Polyamour.info

bidibidibidi

bidibidibidi

Paris (France)

Participation aux discussions

Discussion : Donner sa juste place à une relation secondaire

Profil

bidibidibidi

le vendredi 19 janvier 2018 à 16h02

Il y a effectivement aussi une différence d'âge non négligeable entre nous, d'où la transmission, d'ailleurs. Mais je mettais vraiment le sens de pupille en regard de professeur ou mentor.

Je ne pense pas que le manque de communication soit un manque d'attention. Je pense juste que certaines personnes communiquent plus et mieux que d'autres. Son histoire l'a menée à se renfermer sur elle même, se protéger. Le résultat est une personnalité solitaire, peu encline à partager ses difficultés. Et donc peu accès sur la communication, et une communication toujours très prudente, posant des questions avant de formuler des affirmations.

La communication, le ciment du couple :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Donner sa juste place à une relation secondaire

Profil

bidibidibidi

le vendredi 19 janvier 2018 à 09h39

Merci pour vos points de vue.

Alors, je vous rassure direct : Elle est majeure (ouf). J'utilise le terme pupille dans le duo mentor-pupille. Je ne pense pas m'être trompé dans le terme, mais dites moi si c'est le cas. Après, pourquoi le choix de ce mot : parce qu'il y a entre nous quelque chose de l'ordre de la transmission, de savoir, d'expériences. Et ça définit clairement une partie de l'énergie de notre relation.

@bonheur : J'aime ton conseil. Lui rappeler l'importance qu'elle a pour moi. Par contre, je rencontre des difficultés avec elle, car elle communique très peu par téléphone, messages ou autre. Il peut se passer des jours sans que j'ai de nouvelles. Donc on ne communique vraiment que quand on est ensemble, et je reconnais qu'on a une vie sexuelle un peu envahissante. Je vais essayer de diminuer cet aspect de notre relation pour prendre plus de temps pour lui parler. Mais c'est surtout dans le quotidien que ça me dérange. Après, je sais qu'elle a du travail à faire sur la communication, et comme c'est un aspect primordial pour moi (et encore exacerbé dans le polyamour), nous allons travailler dessus tous les deux.

@artichaut : Elle n'est pas monogame (sans se dire polyamoureuse). Donc dans tous les cas, l'exclusivité n'est pas une question entre nous. Tu as raison, il faudrait qu'on ait des activités qu'on ne peut pratiquer que tous les deux. Ca devrait se faire lentement au fur et à mesure du développement de notre relation.

@TrioBulle : Merci pour ton retour d'expérience. La difficulté en étant polyamoureux, c'est qu'on évolue souvent au radar, vu qu'il n'existe nul part de sources claires quant à ce qu'on doit faire pour gérer nos relations. Et on a, au final, que les retours d'expérience sur lesquels se baser.

Je laisse le sujet ouvert, attendant d'autres témoignages, mais aussi parce que je pense que cette question se pose pour beaucoup de monde.

Voir dans le contexte

Discussion : Donner sa juste place à une relation secondaire

Profil

bidibidibidi

le jeudi 18 janvier 2018 à 16h43

Bonjour à tous,

Alors, je précise, je n'aime pas du tout la classification relation primaire/secondaire, mais elle a l'avantage d'être assez claire.
Je viens parler de moi aujourd'hui (spéciale dédicace à Bonheur :-) )
J'ai donc deux femmes dans ma vie. D'un côté, ma compagne : nous vivons ensemble, elle occupe l'essentiel de mon temps et énergie sentimentale, on la qualifie aisément de relation primaire. De l'autre ma pupille : nous passons en moyenne une soirée ensemble par semaine, donc une relation secondaire pour faire simple. Je précise que ma pupille n'a pas de relation primaire.
Sauf que, dernièrement, ma pupille se pose des questions quant au développement potentiel de notre relation, et surtout de potentiels sentiments, et tout ce qui a tendance à venir avec : Envie de se voir plus, d'avoir des projets ensembles, même petits (week end en amoureux, vacances). Mais elle a peur que ma relation principale ne borne méchamment notre relation. Fondamentalement, elle craint de heurter un mur, un moment où je devrais choisir entre mes deux relations, moment où elle sent qu'elle sera délaissée (ce qui n'est pas nécessairement vrai).
De mon côté, je suis pris entre deux feux : D'un côté, je veux laisser notre relation vivre, et donc admets la possibilité de ressentir des sentiments forts, de nous voir plus souvent. De l'autre, je ne veux pas lui mentir. Je sais que ma couana aura une importance supérieure dans ma vie pendant encore bien longtemps, et que donc, de fait, notre relation sera bornée.
Donc, je voulais savoir comment gérer ça proprement. Et je venais prendre des conseils auprès de vous mes amis !

Comment faites vous pour donner toute leur place à vos relations respectives ?

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

bidibidibidi

le jeudi 18 janvier 2018 à 15h38

Je cherchais à te charrier, pas à t'indisposer. J'espère que tu ne l'as pas mal pris (hésite pas à me le dire, je sais que j'aime me moquer, mais j'arrête si je sens que ça ne passe pas).

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

bidibidibidi

le jeudi 18 janvier 2018 à 10h56

C'était une blague Artichaut. Je chambrais Bonheur. D'où l'utilisation du smiley pour bien indiquer que mon propos n'est pas à prendre au premier degré.
Et Bonheur n'est pas asexuelle, elle est juste polyromantique, ce qui est très différent.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le jeudi 18 janvier 2018 à 10h53

Je suis désolé de te dire ça Acajou : Certains de tes propos sont hyper violents. Ils sont clairement dus à ton vécu, que tu nous as exposé sur un autre sujet si je me souviens bien. Mais tu ne peux pas généraliser ton vécu. Je veux pas dire que tu dois te taire, mais qu'il faut que tu réalises que certains de tes mots sont insupportables.

Blaguer en parlant de viol en bande. Dire qu'un mec qui n'a pas violé est suspect. C'est juste intolérable, pour ceux qui l'on vécu, pour ceux qui le craignent, pour plein de monde en fait. C'est pas parce que la violence existe qu'on doit la généraliser. La violence existe et c'est pour ça qu'on doit la combattre. On la supprimera pas, c'est pas pour si peu que le combat est vain.
Et tes propos transmettent cette violence. Donc je me permets d'intervenir, en espérant avoir un ton juste.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

bidibidibidi

le jeudi 18 janvier 2018 à 09h16

bonheur
:-D Il y en a même qui aime sans sexe... oh !!!

Ce sont des gens vraiment bizarre !!!!!

Moi, je suis hypersexué :-P

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour, une forme d'égoïsme ?

Profil

bidibidibidi

le mercredi 17 janvier 2018 à 13h34

Et bien, je vais me fendre d'une petite histoire personnelle, dans ce cas.

J'ai rencontré ma compagne il y a presque un an. J'étais alors encore monogame. Elle est en surpoids, et surtout, ne correspond pas du tout à mes critères de beauté. Dès le départ, je n'ai pas accordé à cette relation la place qui lui revenait, de ce simple fait. Je ne suis pas énormément attaché à l'apparence, pourtant, mais pour être "la femme de ma vie" dans un contexte monogame, il faut être un minimum belle.
A un moment, du fait du décalage entre nos projets futurs, je l'ai quittée. J'ai rencontré une autre femme (polyamoureuse sans le savoir) à ce moment là. Et ma compagne m'a signalé qu'elle acceptait cette autre femme dans ma vie, mais qu'elle voulait rester/revenir dans la mienne.
C'est à ce moment là que j'ai commencé à remettre en cause fortement la norme monogame, partagé entre une femme polyamoureuse et une polyacceptante (si on peut dire). Je passe sur les détails pour en revenir au fait : Nous venons d'emménager ensemble et avons pour projet de fonder une famille.

Donc, dans un contexte monogame, elle n'aurait été qu'une passade. Dans un contexte polyamoureux, elle est ma compagne. Le polyamour m'a clairement permis d'aborder des femmes que j'aurais ignoré en contexte monogame (pas assez belles, trop jeunes, trop vieilles, trop loin, trop instables). Je reste persuadé que c'est l'inverse de ce que tu penses, Aruspice, la monogamie c'est l'exclusion des vieux, des différents, de ceux qui ne rentrent pas dans le moule. Le polyamour est beaucoup plus acceptant.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le mercredi 17 janvier 2018 à 11h38

Merlyn
et c'est qui qui décide que c'est une minorité ? Toi ?

Tu as des chiffres ? Des sources ?

Houla, Merlyn, tu t'énerves pour rien. Je me cite en réponse à ta question : Ne pas être touché plus que ça par l'apparence d'une personne, c'est faire parti de la minorité à mes yeux.

Après, libre à toi de t'être forgé une opinion différente. Mais je pense qu'entre quelqu'un qui prétend que l'apparence est primordiale dans la séduction et quelqu'un qui prétend que non, on demandera une justification au second. Je dis pas avoir raison, mais je pense suivre le courant majoritaire sur ce point.

Personnellement, j'ai arrêté les sites de rencontres classiques. Et pourtant je suis pas trop moche et j'écris bien. Ma sensation est que devant l'embarras du choix, la compétition est exacerbée. Après, comme Merlyn, sur des sites plus spécialisés, j'ai trouvé mon bonheur.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et infidélité (encore !)

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 17h37

Arispice a envoyé son poison sur une dizaine de threads. Manifestement, le polyamour lui reste en travers de la gorge. S'il pouvait créer son fil et nous expliquer, on gagnerait du temps.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour, une forme d'égoïsme ?

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 17h17

aruspice
Les plus âgés, plus laids, plus handicapés, etc. bien peu couru auprès des polyamoureux-ses.

Pour moi, c'est exactement l'inverse. Les plus âgés, laids, handicapés sont bien peu courus auprès des monogames. Le polyamour permet de concevoir des relations plus large que la monogamie.
Pour prendre un exemple simple, dans un contexte monogame, j'aurais énormément de mal à supporter une relation avec une femme stérile, car ce serait renoncer à mon désir d'enfants. Dans un contexte polyamoureux, je peux lui faire une place auprès de moi.
Depuis que je suis polyamoureux, j'accepte dans ma vie des femmes que je n'aurais jamais acceptées dans un contexte monogame : Moins belles, avec des écarts d'âges importants, etc...

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 14h55

:-D

Vous m'éclatez les filles. Bon, ben, moi, j'ai déjà menti. Et c'était clairement par lâcheté. Et il est de fortes chances que je le refasse un jour. Et pourtant, j'aimerai éviter. Mais clairement, dans la position du monsieur de Lily, j'aurais certainement eu le même comportement.

Au moins, je suis honnête avec moi même :-)

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 14h48

:-D
Cette discussion est amusante.

Après, l'apparence est un critère de sélection de partenaire primordial, si ce n'est le premier critère de sélection de partenaire. Ne pas être touché plus que ça par l'apparence d'une personne, c'est faire parti de la minorité à mes yeux.

Edit : Ca va trop vite pour moi !!!! Je suis en retard d'un train.

Message modifié par son auteur il y a 4 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 14h21

Oups, je t'ai vexée. Je disais juste que, sauf trouble neurologique, on a tous menti un jour. Dans l'absolu, tout le monde ment.

Mais j'ai l'impression que la question du mensonge te touche beaucoup. Je suis certainement plus cynique sur ce sujet.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 13h43

Caoline
Eh, ça n'a rien à voir ! Déjà sur un site de rencontre, la personne est en recherche de rencontre ce qui a bien des chances de ne pas être le cas d'une personne croisée dans la rue. Ensuite si tu es quelqu'un de respectueux, tu lis la présentation, la recherche et ne contacte que les personnes qui te conviennent et à qui tu peux convenir, non ? Sinon, il ne faut pas s'étonner de ne pas avoir de réponse ou d'avoir des réponses agressives. Un contact non conforme à ce qui est exprimé dans la présentation est pour moi bien pire que d'être abordée dans la rue.

Message modifié par son auteur il y a 20 minutes.

Demande à une nana un tant soit peu mignonne/jeune si ça l'emmerde pas de se faire spammer sur les sites de rencontre. La moyenne, pour un profil attractif, ça doit être 30 demandes de contact par jour. Je te laisse imaginer la gestion de ta messagerie dans ces conditions.
Je pense qu'il est plus agréable d'être contacté un nombre acceptable de fois par jour (2-3 fois).

Et puis, tu es marrante, parce que tu indiques bien qu'il est pire de se faire contacter sur un site de rencontre que dans la rue suivant les circonstances du contact. Pour moi, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Il y a des niveaux acceptables, et d'autres qui ne le sont pas. Et le simple fait que des filles s'énervent sur les sites de rencontre prouve que ça les saoulent.

Et tu as accès à bien plus que l'apparence dans la rue : Apparence, aspect vestimentaire (très gros indicateur de groupe social donc de compatibilité), démarche/charme. On s'exprime énormément par notre apparence. Et je parle même pas des détails (livre en main, par exemple).
Au final, tu n'as pas plus d'info sur un site de rencontre. 90% des profils contiennent peu voire aucune information (quand ils sont seulement remplis, les nanas n'ayant pas besoin de description pour être abordées, donc beaucoup ne font même pas l'effort).

Voir dans le contexte

Discussion : Couple, amourette à 3, jalousie, travail

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 13h19

Pour moi, Babette, tu mélanges beaucoup de choses.

L'expression des ressentis, c'est de dire pourquoi tu pleures : peur de l'abandon, stress, panique.
Commander, c'est dire : c'est ton boulot qui génère mon ressenti.
Le chantage affectif, c'est rajouter : si tu quittes ton boulot, ça ira mieux.

Donc, pour le moment, tu ne parles pas de l'expression de tes ressentis. Pourquoi tu pleures ? C'est la question que je me pose. Qu'est ce qui ne va pas ? Parle nous (ou parle leur plutôt).
Parce que quand tu demandes si "est ce que c'est si incompréhensible que cela que je ne supporte pas qu'ils bossent ensemble", ben, la réponse est oui, c'est incompréhensible, parce que tu ne nous dis pas pourquoi.

Message modifié par son auteur il y a 4 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 12h48

Salut Caoline,

Est ce qu'un poly ne doit jamais mentir ou tout faire pour ne pas mentir ? C'est assez difficile comme question, car des gens qui ne mentent jamais, dans le fond, il n'y en a pas. Mais bon, je te titille.

Par contre, je trouve que tu dégaines le terme manipulateur drôlement vite. Lily le met dans une situation insoutenable : il a le choix entre être lui même ou la perdre. Pire, elle n'assume pas du tout sa part de responsabilité : plutôt que de discuter avec lui posément du fait qu'il soit poly et elle mono, elle lui laisse l'entière responsabilité de la gestion du problème. Dans une situation comme celle là, critiquer le fait qu'il mente, c'est mettre Jean Valjean au bagne pour vol de pain.
Pire, pour moi, Lily légitime le mensonge. Les deux veulent continuer leur relation. Donc l'idéal, c'est qu'il mente et qu'elle ne le sache jamais, ce serait la meilleure manière de vivre leur amour. Et en ne l'écoutant pas quand il lui dit qu'il est polyamoureux, c'est l'injonction qu'elle lui fait, inconsciemment : "Mens moi". Face à quelqu'un qui ne veut entendre la vérité, le mensonge est la seule alternative.

En fait, pour moi, Lily, tu analyses le polyamour avec un regard mono. Quand il te dit qu'il est polyamoureux, tu entends qu'il est volage. Mais il est pas volage, il ne va pas voir d'autres femmes parce que votre relation ne le satisfait pas. Il est polyamoureux, il va voir d'autres femmes parce que c'est dans sa nature. Donc n'espère pas qu'il n'aille pas voir ailleurs, et ne considère pas que c'est une critique à ton encontre s'il a d'autres femmes. C'est juste sa nature.

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamoureux peut il, decider de devenir monogame ?

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 11h15

Je plussois Artichaut, même si, pour moi, son copain est certainement poly.
Il a dit être poly (honnêteté), Lily, tu lui as dit (ou il a compris) que c'était inacceptable pour toi. Partant de là, la relation toute entière est un mensonge. Vous êtes juste totalement incompatibles. Et seul le mensonge (dont vous êtes tous les deux responsables, pas juste lui) permet de conserver la relation. La vérité étant que vous devez vous séparer.

Donc, soit lui peut renoncer à son polyamour (peu probable), soit toi tu peux renoncer à ton exclusivité (tout aussi probable), soit vous vous séparez avant qu'il y ait trop de dégâts, soit vous vous séparez après qu'il y ait eu trop de dégâts.

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le mardi 16 janvier 2018 à 10h38

Ca devient une discussion qui dépasse largement le cadre.

Camille pointe la différence entre drague et séduction. Mais comme le dit Artichaut (et j'acquiesce) la différence entre les deux est la perception que la "victime" en a, et pas l'état d'esprit de celui qui aborde. Donc attaquer la drague attaque la séduction automatiquement.
Ensuite, l'approche à froid (le fait d'aborder quelqu'un qu'on ne connaît pas) est à mes yeux totalement justifiable dans le cadre de la séduction. C'est d'ailleurs la seule approche disponible sur les sites de rencontre. Je pense qu'une bonne moitié des couples se sont formés après une approche à froid. Donc l'attaquer tout azimut reviendrai à diminuer fortement nos occasions de séduction.

Quant aux fait que ça marche parfois, c'est dur à dire. Le fait de séduire une femme dans la rue marche, les pick up artists en font leur fond de commerce. Après, le harcèlement de rue n'est pas nécessairement séduction : je ne suis pas certain que les intentions des harceleurs soient vraiment de séduire, on ne sent pas de séduction dans leurs mots. C'est plus agressif, en fait. Soient ils profitent d'une forme d'impunité pour emmerder des femmes, soit ils leur renvoient à la tronche tout un tas de rancoeurs. C'est d'ailleurs pour ça que c'est mal pris, en général, l'impression quand on se fait harceler dans la rue n'est pas la même que quand on se fait séduire.

Enfin, pour moi, ce débat montre un problème : On a du mal à proprement dissocier harcèlement de rue et séduction. Je pense que ce sont les femmes qui pourraient le mieux y répondre. Mais elles aussi ont l'air d'avoir du mal à s'y retrouver, comme le prouve le récent scandale avec celles qui s'opposent à Balance ton porc.

Enfin, comme souvent, on va aller trop loin dans une direction, puis réaliser que c'était mieux avant et revenir en arrière, jusqu'à trouver l'équilibre délicat où les hommes peuvent exprimer leur désir pour les femmes sans que celles ci se sentent harcelées. Disons que pour le moment, on a encore du boulot pour qu'elles ne se sentent pas harcelées, donc allons dans cette direction.

Voila, mes deux centimes :-)

Voir dans le contexte

Discussion : La question d'aborder

Profil

bidibidibidi

le lundi 15 janvier 2018 à 17h58

Pour moi, il n'y a pas de lieu pour la drague. La majorité des couples se sont connus dans des contextes aussi malvenus que la rue, voire encore plus malvenus (comme le travail). Une attirance, ça se contrôle pas. Après, un mec qui accoste tout ce qui porte un soutif, c'est un gros lourd (quelque que soit le lieu d'ailleurs, dans la rue comme dans un bar). Mais tant que tu accostes des femmes qui t'attirent vraiment, et pas juste parce qu'elles sont belles, je pense que la rue devient tout aussi acceptable qu'une randonnée.

Le vrai problème, c'est que certains mecs se permettent tout un tas de comportements toxiques de type "la quantité avant la qualité". Et de ce fait, nuisent à tous les autres. Le harcèlement de rue, les gros lourds, c'est le fait d'une minorité ultra visible. S'ils n'étaient pas là, on pourrait accoster des femmes dans n'importe quelle situation.

Voir dans le contexte

Retour au profil

Espace membre

» Options de connexion