Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quand la monogamie prend le dessus...

Monogamie
#
Profil

juliette

le mercredi 28 mars 2012 à 15h53

et voilà, ce qui devait arriver arriva...je suis désolée d'avance pour mon message long mais j'ai besoin de parler, de dire les choses, et surtout d'exprimer ma souffrance.
je vais essayer de m'expliquer avec le plus de clairvoyance possible.
je suis mariée et polyamoureuse, depuis deux ans j'ai un amoureux qui lui aussi est marié (enfin non d'ailleurs il est en concubinage), et depuis des mois notre relation est rythmée par ses doutes qui le poussent à me quitter toutes les semaines pour finalement revenir car on ne peut pas vivre séparés.
sa femme n'est pas au courant de notre relation, elle l'a été l'année dernière quand il a décidé de la quitter pour des raisons liées à leur couple, mais dès qu'elle a su qu'il y avait aussi une autre femme elle s'est accrochée à lui comme une bouée de secours, faisant du chantage affectif autour de leur fille. bref la situation est que depuis ils sont toujours ensemble, et ça ne me pose aucun problème puisque ma vie à moi est avec mon mari et mes enfants.
mais je souffre de son silence sur notre histoire, je l'encourage donc depuis quelques mois à lui parler histoire que notre relation en soit soulagée. si il parle plus besoin de se cacher, plus besoin de mentir de son coté et surtout à nous la liberté d'une relation plus sereine et mieux vécue...
il a envie de ça lui aussi...mais la lâcheté (peut etre?) le pousse à ne rien dire, il a peur, peur de quoi je ne le sais pas, il dit que sa femme ne le supporterait pas et qu'au vu de son passé familial il a la sensation de l'abandonner...
résultat, hier, engueulade entre nous et rupture...encore...
je suis perdue, et j'ai mal, il me dit qu'il m'aime, il dit que pour lui l'amour c'est vivre avec la personne qu'on aime et que ma vision du polyamour aussi sympa soit elle ,il n'y arrivera pas.
il me dit aussi qu'il ne l'aime plus mais que pour leur fille il ne peut pas la quitter, mais moi je ne lui demande pas ça!! je souhaite juste une relation honnête....
je suis perdue....et triste.
je pense qu'il n' y a pas de solution et je suis venue ici juste pour vider mon sac.
mais sincèrement ça me fout les boules de me faire plaquer juste parce qu'il a la sensation de ne pas assurer avec moi. (c'est ce qu'il dit). j'ai pourtant pas le sentiment de lui reprocher quoique ce soit, j'ai toujours été à l'écoute de ses craintes, j'ai tenté de le rassurer quant à la réaction de sa femme, parfois on sous estime les gens qui nous entourent et certaines annonces se passent bien mieux qu'on l'aurait cru...bref, j'ai été là. et je le serai encore si il décidait de revenir.
en attendant j'ai mal...et me sens démunie.
pourquoi forcément en quitter une? et dans ce cas pourquoi moi puisque tout se passe bien entre nous? bref, ce sont les questions que je me pose depuis des heures, l'impression de vivre une injustice.

#
Profil

CoffeePint

le jeudi 29 mars 2012 à 03h47

Juliette, sacré vidage. (+)
J'espère déjà que celui-ci t'aura un peu fait de bien, c'est cool d'en parler.

Tout d'abord, je voudrai revenir sur la notion de lâcheté. Je pense que ce n'est pas aussi simple. On est tous un jour où l'autre confronté à des peurs paniques qui nous bloquent, que nous n'osons pas dépasser, auxquelles faire face, tenir le taureau par les cornes et lui dire "toi ma caille j'ai 2 trucs à te dire sur ta façon de déchirer ma belle cape quand t'es vénere, viens te battre si t'es un boeuf! Je t'attends!"
Des fois, on est courageux mais pas téméraire, on pense le "danger" immense et on essaie au maximum de l'éviter alors qu'en fait, on aurai pu avoir les épaules pour.
Je ne le connais pas, mais peut-être ne manque-t-il pas de courage, juste d'une mise en perspective, d'un autre angle sous lequel regarder les choses.

Puis, il y a par contre une chose qu'il fait qui elle, n'est vraiment pas futée. Le fameux "je reste pour les enfants". Alors ça, par contre, je te le dis comme je le pense, c'est une connerie. Les enfants ne sont pas débiles. Ils sentent parfaitement que maman/papa s'entendent pas, ou ne s'aiment pas, ou qu'il y a un problème.
Bonjour la psychanalyse du môme plus tard qui devra expliquer que papa et maman étaient pas heureux ensemble mais ils sont restés parce-que j'étais là au lieu d'essayer de refaire leur vie et d'être heureux ailleurs, en gros, j'étais une sorte de boulet à leur pieds quoi.
Alors quoi, une séparation qui effectivement risque à court et un peu moyen terme de créer une souffrance, puis finira par s'apaiser, pour tout le monde, ou on-reste-pr-le-nain et ce dernier aura comme modèle des gens pas heureux, ce qui le marquera à vie?
Alors c'est le choix entre la peste et l’otite c'est certain, mais bon, l’otite est quand même préférable non? (c'est une question rhétorique)

Après peut-être n'est-ce pas perdu auprès de sa femme, qu'il peut lui montrer qu'entre un mari aimant et heureux, qui a d'autres relations et un mari zombie qui ne sera plus que l'ombre de celui qu'elle a aimé, la question se pose pas trop en fait. Même pour leur fille, c'est quand même mieux qu'elle grandisse avec un papa heureux que zombie non?
Surtout qu'il ne veut pas la quitter, il l'aime tout ça. Où se situe la peur de cette femme?
De toutes les manières, cette peur est un obstacle qu'il va falloir qu'il surmonte s'il veut que les choses se passent au mieux, même si je ne dis pas que ça se fera comme un long fleuve tranquille (certainement pas d'ailleurs).

Je peux comprendre également que tu sois perdue. On le serai à moins, pour ce que ça vaut.
Et ce que je vais te dire ne va probablement pas te plaire, mais il faut arrêter le coup du serpent de mer (on se quitte/on se retrouve/on se quitte/on se retrouve/etc). Si ce n'est pas forcément lui (le serpent) qui t'a mise dans le maelström, il te fait en tout cas rester dedans.
Avec le recul, ça donne ça
--> situation 1, tu continue comme actuellement, sur le dos du serpent de mer. Tu souffres. (Ou alors t'imite vachement bien la souffrance et je t'invite à faire du théâtre)
--> 2, tu romps, plus d’ambiguïté. Et tu vas souffrir aussi.

Alors, à ce niveau là, quelle est la différence avec la situation 1 ?
Et bien dans le cas 2, tu t'accordes du temps, mais à lui aussi. Toi, tu vas pouvoir te recentrer, cesser l'hémorragie et prendre le temps de cicatriser un peu (et de voir plus sereinement derrière du coup).
Pour lui, quelle que soit sa décision, ça va peut-être lui donner l'étincelle de prendre le problème plus à bras le corps, en quelque sorte, tu le mettra dans une situation où il n'aura "plus rien à perdre".
Dans le cas 2, tu souffres beaucoup à court terme, dans le cas 1, tu souffres (déjà beaucoup) à long terme, jusqu'à ce que ça devienne vraiment intenable.

Il y a donc bien une solution, c'est juste qu'elle est horrible (mais nécessaire, tu peux pas continuer à plonger, ça non! ). Pas de poudre magique, malheureusement. Un peu comme la chimio pour guérir un cancer. Si tu connais pas, crois-moi, c'est à se demander parfois si le remède est pas pire que le mal mais au final, ça guérit le patient, assez souvent (ok ça dépends aussi d'autres facteurs c'est vrai) ou pas. Mais il y a plus de chances de guérison avec le remède que sans, c'est statistique. Tu vois ce que je veux dire?

Après, en effet, aimer quelqu'un, qui semble t'aimer aussi et ne pas pouvoir vivre la relation c'est douloureux.
J'ai un ex, poly, que j'aime encore, et j'ai souvent l'impression que c'est réciproque. Mais pour le dire simplement, on est pas (mais alors pas du tout) sur la même longueur d'onde. Quand on est ensemble, ça se passe pas bien. Vraiment pas.
Alors on est pas ensemble et on fait nos vies respectives. Et quand on se voit, ça peut arriver qu'on s'embrasse mais j'essaie d'éviter, au maximum, parce-que ça me fait mal. Plus que quand j'arrive à l'éviter (ce qui me pique aussi beaucoup le cœur). C'est tellement triste, tellement dommage, mais pour le coup, aucune conversation au monde n'arrivera à arranger ça, on a des caractères vraiment trop explosifs mis face à face. Pour le moment, c'est sans issue, et moi, je ne veux pas, ne peux pas être dans une voie sans issue.
On est juste un chien et un chat. Du genre à pas mettre ensemble où l'un bouffera/griffera l'autre.
Mais je préfère rien à être dans un maelström. La vie courante est déjà assez compliquée je trouve, sans en plus à avoir à me rajouter des difficultés et ta situation avec lui va devenir si intenable si tu continue le coup du serpent que tu m'approuvera tôt ou tard. Je pense que l'intenabilité (non je sais pas si le mot existe, mais j'en trouve pas d'autre) est même déjà entamée, avec toi venant témoigner.

Pour te donner une image, en programmation (informatique) on pourrai appeler ta situation, une boucle infinie (le serpent). Et crois-moi les boucles infinies, si t’arrête pas rapidement ton script (ta relation avec lui -pardonne-moi- pas très saine), bah ça te fait vite planter ton navigateur (ton cœur, ton humeur, ta vie quoi).
Mais ensuite, ton script peut être corrigé (discussions, rupture tant que les choses n'auront pas avancé, fermeté -ça se trouve voilà, il suffit juste de fermer une balise pour le prog sorte de la boucle...-, etc) pour plus boucler (c'est dur à dire ces 3 mots là ^^ ), profites-en. :)

(au fait, la situation n'est pas vraiment vraiment la même, mais si certains angles de ce que je raconte à juliette peuvent aider caelur du post qu'il a crée pas loin de celui-ci... C'est toujours ça de pris. :) ;) )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

juliette

le jeudi 29 mars 2012 à 11h24

merci pour cette réponse ;)

tu as raison! mon dieu que tu as raison, et je ne le sais que trop...
malheureusement la tristesse a tellement pris le dessus depuis trois jours que je suis incapable de raisonner et encore moins de prendre une telle décision.

pour ce qui est de sa fille ça fait des mois que je lui répète la même chose...les enfants ne sont pas dupes purée!
ce qui me déçoit le plus c'est que sa compagne est psy! comment ne pas comprendre ça quand on est psy!
j'espère sincèrement que l'excuse de l'enfant n'est qu'une excuse et que dans le fond il existe encore de l'amour entre eux, parce que je trouverai ça dommage d'avoir la sensation d'être otage de son enfant.
bref, passons.

nous nous sommes déjà séparés lui et moi, couper les ponts je veux dire, mais ça ne dure jamais, comme il le dit lui même nous sommes comme deux aimants, on s'attire systématiquement.
il faut qu'on se voit, qu'on se parle, qu'on se touche, qu'on sache si l'autre va bien,bref on tient quelques semaines mais on craque.

j'aimerai avoir la force de couper réellement les ponts, et je vais tenter de le faire, vraiment.
aujourd'hui il m'a demandée pardon par sms, en me disant qu'il voulait se protéger de l'amour....pffff là ça me fout en colère.
mais c'est ainsi.
le problème c'est que je suis paralysée pour continuer ma vie comme si de rien n'était.

merci en tout cas. j'ai encore beaucoup de question en tête, beaucoup de choses que je ne comprends pas. mais je ne vais pas essayer de réfléchir à sa place.

#

Benjamin-L (invité)

le jeudi 29 mars 2012 à 12h42

Coucou.

Il y a un écho chez moi, avec ton histoire.

Juste pour dire que, depuis un mois, mon amoureuse (qui est aussi en formation de psy*) s'est trouvé un autre amoureux avec lequel elle ressent un nouveau besoin d'exclusivité, au moins sexuellement. Que je lui accorde.
Bon.
Il n'en reste pas moins que pour le moment, c'est encore moi qui passe le plus de temps chez elle et avec ses enfants (en fait, cette semaine c'est même moi qui m'en occupe pendant qu'elle est en formation à trois-cent kilomètres de là).

Et pour le moment, je le vis plutôt bien.

Et qu'est-ce qui m'aide bien pour ça ? Je me repousse à considérer cet amour comme un bonus. Quelque-chose de très agréable mais non-indispensable à mon bien-être.
Je reste un être humain autonome, avec ses activités et ses quelques relations amicales ou autres à côté.
Par exemple, je m'occupe de ses enfants (un peu) plus parce-qu'ils sont de chouettes personnes, que parce-qu'ils sont liés à mon amoureuse.
Et en plus, ça me permet de recevoir des « je t'aime » un peu renouvelés.

Je n'ai pas vraiment de conseil à donner à qui que ce soit, et ce d'autant moins qu'en ce moment j'ai vraiment le nez dans le guidon.

Je ne fais que témoigner d'une chose : me recentrer sur moi et mes besoins plutôt que sur la relation « objet » à préserver permet pour le moment aux événements de se passer dant une certaine souplesse, et même de manière assez constructive.

Bon, je ne dis pas que ce pli a été très facile à prendre, mais franchement, pour le moment, je ne regrette pas ce bon coup de pied au derche que je me suis mis.

#
Profil

juliette

le jeudi 29 mars 2012 à 13h03

@benjamin-L
Je ne demande que ça avoir la force de me foutre un bon coup de pied au cul.
juste que cet énième rupture est un peu celle de trop, celle qui m'achève en quelque sorte.
ces derniers mois j'ai vécu comme toi, en me recentrant sur moi, j'ai profité de mes autres relations, j'ai vu mes amis, et je ne me suis pas pris la tête quand ses doutes réapparaissaient.
mais là je ne sais pas ce qui se passe en moi mais je n'y arrive pas.

j'ai du mal avec l'idée qu'on quitte quelqu'un qu'on aime....
ça ne passe pas. je me dis qu'il y a toujours des solutions, des compromis possibles.

mais je prends bien note de tout ce que vous m'avez écrit, c'est important pour moi.
merci....

#
Profil

miss

le vendredi 30 mars 2012 à 14h05

"et dans ce cas pourquoi moi puisque tout se passe bien entre nous ? bref, ce sont les questions que je me pose depuis des heures, l'impression de vivre une injustice. "

Je me suis trés souvent posée la même question..Pourquoi un individu met tout en oeuvre pour rompre une relation dans laquelle il s'épanouit davantage ou se sent le mieux, le plus libre, le plus serein ?

#
Profil

juliette

le vendredi 30 mars 2012 à 15h39

miss
"et dans ce cas pourquoi moi puisque tout se passe bien entre nous ? bref, ce sont les questions que je me pose depuis des heures, l'impression de vivre une injustice. "

Je me suis trés souvent posée la même question..Pourquoi un individu met tout en oeuvre pour rompre une relation dans laquelle il s'épanouit davantage ou se sent le mieux, le plus libre, le plus serein ?

il a besoin de se retrouver m'a t il dit...mais pour se retrouver objectivement il faudrait aussi qu'il quitte sa femme....mais non c'est sur moi que ça tombe.

#

Benjamin-L (invité)

le vendredi 30 mars 2012 à 19h35

Ya peut-être un truc difficile à admettre, souvent, c'est que quand on parle de sentiments, de cœur, de tripes, il n'y a pas vraiment d'objectivité ni de rationalité.

Ca fait grave chier, mais à ce jour je n'ai pas trouvé comment ça peut être paré.

#
Profil

miss

le vendredi 30 mars 2012 à 19h55

N'est ce pas rationaliser que de rester dans un "confort" de vie plutot que de prendre le "risque" d'écouter l'émotionnel et le coeur ?

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

kerdekel

le vendredi 30 mars 2012 à 21h04

En fait il y a bien une rationalité, une objectivité, juste pas celle de la tête.
On est beaucoup moins habitué à prendre le feeling en compte, à s'écouter si on peut le dire comme ça, on est éduqués à prendre en compte la "logique", toujours elle, comme premier jugement.
Le cerveau humain est une mécanique formidable. Il y a les choses que l'on sait consciemment, avec lesquelles on va raisonner, et les choses que l'on sait inconsciemment (acquises sans même s'en rendre compte, sur notre parcours), qui sont souvent astronomiques et nous permettrai de résoudre des problèmes de manière quasi magique. En fait, on "calcule"des trucs, toujours, même lorsqu'on a l'impression de glander, même lorsque l'on dort en fait.

Le mathématicien qui a découvert la solution au théorème de Fermat a passé des années de recherches dessus. Des années. Dans toutes ses années, il s'est intéressé à un nombre faramineux d'expériences, de résultats, d'analyses... Consciemment, il mettait en place des mécaniques pour résoudre le théorème, mais inconsciemment aussi. Le tout aura été de concilier les deux, c'est-à-dire, ce fameux "déclic", le "tilt", le "eureka", le célèbre "Bon sang, mais c'est bien sûr Raymond! Va me chercher du café! Et la cuillère elle vient à pied?" qu'on a tous eu au moins une fois dans notre vie. Lui, ça eu lieu après une balade.
On parle souvent de hasard pour les grandes découvertes, je pense que c'est souvent des tilts en fait.
Quand on se prends la tête, on rumine, on se perds, on cherche dans ce qu'on a à dispo sur le moment, le conscient, qui, malgré le plus ou moins de sagesse qu'il peut avoir, reste limité dans un sens.

Puis, ça s'illumine, ça se débloque. Après une pause, une balade, des vacances, une occupation autre. On écoute jamais assez son instinct, on est pas vraiment éduqués pour ça. Dommage. On serai déjà une civilisation de type II ou III si on le faisait, ce n'est que mon humble opinion.

Mais, je le réitère, l'instinct que nous avons obéit à une logique. C'est juste qu'on ne la voit pas, on s'en rends pas compte, ce n'est pas la même que notre logique consciente, ce qui nous fait du coup croire que cette logique n'existe pas. :)
Logique en un sens. ^^

#
Profil

juliette

le samedi 31 mars 2012 à 15h00

c'est complètement vrai...il nous faut donc une pause, pour qu'il est un tilt (oui je résume beaucoup là ;))...
vous savez quoi?
je n'y crois plus en fait. je suis triste mais ça passera.
fatiguée de ce combat pour le polyamour.
j'essaie d'expliquer, de comprendre,de patienter, d'écouter mais au final tout ceci c'est utopiste.
il y aura toujours un hic, un truc qui déconne et qui me fera perdre mes moyens.

il a décidé, pour son image auprès des autres, de rester ainsi, dans le silence et de se "débarrasser" de moi qui lui en demande trop avec ma clairvoyance...

je suis démunie et ne vais pas insister.
merci pour tout vos mots d'une justesse et objectivité qui nous dépasse lui et moi.

#

Popol (invité)

le samedi 31 mars 2012 à 15h29

Comme quoi la clairvoyance de l'un et son insistance à ouvrir les yeux de l'autre peuvent simplement être de trop.

Dans ces moments, je ne vois rien d'autre que prendre un peu de distance pour laisser le partenaire digérer, choisir d'aller de l'avant... ou abandonner.

Faut juste être bien conscient que si un déclic se produit, ce ne sera pas forcément dans le sens qu'on souhaite, ni dans le temps de la relation, mais peut-être avec quelqu'un d'autre.

En fait, c'est un truc qui appartient à chacun, donc même si séparation il y a, chacun engrange ce qu'il peut.

Paraît que c'est ça, l'amour.

#
Profil

miss

le samedi 31 mars 2012 à 17h44

Je dois dire que je suis assez d'accord sur l'impossibilité de faire le point sur lui même en ne mettant de la distance qu'avec toi..
Est ce sur votre histoire qu'il souhaite réfléchir ou sur lui même et sa difficulté à assumer le fait de vous aimer toutes les deux ?

#
Profil

juliette

le samedi 31 mars 2012 à 19h40

@miss: si seulement il me le disait.
j'ai pris une rupture en pleine face, comme ça. Suite à une simple demande (sans obligation je précise), pour passer une nuit ensemble, plus d'un an que ce n'est pas arrivé, j'avais envie de proximité....ce à quoi il m'a répondu que je le mettais face à ses difficultés et impossibilités, s'en est suivis pas mal de reproches de sa part dont un qui m'a particulièrement fait du mal, "tu es exigeante ça me fait fuir", je sais que pas mal ne me croiront pas, mais pourtant ça fait deux ans que je suis cool, m'adapte, me plie à SES possibilités à lui puisque je suis la seule à pouvoir me rendre dispo quand ça NOUS arrangeait, je m'inclue volontaire, car j'ai fait tous ces efforts pour nous, par amour, je ne suis pas dans le processus de "après tout ce que j'ai fait pour lui!!", au contraire, je sais que je me suis mise dans cette situation volontairement, par envie aussi, je n'ai rien subi, si ce ne sont ses doutes...mais ça... "c'est le jeu ma pauvre Lucette!"
je ressens quand même une injustice face à CE reproche précisément, peut être les autres étaient ils justifiés mais celui là.

bref, la journée s’annonçait plutôt bien et j'ai eu le malheur de dire la phrase de trop. pourtant sans aucun reproche de ma part, du moins c'est le sentiment que j'ai, mais j'admets qu'entre ce que je veux dire, ce que je dis, et ce qui est entendu il peut y avoir un grand écart ;).

#

Popol (invité)

le samedi 31 mars 2012 à 21h16

Et si cette relation ne tenait depuis deux ans que parce que tu fais 95% des efforts?

Elle se serait donc déjà terminée si tu ne faisais pas plus, ben plus que ta part, non?

#

Ju liette (invité)

le samedi 31 mars 2012 à 22h53

Peut etre...qui sait?

#
Profil

Pinklady

le samedi 31 mars 2012 à 23h58

Courage Juliette.... je ne sais que rajouter à tt ce qui a ete dit.. j'entretiens depuis des années moi aussi un lien avec un homme en couple . Donc relation cachée. Comme toi j'ai tjs tout amenagé, je me suis rendue disponible pour nous pour notre lien mais on s'y epuise à force ! moulte fois nous nous sommes quittés,et remis ensemble si on peut appeler cela etre ensemble qu'être caché... Je hais cette situation , je hais le mensonge que cela m'impose et pour finir cet asservissement.J'ai fini par lui demander de ne plus revenir il y a un an et j'ai cru cette fois ne plus pouvoir remonter la pente.. mais j'ai tenu. Depuis qq semaines nous avons repris contact, il dit tjs qu'il m'aime mais ... il dit aussi tjs qu'il ne peut pas avouer à sa famille qui il est vraiment...rien n'a donc changé .Je lui rouvre ma porte parce que je pense etre assez forte pour ne plus trop en souffrir mais je garde mes distances physiquement.Je sais que le lien charnel developpe en moi qq chose qui me lie tres fort à l'autre. Il est dans mon coeur , je sais pas désaimer sur commande. Il le sait et je vais tenter de me contenter de cet amour la.... quasi fraternel.
Je sais que de tte facon rien ne changera à cause de moi , par moi.. si qq chose doit changer c par son propre cheminement .. j'ai trop cru pouvoir insuffler en lui ce changement et j'ai bien failli me perdre.Les gens ne changent pas bcq et surement pas sur commande.. suis ta route Juliette, reconstruit toi fortifie toi rencontre d'autres êtres... garde lui une place dans ton coeur mais pas dans ta vie.. n'attends plus. Si un jour il est pret il saura ou te trouver .. peut etre seras tu la ou peut etre plus mais toi tu auras vecu.. Je te souhaite plein de courage vraiment, j'ai touche du doigt avec cette relation mes demons... la vie nous apporte tjs les situations necessaire à combattre nos peurs , à depasser nos limites.Cette histoire m'a fait grandir , j'ai repris une therapie , repris ma vie en main , compris certaines choses mais que de souffrances ce fut ... je pense qu'il n'etait la que pour me reveler mes failles et me pousser à les depasser comme tous les ecueils de la vie.

#
Profil

juliette

le dimanche 01 avril 2012 à 12h05

gg0125
Courage Juliette.... je ne sais que rajouter à tt ce qui a ete dit.. j'entretiens depuis des années moi aussi un lien avec un homme en couple . Donc relation cachée. Comme toi j'ai tjs tout amenagé, je me suis rendue disponible pour nous pour notre lien mais on s'y epuise à force ! moulte fois nous nous sommes quittés,et remis ensemble si on peut appeler cela etre ensemble qu'être caché... Je hais cette situation , je hais le mensonge que cela m'impose et pour finir cet asservissement.J'ai fini par lui demander de ne plus revenir il y a un an et j'ai cru cette fois ne plus pouvoir remonter la pente.. mais j'ai tenu. Depuis qq semaines nous avons repris contact, il dit tjs qu'il m'aime mais ... il dit aussi tjs qu'il ne peut pas avouer à sa famille qui il est vraiment...rien n'a donc changé .Je lui rouvre ma porte parce que je pense etre assez forte pour ne plus trop en souffrir mais je garde mes distances physiquement.Je sais que le lien charnel developpe en moi qq chose qui me lie tres fort à l'autre. Il est dans mon coeur , je sais pas désaimer sur commande. Il le sait et je vais tenter de me contenter de cet amour la.... quasi fraternel.
Je sais que de tte facon rien ne changera à cause de moi , par moi.. si qq chose doit changer c par son propre cheminement .. j'ai trop cru pouvoir insuffler en lui ce changement et j'ai bien failli me perdre.Les gens ne changent pas bcq et surement pas sur commande.. suis ta route Juliette, reconstruit toi fortifie toi rencontre d'autres êtres... garde lui une place dans ton coeur mais pas dans ta vie.. n'attends plus. Si un jour il est pret il saura ou te trouver .. peut etre seras tu la ou peut etre plus mais toi tu auras vecu.. Je te souhaite plein de courage vraiment, j'ai touche du doigt avec cette relation mes demons... la vie nous apporte tjs les situations necessaire à combattre nos peurs , à depasser nos limites.Cette histoire m'a fait grandir , j'ai repris une therapie , repris ma vie en main , compris certaines choses mais que de souffrances ce fut ... je pense qu'il n'etait la que pour me reveler mes failles et me pousser à les depasser comme tous les ecueils de la vie.

ton histoire fait écho c'est certain....j'ai vraiment l'impression que je n'y arriverai pas.
je n'arrive pas à rebondir pour le moment, et je culpabilise, je trouve ça presque ridicule en fait, d'être si triste depuis 6 jours.

#
Profil

Pinklady

le dimanche 01 avril 2012 à 13h19

Laisse toi du temps Juliette , accepte ta tristesse, qui n'a rien de ridicule et est legitime .Vis la completement sans la refouler pour pouvoir ensuite reprendre ton chemin. Cherche peut etre en toi le pk de cette tristesse au dela de la situation presente. N'oublie pas que la roue tourne , le bonheur revient toujours quand on la semé un jour au bord de son chemin.

#
Profil

coquelicot

le dimanche 01 avril 2012 à 17h46

Oui je confirme le bonheur revient toujours.
meme si ca a eté dur si ca a été triste.
avec le temps on apprend jour apres jour,on progresse on evolue.
On s apprend surtout soi meme.
On se maitrise on se retrouve.
apres il faut savoir le garder ce bonheur ;ne pas le maltraiter
ne pas le rejeter parce qu il n est pas "dans la norme"
ne pas s inquieter de ce que diront les gens parce que apres tout la seule personne qui compte c est nous meme et l image qu on voit de nous meme.
ca parait si simple,quand on a tout surmonté qu on se demande pourquoi on l a pas pigé avant!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion