Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

A l'aide !

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 février 2015 à 02h34

lalila
j'ai besoin de donner du sens à mes réactions, de mettre des mots pour mieux apprivoiser les émotions négatives qui nous empêchent parfois d'avancer...

Tu en as besoin.
Lui, peut-être pas.

lalila
Je découvre le polyamour, et je il me semblait que cette manière de vivre et d'aimer impliquait forcément une réflexion introspective pour accepter de l'autre ce qui spontanément est perçu comme inacceptable.

Tu souhaites vivre ainsi.
Lui, peut-être pas... (bis)

lalila
Je n'arrive pas à me résoudre à laisser un tel sentiment régir nos choix et empêcher la naissance de relations ressources et porteuses de nouvelles richesses.

Tu peux pas vouloir pour les autres...aurait dit Clémentine. (Une ancienne membre du forum, si j'ai appris un truc d'elle, c'est bien celui-là ! Et purée c'est difficile à accepter mais....c'est vrai !)

lalila
Ce que j'espérais, c'est qu'un joli bisounours poly ou mono serait venu apporter son témoignage de tout ce qu'il avait pu apprendre et acquérir depuis qu'il avait fait un trajet interne pour abandonner ses émotions négatives!! !

Tu crois aux bisounours toi ?!
Et, t'en vois beaucoup sur ce forum ???!!

...

Damned, nous sommes démasqués ! :P

Plus sérieusement, oui du chemin j'en ai fait. Il y a 7 ou 8 ans il était même peu concevable pour moi que "mon" amoureux ait des activités sans moi (sauf impossibilité majeure). Alors que ça ne pose aucun problème à beaucoup de personnes pourtant "mono" !

Et aujourd'hui je serais plutôt en mode "indépendance ++" ! Vraiment rien à voir !

Je n'ai plus besoin de (me sentir) exister à travers quelqu'un ou à travers une relation, j'existe pour moi-même !

lalila
On a 2 enfants petits, je ne veux pas tout perdre...

Tu ne peux pas tout avoir non plus...
(Oui j'ai l'impression d'être un peu passée en mode Apsophos là peut-être, mais bon...)

polpolp
Pour le conseiller conjugale, vous y aller dans quel but  ? Qu il accepte ton poly ? Que tu y renonce ? Car dans ce genre de cas mono poly c est souvent les deux seules issue malheureusement.

Troisième issue, la séparation.
(J'ai l'impression d'Apsophoiser encore...désolée...)

lalila
une fois qu'on a goûté a la complémentarité que peut apporter une autre relation, difficile de revenir en arrière sans avoir l'impression de s'appauvrir...

..voire de se détruire complètement...je pense avoir une idée de ce que tu veux dire !

polpolp
T [...] arrive a te dire qu il va prendre une décision, c est une preuve de réflexion et d avancement.

J'aurais tendance à être de cet avis.
S'il restait à souffrir sans savoir quoi faire et te rendait responsable de son bien-être (ou de son mal-être), là ce serait un problème à mon sens.
A ce que j'ai lu j'ai plutôt l'impression qu'il se prend en main, qu'il réfléchit à ce qui lui convient.

lauetjo
même s'il y a acceptation intellectuelle, la menace de la jalousie est permanente. [...] je dois mobiliser bien de mes ressources pour éviter d'imaginer ma "J" entre les bras de ce vieil ami. Il me faut mobiliser des ressources pour tenir.

Là je cite juste pour ajouter que des poly vivent ça aussi.

Bon, j'ajouterais aussi que ce que beaucoup appellent "poly-acceptant" est pour moi un poly, mais bon...
Les définitions, toussa....

#
Profil

Sidony

le jeudi 12 février 2015 à 05h10

Oh que je me reconnais dans ton témoignage ! Une famille en construction, un amoureux "jaloux", la joie de la découverte du monde poly, la joie de pouvoir aimer autant qu'on le ressent. 

J'avais beaucoup d'idées de ce que "devait" accepter le papa de mes enfants. Par droit (après tout, c'est ma vie, on ne peut pas m'empêcher d'aimer !), j'ai beaucoup beaucoup forcé la main,  jusqu'au jour où j'ai tellement mis en crise notre couple que la question de séparation se posait. J'avais à ce moment là une fille de 2 ans et demi. Je me suis pris un sacré coup de pied quand je suis passée du "j'ai le droit" que je prônais depuis un an au "je choisis". Non, mon amoureux-papa ne pouvait pas supporter cette situation et il ne changerait pas dans la minute. C'était le temps du constat, et c'est à ce moment que j'ai commencé à faire des choix en conscience.
J'ai choisi de garder ma famille solidaire. Je ne me reconnaissais pas non plus dans le schéma de la famille recomposée. J'ai aussi choisi de garder le lien avec mes deux amoureux. Avec le papa c'est quotidien, et avec mon deuxième amoureux, je garde un lien écrit. Je ne le vois pas car ça, le papa ne le supporterait pas. Le lien n'est pas du tout le même, pas du tout avec la même intensité ni la même disponibilité. Il n'y a clairement aucune équivalence, à mon grand regret. Mais au moins je peux goûter à la paix de nos liens. Je joue sur un terrain dans lequel ma famille se sent en sécurité mais sur lequel je peux aussi garder au moins contact avec mon deuxième amoureux. Ces liens permettent que nous continuons d'évoluer. Le polyamour n'est pas une affaire classée. Je ne l'ai pas mis au placard, autant me renier entièrement à ce compte là ! Mais j'ai adapté le rythme. Chacun cède une petite parcelle de terrain. Je sais que c'est en processus. En se sentant respectés dans nos rythmes, nous avons mieux envie de faire des efforts les uns pour les autres.

Je considère toujours que j'ai le droit (de pratiquer le polyamour), parce que je suis un être individuel qui n'appartient à personne. Seulement, si je veux vivre avec ma famille en harmonie, je me demande de respecter les ressentis du papa pour qu'il ne se sente pas en insécurité constamment. J'aimerais tant qu'il ne soit pas jaloux, que tout se passe harmonieusement entre mes deux amoureux, qu'on soit une polyfamille, que... Mais en fait ce n'est pas le cas et je ne les changereai pas.

Se découvrir polyamoureux quand on a une famille, je trouve ça difficile, d'après mon expérience. Je me dis maintenant que j'aurais aimé entendre et accepter plus tôt que j'aimais plusieurs personnes simultanément. Mais on évolue tous les jours et mon chemin est celui-ci. Le papa de mes enfants et moi parlons beaucoup beaucoup beaucoup. Il est ouvert théoriquement sur le sujet et demande à évoluer. C'est peut-être là que tout se joue. Je suppose que ton amoureux aura moins de chance de se "braquer" s'il se sent entendu. Si au fond de lui il a envie d'évoluer sur le sujet, il doit aussi sentir que tu es prête à suivre son rythme.
Je pense que le tout est de savoir pour toi ce qui est LE PLUS important. C'était important pour moi qu'on respecte mon droit d'aimer, mais apparemment, c'était encore plus important pour moi de vivre avec ma fille tous les jours (dans cette balance n'apparaît pas le choix d'aimer lui ou l'autre, qui, dans l'équation, s'annule, puisque je les aime autant tous les deux). 

Je te souhaite bon courage dans ce moment. J'entends une certaine détresse et de l'impuissance peut-être. Ce n'est un moment facile pour aucun de vous, j'imagine. Alors, en pensée, tu as tout mon soutien.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

lalila

le jeudi 12 février 2015 à 11h55

Merci pour vos réponses...
@lauetjo et alix, merci pour votre soutien.
@ juliejonquille, je me reconnais dans ta façon d'écrire et d'exprimer ce que tu ressens, même si les problématiques de base ne sont pas les mêmes... je me reconnais dans ta façon de ressentir les choses!
@lulutine, j'ai bien conscience que je suis dans une phase où je tente d'entraîner avec moi mon homme dans une aventure qui n'est peut être pas la sienne, mais j'aurais tort de ne pas essayer, non?! En étant face à la peur de le voir partir, je vois que je tends à réagir comme alix: je protégerai ma famille et ferai le pas en arrière nécessaire, tout en ne renonçant pas à ce que je suis... je crois beaucoup en les vertus du temps même si la patience n'est pas ma plus grande qualité :-P
Ce qui m'a amenée sur ce forum, c'est un besoin de soutien face à la tristesse profonde qui atteignait mon T et qui évidemment me rendait à mon tour très très triste. C'est difficile de se faire voir en quelques lignes, de choisir les bons mots pour bien transmettre qui on est. Je ne crois pas être dans le délire "avoir le beurre et l'argent du beurre", ou peut être que si, mais qui le refuserait?! Rêver au plus haut, c'est moteur!!
La notion de liberté m'interroge énormément: libres amours, libre choix d'être mono ou poly, libre de partir, libre de rester... est ce que j'ampute sa liberté quand je lui demande de me laisser la mienne?
N'étant que dans le début de mon raisonnement par rapport au polyamour, je suis encore dans la croyance que cette façon de vivre est la "bonne", j'y vois de l'indépendance, de la tolérance, de l'ouverture à l'autre, de la reconnaissance, de la clairvoyance sur les notions de désir et de nature, du refus de l'aliénation à l'autre.... attention, je ne dis pas que les couples mono se trompent, mais je trouve que le polyamour répond à des problématiques que tous les couples mono rencontrent et qui sont habituellement réglées par des interdits frustrants, voire arbitraires, régis par des lois sociales éloignées des réalités humaines.
Alors oui, j'essaie de tirer mon T vers ce que je crois être le haut! S'il vous plait, si selon vos avis je me trompe, merci de me le dire doucement et de façon bienveillante, je suis encore fragile dans mes débuts de polyamoureuse empêchée! !!
Merci en tout cas pour le temps accordé a me lire et m'écrire...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 12 février 2015 à 12h33

lalila

La notion de liberté m'interroge énormément  : libres amours, libre choix d'être mono ou poly, libre de partir, libre de rester... est ce que j'ampute sa liberté quand je lui demande de me laisser la mienne  ?

Non, c'est pas au moment où tu prends ta liberté que tu le contraints, c'est si tu lui demandes de rester même avec ce changement, si tu te poses pas comme option que tu peux avoir à prendre, de le quitter. Après, lui peut choisir entre sa liberté d'être dans un cadre exclusif et sa liberté d'être en relation avec toi.
Puisque deux options insatisfaisantes (être poly sans lui ou être mono avec lui) se posent pareillement à toi, en plus de l'option commune "on essaie", tu peux comprendre pourquoi on peut ne pas avoir envie de sa propre liberté...

En revanche, oui, l'exclusivité est un libre choix, mais un échange de contraintes plus fort, donc ampute, de fait, ta liberté.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Chupapink

le jeudi 12 février 2015 à 13h30

J'ai tout lu avec beaucoup d'attention car tout ceci me rappelle beaucoup de chose. Je vais faire court car je n'ai pas beaucoup de temps (mais je voulais quand même donner une idée). Dans tout ça, il y a aussi la possibilité de vous séparer mais en conservant votre relation. Je conçois que ça puisse être étrange puisque je suis actuellement dans ce cas. Mon mari et moi ne vivons plus ensemble. J'ai fini par accepter cette réalité, par contre notre histoire n'est pas pour autant terminée puisque nous continuons à nous voir, à passer des soirées et nuits ensemble. Lorsqu'il est là, nous sommes en famille (j'ai également 2 enfants de 4 et 7 ans). J'ai certes perdu ma vie d'épouse comme on l'entend dans la "norme", mais je n'ai pas perdu ma vie de couple. Il a quelqu'un de son côté, et moi du mien. Et finalement, même s'il y a des hauts et des bas, la situation convient plus ou moins à tout le monde. J'aurais pu le forcer à rester mais c'est moi qui l'ai mis dehors, car la situation n'était pas supportable à l'époque pour nous deux. Aujourd'hui, le fait qu'il ne vive plus avec moi, s'il veut encore d'une relation avec moi, c'est directement de son choix, qu'il accepte ou pas mon amoureux. Je ne le force pas, je ne peux pas. On ne peut pas forcer quelqu'un à réagir ou ressentir comme on le voudrait. Par contre, on peut dire ce qu'on ressent, on peut expliquer pourquoi, on peut rester présent pour montrer qu'on est toujours là et que ça ne change rien aux sentiments, mais le travail est à faire de l'autre côté sur ce qu'il veut ou pas, sur ce qu'il peut supporter de vivre ou pas.
Voilà, je voulais juste partager avec toi mon expérience sur une autre possibilité.

#

polpolp (invité)

le jeudi 12 février 2015 à 15h49

Tu veux tirer T vers ce que tu qualifie de haut mais c est TON haut et pas le sien, on pourrait dire que tu l entraine vers le bas au final, vu la souffrance qu il subit, historiquement sa n a jamais amener des bonnes choses de vouloir imposer sa vision des choses.

Tu parles de liberté mais c est contradictoire avec ton idée de haut, car dans ta liberté tu empêche celle de T.

J ai l impression que vous n êtes tout simplement plus sur le même chemin, c est pas faute d amour, c est une évolution différente.

#
Profil

centaure77

le jeudi 12 février 2015 à 16h57

Bonsoir Lalila,
Beaucoup de justes réponses a tes questions, quelques mots vers toi pour tenter d’éclaircir ta réflexion.
Je crois que tu te noie dans ta réflexion sur le Polyamour, tes attentes et tes envies…le problème se situe plus prosaïquement. Quand une histoire d’amour se crée et se pérennise les deux personnes s’articulent autour d’un ensemble de points communs, de projets, d’idées…tout ce qu’on voudra ! il y a donc un contrat tacite et invisible qui lie les êtres, chacun prend une place. La vie et ses tribulations nous font évoluer plus ou moins ensemble. Le problème se crée lorsque l’un des deux change complétement ou soudainement. Si a la place du Polyamour tu annonçait a T que tu veux tout quitter pour vivre sur le plateau du Larzac car tu en as assez de cette vie corrompue, que tu veut un retour à la nature, cultiver du bio et vivre des fruits de tes cultures ton conjoint dira oui ou…non ! Le problème de fond ne sera pas le Larzac mais le fait que tu change complètement les données sur lesquels votre couple s’était entendu. Ton conjoint peut dire clairement : « non, je ne partirai pas dans le Larzac et si tu part tu partiras seule », après tu peux lui fournir des témoignages de gens qui vivent là-bas et qui trouve cela bien, lui donner des guides touristiques et des reportages sur le Larzac mais il peut ne pas changer d’avis pour autant…le problème ne résidera pas non plus sur le fait qu’il est plus sain pour toi et ta famille de vivre au milieu de la nature, le problème restera que T dira : « je t’ai connu aimant la ville, je travaille ici et mon travail me plait je n’irai pas m’enterrer dans le Larzac, point final ». Après soit tu renonce et reste en ville avec T ou tu part, coute que coute, dans le Larzac, sans lui.
C’est aussi simple que ça !

#
Profil

lauetjo

le jeudi 12 février 2015 à 18h36

Bonsoir Lalila,
Ne vous noyez pas...
Après avoir écrit quelques lignes qui exposaient la difficile position du "poly-acceptant" je veux vous faire partager autre chose : le retour de la poly-amoureuse...
Lors de ses derniers séjours avec un autre homme, j'ai du affronter quelques (grosses) baisses de moral, quelques (énormes) vagues de jalousie.
Puis, c'est le jour du retour de la poly-amoureuse. Je fais la cuisine, j'allume des bougies, j'oublie les difficultés, j'oublie mes désirs de voyeur, les questions (scabreuses?) que je voudrai poser, je ne pense qu'à mon désir d'elle. Elle revient... elle est belle, elle est heureuse de cette liberté par moi consentie et acceptée.
Elle est heureuse aussi, visiblement de me retrouver. Elle me désire, me le fait sentir...
....
Elle repart dans une semaine pour quelques jours avec un autre homme... Il me reste à penser avant tout au soir où elle reviendra et que je prépare mentalement avant même son départ. C'est la meilleure posture que j'adopte pour surmonter les démons de la jalousie.
Je veux encore dire que je sens déjà, 8 jours avant son départ, des manifestations (discrètes mais fréquentes) de tendresse envers moi, parce que j'accepte de lui donner cette liberté. Elle va partir, cela reste difficile, mais, paradoxalement, je reçois alors confirmation de son désir de moi.
Prenez soin de vous. Soyez délicate (c'est tout fragile un homme !!!)
Laurent

#
Profil

bonheur

le vendredi 13 février 2015 à 18h45

Un être humain est tout fragile. Lauetjo, je ne te connais pas mais tu es merveilleux. L'amour rend beau, belle et heureux-se. Chaque amour !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion