Polyamour.info

bidibidibidi

bidibidibidi

Paris (France)

Participation aux discussions

Discussion : [Le site] Bientôt 10 ans

Profil

bidibidibidi

le jeudi 19 avril 2018 à 11h28

Moi, ça m'amuserait de mettre une bouille sur vos pseudos. Donc si ça se fait, je ferai en sorte d'y être.

Voir dans le contexte

Discussion : Mes insécurités l'ont perdue...

Profil

bidibidibidi

le mercredi 18 avril 2018 à 09h47

Pour le concert, vas y accompagné. Prends une copine, ou même une inconnue, explique lui la situation, et demande lui de t'accompagner au concert. Décide d'ignorer C, et de vivre toi aussi.
Ouvrir son coeur est une bonne manière de rencontrer les gens, tout comme tu nous rencontres ici. Et il existe beaucoup de parfums différents, une fille peut te paraître inintéressante au premier abord parce que tu te connectes principalement mentalement via tes goûts et tes passions, mais essaye de rencontrer quelqu'un via un autre biais, explore tes zones de méconnaissance relationnelle.

Au pire (attention, idée à la con de Bidi³), prends toi une escort. Elles sont jolies, souvent rodées à la conversation (si tu évites les prostituées bien sûr) et si tu ne la recrutes que pour un concert, ça devrait pas te coûter un bras. Meilleur moyen d'envoyer à C un message déroutant tout en passant une excellente soirée de ton côté.

Voir dans le contexte

Discussion : Mes insécurités l'ont perdue...

Profil

bidibidibidi

le mercredi 18 avril 2018 à 09h16

Dire à un partenaire relationnel "Je te méprise", c'est d'une violence inouïe.
Déjà, tu peux trouver des études sur Internet qui indiquent que le mépris entre deux partenaires dans un couple est un des meilleurs indicateurs de la rupture (beaucoup plus que le nombre de disputes par exemple).

Ensuite, c'est quelque chose que je ne dirais vraiment qu'au plus minable être humain. Mépriser quelqu'un, c'est ne plus voir en lui un humain, mais un sous-humain. Donc, pour moi, si une personne me dit ça, je stoppe instantanément la relation (ou je lui casse la gueule, au choix). A ce stade là, tu aurais dû couper les ponts, tu savais que tu étais avec une personne avec une personnalité toxique.
Alors, toxique comment ? Y a des mots qui sont rentrés dans le vocabulaire commun, pervers narcissique notamment, mais je suis pas psy. Donc le terme personnalité toxique est le mieux que j'ai à te donner.

Pour moi, tu as un gros souci d'estime de toi. Et comme toutes les personnes avec un problème d'estime, tu cherches à le combler par l'estime des autres. Sauf que c'est un puits sans fond. Tu ne pourras acquérir le respect des gens que si tu commences d'abord par te respecter. C'est ainsi que tu pourras échapper aux personnalités toxiques comme C qui se nourrissent de tes défauts d'estime pour redorer les leurs. Après tout, plus tu étais méprisable et plus tu l'adulais, c'était génial pour elle.

Bon, je suis peut-être un peu vache avec elle, et on a jamais que la moitié du discours, mais honnêtement, tu n'as absolument pas à t'en vouloir par rapport à ce que tu nous racontes. Maintenant, s'il est des choses que tu n'oses pas dire sur un forum, tu peux me contacter par MP (ou Siesta ou gdf, qui sont tous les deux des contributeurs respectueux de ce forum).

Voir dans le contexte

Discussion : Mes insécurités l'ont perdue...

Profil

bidibidibidi

le mardi 17 avril 2018 à 16h49

Bonjour anonimon,

Honnêtement, à lire ton témoignage, je ne sais pas comment tu as pu supporter tout ça. Ce n'est pas son polyamour le problème, c'est elle. Si j'en crois ton récit (on a jamais qu'un seul des deux témoignages), elle était méprisante avec toi, violente dans ses mots et ses actions, et peu respectueuse de ton état psychologique. Tu aurais dû partir beaucoup plus tôt, mais tu étais trop amoureux.

De ton côté, comment éviter que ça t'arrive encore :
- Gérer ta dépendance affective. C'est primordial. C'est un problème majeur chez les monos : Vous n'avez qu'une seule personne qui répond à tous vos besoins affectifs, et vous vous y accrochez bien trop fortement. En cas de chute, celle ci est hyper dure. Il faut que tu apprennes à être plus détaché, à ne pas construire ta vie autour de l'autre, mais autour de toi en incluant l'autre. Savoure le fait d'avoir une vie beaucoup plus équilibrée, c'est ça que votre relation t'a apporté, et c'est ça que tu dois faire perdurer. Si tu évites la dépendance affective, tu pourras aussi gérer bien mieux tes ruptures, en rompant avant que ça ne te fasse trop mal, et en souffrant moins de celles ci.
- Profiter de la vie. Tu t'es remis sur tes pieds. Ok, tu as un gros chagrin d'amour, mais il y a plein de poissons dans la mer. Cherche des relations dans des endroits où tu n'en cherches pas d'habitude, dans des cercles qui ne sont pas les tiens. Ainsi, tu pourras avoir des relations trop différentes de celle que tu as connu pour qu'il y ait comparaison. Et évite la classique relation de couple mono le temps que tu te sois reconstruit. Bon, je t'encouragerai bien à jeter un oeil au polyamour, mais c'est peut-être trop te demander.
- Arrêter d'accuser le polyamour de ce qu'il n'est pas. Ma compagne est mono, et grand dieu ça ne me viendrait pas à l'idée d'échanger un numéro devant elle. C'est du respect basique : Prendre en compte l'autre et faire en sorte qu'il vive bien la situation malgré ses difficultés d'acceptation.

Voila mon avis !
Bonne chance dans ta reconstruction.

PS : Résonner, pas raisonner. Tu fais quelque fois la faute, et comme le reste de ton expression est très bonne, je me permets de te signaler cette erreur.

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Où s'arrêtent mes besoins et où commencent les siens ?

Profil

bidibidibidi

le mercredi 11 avril 2018 à 10h31

Pour moi, il faut dissocier besoins et désirs. Un besoin, ça ne s'arrête pas. Tu as besoin de manger, si tu manges pas, on s'attend à ce que tu puisses devenir méchamment agressive. Si ton partenaire ne veut pas que tu remplisses un de tes besoins, tu n'as d'autres choix que de le quitter.
Pour les désirs, c'est autre chose. C'est pas nécessaire à ta vie, mais ça la pimente joyeusement. Déjà, faire la distinction entre les deux serait assez pratique. Parce que pour moi, ta question a une réponse : Tes besoins ne s'arrêtent pas. Et s'ils rencontrent les siens, il y a de forte chance que ça finisse très mal (et on ne s'attend pas à autre chose).

Voir dans le contexte

Discussion : Perdue sentimentalement entre deux hommes

Profil

bidibidibidi

le mardi 10 avril 2018 à 18h13

Pour moi, FraiseBanane, tu vas fort loin.
C'est pas parce qu'on est en couple avec quelqu'un qu'on a pas envie d'aller voir ailleurs. Le principe de l'exclusivité, c'est seulement de ne pas céder.

De là, tu as plusieurs solutions :
- Rester avec ton copain jusqu'à la fin de tes jours et lui être fidèle.
- Quitter ton copain, enchaîner les rencontres jusqu'à décider un jour d'en garder un jusqu'à la fin de tes jours et lui être fidèle.
- Décider que tu veux suivre tes envies et aller vers une relation libre ou polyamoureuse.
J'évite bien sûr les situations de mensonges qui ne me paraissent pas très saine.

Si tu parles d'emprisonnement au stade où tu en es, il y a peu de chance que ta situation s'améliore. A mes yeux, on ne fait pas bien par renoncement. Donc il faut que tu choisisses comment tu veux mener ta vie. Et que tu adaptes ton environnement à ton style de vie.

Un dernier point, il faut que tu dissocies sentiments et relation. Tu es amoureuse de ton copain, ça ne veut pas dire que tu dois finir ta vie avec lui. Tu dois construire avec lui la relation qui vous soit à tous les deux la plus profitable par rapport aux sentiments que vous éprouvez l'un pour l'autre.

Voila, mes deux centimes.

Voir dans le contexte

Discussion : Condition "matérielle" pour voir un nouvel amoureux

Profil

bidibidibidi

le vendredi 06 avril 2018 à 16h08

C'est un des points les plus galères à gérer.
Personnellement, j'ai fait appel à l'hôtel quelques fois, mais c'est assez désagréable (ça augmente le coût, le temps à investir, c'est moins intime et ça diminue l'adaptabilité, si par exemple il y a une annulation).
Au final, j'ai adopté le fait d'avoir un logement partagé. Une sorte de garçonnière, mais que je ne suis pas seul à utiliser. Je le "book" pour les jours où je compte voir quelqu'un, et le reste du temps le laisse à la disposition des autres. Mais ça demande de trouver d'autres personnes qui ont besoin d'un logement de manière irrégulière.

Personnellement, je me refuse à ramener quelqu'un chez moi (nous en fait, vu que j'y vis avec ma compagne), purement et simplement. J'ai la chance de pouvoir l'éviter, mais je reconnais que c'est une vraie gageure.

Voir dans le contexte

Discussion : Polygynie… Le polyamour dans un seul sens ?

Profil

bidibidibidi

le vendredi 06 avril 2018 à 11h13

artichaut
…mais ce n'est pas pour ça que tu es légitime à imposer quoique ce soit à la chèvre.

Nullement. Mais si tu n'arrives pas à façonner ton désir, tu ne feras jamais rien avec une femme.
Donc si le mec d'Aletheia ne peut plus faire l'amour à celle ci parce qu'elle a d'autres hommes, c'est un problème grave dans leur couple : Le polyamour ne serait pas compatible avec leur sexualité.
D'où la question sur la possibilité de le faire changer volontairement.

Voir dans le contexte

Discussion : Polygynie… Le polyamour dans un seul sens ?

Profil

bidibidibidi

le vendredi 06 avril 2018 à 10h09

artichaut
Là je ne suis pas sûr de comprendre. C'est quoi le "politiquement correct" ? Est-ce que c'est le "désir de possession/soumission, très banal dans les relations sexuelles hétéros" ? Ou au contraire vouloir déconstruire des choses ?

Ce qu'entends Aletheia, c'est que dans la sphère sexuelle, les constructions mentales n'ont pas de prises. Si tu trippes sur les chèvres, tu pourras faire tout ce que tu veux, tu tripperas toujours sur les chèvres et les femmes ne t'intéresseront pas. Le désir se moque de la morale, de tes constructions mentales et de ta réflexion.

C'est là tout le coeur de sa réflexion : Est ce qu'on peut vraiment avoir une prise sur son désir et le façonner comme on le souhaite ?
Et je pense que la réponse est non. Le désir peut changer au gré des événements de la vie, mais je ne pense pas que ce soit quelque chose qu'on puisse volontairement altérer dans une direction qui nous arrange. Si on aime les chèvres, c'est pas en essayant de modifier ça qu'on arrivera à quelque chose. A la rigueur, une psychothérapie pourrait changer ça, mais rien ne dit qu'on ne finira pas par aimer les vaches à la place plutôt que les femmes.

Voir dans le contexte

Discussion : Polygynie… Le polyamour dans un seul sens ?

Profil

bidibidibidi

le vendredi 06 avril 2018 à 09h24

Aletheia
Savoir qu'il ne serait pas mon partenaire sexuel exclusif serait un gros "turn off" dans sa sexualité. Il ne sait pas comment approcher ça de façon rationnelle, car le désir est tout sauf rationnel et moralisable, n'est-ce pas ?

Est-ce qu'on peut choisir et changer la structure même de ce qui nous excite (dans ce cas-là, désir de possession/soumission, très banal dans les relations sexuelles hétéros) ? Est-ce que cette dialectique sexuelle peut être rationnellement, consciemment déconstruite, alors même que nos pulsions et désirs sexuels appartiennent au domaine de l'inconscient ?

Ce sont les questions que l'on se pose.

Pour lui, le "politiquement correct" n'a rien à faire dans la sphère de l'intime et du désir, et je comprends son point de vue et ses inquiétudes.

Je suis assez d'accord avec ce que tu exprimes. Autant je pense qu'on peut dompter la jalousie avec suffisamment de discussion, de réflexion et d'habitude, autant sur la sphère sexuelle, je suis beaucoup plus prudent et n'oserai affirmer cela.
Après, il existe des moteurs sexuels extrêmement violents et pas politiquement corrects du tout. C'est à dire que l'effet peut-être exactement inverse. Pour l'avoir vécu, tu peux avoir une explosion du désir dans un besoin de se rassurer quant au désir qu'on provoque chez l'autre. Ca peut être extrêmement intense. Et je pense que c'est dur d'être sûr de ce qu'on va ressentir sans l'avoir expérimenté avant.

Après, vous pouvez aussi faire une montée en puissance progressive. Qu'est ce qu'il ressentirai si tu embrassais un autre homme. Si tu dormais avec (sans rien de plus). Si tu passais un moment de tendresse avec. Etc... Ca peut permettre de découvrir si vraiment c'est si terrible pour lui. Mais bon, faut trouver aussi un homme assez gentil pour accepter de subir vos petits tests :-D

Voir dans le contexte

Discussion : Ruptures amoureuses, séparations affectueuses. Coral Herrera Gómez

Profil

bidibidibidi

le mercredi 04 avril 2018 à 11h05

Caoline
Eh bien, j'espère que tu n'as des relations qu'avec des personnes insensibles. Il me semble qu'il faut vraiment l'être pour prétendre ça.

Non. Après, il est vrai que je pars du principe que la communication est bonne, ce qui n'est pas toujours le cas. Mais quelque part, sans construction, j'accepte beaucoup plus facilement les revirements de l'autre. Une question de compersion. Enfin, c'est peut-être juste mon point de vue. Mais arrêter une relation à un instant t me paraît tout de même illusoire, je vois même pas sur quel critère on pourrait faire cela avant que ce soit le rapport entre plaisir et douleur trop désavantageux qui nous alerte.

Toutes mes condoléances. Ca faisait longtemps que tu avais perdu le contact ?

Voir dans le contexte

Discussion : L'individualisme et le polyamour — La mauvaise influence

Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 17h39

On est nombreux dans ce cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et asexualité

Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 16h46

@artichaut : On va passer par MP, parce que c'est du hors sujet.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et asexualité

Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 15h32

Personnellement, je pense que tu as fait le bon choix, MrP. Et que c'est même courageux et joli dans sa réalisation.
Permettre à ta femme de retrouver sa sexualité, c'est quand même important. Par contre, dans notre monde monogame, je ne sais si ça portera les fruits que tu attends, je l'espère pour toi.

Contrairement à ce que dit Acajou, je t'encouragerai à ne pas changer ton rapport à elle niveau sexuel. Après tout, elle est dominée avec son autre homme, et te domine, deux plaisirs différents, contradictoires. Je ne te conseillerai pas de revoir ta sexualité à son encontre sans qu'elle t'en fasse la demande, tu pourrais juste fausser complètement votre relation.
Par contre, je t'encouragerai à vivre le polyamour de ton côté aussi. Un défaut des couples monogames est que les partenaires arrêtent de se séduire au delà du début de la relation. Le résultat est que le désir s'étiole. Trouver de nouveaux partenaires permet de relancer le désir dans le couple originel. Le désir appelle le désir. Donc tu peux te retrouver avec une adolescente excitée dans les bras, ce qui n'est pas désagréable pour vous deux. Tu peux toi aussi te mettre au polyamour, et redevenir à ses yeux un homme conquérant, et donc un homme qu'elle se doit de désirer.

Mes deux centimes.

@artichaut : Ne mélange pas jeux de domination sexuelle et domination patriarcale, tu noies méchamment le discours, là.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Ruptures amoureuses, séparations affectueuses. Coral Herrera Gómez

Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 14h36

Pour moi, c'est illusoire, car les relations ne se terminent pas du tout comme elles commencent.
Elles commencent d'un coup. Avant, tu n'existais pas, après, tu es Anna.
Elles finissent très lentement, parfois sans s'en rendre compte, pas toujours à la même vitesse. On ne peut dire adieu juste avant qu'une relation ne commence à terminer parce qu'on a pas conscience qu'elle commence à terminer. Et puis, nous vivons dans l'idéal de la permanence des relations : Quand j'ai un ami un jour, je me dis que l'idéal est qu'il soit mon ami toujours. Et une relation peut s'étioler, parce qu'on part, on change, et puis un jour on revient, et elle reprend comme au premier jour.

Aussi, les ruptures ne sont difficiles que parce qu'on construit des choses, et c'est la fin de ces choses là qui font la douleur. Si j'aime quelqu'un, et que j'ai avec lui une relation sans construction, alors notre relation évoluera mais ne sera jamais source de malheur. Par contre, si je commence à construire avec ce quelqu'un, alors, la relation n'est plus juste elle même, elle est bien plus. Et c'est ça qui pousse à rester : Les enfants, la réaction de la famille, le retour à la solitude. Mais en restant, on pousse une relation dans des limites qui ne sont pas les siennes, et c'est là que ça devient dur, que la fin nous détruit, et au final, on se sépare malgré les enfants, augmentant encore la douleur, la honte, la solitude...

Mais on a besoin de construire, alors on fait des paris sur des relations. En ayant parfaitement conscience qu'un jour, elles nous feront tant souffrir.

Voir dans le contexte

Discussion : Et une de plus qui se questionne...

Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 16h59

Ho, je cherchais pas à convaincre qui que ce soit en fait. J'exposais juste mon point de vue, qui est que mentir est aussi une solution dans le cas présent, et qu'à mes yeux, il peut se justifier. Juste, j'aime pas le procès fait contre le mensonge. Il y a pour moi une différence entre dire : "Personnellement, je ne mentirais pas, car je me sentirai... " et "Le mensonge c'est mal !" ou " Si tu mens, il ne t'aimera plus toi mais une autre.". C'est pour ça que je réagissais au message de Caoline. Mais bon, j'ai souvent du mal à faire comprendre les nuances dans mon raisonnement, faudrait que je bosse ma communication.

Je trouve ça triste de pas accepter d'être aimé pour une partie de toi même. Autant je comprendrai que tu ne veuilles pas être aimé que pour ta plastique, autant ne pas vouloir être aimé en partie pour ça, c'est un peu extrême.
Après, le fait que tu ne sois pas visuelle, bon, ça, on choisit pas. Et oui, c'est certainement lié à l'hyperdéveloppement de tes autres sens, comme les aveugles qui ont une ouïe sur-développée.

Voir dans le contexte

Discussion : Pensées confuses concernant le polyamour

Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 15h47

Moi, je vais mettre mes fesses au chaud, j'ai la sensation que je vais avoir le côté épée de la plume à chercher la petite bête tout le temps !

Voir dans le contexte

Discussion : Et une de plus qui se questionne...

Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 15h47

Perso, j'ai une attirance énorme pour les femmes très grandes (et pourtant je suis sapiosexuel). C'est superficiel ? Certainement. J'ai choisi ? Non. Dois je l'ignorer ? Tant que ça me fait plaisir, je vois pas pourquoi.
Si ma copine rapetisse, mon désir baissera, j'y pourrais strictement rien. Elle non plus.
Je pourrais lui envoyer à la gueule, ou le garder pour moi. Dans tous les cas, ni moi ni elle n'y pouvons quelque chose. Par contre, moi, je peux décider de ne pas la faire souffrir en mentant par omission.

Pour moi, toute la vérité n'est pas bonne à dire. Le mensonge peut faire partie du respect.

Je suis si nul que ça en analogies ?

Voir dans le contexte

Discussion : Et une de plus qui se questionne...

Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 15h22

Je critiquais pas Caoline sur son point de vue, mais sur sa formulation culpabilisante.

Et je suis pas sûr que tout dire soit une bonne chose.
Si ton/a compagne te demande pourquoi tu le/a désires moins, tu lui réponds que c'est parce qu'il/elle a grossi et ressemble maintenant à une grosse vache ? Ou est ce que tu restes sur le constat que ton désir est en berne ? Au final, le résultat sera certainement le même, chercher à retrouver du désir, et puis, il/elle doit certainement déjà être préoccupé par son poids, mais dans le premier cas tu lui feras bien mal.
Dans le cas présent, Manipura peut parler de sa remise en question après avoir senti une forte attirance pour un autre homme, et juste omettre la partie qui fera souffrir son homme juste pour le faire souffrir. Je suis pas sûr que son couple s'en porte plus mal.

Voir dans le contexte

Discussion : Et une de plus qui se questionne...

Profil

bidibidibidi

le mardi 27 mars 2018 à 14h51

Caoline
Manipura, tu peux envisager de ne rien dire à ton compagnon et de continuer la relation avec lui ? Pour moi ça veut dire accepter que plus jamais il ne t'aimera toi puisqu'il ne saura plus qui tu es. Il aimera une image qu'il se fait de toi. Es-tu prête à ne plus jamais être aimée pour qui tu es vraiment ?

Je pense vraiment que lui et toi méritez mieux que ça car tout le monde mérite mieux que ça.


Message modifié par son auteur hier à 21h.

Désolé, Caoline, mais je trouve ta réponse super culpabilisante. Autant je respecte ton point de vue, autant ta formulation est manipulatrice.

:-)

Voir dans le contexte

Retour au profil

Espace membre

» Options de connexion