Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

En amour, il n'y a pas de justice

Témoignage
#
Profil

johnsenna

le samedi 27 juillet 2019 à 22h50

Bonjour à toutes et à tous,

Je voulais partager ma première expérience avec une femme (je l'appellerai Lune) qui est actuellement en couple libre.
Celles et ceux qui auraient un peu le blues, je préviens: ça n'a pas été top... plutôt chaotique même (fortes névroses, quelques mois, hyperpassionnel)

@johnsenna, la trentaine, homme abandonnique, je n'ai pas été en couple depuis quelques années pour travailler sur moi-même. Mono, j'en ai même profité pour déconstruire. Je pourrais devenir polyacceptant (nous verrons quand la question se posera: entre la théorie et la pratique...).
Lune, elle aussi la trentaine, non contente d'avoir un trouble de l'estime de soi, a été trompée (plusieurs fois) dans sa précédente relation qui se devait exclusive. Elle est dans sa relation actuelle depuis 5 ans (au début exclusive).

Le courant est passé rapidement avec Lune (site de rencontres). Alors que nous nous découvrions j'ai lancé un très innocent "[...] puis tu vas m'annoncer que t'es polyamoureuse". Ce à quoi elle a répondu un peu plus tard "je suis effectivement en couple libre (non pratiquante) mais n'ai pas voulu te le dire de peur que tu ne veuilles plus me parler".

J'ai trouvé la réponse à la fois charmante et étrange, mais la situation me convenait bien: je ne me sens pas assez stabilisé/sécurisant pour vivre la conjugalité (désir profond néanmoins).

Je rencontrais Lune en face-à-face quelques jours plus tard. Belle, touchante etc... Je me permettais de la questionner sur ce qui était convenu dans son couple. Elle s'est montrée extrêmement mal à l'aise, me donnant l'impression que la décision lui était imposée. Je lui ai donc demandé si c'était le cas, elle a infirmé, puis balayé le sujet. J'ai tout de même obtenu qu'elle ne pensait pas consommer l'ouverture, et j'étais en fait simplement le premier qu'elle acceptait de rencontrer. Nous avons échangé un tendre baiser lorsque nous nous sommes quittés.

Cette première rencontre m'avait refroidit, le discours ne me semblait pas assez assuré. Mon instinct m'alertait: à cette étape de ma vie, il me faut une personne/situation plus claire. Très loin d'être aromantique, j'ai cédé à mon cœur.

Lune ne supportant pas que son ami puisse avoir seulement du désir pour d'autres, ils ont fini par se séparer pour se remettre ensemble. Elle a alors suggéré d'ouvrir leur relation pour permettre à son ami de vivre d'autres expériences sans prendre le risque de se sentir trahie une nouvelle fois.
(Et d'ailleurs, moi qui pensais qu'il s'empresserait d'accepter, apparemment... non. Bref !)
Le contrat implique pas de rapports chez eux, il ne veut rien savoir, Lune si.

A mes yeux, relation libre implique seulement les rapports sexuels. Durant l'une de nos nombreuses discordes, Lune indiquait ne pas faire de différence entre polyamour et relation libre. Sûrement car elle ne voulait pas avoir des relations sexuelles "sans sentiments" (ou qu'elle n'a pas bien fait ses devoirs). Pas de problème, j'étais bien attaché, elle aussi (je crois ?). J'aurais pu m'en satisfaire mais quelque chose bloquait: j'avais du mal à accepter que le temps qu'elle pouvait m'accorder n'était articulé que par l'emploi du temps de son ami (et de son propre temps libre pour elle bien entendu). Je constatais qu'elle avait l'air heureuse avec moi, semblant passer de bons moments, traînait un peu la patte (mais pas trop) lorsque c'était l'heure de rentrer chez elle.

Je me suis promis dès le départ que je ne lui poserai jamais d'ultimatum, ni de choix à faire. De ses dires, elle reste amoureuse du principal. J'ai proposé deux fois de parler de moi à son ami. C'est-à-dire que les derniers temps, elle a évoqué à plusieurs reprises un sentiment de culpabilité, tout en se convainquant qu'elle ne le trompait pas car sa relation était libre, et qu'elle ne lui mentait de toute façon pas. En attendant elle semblait se mentir à elle-même et je me voyais bien embêté. Elle a refusé ma suggestion car son ami traversant une période difficile, il n'aurait pas été prêt à supporter ça en plus. Je pense qu'elle aurait été soulagée et lui aussi (elle pense qu'il se doute de quelque chose). Ce qui me frappe est qu'elle essaye de le préserver de beaucoup de choses, quitte à se sacrifier elle. C'est de ça dont l'amour doit s'agir...

Cette situation chaque jour plus difficilement tenable, ma personnalité orgueilleuse, la personnalité vaniteuse de Lune, une énième dispute auront mis notre relation en "stand-by" (les mots rupture/séparation n'ont pas été prononcés donc on ne sait pas).

Elle est perdue, moi aussi. Malgré tout ce qui est arrivé, elle dit que si c'était à refaire elle n'aurait rien changé, ce qui a le don de me mettre en rogne.

Dans le doute, je traverse comme je peux les cinq étapes du deuil.
Aussi, je voulais simplement écrire pour écrire, faire un bilan.

Merci pour votre attention, compassion, pistes de réflexion... :)

#
Profil

bonheur

le dimanche 28 juillet 2019 à 14h06

Bonjour Johnsenna,

Personnellement, je fais une différence entre couple "libre" et polyamour. Déjà, je n'aime pas le terme libre. Lorsque l'on vit en interaction avec quelqu'un, on a forcément à tenir de cette personne. Donc, la liberté me parait limitée.

Après, derrière cette appellation, on peut intégrer grand nombre de situations. Par contre, pour moi, ce n'est pas avoir des relations à but uniquement sexuel, en dehors du couple. Si on désire que l'autre soit libre, et bien il faut se dire que les autres relations seront de différents ordres, au choix (puisque la liberté, c'est un peu ça).

Quelle différence ?
En polyamour, on dit qui on va voir et on assume la nature des liens avec un tiers et à la clé, transmettre le bonjour ou le bon souvenir :-D . Pour moi c'est ça.
Autrement, j'ai lu des exemples de personnes qui disaient juste : "ce soir, je sors". L'autre ne pose pas de question, la liberté consistant à faire ce que l'on désire de sa soirée.

C'est ma vision, mon optique. Des avis différents viendront peut être s'inscrire ensuite.

Je n'ai pas de pistes de réflexion, car j'ai des difficultés à comprendre le couple de Lune et son compagnon de vie. Ce n'est pas clair.

Par contre, heureuse de lire que le deuil doit se faire et qu'il y a des étapes. On a trop souvent tendance à se laisser submerger par les émotions dites "désagréables". La vie est impermanence et en s'offrant le temps et les étapes, demain sera un autre jour.

#
Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 28 juillet 2019 à 16h39

Bonjour et bienvenu à toi Johnsenna,
Serais-tu d'accord pour expliciter ton titre : "en amour, il n'y a pas de justice"?
Quels sont les aspects que tu trouves "injustes" dans ta situation et/ou celle de ta compagne et/ou la vôtre. Qu'entends tu par "juste/injuste"?
Qu'est ce que cela te fait ressentir ?
Merci d'avance.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

ourscalin

le dimanche 28 juillet 2019 à 16h50

Pour avoir vécu l'ouverture de mon couple par le couple libre, et la liberté de madame, j'en tire la conclusion que ce que tu dois vivre, vis le uniquement avec la personne avec qui tu le vis en l'occurrence lune. Tu sais dès le départ qu'elle est en couple, vous décidez une liaison, laisse là régler ses problèmes, et donne lui l'amour que tu penses pouvoir faire. L'interaction dans le couple bis est un nid de vipères et nuira à ta relation.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion