Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment accepter pour de vrai

Témoignage
#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 09h34

Je viens régulièrement sur ce site , vous lisant , cherchant dans les posts les réponses à mes questions, venant aussi m'y rassurer
Je vais poser ma situation rapidement : il y a 6 mois , j'ai appris que mon ami avec qui je vis depuis 15 ans ( deux enfants) avait une relation avec une autre femme . A force de sentir des choses, il a fin par me le dire...
J'ai cru sur le moment qu'il s'agissait d'une passade sexuelle comme il peut exister dans chaque couple.Je me trompais . Il m'a avec une patience infinie et beaucoup d'amour expliqué qu'il voulait vivre différemment , pas sans moi mais avec elle aussi dans sa vie même de manière ponctuelle , sans en être tout à fait amoureux .
J'ai par instinct d'amour pour lui , compris que je ne devais rien empêcher , il s'agissait de son bonheur , de son choix de vie même s'il l'imposait également dans ma vie...
Je crois avoir fait ce que je devais: j'ai rencontré cette femme , nous sommes même devenues "amies" unies par cette histoire , qui ne se partage pas facilement en dehors de notre "monde", nous avons vécu des choses à 3 , des moments tous ensemble y compris sexuels...
Malgré tout il ne se passe pas un jour sans que cette histoire me taraude , j'y pense sans cesse , me répétant que mon homme n'était pas heureux avec moi...
Mes questionnements incessants , mes besoins d'être rassurée ont eu pour effet de l'éloigner de moi , là ou au début nous nous étions rapprochés davantage. Des frustrations , surgissent , de sa part , des mots ont été dits
Sans pour autant qu'il veuille cesser notre relation qu'il qualifie de "primaire"...
Depuis un mois , ce sont des crises , des disputes , et des cris...
Je me sens de plus en plus perdue , non reconnue dans ma tristesse et j'en passe...
Je voudrais juste réussir à vivre tout cela sereinement , sans me poser de questions , sans avoir peur ...
Certains de vous y sont-ils parvenus ? De quelle manière?
Enfin une question à vous , chers polyamoureux , quelle attitude avoir face à mon homme , comment lui offrir cette liberté , sans m'oublier moi-même
merci

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 09h56

Salut...

Pour se respecter soi-même, il faut d'abord y être décidé. Pour accepter, pas de formule magique ni de temps moyen donné. Certains n'y arrivent jamais, c'est une éventualité à envisager...

Plus tu es tournée vers son confort à lui, moins tu t'occupes du tien. Ce qui a l'air aussi de générer des tensions supplémentaires: ça peut être très pesant, des moments à deux où toute l'énergie est concentrée sur les problèmes, le risque est de le désigner lui comme "celui par qui tout arrive".

Dans ces moments-là, je cherche ma bulle à moi, à faire des choses qui me ressourcent, à m'occuper de mon bien-être indépendamment de la relation. Je compte mes billes, en somme.

Encore un truc: on n'est pas obligé de devenir ami avec le troisième. Bonne question à se poser: si on avait rencontré ce troisième en-dehors de ça, une maitié se serait-elle forcément développée? Ou la relation actuelle avec le troisième n'est-elle conditionnée que par la teniative d'accepter? En plus incisif, tu rencontres une personne intéressante en elle-même, ou parce qu'elle peut te redonner accès à la relation avec ton homme? Sujet? Ou objet?

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 10h03

Merci pour cette réponse...
Je suis d'accord avec toi , à me tourner trop vers l'autre je m'en oublie davantage... Ce qui engendre une pression supplémentaire sur le dit homme , sans pour autant , avoir envie de le culpabiliser de la situation ...

Pour ce qui est de la relation avec la tierce personne, elle est venue spontanément d'un besoin de chacune de "rencontrer" l'autre , une complicité liée au fait de vivre des choses avec la même personne est vite apparue.
Je me suis posée cette question bien sûr : objet ou sujet...
Un peu des deux sans doute mon capitaine , mais la connaitre c'est aussi essayer de comprendre et connaitre davantage mon amoureux...

Pour ce qui est de l'acceptation , c'est là que la bât blesse, si je n'y arrive pas , c'est la mort de mon couple , est cela est un vrai crève-coeur , je me bats donc chaque jour contre moi-même , et parfois contre lui , puisque l'on sait , c'est plus simple de s'en prendre à autrui...J'en suis épuisée

La solution passe t-elle par le détachement progressif , aller vers ailleurs pour me tourner sereinement vers lui? Sans doute... Faut-il encore en avoir la force intérieure...

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 10h13

Donc clairement, si ton homme cessait cette relation, tu la cesserais aussi, probablement.

Autre chose : il n’y a pas d’autre solution que le fait que tu acceptes ? Que tu suives ?
Si oui, qu’est-ce qui préside à ce postulat dans ton couple ?
Si non, quelles seraient les autres solutions ?

Troisième point : bien s’occuper de soi ne signifie pas forcément s’éloigner, mais se recentrer en restant présent. Toute une histoire, j‘en conviens : des années d’habitude à s’occuper plus des autres que de soi-même, peut-être ?

As-tu songé à te faire aider, à travailler sur toi avec quelqu’un qui ne soit pas impliqué, un(e) professionnel(le) ?

Eat-ce que cela aiderait une petitechose à devenir une grandechose?

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 10h21

Non , j'ai du mal m'exprimer
Cette relation avec cette femme , je la trouve précieuse aussi pour moi , et nous nous sommes déjà dits que nous n'avions pas l'intention de ne plus nous voir si cela devait s'arrêter . Pour eux il est aussi évident , qu'ils sont aussi des amis
Si elle arrive à rencontrer quelqu'un d'autre ( un amoureux à elle ;) elle n'a aucune envie de NOUS perdre et je dis bien NOUS
J'apprends de cette nana , parce que différente , et c'est cette attrait de la différence qui est essentiel pour la compréhension de cette recherche qu'à mon ami...

Pour ce qui est d'une autre solution : ?
Je ne veux pas non plus être en couple , avec mon homme , malheureux d'être frustré , tu comprends...Le quitter ? Lui rendre sa liberté , alors que nous avons , quand tout va bien , une vie sympa , une envie de partager , c'est mon meilleur ami , mon amant , le père de mes enfants...

Le postulat de départ est compliqué : il m' a porté pendant des années parce que moi pas construite jusqu'à il y a peu ... Il recherche son oxygène après tout ce temps et cette énergie qu'il m'a consacré . J'ai donc l'envie de lui rendre la pareille , tout en lui en voulant de cette recherche ; compliqué n'est-ce pas

Quant à ce qui est de me faire aider , cela a été ma première démarche quand je l'ai appris...

et oui ptitechose aimerait bien devenir grande

bien vu Popol...

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 10h52

Question: et ça marche avec la thérapie?

Autre question: tu te sens redevable alors que tu es tout juste construite, mais pas consolidée. Avant de tester la solidité d'un mur, on attend que le ciment soit sec, c'est plus sûr.

Mettons qu'il a aussi accepté le deal de t'aider à te construire, donc il devait bien s'attendre à devoir respirer au-dehors, mais aussi à prendre quelques précautions; alors que toi tu es en voie de sevrage de "l'air du dedans". Ca brûle un peu les poumons.

Avant d'enlever un respirateur à quelqu'un, je crois avoir qu'on fait quelques essais préliminaires en bouchant simplement la canule pour voir si c'est possible: on ne la retire pas sans précautions. Vous ne vous êtes pas entendus sur cette ouverture du couple, et tu es mise devant le fait accompli.

Je pense que c'est très emblématique de ce sur quoi votre couple s'est bâti: son guidon à lui. Tu continues à suivre, malgré ton désir de trouver ta voie. Je pense que les deux ne sont pas irréconciliables... mais ce sera peut-être à lui d'emprunter quelques uns de tes itinéraires, ici ou là?
C'est jouable? Ca peut se dire, entre vous?

#
Profil

Katouchka

le jeudi 14 juin 2012 à 10h55

Bonjour petite chose,
Depuis 8 mois et demi je vis la même expérience que toi, la phase actuelle que tu décris, nous l'avons vécue et surmontée.
Si tu as besoin de parler et partager, n'hésite pas à me joindre en privé, peut-être puis-je être utile. :-)

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 11h30

Merci Popol et Katoucha

ce que tu décris est exactement ce que je ressens...
Il a "décrété" vivre selon son mode de vie qu'il souhaite , en me mettant devant le fait accompli. Nous avons évoqué la possibilité de "coups d'un soir" pas d'une relation qui dure, complice ou le partage est important ...Lui -même sans doute ne s'attendait pas à cela dans sa vie...

Il me dit en avoir assez de m'attendre , qu'il veut vivre à fond ect...
Je n'ai rien contre mais comme tu le dis mon "ciment est à peine sec" , au moment où je me sentais devenir , il a retiré avec cela , la confiance toute neuve que je me portais... C'est une grosse blessure mais qu'il entend mais qu'il ne veut plus panser... C'est mon problème , mon histoire ...

De "je ne veux pas que cela te détruise" nous sommes passés à "c'est ton problème" ...

Il est vrai qu'il a été mon guidon puisque je n'avais qu'à peine un vélo moi-même ( ses métaphore cyclistes sont pas mal non?), j'aimerais guidé ma vie moi-même désormais mais je suis désorientée par tout cela...

Comment peut-on faire entendre à l'autre que même si il n'est pas mon tout , il reste mon pillier ?
Il reste cette jalousie aussi à gérer : celle qui provient du fait qu'il DONNE aussi à quelqu'un d'autre ... On aimerait parfois rester l'unique...et c'est très enfantin et égoiste...

ma psychologue m'aide dans tout ça : c'est quelqu'un de très ouvert , pour qui la polygamie ou la polyandrie est entendable...
elle me trouve très tolérante et ouverte ... Que ça peut permettre d'accéder à l'amour avec un grand A
Malgré tout , à lui pourrir son existence , je me déteste un peu plus chaque jour...
Comment lui dire mon amour en taisant ma souffrance?

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 11h49

Que ça peut permettre d'accéder à l'amour avec un grand A
Là, ça sent la sublimation, dis voir.

Malgré tout , à lui pourrir son existence , je me déteste un peu plus chaque jour...
Bien qu’il te la pourrisse tout autant, tu prends toute la faute sur toi… c’est 50/50, tu sais.

Comment lui dire mon amour en taisant ma souffrance ?
Et si tu lui parlais un peu moins à lui, et un peu plus à toi-même ?

J’ai l’impression que tu voudrais faire l’économie d’une nécessaire confrontation, d’une mue inévitable. Tu ne peux pas juste changer un truc sans changer beaucoup d’autres choses…

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 11h51

Et si ce qui me faisait peur c'était moi-même
Faire ma mue et découvrir que je n'ai plus besoin de lui?

50/50 : je suis d'accord mais si l'autre ne veut plus prendre ses 50% ?
On arrive à se convaincre soi-même d'être l'unique coupable , et c'est bien ce qu'il me renvoie...

Sans solution?

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 12h11

qu'aurait dû t-il faire d'après toi Popol?
préparer le terrain en amont ?

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 12h35

Le fait que tu percutes aussi vite sur le fait de ne plus avoir besoin de lui en « grandissant », tout autant que ta peur de cela, tout ça démontre en effet que la piste est bonne.

As-tu besoin d’avoir besoin de lui ? Ou pourrais-tu envisager le risque de ne plus ressentir que l’envie d’être avec lui, et de te sentir libre de partir, du coup, si l’envie n’y était plus ?

J’ai fait plusieurs fois l’expérience de cesser de maintenir des relations en faisant plus que mon 50%. C’est un risque à prendre en effet : soit l’autre reprend le bout de chemin pour me retrouver, soit la relation ne tenant que parce que j’en faisais trop, elle s’éteint comme elle aurait normalement dû le faire bien avant.

Si tu arrives à accepter ce qui t’est renvoyé, c’est-à-dire que ce soit ta faute entièrement, alors il y a là aussi un travail de construction à compléter, une pièce commune à aménager.

Ce qu’il aurait dû faire ne dépend pas que de lui, mais de la place que tu lui as laissé occuper… Et ce qui est fait est fait, je parle avec toi et pas avec lui, du présent et non pas du passé…;-)

Si l’un des deux change de place dans la relation, l’autre aussi doit bouger. Ta part à toi c’est de changer de place, pour toi-même – en plus il t’encourage à t’autonomiser, profite… tu verras bien comment il se repositionnera, il y sera obligé. Mais si tu calcules ton déplacement pour pouvoir lui désigner une quelconque place obligée, alors tu ne fais plus les choses pour toi vraiment, mais encore une fois de manière à le garder absolument, et même à manipuler pour garder chèvre et chou.
La solution dépend de toi et rien que de toi: angoissant, hein?

Un risque à prendre, et à ne prendre que quand tu te sentiras en sécurité pour le faire. Qu’est-ce qui te mettrait en sécurité, hormis la garantie que la relation continue ?

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 12h43

Popol tu es psy?

Je crois effectivement que ce tu présentes , je l'ai déjà pensé , envisagé
Me positionner dans cette relation , sans penser , toujours à lui , à ses réactions , ne pas faire en attendant que... Mais faire les choses pour moi et par ricochets pour nous...
Je sais qu'en se repositionnant , l'autre se repositionne aussi ou alors l'histoire capote parce qu'elle devait capoter...

J'ai cette chance , quand même , d'avoir quelqu'un qui me pousse à ça ...
Je sais tout cela et je n'arrive pas à sortir du carcan , parce que peur en changeant , que tout se brise... Tu l'as bien expliqué ...

Sa relation "amoureuse" finalement a servi de révélateur a beaucoup , en tout cas les a réactivées...

Reste à savoir comment je me positionne aussi par rapport à sa relation , est-ce que poser le moins de questions est la solution pour se protéger ...

Je me rends compte aussi d'une chose : je ne sais pas faire cela : vivre ma vie tout en démontrant que l'amour que je lui porte est grand...
Comme si je devais forcément dépendre de pour aimer...
drôle de nana que celle que je suis...
y'a du boulot , encore et encore

mais merci Popol , tes réflexions me permettent d'y voir plus clair

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 12h45

Pour ce qui est de me sentir en sécurité : savoir qu'il m'aime pour celle que je suis suffirait
et la sécurité absolue ne viendra que parce que je pourrais me l'apporter toute seule...

#

Popol (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 13h12

Psy, non, mais un parcours axé sur la communication et la relation d’aide, guidé par la lucidité – une mue qui ressemble beaucoup à se sentir à vif avant que la nouvelle peau soit prête. On m'a beaucoup donné, je redonne, parce qu'en plus, ce faisant je reçois sans me sacrifier.

Revenons à toi : poser moins de questions à lui, ça viendra sûrement si tu prends plus de temps pour t’en poser à toi, sur toi. Et, oui, te concentrer sur toi et les réponses que tu vas te faire vont te détourner de la souffrance engendrée par ses réponses au sujet de choses sur lesquelles tu n’as pas prise.

Vazy par étapes : d’abord bien t’occuper de toi, puis voir si l’expression de ton amour doit changer pour autant. Et distinguer la manière d’exprimer le sentiment, et le sentiment lui-même.

Dépendre de quelqu’un pour pouvoir l’aimer, c’est une croyance, pas une vérité. Il reste que tu as dû apprendre ça en famille, et que pour déconstruire une croyance, il faut un peu de temps. Pour expérimenter que cela peut en être autrement, surtout. Et c’est très courant, tu sais, de lier l'amour et la dépendance.

OK, donc… comme on ne peut changer d’un coup d’un seul, il s’agit pour toi. je pense, de faire quelques expériences d’ «  auto-sécurité », modestes pour commencer. Lesquelles… il n’y a que toi pour le déterminer. Mais déjà, expérimenter l’appui inconditionnel de quelqu’un qui t’aide à poser un regard plus distancié sur ta situation, c’est indispensable et ô combien précieux.

Bon, je file bosser... A un de ces 4. :-)

#

ptitechose (invité)

le jeudi 14 juin 2012 à 13h22

merci ....BEAUCOUP

#
Profil

mouvante

le vendredi 15 juin 2012 à 13h09

meme si ma situation est totalement différente, certaines des choses dites par popol trouvent écho chez moi. Alors je prends! merci!!

#
Profil

mouvante

le vendredi 15 juin 2012 à 13h10

au passage : chapeau à ptitechose pour trouver le courage de remettre en question sa vision de l'amour, quelle que soit l'issue de ses reflexions.

#

Popol (invité)

le vendredi 15 juin 2012 à 16h57

Oué, elle est costaud la petite chose, bien plus qu'elle ne pense, je crois.

:-)

Courage à toi aussi, mouvante.

;-)

#

ptitechose (invité)

le vendredi 15 juin 2012 à 18h11

Merci à vous deux
des paroles chaleureuses , c'est tout ce dont j'ai besoin
Merci encore

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion