Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Situation épouvatable! A l'aide!

Engagement
#
Profil

Blanche

le dimanche 19 juin 2011 à 23h32

Bonjour,

Se pense être une polyamoureuse puisque j'aime deux homme à la folie.

Le premier, mon compagnon depuis 10 ans avec lequel j'ai un enfant. Nous avons plein de points communs, des projets de vie, une vie heureuse et pleine de rebondissements et d'aventure. Que j'appellerai Len.

Le seconde qui me fascine et auquel je pense à longueure de journée depuis que je le connais, ça fait 6 mois. Et qui est mon amant. Je l'appellerai Sam.

J'aime ma famille et ma vie avec Len. Et j'aime Len aussi, mais c'est vrai qu'avec le temps, la passion est simplement devenue sage et aussi très forte.
Ensuite, il y a Sam qui me rend totalement dingue chaque minute passée en sa présence. Le quitter est une souffrance. Sauf quand je suis avec Len et que ça ne fait pas trop longtemps non plus.

Parcontre, mon mari Len, s'est rendu compte de cette liaison, il s'est réellement mis à en souffrir. Me le cachant au début, dans l'espoir que ça passera, et avec la peur de me perdre s'il me demandait de choisir.

Je ne peux pas choisir.

Je n'y arrive pas, j'en deviendrai skyzophrène pratiquement. A savoir devoir sauver ma famille et mon couple et ne pas pouvoir le faire tant je suis captivée par Sam et le quitter est une souffrance.
Donc dernièrement, devant la souffrance croissante de mon mari,j'ai décidé de choisir et j'ai choisi Sam.

Puis, l'annonçant à ce dernier et voyant à quel point il était partant pour me prendre rien que pour lui, j'ai eu du mal à imaginer notre avenir à deux (il a 27 ans de plus que moi - c'est aussi la promesse de beaucoup de souffrance avenir) - d'où une grosse peur, angoisse et lié aussi à la peur farouche de perdre mon mari et ma famille.

Je me suis précipitée dans les bras de mon mari lui jurant que j'allais rompre avec Sam pour ne pas le perdre. Tout en entammant une journée de larmes à la perspective de perdre Sam. Je me rends compte que je suis incapable de faire cela.

Je ne peux pas perdre mon mari, je ne peux par perdre mon amant.

Aucun des deux ne croit au polyamour, parcontre mon amant a toujours été d'accord pour me partager sans opposer de résistance par respect pour mon age et ma famille. C'est Len qui bloque, il souffre actuellement d'avoir perdu sa place de numéro 1 dans mon coeur.

Il est d'accord pour attendre que je finisse par rompre avec Sam pour se remettre avec moi. Et est d'accord pour garder confiance en moi et en notre amour. Il est persuadé à présent que je ne peux pas casser ma famille et guette le moment où je lui annoncerait notre rupture d'avec Sam.

Sauf que ce moment n'est pas prèt d'arriver de ma part.

D'un autre côté, je vais annoncer à Sam que malgré le choix que j'ai formulé, je n'ai pas la force de quitter ma famille et me lancer dans un avenir inconnu à tendance tragique avec lui, et ce malgré le fait que je l'aime éperduement.

J'espère qu'il comprendra et sera d'accord pour continuer comme c'était, et même un peu plus sans demander à ce que je renonce à ma famille. Ce que je pense qu'il fera.

Parcontre, comment permettre à mon mari, Len, d'accepter cette situation, comment lui permettre de ne plus être malheureux. Comment, avez-vous vécu ce type de situation en tant que "premier homme" d'un couple qui accueil un deuxième homme. Avez-vous réussit à ne plus souffrir un jour, avec-vous réussit à accepter que votre femme partage son temps et son attention avec quelqu'un d'autre que vous. Et comment avez-vous fait. S'il vous plait, j'ai besoin d'aide, je suis vraiment désespérée.
Et vous mesdammes, qu'avez vous fait pour aider votre mari. Et par hazard, y aurait-il quelqu'un qui accepterait qu'on parle, par exemple par msn ou skype, avec mon mari, pour le rassurer et envisager les choses différement.?

PS: nous voyons un conseiller conjugal, chez eux un polyamour stable pour la vie ça n'existe pas.

#
Profil

Polypoli

le lundi 20 juin 2011 à 08h10

Se pense être une polyamoureuse puisque j'aime deux homme à la folie......
Tu démarres fort en associant polyamour et amour à la folie!!
Le seconde qui me fascine et auquel je pense à longueure de journée
de plus en plus fort.....
Donc dernièrement, devant la souffrance croissante de mon mari,j'ai décidé de choisir et j'ai choisi Sam.
quelle folie !!!
Je me suis précipitée dans les bras de mon mari lui jurant que j'allais rompre avec Sam...
Jurer c'est se mentir ?
il souffre actuellement d'avoir perdu sa place de numéro 1 dans mon coeur.
un vrai tiercé....
malgré le fait que je l'aime éperduement.
soit tu aimes soit tu es perdue....choisis ton camp...
nous voyons un conseiller conjugal, chez eux un polyamour stable pour la vie ça n'existe pas.
cherche un conseiller moins borné ou/et poly et il te présentera l'Amour différemment....

#
Profil

tentacara

le lundi 20 juin 2011 à 09h18

Salut Blanche,

Tu as en effet un énorme travail à faire avant de stabiliser cette situation. Tout d'abord, être amoureuse de deux hommes ne signifie pas forcément être polyamoureuse. Tu as caché ta deuxième relation à Len jusqu'à ce qu'il s'en aperçoive tout seul ; évidemment, ça ne peut pas aider à la confiance. Ensuite, tu dis qu'il n'adhère pas au polyamour mais qu'il ne te demandait pas de choisir, donc tu as pris toute seule la décision de te séparer de l'un puis de l'autre pour ne pas devoir affronter la souffrance que tu leur infligeais. Je crois que tu t'es un peu pris les pieds dans le tapis et que c'est pour ça qu'aujourd'hui tu es un peu perdue. C'est normal, hein! C'est déstabilisant ce que tu vis-là, tu es aux prises avec des sentiments très forts qui semblent obscurcir un peu ton jugement et tu agis principalement dans la panique.

Essayons de mettre les choses à palt.

Tu aimes Len, tes enfants, votre vie ensemble et tu ne t'imagines pas vivre sans eux.
Tu aimes Sam, il te bouleverse, te fait probablement découvrir des parties de toi dont tu ignorais jusqu'à l'existence. Tu n'imagines pas renoncer non plus à cette nouvelle richesse dans ta vie.

Il me semble que dans ta situation, la première chose à faire est de te mettre au clair avec toi-même : ce que tu ressens, ce que tu te sens capable de faire, ou non, indépendamment de la perception que tes hommes en ont.
Ensuite, ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Len et Sam sont des adultes, responsables de leurs propres vies. Ils sont capables de faire les choix qui les concernent à partir du moment où tu leurs donnes les informations nécessaires pour le faire.

Sam a l'air d'être prêt à accepter la solution qui sortira de ton dialogue avec Len, quoi qu'il arrive ; il a probablement confiance en ton amour et ressent à quel point tu es déchirée par la situation. Je ne crois pas qu'il attende que tu quittes tout pour lui et c'est une bonne chose : tu n'es pas prise en le marteau et l'enclume.

Len est en grande souffrance : tu aimes un autre homme, tu lui as menti en lui cachant cette liaison, tu lui mens encore en prétendant pouvoir la rompre, il ressent ton instabilité, tes hésitations et ne peut en aucun cas baser une relation de confiance sur ces sentiments.

Comment aider ton mari? En étant sincère avec toi et avec lui. De ton côté, prends conscience que ta relation avec Sam est dans sa phase passionnelle : obsessionnelle, aveuglante, dévastatrice. Ce n'est qu'une phase, comme un rêve éveillé, alimenté par la transgression que ça représente et par la frustration de devoir vous cacher pour la vivre. Dans quelque temps, tu vas te réveiller, amoureuse, certes, mais plus lucide aussi.. il ne faudrait pas qu'en te retournant tu t'aperçoives que tu as laissé un champ de ruines derrière toi. Tu dis que la présence de Len t'apaise, que vous êtes heureux ensemble. Accroche toi à ça : c'est réel, c'est construit et durable. N'entre pas dans la comparaison entre les deux hommes ou les deux relations, ces choses là fluctuent tellement vite! Explique-lui que sa place dans ton coeur est toujours la même, qu'il est toujours le Len avec qui tu as choisi il y a dix ans de faire ta vie, le père de ton enfant, que tu aimes vivre avec lui et que votre histoire est très importante pour toi.
Explique-lui aussi que ton histoire avec Sam est encore récente, que cet état "tout feu tout flamme" ne dure pas plus de quelques mois mais que as besoin de le vivre. Que sans doute Sam restera dans ta vie ensuite, mais que ce n'est pas avec lui que tu fais des projets d'avenir. Ce que t'apporte cette histoire ne remplace pas la vie que tu as, c'est une nouvelle source d'énergie pour toi.
Redouble avec Len de présence, d'attentions, rassure-le par des mots et des actes, sois attentives à ses moments de doute, de peur, de découragement, de désespoir. Fais-le parler de ce qui lui fait vraiment peur : te perdre? Il ne te perdra pas tant qu'il voudra de toi près de lui. Tout l'amour que tu as pour Sam n'effacera pas votre lien. ëtre supplanté dans ton coeur? LEs émotions que tu ressens pour Sam sont juste plus violentes pour le moment, mais comme le dit polypoli, ce n'est pas un tiercé, plutôt un marathon. Il se sent impuissant à agir sur la situation? Au contraire, la réaction qu'il peut avoir, la confiance qu'il peut te faire, vous faire à vous deux, la patience, l'ouverture d'esprit, l'intelligence humaine, l'empathie, tout ce qu'il peut faire pour que cette situation finisse par trouver un équilibre ne fera que le grandir à tes yeux, tu ne pourras l'aimer que davantage.

Bref, la première des conditions de l'amour et de la paix, c'est la confiance. Tu ne l'obtiendras que par l'honnêteté et la sincérité.

Nous serons heureux de pouvoir aider Len s'il se manifeste d'une façon ou d'une autre, mais c'est avant tout de toi que dépend sa perception de ce qui est possible ou pas. Ne te laisse plus paralyser par la peur de perdre ceci ou cela, décide de ce que tu veux et bats toi pour l'obtenir. Et ça vaut pour lui aussi. Courage!

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

kadah

le lundi 20 juin 2011 à 09h29

je ne fais jamais de promesses, car on ne les fait jamais pour soi, mais pour rassurer l'autre et de plus, c'est si facilement "brisable"...
tu dois parler avec Len, je pense qu'à l'heure actuelle c'est le plus important, une vraie discution, ouverte, franche, sans conseiller conjugal, mettez les choses à plat, mais surtout, pas de décisions hâtives (élans du cœur/élans du cul")!
prenez ce temps, c'est primordial.

#
Profil

tentacara

le lundi 20 juin 2011 à 09h37

Edit : Apparemment, ta situation me touche, alors je précise quelques points.

Quand je dis que vous devez vous battre, chacun de vous, pour obtenir ce que vous voulez, il s'agit pour toi de reconnaître que ton bonheur passe par la présence de ces deux hommes dans ta vie et de le leur faire entendre. Quant à Len, il doit faire le deuil de l'illusion de "la passion qui dure toute la vie". La nature de votre relation a évolué au point de laisser la place à l'émergence d'une autre passion pour toi. Il doit déterminer si ce qu'il veut c'est vivre avec toi ou être le seul amour dans ta vie (quitte à se séparer de toi si ça n'est plus le cas). C'est très difficile dans sa situation de faire la part des choses entre son amour pour toi et son désir de te "posséder", personne n'a dû lui expliquer que ce n'était pas forcément corollaire : à toi de lui prouver que votre amour peut vivre sans exclusivité.

Le conseiller conjugal.. dans votre situation je ne suis pas sûre que ce soit la bonne solution. Il applique une grille de lecture basée sur le dogme de l'Amour Unique. Il raisonne en termes de "faute", de "norme". Je ne sais pas si le but d'une histoire d'amour, quelle qu'elle soit, poly ou mono, est de durer "toute la vie", ce qui compte, c'est que chacune suive son cours et que tout le monde fasse son maximum pour être heureux. Un psy ne sera pas heureux à votre place avec des solutions toutes faites.

#

Tigre (invité)

le lundi 20 juin 2011 à 10h41

Ouais, les "conseillers" conjugaux....
J'en ai vu une avec mon ex: j'ai entendu tellement de conneries en une heure que je pourrais ecrire un scetche dans la veine tragicomique.
morceaux choisis: mon besoin d'embrasser est "feminin et adolescent".
le polyamour, ça marche "en afrique ou dans ces cultures là...."
Et mon medecin m'a sorti une fois que mon ex etait "frigide" (sans jamais l'avoir rencontrée bien sur).

Les conseils de Tenta me semblent plutot justes et bien sentis mais en tout cas ne t'arrete pas aux avis ultra normatifs des psy, conseillers et autres experts diplomés en racontage de conneries parce que c'est le meilleur moyen de passer à côté de son bonheur.

Tigre

#

(compte clôturé)

le lundi 20 juin 2011 à 11h58

sKetche avec un k, c'est encore plus drôle...

#
Profil

ladymarlene

le lundi 20 juin 2011 à 12h01

J'ai un copain qui résume très bien ce genre de propos bateaux "c'est quand même de l'enculage de mouches !!!"
Comme ce que mon psy m'a sorti sur les boites libertines, "manifestation de la société judéo crétine." Sur le coup, ça m'a paru très profond mais à la réflexion, ça rime pas à grand-chose.
Et je me rends compte que les grandes théories de l'homme qui me rend chèvre...ben c'est pas loin de l'enculage de mouches, aussi.

#
Profil

Junon

le lundi 20 juin 2011 à 18h17

Eh bien, je trouve que les posteurs ici ont oublié les notions de bienveillance et de politesse...entre les propos ultra manichéen de Polyimpoli et l'enculage de mouche"...je suis sûre que Blanche a trouvé de l'aide, là :/

#
Profil

tentacara

le lundi 20 juin 2011 à 18h46

Je crois que polypoli parlait des psys et autres conseillers conjugaux au discours archi formaté et normatif.

#
Profil

Junon

le lundi 20 juin 2011 à 18h53

Tu veux dire Ladymarlene, je pense?

#
Profil

tentacara

le lundi 20 juin 2011 à 18h55

oui, pardon (ils ont eu un échange sur le sujet sur un autre fil).

#
Profil

ladymarlene

le mardi 21 juin 2011 à 07h13

Oui, oui c'est bien moi. Je suis en analyse, donc je commence à capter les propos qui ne veulent rien dire même s'ils sont jolis et bien formulés...Et je dois me méfier de ma tendance à craquer pour eux....

#
Profil

Junon

le mardi 21 juin 2011 à 11h55

Ok, c'est plus clair pour moi, merci

#
Profil

astors7

le mardi 21 juin 2011 à 12h34

Message modéré pour la raison suivante : orthographe.

#

Barbaras (invité)

le mardi 21 juin 2011 à 17h47

J'ai vecu à peu pres la meme histoire que ton mari. Mais j'ai réagi, et tenir les gens attachés ne servent à rien. Alors c'etait simple : douloureux mais 2 choix il y avait.
Et j'ai choisi le divorce : radicale mais plus sain ... Surout pour le psychique, la famille, la moral.
Et qu'est ce que je me sens mieux. Donc si tu aimes vraiment ton mari, tu ne peux pas l'obliger à te suivre s'il ne veut pas.
Divorce, et ensuite tu feras ce que tu veux de ton ame, de ton corps et de tes actes ; mais en aucun cas tu changeras de firce ton mari. , car il en aura marre et finira par partir plur de bon.

#
Profil

Blanche

le mardi 21 juin 2011 à 23h45

Merci pour ces réponses que j'ai lut attentivement, elles m'ont vraiment aidé.

J'ai bien réfléchi à tout ça et ai noté sur papier ce que j'attendais réellement de l'avenir.
En envisageant tous les choix qui s'offrent à eux et moi, je n'ai pas réussit à imaginer un avenir heureux pour moi sans l'un ni l'autre de ces hommes. Ni vraiment non plus pour eux.

J'ai donc fait une lettre dans laquelle je m'adresse à mes deux amour où je leur explique ce que j'attends d'eux concrètement, et comment chacun peut y trouver son intérêt. Et surtout pourquoi ils n'ont pas vraiment d'intérêt à réagir radicalement selon moi.

Parcontre, je ne me vois pas encore leur donner cette lettre mais au moins dans ma tête c'est bien plus clair. Je sais quel discours je dois avoir à présent.

Je sais où je veux aller et je vais faire mon maximum pour y arriver avec eux et en faisant en sorte que chacun y trouve son compte et le bonheur.

Barbaras : Visiblement tu as trouvé la paix en décidant de recommencer de zéro ta vie amoureuse, et j'en suis contente pour toi.

Je sais que pour mon mari c'est très dur aussi d'envisager de vivre avec une femme qui ne lui offre pas de "sécurité" selon ses propres mots.
Mais il a aussi beaucoup plus à perdre qu'un simple confort de "sécurité" surtout s'il envisage le fait qu'il n'a pas vraiment perdu sa sécurité en réalité puisque je suis aussi peu encline à souhaiter me séparer de lui que de mon amant.

Je suis triste de voir qu'il pourrait y avoir une séparation alors qu'aujourd'hui encore nous vivons des moments très forts et heureux et ce malgré la situation actuelle. Je sais qu'il ressent qu'il a très peu de chances de trouver une femme avec qui vivre la même complicité d'avec moi, et moi de même de mon côté.

Pour lui c'est une perte irremplaçable. Et je n'arrive pas à concevoir qu'il puisse accepter de me perdre rien qu'à cause de la peur de me partager pour ne pas me perdre.

C'est une bizarrerie de la logique. On préfère causer une situation redoutée plutôt que de subir le poids continuel de la possibilité que cette situation arrive réellement. Mais faut-il plus refuser la peur d'une situation ou la situation elle même?

J'irai jusqu'à dire que cela dépend de la statistique que la situation arrive. Par exemple, après avoir réussit à convaincre mes deux amant de vivre un amour à trois, combien y a-t'il de chances pour que je change d'avis ensuite et finisse par finalement quitter mon mari pour mon amant en admettant que nous réussissions à construire quelque chose qui nous rende tous heureux? Donc cela vient à demander, combien de chances avons nous d'y arriver...?

Et bien je dirai que du point de vue de mon mari, il n'y en a aucune, donc c'est compréhensible qu'il ne veuille pas s'engager dans un truc en sachant très bien que c'est une question de temps avant que ce qu'il ne redoute le plus arrive et devoir souffrir en attendant ce moment dans l'angoisse.

De mon propre point de vue, je dirai que vu que la réussite d'une entreprise comme celle-ci étant tout à fait dépendante de l'énergie qu'on met à la faire fonctionner et de la bonne volonté de chacun - donc de l'engagement amoureux de chacun - je dirai que c'est quelque chose qu'on a entre les mains et non quelque chose qu'on ne contrôle pas.

Que pour y arriver, il faut sans cesse peser la volonté qu'on a de rester avec quelqu'un devant les réflexes négatif qui vont provoquer une déstabilisation de l'équilibre à trois.

Oui c'est plus dur que simplement rentrer chez soi le soir et être pratiquement convaincu que, quoi qu'on fasse, la femme qui s'assoie en face de vous n'a aucune raison de vous quitter, jamais. Ça c'est une illusions aussi.

A la place, quand on rentre le soir, il faut passer du temps de qualité ensemble pour être sur que tout le monde a reçu sa dose vitale de bonheur et arrêter de compter s'il y en a plus d'un côté que de l'autre. Savoir de quoi on a besoin et faire en sorte de toujours en avoir assez pour être comblé.

Quelque chose qu'on peut rapidement oublier de faire quand on est persuadé que rien ne peux changer. C'est exactement ce qu'il s'est passé entre Len et moi au cours de cette dernière année. Et voici le résultat.

Il y a aussi le fait de ne pas tomber non plus dans la surenchère et demander des attention dont on a pas besoin juste pour s'assurer d'être le "mieux placé" (vision très "tiercé" qu'à mon mari, puisque je ne fais que répéter ses mots). En accaparant l'objet de son cœur par exemple et en cherchant toujours à la détourner de l'autre homme. Ou en s'intéressant de trop près à l'autre relation pour tenter de la copier (aller aux mêmes endroits, faire le même nombre de sorties, etc...)

Je n'ai pas vécu cette situation mais je suis tout à fait capable de voir où son les points cruciaux. Je pense que pour mon Len, ça parait bien trop compliqué, alors qu'il ne s'agit que de faire ce qu'on a toujours fait. Parler longuement de nous et de nos besoins, analyser nos peurs, et trouver des solutions ponctuelles un jour à la fois.

Comment le convaincre que cette vie peut-être "enrichissante" bien plus que "trop compliquée"?

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Barbaras (invité)

le mercredi 22 juin 2011 à 08h24

Je comprends ton mari et dans mon cas tout etait pareil. Je ne pouvais pas concevoir ma vie sans elle : impossible. Mais à force de me prendre et de se prendre la tete, j'en ai eu marre !!! Marre marre.
Il est impossible de diriger la vie des gens. Qui est la personne qui a le plus changer ?
Prends du recul !
Une chose est certaine : ne sous estime jamais ton adversaire, jamais !!! Il peut changer dans ton sens ou filer ...
L etre humain est compliquée , non ? Alors, laisse ton mari est libre de ses actes et decisions sans l'astiquer en permanence.
Il fera son choix de lui meme avec le temps.

#
Profil

demeter

le mercredi 22 juin 2011 à 15h08

Les conseils de Barbaras me semblent justes mais la façon de les dire en revanche me parait être un jugement difficile à entendre. Peut-être peut on reformuler ainsi :
Ton, mari est libre de ses actes, cela est un fait. Il ne t'appartient pas de le laisser libre ou non, puisqu'il l'est. La relation que vous avez tous les deux selon la manière dont elle est gérée par vous deux peut permettre ou non à chacun d'y trouver son compte, en provoquant plus ou moins de souffrance de part et d'autre. Chercher à convaincre l'autre est rarement une bonne idée, il s'agit plutôt de l'écouter, et de se faire entendre, une écoute à double sens.
Quant à savoir celui qui a le plus changer, cela ne justifie en rien une prise de décision, il vous faut savoir si selon vous changer est un bien ou un manquement à la parole donnée, si cette part de changement peut être une avancée ou si elle est insupportable. Le manquement à la parole donnée en cas de séparation est obligatoire : l'un propose autre chose et rompt ce qui est existant, l'autre rompt ses engagements de continuer une vie ensemble. En réalité ce n'est pas la rupture ce qui est important, mais de mieux définir ce que l'on attend de sa propre vie. Cela suppose souvent des changements. Ces différences de point de vue n'appartiennent qu'à votre histoire, et vos histoires respectives. En aucun cas il n'y a d'adversaire, si la séparation a lieu, autant que chacun puisse se l'expliquer et ait pu faire un choix, cela permet par la suite de vivre mieux, sans regret, avec l'espoir que demain peut être aussi bien qu'hier...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

demeter

le mercredi 22 juin 2011 à 15h55

L'intérêt de recentrer également sa réflexion sur soi et ses propres choix de vie, plutôt que de chercher à convaincre, permet également de ramener les problèmes aux relations concernées, indépendamment l'une de l'autre et non de mélanger les deux histoires. Je ne crois pas qu'il soit bon de faire trop exister une personne d'une relation dans la deuxième relation dans la mesure où les jalousies possibles se nourriront alors du fantasme de cette personne, en oubliant l'objet même de la jalousie : en clair, la préoccupation ne devient plus la relation en elle même, mais la rivalité entre deux personnes alors que l'objet même de la jalousie disparait.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion