Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je me sens trahie, je me sens déçue...mais la vie continue

Engagement
#
Profil

LuLutine

le dimanche 15 avril 2012 à 20h18

Bonsoir à tous,

Je m'excuse par avance pour le pavé (je l'espère, pas trop indigeste quand même) que je vous ai concocté ce soir...

J'ai vraiment besoin de parler de cela, même si je n'attends pas de recette ou de solution (je ne crois pas qu'il y en ait), juste les réactions de ceux qui le voudront, une présence, un soutien...merci d'avance.

Je vais essayer de commencer par le début.

Depuis que nous sommes ensemble, mon amoureux - appelons-le B - et moi avions pour projet de fonder une famille.

Il y a deux ans - alors que nous étions déjà polyamoureux, je préfère le préciser - B me dit qu'il envisage sérieusement d'avoir un enfant avec moi. Comme vous l'imaginez, j'étais ravie.

Six mois plus tard, je retrouvais un ancien amoureux - appelons-le A - avec qui j'avais eu à une époque des projets de vie (le même genre qu'avec B). Je savais que cette rencontre ne serait pas forcément sans incidence sur nos projets (ceux de B et de moi), surtout du point de vue de B. Je lui ai alors redemandé, à ce moment-là, s'il voulait toujours avoir un enfant avec moi (en précisant : "pas là maintenant tout de suite, mais bientôt").

B a dit qu'il se voyait toujours dans ce projet de vie. Moi aussi, cela me tenait à coeur, cela faisait des années que nous parlions d'avoir un enfant, je souhaitais vraiment concrétiser cela et la rencontre avec A - bien que de tels projets avec lui m'auraient aussi ravie - ne changeait rien à mes projets.

Je suis donc restée, depuis près d'un an et demi (et les années d'avant aussi évidemment), fidèle à ce projet de vie que B et moi avions.

A ce stade, il faut savoir que A n'habite pas la même région que moi (contrairement à B) et qu'il nous est donc difficile de nous voir comme nous le voudrions. A a donc plus ou moins envisagé l'idée, après notre rencontre, de quitter son emploi actuel pour s'installer dans la même région que moi (nos contraintes professionnelles respectives notamment, font que c'est bien plus envisageable pour lui que pour moi). Comme il est exclusif, je l'ai aussitôt mis en garde, lui expliquant qu'il ne devait pas faire cela "pour moi" car il risquait d'être déçu ; que je ne pourrais pas forcément lui donner tout ce qu'il espérait (notamment, une présence permanente) et qu'il pourrait par la suite m'en vouloir et/ou regretter ce choix...

Je connais sa vision des choses et son désir de vie de couple avec moi. Même si je partage ce désir, je sais que dans l'état actuel des choses, c'est impossible avec A et B. Je sais que dans la vie, il y a des choix à faire ; alors je les fais et ensuite je les assume et je m'y tiens. (Et au passage un petit coucou à ceux qui croient qu'être polyamoureux c'est choisir la solution de facilité, avoir le beurre et l'argent du beurre et tutti quanti. Etre plus épanoui n'est pas synonyme d'avoir la vie facile...)

A ce jour, A n'a pas déménagé et notre relation est toujours un peu compliquée, mais cela m'a semblé le bon choix à faire, bien que très inconfortable (voire douloureux) pour A et moi. En effet, comme je le disais plus haut, j'étais fidèle à mes projets de vie avec B.

Malgré cela, B vivait assez mal l'existence de ma relation avec A et je ne cessais de le rassurer sur ma fidélité et ma présence à ses côtés. B savait qu'il était prioritaire quant à nos projets de vie, même si je n'excluais pas la possibilité éventuelle qu'un jour peut-être (ça va j'en fais assez dans le conditionnel ?) il soit possible aussi d'avoir ce genre de projets avec A (bien que, comme dit plus haut, cela me semble très difficile à envisager, connaissant le point de vue de B sur la question et le fait que A est exclusif).

Il y a quelques mois/semaines, B et moi parlions de plus en plus sérieusement d'avoir un enfant. B me dit toutefois : "Ecoute, tu as d'autres amoureux, mais moi je n'ai que toi en ce moment et j'aimerais bien rencontrer quelqu'un avant d'avoir un enfant, car j'ai peur qu'après, cela devienne plus compliqué pour moi de faire des rencontres." Je ne voyais pas forcément pourquoi, mais j'étais d'accord pour ne pas le presser, et pour attendre encore.

Aujourd'hui, B a rencontré deux autres personnes.

Jusque-là, vous vous dites : "Bon alors tout va bien non ?"

Mais je pense que vous sentez venir la suite....

Si l'une de ses deux relations connaissait mon existence et l'acceptait, ne souhaitant de plus pas s'engager sur le long terme avec B (du moins, leur relation n'a pas commencé de cette façon et ce n'était pas dans leurs plans), l'autre personne qu'il a rencontrée - appelons-la M - ignorait tout de mon existence. Avoir caché, pendant la phase de séduction (si on peut l'appeler ainsi - je ne trouve pas d'autre désignation) qu'il était déjà en couple avec moi depuis une dizaine d'années était totalement volontaire de la part de B. Cela va jusqu'au filtrage des personnes qui peuvent voir son statut relationnel sur un réseau social bien connu (même si je trouve cela incohérent, sur le fond je n'ai jamais rien vu à y redire, car ses relations y compris avec moi relevant de sa vie privée, il peut bien partager ce genre d'information avec qui il veut).

Bien entendu, dans les minutes qui ont suivi le moment où M a manifesté ses intentions clairement, B lui a parlé de moi. J'imagine un peu la douche froide pour elle, B s'étant bien assuré que je ne sois jamais présente lorsque M l'était... (ce qui n'empêche pas le fait que je n'en suis pas frustrée car B et moi nous voyons souvent, et je me dis que du coup, M ne se rend pas forcément compte de cela pour le moment, mais c'est un autre sujet, revenons donc à nos agneaux).

Très rapidement, M (vous l'aurez compris, j'ai choisi M comme "monogame") a dit à B qu'elle n'avait rien contre le fait que lui et moi soyons proches, mais elle a demandé à B l'exclusivité sexuelle (c'est du moins dans ces termes que B m'a appris la nouvelle).

Jusque-là, dans l'absolu, c'est une situation que j'avais déjà envisagé et qui, si elle est transitoire, ne me pose pas de problème majeur (bien que ce puisse être un peu inconfortable voire désagréable). Sauf que.

Sauf que.

Sauf qu'à moins d'avoir une mémoire de poisson rouge, vous vous rappelez avoir lu plus haut que B et moi envisagions sérieusement d'avoir un enfant. Genre bientôt. Genre peut-être pas dans une semaine, mais pas dans deux ans non plus.

Aujourd'hui, B veut tenter sa chance avec M et lui donner ce qu'elle demande. De plus, je crois qu'il ne sait plus trop où il en est maintenant et il se révèle totalement incapable de me dire s'il veut ou non maintenir son projet de vie avec moi...

Depuis près d'un an et demi - et aussi les années qui ont précédé - je suis restée fidèle à B contre vents et marées. Je suis restée près de lui, je ne l'ai pas quitté. Par égard pour B, j'ai attendu six mois avant de "concrétiser" (comme on dit) ma relation avec A. Il y a deux ans, j'ai renoncé à une relation avec quelqu'un dont je suis toujours amoureuse et....qui n'imaginait pas les relations amoureuses sans exclusivité sexuelle (tiens, ça me rappelle quelqu'un). Je trouvais ces choix naturels.

Aujourd'hui, je ne renie pas mes choix, j'ai été parfaitement cohérente avec mes engagements et mes principes de vie. Je ne regrette pas mon positionnement.

Cela dit, B me donne l'impression qu'il agit comme un enfant capricieux. Il ne veut pas attendre, il veut foncer. Il veut tout de suite "concrétiser" sa relation avec M, la présenter à ses amis, cela ne peut pas attendre quelques mois. Il ne veut pas réfléchir, prendre le temps. Il veut vivre cela maintenant.

Je comprends cette urgence de "vivre maintenant". Je l'ai ressentie plusieurs fois par le passé, même si dans deux situations dont j'ai parlé plus haut, j'y ai renoncé car cela me semblait plus sage. Ce qui me gêne, c'est de jeter à la poubelle dix ans de projets communs pour se lancer à l'aveuglette dans une histoire dont B dit lui-même qu'il ne sait pas où elle le mène.

Alors oui, je me sens trahie. Oui, je me sens déçue. Tous ces efforts, cette fidélité, tout cet investissement ; avoir fait souffrir A en le tenant à distance parce que je respectais les projets que j'avais avec B ; avoir renoncé à une belle histoire avec un autre ; tout cela : pour rien ?

Le constat m'apparaît clair : j'ai été fidèle - au sens littéral, fidèle à mes engagements - mais B ne l'est pas.

Dans une conversation récente avec A, j'ai cru comprendre "entre les lignes" que ce qui le faisait souffrir le plus n'était peut-être pas ma non-exclusivité mais plutôt l'absence de projet(s) de vie. La situation m'est apparue sous un jour nouveau (et un peu cruel) ; si B savait mieux ce qu'il voulait, je me dis que je n'aurais peut-être pas fait souffrir A pour rien. J'ai quand même l'impression d'un beau gâchis.

Même si bien sûr, la vie continue.

P.S. : Il ne faudrait toutefois pas penser que je suis seule et abandonnée dans cette épreuve, et même si je l'ai déjà fait en privé, je voudrais remercier ici ceux qui sont là pour moi en ce moment...qu'ils ne croient pas que je les oublie...merci, donc (ils se reconnaîtront s'ils me lisent).

#
Profil

PolyEric

le dimanche 15 avril 2012 à 21h41

Cette description de ta situation est publique, donc je suppose que tu attends des réponses publiques, mais je préfère jouer la prudence et t'envoyer ma réponse en privée.

#
Profil

roidespuces

le dimanche 15 avril 2012 à 22h07

Salut , je tombe un peu par hasard sur ton lonnnnng message et je remarque au début , tu parles d'avoir un enfant et à la fin , cela ne s'est pas concrétisé vu la complexité de la situation .Etiez-vous d'accord pour arrêter toute contraception ? Car quand un enfant est en route (j'en ai eu 2 avec 2 mamans différentes), le choix est vite fait , tu fais ce qu'il faut pour lui assurer bien-être et équilibre même au détriment de toi-même , sacrifice ? il en vaut la chandelle , bon d'accord jusqu'à un certain point .
je pense que vous avez laissé passer le coche mais comme tu dis me semble-t-il avec une certaine philosophie , la vie continue .Il y en a ,qui dirait que ce n'était pas avec lui que ça devait se faire, mais bien sûr c'est toujours facile de dire ça après coup et puis personne ne connait le futur , trop tard ?, qui sait ?

#
Profil

yellow

le dimanche 15 avril 2012 à 23h17

Histoire bien écrite en tout cas.
Si je comprends bien, là actuellement il veut satisfaire le souhait d'exclusivité de sa nouvelle amie, et te le dit, sans penser ou avoir vu que tu étais prête à ce projet dont vous avez parlé. Lui a-t-il dit que ce projet te tenait à coeur, que tu sentais que c'était le bon moment mais que cette demande de cesser les relations, votre histoire quand même un peu, ça te peinait? Apparemment vous n'avez pas le même timing... Mais peut-être le même sens, faut voir comment vous vivez votre relation, et là d'ici c'est pas évident, faudrait que tu précises un peu ce qui fait que tu te sens trahie. Peut-être à chercher du côté de ce qu'il t'a dit: "Ecoute, tu as d'autres amoureux, mais moi je n'ai que toi en ce moment et j'aimerais bien rencontrer quelqu'un avant d'avoir un enfant, car j'ai peur qu'après, cela devienne plus compliqué pour moi de faire des rencontres." Je m'avance un peu mais il a eu peur de A, alors que 6 mois avant il avait parlé d'enfant avec toi, et que toi tu as attendu à ce moment là. Timing...
Bonne semaine.

#
Profil

bohwaz

le lundi 16 avril 2012 à 01h01

Moi j'ai réglé la question à la base : je ne veux jamais d'enfant et je ne veux pas vivre avec quelqu'un. Mine de rien ça règle pas mal de questions.

Maintenant, ma situation mise à part, je comprends la situation et effectivement c'est toujours frustrant d'avoir à faire avec des girouettes comme ça. Maintenant il n'existe pas de solution miracle, mais il faut aussi comprendre que souvent c'est plus l'aventure, l'adrénaline, l'inconnu, qui nous motivent et nous attirent, que des plans qui nous semblent un peu trop prévisibles. En tout cas moi je me sens plus comme ça par périodes. Je pense que c'est cela qui joue beaucoup dans le cas de B, sans compter toute l'excitation d'une nouvelle relation, qui peut déjà être un paramètre important.

En tout cas je t'envoie tout mon soutien dans ce moment difficile (comme tu le dis, il s'agit en quelque sorte d'une trahison, de la rupture d'une promesse).

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 avril 2012 à 02h22

yellow
Si je comprends bien, là actuellement il veut satisfaire le souhait d'exclusivité de sa nouvelle amie, et te le dit, sans penser ou avoir vu que tu étais prête à ce projet dont vous avez parlé.

Bien sûr que si, il sait que j'y suis prête et nous en parlions de plus en plus sérieusement. C'est lui qui n'était pas tout-à-fait prêt, moi cela fait un moment que je l'attends...

yellow
Lui a-t-il dit que ce projet te tenait à coeur, que tu sentais que c'était le bon moment mais que cette demande de cesser les relations, votre histoire quand même un peu, ça te peinait ?

Là, je ne comprends pas si tu parles de B disant à M que cela me pose problème, ou de moi disant à B que ça me pose problème.
Cela dit, dans les deux cas la réponse est oui : j'ai longuement discuté avec B qui est parfaitement au courant de la raison pour laquelle c'est un problème maintenant, et de son côté B affirme avoir dit à M que nous avions des projets en ce sens... (mais je n'ai jamais parlé à M, je n'ai donc pas eu l'occasion de le vérifier par moi-même, cela dit je ne vois pas pourquoi B me mentirait là-dessus).

Donc B est tout-à-fait conscient de la situation, et d'après mes informations, M est consciente qu'elle demande à B de jeter à la poubelle dix ans de projet de vie...

yellow
6 mois avant [la rencontre avec A] il avait parlé d'enfant avec toi, et que toi tu as attendu à ce moment là. Timing...

Non non non.
Enfin oui, il avait parlé d'enfant, mais non, pas pour le faire pile à ce moment-là.
C'était dit très clairement que ce n'était "pas pour tout de suite" : plutôt pour dans un an ou deux.
Simplement à cette époque, d'un projet hypothétique, ça commençait à devenir concret. C'était la première fois qu'il me faisait une vraie proposition, pas juste des hypothèses en l'air "pour plus tard un jour peut-être" (je ne sais pas si c'est plus clair comme ça...).
Du coup, en lui redemandant six mois plus tard s'il était toujours partant, j'ai précisé "pas là maintenant tout de suite non plus", parce que je savais que c'était ce qu'il voulait : ne pas se précipiter (et je ne le souhaitais pas non plus). Il m'a d'ailleurs dit ce jour-là : "Heureusement que tu as précisé "pas tout de suite", sinon j'aurais pris peur"...Non, à ce moment-là nous avions le même timing justement.

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 avril 2012 à 02h28

roidespucesEtiez-vous d'accord pour arrêter toute contraception ? Car quand un enfant est en route [...]

Je n'ai pas trop compris ton message... Mais surtout, cette partie me fait penser que tu n'as pas compris le mien non plus, car à aucun moment je ne crois avoir évoqué la question de la contraception.

Alors je précise :
1) Non, nous n'avons pas arrêté la contraception.
2) Aucun enfant n'est en route.

D'ailleurs, si nous avions décidé d'un enfant et l'avions conçu avant que B ne rencontre cette jeune fille, j'ose espérer qu'il aurait assumé ses responsabilités de père. En-dehors de ça, il aurait bien pu faire ce qu'il voulait avec son (autre) amoureuse...comme le dit si bien Françoise Simpère, le seul engagement qui dure nécessairement pour la vie, c'est celui qu'on prend envers ses enfants.

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 avril 2012 à 02h50

bohwaz
souvent c'est plus l'aventure, l'adrénaline, l'inconnu, qui nous motivent et nous attirent, que des plans qui nous semblent un peu trop prévisibles.

Gna. Je viens de comprendre pourquoi j'ai un boulot difficile et mal payé, alors que je pourrais avoir un boulot pépère (enfin, relativement à celui que j'ai actuellement hein) et beaucoup mieux payé... :P

bohwaz
l'excitation d'une nouvelle relation

C'est aussi une question de personnalité. Comme je le dis, cette excitation, je la comprends très bien pour l'avoir vécue plusieurs fois par le passé. Malgré tout, ça ne m'a pas empêchée de rester fidèle à B.

bohwaz
En tout cas je t'envoie tout mon soutien dans ce moment difficile (comme tu le dis, il s'agit en quelque sorte d'une trahison, de la rupture d'une promesse).

Merci :-)

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 avril 2012 à 06h44

Merci beaucoup Eric_49 pour ta réponse en privé, j'y répondrai prochainement. (Tu mets le doigt sur certains "biais" intéressants dans mon discours, qui pourraient me faire voir comme quelqu'un que je ne suis pas. Et en fait non, la vision que tu avais de moi avant de lire ce sujet n'est probablement pas si fausse que tu crois.)

Je voulais quand même répondre ici publiquement à un détail de ton message, car d'autres auront peut-être la même interprétation.
Tu sembles penser que j'ai peut-être juste envie de me plaindre, mais je n'ouvre pas ce fil pour me plaindre, me faire plaindre ou quoi que ce soit du genre.
D'ailleurs, je l'ai plus ou moins dit implicitement dans mon introduction, mais ce n'était peut-être pas très clair.

Si j'ouvre ce fil, c'est juste que là, il y a tout-à-coup un éléphant dans mon salon, depuis quelques jours il prend même de plus en plus de place, et je n'ai pas envie de faire comme s'il n'était pas là. Je ne suis pas comme certains, je ne mange pas les éléphants pour faire croire à tout le monde qu'il n'y a pas eu d'éléphant (ça doit filer une sacré indigestion, en plus). Alors, je préfère dire tout haut que l'éléphant, il est là. Qu'il m'emm... au plus haut point. Même si de toute façon, je vais m'en sortir, comme je l'ai toujours fait.

Je ne veux pas me sentir obligée de cacher l'éléphant dans le salon. Alors je l'ai montré à tout le monde, c'est bon, maintenant je peux aller me (r)endormir sans avoir le sentiment qu'il y a une bête énorme qui ne demande qu'à sortir de chez moi...

Bon à part ça, en relisant un vieux fil....

Siestacorta
si tu souffres, soigne-toi. Ca passera pas par magie, par un beau matin d'été, ou avec une fille tellement super qu'elle va effacer tous les coups de blues avec son sourire

Ce conseil donné il y a un an, je ne sais pas s'il a été lu par l'intéressé, mais en tout cas ça m'a fait immédiatement repenser à une des phrases récentes de B : "Je ne veux plus souffrir".
En l'entendant, et sans m'être rappelée de la phrase de Siestacorta (que je viens de relire), je me suis justement demandée si B pensait que M était "une fille tellement super qu'elle va effacer tous les coups de blues avec son sourire" (enfin pas avec ces mots-là, mais c'était exactement le même genre d'idée).

Je me suis arrêtée aussi sur cette phrase de Deville :

Deville
Il me semble que la seule manière pour lui d'être sur que tu ne le quitteras pas c'est ... de te quitter avant que tu ne le fasse.

Et dans la situation actuelle, elle me semble très juste. Echapper à l'angoisse d'être abandonné, en abandonnant l'autre le premier. Je trouve cela plutôt lâche, mais compréhensible.

#
Profil

Pinklady

le lundi 16 avril 2012 à 09h56

Bonjour Lulutine.. juste une refexion qui me vient en lisant ton fil.. ,ne penses tu pas tout simplement que B a pris peur de ce desir d'enfant qui commencait à se concrétiser d'ou sa demande d'avoir d'autres relations avant. Cela me fait penser à ces hommes qui avant de se marier partent ventre à terre seduire et mettre ds leur lit tout ce qui porte jupon.
Entre l'idéal d'enfant et la concretisation avec toutes les peurs bien legitimes que cela comporte surtout pour un homme il y a un monde je crois. L'enfant ca signifie un engagement à vie, une privation de liberte, la fin d'une certaine insouciance et liberte. Penche toi peut etre sur sa vision de l'enfant et de la famille, sur son ressenti d'enfant ect... Enfin bref B semblait retarder l'echeance mise en route de l'enfant, ct peut etre pas si simple pour lui de devenir adulte et parent comme ses propres parents...
Je me dis aussi en lisant ce fil qu'il ne faut surtout pas faire des renoncements pour qqn sinon un jour on a de la rencoeur.

#
Profil

PolyEric

le lundi 16 avril 2012 à 10h35

LuLutine
Tu sembles penser que j'ai peut-être juste envie de me plaindre, mais je n'ouvre pas ce fil pour me plaindre, me faire plaindre ou quoi que ce soit du genre.

Hum, j'ai peut-être pas été clair alors. Ce que je voulais dire, grosso modo dans la phrase sous entendue, c'est que si tu continues à faire comme tu fais (tergiverser, s'en remettre à l'autre ou attendre qu'il soit bien certain, remettre à plus tard, te demander si c'est bien le bon moment, etc, etc), tu risques de revenir souvent te plaindre ici (tu fais bien de le faire, je ne critique pas cela), et comme je pense que ce n'est pas ton but (de te plaindre), il vaut mieux changer ta façon de faire, à savoir qu'à mon avis, tu devrais plutôt foncer, faire confiance en la vie (celle qui est en toi, mais aussi celle qui est en A, B, C, D, E...), en vos instincts maternels et paternels qui surpasseront de loin toutes vos croyances. Tu peux expliquer à tes amoureux ce que tu fais, ou plutôt ce que tu feras, si tu veux, ça me parait bien, mais tu ne devrais pas trop les attendre. Au prochain moment ou l'horizon semble se dégager, envoie la sauce, tu peux. Il ne faut pas attendre que l'horizon se rebouche. Il ne faut pas remettre à plus tard quoi.

Plaint toi tant que tu veux, mais fait aussi des enfants tant que tu veux et à qui tu veux. Je ne sais pas comment mieux te l'expliquer. Passe à l'acte quoi, tu as tout ce qui faut sur toi.

Il te suffira de faire comme tout le monde, à savoir gérer en fonction des évènements, comme tu peux avec ce que tu as.

#
Profil

coquelicot

le lundi 16 avril 2012 à 10h58

Fonce maintenant
Vis maintenant
Avant qu il ne soit trop tard!
Les hesitations et les doutes nous font perdre un temps precieux!
On a qu une vie,une seule et elle est courte.

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 avril 2012 à 18h27

gg0125
ne penses tu pas tout simplement que B a pris peur

Oui, je pense que c'est possible mais c'est justement pour cela que je l'ai laissé me dire lui-même qu'il le souhaitait, plutôt que de le "saoûler" avec cette idée sans arrêt (ce qui n'empêche pas qu'on en parlait "comme ça", de temps en temps). C'est pour ça aussi que par la suite lorsque notre situation a évolué, je lui ai demandé s'il le souhaitait toujours (il a répondu oui, je ne m'en serais pas formalisée s'il avait dit non).

Je crois surtout qu'il a dit oui par lâcheté et peur que je le quitte s'il disait non. Ce qui est absurde, vu que je suis polyamoureuse (je ne quitte pas les gens que j'aime, et je ne cesse pas d'aimer quelqu'un parce qu'il ne veut pas d'enfant avec moi ; d'ailleurs je n'ai jamais cessé d'aimer quelqu'un).

Ce qui me déçoit, c'est qu'il ait probablement dit "oui" parce qu'il pensait que ça l'assurait de me "garder", et en pensant peut-être que j'attendrais encore et encore lorsque je souhaiterais vraiment mener à bien ce projet. Or ce n'était pas mon intention : il se trouve en effet que lorsque B m'a dit qu'il se sentait prêt, nous semblions tous les deux d'accord sur le "timing" ; d'ailleurs, je me dis que nous le serions peut-être toujours si M ne lui avait pas demandé l'exclusivité (ou peut-être pas, hein) ; là il a peur de la perdre - oui, peur encore - et j'ai l'impression qu'il retourne sa veste, comme il le fait trop souvent.

Il se serait montré plus fiable en me disant qu'il ne voulait pas d'enfant, ou que c'était trop tôt et j'en aurais tiré les conséquences moi-même. (Ce qui n'impliquait en aucun cas le quitter, pourquoi est-il incapable de comprendre cela ? Mystère...)

#
Profil

Pinklady

le lundi 16 avril 2012 à 20h01

Mais il se peut qu'il ait ete honnete avec toi ds ce desir d'enfant mais entre dire oui intellectuellement et oui avec tout son etre il y a un monde. Notre inconscient nous joue des tours souvent. Il est probablement perdu lui aussi entre ses desirs multiples, ses peurs ..Personne ne nous a eduqué à etre polyamoureux et tt est à découvrir soi même .... Et si vous parliez tous les trois avec peut etre un polymédiateur?

#
Profil

LuLutine

le mardi 17 avril 2012 à 10h12

gg0125
Et si vous parliez tous les trois avec peut etre un polymédiateur ?

Quand tu dis tous les trois tu parles de qui ?

Et "polymédiateur", c'est pas un métier, si ?

#
Profil

Pinklady

le mardi 17 avril 2012 à 10h24

pas encore un metier non juste un mediateur polyamoureux,histoire d'avoir qqn de neutre qui empeche les debordements emotionnels et recentre la discussion.... y'a moulte grand sage sur ce site. Qt aux trois et bien toi et tes amoureux tous ensemble.

#
Profil

LuLutine

le mardi 17 avril 2012 à 10h32

Ouh là...je pensais que tu parlais de B, M et moi. Ca pourrait peut-être se faire vu qu'il veut l'amener au prochain café poly (enfin, peut-être, je ne suis pas certaine qu'elle dise oui).

Pour A il a toujours refusé d'aller dans un café poly...il est très fermé à tout ça.
Il n'imagine même pas que quelqu'un puisse sortir avec une personne et afficher sur son profil une photo où il est avec son/sa meilleur(e) ami(e)...alors aller dans un café poly ou voir un "polymédiateur" ?! Ces gens qui ne pensent qu'à s'amuser ? (C'est sa vision des choses, il n'arrive pas à comprendre que la pluralité des relations n'en diminue pas la qualité.) Tu n'y penses même pas !

#

(compte clôturé)

le vendredi 20 avril 2012 à 21h31

Quand je te lis Lulutine, je vois deux personnes très différentes :
- toi, qui es claire ( c'est pas peu dire ;) avec elle même et les autres, qui a des principes et qui les tient, qui sait ce qu'elle veut.
- B, qui sait ce qu'il veut ( dans le fond) : un enfant avec toi et une autre amoureuse.Mais qui se laisse déborder par les émotions, la nouveauté et qui est ultra maladroit dans sa façon de gérer les situations. (ça me rappelle quelqu'un ;).

Toi tu es polyamoureuse "active" (si je peux me permettre) depuis un moment, mais je crois que B débute dans le concret du polyamour. Et pour être avec un ex polyamoureux débutant, qu'est ce qu'ils peuvent être "con" parfois ! (:-D oups je me lâche), maladroit :-/ ou encore avoir du mal à gérer des situations ... même si c'est pas une excuse.

Je comprends que tu te sente trahie, déçue....

Et souvent on attend de l'autre qu'il soit comme nous, qu'il réagissent comme nous, qu'il donne autant que nous. Mais c'est pas possible !!!.

Moi il me vient des questions ... pour l'exclusivité sexuel , on t il défini une fin ? il lui as parler de vos projets ? Qu'est ce que tu es prêt à accepter de cette nouvelle relation de B ? Et par rapport a ton projet d'enfant avec B, quels sont tes besoins maintenant ?
je pose ces questions pour toi, tu n'es pas obligé d'y répondre ici si cela te semble trop perso.

Je me trompe peut être mais j'ai l'impression que tu as besoin d'être rassurer.

je te souhaite plein de courage :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 22 avril 2012 à 13h52

@lulutine
Je comprends ta deception et ton sentiment sur cette situation.
VRAI FAUX hors sujet: Je suis "engagé" dans un syndicat, plutôt radical et clair dans ses positionnements par rapport aux autres, et quand je viens en aide à un collègue dans une situation délicate ou que je participe à une action collective, je me mefie de plus en plus des "oui mais"de certains de mes collègues parce que je prends des positions à risque (pour moi) et que souvent quand je me retourne pour faire le point sur le rapport de force, il n'y a tout d'un coup plus grand monde, voire plus personne.
Il y a dans le oui mais une injonction paradoxale du type: oui je veux que tu m'aides mais n'en parle à personne, n'ecris rien dans le registre hygiene securité. Oui j'aime ton intervention/approche mais quand les elections professionnelles arrivent je ne me deplace meme pas jusqu'au bureau de vote...etc je pourrais multiplier les exemples à l'infini tant j'ai entendu ou constaté de oui mais.
J'en suis arrivé au point de vue suivant legerement desabusé, j'en conviens, dans la communication humaine standard:
oui mais= NON en vrai.
Quand je fais le point avec mon amoureuse sur mon eventuel desir d'enfant: j'essaye d'etre au clair avec elle: je suis amoureux de toi, j'ai déjà deux enfants et c'est mon "bon nombre", je n'en souhaite pas d'autre, j'en assume les consequences en participant à la contraception...
Là où je suis un plus ambivalent, c'est que je lui envoie aussi le message que si elle se sent en difficulté par rapport à un désir d'enfant je préfere qu'elle m'en parle plutot qu'elle souffre en silence ou me largue pour un mec plus jeune sans enfants: c'est donc une sorte de "NON mais" qui laisse la porte ouverte à la discussion. Ne pas laisser de faux espoirs, mais ne pas claquer la porte au nez de mon amoureuse non plus.

Peut etre devrais tu accepter cette realité qu'un oui mais vaut pour le commun des mortels un NON en vrai, cela te permettra de continuer d'avancer avec une illusion en moins mais du coup des bases plus solides pour tes projets et aspirations.
Minou.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 26 avril 2012 à 17h57

@tigreminou : le problème c'est que B ne prononce jamais un "NON" franc et massif, et que ces dix dernières années ses "oui mais" on massivement conduit à des "oui" au final. Et qu'il en était très content rétrospectivement. Il avait simplement besoin que moi, je sois décidée et sûre de moi pour faire le pas, et que je prenne le début des choses en main (ce que j'avais commencé à faire dans le cas présent - même si je n'ai pas envie de discuter tous les détails ici, nous étions déjà en train de parler des modes de vie possible avec un enfant : habiter ensemble ou pas, etc, et nous avions une vision assez claire de ce que nous voulions mettre en place lorsqu'il a rencontré M).

@lisea : merci de ton intervention qui recoupe plusieurs points que je ne reprendrai pas tous car pour beaucoup abordés en privé avec d'autres personnes (surtout une qui se reconnaîtra si elle passe ici et que je remercie chaleureusement :) ).
Pour ce qui est d'une durée d'exclusivité, rien n'est décidé.
Elle semble aussi plutôt angoissée sur ce que B et moi pourrions (ou non) faire ensemble. Mais comme pour le moment nous avons décidé de ne pas nous croiser M et moi (c'est mieux pour elle, car à mon avis même le fait que je sois proche de B risque à terme de lui poser problème si elle est face à nous), ça ne devrait toutefois pas créer de situations insurmontables. Après tout, B n'a pas de comptes à rendre à la demoiselle sur la façon dont il me tiendrait la main ou pas, et autres détails de ce genre...

Cette discussion est close, il n'est plus possible d'y répondre.

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Cette discussion est close. Il n'est plus possible d'y répondre.

Espace membre

» Options de connexion