'offraient à nous: se séparer ou ouvrir notre couple afin que je puisse vivre mes deux relations pleinement et qu'il puisse lui rencontrer de nouvelles personnes (la séduction et le fait de côtoyer d'autres personnes lui manquaient). Je vous laisse deviner, on a choisi de tester le polyamour/anarel (je ne sais jamais comment désigner notre relation). Cela fait maintenant trois mois.

C'est la première fois que je vis ce genre de relation et je suis complètement perdue.
D'un côté je suis euphorique à l'idée de vivre pleinement ma relation avec mon autre partenaire, ce qui est incroyable et je me dis que j'ai la chance de pouvoir partager des moments avec les deux personnes que j'aime.

De l'autre, j'ai des phases de déprime ou je me dis que je n'arriverai jamais à vivre ce genre de relation à la longue car la jalousie me ronge. J'ai du mal a accepter le fait que la personne avec qui j'étais pendant deux ans voit d'autres personnes, couche avec d'autres personnes, il y a des jours/ soirées ou ça me met vraiment très mal.

De plus, cette jalousie est inégale car je ne la ressens pas pour mon nouveau partenaire. J'imagine que le fait d'avoir eu une relation monogame de deux ans joue beaucoup. J'ai aussi un très gros problème avec la sexualité qui est, je pense, trop importante pour moi. Et je me dis que ça ne devrait pas l'être autant.
Même pour ce qui est de l'espace, de l'intime. On avait l'habitude de se voir chez lui car j'habite un peu loin et désormais toute les filles qu'il côtoie vont chez lui et occupent l'espace, le lit etc, je me sens comme souillée, je ne me sens plus dans une bulle à part.

Il y a des moments ou j'éprouve de la rancœur et de la colère soudaine envers lui. D'autres ou je lui pose des questions sur ses partenaires et ou j'arrive à entendre les réponses et à "presque" me réjouir un peu pour lui.
Et je me trouve injuste parce que je suis globalement heureuse et lui aussi devrait pouvoir l'être autant que moi. J'aimerai arriver à gérer ça aussi bien que lui (qui connaît bien le sujet même si il n'a jamais vraiment pratiqué). Mais je n'y arrive pas. Ce sont des sauts d'humeurs incessants.
Parfois, je me demande si ça vaut le coup tout ça? Je me demande aussi si je n'ai pas accepté le poly/anarel pour ne pas le perdre. Mais je ne pense sincèrement pas car je savais que ce serait difficile au début et je me suis dit que ça valait le coup.

Le poly/anarel me semble incroyable sur le papier, j'aimerais y arriver, je n'arrive juste pas à savoir si j'en suis capable.

Voilà ma grosse réflexion sur tout ça, mes questionnements et mes peurs... Si vous avez des conseils, des points de vue, je suis preneuse...

Merci pour votre lecture!

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 novembre 2022 à 12h43

Bonjour, merci de tenter de réfléchir par ici, j'espère que ça aidera.

As_c


De plus, cette jalousie est inégale car je ne la ressens pas pour mon nouveau partenaire. J'imagine que le fait d'avoir eu une relation monogame de deux ans joue beaucoup. J'ai aussi un très gros problème avec la sexualité qui est, je pense, trop importante pour moi. Et je me dis que ça ne devrait pas l'être autant.
Même pour ce qui est de l'espace, de l'intime. On avait l'habitude de se voir chez lui car j'habite un peu loin et désormais toute les filles qu'il côtoie vont chez lui et occupent l'espace, le lit etc, je me sens comme souillée, je ne me sens plus dans une bulle à part.

Je crois que tu touches du doigt l'origine du soucis : pendant ces deux ans, ce qui a défini la sécurité de votre relation était le cadre mono, c'est à dire une pratique mono dans un cadre de gens qui vivent chacun de leur côté. Donc votre changement de vie peut te sembler symboliquement plus fort, parce que le lieu de votre intimité n'a jamais été autant le tien que le sien.
Un des bouts par lequel prendre, c'est définir, au moins le temps de prendre confiance, les moments de votre intimité qui font que vous vous considérez en relation, et s'arranger pour q'un certain nombre d'entre eux ne changent pas, que les partager dans de bonnes conditions te confirme la relation. Donc ça peut vouloir dire que quand il te voit il n'est pas disponible pour ses échange de messages avec d'autres, que vous prévoyez des rendez-vous et des séjours communs qui par défaut ne devraient pas être annulés...
Bref, vivre les moments-bulle plutôt que les espace-bulles.

Quelque chose qui pourrait peut-être aider, pas forcément te rassurer à court terme (le temps que ça travaille, que vous sachiez où vous en êtes...) mais peut-être un peu plus par la suite, ça peut être, en dehors des moments privilégiés dont je parle, de décompartimenter assez pour croiser les vos métamours (faut de meilleur termes : les amoureux de nos amoureux).

Tu sens votre intimité trop imperméable, c'est peut-être parce que cette imperméabilité "comme avant" que tu voudrais n'existe plus. Ca ne veut pas dire que tu ne peux pas en créer une (mon exemple des moments-bulles), mais pour que tu ne souffres pas d'un imaginaire double (votre couple avant // ce qui se passe loin de tes yeux), c'est possible que rendre ces amoureuses plus concrètes (pas forcément beaucoup, mais juste les croiser, les voir), t'aide à définir ta place. Elles savent que tu existes, vous vivez tous un moment où chacun doit faire avec les autres - et parfois, c'est non seulement pratique mais joyeux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion