Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Attirée par un couple... besoin d'aide, de conseils et d'en parler!

#
Profil

Romy

le vendredi 15 juillet 2011 à 00h59

Ben tu pourrais être surprise! Y a plein de couples qui cherchent la compagnie d'une autre fille. Ils y pensent peut-être pas d'emblée, mais un peu de nouveauté dans la vie intime d'un couple, ça peut être très bienvenu. Je ne veux pas dire que tu serais là juste pour mettre du piquant, la saveur du jour, mais de là à dire qu'ils n'ont rien à faire de toi car ils sont tous les deux ensemble.. Ils sont juste tous les deux très souvent. Alors à trois de temps en temps, ils pourraient aussi aimer. Peut-être même une bénédiction pour eux.

Autre chose...Ne le prends pas mal, c'est mon impression. À te lire, on te sens beaucoup dans le besoin,comme si tu recherchais quelque chose venant d'eux, une forme de dépendance affective. Ça peut leur faire peur. En revanche, si tu étais plus dans le ludique, quelque chose que TOI tu peux leur apporter, un plus dans leur vie...ça peut être plus tentant.

bonne chance

#
Profil

LuLutine

le vendredi 15 juillet 2011 à 02h28

Je n'ai pas grand-chose à rajouter pour le moment, je crois que Romy a précisé ce que je n'avais pas forcément encore dit !

#
Profil

oasis86

le vendredi 15 juillet 2011 à 19h02

Merci, ça me redonne de la force, et envie d'aller plus loin part mon côté curieuse, impatiente et entière qui a envie de tenter...
Pour la dépendance affective, le pire c'est que je le sait, mais qu'inconsciemment je sais pas comment dépasser ça, et c'est à cause de ça aussi que souvent je n'ose pas agir, de peur d'être déçue, et de ne pas oser montrer à l'autre ce que je peux lui apporter d'un point de vue général dans mes relations affectives... et forcément du coup je montre que mon coté dépendant en quelque sorte, et ça finit par faire flipper les personnes auxquelles je tiens le plus... C'est quelque chose que je n'arrive pas à contrôler du tout.

Le mail n'est pas encore envoyer, mais sur le point... je pense d'ici les prochains jours. Elle est en vacance, et rentre quand moi je pars d'ici une semaine, on va se croiser. Je me dit que c'est le meilleure moment pour leur envoyer, on risque de pas se voir avant mi aout, donc ils auront tout leur temps pour prendre du recul à ce qu'ils risquent de recevoir en pleine figure, pour après faire le tri quand elle me retrouvera au boulot.

Et le reste on verra bien. Le mail est très simple. J'ai voulu faire dans la simplicité, tout en leur expliquant doucement ce qui se passe, et que c'est arrivé comme ça... Je leur dit a la fin que je ne cherche pas de réalisation concrète, mais au moins ils le savent, et peuvent venir me voir et me poser des questions si ils veulent plus d'explications...

Je l'envoie d'ici le début de la semaine prochaine, car je crois que ce week end elle a un mariage, donc pas forcément le meilleur moment pour ce genre de choses et je veux le faire avant qu'elle revienne au boulot...

#
Profil

Siestacorta

le samedi 16 juillet 2011 à 00h32

Si tu connais ta dépendance affective, qu'elle te fait souffrir parce qu'elle rend tes relations difficiles : parles-en à un thérapeute, qui va t'aider à trouver une façon de mieux vivre avec tes sentiments.

#
Profil

oasis86

le samedi 16 juillet 2011 à 17h35

La thérapie risquerait d'être très longue alors! :-) Ma dépendance affective serait juste une partie à exploité en thérapie, il y aurait tellement de choses qui s'y rattacheraient... compliquer. Ma mère est psy, compliquer aussi, car du coup j'ai toujours eu un avis sur les psy différents par rapport aux gens en général qui pour eux les psy sont soient "tout blanc", soit "tout noir" moi... mitigé, je pense pas que ce soit le bon moment en tout cas pour en commencer une...

Bon, j'hésite à nouveau aujourd'hui à leur envoyer ce mail... j'hésite car j'ai parler vite fait avec une copine a qui j'ai posé une question comme ça, juste pour voir son point de vue en lui disant: Si jamais une fille te disais qu'elle était attirée par toi et ton copain, comment réagirais tu? qu'est c'que tu lui dirais, si elle te disais qu'elle aimerait faire plus avec vous?... Elle m'a répondu "ah mais moi, jamais j'pourrais partager mon copain, ça va pas ou quoi, c'est exclusif!", Et vlan la claque! Ben ça refroidi, et c'est limite, je préfère du coup posé la question directement a la fille de mon couple comme ça pour voir comment réagirait elle... à votre avis, est c'que ce serait une démarche faisable, dans le sens où au moins, je le saurais cache, si elle serait ouverte ou pas, sans connaître mes intentions?

Autre chose à laquelle je repense, j'avais raconté a une autre nana que j'étais attirée par un couple, je lui avait demander si ça aurait été son couple, aurait-elle pu être intéressée ou pas par ma proposition, et elle m'avait répondu "franchement ouais, dans la vie faut faire ses expériences, après ça dépend qui est la fille, mais pourquoi pas après tout on a qu'une vie, juste pour essayer quoi!" et sa réponse m'avait laisser tellement d'espoir auprès de la fille de mon couple....

Là ça me fait plusieurs sons de cloche auprès de plusieurs filles hétéros et mono que je connais... je sais pas si ça pourrait marcher et si je pourrais entreprendre ce genre de démarche avec elle... mais je me dit pourquoi pas, comme ça je saurais à quoi m'en tenir sans qu'elle n'est de doute par rapport à moi... serait il pas mieux d'essayer comme ça la prochaine fois que je me retrouve seule avec elle? (surtout que ça ferait quand même moins peur qu'un genre de déclaration par internet ;) ) .

#
Profil

Romy

le samedi 16 juillet 2011 à 19h08

Je pense que même cette fille à qui tu en as parlé ne peut pas vraiment savoir...Si ça se passe dans le bon contexte, et si et si et si... peut-être qu'elle aimerait, elle peut pas vraiment savoir. En tous les cas, les gens devraient se sentir flattés qu'on les aime et les désire, non? Si tu sens que c'est non et que tu ne veux pas les perdre, tu encaisses le coup, et tu passes à autre chose. Ils ne t'en voudront certainement pas! Tu ne perds rien à leur demander. Tu seras fixée...alors que là tu stagnes. Et tu as l'air d'en souffrir. Puis peut-être que ce sera non sur le coup, et après, ça leur trottera dans la tête et ils y repenseront...dans un an, ce pourrait être eux qui prendront les devants :-)

#
Profil

Siestacorta

le samedi 16 juillet 2011 à 19h40

oasis86
La thérapie risquerait d'être très longue alors ! :-) (...) je pense pas que ce soit le bon moment en tout cas pour en commencer une...

J'ai entendu ça de tellement de gens... "c'est pas le bon moment". J'ai pas la culture ni la légitimité pour bien répondre.
Tout ce que je sais, c'est que ces gens qui me disaient ça, au moment où ils me le disaient, souffraient. Des peines et des douleurs morales, présentes, obsédantes. A propos d'eux-même, des autres, dans des situations qui se répètent dans le temps.
Point de vue bête et pragmatique : le meilleur moment pour se soigner, c'est quand on souffre. A moins d'aimer mieux souffrir de façon connue que de changer de façon inconnue.
C'est aussi valable pour un foie que pour l'esprit.

Et si mon père était médecin, je crois que ça m'empêcherait pas de consulter des médecins, quand je suis malade.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le samedi 16 juillet 2011 à 20h43

Romy
Je pense que même cette fille à qui tu en as parlé ne peut pas vraiment savoir...Si ça se passe dans le bon contexte, et si et si et si... peut-être qu'elle aimerait, elle peut pas vraiment savoir. En tous les cas, les gens devraient se sentir flattés qu'on les aime et les désire, non ? Si tu sens que c'est non et que tu ne veux pas les perdre, tu encaisses le coup, et tu passes à autre chose. Ils ne t'en voudront certainement pas ! Tu ne perds rien à leur demander. Tu seras fixée...alors que là tu stagnes. Et tu as l'air d'en souffrir. Puis peut-être que ce sera non sur le coup, et après, ça leur trottera dans la tête et ils y repenseront...dans un an, ce pourrait être eux qui prendront les devants :-)

Donc le mail est toujours une meilleure solution? J'avoue que je me suis même pris la tête encore hier soir à espérer qu'elle ne tombe pas dessus en première au cas où tout le contrôle qu'elle a la ferait paniquer et supprimer le message sans que lui puisse le voir... ça me fait flippé... j'espère juste que ça ne se passera pas comme ça! Après quand on voit le respect qu'ils ont l'air d'avoir l'un pour l'autre, j'espère juste qu'elle gardera le message par respect pour lui si jamais elle, ne veut pas... (je sais qu'ils ont leurs mots de passes réciproques et se connectent sur leurs profils).

Siestacorta
J'ai entendu ça de tellement de gens... "c'est pas le bon moment". J'ai pas la culture ni la légitimité pour bien répondre.
Tout ce que je sais, c'est que ces gens qui me disaient ça, au moment où ils me le disaient, souffraient. Des peines et des douleurs morales, présentes, obsédantes. A propos d'eux-même, des autres, dans des situations qui se répètent dans le temps.
Point de vue bête et pragmatique : le meilleur moment pour se soigner, c'est quand on souffre. A moins d'aimer mieux souffrir de façon connue que de changer de façon inconnue.
C'est aussi valable pour un foie que pour l'esprit.

Et si mon père était médecin, je crois que ça m'empêcherait pas de consulter des médecins, quand je suis malade.

Le problème avec cette dépendance, c'est que oui, je sais que je souffre, c'est en partie la raison pour laquelle j'ai décidé de revenir sur le forum... mais cette souffrance liée à cette dépendance, ne doit pas créé chez moi un état d'impatience qui du coup mène aussi à l'état d’égoïsme en voulant chercher la solution la plus simple qui me pousserait bêtement à leur avouer tout ce qui se passe maladroitement, et trop vite contre ma propre volonté. Ce que je crains beaucoup me connaissant un peu... ayant déjà vécu ça dans le passé, c'est ce qui me fait d'autant plus hésité quand on voit la tournure que ça a pris à la fin, je ne veux simplement pas le revivre, tout en me disant que ça ne pourra jamais être pire avec eux, que ce que j'ai déjà vécu avant... et c'est pour ça que j'hésite encore tant à leur dire... car dans le fond, à cause de cette dépendance, je suis encore plus pommée...

J'essaye juste de prendre du recul, de poser les choses à plat, mais je sais dans le fond qu'une thérapie ferait du bien...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le lundi 18 juillet 2011 à 03h19

Voilà, je viens de leur envoyer le mail en discussion à 3 sur facebook. Ce soir était le meilleur moment, une semaine avant qu'elle retourne au boulot, 3 semaines avant que l'on se revoit, lui ne travaillant pas le lundi matin, j'espère qu'ils pourront le lire tous les deux, prendre du recul et en dialoguer sereinement si l'un des deux se posent des questions... Après ils ne se connectent pas tous les jours sur facebook, ce sont pas des geeks, fréquence de visite assez faible, donc ils peuvent très bien le lire plus tard.

Moi l'état dans lequel je suis... je suis neutre. D'un côté j'ai peur d'être prise pour une folle perverse, de l'autre soulagée... au pire: pas de réponse de leur part, ignorance, et froideur entre elle et moi au boulot... ou encore tous mes collègues me prendront pour une tarée qui fantasme sur les plans à 3, au mieux, ils me répondront poliment non ou oui si ils veulent une expérience...

Ce qui est sûr, c'est qu'ils vont tomber de très haut en lisant ça, et risquent de pas comprendre ce qu'ils leurs arrivent sur le coup, je me dit limite qu'ils pourraient prendre mon mail pour un canular...

A suivre donc...

#
Profil

oasis86

le vendredi 22 juillet 2011 à 01h49

Bonsoir,

Je viens vous donner un peu de nouvelles, donc voilà, on a parler... ils ont découvert mon message pas très longtemps après que je l'ai envoyé... elle la première a parement, et m'a répondu très rapidement. J'ai été plutôt étonné de sa réponse rapide.

J'ai ressenti sa réaction comme une réaction d'hétéro (exclusive) avant tout, mais qui cherche à comprendre... curieuse. Avec le recul, je vois bien qu'elle ne comprends pas le fait que je puisse être attiré par eux deux. Il n'y a pas eu de rejet, et j'en suis ravie... Elle m'a simplement dit qu'elle pense que je suis attirée, non pas part elle et part lui, mais par ce qu'ils représentent en tant que couple, qu'ils représentent le couple que je désirerais avoir, que je devrais essayer de voir ce qui se cache derrière tout ça, plus que de voir l'attirance première que j'ai pour eux deux... je lui ai répondu qu'elle avait tout à fait raison, mais que je les admirais également l'un et l'autre pour leur deux personnalités différentes qui se complètent tant. Sur ça, je lui ai dit que je restait à leur disposition si ils avaient envie d'en parler, et m'a juste répondu qu'elle n'avait rien d'autre à rajouter. Lui n'a pas dis un mot, juste elle qui a envoyer les messages.

Déjà ça m'a fait un bien fou, de voir qu'elle est plutôt ouverte, j'ai senti que je l'ai toucher d'une certaine manière... maintenant on verra comment elle se comportera avec moi lorsque l'on se reverra, je regrette un peu leur avoir dit, mais dans ce qu'elle m'a envoyer comme message, je ne vois ni de réponse négative, ni positive, plutôt comme un esprit neutre, qui cherche à comprendre, et j'adore, car on voit aussi à travers sa réponse toute sa forte personnalité a garder le contrôle... et je l'admire encore pour ça...

Si il y a du nouveau d'ici quelques mois, années, je reviendrais en témoigner avec plaisir, en attendant, je continue de vous lire, en vous admirant pour votre mode de vie, c'est en partie grâce à ici que je me suis autorisée à les aimer tous les deux à la fois...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 22 juillet 2011 à 02h34

Oasis, c'est pas un non franc et massif, mais ça te dit quand même "je comprend pas ton truc" ; et si l'homme était intéressé, il répondrait.

Disons que l'absence de preuve ne constitue pas une preuve, quoi : je peux pas prouver qu'il n'y a pas de licornes roses invisibles, donc il y en a peut-être.
Je peux pas être sûr qu'ils refusent ma demande, donc il l'accepteront peut-être.

Je suis désolé de me montrer un peu rude, mais depuis le début - il y a trois mois - tu racontes une histoire où tu es dans un désir solo, de ton côté, sans qu'ils montrent eux même un jeu de séduction, ou expriment le besoin de plus que de l'amitié.
Typique du fait que tu ignores longtemps le côté seul, : tu dis "on a parlé", alors que de fait, il y a eu une proposition, un refus, pas une discussion entre vous trois. Bon, le pas que tu as fait est un début, mais faut pas te dire que c'est le début d'un succès, que peut-être oui par magie... Non. Tu agis, ou pas.

Ca fait un peu comme les filles au collége, qui étaient amoureuses d'un mec à la récré, mais qui lui ont jamais dit. Désolé pour la comparaison... Mais le mécanisme est le même.

Je cite Littlejohn, qui te disait ça il y a 4 pages :

Littlejohn
- ne jamais croire que tu sais ce que les gens pensent tant qu'ils ne te l'ont pas dit;
- et corolairement : il vaut mieux risquer de passer pour un imbécile en posant une question que de ne laisser aucun doute sur le sujet en ne la posant pas...

Le ressenti amoureux solitaire, vivre le sentiment seul sans que l'autre n'aie vraiment un mot à dire, même si lui a pas envie d'en entendre parler, faire ça quand même dans son coin ça peut être aussi satisfaisant psychologiquement que vivre concrètement une relation, avec ses hauts et bas.
Et même plus satisfaisant encore, puisque dans notre tête secrètement, on peut carrément jurer une fidélité éternelle à quelqu'un qui n'a rien demandé.
"donner sa chemise à des pauvres gens heureux", comme chante Brel...

Mais... si l'amour c'est censé être si merveilleux, pourquoi ne pas essayer carrément de vivre une relation, avec les étapes de séduction, d'incertitude, de découverte intime mutuelle, et aussi les étapes de malentendus, le choix de rester plus longtemps ou de passer à autre chose, le courage d'affronter la peine qu'on a quand ça finit.

SI l'amour est merveilleux, tout cela serait facile et toujours agréable.
Ca ne l'est pas...Des fois oui, des fois non.
Mais c'est pas si grave.

Encore faut-il essayer, et ne pas se planquer derrière la timidité : "les innocents sont des coupables qui manquent d'expérience", alors les timides sont justes des gens qui ont peur de ne pas séduire, mais qui adorent être séduits... Sans rien dire, parce que, ho, si on devait changer de vie, qu'est ce qui se passerait ?

L'aventure, la vraie.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le vendredi 22 juillet 2011 à 04h30

Je vais certainement me paraître un peu froide à mon tour, car je comprends et ne comprends pas bien ta réponse à la fois...

Il y a quelques jours, c'est bien ici qu'on m'a dit de passer aux aveux envers eux lorsque vous avez vu la souffrance dont je devenais dépendante... J'ai envoyer le mail suite à vos conseils, car je les jugeaient bons. Je dis bien dans mon message précédent que je le regrette un peu car en effet comme tu le dis si bien (j'aurais dû plus développer peut être dans mon précédent message cette partie là) Il n'y a pas eu de jeux de séduction (en tout cas de mon côté), pas d' "action" en quelques sortes (pour être encore plus crue) mais cela était pour moi impossible tellement la culpabilité était toujours présente à chaque fois que je les voyaient en face de moi...

Ça fait maintenant plus d'un an que je les connais, pendant pas mal de mois j'ai complètement refuser et refouler ce que j'éprouvais envers eux par peur et gêne, j'ai finis par le concevoir, et ici, on m'a aider à l'assumer et l'accepter, pour pouvoir plus facilement essayer de les "atteindre"... ok, mais la culpabilité a toujours été présente a chaque fois où nous avons été tous les 3 réunis, ou lorsque j'étais avec l'un d'entre eux... et cette culpabilité a créer en moi cette souffrance qu'au final j'ai toujours eu, qui s'est développée petit à petit... (peut être que c'est plus compréhensible expliquer de cette manière). D'où vos conseils de leurs dire... certes de manière maladroite, je le dis moi même, de façon égoïste de ma part, sans essayer de "passer à l'action" entre eux et moi avant (je le redis...)
Maintenant qu'ils le savent, je souffre déjà moins de cette "culpabilité", d'en avoir parler avec elle (certes ce fut furtif, mais ça me suffit, je sais me contenter de peu) aura permit de poser les choses à plat, va pouvoir aussi peut être m'aider désormais à entamer ce jeu de séduction que je n'ai pas réussi à avoir dès le départ, car je sais que désormais c'est eux qui tiennent les cartes du jeu en mains, je peux très bien essayer de commencer à "jouer" désormais et on verra si ils sont réceptifs ou pas.

Maintenant par rapport à leur réponse, je suis pas du même avis que toi, si lui n'a pas parler, je pense que c'est simplement car elle l'aurait sans doute mal pris, car le mec qui réponds à la fille qui le kiffe que ça soit un oui, non ou je comprends pas, ça l'aurait sans doute gênée si elle avait lu ses messages... (ça aussi j'aurais pu développer ma pensée dans mon message précédent). En suite, je dis bien que je trouve leur avis neutre... donc j'ai bien compris en gros, qu'il n'y avait pas de réponse concrète de leur part ;)

Par rapport a l'image du collège que tu me donnes, je comprends tout à fait, puisque j'y ai penser déjà moi même... oui je suis timide, et j'avance doucement... je crois que mon Modus Vivendi aura toujours été "Doucement mais surement"...

Au plaisir de te lire...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Clown_Triste

le vendredi 22 juillet 2011 à 12h56

oasis86
[...]
Maintenant par rapport à leur réponse, je suis pas du même avis que toi, si lui n'a pas parler, je pense que c'est simplement car elle l'aurait sans doute mal pris, car le mec qui réponds à la fille qui le kiffe que ça soit un oui, non ou je comprends pas, ça l'aurait sans doute gênée si elle avait lu ses messages...

A vrai dire, je suis plutôt d'accord avec Siestacorta quand il évoque la tentation de vivre une situation basée sur des histoires que tu te raconterais plutôt que sur des faits, des paroles et des actes réels.

Par contre, je rejoins ton analyse quant à l'absence de réponse de l'homme : ils ont sans doute convenu entre eux qu'il était préférable qu'elle, la fille (hétéro exclusive, sans doute), gère tout ça. Une manière pour lui de ne pas s'impliquer dans une conduite "à risque" pour leur couple. Pas super encourageant pour la suite mais pas surprenant non plus.

Tu sembles satisfaite d'avoir su enfin agir plutôt que de rêver et de culpabiliser dans ton coin. De mon point de vue, c'est bien là le plus important.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 22 juillet 2011 à 14h33

Clown_Triste
A vrai dire, je suis plutôt d'accord avec Siestacorta quand il évoque la tentation de vivre une situation basée sur des histoires que tu te raconterais plutôt que sur des faits, des paroles et des actes réels.

1) J'ajoute : des actes réels de ta part, Oasis, et des prises en compte des actes réels de la leur. Des gestes explicites qui montrent que eux, ou même l'un d'eux, est intéressé par toi dans le sens amoureux où toi tu es intéressée par eux.

2) EN relisant le début de tes interventions, j'ai cru pouvoir conclure que tu n'avais que des expériences de "tomber amoureuse", et pas vécu de relation amoureuse.
C'est exact ?

3) Enfin, Oasis, comme Clown Triste je crois évidemment que c'était bien d'avoir exprimé ton sentiment.
Mais tu es comme beaucoup d'autre internautes qui sont venus parler de leur situation. Dans l'amour, ils ne regardent jamais le fond de leur propre fonctionnement, à chaque fois qu'on leur en parle, ils répondent "oui mais la personne fait ça, dit ça, et je me demande ce que ça veut dire".
Ils regardent toujours du côté où ya du mouvement, mais jamais la cause. Sans jamais se demander " qu'est ce que je sais de l'amour, à part ma fascination pour ce sentiment ? Est-ce que je sais ce qui me rend amoureuse, pourquoi, dans quelles époques de ma vie ? Est-ce que je sais aimer pour de vrai, ou est-ce que je vis une passion ?"

Passion, je te cite wikipedia pour décrire l'origine du mot :
"Passio est pour sa part issu du verbe patior signifiant « souffrir, éprouver, endurer » autrement dit un ensemble d’états dans lesquels un individu est « passif », par opposition aux états dont il est lui-même la cause."

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le vendredi 22 juillet 2011 à 19h18

Il y a des choses avec lesquelles je suis tout à fait d'accord, d'autres moins et qui m'embrouille plus qu'autre choses en fait maintenant dans ta réflexion sur "ma personne".

Siestacorta
1) J'ajoute : des actes réels de ta part, Oasis, et des prises en compte des actes réels de la leur. Des gestes explicites qui montrent que eux, ou même l'un d'eux, est intéressé par toi dans le sens amoureux où toi tu es intéressée par eux.

Là je trouve que tu penses trop en tant que polyamoureux... eux sont mono ET casés, et en plus amoureux l'un de l'autre... comment pourrait ils être intéresser envers quelqu'un d'autre et encore plus explicite envers moi...?

Siestacorta
2) EN relisant le début de tes interventions, j'ai cru pouvoir conclure que tu n'avais que des expériences de "tomber amoureuse", et pas vécu de relation amoureuse.
C'est exact ?

L'absence que j'ai eu sur le forum pendant quelques temps, était liée au fait, que j'ai justement bien eu une aventure, qui m'a fait me remettre en partie en question sur ce que je ressens envers eux, me permettant de vivre autre chose afin de mieux comprendre ce que je voulais également avec eux, mais je n'ai pas voulu m'étaler sur ça ici car cela reste ma vie privée...

Siestacorta
3) Enfin, Oasis, comme Clown Triste je crois évidemment que c'était bien d'avoir exprimé ton sentiment.
Mais tu es comme beaucoup d'autre internautes qui sont venus parler de leur situation. Dans l'amour, ils ne regardent jamais le fond de leur propre fonctionnement, à chaque fois qu'on leur en parle, ils répondent "oui mais la personne fait ça, dit ça, et je me demande ce que ça veut dire".
Ils regardent toujours du côté où ya du mouvement, mais jamais la cause. Sans jamais se demander " qu'est ce que je sais de l'amour, à part ma fascination pour ce sentiment ? Est-ce que je sais ce qui me rend amoureuse, pourquoi, dans quelles époques de ma vie ? Est-ce que je sais aimer pour de vrai, ou est-ce que je vis une passion ?"

Passion, je te cite wikipedia pour décrire l'origine du mot :
"Passio est pour sa part issu du verbe patior signifiant «  souffrir, éprouver, endurer » autrement dit un ensemble d’états dans lesquels un individu est «  passif », par opposition aux états dont il est lui-même la cause."

Oui je suis fascinée par l'amour, peut être que dans le fond j'aime les situations difficiles car comme le dis si bien m'a mère (de son point de vue psy plutôt je pense plus que mère), c'est pour mieux qu'il ne m'arrive rien dans la réalité, afin de ne pas être ébranler, que ce que je "rêve" reste un fantasme dans le fond, je commence à être consciente de cela, peut être que j'aime simplement souffrir de cette "passion" que je me créé des "drames" toute seule, tout ça est lié certainement à mon passé, à de l'inconscient que je souhaite développer si jamais un jour j'irais consulter... mais je n'étais pas venu à la base sur ce forum pour parler de ça. Je veux pas me faire de films, ni être en dehors de la réalité, et c'est bien pour ça au début que je voulais pas éprouver ce que je ressentais envers eux et m'a venu ici à la base était surtout pour être écouter et me rassurer, mais peut être que j'ai simplement encore peur d'agir, de voir jusqu'où cela pourrait aller avec eux. De ce que j'en pense maintenant en parallèle à ce que tu me dis je repense à une phrase du film Vicky Christina Barcelona que l'une des filles du trouple dit "seul l'amour insatisfait peu être romantique" ça me correspond bien ;) Après effectivement, je ne connaît peut être encore rien de l'amour et il me reste tout à découvrir du sujet (je n'ai que 25 ans...).

Et tout ce que je vois désormais, c'est que même si eux ne voulaient pas s'étaler sur le sujet, m'ont juste répondu poliment, ce que j'en conclue avec le recul maintenant qu'ils le savent, c'est que oui je peux revivre à nouveau sans ce poids de culpabilité, et c'est tout c'qui compte...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 24 juillet 2011 à 15h28

Quand je parle à Oasis de la nécessité de prendre en compte les réactions explicites de séduction du couple qu'elle aime, avant de se raconter une histoire "virtuelle" (au se mathématique, pas au sens informatique), elle me répond :

Oasis86
Là je trouve que tu penses trop en tant que polyamoureux... eux sont mono ET casés, et en plus amoureux l'un de l'autre... comment pourrait ils être intéresser envers quelqu'un d'autre et encore plus explicite envers moi... ?

S'il ne seront pas explicites parce qu'il y a d'emblée l'obstacle de leur relation, pourquoi projète-tu une relation avec eux ?

Je dis pas que c'est "mal", je dis que soit il peut y avoir un échange qui construise une relation, soit il n'y a pas d'échange, et dans ce cas il n'y aura pas de relation.
Il y a eu ce message FB, c'est bien. Soit ça marque une étape positive dans une relation possible, dans le sens où c'est un premier échange explicite, soit de leur point de vue c'est non, et c'est la manière la plus soft de le dire.

Pour interpréter ce que leur réaction peut pouvoir signifier, tu n'as que les échanges "non-amoureux" qu'ILS ont eu avec toi. Est-ce que ça ouvrait une possibilité, est-ce qu'à certains moments ça pu laisser croire qu'il pourrait y avoir relation, ou est-ce que l'ambiguïté entre ça et ton désir amorueux, il n'y a que toi pour pouvoir la pointer ? Est-ce que si quelqu'un l'avait vu faire, il dirait plus facilement "ya une ouverture", ou "heu, non, ils sont juste sympas, ça arrive ?"

Enfin, même si ta mère réagit en psy, je veux juste souligner qu'elle te dit à pêu la même chose que la fille du couple et que ce que je t'ai écrit : tu projette un idéal d'histoire, mais tu n'en vis pas encore une.

Une déconvenue amoureuse, c'est déjà une expérience concrète, qui a be&aucoup plus de valeur pour la suite q'une fuite : tu apprends sur toi, et sur les relations aux autres.
Un rêve, ça n'est qu'un truc qu'on peut entretenir à volonté, indépendamment du réel.
Par exemple, j'ai une histoire rêvée fantastique avec ma voisine. Des fois elle me sourit. Et je lui dirai jamais rien, mais dans mon coeur je sais que tout est possible, et même si elle a un mari, qu'elle déménage dans deux mois, et qu'en plus elle déteste Paris, au fond, je sais que l'amour strobo et que ce serait génial si on s'en parlait, mais bon, on dit rien comme ça pas de déception.

(je suis dans la satire, pour ce dernier paragraphe, je pense pas que tu en sois à ce point, mais c'est pour faire un schéma de l'impasse relationnelle de l'attitude "je vous aime de loin même si rien ne permet de dire que ça change quelque chose pour vous".)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le dimanche 24 juillet 2011 à 21h36

Une question... tu es psy? (je rigolle... enfin pas trop quand même car à te lire on a l'impression que tu as envie d'analyser ma vision que j'ai de l'amour, et pourquoi j'ai cette impression d'être tombée amoureuse d'eux ;) )

Siestacorta
Quand je parle à Oasis de la nécessité de prendre en compte les réactions explicites de séduction du couple qu'elle aime, avant de se raconter une histoire "virtuelle" (au se mathématique, pas au sens informatique), elle me répond :

S'il ne seront pas explicites parce qu'il y a d'emblée l'obstacle de leur relation, pourquoi projète-tu une relation avec eux ?

Je dis pas que c'est "mal", je dis que soit il peut y avoir un échange qui construise une relation, soit il n'y a pas d'échange, et dans ce cas il n'y aura pas de relation.
Il y a eu ce message FB, c'est bien. Soit ça marque une étape positive dans une relation possible, dans le sens où c'est un premier échange explicite, soit de leur point de vue c'est non, et c'est la manière la plus soft de le dire.

Je crois que la première "chose" ou sensation que j'ai dû voir dans leur couple, c'est qu'il n'y avait pas cette idée "d'appartenance" en fait. On sent qu'ils ne s'appartiennent pas l'un, l'autre (alors qu'on a cette sensation en voyant presque tous les couples que l'on croise dans la rue ou au cinéma), eux ne l'ont pas, mais alors pas du tout, presque comme ci ils vivaient l'un a côté de l'autre, tout en nous montrant cette force qu'ils ont de s'aimer l'un l'autre, sans avoir besoin de preuve d'amour tous les deux devant nous pour se sentir amoureux. Ils savent qu'ils le sont et ça leur suffit, et je suis admirative de cette façon qu'ils ont de s'aimer que je n'avais jamais vu auparavant. C'est la première chose que j'ai remarquer chez eux je crois inconsciemment et c'est ce qui m'a toucher. (Ce qui expliquerais aussi ce que me disais la fille du couple dans son message, que je ne suis pas la seule à trouver qu'ils ont quelque chose de "différent") C'est de cette manière que j'ai senti qu'ils seraient -peut être- ouvert à une proposition extérieure (quelle qu'elle soit), mais jamais je n'envisageait au début d'essayer de réaliser mon fantasme, tant j'ai de respect envers eux et le couple qu'ils forment (respect dont je leur parle d'ailleurs dans le mail que je leur ai envoyer)
Et comme on en a déjà parler, je pense qu'ils ont voulu répondre de manière neutre, pour pas me heurter, et passer en suite à autre chose comme ci de rien était, et je respecte ça à 200% si c'est ce qu'ils souhaitent.

Siestacorta
Pour interpréter ce que leur réaction peut pouvoir signifier, tu n'as que les échanges "non-amoureux" qu'ILS ont eu avec toi. Est-ce que ça ouvrait une possibilité, est-ce qu'à certains moments ça pu laisser croire qu'il pourrait y avoir relation, ou est-ce que l'ambiguïté entre ça et ton désir amorueux, il n'y a que toi pour pouvoir la pointer ? Est-ce que si quelqu'un l'avait vu faire, il dirait plus facilement "ya une ouverture", ou "heu, non, ils sont juste sympas, ça arrive ?"

Pour moi il n'y a jamais eu d'ouverture de leur part, c'est bien aussi ça qui me poussait à ne pas agir en face d'eux... car tant que eux sont heureux ensemble, c'est presque j'aurais peur de gâcher un bout de leur histoire, ce qui rejoint ce que tu me dis un peu plus bas "une déconvenue amoureuse, c'est déjà une expérience concrète", peut être n'ai-je pas voulu agir plus que ça envers l'un, ou l'autre, pour ne pas souffrir, mais également pour ne pas les faire souffrir l'un ou l'autre car je les aimes tous les 2, mais dans le fond j'aime aussi l'amour qu'ils se portent encore plus que les 2 séparément, donc j'avais trop peur d'agir maladroitement au détriment de l'un ou l'autre...
Il y a aussi le fait, qui, comme je l'avais dit au début de mon sujet, pour eux, des collègues restent des collègues, personne ne les connais vraiment plus que ça au travail, ils sont très discrets et se protègent beaucoup l'un l'autre face à la grande équipe que l'on a, et ça tout le monde le ressent en les voyant, encore une raison pour laquelle il était difficile de rentrer dans leur couple et d'agir plus que dans le rêve ou le fantasme... ce qui nous amène à ton dernier paragraphe:

Siestacorta
Enfin, même si ta mère réagit en psy, je veux juste souligner qu'elle te dit à pêu la même chose que la fille du couple et que ce que je t'ai écrit : tu projette un idéal d'histoire, mais tu n'en vis pas encore une.

Une déconvenue amoureuse, c'est déjà une expérience concrète, qui a be&aucoup plus de valeur pour la suite q'une fuite : tu apprends sur toi, et sur les relations aux autres.
Un rêve, ça n'est qu'un truc qu'on peut entretenir à volonté, indépendamment du réel.
Par exemple, j'ai une histoire rêvée fantastique avec ma voisine. Des fois elle me sourit. Et je lui dirai jamais rien, mais dans mon coeur je sais que tout est possible, et même si elle a un mari, qu'elle déménage dans deux mois, et qu'en plus elle déteste Paris, au fond, je sais que l'amour strobo et que ce serait génial si on s'en parlait, mais bon, on dit rien comme ça pas de déception.

(je suis dans la satire, pour ce dernier paragraphe, je pense pas que tu en sois à ce point, mais c'est pour faire un schéma de l'impasse relationnelle de l'attitude "je vous aime de loin même si rien ne permet de dire que ça change quelque chose pour vous".)

Ta dernière citation me convient parfaitement... et tu as le droit de me dire que ta "satire" me correspond car c'est le cas. Au moins dans mes rêves, je peux continuer à les aimer autant que je le voudrais, ça ne changera pas la réalité, mais je préfère les aimer en les voyant heureux ensemble, plutôt qu'en les voyant malheureux à cause d'une erreur que j'aurais pu commettre si je m'étais trop rapprocher de l'un ou de l'autre... (ce qui rejoins ce que je disais plus haut).

"l'idéal d'histoire" je le sais, c'est sur ça que je voudrais travailler en thérapie, pour me décoincer par rapport à ça, que cette stagnation qui m'amène à cette souffrance que j'ai disparaissent pour me laisser plus aller à l'aventure et l'action vers les personnes que j'aime pour pouvoir enfin agir sans culpabilité ou autres prises de tête, je veux aller dans cette direction là en thérapie pour avancer et débloquer ce qui se passe dans mon inconscient.
Je savais que si je leurs envoyais ce mail, je déboucherais une fois de plus sur un truc inachevé me laissant dans mes mes rêves et fantasmes. Que c'était pour mettre un terme à ma souffrance perso, plutôt que d'agir par rapport à eux et ce que je pourrais leur apporter, ça j'en suis consciente, mais je culpabilise moins désormais, voir presque plus grâce a ce soulagement de cette vérité qui a enfin éclaté, et grâce à ça, peut être que je pourrais quand même essayer de faire bouger les choses si ouverture de leur côté il y a toujours... et à ce moment là on verra bien où ça nous mènera...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 25 juillet 2011 à 11h13

Non, je suis pas psy du tout.
Je me suis posé des questions, j'aime que les gens s'en posent, et j'aime intensément l'honnêteté envers soi-même.

Alors si ya des bouts de psys qui se baladent là-dedans, c'est normal, certains outils psy sont bien utiles pour voir clair sur soi-même.
Mais pour ces questionnements, on peut utiliser de tout, outils un peu psy, un peu l'expérience, un peu de philo.. Yen a qui mettent du spirituel et trouvent consolation dans les bras de mère-nature... (comment ça, j'ironise ? Mais non j'suis pas cruel).

Bref : ici, tu as un espace pour faire des confidences, réfléchir. Si tu veux que ce soit bon, tu prends plein de questionnement, même si ça gratouille à la psy.... Au final on s'en fout, c'est ce que tu en FERAS toi qui compte.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 25 juillet 2011 à 11h17

Sinon, juste pour te faire relier deux points de ton regard sur ces évènements

Oasis
Pour moi il n'y a jamais eu d'ouverture de leur part,

et

Oasis
cette vérité qui a enfin éclaté, et grâce à ça, peut être que je pourrais quand même essayer de faire bouger les choses si ouverture de leur côté il y a toujours...

Sois honnête, accepte la coexistence d'une part "rationnelle", qui sait un peu ce qui se passe, et unbepart "émotionnelle", qui attend des trucs.
Elles n'ont tort ni l'une ni l'autre. Mais pour pas souffrir, faut déterminer ce que tu veux.
Le seul pont entre ton idéal et ta réalité actuelle, c'est tes actes.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oasis86

le lundi 25 juillet 2011 à 12h19

Siestacorta
Mais pour pas souffrir, faut déterminer ce que tu veux.
Le seul pont entre ton idéal et ta réalité actuelle, c'est tes actes.

Oui, et sur cette dernière phrase, je vais revenir sur sa réponse alors qu'elle m'avait envoyer.

C'est vrai que pour moi il n'y a pas d' "ouverture" de leur part, mais le fait qu'elle m’aie répondu (même si ils l'on fait part politesse, pour que l'on passe plus vite à autre chose) cela laisse quand même une ouverture, elle attendait quand même une réponse de ma part, et un dialogue (même si il était court), elle a chercher à comprendre.

Ce que je regrette c'est que au moment du dialogue, je n'ai pas vu qu'elle ne comprenait pas que je suis attirée par eux deux, (peut être qu'ils ne veulent aussi simplement pas le comprendre pour se protéger aussi, ça je peux pas le savoir) je m'en suis rendue compte qu'avec le recul, sinon, j'aurais peut être pu lui expliquer d'avantage le pourquoi du comment, ce qui l'aurait mener peut être à d'autre questions qu'elle aurait pu me poser. J'ai loupé un coche, mais on peut très bien y revenir d'ici quelques temps, je ne sais pas si le dialogue est définitivement fermer, et seul le temps le dira, ce qui est sûr c'est que effectivement j'agirais certainement plus facilement avec eux désormais.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion