Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse heureuse ou malheureuse ?

Témoignage
#
Profil

hinatea24

le mardi 20 février 2018 à 10h05

Bonjour amis poly,

J'ai tout pour être heureuse : un compagnon qui m'aime, qui est mono mais qui accepte tant bien que mal mes aspirations polys. Et un amoureux.

Je suis à la base qlq'un d'honnête et droite, d'où le polyamour. Je dis tout, je ne cache rien.

Culpabilité vs frustration.

Mais je vis aucune de mes deux relations sereinement. Avec mon compagnon, je culpabilise de lui faire du mal, du coup, je m'interdis de vivre plus avec mon amoureux, et je suis frustrée.
Quel dilemme !

Et vous, comment le vivez-vous ?

#
Profil

kill-your-idols

le mardi 20 février 2018 à 10h38

pour arrêter de culpabiliser, il faut se répéter à longueur de journée:

La monogamie ne fonctionne pas
La monogamie ne fonctionne pas
La monogamie ne fonctionne pas

Après un certains nombre de jours, on changera de paradigme, de "je culpabilise parce que je ne suis pas comme les autres", à "je suis heureuse, parce que j'ai compris".

#
Profil

hinatea24

le mardi 20 février 2018 à 11h37

Merci, j'adore l'idée :-D

Je fais de la psychologie positive avec une thérapeute. J'ai toujours eu tendance à voir le verre à moitié vide et que mes côtés négatifs :-/ .

L'exercice que je doit faire pendant 21 jours est : Je suis ..., je suis capable de ...

Aujourd'hui, je pourrai dire je suis polyamoureuse, je suis capable de vivre mes deux relations sereinement ou je suis heureuse, je suis capable de vivre ma vie parce que c'est mon choix, parce que c'est la mienne !!

Je suis une femme libre. Je suis formidable lol.

Encore merci (+)

#
Profil

bonheur

le mardi 20 février 2018 à 11h45

Hey hinatea24 ! Que dire de l'histoire du verre ! Pourquoi le voir à moitié quelque chose... Se réjouir d'avoir un récipient adapté à boire (pour nous humain) et en plus, celui-ci contient du liquide... deux conditions indispensables pour se désaltérer, besoin indispensable à notre vie.

Pour l'amour aussi, nous en avons tous besoin (des études ont été faites en ce sens). Se réjouir de bénéficier de celui que l'on ressent comme de celui que l'on nous offre.

Puis-je me permettre d'apporter une légère modification à la phrase de Kill :
"Je suis poly, la monogamie ne me convient pas"

TU ES FORMIDABLE !!!

#
Profil

Siestacorta

le mardi 20 février 2018 à 12h28

hinatea24
Je dis tout, je ne cache rien.

Culpabilité vs frustration.

Mais je vis aucune de mes deux relations sereinement. Avec mon compagnon, je culpabilise de lui faire du mal, du coup, je m'interdis de vivre plus avec mon amoureux, et je suis frustrée.
Quel dilemme !

Et vous, comment le vivez-vous ?

Bonjour !

Avant tout, je te félicite, tu fais un parcours amoureux pas simple, et tu es tombé sur des gens qui tentent de t'y accompagner, tu as su explorer tes besoins, et pour l'instant rien ne me semble rédhibitoire. C'est pas idéal d'après ce que j'ai lu, mais c'est déjà quelque chose. Si ça devait s'arrêter aujourd'hui, il faudrait pas pour autant cesser de valoriser que ça ait eu lieu...

Je n'ai pas vécu de situation de polyacceptation, c'était à chaque fois des personnes volontaires qui ont été concernées.
Mais je peux avoir une certaine empathie pour ce que tu racontes...

D'abord, la culpabilité, ça sert à rien, certes, mais c'est humain ; on peut d'ailleurs la ressentir (et même plus fortement) dans des situations encore plus favorables, indépendamment de ce qui est accepté ou pas.
Je pense qu'elle peut recouvrir d'autres peurs. Par exemple : "mais si je me permet ça, ya pu de limite, je risque de faire n'importe quoi" et dans ce cas, on culpabilise d'avance pour faire avec ce qu'on a déjà transgressé, par l'acte ou par la pensée.

Et puis tu es une femme. D'accord,ça c'est pas un scoop. Mais ce que ça implique très souvent, c'est que dans une vie de femme, jouir de plus de liberté de mouvement que son compagnon, c'est pas encore un modèle valorisé par la société. Les gens et toi-même pouvez vous faire une image de toi critique, "pour vivre comme ça elle a peut-être un problème". Elle en a pas, en vrai, mais à force d'y croire c'en devient un.

Par ailleurs, dans ton témoignage, il y a un poly-acceptant. Et si je relis tes posts antérieurs, ce compagnon n'était pas parti pour une perspective poly, même s'il a proposé la non-exclusivité. Ca crée un genre de déséquilibre de vertus, un comportement qui semble altruiste face à un autre qui semble égoïste. Ce qui est au minimum partiellement faux : ton compagnon a fait quelque chose pour lui-même, à savoir garder une relation avec toi, et tes émotions montrent que tu te soucies pas seulement de toi-même, et que tu peux prendre des décisions qui ne te satisfont pas directement.

Toutefois, dans ton post initial, je lis le début de l'histoire "qui débouche pas sur du couple avec les inconvénients" , puis qui revient après.
C'est le signe des sentiments forts que tu avais pour lui, cette histoire qui a changé de forme dans le temps. Et une part de toi se dit peut-être "si Jeff avait voulu d'un couple, c'est avec lui que je vivrais" : si cette posture existe, elle peut te mettre en délicatesse par rapport à ton compagnon, une partie de la culpabilité ce serait de pas être toi en équilibre dans tes besoins et attentes. Je te dis pas que ça ferait que tu n'aimes pas ton compagnon, mais que le regret d'une vie imaginable peut précéder les remords dans la vie de maintenant.

Dans tes posts, je crois qu'il n'est pas raconté si ton compagnon et ton amoureux se connaissent ? J'ai peut-être pas fait attention ? Mais si tu as la possibilité de parler "à trois" avec eux, ça peut peut-être aussi vous faire toucher ce qui reste à faire.

Le "déséquilibre" avec un.e polyacceptant.e... C'est pas grave en soi, on a des échos qui disent que ça peut finir par bien se passer. Si les intérêts de chacun pour ce choix ne sont pas symétriques, ils peuvent se rejoindre, et le polyacceptant peut avoir ses bénéfices... s'il les assume (celui de rester en relation avec quelqu'un, celui de se sentir fort d'ouvrir ce champs de possibilités, celui de vivre sa vie de personne (pourquoi pas la vie de quelqu'un de casanier qui n'aime que les personnes dynamiques)).

Mais c'est quand même une situation particulière, et une communication insuffisante peut mettre les relations à mal. En gros, il faut que toi et ton compagnon trouviez, ensemble et séparément, la façon positive de voir votre choix de vie.
Il ya peut-être des livres qui peuvent aider, pas forcément sur le poly d'ailleurs.
Je pense aussi à la CNV. En soi c'est pas une baguette magique, mais ça ouvre sur une capacité de tenir compte de chacun et de proposer quelque chose de concret pour avancer...

Une autre idée : tu peux (vous pouvez) chercher aussi à aller dans des café poly. Ca n'est pas non plus la garantie de trouver des solutions en kit, mais à force d'écouter et de voir d'autres gens raconter en vrai les bas et les hauts de cette façon d'aimer, on se repère mieux, on assume mieux son propre choix de vie (même s'il peut finalement être de revenir à quelque chose de plus traditionnel).

Voilà.
Hésite pas à te raconter plus, car visiblement tu prends beaucoup sur toi : c'est un peu normal parce que tu es une relation pivot dans ta situation ; mais tu as la possibilité de te confier ici, où généralement domine la bienveillance, et aussi de partager avec tes relations le travail à faire pour que chacun s'y sente bien.

#
Profil

bonheur

le mardi 20 février 2018 à 13h59

Concernant la CNV, j'avais lu "cessez d'être gentil, soyez vrai ! de Thomat d'Ansembourg. Je crois que cet ouvrage est épuisé. Y en a-t-il d'autres ?

Aussi, des livres de développement personnel sur la culpabilité, la responsabilité et l'estime de soi, il en existe plus qu'il n'en faut.

Personnellement, voici quelques auteurs que je recommande : Isabelle Filliozat ; Alain Héril ; Susanna Mc Mahon ; Jacques Salomé ; Yves-Alexandre Thalmann (mon préféré) ; Saverio Tomasella. Ces auteurs n'écrivent pas obligatoirement sur le polyamour.

#
Profil

hinatea24

le mardi 20 février 2018 à 14h16

Merci Siestacorta , ça fait du bien de se sentir écoutée et comprise. C'est ce qui me manque vraiment autour de moi.

Revenant à mon premier post, j'ai vraiment perdu Jeff depuis. Mais Gabriel est toujours là, c'est lui mon amoureux depuis deux ans et demi. Mon compagnon ne voulait pas le connaître au départ. Depuis peu, ils se connaissent, je ne sais pas si ils deviendront amis, mais les premiers échanges se sont bien passés, ce sont des hommes civilisés et intelligents, normal, ce sont les miens :-) .

Pour ce qui est des cafés polys, j'y pense aussi, nous ne pouvons aller à celui de Bordeaux ce vendredi, mais il y en aura bien d'autres !

Quand aux lectures, que ce soit sur le polyamour, l'estime ou la confiance en soi, j'en lis énormément. En même temps, j'aime ça : lire, écrire, vivre dans ma bulle et surtout aimer <3 .

#
Profil

Siestacorta

le mardi 20 février 2018 à 15h21

hinatea24
Gabriel est toujours là, c'est lui mon amoureux depuis deux ans et demi. Mon compagnon ne voulait pas le connaître au départ. Depuis peu, ils se connaissent, je ne sais pas si ils deviendront amis, mais les premiers échanges se sont bien passés, ce sont des hommes civilisés et intelligents, normal, ce sont les miens :-) .

Signe très encourageant !

hinatea24
Pour ce qui est des cafés polys, j'y pense aussi, nous ne pouvons aller à celui de Bordeaux ce vendredi, mais il y en aura bien d'autres !

Ca peut vraiment être aidant, entendre des histoires à laquelle on peut comparer les notres, pouvoir s'adresser aux personnes (pas forcément le faire, juste se dire "ok, c'est vécu par des vrais gens, c'est pas seulement des histoires que je me raconte).

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

hinatea24

le jeudi 22 février 2018 à 11h05

Quand j'ai découvert le polyamour et surtout que j'étais polyamoureuse, j'ai mis de l'extra dans une vie ordinaire !

J'ai été une enfant non désirée, mes parents n'ont jamais été démonstratifs, je n'ai pas été très proche de mon frère et ma soeur bcp plus âgés. Je n'avais pas bcp d'amis. J'étais solitaire, réservée et renfermée. Je me suis mariée jeune avec mon premier amour, mon amour de lycée. Pendant 17 ans, j'ai vécu dans la dépendance affective et sociale. La seule chose de bien qui résulte de cette union, c'est trois merveilleux enfants, mais qui vont bientôt quittés le nid :-( .

Pourquoi quand une femme qui avance dans l'âge (j'ai aujourd'hui 46 ans), qui s'affirme enfin, qui a envie d'être libre dans sa tête, libre de son corps, ça fait peur aux hommes ? ou seulement à ceux que je fréquente ?

J'aime mon compagnon, mais j'ai juste envie d'une vie amoureuse plus riche et épanouissante. Je pense que le polyamour est ma nature profonde, que j'ai besoin de me "nourrir" à plusieurs sources affectives. Aimer et se sentir aimée doublement ou plus. Savoir que qlq'un pense à vous juste pour la belle personne que vous êtes, ça fait du bien, surtout quand on manque de confiance en soi.

Je me définis plus polyaffective que polysexuelle, mais je ne suis pas asexuelle non plus. Pour moi, la relation sexuelle est une porte d'entrée vers l'autre, vers l'intimité. J'ai pu ainsi découvrir la fragilité d'un de mes amoureux face à moi. Un homme fragile, ça fait du bien aussi, mais pas que ...

Voilà, je me suis racontée un peu plus ... J'ai juste envie d'être heureuse et amoureuse <3 . On a qu'une vie, et elle est courte et incertaine.

Bonne journée à tous !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 février 2018 à 12h35

hinatea24

Pourquoi quand une femme qui avance dans l'âge (j'ai aujourd'hui 46 ans), qui s'affirme enfin, qui a envie d'être libre dans sa tête, libre de son corps, ça fait peur aux hommes ? ou seulement à ceux que je fréquente ?

On est pas tous ultra courageux, en matière relationnelle et sentimentale. C'est un euphémisme.
Donc, non, c'est pas seulement ceux que tu fréquentes, il y a juste beaucoup de mecs qui (pour de plus ou moins bonnes raisons), se lancent pas facilement. Et d'autres qui foncent sans regarder assez loin.
Et surtout, encore beaucoup plus qui sont pas doués en communication.
Et c'est pas valable que pour les mecs, je crois c'est plutôt des façons de faire que des intentions qui participent aux clichés homme/femme.

hinatea24
J'étais solitaire, réservée et renfermée. Je me suis mariée jeune avec mon premier amour, mon amour de lycée. Pendant 17 ans, j'ai vécu dans la dépendance affective et sociale.
(...)
[aujourd'hui]
j'ai besoin de me "nourrir" à plusieurs sources affectives. Aimer et se sentir aimée doublement ou plus. Savoir que qlq'un pense à vous juste pour la belle personne que vous êtes, ça fait du bien, surtout quand on manque de confiance en soi.

Ton désir d'exploration et de nourriture affective (qu'on parle de multiplicité des sources ou pas) est tout à fait compréhensible. En revanche, après quelques manques affectifs en famille, une dépendance affective dans ton mariage, et une quête affective actuellement, tu peux peut-être montrer une certaine urgence dans ta recherche... Et même si c'est une urgence de vivre avec un fond joyeux, ça peut être ressenti comme quelque chose d'accaparant par les gens que tu rencontres.

Tu sembles avoir fait beaucoup de chemin sur toi-même, sinon tu ne t'exprimerais pas comme tu le fais, avec une vraie clarté dans l'exposition de tes émotions et de ton parcours.
Mais peut-être que cette sensibilité affective demeure à vif...
Dans cette hypothèse, ce n'est pas la femme libre - qui effectivement peut déstabiliser certains hommes (et à la rigueur ça, ça fait plutôt du tri) - c'est la personne dont la demande peut sembler intense, qui fait douter de notre (nous : les gens) capacité à y répondre, à ne pas décevoir.

Ça ne veut pas dire que les rencontres sont impossibles, qu'on ne peut pas satisfaire ses besoins. L'inter-dépendance c'est naturel dans les rapports humaines, ça ne mène pas systématiquement à la co-dépendance.
Dans cette optique, prendre conscience de nos enjeux, de là où on en est, bref, se connaître soi-même, ça nous aide à venir plus sereinement à la rencontre des autres, à leur montrer notre liberté mais aussi notre équilibre.

Enfin : as-tu lu ce livre ? J'ai l'intuition que ça pourrait te parler.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 13h28

Merci Siestacorta pour cette référence de livre :-D

#
Profil

loumalive

le jeudi 22 février 2018 à 22h03

Bonjour hinatea24,

Je ne vais pas paraphraser Siestacorta qui, comme souvent, apporte si joliment, des éléments de réflexion assez profonds...
Qui donnent matière à donner à penser et prendre du recul, C'est sans doute ce dont tu as le plus besoin!

Mais ce que tu as écrit me parle, résonne aussi pas mal pour moi...
Je suis un homme, et pourtant, moi aussi je me pose les même questions en inversant les genres, si tant est qu'il y en ait de vraiment biologiquement tranchés, ce dont je finis par douter...

J'avance aussi en âge, encore plus que toi, et ça ne rend l'envie de vivre qu'encore un peu plus prégnante...
Je m'interroge aussi, sur la possibilité de rencontrer une femme, qui n'aurait pas peur, que je ne ferais pas fuir, que je ne ferais pas souffrir en voulant simplement tenter l'aventure et inventer d'autres possibles...

Que ce soit pour simplement de l'affection, une tendre proximité, ou n'importe quoi d'autre qui pourrait être inventé sainement du simple fait de cette rencontre, pour ce qu'il y a à vivre dans ce deux là...
Ben oui, d'autres pensent et vivent ça... j'en suis...

Malheureusement, les statistiques sont implacables, le pourcentage de personnes ouvertes, ou simplement polyamoureuso-compatibles(??) reste faible, surtout quand on vit dans une région peu peuplée, ça fait pas grand monde à la fin et ça devient vraiment difficile de trouver ses âmes soeurs...

Je vis dans la région Nantaise, pourtant plus dense que le Perigord me semble-t-il, mais une fois trié l'âge, les aspirations, les envies et autre compatibilités, il s'avère que c'est déjà très difficile de rencontrer, donc je comprends parfaitement ton cri du coeur!
Probablement, Paris et les grandes villes y sont sans doute moins brutalement exposées...

Ceci dit, il ne faut pas perdre espoir, le chemin que tu as fait est déjà très riche, et ce n'est sans doute que le début.
Bien sûr, il y a l'impatience à vivre, l'envie d'éprouver, mais la personne la plus importante dans tout ça, tu l'as trouvée, c'est toi-même...
En attendant, vis tout ce que tu peux vivre, dans ta vie de tous les jours, allume tous les soleils que tu trouveras sur ton passage!

Dans un autre fil, je ne sais plus qui a dit "polyamoureuse un jour, polyamoureuse toujours!"...
Je crois que c'est vrai, sans doute parce que c'est surtout un état d'esprit, une façon de se percevoir et de percevoir sa relation aux autres. Ca reste vrai, possible et conscient qu'on soit seul, en couple, ou en vivant ses amours de manière plurielle. Tu le sais maintenant, fais en un point d'appui, une pierre angulaire de toi pour vivre la suite!

Il faut dire aussi que plus on avance dans la réflexion, plus on entrevoit ce que l'on voudrait vivre et ce qu'on veut éviter, c'est bien, c'est mieux, ça évite de se perdre encore dans des travers déjà vécus... mais ça sélectionne encore plus...

Je ne sais plus non plus où j'ai lu que "Seuls les gens heureux sont désirables". Je crois que c'est un peu vrai aussi, donc soyons heureux, ça nourrira les relations, les rencontres...
Arrêtons donc de se mettre du côté vide des verres à moitié pleins, relativisons, pataugeons donc dans les parties pleines! Bougeons, allons à l'aventure, multiplions les activités, les sorties, les cafés polys, même s'ils sont loin, cassons les habitudes et...qui sait?

Bien sûr, par moment la lassitude revient, sournoisement, je sais, j'y ai droit aussi...
Ben là, il y a des forum comme ici, des Siestacorta, et tant d'autres... des lectures, et tu verras, ça passe, le soleil revient toujours, d'autres épisodes et des triples loop arrivent, il suffit de ne pas arrêter d'y croire !!!

Bon courage à toi, et belle vie à venir!

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

hinatea24

le vendredi 23 février 2018 à 07h10

Merci Siestacorta, pour ces longs posts, êtes-vous psy ou thérapeute ? En tout cas, vous trouvez toujours les mots justes (+) .

Pour le livre, non, je ne le connaissais pas, je l'ai commandé, je vais l'attendre avec impatience et le lire avec intérêt. Je vous donnerai mes impressions.

Merci aussi Loumalive. Ce forum est plein de belle surprise, de personnes intelligentes, sensibles et bienveillantes.

Et un petit coucou à bonheur :-)

En fait, dans le fond, j'ai déjà tout pour être heureuse et vivre mes amours plurielles. Un compagnon et un amoureux, mais dans la forme ... Je ne sais pas si ils comprennent toujours, ma démarche, mes besoins comme vous, polys, vous les ressentais. Je me sens parfois seule face à mes désirs et mes convictions, c'est là, que ce forum avec vos conseils et vos encouragements me redonne du baume au coeur.

Merci à tous.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 février 2018 à 11h24

:-D merci pour ce sourire !!!

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 23 février 2018 à 13h27

hinatea24
Je ne sais pas si ils comprennent toujours, ma démarche, mes besoins comme vous, polys, vous les ressentais.

Je me permets juste de signaler que, même entre polys, les démarches, les besoins, peuvent être diamétralement opposés. Je crois qu'être compris est une des plus grandes difficultés de l'existence.
Le plus important, dans le fond, c'est pas d'être compris, mais respecté dans ses choix. Tant qu'il y a du respect, chacun peut grandir comme il le souhaite.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 février 2018 à 14h05

bidibidi
Le plus important, dans le fond, c'est pas d'être compris, mais respecté dans ses choix. Tant qu'il y a du respect, chacun peut grandir comme il le souhaite.

La compréhension permet d'entretenir la complicité et la connivence. Quand l'autre s'en fout ou n'a pas envie de comprendre, il y a pas mal de déchets, et une décharge, ça fait tâche dans le paysage. Ca peut polluer plus qu'on ne se l'imagine.

Le respect ne suffit pas. On grandi avant tout pour soi, mais le grandir ensemble, c'est "écolo".

J'ajouterai la version "politique" du "je vous ai compris !", tout le monde sait que l'avancée ne sera pas aboutie. C'est plus un "tue dialogue" qu'autre chose.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion