Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Lexique] Votre terminologie perso

Social
#

GaëlleB (invité)

le lundi 15 avril 2019 à 16h35

Loin de la recherche de la définition parfaite et universelle, je voulais savoir si vous accepteriez de partager votre terminologie personnelle.

Quels sont vos étiquettes ? ("amoureux", "petits-amis", "sex-friends", "amireux", "amis", "partenaires de vie", ... )

Quels sont vos critères ? ("Si j'ai un amoureux avec qui je construit des projets longs termes plutôt ambitieux (genre foyer), alors je le considère comme petit-ami")

Vos étiquettes et celles de vos amoureux sont-elles les mêmes ?

Quelle place ont ces étiquettes personnalisées dans votre vie relationnelle ?

Je sais qu'on se prend des fois trop la tête avec les étiquettes, mais faut dire qu'elles sont bien pratiques des fois.

#
Profil

Isabellaa

le jeudi 18 avril 2019 à 08h23

Pour ma part je ne sais pas comment on peut m appeler, j ai du mal avec le vocabulaire "poly".
Je suis avec un polyamoureux , qui a une autre amoureuse.
Je suis très amoureuse de lui, je l ai rencontré après sa première amoureuse.
Elle et moi nous"supportons' tant bien que mal, chacune de nous mais nous sommes toutes les deux plutôt dans un désir d exclusivité.

Poly acceptante?
Metamour?
Ou zinzin (humour)

En tout cas c est une place difficile à vivre et à définir dans le vocabulaire poly.

#
Profil

NiouNiou08

le jeudi 18 avril 2019 à 09h32

Bonjour,

Je vais tenter de te répondre même si j’aime pas vraiment les étiquettes.
Je suis en couple avec ma femme depuis 4 ans, il s’agit la de ma relation principale, c’est ce qui se rapproche le plus d’une version classique du couple. On vit ensemble, on se dit tout et elle connaît tout mes secrets bref pour moi c’est la base de tout ça, la colle qui permet à tout le reste de tenir debout.

Puis il y a une autre femme, c’est plus de l’amour-amitié. Je ressens de la tendresse, de la confiance mais il n’y a jamais eu d’intimité entre nous, même pas un baiser. C’est pour cela que je le définis comme tel. Je sais que ça évoluera certainement avec le temps mais aujourd’hui c’est trop tôt pour l’envisager, on apprend encore à se connaître et je ne me dévoile pas rapidement.

Puis il faut du temps à ma femme pour envisager une évolution, ou peut-être jamais car je ne mettrai jamais en danger mon couple pour cela.

Bref voilà où j’en suis aujourd’hui, pas tout à fait poly dans la réalité mais complètement dans ma façon de voir les choses.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 18 avril 2019 à 10h03

Moi j’ai simplifié le truc récemment, je dis que je suis non-exclusive et en relations sexo-affectives avec plusieurs personnes.
Si ça questionne la personne avec qui j’en parle, je vais lui détailler les mille et unes façons que j’ai de relationner avec chacune.
Plus aucune case pour moi aujourd’hui pour comprendre ce que je vis ou pour l’expliquer.
Je priorise des moments, des projets et/ou des engagements avec certaines de mes relations, et c’est tout.
Ce que j’aime vivre désormais c’est de me promener sur le spectre des possibles dans une relation, et je vois bien combien c’est mouvant, c’est bien cela qui aujourd’hui me plait à vivre, ce qui est le moins enfermant pour moi, le plus intéressant et le plus captivant à vivre.
Je ne dis pas que ce que je vis est devenu d’un coup plus facile pour moi ou pour mes relations, je dis que ma vision aujourd’hui des relations poly à évoluer pour moi vers une plus grande liberté et autonomie, et que depuis je suis bien plus épanouie dans chacune.
Faudra un jour que je vous l’écrive plus explicitement (+)

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 18 avril 2019 à 14h03

polyaffective :-D

#

hugs (invité)

le lundi 11 novembre 2019 à 16h21

"Chaque relation a son histoire" comme j'aime à le dire.

Contrairement à nombre de couples monogames (dont je respecte la santé des quelques rares qui vraiment s'y épanouissent) qui appellent - par habitude et sans réflexivité - leur conjoint unique de la même façon que "touTEs" les autres, genre: "chéri", "bébé" .. "mon" copain/ine ..

Perso, j'aime bien les termes de "partenaires" (même s'il vient du mot appartenir: "tenir à part" ..qui n'empêche qu'on de tenir à part dans son coeur, sans forcément l'exclure de l'amour de/avec autrui), ou encore "amants", avec son étymologie qui rappelle à l'amour, l'âme, la fÂMille - ce qui me fait arriver à la formule que j'affectionne tout particulièrement: "franginEs" ..loin d'être titillé plus que ça par la notion d'inceste, il s'agit pour moi de revenir à la conscience que nous, humains, sommes touTEs de la même espèce d'une part et que, d'autre part, il semble que nous soyons reliés en "familles d'âmes" ..terme qui met l'accent sur une certaine inconditionnalité de l'amour.

Juste des pistes de réflexions donc, étant donné que l'étiquetage est périlleux, car il favorise la pensée courte, réductrice et normative ..et "préférant simplifier les choses complexes, plutôt que de compliquer des choses simples", l'évidence me fait utiliser les prénoms (ou même plutôt les surnoms - plus personnalisés) pour parler de chacunE ** comme le mentionne très justement Lili -Lutine ;)

Enfin, j'ajoute la notion de "relation inclusive", car il me semble pertinent et relève bien de cette "exclusion" retrouvée dans la plupart des relations émotionnelles - surtout quand il y a promiscuité (mono ou poly) - où la jalousie est parfois vantée comme preuve d'amour, alors que l'observateur averti y voit surtout une démonstration de ce grand ennemi qu'est la "peur" dont souffre l'égo qui n'est pas "remis à sa place".

#
Profil

Siestacorta

le lundi 11 novembre 2019 à 17h20

J'emploie
- le lien. Je pense du coup à la chanson de Souchon, qui parle du "fil entre nos cœurs passés, le fil de nos sentiments enlacés, qui nous tient, nous retient". Bref.

- relation : c'est pour moi les pratiques et l'histoire du lien. C'est pour parler concret. Parce que sur les sentiments et le lien, on a pas toujours voix au chapitre, ça se fait ou pas. Sur la relation, sur ce qu'on fait pour l'entretenir, oui.

- amoureux.ses : je préfère amant.es, à la base, mais je me suis fait au langage local... Amant a des accents charnels, dont se nourrit la définition adultère du mot. Amoureux.se a l'avantage de définir l'importance de la personne par notre relation et nos sentiments.

- amour romantique : une forme de sentiment et de relation pleine de défauts car formatée par l'idéal amatonormatif (exclusivité, essentialisme à la con...). Mais je me fais pas d'illusions sur moi-même : j'ai beau avoir beaucoup avancé, j'ai plein de choses qui restent de l'éducation de notre société... J'éprouve des choses qui tendent parfois vers l'amour romantique, d'autres vers l'amitié, d'autres qui fonctionnent plus à l'attirance sexuelle. Bien sûr, la plupart des liens amoureux ne tiennent pas bien gentiment par un seul pôle... Mais dire qu'il n'y a pas de différence entre eux, ça me donne un sentiment de flou ou/et de déni, sur mes sentiments à moi comme sur ceux des autres. Ça me gave souvent d'entendre qu'il suffit de pas utiliser d'étiquette pour laisser plus de possibilités... J'ai besoin d'être clair dans mon rapport à moi-même, et j'aime bien que les autres le soient.

- amour : j'ai une réaction double à ça. Amour avec plein de polysémie, et avec l'attachement qu'il suppose dans la plupart des cas, je prend. On aime plein de gens d'amour, sa famille, ses amis, ses amants. C'est vraiment de l'amour. Mais amour, quand on parle de la relation amoureuse plus que de la relation aimante, implique souvent autre chose, la passion. Et souvent plein de traces de la norme Couple.
En fait, quand je veux insister sur la partie un peu illusoire et normée du ressenti amoureux, je parle d'Hamour, avec le "Grand A" bien soupiré comme dans les chansons de hit-parade et les passages obligés au ciné, bien ouvert qui te prend toute la bouche comme pour changer un cantique... Alors un grand H, na, bien fait.

- passion : ça dure pas. Je pense que c'est un carburant hormono-névrotique qui fait démarrer les rencontres amoureuses, en dopant leurs premiers temps. Je suis très ambivalent avec ça... Je ne m'y fie pas parce que c'est une ivresse qui nous cache beaucoup de chose sur l'autre et sur nous avec l'autre, et comme pas mal d'ivresses, peut nous conduire aux pires conneries. Mais je l'accepte aussi, parce que cette intoxication, comme pas mal d'autres, nous donne un aperçu de ce qui est plus grand que nous. A nous de nous en servir pour faire mieux.

- polyamour : avec tout ce que je viens de dire, on pourrait croire que je préfère "polyamorie", histoire de ranger bien proprement mes intentions éthiques et mes capacités relationnelles... En fait, je crois au contraire que laisser amour dedans, alors qu'étymologiquement ça se discute (polyamory, c'est pas polylove), c'est parler de sentiments et reconnaitre du même coup l'imperfection de la chose. Je me sens généralement assez seul avec ma conception, parce que la surcharge d'attentes envers l'épanouissement par la relation amoureuse doit être, pour certains, embrassée comme la Seule Source de Vérité Univairsaille, et par d'autre, déconstruite et reconstruire vers des Lendemains Qui Chantent leurs Bonnes Intentions puisque chacun sait que c'est facile d'être juste, en amour (lol), et donc si on est pas à la hauteur, on est un social-traitre.

- non-exclusivité : expression technique, un peu plus large que le polyamour. A le désavantage d'être au négatif.

- compersion : un ressenti méconnu. Mais faut passer son temps à préciser qu'il n'est pas ce qui arrive quand on a pas de jalousie, ni quelque chose qui va définitivement la remplacer quand on aura passé sa ceinture noire de Polyamo-Do, mais juste un ressenti qui nous indique qu'il y a pas que du mal à être dans la non-exclusivité.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

artichaut

le mardi 12 novembre 2019 à 11h58

(petit lien pour mémoire, vers le Lexique du site)

Merci @Siestacorta pour ce lexique personnel. Et c'est chouette d'avoir ces petits commentaires en+.
Et du coup, merci GaëlleB d'avoir initié ce fil (qui au début m'a semblé redondant avec d'autres fils du forum, et qu'après la réponse de @Siestacorta je trouve au contraire pertinent)


Je plussoie :
- relation
- partenaire
- compersion
- metamour
- polyaffectif
- amoureux.ses : et aussi ami·e·s
- amour : que j'ai envie de réhabiliter (tant avec mes "amoureuses" que mes "ami·e·s")
- non-exclusivité : quoique je l'utilise de moins en moins
- polyamour vs polyamorie : jadis j'avais du mal avec le terme "polyamour" (car il contient le mot amour) et je lui préférais "non-exclusivité" ; aujourd'hui que je veux réhabiliter l'amour, ce terme me plaît et c'est celui que j'utilise le +souvent… bien qu'en théorie je sois plutôt favorable à polyamorie (non à cause du mot "amour" mais car polyamorie est féminin, alors que polyamour est masculin et me semble une réappropriation masculine d'un concept originellement féminin).

J'utilise aussi :
- polyaimant (depuis ce matin)
- passion amoureuse : en lieu et place de NRE (pourquoi angliciser ce qui existe déjà en français ?)
- amimoureux : pour une relation dans le spectre amour/amitié
- amour passion : pour désigner l'amour monogame d'aujourd'hui, issu de l'amour romantique (qui pour moi ne saurait exister hors du XIXe siècle) et de l'amour courtois (Moyen Âge)
- un·e (mon/ma) binôme : pour définir une relation particulière
- copain : une de mes partenaires me nomme ainsi
- [prénom] : pour ne pas accoler d'étiquette à une personne
- pôtes : pour désigner des relations avec moins d'intimité, ou en contexte mono, quand je n'ai pas envie d'entrer dans les détails (dans ce cas "pôtes" inclue beaucoup de choses)
- constellation : en lieu et place de polycule
- fils : oui mon fils fait partie de ma « constellation poly »
- "ex" : pour mes ex-relation-mono, et certaines (pas toutes !) de mes ex-relation-poly
- queerplatonique : je l'ai utilisé un temps, mais ne l'utilise plus
- poly ! : l'abréviation seule qui permet de ne pas accoler amour, amorie, amoureux & co (merci @Vaniel de m'avoir récemment, re-expliqué cela)
- mono : son pendant
- polybéral : voir ici
- monoamour et multi-amour : voir ici et
- relation de schroedinger : quand on ne sait pas à quoi s'en tenir
- Orientation relationnelle : qui se différencie d'une orientation sexuelle, tout en ayant des points communs en terme d'orientation
- « je nous aime » : tant il est vrai que c'est ce qui se construit, se construit relationnellement
- etc

Je n'aime pas (ou peu) :
- polyacceptant : non seulement je n'aime pas ce terme, mais le soupçonne qu'il ai été inventé par des
- non exclusité, non monogamie et autres termes négatifs
- NRE, et autres mots anglophones à la mode
- polyamour : quand il est utilisé pour "avoir plusieurs relations"
- couple : même si je l'utilise encore
- "sortir avec" et autre expressions litotiques, que je trouve niaiseuses et même dangereuses

J'aimerais +utiliser :
- polyamorie : pour les raisons expliquées +haut
- polypote : que je trouve très mignon
- inclusivité : au lieu de non-exclusivité

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion