Polyamour.info

artichaut

artichaut

Rennes (France)

Participation aux discussions

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 14h20

ou encore ceux là.

Et on pourrait de même, faire une liste des privilèges mono. Mais là je sors totalement du sujet de ce fil…

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 14h11

Tu ne peux pas, à partir de ton cas perso, demander qu'il y ai une relativisation des privilèges hommes/femmes. Tu te trompes de combat.

En revanche tu peux demander à être plus pris en compte dans ta spécificité et avec ce qui fait ton histoire personnelle, …mais pas au nom de tous les hommes. Hommes qui au demeurant, on l'air de te faire souffrir toi également.

Et faut-il rappeler qu'il n'y a pas que les privilèges homme/femme à prendre en compte ?

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 13h50

Acajou
@artichaut
Merci pour ton point de vue, ça m'éclaire, car je ne pensais pas que c'était si difficile pour toi ou pour d'autres.

Ah oui, désolé Acajou si mes posts, donne souvent l'impression que c'est facile pour moi (encore ce truc, en tant que mec, de tjs devoir paraître sûr de soi, et maître de ce qui nous entoure). En vrai, comme je présume, pas mal de gens ici, bien sûr que je galère aussi. C'est sans doute même, une des raisons pour laquelle on viens ici et qu'on y reste… on se sent moins perdu.e qu'à galérer tout.e seul.e dans son coin…

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 11h26

je n'ai pas l'habitude d'utiliser les smileys alors je ne les comprends pas, …limite je ne les vois pas…

et comme y'a des asex qui viennent sur ce forum (encore récemment une nlle abonnée, sans compter celles et ceux qui n'oseraient pas le dire), alors je préfère rester vigileant…

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 11h14

Je partage l'avis de bidibidbidi.
Il y a une différence entre reconnaître que l'on peut être sexiste et oppressant, même malgré-soi, et en faire un passage obligé pour comprendre la vie.

Acajou
Du pain sur la planche ? Mais c’est rien ça, c’est mon quotidien depuis toujours.

Ben tant mieux, si c'est déjà ton cas…
Moi ça me semble du pain sur la planche, et un travail de tous les jours. Et je sent bien qu'il manque plein de choses dans cette liste, et que je cherche encore.
Perso il m'a fallu du temps pour comprendre que l'affection, la rassurance, la sécurité affective, la tendresse, la valorisation mutuelle, etc …avec des femmes, peut être partagée autrement que par des relations dont le sexe est le centre, ou surtout : dont le sexe serait la porte d'entrée.
On vit tellement dans une société hypersexualisée, qu'on a tendance à en oublier tout le reste.
Paradoxalement, c'est quand je me suis mis a vivre des relations affectives non sexualisées, et a y attacher vraiment de l'importance …que des possibilité sexuelles se sont offertes a moi.

On se met trop la pression sur la question sexuelle.

Et c'est peut-être ça le sens de la phrase de ton père : le sexe on le trouve quand on arrête de le chercher. …mais arrêter de le chercher, ça veut dire le remplacer par autre chose. Et notamment combler ses besoins affectifs autrement que par le sexe.

Et le fait d'en avoir réellement moins besoin, parce qu'on trouve ce qui nous manque ailleurs, fait qu'on arrêtes d'être obnubilé par cette question, on arrêtes d'être relou avec ça. Et tout d'un coup, ça devient plus simple, et plus facile.

Et dans le truc d'aborder une femme dans la rue (en espérant quoi ? un plan-cul ? une grande histoire d'amour ? résoudre nos problèmes affectifs ?) j'ai l'impression qu'on se plante toujours.

Enfin, c'est comme ça que je vois les choses.

Message modifié par son auteur il y a 9 heures.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le jeudi 18 janvier 2018 à 09h30

bidibidibidi
Ce sont des gens vraiment bizarre !!!!!
Moi, je suis hypersexué :-P

Ce serait bienvenue de ne pas stigmatiser les asexuel.le.s sur ce forum.

Les "Moi, je" sont rarement constructif dans un débat.

Que tu soit "hypersexué" c'est ton problème. Mais en quoi ça induit quoique ce soit sur ce que sont, ou devrait être, les autres ? À moins, que tu te considère comme une norme, un exemple à suivre ?

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 17h46

Si s'écouter et se respecter soi-même est de l'individualisme, alors oui il y a de l'individualisme dans le polyamour.

Après, si le polyamour donne l'impression (surtout à des monos semble-t-il) de vouloir PLUS (plus de relations, etc), moi je dirais qu'il s'agit surtout de vouloir MIEUX, …et pas que à titre individuel, pour le coup.

Finalement, relations multiples ou pas, c'est pas ça qui prime.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 17h18

Et concrétement ça veut dire par exemple :
- arrêter, mais alors définitivement, d'accoster une femme dans la rue
- cesser de draguer une femme, où que ce soit, par rapport à des ressentis sur son seul physique
- cesser les commentaires sur la manière dont elles sont habillées, belles, moches, etc
- se démerder seul avec sa frustration (la masturbation c'est pas fait pour les chiens)
- cesser de tenir les femmes pour responsable de nos malheurs
- cesser d'attendre des femmes qu'elles nous rassurent, nous consolent
- développer des relations affectives et de rassurance avec des mecs
- développer des relations non-sexuelles (intellectuelles, sportives, artistiques, affectives, ce qu'on veut…) avec des femmes (et des hommes)
- ne pas proposer de partager du sexe à une femme avant au moins 3 rendez-vous (si elle en a envie avant, elle peut le proposer)
- verbaliser ce qui se passe dans la relation, énoncer les trucs chouettes sans arrière pensée, accepter que la relation évolue et devienne quelque chose qui nous échappe
- ne pas idéaliser la femme, la relation, ni les mépriser en tant que tel
- dans tous les cas, accepter que cette relation se poursuive sans sexe, et ne pas casser la relation s'il s'avère qu'il n'y aura pas de sexe
- accepter d'entendre les limites de l'autre
- proposer des espaces de paroles, de résolution de conflit
- etc

On est vraiment loin du «  laisse-les venir, ça se fera tout seul ».
Au contraire y'a du pain sur la planche !

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 16h49

Vu Acajou, ce que tu raconte ici et ce que tu as dis sur un autre fil, j'ai l'impression que là où tu as un train d'avance sur pas mal d'autres mecs (y compris sur ce forum) c'est que tu sais que tu es sexiste, que tu es un agresseur, tu le sais, tu l'acceptes, tu ne t'en défends pas. Et c'est déjà beaucoup. Mais il ne faudrait pas pour autant, en faire un point d'auto-identification, le valoriser, et le préconiser comme solution à toutes et à tous.

Ce que dit la vidéo que tu nous a partagé, pour moi, c'est pas "c'est cool l'inversion des rôles", mais plutôt, vas-y "mets toi à la place de l'autre, avant de te plaindre de ta condition, mais mets toi y vraiment… et si tu le fais, et que tu comprends, tu demandera à revenir à ton statut précédent, et tu reviendras de ce voyage, un peu moins fier et plaintif, que tu ne l'étais auparavant, et à partir de là, peut-être qu'un dialogue sera possible".

Si les femmes cis hétéro, on pour beaucoup, un travail à faire d'acquérir de la confiance en soi, de prendre plus souvent l'initiative, etc (sans pour autant devenir harceleuses, agresseuses, à leur tour !), le travail des mec cis hétéro c'est pas juste d'être plus gentil, mais c'est de reconnaître qu'il sont sexistes (ne serait-ce que socialement puisqu'appartennant au genre dominant, …les féministes disent structurellement ou systémiquement sexistes), et ça tu l'as déjà fait semble-t-il, mais c'est aussi, se mettre à la place des femmes, non pas pour récupérer, en plus de leur privilèges, le peu d'avantages que les femmes ont, ou semblent avoir, socialement, ni pour parler à leur place, mais juste pour (essayer de) comprendre ce que veut dire être une femme, dans ce monde là. Bref développer un peu d'empathie profonde.

Les relations hétéros ne sont pas forcément vouées à être systématiquement sexualisées. Il ne s'agit sans doute pas, en effet, d'appliquer le précepte passif «   laisse-les venir, ça se fera tout seul », bien au contraire il y a un vrai travail actif à faire, mais il s'agirait plutôt, à mon sens, au lieu d'accoster des femmes coûte que coûte, de reconfigurer totalement les relations hétéros, pour faire que le sexe ne soit pas (mais alors plus du tout) le truc premier, à travers lequel tout se cristallise.

Réapprendre à considérer l'autre. Entretenir des relations, anecdotiques ou privilégiées, à partir d'une autre base que le sexe et le pouvoir de domination. Construire de manière poly des relations de confiance. Alors des portes s'ouvriront plus sereinement et plus facilement. C'est du moins comme ça que j'imagine les choses.

Voir dans le contexte

Discussion : Rebonjour

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 15h42

Bon retour ici Merlyn.

Concernant ta compagne, c'est plus que du progrès. Plutôt même, elle a tout compris !

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 08h52

Acajou
mauvaises intentions… une femme, bien sexy… je suis très méchant !… contacts non sollicités, …j’ai peur des fantômes la nuit dans une rue sombre… demander à une femme de me rassurer… Je lui montre que j’ai bien la trouille surtout… faut pas écouter les femmes… pour perdre confiance en soi, il n’y a pas mieux… pour être un peu sexiste, les femmes sont les reines des mythos et des excuses à la con… Pour celles qui ne sont « pas intéressées », en général il y a toujours des failles pour éveiller leurs désirs…

…euh… les femmes sont "bien sexy", te font perdre ta confiance en toi, faut pas les écouter, mais trouver leurs failles, surtout pour celles qui ne sont « pas intéressées »… elles sont mytho, c'est toi qui a la trouille dans une rue sombre, alors tu leur demande de t'y rassurer !

outch… tu utilise (je vois pas d'autres mots… ou bien… manipule, intimide) des femmes que tu considère comme mytho ou dans le meilleur des cas "bien sexy", pour te rassurer dans les rues sombres

ça veut dire que non content de les mépriser, tu t'appropries les peurs qu'elles pourraient avoir, et leur demande en plus de te consoler

mais c'est quoi "une femme" pour toi Acajou ?

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le mercredi 17 janvier 2018 à 02h19

@aruspice

C'est pas qu'on aime pas te lire. C'est plutôt la manière de faire qui ne va pas.

Comme ça t'as déja été dit suggéré sur un autre fil, puisque tu sembles avoir des choses intéressantes à questionner ouvre un fil spécifique ("Nouvelle discussion" en haut à droite de ton écran), donne lui un titre, essaie de synthétiser ce que tu veux nous partager, évites de soliloquer ou nous faire la morale, et si en plus tu veux bien nous parler un peu de toi, de ton parcours, ça peut aider à comprendre les problématiques.

Bon et sinon le dénigrement systématique, en tant que poly, on s'en prends déja plein la tronche dans la vie réelle. Ce forum est un forum polyamoureux, donc qui tente de faire vivre un autre son de cloche. C'est normal qu'il y ai une certaine ligne commune. Après c'est pas si normatif que tu semble le penser et y'a largement la place ici pour la critique théorique, la remise en question anthropologique ou ce que tu voudras.

Et puis faire des réponses en chaîne à des post de plusieurs années en arrière, ça ressemble un peu à du spam ou du troll.

Ça veux pas dire qu'il faut jamais poster dans les fils, ni répondre à des vieux posts, mais un peu plus de parcimonie (au moins au début) sera très certainement appréciée…

Sache aussi que tous ces fils aujourd'hui liés par leur temporalité, ne le seront plus du tout dans 6 mois, et que par souci d'archive c'est bien de pas poster n'importe où, en faisant référence à un autre fil sans le citer, car sinon tout ça deviendra très vite incompréhensible et donc obsolète.

Sans vouloir parler au nom de toutes et tous, j'ai envie de dire :
Bienvenue parmi nous, si tu veux bien y aller plus mollo et prendre un minimum en compte ce qui t'es suggéré.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le mardi 16 janvier 2018 à 22h58

le harcélement qu'il soit dans la rue, ou sur un forum reste du harcélement.

les motivations avancées sont souvent les même : comme dit très justement Camille_B « de grande généralités qui s'ancre exclusivement dans un sentiment d'injustice lié à votre obsession pour les mâles qui seraient "désavantagés sur le marché sexuel". ». (tiens de la lecture)

Les méthodes sont aussi les mêmes : fausses questions, hameçonnage, bombardement d'ego, invectives généralisantes, etc

Et par contre
- sans s'inquiéter de savoir si ça dérange
- sans prendre la peine de synthétiser ou se mettre vraiment en jeu
- en se moquant des demandes à être moins désagréable (comme celle de Caoline )

Qui refuse de "discuter de manière approfondie" ? On se le demande…

Mais continuons notre chemin, ça ne mérite pas de s'attarder.

Voir dans le contexte

Discussion : Couple, amourette à 3, jalousie, travail

Profil

artichaut

le mardi 16 janvier 2018 à 19h33

J'espère Babette que tous ces messages pas forcément facile à recevoir ne t'embrouillent pas encore plus.

N'hésites pas à prendre ton temps pour tourner tout ça dans ta tête, à prendre du recul, à ne pas forcément nous écouter.

Et puis tu va pouvoir causer avec sophie bientôt, dont tu nous disais "elle dit toujours ce qu’il faut dire". Explique lui comment c'est difficile pour toi de les savoir travailler ensemble, mais comme d'autres l'ont dit, tâche de faire aussi la part des choses et ne pas surestimer ce que travailler ensemble veut dire (c'est pas des vacances non plus, hein !).

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

artichaut

le mardi 16 janvier 2018 à 19h14

Lily3110
j’aimerai pouvoir en parler càlmement avec lui, essayer de voir s’il est possible d’avoir une relation saine, ou il n’y a pas de mensonge mais j’ai besoin de savoir ce qu’il fait et avec qui...

Jusqu'à un certain point c'est possible, ça peut faire parti du "deal", mais vouloir tout savoir est un piège. Ça veut dire qu'il n'y a pas de confiance entre vous. Et il faut aussi lui laisser son jardin secret.
Il est peut être préférable de demander à savoir où et quand, plutôt que ce qu’il fait.

Lily3110
Comment se passe les relations poly/mono ? Est ce que ça peux marcher ?

As-tu lu les liens que je t'ai indiqué ? Il y avait quelques infos sur la question.
Oui ça peut fonctionner, mais ça demande beaucoup de compréhension et de mise en jeu.

Voir dans le contexte

Discussion : Établir une Filmographie sur le polyamour

Profil

artichaut

le mardi 16 janvier 2018 à 13h09

Je découvre à l'instant encore une filmographie (comme quoi en fouillant sur le net… !), qui ajoutent de nouveaux item à ma liste, et la complète agréablement.

Filmographie poly de Howard A. Landman, en anglais et datant de 2003, mais avec des commentaires poly (ça c'est la classe, …n'en déplaise aux anti-spoil).

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

artichaut

le lundi 15 janvier 2018 à 21h11

Bienvenue Lily3110.

Bon tu es sur un forum poly, tu te doutes que tu te jette un peu dans la gueule du loup (ceci en préliminaire à ce qui va suivre).

Ton âme soeur n'est pas polyamoureux, du moins dans ce que tu racontes, et sans présager de ce qu'il a pu être avant ou avec d'autres. Il est non-exclusif. Le polyamour ne souffre pas la tromperie. Du coup il a du chemin à faire de ce côté là… s'il veut devenir poly.

Ensuite pour répondre à ta question, oui ça existe des poly qui deviennent mono (j'en connais), mais c'est rare, très rare, et c'est par décision personnelle, non parce qu'on tente de leur imposer.
Tu peux lire un texte souvent cité ici (et aussi celui-ci).

Et plutôt moi je dirais que tu as entièrement raison de lui demander de te dire la vérité, mais, et il y a un gros mais, ce serait grave te leurrer de le faire en exigeant de lui qu'il soit exclusif. Il t'as trompé, il te retrompera. Et j'irais plus loin en disant que pour moi, dire "je lui ai avoué aussi que le jour ou il ressentirait le besoin de voir quelqu’un d’autre, notre relation s’arreterait là" c'est
- d'une part refuser d'accepter de qu'il est, ce qu'il dit être, et donc ne pas l'accepter dans son entièreté
- d'autre part refuser de te remettre en question, de faire ta part du chemin, etc.

Certes tu as le droit d'avoir des limites et de les poser, donc tu as le droit de faire ce deal que tu lui a proposé, mais ça ne me semble pas équilibré. Pourquoi devrais t-il se plier si toi tu ne bouges pas d'un iota ? Même si on est bien d'accord que pour le moment c'est lui qui a merdé et pas toi.
Donc pour moi, s'il est honnête avec lui-même, il devrait refuser ton deal. Ou je crains fort que vous ne vous embarquiez dans une histoire bien difficile, pleine de tromperie de reproches et de revirements à venir.

Alors plutôt je dirais
- soit tu renonces à ton histoire avec lui.
- soit tu choisis de ne pas savoir, et le laisses faire ce qu'il veut dans son coin, sans t'en parler, …mais tu es ok avec ça.
- soit tu acceptes qu'il EST non-exclusif, et vous tentez d'aller ensemble vers une relation poly (ou poly/mono).

Dans le 3ème cas, tu peux poser des limites, mais pas aussi radicales que celles que tu poses. Genre dire que tu auras besoin de temps, voire qu'il te demande ton accord avant, voire limiter les rendez-vous, etc mais il faut que tu sois sincère dans le fait de vouloir tenter d'accepter un jour son polyamour.

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

artichaut

le lundi 15 janvier 2018 à 19h14

Bienvenue parmi nous Mangosteen et merci pour ton témoignage.

Juste un truc, tu dis "Les seuls moments où ça me fait plaisir d'être abordé, c'est si on me demande un renseignement", p-être il faudrais ajouter "…quand ce n'est pas une technique d'hameçonnage, ou de pied dans la porte". Car c'est malheureusement beaucoup utilisé comme technique d'approche.

Par contre, bidibidibidi, je trouve ton raisonnement un peu simpliste. Car on est tous le gros lourd, de quelqu'un.e d'autre. Et la "drague" où qu'elle soit est possiblement lourdingue, et à vite fait de devenir harcèlement. Mieux vaut en avoir conscience, et pas trop chercher à s'en défendre, ou le nier.

Prétexter que la fustigation du harcèlement de rue nuit aux vrais dragueurs honnêtes (je caricature), c'est un peu voler la nuisance, et se plaindre à la place des victimes. Le harcèlement de rue nuit à celles qui le subissent. Reprocher de fustiger le harcèlement de rue parce que ça t'empêches de draguer, je trouve ça un peu osé. Genre faudrait pas fustiger les chauffards meurtriers parce que ça empêcherais ceux qui aiment conduire sportivement, et impressionner les passants sur le bord de la route, de le faire. Mouais…

Par contre là où on pourrait critiquer la fustigation médiatique du harcèlement de rue, c'est que ça sert surtout à stigmatiser une certaine partie de la population, à savoir celle qui vit dans la rue (population pauvre, sdf, immigrée, etc), et à ne surtout pas parler du harcèlement dans les milieux "propres sur eux", fêtes d'amis, sites de rencontres, sorties, rando, voyages, sport, bar, etc.

Le harcèlement de rue n'est que la minuscule partie émergée de l'iceberg de la domination masculine, dont la drague de rue, ou la drague tout court, fait complétement partie, au même titre que plein d'autres choses, jusque dans nos maisons, dans nos familles, dans nos lits, dans nos milieux poly, etc.

Il n'y a pas d'un côté les gentils dragueurs de rue, et de l'autre les méchants harceleurs de rue. Il y a des façon de faire différentes (avec plus ou moins de finesse) mais tout aussi relous.

Je crains par exemple que dire "Une attirance, ça se contrôle pas" soit une manière de justifier des comportements hautement sexistes. Tu ne contrôle peut-être pas ton attirance, mais tu peux contrôler le fait de la partager et de l'imposer à l'autre.
En clair que tu sois attiré importe peu. Garde le pour toi, t'évitera de faire chier ton prochain. Sauf dans les cas exceptionnels (mais une fois tous les 5 ans, pas une fois par semaine) décrit par Camille_B.

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le lundi 15 janvier 2018 à 15h20

Je signale ces témoignages sur le blog d'Audrey, avec le tag "infidélité" (pratique les tags !).

Si quelqu'un.e veut prendre le temps de les lire, et signaler les histoires qui tournent bien… (je préfère à "qui finissent bien") etc.

À lire nos différents témoignages, je suis en train de m'imaginer une typologie des histoires infidèles tant il est vrai qu'il y a des différences, mais aussi des choses qui se recoupent, dans toutes ces histoires.

Je signale aussi ce fil à propos d'histoires qui tournent bien (avec ou sans infidélité). Avec d'autres liens cités par LuLutine dans le fil.

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

artichaut

le lundi 15 janvier 2018 à 01h56

@bonheur

Moi aussi ça m'a sidéré, et ça me sidère encore, qu'un psy (psychiatre/psychanaliste en l'occurence) s'autorise à inciter sa patiente au mensonge… (à limite lui était p-être pas au courant pour les histoires de capote, mais même).

Je ne la, ni me considère comme coupable, mais je me dis qu'aujourd'hui je saurais mieux gérer une telle situation, et que ça ne ménerai pas fatalement à une rupture.

@Ludolie

Bravo pour l'inscription et donc bienvenue !

Merci beaucoup pour ces précisions (ça fait un peu moins "histoire incroyable" mais ça la rend d'autant plus humaine justement). Et ça n'en fait pas moins, ce que Watson demandait, une histoire de tromperie qui finit bien.

Étonnant que malgré "ces années difficiles précédant notre rupture" tu sois revenue alors. Sans doute qu'il y avait autre chose, et/ou que tu as sentie que des choses étaient en train de bouger de son côté.

Ludolie
j'explique et je reexplique que la seule raison qui pourrait faire que notre couple s'éteint, c'est si on arrête d'y faire attention, pas à cause de l'arrivée d'autres personnes dans nos vies.

Tout à fait !

Voir dans le contexte

Retour au profil

Espace membre

» Options de connexion