Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Entre monogamie et polyamour : la grande confusion

Monogamie
#
Profil

Bread

le lundi 12 août 2019 à 12h40

Bonjour à tous :')

Si je viens aujourd'hui vers vous, c'est pour essayer de me lancer sur de nouvelles pistes de réflexion.

J'ai 28 ans et je suis en couple depuis 4 ans avec un homme très, très monogame. Quant à moi, il m'est arrivé d'avoir des crushs qui ne sont pas allés très loin (je me définis comme pansexuelle). J'ai toujours voulu croire que l'Amour est la solution ultime, qu'une fois que je serais dans une relation stable, fini les doutes, finie l'insécurité. Mais voilà, ça fait quelques mois maintenant que je vis dans une certaine confusion. Mon partenaire est aimant, stable, et bourré de normes (il veut ses enfants, sa maison, son jardin...) alors que j'ai toujours eu tendance à vivre en dehors de ces mêmes règles (cadre familial pas très sécurisant, liberté sexuelle acquise dans l'adolescence,...). Et depuis quelques temps, je me sens comme un petit vortex en perdition : je ne me sens jamais aimée, jamais assez comprise. J'ai des gros besoins émotionnels qui ont eu du mal à être comblés.

En parallèle à tous ces petits soucis qui concernent mes propres insécurités, je connais un couple qui est ouvertement poly depuis quatre ans. Je suis très proche d'eux, j'ai rencontré plusieurs des partenaires de ma meilleure amie et son compagnon principal est d'une très grande sensibilité. J'ai donc commencé à avoir des doutes sur mon propre mode de fonctionnement, parce que le poly, dans un sens, me semble plus constructif, plus axé sur le partage émotionnel. Il pousse à aller vers des gens plus sensibles que la majorité des gens qui vivent dans notre société (dont mon propre conjoint, qui a beaucoup de mal à déconstruire ses habitudes. Pour moi, qui suis très émotionnelle, c'est dur de ne pas pouvoir dire tout ce qu'il se passe dans ma tête). Sauf que je ne recherche pas spécialement de nouvelles relations sexuelles dans le poly ; je pense être suffisamment comblée à ce niveau-là par mon partenaire. Et on s'est séparé une fois devant l'expression de ma confusion, mon souhait d'être plus soutenue émotionnellement, pour être à présent dans un espèce de flou relationnel.

Du coup, mes demandes sont les suivantes :

- Si je n'ai pas envie de m'investir sexuellement, qu'est ce qui distingue des partenaires de poly' des amis que l'on peut avoir en général ? (j'ai un cercle d'amies qui est assez solide pour le coup)
- Étant donné que je suis très insecure (manque de confiance en moi-même), comment construire une relation poly saine alors que j'ai déjà du mal avec la monogamie ? Lorsque j'en ai parlé à mon compagnon, il m'a dit très clairement qu'il pensait que j'étais trop jalouse pour le poly (j'ai tendance à toujours penser qu'il va me quitter pour une personne plus solaire, plus intéressante que moi)

De plus, j'aimerais savoir si certains d'entre vous ont déjà quitté volontairement une relation mono et comment ça s'est passé pour eux. Et j'aimerais discuter avec des gens poly, afin de recueillir des témoignages divers et me faire ma propre opinion de tout ce petit monde (et faire de nouvelles rencontres également. Je suis très ancrée dans la norme à cause de diverses attentes et j'aimerais découvrir plus en profondeur ce milieu qui me fascine).

Je trouve que la question du poly est très intéressante, mais pas évidente à traiter. J'ai découvert que j'étais pansexuelle assez tôt et c'était une évidence, ce qui est loin d'être le cas avec le poly. J'ai conscience que même si je me lance là-dedans, c'est loin d'être une solution à tous mes problèmes et je me demande parfois si ce type de projet n'est pas un peu chimérique. Du coup, voilà, je ne sais plus où j'en suis : rester dans ma relation actuelle et essayer de travailler sur mes insécurités, ou me tourner vers un milieu dans lequel je n'ai même pas la certitude de me plaire ?

Donc, par quel parcours mental êtes-vous passés ? Qu'est-ce qui vous a menés à la porte du poly ?

Merci d'avance pour vos réponses :') je vous souhaite une merveilleuse journée !

(EDIT : Je n'ai encore rencontré personne avec qui j'envisage une relation poly)

Message modifié par son auteur il y a 8 jours.

#
Profil

bonheur

le lundi 12 août 2019 à 14h20

Bonjour Bread,

C'est un post qui résume et en temps un condensé de petites choses. Je vais tentée d'en faire le tour mais je doute avoir le temps nécessaire pour exprimer tout ce qui m'est venu à l'esprit en te lisant.

Tu te questionnes au préalable de toute action… (+) . Tu n'obtiendras pas de réponses à 100%, tout simplement parce que tu es unique et que personne ne peut savoir. Et puis, ton compagnon est unique aussi, donc il influe obligatoirement. Donc aucune réponse exacte, aucune vérité absolue et mon discours ne sera que le reflet de moi.

Bread
Qu'est-ce qui vous a menés à la porte du poly ?

Dans mon cas une combinaison de ma nature profonde, un événement déclencheur qui m'a fait sortir de ma zone d'endormissement dans une norme où je sommeillais gentiment, mais sans y vivre vraiment, et le fait d'aimer l'homme qui partage ma vie et de m'apercevoir avec au départ stupeur et désorientation mon amour pour un autre homme. L'honnêteté envers moi-même, la reconnaissance émotionnelle et ensuite exprimer à ces deux hommes…

Bread
Donc, par quel parcours mental êtes-vous passés ?

Ben au départ, il a fallu que je fasse le point avec moi-même, avec mon chéri (l'autre homme ayant fuit la situation alors que nous étions inséparable auparavant), sachant que le polyamour, je ne connaissais pas (c'était en 2007). Malgré tout, mon chéri (mono encore aujourd'hui) et moi (devenue polyaffective) avons évoluer dans le sens que l'amour et l'amour n'était pas incompatible et surtout qu'un amour n'était pas plus honteux ou défaillant qu'un autre. En 2011, notre cheminement a évolué dans un sens de l'acceptation total, y compris envers mon entourage, en apprenant par hasard que cette philosophie de vie portait le nom de polyamour. Il était temps :-D (+)

Bread
- Si je n'ai pas envie de m'investir sexuellement, qu'est ce qui distingue des partenaires de poly' des amis que l'on peut avoir en général ? (j'ai un cercle d'amies qui est assez solide pour le coup)

Euh, tout dépend ce que tu appelles aimer. Pour certaines personnes, l'amour impose une sexualité. Pour d'autres comme moi, ce n'est pas le cas. Il n'existe pas un amour uniforme mais autant de manière d'aimer que de ressentis. Le sexe ne s'invite pas obligatoirement. Tu remarqueras d'ailleurs que je me dis polyaffective et non polyamoureuse. Ce terme exprime que pour moi, aimer c'est avant tout une émotion intérieure, qui répété fait naître ce sentiment particulier, ce ressenti jamais identique mais que je reconnais toujours.

Mes amis, c'est différents. Après, on peut mettre le mot ami pour désigner une personne que l'on aime, mais qui ne le sait pas encore ou à qui on ne le dira jamais, car cette personne fuirait la situation. Dire à une personne qu'on l'aime, fait peser sur les épaules de cette personne une charge qui peut peser. C'est idiot, mais c'est ainsi. Du coup, la concordance entre les mots et ce "truc" qui se produit à l'intérieur, ben… Moi j'aime la franchise, l'honnêteté, la sincérité, l'authenticité, mais certaines personnes peuvent se satisfaire d'un flou. C'est suivant les individus.

Je discuterai volontiers de cela au cours de ce fil de discussion (ou d'autres). C'est un sujet qui me touche particulièrement.

Bread
J'ai donc commencé à avoir des doutes sur mon propre mode de fonctionnement, parce que le poly, dans un sens, me semble plus constructif, plus axé sur le partage émotionnel. Il pousse à aller vers des gens plus sensibles que la majorité des gens qui vivent dans notre société (dont mon propre conjoint, qui a beaucoup de mal à déconstruire ses habitudes. Pour moi, qui suis très émotionnelle, c'est dur de ne pas pouvoir dire tout ce qu'il se passe dans ma tête). Sauf que je ne recherche pas spécialement de nouvelles relations sexuelles dans le poly ; je pense être suffisamment comblée à ce niveau-là par mon partenaire. Et on s'est séparé une fois devant l'expression de ma confusion, mon souhait d'être plus soutenue émotionnellement, pour être à présent dans un espèce de flou relationnel.

Bravo de t'interroger ! Oui, le polyamour peut répondre à l'attitude naturelle de personne très en phase avec leurs émotions. Je me suis découverte à la fois hyperémotive à la fois hypersensible (donc réceptive intensément à mes émotions et à celles des autres). Et ça fait partie de la découverte de soi. Le polyamour amène souvent à se concentrer sur le développement personnel et la compréhension des différences. Comprendre chaque individu dans son individualité (sa vrai nature, pas le conditionnement), dans son intégrité. Les poly chassent souvent les normes, les dictats, les idées toutes faites, les évidences au nom de…

Bread
Mon partenaire est aimant, stable, et bourré de normes (il veut ses enfants, sa maison, son jardin...)

C'est sa vision et elle est sienne. Je veux dire, s'il pense cela comme étant une résultante d'un libre arbitre et que son aspiration authentique est ainsi, alors oui. Le fait d'avoir une maison n'entre pas en conflit avec le polyamour. Le fait d'avoir un jardin non plus. Quant aux enfants, ils ne sont pas nécessairement une contradiction à cette philosophie de vie. Et puis, perso, nous avons tout ça et c'est agréable d'avoir son chez soi, suffisamment spacieux pour y inviter les gens que l'on aime. Il m'est arrivé qu'un amoureux veille sur nos enfants (ados) pendant que mon chéri et moi passions quelques jours de congés chez un autre amoureux.

Pour ce qui est de l'insécurité et de la jalousie, je préfère laisser la parole à d'autres. Ils auront un discours plus pertinent que le mien

#
Profil

ourscalin

le mercredi 14 août 2019 à 18h12

Notre entrée dans le poly, c'est fait pour lutter contre la jalousie et la possessivité, se donner le droit à d'autres relations, poly affective pour elle, poly je sais pas encore pour moi. Mais ce qui en ressort c'est notre projet de vie renforcé, un amour plus pur : on est ensemble car nous l'avons choisi, on s'est choisi car on s'aime comme on est et on s'aime libre.
Voilà pour résumé, chaque personne que l'on rencontre apporte un plus à notre vie.

#
Profil

Guermantes

le jeudi 15 août 2019 à 00h00

Ourscalin, je n'aurais pas dit mieux!
"Mais ce qui en ressort c'est notre projet de vie renforcé, un amour plus pur"
C'est ce qui ressort aussi pour nous au fil de cette nouvelle façon d'envisager le couple.
Bien sûr, la jalousie demeure, les interrogations aussi. Mais la communication et la transparence, ainsi que la confiance aident beaucoup.

#
Profil

bonheur

le jeudi 15 août 2019 à 11h20

Le polyamour n'est pas une simplification de vie. Bien au contraire. Toutefois, si certain-e-s adoptent cette philosophie de vie, y compris pour les personnes restant mono (polyacceptante), c'est justement pour ces raisons. La pureté, le renforcement, une réalité partagée et des liens-relations au plus près de l'authenticité.

Si tout ceci n'est pas la résultante d'un cheminement, je conçois difficilement que le polyamour puisse se vivre avec bonheur

#
Profil

Guermantes

le jeudi 15 août 2019 à 11h41

Et ce cheminement se fait toute la vie à mon avis.
Tant le cheminement personnel que le cheminement dans le couple.

#
Profil

bonheur

le jeudi 15 août 2019 à 11h58

(+)

#
Profil

ourscalin

le jeudi 15 août 2019 à 15h31

Guermantes
Ourscalin, je n'aurais pas dit mieux!
"Mais ce qui en ressort c'est notre projet de vie renforcé, un amour plus pur"
C'est ce qui ressort aussi pour nous au fil de cette nouvelle façon d'envisager le couple.
Bien sûr, la jalousie demeure, les interrogations aussi. Mais la communication et la transparence, ainsi que la confiance aident beaucoup.

Oui tu as tout résumé dans ta dernière phrase.

#
Profil

Guermantes

le jeudi 15 août 2019 à 18h18

C'est beau les résumés théoriques ?... Mais en pratique, c'est parfois loin d'être évident!
Pour en revenir à ton témoignage Bread, je ne peux que te parler du cheminement de mon compagnon, à qui il a fallu des années pour se rendre compte, ou oser se révéler, qu'il avait toujours été amoureux de plusieurs personnes et que c'était la façon dont il devait vivre pour ne pas se perdre. Dans son cas, cela lui est intrinsèque !
Ensuite, il m'a fallu -et il me faut encore - du temps pour pouvoir vivre avec mon amoureux selon ce nouvel éclairage.
Mais... c'est possible! Ce n'est pas un long fleuve tranquille, mais ça a en vaut la peine, et si le doute ou les angoisses s'installent, nous en discutons.
Donc voilà. Pour nous, cette entrée dans le poly se passe plutôt bien.
Si tu ne te sens pas "secure" d'un point de vue affectif, le poly peut peut être t'y aider ou révéler tes failles! C'est important à mon avis que tu te sentes suffisamment en paix avec toi même. Mais ce n'est que mon avis.
Je ne suis pas poly, mais il a fallu que je fasse un sacré travail sur moi même pour me défaire de ma dépendance affective, et pour arrêter de me dire que je ne pouvais combler personne...
En fait, l'autre n'est pas là pour combler un vide. Sinon, on est toujours en recherche de cela et on ne cherche pas sa propre plénitude.
J'epere ne pas avoir été trop confuse et avoir répondu en partie à tes questions.

#
Profil

Bread

le dimanche 18 août 2019 à 16h06

Bonjour tout le monde et merci pour vos réponses ! J'ai tardé à répondre sur ce fil, parce que j'ai passé un certain temps à réfléchir à tout ce que cela signifie. Je me suis notamment reconnue dans ce que tu as dit, Guermantes, cette idée de trouver sa voie "pour ne pas se perdre". Je comprends à présent que la vision de mon compagnon (la maison, les enfants, tout ça) est valide pour lui, même si je n'arrive pas à m'inclure dedans : je me doute qu'avoir des enfants n'est pas forcément contre-indiqué, mais c'est davantage relié à mes propres blocages (peur de la grossesse et du nouveau statut de "mère").

J'aime bien cette idée de se "rechoisir" en permanence : est-ce que dans le poly il y a moins de risque de tomber dans la routine ? Comment est-ce que ça se gère avec les NRE ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion