Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les polyamoureux font-ils peur ?

Témoignage
#
Profil

Chlo

le lundi 27 août 2012 à 10h15

Bonjour,
Je vis le polyamour depuis presqu'un an et il m'est arrivé dernièrement de rencontrer des hommes avec qui une relation de séduction s'est installée. Avant qu'une ou l'autre de ces relations n'aille plus loin, j'ai parlé de ma situation de polyamoureuse. Je pense qu'il est important de le dire avant que quoique ce soit ne démarre. Et bien figurez vous, que les deux hommes à qui j'en ai parlé, se sont carapatés. Autant mon statut de femme mariée, qu'ils connaissaient depuis le départ, ne leur posait aucun problème, autant le fait que j'assume dans mon couple une vie de polyamour, les a semble t-il effrayé.
Loin de moi l'idée de remettre en question ma façon de faire, je pense vraiment qu'il faut le dire, mais du coup je me demande d'une, si c'est ma façon d'en parler qui les effraient ou si d'une manière générale ce mode de vie fait peur...
Vous avez déjà vécu ce genre de réaction ?

#
Profil

juliette

le lundi 27 août 2012 à 11h21

bonjour Chlo ;)

je suis effectivement dans la même situation que toi.
je pense aussi qu'il est nécessaire d'en parler et le fais d'ailleurs toujours avec beaucoup de sincérité et d'honnêteté, mais je n'ai pas eu les mêmes réactions.
au contraire, ma dernière rencontre qui est très récente et avec qui il ne s'est encore rien passé a eu une réaction plutôt sympa à mon égard avec l'envie d'en savoir plus sur ma situation et ma façon de la vivre.
je ne crois que l'avoir effrayé, j'avoue que cela m'a d'ailleurs beaucoup étonnée.
déjà je pensais que mon statut de femme mariée allait le faire fuir, c'est pour dire!

le sujet est venu tout simplement dans la discussion et sa curiosité est restée très pudique.

#
Profil

Apsophos

le lundi 27 août 2012 à 11h26

Ils ont peut-être eu peu de la liberté d'une femme. Une femme peut avoir plusieurs maitres : son mari, ses enfants, son amant à la limite, mais elle ne peut être sa propre maitresse.
Ou peut-être qu'ils ont eu peur du mot "amour" dans "polyamour" si tu leurs as exposé ta position en ce terme. Dans l'esprit de beaucoup de gens il y a une certaine distance entre une "relation de séduction" et "amour". Les mots sont importants.
Ou peut-être simplement qu'ils rejettent une situation qui n'est pas normale.

#
Profil

Chlo

le lundi 27 août 2012 à 11h52

Juliette...en fait à ce jour je n'avais pas encore rencontré ce genre de réactions, le peu de fois où j'en avais parlé. Mais peut être qu'effectivement Apsophos a raison, parler de polyamour, induit un sentiment, ce qui effectivement peut effrayer de prime abord. Mais il est vrai qu'étant également libertine, dans la vie de tous les jours, je ne recherche pas de relation purement sexuelle (en dehors de ce cadre libertin). Alors oui effectivement, je suis plutôt partante pour une relation plus profonde, et finalement c'est peut être ça qui fait plus peur que le polyamour...- Cogitation on -

#
Profil

Apsophos

le lundi 27 août 2012 à 12h51

Chlo
parler de polyamour, induit un sentiment, ce qui effectivement peut effrayer de prime abord.

Ce qui effraie (et ce qui détruit les relations quelles qu'elles soient de manière générale) ce sont les attentes/exigences, réelles ou imaginaires.
Une relation n'a pas besoin d'être basée sur un sentiment nommé "amour" (note la formulation que j'emploie :p) pour être profonde. Par contre il faut creuser, et si tu dis "viens, prends cette pelle, on va creuser par là jusqu'à atteindre telle profondeur" c'est différent de "nous sommes ici, voici une pelle, une pioche, un tractopelle et des explosifs, le tout en libre service".

#

(compte clôturé)

le lundi 27 août 2012 à 12h59

Depuis que je dis ouvertement que je suis polyamoureux, les réactions de mes amoureuses ont été assez ambivalentes: d'abord elles étaient fascinées par mon choix de vie, puis à un certain moment passaient à "ok, maintenant qu'on est ensemble, le polyamour c'est fini!" :-/

Pour ce que est mon expérience, ce que fait peur est l’honnêteté extrême d'une relation polyamoureuse. Le fait d’être maitre de moi-même et pas de notre amoureuse me rend imperméable à tous les jeux, jalousies et petits subterfuges qu'elle pourrait faire pour m'enchainer à elle. Du coup je l'oblige aussi à une honnêteté extrême, que pour beaucoup de monde est très difficile à tenir!

#
Profil

Chlo

le lundi 27 août 2012 à 13h14

Apsophos
Ce qui effraie (et ce qui détruit les relations quelles qu'elles soient de manière générale) ce sont les attentes/exigences, réelles ou imaginaires.
Une relation n'a pas besoin d'être basée sur un sentiment nommé "amour" (note la formulation que j'emploie :p) pour être profonde. Par contre il faut creuser, et si tu dis "viens, prends cette pelle, on va creuser par là jusqu'à atteindre telle profondeur" c'est différent de "nous sommes ici, voici une pelle, une pioche, un tractopelle et des explosifs, le tout en libre service".

Tu n'as pas tort (pour pas dire raison) cette notion de polyamour peut induire effectivement une obligation de sentiment amoureux que je ne recherche pas, en tout cas que je ne décrète pas d'emblée (wait and see). Je vais réfléchir à trouver un juste milieu entre mon besoin de transparence et ma formulation qui n'est peut être pas adéquate.

#
Profil

Chlo

le lundi 27 août 2012 à 13h19

marco1003

Pour ce que est mon expérience, ce que fait peur est l’honnêteté extrême d'une relation polyamoureuse. Le fait d’être maitre de moi-même et pas de notre amoureuse me rend imperméable à tous les jeux, jalousies et petits subterfuges qu'elle pourrait faire pour m'enchainer à elle. Du coup je l'oblige aussi à une honnêteté extrême, que pour beaucoup de monde est très difficile à tenir !

J'ai toujours été d'une extrême honnêteté et j'ai toujours attendu la même chose en retour...de ce côté là, le polyamour ne m'a guère changé. C'est exactement dans cette idée que j'en parle, pour ne pas justement entrer dans une relation classique, d'exclusivité ou de possessivité. Peut être que c'est là aussi que le bas blesse...

#
Profil

Apsophos

le lundi 27 août 2012 à 13h25

L'honnêteté peut gêner dans une société où la dissimulation, la distorsion des faits et l'hypocrisie sont favorisées, c'est vrai. Le fait d'être "maitre de soi-même" aussi, puisque le modèle unique (le couple) suppose une soumission réciproque.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 27 août 2012 à 14h11

oui Apsophos (+) ! de ne plus pouvoir se comparer au modèle fait peur, lorsque pas assez d'imagination.
Pour être honnête avec soit même il faut être à l'écoute, ce qui se fait rare.
L'indépendance qui fait partie de notre vie fait peur aussi.

#
Profil

Lili-Lutine

le lundi 27 août 2012 à 14h23

Pour ma part j’ai vite compris que de parler de polyamour de but en blanc enclenchait souvent beaucoup trop de questionnements et d’incompréhensions. Aujourd’hui je commence toujours par parler de la relation avec mon époux comme celle d’une union libre. C’est un début de communication plus aisé et accessible au plus grand nombre.
Suivant les échanges qui vont suivre il devient alors bien plus simple d’aborder l’esprit du polyamour. En sachant que chaque polyamoureux peut le vivre différemment de moi. Et j’ai souvent à préciser que si je suis bien polyamoureuse je ne tombe en amour que très rarement ! Je cite et donne le lien de ce site pour ceux et celles qui souhaitent plus de réponses. En agissant ainsi j’évite tout malentendu sur la question et je laisse aussi toute la liberté a l’autre de le comprendre à sa façon.
Et bien sur aussi il ne me viendrait pas à l’idée moi non plus de commencer une relation sans parler de ce que je vis au plus profond de moi et qui est l’essence même de ma personnalité. Pour parler vrai de soi il faut souvent bien se connaître, pour que l’on puisse être compris il est nécessaire d’avoir mis depuis un certain temps des mots dessus, de lire et de partager avec d’autres poly. Tout ce que je peux lire, entendre et partager est toujours bienvenue pour moi, même si je ne garde en pratique et en esprit que des bouts de certains livres ou partages d’expériences.
Il me semble aussi qu’il n’est pas nécessaire non plus de convaincre ou de vouloir faire changer une personne hermétique ou malveillante à tout prix, dés le début des échanges je ressens si je peux poursuivre ou non. Une personne qui me veut du bien, qui déjà à pour moi quelques bienveillances et affections saura toujours m’entendre avec son cœur. Je me suis bien trop souvent cassée douloureusement le cœur, en amour comme en amitié, à vouloir me faire comprendre et du coup à me défendre des jugements et des interprétations. Aujourd’hui j’ai appris à ne plus me cacher, ni à me battre ou à le revendiquer, je le vis sans impatience ni avec révolte ou guerre à mener, sans plus me protéger non plus, et c’est seulement à partir de ce moment là que j’ai pu croiser sur mon chemin des personnes de grandes qualités et qui m’apportent aujourd’hui beaucoup. Les rencontres deviennent alors inattendus et surprenantes, les conversations sont profondes et en confiances.
Bon j’ai 50 ans …. Il ma fallut quelques temps, mais je ne regrette sincèrement rien de cette vie qui m’a emmené là où je suis actuellement et mes matins chantent chaque jour depuis. Et mes lendemains sont des sources de joyeuses promesses.
Je vous souhaite de le vivre en paix et sereinement.
D’ailleurs j’ai l’idée un jour d’ouvrir une discussion sur le vécue des poly heureux, il me paraît important de partager ces bouts de vie là, tout en sachant que cela est précieux et fragile et donc nous demandera toujours nos plus délicates attentions.
Des embuches j’en connaitrais encore, j’en ai connu, je ne me voilerais jamais la face.
Je reste lucide et en conscience toujours, profitant chaque jour des bonheurs qui me sont offerts.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 27 août 2012 à 16h52

union libre c'est une expression que je n'utilise pas mais c'est vrai que ça résume bien le polyamour et que ces mots font moins peur.
Merci Lililutine mes futures conversations sur le sujet commenceront plus sereinement.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 27 août 2012 à 18h57

Chlo
...je me demande ...si c'est ma façon d'en parler qui les effraient ou si d'une manière générale ce mode de vie fait peur...

Moi je me demande si ce n'est pas ton mari qui leur faire peur.
Dans certaines variantes très répandues du fantasme mono amoureux, les hommes considèrent qu'il est légitime (voire obligatoire) de casser la gueule à celui qui "touche" à sa femme, histoire de donner une leçon ou d'imposer le "respect". Certaines femmes utilisent d'ailleurs cette coutume virile pour déclencher des combats de coqs mémorables. La technique consiste à "chauffer un mec" pour se faire draguer puis à tout raconter (ou presque) à son mâle. Donc quand tu dis à un mono que ton homme est au courant...ils en déduisent probablement qu'il va bientôt débarquer pour récupérer son bien de façon musclée sans trop te croire si tu leur dis qu'il est d'accord !

Il y a surement des tas d'autres raisons envisageables, mais je trouvais celle là marrante.

Chlo
Vous avez déjà vécu ce genre de réaction ?

Je sais d'après mes copines qu'il s'agit d'un comportement très répandu chez les hommes.

En tant qu'homme, on est plutôt considéré comme des salauds, et donc plutôt vilipendés que fuis, mais ça arrive de faire peur aussi. Par exemple, le polyamour évoque parfois aux femmes, d'anciennes relations qu'elles ont justement vécues avec des hommes mariés, et préfèrent alors fuir.

Une fois, une femme m'a dit qu'elle était d'accord d'avoir une relation avec moi mais qu'elle devait d'abord, pour se protéger, trouver un autre homme avant de commencer.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 28 août 2012 à 03h41

Moi, plutôt que de parler de "polyamour", ce qui nécessite de définir le mot, je dis que je ne suis pas exclusive.

Tout comme "union libre", c'est une autre expression qui permet de faire comprendre la situation avec des mots connus de tous.
En revanche, "je ne suis pas exclusive" a le mérite de parler de toi, de ta façon de vivre les relations, alors que "nous sommes en union libre" parle de la relation que tu as avec ton conjoint/compagnon, ce n'est pas exactement la même chose - même si on peut très bien choisir de le dire comme ça évidemment !

Quand les gens posent plus de questions, j'aborde la notion de polyamour, mais ce n'est pas systématique.

Pour ce qui est de fuir devant une polyamoureuse, peut-être que l'honnêteté fait peur, oui.
On peut repenser à ces exemples de gens qui, face à ce genre de situation, ont des répliques du genre : "Parce qu'en plus ton mari est au courant ? Mais c'est encore pire !". Dans l'esprit de certains l'hypocrisie est plus "normale" ou en tout cas plus souhaitable que la franchise...

Je pense aussi que même devant une personne mariée ou "casée", certains se disent "pas de souci, elle sera tellement bien avec moi qu'elle quittera son mari/compagnon".
Devant une polyamoureuse qui s'assume, ces derniers comprennent qu'ils ne deviendront sans doute jamais calife à la place du calife - euh pardon mari à la place du mari :P - et peut-être que du coup ça ne les intéresse plus ?

#
Profil

Alygator427

le mardi 28 août 2012 à 14h44

Pour ma part, j'ai du lui faire peur, car il souhaité que cela reste un secret, j’étais d'accord sauf de mentir à mon conjoint. Il n'a pas aimer que je l'implique dans ce secret.
Il voulais rester amant, mais ce n'était pas possible.
De toute façon, il n'y a pas trente façons d'expliquer sa façon de vivre.

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 28 août 2012 à 15h55

LuLutine
Moi, plutôt que de parler de "polyamour", ce qui nécessite de définir le mot, je dis que je ne suis pas exclusive.
[...]
Quand les gens posent plus de questions, j'aborde la notion de polyamour, mais ce n'est pas systématique.

Comme souvent, je me sens proche de la façon de penser de LuLutine. "Je ne suis pas exclusif/exclusive" me semble la meilleure manière de procéder. Et, pour dédramatiser et/ou faire réfléchir, on peut ajouter "pas plus en amour qu'en amitié ou dans les autres domaines de la vie".

Enfin, pour répondre au message d'origine de Chlo, précisons quand même qu'il existe des hommes à qui cela ne fait pas peur mais qui au contraire trouvent ça parfait ;-)

C.T.

#
Profil

Chlo

le mercredi 29 août 2012 à 09h16

Je prends note LuLutine, j'aime beaucoup ta façon d'aborder le sujet...:)
Je me rends compte que cette manière de vivre fait un peu figure d'extraterrestre, la plupart des gens que je rencontre sont monos dans l'âme. D'ailleurs, je me demandais si les polys nouaient des liens avec des monos (vu que c'est quand même le cas de figure récurrent) ou s'ils choisissaient de s'entourer de polys (ce qui me semble t-il, est le plus simple mais plus compliqué à rencontrer) ?

#
Profil

LuLutine

le mercredi 29 août 2012 à 15h40

Chlo
D'ailleurs, je me demandais si les polys nouaient des liens avec des monos (vu que c'est quand même le cas de figure récurrent) ou s'ils choisissaient de s'entourer de polys (ce qui me semble t-il, est le plus simple mais plus compliqué à rencontrer) ?

Il n'y a pas de généralité.

Certains ont décidé de bannir les relations amoureuses avec des personnes a priori exclusives.
D'autres comme moi, laissent faire la vie et le hasard des rencontres.
Des relations "monopoly" peuvent fonctionner, c'est souvent du travail mais c'est un choix !

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 30 août 2012 à 09h26

Je pense comme toi LuLutine, je n'aborde aucune relation avec des critères ou des oeillères lexicales.
D'abord parce que chaque relation est une totalité en soi, ensuite parce qu'elle construit sa propre identité qui ne peut être réduite à sa désignation.
Des relations polyamoureuses peuvent très bien présenter certaines caractéristiques des relations monoamoureuses. L'inverse est vrai aussi. Une question revient souvent sur mon établi philosophique : quelle est la taille critique d'un ensemble de relations polyamoureuses et quelle en est la distribution idéale, 1, 1+1, 1+2, 1+3, 2+1, 2+2, 3+1 etc. ou autrement dit l'expérience que l'on fait de l'amour est-elle plus conditionnée par ses choix ou par son environnement ?

Pour ce qui est de faire peur, j'ai plutôt l'impression que le polyamour bien expliqué fait envie.
De la même façon que "union libre" ou "exclusivité-non exclusivité" enferme l'interlocuteur ou l'interlocutrice dans ses représentations plus ou moins figées, l'explication de ce mot nouveau laisse apparaître à la fois sa curiosité et sa capacité de faire des liens entre ses choix et les possibilités qui s'offrent à lui ou elle. Parfois même j'ai rencontré de l'enthousiasme...
Je ne brandis jamais ce qui semble être un statut (parce que ce n'en est pas un pour moi) mais j'en parle très rapidement, ne serait-ce que pour expliquer pourquoi j'apparais serein, libéré de l'emprise du jugement, éloigné des rapports de force etc. qualités consubstantielles à mes yeux de ma manière de vivre cette modalité des relations amoureuses.

#

(compte clôturé)

le jeudi 30 août 2012 à 12h27

Bonjour,
J'ai pas tout lu car trop long mais voici une expérience récente. Je vis une histoire "secondaire" qui a décollée plus que très lentement pour les raisons suivantes : lui est très timide, réservé et ne communique pas facilement / moi, j'étais prudente car je venais d'être confrontée au crash brutal et soudain d'une autre histoire "secondaire", en plus nous ne pouvions nous voir que dans le cadre de mon travail donc je ne pouvais aborder le sujet directement. Un jour j'en ai parlé à un excellent copain qui s'est étonné de mon hésitation (ça ne me correspondait pas) et il m'a encouragé à prendre un contact direct pour que je sois fixée. Alors j'ai eu l'idée, en fin de service, et comme il était sur place, de lui donner une enveloppe avec mon essai sur un CD et un petit courrier avec mon téléphone. J'ai trouvé ma démarche très cavalière et lui n'était plus lui-même (complètement perturbé par mon attitude, le pauvre). Il a lu, a donc pris connaissance de ma situation personnelle et de ma manière de voir l'amour, puis nous avons flirté jusqu'au jour où je lui ai demandé s'il voulait m'accompagner à un we poly (merci Eric_50). J'ai précisé que mon mari serait présent. Je n'étais vraiment pas sûr de moi, j'avais peur du rejet ou qu'il prenne ses jambes à son cou. Mon écrit lui a fait comprendre qui j'étais et la manière dont je pouvais vivre un amour extra-conjugale. Je lui ai dit par la suite que je l'aimais car il était beau à l'intérieur (il est aussi magnifique à l'extérieur mais il n'aime pas qu'on l'aborde pour cela, il n'aime pas les gens superficiels). J'ai dit que je m'excusais d'être mariée et de le mettre dans une telle situation mais que je n'y voyais aucun mal. Il m'a alors répondu que je n'avais pas à m'excuser d'être moi-même et qu'il m'acceptait tel que je suis, avec ma vie et mon mari. Il a indiqué que des gens qui se connaissaient aussi bien que moi c'était rare, que j'avais le mérite de ne pas être une façade, que lui-même se cherchait et que je l'aidais beaucoup, même involontairement, dans sa démarche.
Une fois de plus, ce sont mes écrits qui ont permis d'exprimer les choses. Peut-être devrait-on toujours donner, avec son numéro de téléphone, un livre (je conseille "vertus du polyamour" de YA Thalmann) expliquant ce que nous sommes ?
Pour moi, ça a marché... jamais je n'aurais cru que cet homme, jeune, beau, travailleur, intelligent, cultivé, gentil, attentionné, etc pouvait s'intéresser à une femme mariée, plus âgée, etc ; mais si ! Et c'est génial !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion