Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Partenaire jalouse, besoin d'aide

#
Profil

hypathie

le mercredi 06 juillet 2011 à 19h05

Pourquoi me demandes-tu si je pourrais partir toute seule ou avec quelqu'un d'autre ?
Elle a pris conscience que c'était important pour moi. Après une énième discussion extrêmement désagréable, elle a sans doute pris conscience de quelque chose. Depuis elle est adorable : elle se montre amoureuse et elle m'a promis qu'on partirait trois jours en juillet et trois jours en août. Cela ouvre les perspectives !

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 06 juillet 2011 à 19h18

Si je t'avais posé moi cette question, ça aurait été pour dire que la liberté "de mouvement" qui doit être valable tout le temps, c'est pas celle de partir en vacances avec l'autre quand tu veux - puisque tu n'as pas d'autorité sur l'autre - mais de pouvoir partir seule sans que ça pose problème, ni à toi, ni à l'autre.

Si cette liberté là n'existe pas, les autres décisions sont toujours en fonction de cette absence de liberté. L'autre vient avec toi en vacances, pas parce que vous avez le choix entre le faire ou non, mais parce que c'est le choix entre tout va bien et tout va mal.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 06 juillet 2011 à 22h07

Siesta a compris je crois mon idée.

Ma question en gros, c'est : est-ce que c'est important pour toi de partir avec elle ou bien est-ce que c'est déjà important pour toi de partir tout court ?

A te lire, j'ai eu le sentiment que le plus important n'était pas de faire quelque chose avec elle, mais de t'éloigner de ton lotissement. Et ça, tu peux le faire sans elle, non ?

#
Profil

hypathie

le jeudi 07 juillet 2011 à 18h19

Je ne comprends pas du tout ce que dit Siestacorda.
Pour répondre à LuLutine, il est important pour moi de sortir de mon lotissement et il est aussi important pour moi de le faire avec elle, pour partager des choses avec elle (découvrir de nouveaux paysages, de nouveaux lieux, de nouvelles cultures, avoir le plaisir d'être avec elle dans des lieux différents et enrichissants...).
Mais je peux très bien aussi le faire avec un ami, ce que je fais déjà.
Je crois qu'elle a compris en tout cas, car elle a pris l'initiative de me proposer une sortie patrimoine à plus d'une heure trente de route du lotissement... Je suis aux anges ! Et elle partage ma joie.
De mon côté, je veille à respecter son propre besoin d'indépendance. Je ne lui pose aucune question quand elle s'en va (tous les jours, parfois plusieurs fois par jour, alors qu'elle n'a aucune obligation professionnelle).
Quand c'est moi qui m'en vais sans lui dire où je vais - comme elle le fait -, une drôle d'ambiance règne à la maison, car elle n'en a pas l'habitude : jusque-là, ces deux dernières années, c'est elle qui partait et elle ne m'avait jamais vu partir sans lui dire.
Elle m'encourage à user de ma liberté, mais, dans les faits, cela nous éloigne encore davantage l'une de l'autre.
Nous ne parlons plus, alors que nous n'arrêtions pas d'avoir de grandes discussions, sur nous, sur nos relations. Nous qui passions notre temps, ensemble, à bavasser, et qui ne nous disputions que très rarement, nous devons faire face à une situation totalement différente. Nous ressemblons à présent à tous ces couples qui ne parlent plus et que nous ne comprenions pas, du temps où nous nous parlions...
Quant au fait d'être de nouveau amoureuse... cela n'a duré que quelques jours. Aujourd'hui, elle m'a écrit être désolée de ne pas être à la hauteur. Elle dit espérer que je rencontre quelqu'un qui saura m'aimer.
...
L'article sur la jalousie en page d'accueil dit que ce sentiment naît chez ceux qui se sentent en insécurité. Oui, je me sens en insécurité quand elle se montre distante ou n'embraye pas quand je m'approche d'elle, pour la toucher ou l'embrasser.
Elle le sait, c'est pourquoi elle dit ne pas être à la hauteur.
Mais pourquoi ne se montre-t-elle pas amoureuse alors qu'elle dit m'aimer ? Je comprends tout à fait qu'on n'a pas toujours la tête à cela, mais dans son cas, elle ne l'a jamais depuis qu'elle a rencontré cet homme. Et je pense qu'elle est complètement différente avec lui. Quand elle me disait qu'elle allait le voir (je refuse à présent de savoir quand elle le voit, cela ne me regarde pas et elle n'a pas à m'en faire l'étalage), elle revenait radieuse...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 07 juillet 2011 à 20h00

hypathie
Mais pourquoi ne se montre-t-elle pas amoureuse alors qu'elle dit m'aimer ?

On peut aimer quelqu'un profondément et ne pas être d'humeur, par exemple, à lui sauter dans les bras...

Qu'est-ce que tu appelles "se montrer amoureuse" ?

Pour moi, l'amour (celui qui dure, pas la passion des débuts) est un sentiment profond, ancré. A certaines périodes (qui peuvent très bien durer des jours, des semaines, voire des mois...) on peut ne pas éprouver spécialement de désir pour quelqu'un, ne pas avoir l'envie spontanée de "se montrer amoureux(se)" par toutes sortes de petites attentions, et aimer quand même la personne.

Dans ce cas, tout repose sur la confiance. Celui qui est en attente de quelque chose doit peut-être alors juste faire confiance à ce qu'on lui dit, et vivre sa vie en attendant un éventuel changement d'état de son amoureux(se).

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 08 juillet 2011 à 00h40

hypathie

Mais pourquoi ne se montre-t-elle pas amoureuse alors qu'elle dit m'aimer ?

En partie, peut-être, parce que "être amoureux" et aimer, c'est pas la même chose.
J'aime mon frère. Beaucoup. J'aime beaucoup ma meilleure amie, aussi. Vraiment, fortement, si elle devait ne plus être dans mon environnement, je serai sans doute très mal.
Mais je ne suis pas amoureux de ces deux-là. Je n'ai pas besoin de me montrer amoureux, pourtant, je les aime.
Et la transformation du comportement amoureux en relation d'amour, ça arrive souvent dans les couples qui ont un certain vécu... La présence d'un tiers, comme ça arrive dans le polyamour, souligne la différence. Et c'est pas un truc agréable, même quand on a pas la jalousie facile.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

ladys

le jeudi 11 août 2011 à 05h48

Bonjour Hyperie, bonjour Tanguy.

Sur les conseils de Siestacorta, je copie ici un message écrit dans le cadre d'une autre discussion, /discussion/-rn-/Le-poyamour-subi/page-5/ , où je parle de ma lecture personelle de votre témoignage, étant moi même aspie. Il va sans dire (mais ça va toujours mieux en le disant, même à destination des NT) qu'il est tout à fait possible que ma lecture soit fausse, incomplète, puisque forcément à travers le miroir déformant de ma propre expérience.

(Edition: désolée pour la lourdeur, le compact de la partie en citation.
Le copié collé a manifestement annulé les alinéas et sauts de lignes et j'ignore comment résoudre cela. Il est peut être plus simple d'aller lire le passage concerné directement sur la discussion d'origine.)

Ladys

Concernant l'Asperger, j'ai cité mon exemple afin de vérifier que je comprenais correctement de quoi parlait Popol. Je reflechis toujours à cette idée de prédisposition et de disposition.

Je pense effectivement que des particularités telles que les autismes et assimilés (les asperger ne sont pas les seuls à parvenir à s'intégrer dans la société) peuvent créer de facto une prédisposition au polyamour tel qu'il est décrit en définition du site.
Car l'hypersensibilité favorise la compersion.
Le rejet du mensonge, la franchise et la transparence.
Et enfin, l'incompréhension des conventions sociales atténue grandement le poids du ragard de la société.

Par exemple, je n'ai aimé d'amour que trois personnes dans ma vie, et il se trouve que j'en aime deux simultanément aujourd'hui.

Quand j'ai pris conscience de l'amour que je portais à mon amant, je ne me suis pas demandé si c'était bien ou mal, correct ou pas d'aimer deux personnes en même temps. J'ai juste trouvé normal d'en informer l'interessé et mon compagnon.

Bien sûr, je vis dans la société, donc je suis consciente que certaines personnes peuvent être choquées de cette situation, mais... Ca ne me fait ni chaud ni froid. Ca ne m'a jamais fait ni chaud ni froid, ce n'est pas quelque chose dont j'ai été obligée de me liberer comme certains d'entre vous.

Donc, en quelque sorte, je pense que le mot "prédisposition" est plus adéquat que "nature".

Par ailleurs, pour les asperger, comme pour tout le monde (et même peut être plus), le vécu amène à des dispositions.
Je crois que j'ai été "gâtée" aussi de ce côté là, ayant été élevé dans un milieu qu'on peut qualifier de libertaire, où les seules règles importantes étaient le respect et la politesse.
Or, les aspies ont besoin de s'accrocher à des règles, et y trouvent une certaine... volupté, jouissance cérébrale (?). Elles sont indispensables à notre fonctionnement.
Les seules règles "sociales" qui m'étaient proposés étant la politesse et le respect, je les ai intégré avec avidité, au point aujourd'hui de passer pour trop exigente avec mes enfants à ce sujet.
Comme ça ne suffisait pas, j'ai comblé mon besoin de règles avec les maths, la grammaire, la génétique et un tas d'autre interêts qui ont été restreints sur une période donnée.
Mais jamais je n'ai eu besoin de trouver dans les règles sociétales des supports concernant la fidélité, la vie de couple, la monogamie etc.
Je préfère les maths.

J'arrive donc à la discussion que tu signales et que j'avais déjà lue, concernant Hypatie.
J'avoue que malgré la gravité de cette discussion et la souffrance des intervenantes, il m'est arrivé de sourire en lisant certains passages, qui me semblaient limpides, mais qui nécéssitaient explications "à l'usage des NT".

J'ai perçu les propos d'Hypatie, d'abord, comme une incompréhension totale que Tangy et son ami aient pu lui mentir, sciemment, pas seulement par omission.
Que son ami ait pu lui dire:"Ne t'inquiète pas, il ne se passe rien entre Tanguy et moi, ce serait mal, etc..." alors que leur relation avait déjà débuté, c'est énorme. Pour elle. Pour moi aussi en quelque sorte, même si je ne suis aucunement impliquée.
J'ai du mal à expliquer. Ce n'est pas juste un sentiment de trahison, c'est carrément un système de communication qui s'écroule. c'est générateur d'intenses angoisses, de grande souffrances, ce genre de destruction d'un système de fonctionnement qu'on croyait juste et efficace. Et j'imagine que ça a du aussi générer des doutes quand au côté autistique de cet homme.
Je sens bien les limites de mon incommunicabilité, là, je vous assure.
Concenrant l'exclusivité, j'extrapôle mais si Hypathie a grandi avec des règles construites, énoncées, concernant les rapports amoureux, les rapports de couples, la fidélité, l'exclusivité, qu'elle les a intégrées et en a fait son mode de vie, les voir transgressées ainsi a du être très douloureux également.
Et puis surtout, ce que je lis d'elle, c'est un manque terrible d'affection de la part de Tangy. Après, on peut s'imaginer qu'Hypatie est trop exigente, trop demandeuse, trop tout. Mais le sentiment de manque qu'elle éprouve, je pense qu'il n'en est pas moins réel.

Même si les autistes ont des difficultés à communiquer avec des inconnus, à se laisser toucher par eux, ou peut être justement à cause de cela, ils ont en revanche besoin de boucoup d'interactions avec leurs proches.
Nous avons souvent besoin "qu'on nous fasse un dessin", le langage non verbal nous étant assez obscur. Besoin donc de gestes forts, de signes répétés pour se sentir aimés. Besoin de "preuves d'amour", peut être.

Je pense que Tangy a cessé d'en donner "suffisament" à Hyperie. Que c'est arrivé lorsqu'elle a commencé sa relation avec leur ami et qu'Hyperie, en toute logique, a déduit que la simultanéité des deux évenements était révélatrice d'une cause à effet.

Tout ceci, c'est ma lecture, bien entendu, avec ma sensibilité aspie et tout ce qui lui manque parfois pour bien comprendre l'autre.

Une chose que je n'ai pas précisé: En vous lisant toutes les deux, j'ai eu le sentiment que malgré la tempête qui secoue votre couple, vous aviez vraiment une très belle relation, très riche. Tanguy semble avoir une sensibilité et une finesse de compréhension exceptionelle.
Hyperie, je me suis retrouvée, bien sûr dans certains aspects de ce que tu décris de toi même et dans certaines descriptions que Tanguy fait de toi (le passage des vitesses et la consommation aux 100 km, je n'ai pu m'empêcher de rire, quand mon compagnon conduit, j'ai bien du mal à ne pas lui faire de remarques).
En revanche, j'ai été surprise de lire que c'était Hyperie qui était demandeuse de "sortir du lotissement". Quitter le mien est toujours une épreuve et me rendre dans un lieu non connu une source d'angoisse profonde.
Comme quoi l'évolution de chaque TED est unique

Hyperie
, Il y a autant d’autismes que d’autistes

J'éspère que votre situation est plus sereine, que vos tentatives de devenir parents ont porté leur fruits et que vous repasserez donner de vos nouvelles.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 12 août 2011 à 10h54

ladys
(Edition : désolée pour la lourdeur, le compact de la partie en citation.
Le copié collé a manifestement annulé les alinéas et sauts de lignes et j'ignore comment résoudre cela. Il est peut être plus simple d'aller lire le passage concerné directement sur la discussion d'origine.)

En modifiant ton message, tu peux normalement remettre les sauts de ligne là où ils étaient...

#
Profil

ladys

le lundi 15 août 2011 à 13h20

Merci Lulutine :)
Ca passe en virant l'italique.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion