Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un article qui commence pas mal...mais qui finit moins bien

Médias
#
Profil

LuLutine

le lundi 20 août 2012 à 03h37

Sur cette page.

Je n'aime pas trop la conclusion :

F-E
Si vous avez des problèmes de couple, le polyamour peut, dans certains cas, devenir la bouée de sauvetage d'une relation initiale (appelée aussi "primaire" ou primordiale) en y apportant une potentielle solution durable et salutaire.

Le polyamour n'est pas là pour "sauver" une relation !
Pu....rée ça fait combien de temps qu'on l'explique !!!

Ou comment faire de la récupération avec un sujet dont les médias parlent de plus en plus, juste pour faire sa pub de coach...c'est nul.

(C'était mon coup de gueule de 3h du mat')

#

Simpère (invité)

le lundi 20 août 2012 à 10h16

Quand je pense aux dizaines (centaines?) de personnes que j'ai aidées gratuitement à réfléchir sur leurs problèmes amoureux ou sur leurs couples, je me dis que je n'ai décidément pas la bosse du commerce!

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 20 août 2012 à 10h20

Coup de gueule partagé, LuLutine...

En même temps, pouvait-on attendre mieux de la part de quelqu'un qui considère la relation amoureuse comme un objet qui se partage ?
Tant que la relation, mono ou poly d'ailleurs, est réduite à un objet transitionnel pour adultes et non appréhendé comme la juxtaposition de deux ou plusieurs individuations il est à craindre qu'elle puisse faire l'objet d'une normalisation, voire d'un normativisme empruntant son sens à d'autres systèmes de fonctionnement, économiques, écologiques ou sociétaux.

Mais l'attrait du principe d'alternative, comme une recette facile, est également perceptible dans nombre de réflexions de polyamoureux. Gageons que ce soit une porte d'entrée vers une recherche et une connaissance de soi.

Et pour cela, tout est bon. La vie et l'amour faisant le reste... (et vice-versa, hihihi, ce serait trop facile sinon !)

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 20 août 2012 à 10h39

Chère Françoise Simpère,

peut-être est-ce vous qui êtes dans le vrai : ce n'est pas un commerce.

#
Profil

Apsophos

le lundi 20 août 2012 à 12h01

N'importe quoi peut être un commerce. (et, accessoirement, on est malheureusement habitués à effectuer des transactions à propos de tout et n'importe quoi y-compris dans nos relations personnelles, mais ce n'est pas le sujet ici)

#

Simpère (invité)

le lundi 20 août 2012 à 12h22

Merci, Bouquet Fleuri, bien sûr je suis intimement persuadée que faire du commerce de tout- tendance hélas répandue- est nocif. Et de plus en plus persuadée, en plus, que le pluriamour n'est pas une question de couple, mais de cheminement individuel de deux (et plus) personnes, cheminement qui dépasse de très loin la relation amoureuse pour réfléchir à la liberté d'être, à l'autonomie, aux rapports de domination (amoureux, mais pas que...) et l'idée de "sauver mon couple" me révulse. Soit le couple existe, avec ses hauts et ses bas qu'on souhaite surmonter, soit il n'existe plus et pourquoi faudrait-il à tout prix le sauver? On peut vivre sans être en couple, non?.

#
Profil

Dreltak

le lundi 20 août 2012 à 13h41

C'est clair que la personne fait son bizness de coach avec des notions qui ne devraient pas être marchandes.

Après, si le polyamour peut être une démarche individuel, s'imaginer qu'aller dans ce sens ouvrirait de nouveaux horizons a (une de ses) relations, ou éviterais tout simplement de rompre pour des raisons qui ne convienne pas a la personne.... bein pourquoi pas?

C'étais ma contribution "gueule de bois" ^^

#

(compte clôturé)

le lundi 20 août 2012 à 14h21

Je viens de lire l'article. Je ne cherche pas à défendre son auteur mais j'accepte l'idée que le polyamour (ou du moins ma démarche naturelle envers ce mode de vie amoureuse puisque j'ai connu le terme de PA après l'être devenue) peut sauver des couples ou du moins permettre de s'épanouir librement et de se connaître. J'ai conscience que tout le monde n'aurait pas pu réussir à faire seule cette démarche qui m'a permis de me connaître, de m'élever et de m'accepter mais je n'oublie pas le chaos et la souffrance que ma décision de vouloir vivre plusieurs amours naturellement et librement a occasionné dans mon couple et pour mon mari qui après 18 ans de mariage se sentait heureux ainsi. Aujourd'hui, nous sommes tous les deux unanimes pour dire que ma démarche a été certainement salutaire pour tous mais ce fut difficile, très difficile. J'ai besoin de cette liberté pour me sentir pleinement moi-même et pour exister. Je comprends donc qu'un coach puisse indiquer à des personnes novices, ne connaissant pas nécessairement le PA, que ce mode de vie amoureuse est CONNU, PERMIS et qu'il peut être ACCEPTE. L'auteur s'est mal exprimé et certainement que les vives réactions précitées dans cette discussion sont le fruit d'une réaction naturelle de défense car le PA est généralement mal perçu. Je conçois personnellement que, DANS CERTAINS CAS, le PA peut être une solution à certains couples, dont l'un des deux désire aimer librement, qui se posent des questions sur l'avenir de leur couple et de l'amour qui les unit. C'est l'interprétation que je fais de cette conclusion. Je suis d'accord évidemment pour dire que le PA ne peut résoudre TOUS les problèmes de couple. Ici l'auteur rejoint C. Ternaux qui explique qu'il n'est pas indispensable de détruire pour reconstruire mais que deux amours peuvent se cottoyer (est-ce le terme adéquate ?).
Je retiens de cet article que le PA peut être qque chose de positif, de bien vécu. Je ne considère pas cet article comme une "mauvaise pub" mais la conclusion mériterait d'être développée un tout petit peu. L'auteur n'indique en effet pas dans quel cas précis le PA peut aider.
Après chacun choisi d'y laisser ou non une partie de son porte-monnaie... Beaucoup de psy, souvent contre le PA, dévalisent leurs "patients" en toute impunité et créent peut-être plus de "dégâts" qu'ils n'arrivent à résoudre de problèmes...

#
Profil

Dakhla

le lundi 20 août 2012 à 23h24

Cet article est comme beaucoup d'autres: tout simplement décevant et sans intérêt...Sauver le couple, être à la mode, une révolution, disposer de ....et être tout simplement soi sans vouloir sauver son couple, être à la mode, faire une révolution et je ne sais encore quelles foutaises de ce genre! Et si c'était pour rien! juste un choix de vie parmi des centaines d'autres...La vraie question n'est pas de savoir si le polyamour va devenir une norme, c'est de savoir quand est-ce que l'on va enfin faire nos propres choix et les assumer! En tout cas c'est pas ce genre d'article qui va favoriser la recherche individuelle qui permettra à chacun d'entre nous de faire des choix et de s'épanouir.
On voit les même articles et on peut faire les mêmes critiques sur l'alimentation biologique, les choix énergétiques...Heureusement le Polyamour est complexe, ouf ! ça titille de récupérer ce soit disant mouvement mais c'est pas si simple de le vivre, même si on lui trouve des aspects pratiques et même si on est très riche! Le polyamour ne s'achète pas et ne s'utilise pas.

#

bernard (invité)

le mercredi 22 août 2012 à 00h31

sauver ou non son couple, déjà se poser la question c'est déjà faire un pas pour tenter de le faire, je pense sincèrement que le PA est la vraie nature de l'humain et que pour toutes les raisons déjà évoquées ici il sera difficile qu'il devienne la norme. d'autant plus difficile il me semble qu'il n'est possible qu'avec l'assentiment du conjoint qui lui-même doit être dans cet esprit. Dans le cas contraire, penser que l'autre peut accepter sans être blessé est une illusion.

#
Profil

Jak

le mercredi 22 août 2012 à 07h57

Dakhla, je suis plutot de ton avis : aujourd'hui, faire ses choix et les assumer, on a plutot l'impression que les gens se cachent assez vite derrière les choix des autres. Et tout ça par que c'est plus facile que de faire ses propres choix.

Bernard, je ne suis pas tout à fait d'accord sur un point : je pense que le PA est l'une des natures de l'être humain, complexe et multiple être qu'il est, et non pas la seule, unique et universelle.
Personnellement, je pense que la capacité d'aimer sincèrement plusieurs personnes n'est pas inscrite dans nos gènes.
Chacun aime à un degré différent et d'une façon différente, c'est un fait établi, non ?

Bon étant sur mon téléphone, je prendrais le temps de réagir sur la discussion citée avec un clavier sous les mains ^^.

Edit : En ce qui concerne le blog, dans l'ensemble, l'objectivité est là. On est bien dans l'explication "basique" du PA, qui est bien écarté des termes libertinage et échangisme (contrairement à certaines idées préconçues).
En ce qui concerne les questions à la fin, j'ai plus de mal à m'y retrouver. On a un peu l'impression que le PA est la solution à toutes les difficultés des histoires de couple mono, genre un "Messie des relations amoureuses" (vendez-nous du rêve !!! ^^). Je trouve les deux dernières questions limites ridicules, d'autant qu'elle semble vraiment s'arrêter sur le principe théorique du PA, sans s'intéresser à l'expérience de celui-ci par des polyamoureux. Du coup, elle ne semble pas consciente que le PA, comme les relations mono, ont leur part de difficultés et de souffrances.

Ou alors, je vous propose de la suivre "vers un polyamour bisounours" ...
Nan, sérieusement, le travail de base, on le sent, mais je doute qu'elle soit allée plus loin.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 25 août 2012 à 14h10

Jak
On a un peu l'impression que le PA est la solution à toutes les difficultés des histoires de couple mono, genre un "Messie des relations amoureuses" (vendez-nous du rêve !! ! ^^).

Oui, c'est en gros ce que je reproche à cet article...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion