Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Perdue dans une nouvelle relation

Témoignage
#
Profil

zaphir

le jeudi 12 juillet 2012 à 17h37

Bonjour,

Je suis une femme de 50 ans, mariée depuis 18 ans avec un homme de 12 ans mon aîné, il y a toujours eu entre nous une relation amoureuse forte. Il est bi et nous avons commencé à libertiner avec des hommes bi ou des couples bi. Je voulais satisfaire son "côté" bi et ça me plaisait.
Et puis nous avons rencontré un couple, lui, non bi, elle oui. De suite, entre lui et moi, ce fut une relation au delà du sexe avec beaucoup de tendresse et de câlins.
Nous nous sommes revus tous les 4 et rapidement nous nous sommes retrouvés à 4 mais 2 + 2. Lui et moi nous nous écartions pour avoir une relation plus intime. Puis nous nous sommes retrouvés tous les deux. Mon mari et sa femme étaient bien sûr au courant.
Notre relation a rapidement évoluée vers une passion dévorante, un manque permanent de l'autre. Nous nous envoyons sans cesse des SMS, nous échangeons quotidiennement des mails. Nous nous retrouvons au moins tous les 2 jours, plus d'attente nous est insupportable.
J'ai eu beaucoup de mal, étant très entière et possessive, à comprendre comment il peut aimer 2 femmes à la fois. J'ai du mal à admettre que je puisse aimer 2 hommes à la fois. J'ai voulu croire qu'il faut faire un choix mais cela reste impossible.
Je crois que je suis dans la découverte qu'un équilibre est possible. Je veux y croire.
Je ne veux ni briser son couple ni le mien.
Il reste des questions sans réponses :
j'ai une fille de 13 ans à la maison et elle ne comprendrait certainement pas d'autant que dès leur première rencontre elle l'a détesté, comment peut-on gérer ce type de relation avec un enfant ? Pour l'instant je n'ai qu'une réponse qui ne me satisfait pas mais c'est celle de cacher cette relation à une enfant qui serait très perturbée si elle venait à le savoir.
comment gérer cette relation avec l'extérieur, le monde qui nous entoure ? Il nous est tellement difficile de ne pas pouvoir se faire un bisou ou de se toucher !
Merci de m'avoir lu et de m'aider à me comprendre et à comprendre ce que je vis

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 juillet 2012 à 17h51

#
Profil

zaphir

le vendredi 13 juillet 2012 à 04h37

Merci pour ces liens que j'ai parcouru avec beaucoup d'intérêt.
Ma fille a dû sentir quelque chose parce que elle déteste mon autre amoureux.
Le "non-dit" est pour moi la pire des choses. Je n'ai que trop souffert de ce "non-dit" dans ma vie pour agir de la sorte.
Cependant, il me semble qu'il est important de ne pas brûler les étapes :
attendre que la situation se stabilise, cela ne fait qu'un mois et demi, c'est tout "frais" pour nous 4 et nous avons encore à en parler ensemble pour que chacun se sécurise et trouve ses marques de manière complètement sereine
parler à ma fille dans un premier temps, elle a 13 ans, sans tout dire mais lui dire que je ne choisis pas ses ami(e)s et que je ne porte pas de jugements sur eux, j'accepte et je respecte ses choix et ses ami(e)s comme tel(le)s et que j'attends la même chose d'elle, que j'aime beaucoup X, que son père aussi, et qu'elle doit respecter nos choix.

Je pense qu'aujourd'hui, je ne dois pas en dire plus.

E donc il en découle que je dois me comporter, pour l'instant, et tant que ma fille n'en sait pas plus, avec la "société" de la même manière.

Je ne sais pas si c'est le mieux mais c'est ce que je ressens.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 13 juillet 2012 à 12h49

zaphir
parler à ma fille dans un premier temps, elle a 13 ans, sans tout dire mais lui dire que je ne choisis pas ses ami(e)s et que je ne porte pas de jugements sur eux, j'accepte et je respecte ses choix et ses ami(e)s comme tel(le)s et que j'attends la même chose d'elle, que j'aime beaucoup X, que son père aussi, et qu'elle doit respecter nos choix.

Je pense qu'aujourd'hui, je ne dois pas en dire plus.

E donc il en découle que je dois me comporter, pour l'instant, et tant que ma fille n'en sait pas plus, avec la "société" de la même manière.

Je ne sais pas si c'est le mieux mais c'est ce que je ressens.

Moi ça me semble plein de bon sens ce que tu dis là.

Je ne sais plus s'il y a la fameuse phrase parfois citée par Françoise dans les fils de discussion que je t'ai indiqués;
Une de ses filles vers l'âge de 3 ans je crois, lui a dit un jour :
"Papa, il a toi et ses amoureuses, et toi, tu as Papa et tes amoureux."
Pourtant, aux dires de Françoise, ni elle ni son mari n'avaient présenté les choses de la sorte, mais les enfants comprennent très bien !

Maintenant, c'est vrai qu'avec les ados c'est plus difficile, ils sont plus souvent en opposition avec leurs parents, etc.
Donc je pense que ton choix est un bon choix, ensuite comme dit plus haut les enfants (et ados) ne sont pas stupides, ils devinent les choses, mais ça m'étonnerait qu'elle t'en parle explicitement tant que tu ne le feras pas.

Je pense aussi que lui dire que son père apprécie cet homme est une bonne chose. Peut-être qu'elle aurait peur en effet que cet homme lui "vole" sa mère ? ("Brise le couple" de ses parents etc.)

(Oui, les ados, ils veulent s'émanciper de leurs parents, mais en vrai ils en ont encore tellement besoin !)

D'ailleurs, peut-être qu'une formulation du type : "Ton père et moi apprécions beaucoup X, c'est un ami très cher" irait mieux que : "J'apprécie beaucoup X, ton père l'apprécie aussi" car dans le deuxième cas on pourrait penser que le père est mentionné surtout pour te justifier (alors que c'est faux). Tu vois ce que je veux dire ?

#

simpère (invité)

le vendredi 13 juillet 2012 à 16h04

Avec mon autre fille qui critiquait notre choix de vie, parfois vertement, j'ai du répondre que c'était son droit de ne pas être d'accord, mais aussi le mien de faire des choix différents des siens, et que moi, je ne critiquais pas sa façon de mener sa vie amoureuse, même si parfois je n'étais pas d'accord; En d'autres termes, bien rappeler que si on a une responsabilité envers les enfants en tant que parents (être présents quand ils en ont besoin, répondre à leurs questions s'ils en posent,leur donner confiance en eux, leur apporter de la tendresse, etc...) les enfants n'ont pas à connaître tout (et même le moins possible) du couple conjugal et de sa vie amoureuse.
Mieux vaut aussi rester discrète en public. Vous n'en mourrez pas de ne pas câliner votre amoureux ouvertement- même si ça vous demande un peu d'effort- et cela vous permettra de juguler ce que la passion des débuts peut avoir d'à la fois euphorisant et destructeur.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 13 juillet 2012 à 16h09

simpère
ce que la passion des débuts peut avoir d'à la fois euphorisant et destructeur.

Et quand on dit "destructeur", ça n'est pas destructeur que pour les amoureux, loin de là...

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 13 juillet 2012 à 20h25

du haut de mes 28 ans je vais pas donner de conseilles sur comment élever ses enfants, mais je peux parler de vécu.
Ce n'est pas la même situation, à mon regret.
Mon père est un grand blablateur il a toujours était "un homme à femmes" menteur etc... (je vous évite des "détailles") je le sentais. Puis à 9 ans j'l'ai vu dans les bras d'une de ses maitresses. Ils ont divorcés j'en avais 14.
J'ai grandi "avec le dégout" du couple, de l'amour que je mettais dans le même sac. Heureusement que j'ai fini par entendre parler de respect, d’honnêteté, de bien veillance dans un couple, LE POLYAMOUR qui m'a laissé imaginer l’existence de l'amour.
Les bases, la morale, enfant on la cherche chez nos parents.
et l'amour inconditionnel qu'est le polyamour est logique si il est bien présenté j'pense.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

zaphir

le samedi 14 juillet 2012 à 08h27

Je vous remercie tous pour vos avis très pertinents.

Pas facile de se situer pour chacun de nous. Cette relation nécessite une excellente communications entre chacun. Nous traversons des moments difficiles, c'est sûr, très difficile.

J'apprends dans cette relation à "dire" plutôt qu'à "jeter". Je te dis mais je ne te "jette" mes mots ou maux (merci Salomé).

Il faut aller au plus profond de soi d'abord pour ensuite dire à l'autre et bien le dire. Quand on a cumulé 50 ans de secrets de famille, de non-dit et un viol ados c'est un dur retour sur soi mais vital.

Merci

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion