Polyamour.info

alinea7

alinea7

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Achat de maison, ma femme amoureuse

Profil

alinea7

le jeudi 03 juin 2021 à 17h54

Pour moi la question est : dans quelle mesure cette maison en commun va rendre plus difficile de gérer ou t'extraire de la situation si ça devient trop pour toi ?
Que ce soit materiellement ou psychologiquement.

Et suivant le poids que ça t'ajoute, dans quelle mesure tu te sens capable de le gérer ?

Ce doit être assez stressant d'avoir ces pensées à la veille de la signature :-/

Message modifié par son auteur il y a 13 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : 14 étapes pour ouvrir une relation monogame - Anita Wagner, déc 2009

Profil

alinea7

le jeudi 13 mai 2021 à 11h55

Wilhem
Bref, ce petit guide tente avec moult precautions de faire passer la pilule du libertinage aux personnes monogames. Il est plein de contradictions et tres manipulateur.

Oui c'est imparfait. Je trouve que ce guide fait trop abstraction du consentement. Si consentement il y a, ce guide peut éventuellement être utile dans une certaine mesure.

Wilhem
Que se passe si la premiere personne n’est pas d’accord?

J'imagine que comme dans tout conflit, on a le choix entre accepter, affronter ou fuir. Avant de fuir, on peut s'assurer ensemble que c'est la chose à faire. Par la communication bienveillante voire avec l'aide d'un thérapeute, on peut mettre à plat ce que chacun puise dans la relation, et les besoins que chacun a dans la relation et en dehors, pour voir s'il n'y aurait pas une dynamique qui conviendrait à tout le monde.
Si même cette démarche n'est pas investie par les deux parties, il n'y a pas relation pour moi et aucun regret à avoir à y mettre fin. Mais la CNV peut faire des merveilles.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

alinea7

le dimanche 18 avril 2021 à 23h52

Always Somewhere .
je trouve qu'il y a quand même un certain culot à venir insulter le polyamour sur un site dédié

Je t'aurais bien répondu en privé mais puisque c'est impossible : désolée que tu prennes mon post aussi à cœur, il n'était pas adressé uniquement à toi même si je n'ai cité que toi.
Comme tu dis, tu répondais à des remarques jugeantes aussi.

Always Somewhere .
Bref, je retourne à ma réserve habituelle.

Karpman un peu là non ?
Ta participation est aussi intéressante et légitime que chacun ici. C'est toi qui peux estimer et décider si ce que tu veux exprimer peut être utile.
Et d'ailleurs le faire permet de s'améliorer en terme de formulation, je me trouve moins tranchée qu'il y a quelques années, à la fois dans la formulation et dans le ressenti. Apparemment pas encore assez.

J'ai bien aimé ton sentiment d'injustice relatif au sentiment d'injustice. Tu fais du méta sentiment d'injustice :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

alinea7

le samedi 17 avril 2021 à 16h50

Je suis d'accord avec @bonheur et je trouve que la démarche de chercher une pathologie dans le fonctionnement d'autrui, je pense que ça mène droit au conflit de tranchées. Je vais essayer d'éviter cet angle jugeant.

Always Somewhere
Autre chose aussi, le fameux "sens de la justice" des HPI est un cliché, sinon on penserait tous pareil et le monde des bisounours serait à portée de main. Je le vois plutôt comme une réaction émotionnelle excessive (pour ma part, je ressens "physiquement" l'injustice) à quelque chose qui NOUS semble injuste, pas qui est injuste dans l'absolu. Donc non, le fait que tu ressentes une situation comme injuste ne signifie pas nécessairement qu'elle l'est. Juste que TU la ressens comme ça selon ton éducation, ton expérience, ton histoire... qui sont personnelles et pas universelles.

Je ne vois pas trop en quoi la relativité des situations ressenties comme injustes fait de la sensibilité à l'injustice un cliché des HP.
Je suppose que ça n'est pas ce que tu as voulu dire, j'ai l'impression que cette formulation n'est pas loin de suggérer que ce que @Monosaccharide a ressenti comme injuste ne l'est que dans sa tête. Quand bien même ce serait le cas, relativiser le ressenti de quelqu'un comme ça, je trouve que c'est violent.

L'intensité émotionnelle, oui, c'est connu, d'où la difficulté à bien gérer les séismes relationnels. Et pas uniquement sur l'injustice en effet. Là dessus je n'ai pas réagi plus tôt mais effectivement, à la fois certains comportements ne sont pas acceptables et on est responsable de ce qu'on fait, et à la fois, ce que certains vivent comme une vague, pour d'autres c'est un tsunami et ce qui est ressenti s'exprime de toute façon. Pour certains c'est contre eux-mêmes. C'est aussi assez connu chez les autistes je crois.

Always Somewhere
Bon courage pour la suite cela dit. La découverte du polyamour n'est pas un long fleuve tranquille pour tout le monde, et pour les gens très sensibles et fragiles, c'est probablement encore plus dur.

Tout comme pour l'injustice : la sensibilité et la fragilité, c'est relatif. Certaines personnes auront une grande solidité dans certaines situations où dans certains domaines de la vie, et pas dans d'autres.
Il n'y a pas les petites choses puériles d'un côté et les gens matures et équilibrés de l'autre.

@Monosaccharide je comprends ton besoin d'expliquer, disséquer, comprendre. Comme indiqué sur un autre post ce matin, notre mental n'est pas toujours bon pour nous. L'idée de ton mental avec cette démarche c'est sans doute de te protéger à l'avenir dans le sens où, ce que tu ne peux être sûr d'éviter, il faut pouvoir l'intégrer. Mais je crois que la meilleure façon de rassurer ton mental, c'est de lui démontrer que tu es capable de rebondir, même face à ce cataclysme. Le pire n'est jamais certain...et il vaut mieux réagir au pire improbable qu'organiser sa vie autour de lui.
Pour moi, ta démarche d'aller de l'avant dans des choses qui te correspondent a bien plus de chance de te rendre heureux. Je trouve que c'est très fort d'avoir déjà trouvé et mis en place des choses dans ce sens, tu sembles une personne pleine de ressource et résiliente.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Pas moyen de se quitter ni d'en parler

Profil

alinea7

le jeudi 15 avril 2021 à 15h43

Je trouve ça positif que tu prennes déjà le temps de venir déposer tout ça ici, je pense que ça peut faire partie d'une clarification pour toi. Sur ce qui se passe pour toi, sur comment le formuler, le présenter.
En l'état ça me paraît assez non jugeant envers cette personne et ça aussi ça aide peut-être à aborder le sujet avec lui si tu en as envie. J'ai l'impression que tu voudrais, même si tu ne vois pas encore bien comment.

Voir dans le contexte

Discussion : Relation-libre imposée = souffrance ?

Profil

alinea7

le mercredi 14 avril 2021 à 10h53

Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? Cette discussion autour de l'ouverture du couple, si je comprends bien c'est depuis le début ?

Chachaaa
La fidélité : je n’y crois pas trop je sais que c’est pas forcément dans les couples

Chachaaa
J’y réfléchis longuement j’en parle avec des amies, j’ai peur je me rends compte que ça va être compliqué je n’ai pas envie de creuser plus la question je lui dis donc que je ne préférerai pas.

Chachaaa
Je le lui répète et lui propose (sans le vouloir) qu’on se sépare pour qu’il vive sa relation libre. Il ne veut pas qu’on se sépare. On rediscute alors encore et encore des limites de chacun. Je finis par accepter en larmes. Je lui en veux de ne pas voir à quel point ça me fait souffrir.

Ce n'est pas très clair pour moi si tu es d'accord avec cette ouverture, conceptuellement comme en pratique, tu dis des choses qui me semblent contradictoires.
J'ai l'impression que pour toi l'ouverture, sur le principe oui ou pour les autres mais en pratique et pour toi non.

Qu'est-ce qui se passe pour toi quand tu acceptes en larmes ? Par quel chemin tu arrives à dire ok ?
Pour le déménagement, tu voulais que vous le fassiez ensemble : pourquoi le fais tu seule ?

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi, alors qu'il t'a menti, trahie, délaissée de façon assez claire, tu t'accroches ?
Ça ne signifie pas qu'il ne t'aime pas où ne t'a pas aimé, simplement si on a des aspirations aussi incompatibles après s'être mutuellement fait beaucoup souffrir et tant qu'il reste de l'amour, n'est-il pas plus doux de s'éloigner et de se souhaiter d'être heureux ?

Comment verrais tu une évolution positive de la situation, pour toi individuellement et pour votre relation ? Il est très clair sur ce qu'il cherche. Tu es très claire sur ta souffrance. S'il revient pour discuter, que reste-t-il à dire ? Est-ce qu'il y a une forme de mise en pratique concrète qui te conviendrait ? Parce que là, pour moi, il a renoncé à chercher, lui.

Surtout j'ai l'impression que ta réaction va chercher plus loin que cette personne dans l'importance que tu voudrais ressentir que tu as.
Si ça te parle et si tu peux te le permettre financièrement, je propose que tu ailles creuser ceci avec quelqu'un de formé, pour redonner une plus juste place à l'importance que te donne ton/tes partenaire/s amoureux. Et une plus grande place à l'importance que tu te donnes.

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

alinea7

le dimanche 11 avril 2021 à 17h40

Lineart
Puis nous savons aussi que le problème d'insécurités et de jalousie ne sera pas réglé simplement parce qu'il voit quelqu'un. Ce qui nous fait peur, c'est qu'il ne puisse pas "profiter de son droit", alors qu'il tente ce changement pour son propre bénéfice aussi, ce que je comprends totalement.

Se sentir libre d'envisager une évolution amoureuse de toute relation, rien que ça, c'est déjà un gros bénéfice.
Et ça peut prendre un peu de temps de réapprivoiser son propre potentiel en terme de séduction.

Je suis d'accord, pas facile en ce moment de rencontrer sans les apps.

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

alinea7

le samedi 10 avril 2021 à 22h05

mipmap
Alinea à raison de dire qu'il y a un bout d'égo, de fragilité et franchement pourquoi veut-on d'une relation avec on ne sait encore pas qui sur une app. Pourtant les app existent, les hommes comme les femmes les utilisent, et donc bon on peut avoir un désir d'être proche de quelqu'un d'être cajolé et de cajoler, si on pense que ça nous fera du bien à soi et à l'autre... on a bien le droit d'en avoir envie.

Loin de moi l'idée de critiquer le bien-être qu'on peut trouver dans une relation amoureuse !!!
Simplement si rencontrer quelqu'un sur une App n'est pas naturel ni agréable, si c'est un effort uniquement pour un résultat, je me demande pourquoi se l'infliger. Il y a d'autres façons de rencontrer.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

alinea7

le samedi 03 avril 2021 à 07h46

Je ne sais pas trop ce que tu peux trouver comme réponse à tout ça dans la biologie évolutive mais c'est peut-être parce que je n'y connais rien, et s'il y a des parallèles ça peut permettre de réfléchir.
J'ai l'impression que tu voudrais être convaincu rationnellement que l'exclusivité amoureuse est moins adaptée que la non exclusivité. Ou l'inverse. Mais ce n'est pas clair pour moi si c'est ça.

Et si c'était le cas, si un modèle méritait d'exister au contraire de l'autre, qu'est-ce que ça change pour toi concrètement ? Si l'exclusivité l'emporte est-ce que tu reprendras espoir dans la possibilité de trouver quelqu'un qui partage ta représentation de la relation amoureuse ? Si la non exclusivité l'emporte est-ce qu'à l'intérieur de toi d'un coup ça te correspondra ?

...et s'il n'y avait pas de réponse ? S'il n'y avait pas d'optimal universel qui fonctionne dans toutes les situations ? Est ce que cette cohabitation de plusieurs philosophies n'est pas justement la meilleure façon d'avoir un tout plus résilient ?

Merci de partager ta démarche, déjà.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

alinea7

le vendredi 02 avril 2021 à 21h36

Hum. Scihub ?

...quel sujet ?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

alinea7

le vendredi 02 avril 2021 à 20h42

@Monosaccharide je ne sais pas par quel angle commencer. Ton message m'a amusée et en même temps ce n'est pas drôle. Ça m'a amusée parce que dégommer une philosophie de vie sur un forum dédié en demandant à se faire convaincre, fallait oser, et aussi parce que j'aurais pu l'écrire...et ça n'est pas drôle parce que ça me semble refléter une grande désillusion et une grande souffrance.

J'ai le même profil que toi. Ce profil vient j'ai l'impression avec une espèce de soif d'absolu. Et une entièreté qui en découle.

Absolu dans la justice, dans la cohérence, dans les sentiments. Et quelque part j'ai l'impression que les gens de notre entourage étant humains, ils ont des limites, des contradictions, des incohérences. Et si on place la barre de l'absolu trop haut on ne peut qu'être déçu, en colère face aux limites de la réalité.

Entièreté dans le tout ou rien : si l'amour absolu tel que je le cherche n'est pas possible alors je renonce aux sentiments et je ne vais penser qu'à ma pomme starting now.

Ce que le polyamour propose selon moi, ce n'est pas du capitalisme de sentiments, c'est prendre en compte les limites. Des gens, des relations, de la réalité. Ce n'est pas souffrir à essayer d'atteindre un idéal mais prendre le beau où il est et le magnifier.

Pour d'autres, l'amour c'est justement la démarche d'essayer et parfois réussir à faire plier la réalité. Parce que quand quelque chose, quelqu'un compte vraiment, on se doit d'essayer ou mourir. Dans cette optique, aimer c'est quand on n'accepte pas la réalité et qu'on essaie de la transformer pour qu'elle s'adapte.

Je crois que soit tu continues dans ta démarche "plus rien à f%#" et avec ton intelligence tu vas finir par comprendre le poly comme on parle une langue étrangère (bonne lecture sur le forum). Soit pour être un arbre heureux, tu cherches ta forêt. Les gens qui ont les mêmes valeurs que toi, ils sont rares mais ils existent.
Comme je me rends compte de ma tendance (hum) à être tranchée et absolue, j'ai décidé de faire les deux. Enfin, pour être honnête j'ai eu ta démarche, la première option, puis la seconde, et puis maintenant je me dis,...il paraît que la voie du milieu c'est pas mal. Finalement ça fait un peu peur cet absolu, ce tout ou rien. Si j'étais avec un partenaire comme ça je crois que je fuirais.
Par rapport à la démarche de chercher ta forêt : il y a des forums pour les neuro-atypiques, il y a des groupes, des assos. Tu n'es pas seul.

Dans tous les cas je pense que tu aurais avantage à apprendre à gérer tes émotions pour pouvoir au moins dire ce qui se passe pour toi sans exploser. Le dialogue passe mal dans l'excès. Pour ne pas te sentir trahi par les limitations des gens, tu peux te pencher sur les tiennes et faire la paix avec, aussi.

Au plaisir de te lire. :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

alinea7

le jeudi 01 avril 2021 à 10h36

Je vois que personne ne répond alors je me lance. Je peux surtout répondre pour ton partenaire, je laisse les autres te répondre pour ce qui te concerne.

Cette envie de relationner à tout prix pour équilibrer m'interpelle. Que viendrait combler cet équilibrage ? Est-ce que c'est pour éviter une faille narcissique, elle est trop bien pour moi puisqu'elle séduit plus/plus facilement ? Est-ce que c'est pour éviter la solitude, si je suis seul est-ce que j'existe ? Est-ce que c'est par recherche du plaisir d'être en relation ?

J'ai du mal à penser que c'est la troisième option s'il n'a pas de plaisir dans la découverte de nouvelles personnes. L'importance donnée au fait d'équilibrer me semble pointer l'égo. Il se perçoit différemment si tu trouves des partenaires et lui non. (pourtant bien sûr il ne l'est pas)

S'il n'y avait cette question d'ego, aurait-il envie de découvrir de nouvelles personnes ?  On dirait que non puisque seul le résultat l'intéresse. Mais peut-être aussi que c'est dans la méthode qu'il utilise qu'il ne se retrouve pas. Les applications de rencontre ne sont peut-être pas sa tasse de thé. Par exemple, pour moi c'est important de sentir que je partage un certain nombre de valeurs avant de pouvoir m'ouvrir. Je ne connais pas trop le domaine de la rencontre via des sites et des apps. Cette mise en contact tout de suite sur une base de séduction, c'est violent pour moi.

En tout cas, sortir de l'injonction au couple m'a fait du bien. Et ça commence tôt cette injonction !! On peut être très bien dans le célibat. Personne n'a besoin d'être en couple pour avoir une valeur en tant qu'humain. Et même, cette injonction est comme beaucoup d'autres, une façon de pousser les gens à se torturer à réaliser des objectifs auxquels ils n'auraient peut-être pas pensé.

Ce serait dommage en tout cas de se rendre malheureux à vouloir obtenir quelque chose qui n'est pas indispensable, ni au bonheur ni à un équilibre intérieur, et d'une manière qui lui coûte. De mon côté, penser les difficultés comme étant de l'ordre du "j'aime/je n'aime pas" plutôt que "j'arrive/je n'arrive pas à" m'a permis de mieux vivre mon autonomie. Le problème n'est pas d'arriver à développer des relations ou pas, facilement ou non, le problème c'est de devoir le faire, et d'une certaine manière, avec un taux de réussite, une rapidité de résultat. Et alors les difficultés disparaissent : je fais ce que j'aime faire de la façon qui marche pour moi et qui me fait du bien. Ça peut me mener à concrétiser moins de relations voire aucune, mais je me sens bien sur le chemin.

Peut-être qu'une étape qui m'a aidée, ça a été de me dire que si on se séparait avec mon partenaire, je ne chercherais pas quelqu'un d'autre. Pas forcément, pas activement. Et ce, indépendamment de sa vie amoureuse à lui. Je ne cherche pas n'importe quelle relation amoureuse pour combler une faille narcissique. Je ne crois pas qu'intégrer n'importe quel inconnu à mon équilibre soit bon pour moi indépendamment de l'image que ça donne.

Sur la base de tout ça j'aurais tendance à conseiller de sortir de l'injonction à prouver quelque chose par rapport à soi et entrer dans le plaisir d'être soi.

Et je pense que ça pourra redonner du plaisir à entrer en relation. L'injonction au résultat, le mélange avec l'égo, ça foire le plaisir d'être là.

Voilà mon expérience et mon avis sur la question ! J'espère que vous allez trouver vos solutions !

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnements par rapport au polyamour

Profil

alinea7

le lundi 29 mars 2021 à 08h43

L'arrivée du polyamour dans votre couple ne s'est pas faite de façon respectueuse mais imposée. Cette façon de faire rend la chose plus difficile car alors le partenaire se sent variable négligeable dont le bonheur et le consentement sont secondaires dans le nouvel ordre des chose.

Se trouver c'est s'affirmer. Ça ne te convient pas, vis le, dis le. Tu te détruis à subir et ça c'est toi qui te le fais. Tu te fais du mal à t'imposer de subir.
Tu pourrais être d'accord selon des modalités, il faut en parler. D'autant plus que l'acceptable est évolutif.

Évidemment c'est risqué, ça peut apporter plein de changements. Y compris positifs. Te choisir toi c'est un geste fort que tu fais pour pouvoir te respecter et c'est bien plus important que le respect de ta partenaire (en plus d'être potentiellement un passage obligé pour l'obtenir).

Peut-être aussi que ta partenaire tient aussi à votre relation et sera prête à reconsidérer des règles. Tant que tu sembles accepter, pourquoi le ferait-elle ?

Maintenant, les conseilleurs ne sont pas payeurs donc si tu ne te sens pas de te faire respecter dans l'immédiat il faut reconstruire ta confiance en toi. Connecte toi aux moments de bien-être que tu as dans ton quotidien sans elle, agrandis la place, fais de l'espace pour ça. Entres en contact avec des gens et redécouvres la sensation d'être bien avec d'autres personnes même sans visée amoureuse. Redécouvre la richesse de ton réseau relationnel aussi.

Je dois écourter mais je reviendrai, dans l'intervalle je t'envoie des pensées.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Première relation polyamoureuse

Profil

alinea7

le mercredi 24 mars 2021 à 23h43

bidibidibidi
Je pense que c'est le cas pour tout le monde.
Dès que tu décides d'avoir un système de valeurs personnel et non pas imposé par la société, tu te retrouves à devoir aussi le défendre et à te battre pour lui (ou à cause de lui).

C'est difficile de ne pas être un mouton :-)

Hum sauf qu'en l'occurrence mon système de valeurs me pousse à reproduire les schémas genrés hérités, prendre soin tout ça. Et mon partenaire aussi est porté à reproduire en partie, de son côté, je crois. Même si on essaie de faire autre chose, que les vieilles recettes coincent. Du coup bon pour l'innovation pas mouton c'est pas encore ça...j'ai l'impression que ça va prendre des générations avant que les relations s'équilibrent. Et encore, ça c'est si la tendance se maintient, ce sur quoi je ne suis pas très optimiste. On peut s'abstraire de la loi du plus fort lorsque les ressources sont abondantes, et il semblerait que la période faste soit plutôt sur sa fin.

Édit : pardon je dérive du post initial
@EdK : j'avoue que je n'étais pas encore dans la dimension politique. J'ai besoin d'y réfléchir.

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Première relation polyamoureuse

Profil

alinea7

le mardi 23 mars 2021 à 22h17

J'arrive après la bataille !
Je trouve que la démarche de faire prendre conscience à @Angel62 des conditionnements et des déséquilibres dans sa relation et de comment ça s'inscrit dans un patriarcat est positif parce que cette prise de conscience lui ouvre un épanouissement personnel qui (heureusement!!) va bien au delà de satisfaire le mââle du foyer.

En même temps, je suis dans cette démarche aussi et récemment j'ai ressenti ça comme un possible nivelage par le bas.
Dans mon cheminement, j'ai d'abord réalisé que ce que j'ai donné de temps et d'énergie à mon foyer est réellement ça, donné. Donné et ressenti comme perdu, mal investi. Parce que réciproquement, mon partenaire dans son "égoïsme" genré s'est assuré une place dans la société qui est mieux valorisée autant maintenant que plus tard. Tandis que moi, ce que j'ai retiré à ma vie professionnelle pour arrêter de marcher sur la tête à courir dans tous les sens avec des enfants, tout en profitant au papa qui pouvait aussi travailler en étant moins à la course, eh bien moi ça m'a pénalisée et durablement. J'ai donc eu l'impression d'être punie par la société pour avoir eu un comportement que je trouve sain dans mon système de valeurs.
Donc d'abord je me suis dit que c'était à moi de changer et me comporter de façon plus égoïste, plus libérale, plus individualiste. Que mon éducation avait foiré mon système de valeurs d'une manière qui faisait que je n'étais pas assez centrée sur moi. Et c'est en partie vrai.
Mais à un moment donné j'en ai eu marre de me forcer à me comporter comme ça alors que ça ne me correspond pas, sous prétexte que la société nous y pousse, nous pénalise sinon.
J'ai beau me rendre compte des conditionnements dont j'hérite, savoir que mon système de valeurs est foiré par cet héritage, j'arrive pas à me dire que c'est normal de se comporter de manière individualiste. Là où j'en suis en ce moment de ma réflexion, plutôt que quitter le ring et adopter les codes masculins, j'ai envie de faire en sorte d'exiger le même niveau de soin de leur part, d'exiger que la société cesse de valoriser le l'individualisme.

Et comme les préceptes bouddhistes nous disent que "la voie qui amène à l'éveil et à la libération de la souffrance est celle qui évite les extrêmes", je vise la voie du milieu en ce moment : exiger un niveau de soin et de prise en compte de l'autre autant que de moi. Ce qui n'est pas simple...

Bref, pour en revenir au post initial, je serais pas pour que tu arrêtes forcément de prendre soin de ton homme de la façon que tu trouves appropriée. En revanche il me semble que tu devrais commencer à te traiter *toi* avec le même niveau de soin, et exiger le même engagement de la part de ton conjoint envers toi et ton bien-être.
Ça se pourrait que dans cette démarche d'explorer ton propre espace et ta propre valeur tu deviennes moins centrée sur celles de ton mari.

Comme d'habitude, tout ça n'est que mon avis, déconstruire le patriarcat, j'ai commencé tard et c'est long. Je voulais juste partager où j'en suis aujourd'hui par rapport à tout ça.

Voir dans le contexte

Discussion : Ouvrir une relation monogame (avec qq complications) : des conseils ?

Profil

alinea7

le mardi 23 mars 2021 à 21h15

Moi je trouve que tu abordes tout ça de façon très lucide et cohérente, que tu expliques bien la démarche et les enjeux.

Dans le mensonge il y a une sortie du "avec", au sens où on vit le secret sans l'autre. Si ça c'est ok autant rester dans l'adultère, après tout y a des gens qui préfèrent pas savoir.
Pour vivre le polyamour en se sentant toujours inclus, c'est pas fou de vouloir remettre une certitude que ce qui se passe en dehors d'une relation se fait bien "avec" tous les partenaires, au sens "avec" le consentement au polyamour. S'il n'y a pas de choix, c'est que relationner avec un tiers est devenu plus important que s'assurer du consentement des partenaires à un certain mode relationnel. Pour moi on sort du soin qu'une relation devrait recevoir.

Sous réserve de la notion de mouvement dont parle @JMIAPP.

Voir dans le contexte

Discussion : Question aux femmes bies : plus difficile de trouver une compagne ?

Profil

alinea7

le jeudi 04 mars 2021 à 20h23

LeaBridou
Par contre les groupes d'entraide en non mixité ( pas d'hommes cis) (donc pour femmes, personnes non binaires, hommes trans....) ça fonctionne du tonnerre, et ça parle énormément de consentement :)

C'est super et ce sont des ressources éducatives intéressantes pour tous alors ! De quoi être tous dans une même compréhension de l'autre dans la séduction. Est-ce que tu aurais quelques liens pour exemple ?

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : La monogamie ne fonctionne pas. Le polyamour fonctionne mieux ?

Profil

alinea7

le jeudi 04 mars 2021 à 19h00

artichaut

À mon sens, la monogamie est un leurre. Et le polyamour, qui bien souvent tente d'imiter la monogamie (sans forcément sans rendre compte), en est un aussi.

En poly comme en mono, aucune relation n'est garantie à vie, il est là le leurre.

artichaut
Ni la monogamie, ni le polyamour ne fonctionnent. Il n'y a que ce qu'on en fait.

(+) D'accord avec ça.
Et chacun ne peut faire que sa part dans ce chemin.

Voir dans le contexte

Discussion : La monogamie ne fonctionne pas. Le polyamour fonctionne mieux ?

Profil

alinea7

le mercredi 03 mars 2021 à 19h35

J'aime beaucoup ta façon de voir et formuler les choses @Caoline. J'en suis assez proche.

Pour moi le nombre de divorces n'a rien à voir avec le fait que l'exclusivité soit satisfaisante ou fonctionnelle. Je ne vois pas de lien. Les gens se correspondent pluss ou moins, s'en rendent compte pluss ou moins vite, évoluent de façon plus ou moins compatible. Comme dans la non exclusivité il me semble.

Voir dans le contexte

Discussion : Après coup

Profil

alinea7

le mardi 02 mars 2021 à 14h33

Lol bon les hommes exclusifs qui souffrent du polyamour en théorie ou tel que pratiqué concrètement dans leur vie, y en a quelques uns aussi sur ce forum.

Ce court témoignage ne dit rien de comment le poly a été mis en place, ni articulé pour prendre en compte chaque participant.

Et puis si maintenant tu sais mieux ce qui te convient, tant mieux, Libérée.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion