Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Texte] Faire ses déclarations d’intérêt, d'Alex Léo Maxence oct 2020

Romantisme
#
Profil

artichaut

le jeudi 29 octobre 2020 à 16h39

Texte de Alex Léo Maxence dispo sur facebook uniquement.

Une personne que vous connaissez peu vous fait envie ? Faites votre déclaration d’intérêt !

L’idée serait de décider, de préférence quand nous commençons à faire connaissance avec une personne, d’exprimer que nous vivons de l’intérêt (à préciser comme attirance ou affection, d’un certain type et d’une certaine intensité) envers cette personne. La pratique existe déjà : parfois nous avons le courage de le faire tôt, parfois nous mettons beaucoup de temps à le faire ; et parfois nous n’osons jamais le faire.
Des personnes expriment spontanément, dans le cours d’un échange, ce qui leur suscite de l’intérêt pour une personne. Cette expression spontanée prend souvent la forme d’une plaisanterie ou d’un propos léger ; ça peut prendre aussi une forme maladroite et malaisante, voire alimenter une forme de harcèlement. Il est des formulations plaisantes heureuses : le message est alors compris, sans prendre un aspect solennel. Je remarque cependant que la forme plaisante et légère requiert d’une part une certaine habileté en la matière, et d’autre part, peut donner l’impression que le contenu est de peu d’importance − alors que l’intérêt qui est vécu par la personne qui veut l’exprimer est justement vécu comme important.
C’est là que je vois un avantage à formaliser l’expression de ce qui suscite de l’intérêt : s’offrir la possibilité d’être pleinement entendu sur cela.

La trame pour cette formalisation m’est venue du champ politique : une personne déclare ses intérêts (liens avec des structures privées) au début d’un mandat politique ou d’une prise de poste d’expertise. Il s’agit d’une pratique automatique, pour que nous en sachions davantage sur ce qui peut influencer les décisions et actions de cette personne.
De la même manière, je vois la déclaration d’intérêt dans le champ affectivo-sexuel comme une pratique préventive en vue de clarifier notre positionnement par rapport à une personne, et donc clarifier ce qui pourrait altérer le comportement qui est attendu de nous.

Prenons un exemple : au cours de la première semaine de travail à son nouveau poste, une personne reçoit une déclaration d’intérêt d’une collaboratrice, pour clarifier la situation sachant que ces deux personnes vont être amenées à se voir régulièrement. En effet, le comportement attendu pour ces deux personnes est celle de personnes interagissant de manière peu personnelle en vue de la réalisation de tâches liées à leur poste. Idéalement, la déclaration d’intérêt lève les ambiguïtés qui pourraient surgir autrement ; par exemple autour d’un plaisir pris à rendre service à cette collaboratrice plus important qu’habituellement généré par cet acte.

La déclaration d’intérêt, en pratique

Telle que je l’imagine, la déclaration d’intérêt dans le champ affectivo-sexuel a vocation à être formalisée. Cette formalisation peut la rendre plus facile à faire et moins stressante pour les deux personnes impliquées.

La position de destinataire d’une déclaration d’intérêt est pour le moins délicate, pour de multiples raisons. Parfois, c’est parce que nous avons l’impression de devenir un objet, d’être capturé dans le théâtre de désirs vifs qui nous sont très étrangers, voire dérangeants ; parfois, parce que nous peinons à recevoir des compliments, ou que nous n’aimons pas beaucoup ce qui est présentement valorisé par une personne. Pour réduire cet inconfort, il vaut mieux en premier présenter le concept de la déclaration que nous souhaitons faire à la personne destinataire, et attendre voir comment elle le reçoit. Si la personne en fait une réception favorable, nous pouvons alors lui demander son consentement : « j’aimerais te faire une déclaration d’intérêt ; aimerais-tu l’entendre ? » Cette demande de consentement peut donner lieu à un moment de métacommunication (communication sur la manière de communiquer) pour savoir quel est le format de déclaration le plus confortable pour la personne destinataire : à l’oral, à l’écrit, plutôt court, plutôt détaillé, maintenant ou plus tard. Ce moment facultatif construit de la confiance et du lien ; il contribue à réduire le stress vécu lors de la déclaration. Enfin, d’expérience, il semble que la déclaration est d’autant plus efficace que la personne se déclarant se sent entendue par la personne destinataire. Il est donc bon de préciser, au besoin, à la personne destinataire qu’elle peut s’exprimer en détails sur comment elle reçoit cette déclaration (peur, gêne, intérêt, joie, plaisir, etc. et la manière elle s’explique ces réactions).

La déclaration d’intérêt correspond à l’intention d’exprimer tout ce qui est laissé comme tacite jusque là et qui suscite de l'intérêt. Elle est donc idéalement dépourvue de demande implicite. Elle peut être l’occasion de formuler une demande (explicite et précise) ; alors, cette demande peut servir à préciser l’intérêt suscité.

C’est parce qu’elle est censée mettre fin à ensemble d’éléments tacites jusque là qu’à mes yeux la déclaration d’intérêt gagne à être exhaustive. Pour ne pas manquer une « miette » de ce qui suscite de l'intérêt en nous pour une personne, je propose une liste des différents types de causes d'intérêt :
- une attirance (esthétique, sensuelle ou sexuelle)
- un élan affectueux (j'imagine qu'il s'accompagne souvent d'une attirance sensuelle, pour du contact affectueux)
- l'appréciation de qualités que nous percevons chez la personne
Dans toutes ces composantes, je pense que le souci de précision peut être utile ; en particulier utile, pour éviter de susciter des projections erronées et parfois effrayantes, chez la personne destinataire.
Pour l'attirance, la précision peut venir avec l'expression d'une envie satisfaisant cette attirance. Exemple : enlacer, caresser, embrasser, etc.
L'élan affectueux peut être précisé en décrivant des ressentis corporels, ou en utilisant des métaphores (« je me sens débordé d'affection pour toi »). Il peut donner lieu à une envie de surnommer la personne de manière affectueuse. C'est le moment de s'exprimer à ce sujet. ?La liste des qualités peut être enrichie de propos sur pourquoi ces qualités sont importantes pour nous.
À cela peut s'ajouter enfin des demandes : que ce soit que notre déclaration soit entendue, que la personne s'exprime par rapport à comment elle reçoit cette déclaration, ou encore une demande de pratique partagée.

*** Merci à toutes les personnes avec qui j’ai pu échanger autour de ce concept (en particulier sur le groupe Anarchie relationnelle), et qui m’ont offert assez de matière pour l’enrichir et le préciser considérablement. Cet article est donc le fruit d’une élaboration collective. ***

Alex Léo Maxence

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion