Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Contrat écrit

Engagement
#
Profil

maroussia

le vendredi 27 janvier 2012 à 13h53

Contrat écrit

On se retrouve à inventer des vies hors des sentiers battus. Amours plurielles, travail, enfants, argent, lieu de vie... Rien ne va de soi, «  c'est plus comme avant » comme dirait ma voisine.

Comme la mémoire est sélective, comme nous ne sommes pas affranchis de certains rapports de force, comme l'écrit, surtout, aide à réfléchir et à prendre du recul, j'envisage de passer par l'écrit, rédiger un genre de règlement, pour poser tout ça. Avec son pesant d'alinéas, de renvois, de clauses... Un vrai régal! Non, mais par contre, avec, bien entendu, la possibilité d'amender, de refaire etc.

Je crois que ça me ferait du bien, que ça me rassurerait et me permettrait d'envisager plus sereinement l'avenir, mais je ne suis pas sûre de convaincre mon compagnon.
On est très très loin de Cendrillon...

Certains d'entre vous ont-ils expérimenté ce genre de chose?

#
Profil

tentacara

le vendredi 27 janvier 2012 à 14h53

Pas vraiment de contrat écrit, mais des "arrangement" ("agreements" dans The Ethical Slut), où l'on pose au départ les bases de ce qu'on peut vivre sereinement ou pas. En près de quatre ans de PA quotidien et partagé, les arrangements ont évolué sur cette base, ouvrant certaines nouvelles possibilités, en fermant d'autres aussi.
Ce qui me semble important dans cette idée, c'est que chacun sache explicitement à quoi il s'engage et que les changements soient aussi discutés. Je conçois que ça ait l'air moyennement romantique, mais il me semble aussi que bien des couples (mono) qui croient vivre un conte de fées gagneraient beaucoup à s'entendre sur leurs engagements respectifs au lieu de tenir pour acquises des règles tacites. Il s'épargneraient dans doute de grosses déconvenues.

#

clairobscure (invité)

le vendredi 27 janvier 2012 à 17h12

Bon, ça aide pour soi-même d'écrire ce qui est important, ce qui l'est moins, ce qu'on aime, aime pas, etc. Par contre, c'est pas parce que c'est pas écrit ni édicté verbalement qu'on ne sait pas ce qu'en pense l'autre quand on le connaît plutôt bien et de mieux en mieux ^^ Après, y'a effectivement des choses précises parfois qui méritent d'être dites clairement plutôt que naviguer à vue ou supposer que le message est clair, parce que parfois il ne l'est pas du tout, voire il n'est même pas passé! Mais à l'usage, on voit bien ce qui s'arrange "tout seul" sans le dire et ce qui reste sans écho.

#
Profil

miss

le vendredi 27 janvier 2012 à 21h23

Parle moi..j'ai des choses à te dire..livre de Salomé dans lequel il parle de certains "couples" ayant rédigé des contrats écrits sur leur choix de vie

#
Profil

maroussia

le mercredi 01 février 2012 à 18h09

Merci pour vos idées et les idées de lecture. Je suis malheureusement lamentable en anglais. J'ai par contre acheté le Salomé. J'aime bien la dose d'humour dans les exemples qu'il choisit.
En fait, j'espère que le prétexte d'un règlement écrit nous permettra d'aller plus loin dans un dialogue trop superficiel à mon goût.
"Comment inciter l'autre à rentrer en introspection?"
Serait ma vraie question, au fond...

#

(compte clôturé)

le jeudi 02 février 2012 à 09h05

Nous avons un contrat écrit. Très formel et renégociable à la demande de l'une des deux parties.
Il ne nous a pas seulement servi à poser les bases d'une relation non exclusive, mais aussi à mettre à plat tous les problèmes logistiques que cela pouvait impliquer pour un couple marié avec enfant en lointaine banlieue :-D
C'est pas très romantique effectivement mais ça a été souverain pour nous, parce que ça nous a permis de mettre de l'ordre dans nos têtes dans une période de grande turbulence. Et une fois écrites et couchées sur papier, les nouveaux contours de notre couple nous ont paru bien moins effrayants et absurdes...
Le contrat nous sert également de garde-fou pour ne pas faire n'importe quoi. Il y a des choses explicitement interdites, et si parfois l'envie nous prend de flirter avec la ligne jaune, c'est un rappel à l'ordre. C'est donc rassurant pour celui qui sait que sa limite sera respectée, et ça oblige l'autre à réfléchir posément avant de suggérer qu'il est peut-être temps de faire reculer la limite. C'est une contrainte, mais c'est aussi une sécurité, car dans notre cas, si la limite est respectée, il n'y a plus de problème du tout pour ce qui reste bien au sein du cadre.

#
Profil

maroussia

le lundi 14 mai 2012 à 22h08

Bon, ben ça n'a pas marché. Le contrat n'a pas été respecté... Je me sens trahie, je ne sais pas bien comment je peux renouveler ma confiance. Les mots n'ont décidément pas la même valeur pour lui et pour moi. Certes, le fait est anodin, mais ô combien c'est important pour moi. Trop à cheval sur des principes probablement... :-(

#
Profil

exred

le lundi 14 mai 2012 à 22h34

veux-tu en discuter (je suppose que oui puisque tu reviens ici) ? de quoi est-il question ? as-tu (avez-vous) essayé de comprendre pourquoi ça n'a pas marché et qu'en est-il ressorti ?

#
Profil

maroussia

le lundi 14 mai 2012 à 22h46

oui ms plutôt en mp

#

Popol (invité)

le mardi 15 mai 2012 à 08h58

Maroussia,

"Comment inciter l'autre à rentrer en introspection?"

Il n'y a que l'autre pour le décider, en-dehors de ça, je pense qu'il pourrait s'agir de manipulation (au mieux inconsciente) de la part de la personne qui souhaite que l'autre entre en introspection. Ou de penser qu'on sait ce qui est bon pour lui.

Mais si c'est un outil dont il ne se sert pas même en connaissant son existence, c'est qu'il a de bonnes raisons.

Pour moi il s'agit de le respecter dans ce choix; et c'est presque un effort mental à produire pour arriver à se dire qu'on n'a pas à vouloir ni à penser pour l'autre; ni qu'une chose, une manière de vivre ou de penser son univers serait meilleur pour lui que ce dont il s'entoure, sa façon de mener sa vie ou de mettre des mots et des pensées sur ce qui l'entoure.

Comme il reste maître absolu de tout cela, j'imagine combien la déception doit être terrible... de vouloir avoir prise sur ce qui ne t'appartient pas. Objectif impossible à atteindre.

En retour, le bienfait du lâcher-prise libère du poids de certaines exigences irréalistes, à la fois la personne qui le vit et la relation. C'est sûr que ça ouvre en même temps la porte à plus de liberté pour l'autre, donc peut-être à la fin d'une relation, si l'on n'arrive pas à l'envisager comme malléable.

Je préfère voir un tel épisode, que tu ressens comme de la trahison, plutôt comme la fin de cette relation-là, telle qu'elle a pu être jusqu'ici... mais pas forcément la fin de la relation elle-même.

Quant aux mots, ils ne recouvrent jamais exactement la même chose pour les uns et les autres. A moins de les livrer avec force détails annexes, et encore!

On peut même croire s'entendre parfaitement sur un terme... Un oeuf, par exemple.

Il n'y a pas à s'y tromper, à première vue: un oeuf est un oeuf, point à la ligne.

Mais imagine que j'élève des autruches dans un pays où il n'y a que des oeufs d'autruche et que tu vives toi dans un pays où les oeufs qu'on mange soient ceux des poules.

Un oeuf est un oeuf, mon oeuf, ouais.

Heu. Je voulais dire... Mon oeil.

#
Profil

mouvante

le mardi 15 mai 2012 à 11h54

popol
, le bienfait du lâcher-prise libère du poids de certaines exigences irréalistes, à la fois la personne qui le vit et la relation.


Quant aux mots, ils ne recouvrent jamais exactement la même chose pour les uns et les autres.

(+)

#
Profil

LuLutine

le mardi 15 mai 2012 à 20h21

Popol
Quant aux mots, ils ne recouvrent jamais exactement la même chose pour les uns et les autres.

C'est très vrai....et je viens de l'expérimenter il y a peu.
Ayant depuis plusieurs mois exprimé à un amoureux le souhait qu'il fasse partie de ma vie - et pas juste une fois de temps en temps comme ça - souhait a priori partagé par nous deux, il me dit aujourd'hui que je n'ai pas arrêté de lui envoyer des messages contradictoires !

Si je comprends bien, c'est parce que je souhaite aussi que d'autres fassent partie de ma vie - et vraiment partie, pas juste une fois de temps en temps comme ça...

Pour lui, c'est contradictoire !
Pour moi, qui ai bien expliqué dès le début que j'étais polyamoureuse, c'est naturel d'envisager plusieurs personnes dans ma vie et de faire des projets avec plusieurs personnes !

Moralité : dire qu'on vit en Australie, ça ne suffit pas. Il faut aussi expliquer à l'autre que là-bas, les oeufs ne sont pas les mêmes...
Ce que je n'ai sans doute pas fait suffisamment (et l'intéressé s'étant refusé à étudier la documentation sur le pays concerné, il n'avait probablement pas assez d'informations...).

#

Popol (invité)

le mardi 15 mai 2012 à 20h45

C'est encore pire quand t'habites le même pays, celui, tu sais, où il y a ET des oeufs de poule Et des oeufs d'autruche.

Muhaha.

Mémerdalors. Quand même.

Parce que le temps qu'on arrive à se comprendre, avec le transgénisme, les autruches se mettront à pondre des oeufs de poule, en chapelet, comme des saucisses.

On est pas rendus, les gens.

#
Profil

LuLutine

le mardi 15 mai 2012 à 21h49

Popol
On est pas rendus, les gens.

Et non.... :) (mais sans ça, la vie serait ennuyeuse, n'est-ce pas ? ^^ )

#

Popol (invité)

le mardi 15 mai 2012 à 22h05

Vi. En plus, je kiffe à mort les saucisses de tout poil, spécialement les merguez de la boucherie hallal de l'avenue de la Gare. Yallah, que ça dégomme les pailles.

Ils ont aussi un de ces halva aux noisettes et pistaches...

Bonheur!

#

Popol (invité)

le mardi 15 mai 2012 à 22h06

Les papilles, pas les pailles. Muhaha.

#
Profil

oO0

le jeudi 17 mai 2012 à 04h45

Le "contrat de lecture" du contrat ?

La première chose qui ressort, c'est que le contrat de lecture qui semble ressortir, c'est celui d'un "aide mémoire". Ce que j'entends suggérer ici, c'est que le "contrat de lecture", c'est à dire la manière de lire/interpréter ce contrat qui importe en premier lieu. Si sa vocation première est d'être lu comme un "aide mémoire", c'est tout à fait différent que si elle est d'être un "moyen de contrainte" qui entre dans la dynamique des rapports de force que tu souhaites éviter. Comme je le comprends, il s'agit d'un "aide mémoire" qui permette d'éviter "les rapports de force" dû aux oublis d'une mémoire par définition sélective pour chaque personne.

En gros, cela concerne l'état d'esprit général du contrat, ses objectifs généraux. Le danger, c'est que les idéaux prennent le dessus sur la réalité, sur la relation réelle et que cela devienne un moyen de contrôle plutôt qu'un moyen de vous libérer, de garantir une compréhension mutuelle.

P.-S.: Difficile de trouver des articles faciles pour définir ce qu'est un "contrat... de lecture". Sinon, vu que l'époque a tendance à rejeter ce qui est intellectuel, je pense que ta proposition risque plus d'irriter que de calmer. Les intellos sont toujours pas les préférés de la classe, loin de là et à moins que d'être deux intellos qui apprécient clarifier le sens des termes qu'ils utilisent pour communiquer et s'orienter dans leur relation : "Qu'est-ce qu'on s'en fout que ce soit clair, faut être... cool !"

#

Popol (invité)

le jeudi 17 mai 2012 à 09h44

Là, avec cette réflexion, tu mets le doigt sur le danger caché du contrat, en effet: le contrat de lecture...

"Le danger, c'est que les idéaux prennent le dessus sur la réalité, sur la relation réelle et que cela devienne un moyen de contrôle plutôt qu'un moyen de vous libérer"

Voire un moyen de garder une relation qui se trouve en difficulté - ce qui reste une relation, malgré tout.

Beaucoup de moyens sont à disposition, concernant le sujet, il suffit d'avoir quelque chose ou une personne en commun: une maison, un terrain, des biens, un enfant. A tel point que pour finir, il devient clair que l'intérêt est de pouvoir garder le contact en continuant à batailler, que ce soit en vue d'un réjustement du couple, ou du temps nécessaire pour défaire le lien amoureux.

Un couple très proche de moi s'est séparé après 20 ans de vie commune, mais s'est arrangé pour garder le contact (en se déchirant bien sûr) pendant 12 années supplémentaires. Ils n'arrivaient pas se mettre d'accord sur un contrat au sujet des conditions de vente de leur maison, une magnifique ferme rénovée... On peut dire, en somme, qu'ils ne se sont vraiment quittés qu'à ce moment-là, bien que lui se soit remarié entretemps.

En somme, ils n'en fnissaient pas de se redire chacun l'un à l'autre combien leur amour avait été déçu.

#
Profil

maroussia

le samedi 19 mai 2012 à 00h00

"contrat de lecture": c'est vrai qu'en dépit d'un texte commun, toutes les exégèses sont permises. C'est bien ce qui m'arrive. Respect du texte à la lettre ou de son esprit? Il est vrai qu'un volonté de contrôle plane derrière une interprétation étroite, à laquelle je me suis attachée pour me rassurer. Probablement le signe d'une cicatrisation pas encore achevée. Une bonne discussion a permis d'actualiser le sujet et a fait redescendre la tension. Néanmoins, mes crises de "contrôle" existent bel et bien, et elles me pourrissent la vie quand elles s'y mettent.

#

Popol (invité)

le samedi 19 mai 2012 à 00h12

Ca reflète juste ta trouille de perdre pied, ma foi... à force de voir que ça peut s'arranger, je pense que tu vas progressivement prendre confiance dans le processus que vous mettez en place.

Déjà que tu arrives à voir ce qui se passe, ce qui est déjà énorme! :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion