Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly et mono, cela marche-t-il vraiment ?

Monogamie
#
Profil

Ginger

le mardi 23 juillet 2019 à 21h39

Bonjour à tous.tes,

Je trouve ce site merveilleux. Il m'a tellement aidé à réaliser bien des choses... merci aux personnes qui répondent et partagent leurs visions, vous ne savez pas le bien que vous faites !!

J'avais cependant une question, qui a sûrement dû être (déjà) posée... Je m'excuse pour les éventuelles répétitions...

Pour résumer ma propre situation, je suis avec mon copain depuis 6 ans. Nous sommes très jeunes mais très amoureux... et nous avons décidé de vivre ensemble il y a 2 ans. Il lui est arrivé de me tromper dans le passé, choses que j'ai pardonnées après beaucoup de communication. Je ne suis pas quelqu'un de fondamentalement jaloux... et je pensais qu'il s'agissait d'erreurs.

Au fur et à mesure de nos lectures et discussions, il m'avoue qu'il est polyamoureux. Soulagement pour lui, complexité pour moi. J'ai du mal à savoir ce que je veux, je me sens fusionnelle (vision platonicienne qui m'enferme sûrement !). Il rencontre officiellement quelqu'un, la NRE est dure à gérer, et le reste est assez évident pour tous ceux.celles qui l'ont vécu... Des souffrances, phase presque bipolaire où j'oscille entre acceptation et refus total, questionnements existentielles... Moi qui étais peu jalouse, je me retrouve presque accablée ; comment peut-il en aimer deux à la fois, alors que moi je n'aime que lui ?

Finalement, face à cette situation particulière, je craque, je tente un truc : je couche avec quelqu'un d'autre. Ça ne me plait pas plus que ça, mais ça renforce complètement mes sentiments envers l'élu de mon coeur.

Depuis, j'essaie d'accepter la nature de mon copain, de l'aimer pour qui il est, et je ne veux rien lui interdire ni le changer. J'y arrive, même si je rechute parfois... j'imagine qu'il faut du temps.

J'en viens à ma question... Je ne suis pas sûre d'être vraiment polyamoureuse (pour le moment, on ne sait pas comment on peut changer).

Certains d'entre vous ont ils déjà expérimenté une vraie relation poly-mono ? Est-ce "égalitaire" ? Souffrez-vous de cette situation ? Des retours me seraient appréciables... d'avance merci !

#
Profil

bonheur

le mardi 23 juillet 2019 à 23h08

Ginger
J'en viens à ma question... Je ne suis pas sûre d'être vraiment polyamoureuse (pour le moment, on ne sait pas comment on peut changer).
Certains d'entre vous ont ils déjà expérimenté une vraie relation poly-mono ? Est-ce "égalitaire" ? Souffrez-vous de cette situation ? Des retours me seraient appréciables... d'avance merci !

Bonjour,

Je réponds avec mon expérience et mon vécu. Si tu es poly pour rendre la pareil, ben tu réponds à la définition mais juste les motifs ne sont pas ceux de la philosophie poly.

Couple mono-poly, ben avec l'homme qui me connait depuis que j'ai 5 ans (et je vais en avoir 50), on vit ensemble depuis 1988 et on est ensemble officiellement amoureusement depuis 1986. J'ai aimé avant ce début, notamment un intense coup de foudre en 1985. Bref, l'amour a toujours fait partie de ma vie.

De 1986 à 2007, couple mono-mono, puisque je m'étais mis des œillères. Bref, en 2007, déclencheur et je me réveille. Depuis, je laisse l'amour prendre la place qui lui revient, aussi bien dans ma vie de famille avec mon chéri de vie qu'avec les personnes que j'aime et qui ressentent aussi pour moi.

Donc, je crois que oui, je vis depuis disons 2008 (il a fallu un an à mon chéri pour devenir acceptant) des situations de polyaffectivités. Mon chéri, lui, ne le désire pas. Un choix comme un autre. En tout cas, nous nous aimons, ça c'est ma certitude.

Est-ce égalitaire ? Non. D'ailleurs l'égalité n'a rien de bon. Par contre, nous faisons preuve d'équité. Un peu comme le commerce équitable. L'essentiel est que chacun vive sans se changer. Lui suivant sa volonté et ses convictions, les choix qui le rendent heureux et moi de même. Il n'y a pas de "déséquilibre" puisqu'il trouve son bonheur, moi le mien, et dans tous les cas, le nôtre.

La souffrance. Elle a été de diverses natures mais principalement au début. Bien qu'en pleine situation, je ne comprenais pas que je puisse aimer cet homme, alors que j'aimais mon mari. En fait, c'est la communication et beaucoup d'attentions réciproques… Mon chéri est sorti de ses doutes, ses peurs et il a fait le deuil de ces illusions d'exclusivité affective. La reconnaissance que l'amour doit être exprimé autant que possible, y compris s'il s'invite en dehors de notre couple.

Pour moi aussi, ce ne fut pas aisé. Je me suis longtemps sentie monstrueuse et anormale. Je ne savais que le polyamour existait et surtout que j'étais pas l'unique "cas bizarre" (comprendre hors normativité). En 2011, j'ai entendu ce mot et sa définition succincte. Alors j'ai pu enfin avancer, terminer ma déconstruction (mon chéri dans la même dynamique) et surtout nous avons réinventer notre avenir commun.

Nous savons aujourd'hui nos différences. L'acceptons et vivons plus sereinement. Nous avons toujours été un couple qui se complétait, ça a compter je crois.

Voili, voilà mon modeste retour d'expérience. Je suis désormais beaucoup dans le développement personnel et je me suis reconstruire en lisant. J'assume désormais être une personne atypique, à tout niveau d'ailleurs. Je ne peux plus être commune. J'ai transformé ma vie, celle de mes proches (aussi les enfants, aujourd'hui tous majeurs), pris dans ma spirale. Je me suis éloignée des personnes qui n'ont pas acceptées celle que je suis devenue (mes parents par exemple) et j'ai noué de nouveaux liens. Ca ne compense pas, c'est différent.

#

Intermittent (invité)

le mercredi 24 juillet 2019 à 00h03

Je te conseille de lire les sujets suivants qui sont les plus récents sur ce sujet (il y en a d'autres) :

[b]Quel bazar dans ma tête.

Mono en déconstruction[/b]

#

(compte clôturé)

le mercredi 24 juillet 2019 à 07h04

Sortir d'un modèle socialement imposé est loin d'être aisé. Jugement, montré du doigt, critiqué, bref le lot général.
Comme dit Bonheur, pense au tien de bonheur et voit ce qui te / vous convient. Ainsi la culpabilité partira ainsi que beaucoup d'émotions accompagnatrices.
Le bonheur c'est aussi s'accepter tel que l'on est.

#
Profil

bonheur

le mercredi 24 juillet 2019 à 10h20

ourscalin
Le bonheur c'est aussi s'accepter tel que l'on est.

Je n'aurai pas dit mieux. Je crois même qu'il ne peut commencer qu'avec ce constat : je suis qui je suis et je dois apprendre à me connaître. Je suis qui je suis et je me dois d'exprimer cela pour qu'autrui me considère, me respecte ainsi, la seule façon dont je puisse être heureux-se, digne et fier-e.

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

bonheur

le mercredi 24 juillet 2019 à 11h21

/discussion/-bTu-/Mono-en-deconstruction/

/discussion/-cag-/Quel-bazar-dans-ma-tete/

Je suppose que le statut d'inviter empêche la réalisation de l'opération.

#
Profil

Ginger

le mercredi 24 juillet 2019 à 13h40

bonheur
Je n'aurai pas dit mieux. Je crois même qu'il ne peut commencer qu'avec ce constat : je suis qui je suis et je dois apprendre à me connaître. Je suis qui je suis et je me dois d'exprimer cela pour qu'autrui me considère, me respecte ainsi, la seule façon dont je puisse être heureux-se, digne et fier-e.




Message modifié par son auteur il y a 2 heures.

Je vous remercie vos messages, je les trouve très justes... ca me donne de l'espoir de savoir que tout est possible.
Je crois en effet que le bonheur est lié à vivre avec soi-même... et c'est bien là mon problème. Parfois mon cerveau m'interdit de profiter car je me torture à imaginer... il faut que j'apprenne à passer du bon temps seule !
Je vais allez lire les conversations passées, merci pour les liens !

#
Profil

bonheur

le mercredi 24 juillet 2019 à 15h13

L'imaginaire. On en a tous un, plus ou moins impactant. Je peux répondre car je me projette beaucoup. Je rêve aussi beaucoup. Par contre, j'ai appris à faire la part de projection désirée (réalité non réalisable à 100%) et la possible réalité, qui de toute façon, ne dépend pas que de moi.

Autrement, conforte tes rêves pour ce qu'ils sont mais évite de les assimiler à la réalité.

Il y a quelques mois, en juin (c'est pas vieux), j'ai fait un bilan de compétences perso comme pro avec une psychologue du travail. Jusqu'à récemment mon expérience des psy était mauvaise (une manie de ma mère de m'y trainer contre mon gré). Et là j'ai découvert une merveilleuse personne et une super professionnelle.

Bref, j'ai abordé le fait que j'arrive parfois à avoir un "regard extérieur" sur ma vie et que souvent on me répondait que c'était juste impossible. Elle ne m'a pas tenu ce discours. Pour elle, si c'est possible si on a suffisamment travaillé sur soi et si on a beaucoup observer l'humain.

Donc, je t'invite à tenter l'expérience de te voir avec, non pas un regard qui n'est pas le tien, mais sans l'implication direct, tout en conservant cet atout majeur de la connaissance en profondeur de ton émotionnel.

#
Profil

Aina

le mercredi 24 juillet 2019 à 16h09

Bonjour Ginger
Je vis depuis deux ans avec un homme qui a depuis bien avant moi trois grands amours. Trois femmes qu’il voit de temps en temps, plutôt rarement, mais avec qui chaque fois c’est très fusionnel et intime. Deux d’entre elles sont célibataires, la troisième en couple apparemment libre.
Personnellement je ne suis pour le moment pas câblée pour être polyamoureuse moi-même mais je sens que c’est un conditionnement très fort ds mon cerveau ?. Je n’ai aucun désir pour les autres hommes que mon chéri. J’aimerais bien que ça m’arrive, mais pour l’instant ça n’est pas arrivé ?
Je ne connaissais pas du tout le polyamour avant de le rencontrer et c’est moi qui lui donne petit à petit la possibilité de vivre ce qu’il est. C’etait mon grand credo : je t’aime tel que tu es. La vie m’a dit: ah bon? Alors prouve-le ! Et m’a envoyé cette petite épreuve sympathique. ?
Car c’en est une, crois-moi, mais je préfère vivre ça qu’une maladie par exemple ?. J’en bave grave avec ma jalousie que je découvre, avec le ping-pong attachement-détachement, et lui il en bave avec le fait de ne pas (trop) me mentir car auparavant il ne fonctionnait qu’au mensonge, terrorisé par les réactions de l’autre. Leur couple n’y a pas résisté d’ailleurs. C’est pourquoi je l’encourage à me dire en gros où il en est et à ne pas me mentir. C’est chaud. Son conditionnement est aussi fort que le mien.
Moi c’est ça qui m’intéresse dans l’affaire : évoluer, déconstruire les barrières psychiques, se déconditionner en douceur (sans se reconditionner avec d’autres barrières ! ?)
J’y trouve mon compte car mon chéri redouble d’efforts pour que je sois heureuse avec lui (ça c’est trop bien même si c’est encore teinté de culpabilité ? ça changera j’en suis sûre) et que finalement entre les moments de panique il y a chez moi une certaine excitation à l’imaginer avec ses autres chéries (ben oui ?).
Nous avons décidé de ne plus remettre en question notre couple à chaque crise, quand on crise, ben on traverse, mais personne ne menace ou sous-entend de quitter l’autre. La base de la pyramide: se sentir en sécurité ! ?
Ça demande un travail de dingue. Je ne le nie pas. Même si j’arrive à en parler avec une certaine légèreté. Parce que j’ai acquis une maturité émotionnelle suffisante pour ne pas me sentir détruite à chaque difficulté. Cet homme avec son polyamour, m’a fait davantage entrer dans l’amour inconditionnel (même s’il y a encore du boulot, mais je sens l’évolution dans mon énergie d’amour, et ça c’est bon). En fait, je crois que je suis amoureuse de l’amour ?
Je ne sais pas si ça t’aide, mon témoignage, mais je voudrais que tu comprennes que rien n’est figé, et que si tout le monde accepte que tout est tout le temps en mouvement, on peut, oui je suis sûre qu’on peut, danser ensemble. Poly et mono y compris.

#
Profil

bonheur

le mercredi 24 juillet 2019 à 16h44

Aina
je voudrais que tu comprennes que rien n’est figé, et que si tout le monde accepte que tout est tout le temps en mouvement, on peut, oui je suis sûre qu’on peut, danser ensemble. Poly et mono y compris.

(+) oh oui, alors, dansons ensemble !!! Image magnifique :-D

#

Tanya (invité)

le jeudi 25 juillet 2019 à 15h38

J'ai été pendant 7 mois dans un couple poly-mono (étant la poly dudit couple).

Au début j'étais un peu sceptique (il n'avait jamais été avec une poly, même s'il était partant pour essayer, mais carrément mono), mais ça s'est très bien passé. Il n'était pas quelqu'un de jaloux, et il acceptait sans soucis que j'ai une vie en dehors de lui tant que je sois assez présente pour construire des choses ensemble. Lui même avait un travail parfois très prenant et appréciait que je puisse être heureuse dans mon coin, et qu'il n'aie pas besoin de maintenir plus que ça le contact en période de rush.

Il était content de rencontrer mes amoureux. Il pensait tout de même qu'il serait pas mécontent si je cassais avec eux, et a été finalement assez étonné de constaté que ce n'était pas le cas : quand une de mes relations s'est finie il a finalement plutôt été triste pour moi.

Sa limite (découverte en sortant ensemble) : pas de drague de nouvelle personne devant lui (ce qui de mon point de vue est très soft).

La raison de notre séparation n'a absolument rien à voir avec le polyamour. Donc pour conclure c'était une personne tout de même très polycompatible, mais ça ne reste qu'une expérience de 7 mois.

La leçon que j'ai tirée de notre expérience, c'est (dans ce cas précis) que ça marchait bien car on était assez indépendant pour être heureux chacun de notre côté, et donc il n'y avait pas la pression d'abandonner l'autre :)

Je vous souhaite pleins de bonheur :)

#

... (invité)

le vendredi 26 juillet 2019 à 09h13

Sans vouloir être pessimiste un couple mono-poly aura de toutes façon très peu de chance de tenir le choque.
Alors certes il y a des exceptions visiblement bonheur en est le parfait exemple mai ce genre de relation sont extrêmement rare et visiblement cela passe par énormément de communication et une ouverture d’esprit.
Souvent je lis ici oui la société nous pousse à être comme sa blabla oui c’est une réalité mais hélas le polyamour n’est ni mieux ni moin bien c’est juste une autre vision de la vie.
Pour ma part les couples mono-poly autours de moi se sont tous effondrés et cela provenait toujours du mono qui vivait mal là chose ou une jalousie trop importante, le pire sont ceux qui se force a accepté le poly de la/leur partenaire pour ne pas perdre l’être aimé mais qui parallèlement fera trop de reproche.
Alors que les couples 100%poly autours de moi, sont tous de vrai relation longue et stable le plus souvent avec enfants et tout se qui va avec l’idee D’une vie plus ou moin classique

#
Profil

bonheur

le vendredi 26 juillet 2019 à 14h19

Les exceptions d'aujourd'hui formeront les généralités de demain. J'en suis persuadée. Et puis, les jeunes, en grand nombre (je le constate autour de moi) s'interrogent différemment.

#

Tanya (invité)

le vendredi 26 juillet 2019 à 14h42

(Juste pour être claire, suite au message juste après le mien => la composante polymono était plutôt un succès de notre côté. On s'est présenté à nos familles, partis en vacs ensemble et étaient intéressés par un même idéal de vie à long terme. Ça n'a pas marché pour une raison complètement hors-sujet.)

#
Profil

bonheur

le vendredi 26 juillet 2019 à 14h46

Idem. Week-end ou qques jours de vacances tous ensemble. Invitation pour mes anniversaires avec amis et membre de ma famille (et métamours), sans l'ombre d'une ambiguïté concernant les liens.

Evidemment, j'ai fait un gros tri dans mes relations et oui, comme Tanya, les ruptures arrivent. Toutefois, les ruptures, séparations ne sont pas l'exclusivité des polys.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion