Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Et les séparations ?

Jalousie
#

clairobscure (invité)

le mercredi 23 novembre 2011 à 13h14

Bonjour,
ce sujet est peut-être un peu hors sujet du PA, mais étant donné que le PA implique souvent l'idée de la rupture à cause des bouleversements qu'il implique, peut-être pas tant hors sujet que ça.

Que la personne qu'on quitte soit issue d'un groupe d'amis ou qu'elle y soit intégrée, qu'il s'agisse des relations externes dues aux enfants, voisinage, rencontres par hasard en ville... la douleur est souvent très présente lors des rencontres ou du moins l'idée que ça puisse se produire effraye, c'est compréhensible, mais il faut bien continuer à vivre sans se préoccuper indéfiniment de ce "risque", et parfois très longtemps... alors comment gérez-vous tout cela ?
Certains acceptent de déménager, d'autres préfèrent encore quitter par la même occasion toute une partie de leurs amis... ou apprennent à vivre sereinement avec la personne sur un autre plan, soit amical dans le meilleur des cas, soit dans la totale indifférence/ignorance l'un de l'autre. Quels choix faites-vous ? comment accepter toujours de tenir compte de l'autre, voire de s'isoler d'amis, ce qui implique que les rencontres avec eux deviennent aussi un problème ? je sais pas vous, mais même si ma ville est plutôt grande, on finit toujours pas recroiser les gens et quand les amis finissent par s'en mêler, on dirait que le réseau de soucis s'étend sans fin...

#

clairobscure (invité)

le mercredi 23 novembre 2011 à 13h19

(Bon, je mets cette discussion dans le thème "jalousie" parce que ça me semble le plus proche de la thématique des problèmes qu'impliquent les autres relations qui gravitent autour d'une relation amoureuse)

#
Profil

Tchu

le mercredi 23 novembre 2011 à 17h35

C'est une très bonne question, et je ne pense pas que ça soit hors sujet.

Polyamoureuse ou monogame, il arrive qu'une relation se termine.

Je me sens concernée, et j'ai quelques éléments de réponse, mais je reviendrai un autre jour le temps de bien réfléchir à comment ordonner tout ça.

#
Profil

Tchu

le jeudi 24 novembre 2011 à 12h13

J'ai souvent pratiqué le zéro contact après chaque rupture, avec effacement des souvenirs communs (photos, mails, lettres, textos), des coordonnées (pour ne pas être tentée de téléphoner ou d'écrire) et surtout, je ne reprenais pas contact avec la personne.

C'était plus confortable pour moi, que la rupture soit de mon fait, ou du fait de mon partenaire, et il me semblait que ça m'aidait à aller de l'avant.

Quand à croiser la personne par hasard, c'est arrivé deux fois, et on s'est ignorés poliment. C'était peut être gênant pour lui, mais moi, je m'en moquais.

Là je suis en train d'expérimenter autre chose.

Je ne veux pas expulser cet ancien amoureux (j'ai aussi décidé de ne plus utiliser le terme ex, que je trouve moche, et qui ne s'applique pas vraiment à mes convictions) de ma vie, je ne veux pas que nous devenions des étrangers l'un pour l'autre, même si nous ne sommes plus amants et qu'il n'est plus amoureux de moi (la réciproque n'est pas encore vraie pour moi, mais avec le temps, ça viendra :-) ).

Si on part de ce postulat "on reste en contact et on essaie d'être amis" c'est comme construire une nouvelle relation, sur de nouvelles bases.

Concrètement, si on se croise par hasard dans la rue, on se salue (concrètement, c'est encore difficile pour moi de lui faire la bise, donc c'est souvent une sorte de câlin maladroit), on prend le temps d'échanger des nouvelles et si personne n'est pressé, un café.

Concernant les amis communs j'ai trouvé important de ne pas le faire passer pour le "coupable". Il n'est coupable de rien, il s'est montré honnète avec lui même, et avec moi, et je ne suis pas une pathétique victime.

C'est ce que j'ai expliqué aux personnes que nous fréquentons ensemble, donc je trouverai normal qu'il continue à les voir sans moi.

Nous avons d'ailleurs prévu une bouffe avec une amie commune d'ici quelques jours.

Un nouvel aspect à prendre en compte dans les ruptures des années 2000 : les réseaux sociaux. Nous avons l'habitude de communiquer via twitter, et il a choisit de ne plus rien dire, de peur que je ne sois blessée, malheureuse, ou que nos contacts communs sur le réseau ne le jugent.

Je lui ai dit qu'il me manquait, que j'aimais toujours le lire, et que s'il avait envie de parler de sa nouvelle vie (celle sans moi, quoi) je n'y voyais pas d'inconvénient et que je me réservais aussi le droit de lui dire "là, je me sens malheureuse, blessée, etc. donc vas y prudemment." Il est d'accord avec ça.

Quand aux contacts communs (nous avons rencontrés certains d'entre eux et ils nous connaissent depuis toujours en tant que couple) j'ai agis de la même façon qu'avec les amis communs.

On va essayer et voir ce que ça donne.

L'aspect que j'aurai sans doute avoir un peu de mal à gérer, me connaissant, c'est de le croiser avec son amoureuse.

Il m'est encore difficile d'admettre que c'est elle qu'il a choisit. Ce n'est pas un problème de jalousie, c'est un problème d'égo, pourquoi Elle et pas Moi, je vous épargne les détails :D

En plus, je ne l'ai jamais rencontrée pendant la période où il sortait avec chacune, je ne sais pas à quoi elle ressemble, je fantasme un peu.

Je trouve ça assez malsain et négatif pour moi !

Je vais profiter d'un concert où il m'a invitée et auquel elle assistera aussi pour me confronter à la réalité de cette amoureuse, et, qui sait, peut être que ça ne sera pas aussi douloureux.

Enfin, si je me sens malheureuse, je sais aussi que j'ai le droit de lui envoyer un mail pour exprimer ça, qu'il ne me trouvera pas pénible, etc. Surtout, je sais que je peux toujours compter sur sa présence si jamais j'ai un énorme pépin.

Je crois que cette formule me correspond mieux finalement.

Après à chacun de construire la sienne en fonction de sa propre sensibilité. Le choix de ne plus avoir aucun contact m'allait aussi, mais pas avec cette personne là, c'était au dessus de mes forces.

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 24 novembre 2011 à 14h23

Tchu
J'ai souvent pratiqué le zéro contact après chaque rupture, avec effacement des souvenirs communs (photos, mails, lettres, textos), des coordonnées (pour ne pas être tentée de téléphoner ou d'écrire) et surtout, je ne reprenais pas contact avec la personne.

Je ne veux pas expulser cet ancien amoureux (j'ai aussi décidé de ne plus utiliser le terme ex, que je trouve moche, et qui ne s'applique pas vraiment à mes convictions) de ma vie, je ne veux pas que nous devenions des étrangers l'un pour l'autre, même si nous ne sommes plus amants et qu'il n'est plus amoureux de moi (la réciproque n'est pas encore vraie pour moi, mais avec le temps, ça viendra :-) ).
[...]

Tchu, à titre personnel, je trouve très bien ta nouvelle façon de faire. J'espère que tu y trouveras ton compte.
Il me semble naturel, ou du moins compréhensible, que les relations évoluent, que les histoires sentimentales puissent cesser, mais j'ai toujours trouvé d'une extrême violence cette idée de "tout effacer" (photos, lettres, etc.) comme si l'on voulait nier l'existence de l'autre, l'existence d'un passé et d'une intimité commune... J'y vois, entre autres, une sorte de manière de continuer à s'illusionner sur la recherche de sa "moitié", de l'amour avec un grand A, en effaçant les personnes avec qui ça n'a pas marché pour continuer à rêver de l'Unique.
(Bon, au fil des discussions avec les gens, j'admets volontiers que parfois les souvenirs nous font souffrir et qu'il est normal de chercher à se protéger au moins un temps... mais de là à effacer totalement les traces de l'autre même quand la relation n'était ni destructrice ni toxique ?)

La phrase que j'ai mise en gras, c'est pour dire à quel point je suis d'accord avec ça. D'ailleurs je n'emploie jamais le terme "ex", à une exception près. Dans mon esprit, c'est vraiment un truc qui va de pair avec la monogamie en série...

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

clairobscure (invité)

le jeudi 24 novembre 2011 à 18h07

Merci pour vos réponses !
C'est bizarre, j'ai aussi toujours détesté ce terme "ex", ça ressemble à un tableau de chasse dans mon idée...

En fait, je voulais aussi demander comment vous gérez quand votre ancien partenaire adopte une attitude très différente de la vôtre (je sais, j'ai déjà parlé de mon cas dans le fil sur "le droit d'être jaloux", mais je voulais aborder la question autrement ici). Sans aller jusqu'à l'agressivité, mais s'il implique les amis (mais ça peut être d'autres éléments) dans sa difficulté à surmonter la séparation, que ce soit en les harcelant pour "discuter" de sa difficulté à surmonter la rupture (et/ou pour garder une sorte de contact ou avis sur vous), en essayant de les monter contre vous, ou, comme dans mon cas, qu'ils vous disent qu'il ne faut pas que tu ailles à telle ou telle soirée parce qu'il vient et qu'il refuse tout contact, parfois au point de se fâcher avec des amis communs à cause de ça.
J'ai eu la curiosité d'aller explorer quelques forums sur le net... mais je suis revenue en courant car, invariablement, les conseils sont de couper tout contact avec la personne ET avec ses amis/amis communs, mais je trouve ça humiliant comme comportement, autant pour moi que pour lui, et même les amis, comme si la relation (et tout ce qui s'y rattachait) était une "erreur" à effacer (et comme dit Clown_triste), ça n'a jamais été ma façon de procéder, car si j'aime quelqu'un, c'est aussi parce que je considère que c'est quelqu'un de "bien" et c'est toujours important qu'il reste présent dans ma vie, même sous une autre forme de relation (sauf bien-sûr si c'était une erreur" et que je me rend compte que finalement on n'avait pas grand chose à partager).

#

clairobscure (invité)

le jeudi 24 novembre 2011 à 18h09

En gros, quand les problèmes au sein de la relation restent présents après la fin, qu'ils débordent sur le reste et que toute discussion est impossible.

#
Profil

Tchu

le vendredi 25 novembre 2011 à 09h36

Ça me va plutôt pas mal, oui, je me sens sereine.

C'est très juste ce que tu dis Clown_Triste et c'est précisément la raison pour laquelle j'agissais ainsi quand j'étais monogame en série.

Clairobscure, je ne vois pas d'autre solution que de rester ouverte au dialogue avec cet ancien amoureux, de lui laisser l'occasion d'exprimer sa peine, même s'il "détourne" certains amis. Il cherche du soutient, c'est compréhensible.

Ceux ci, d'ailleurs, peuvent se montrer suffisamment intelligents pour faire la part des choses.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

clairobscure (invité)

le vendredi 25 novembre 2011 à 10h32

Clairobscure, je ne vois pas d'autre solution que de rester ouverte au dialogue avec cet ancien amoureux, de lui laisser l'occasion d'exprimer sa peine, même s'il "détourne" certains amis. Il cherche du soutient, c'est compréhensible.

Ceux ci, d'ailleurs, peuvent se montrer suffisamment intelligents pour faire la part des choses.

En fait c'est justement le problème : j'ai toujours été à l'écoute de lui et prête à discuter, avant, pendant et encore après la relation, mais lui a toujours eu une idée très précise de ce qu'il voulait et a refusé toute autre proposition, une fois la relation terminée, il a coupé les ponts, en partie pour se protéger de ses souvenirs, en partie pour bien me faire sentir que, si je ne lui ai pas donné ce qu'il veut, il n'est pas intéressé par autre chose. C'est son droit après tout, j'ai eu du mal à accepter de ne jamais le revoir, par contre je ne peux pas accepter que des gens s'interposent pour me demander de ne pas venir là parce qu'il vient, car c'est lui qui impose ces barrières, pour moi je n'ai aucun problème avec l'idée de le revoir, même si on ne parle pas, etc.. J'ai fait pris sur moi plusieurs fois pour laisser passer du temps et calmer les choses, mais j'ai fini par me fâcher avec une amie commune parce qu'elle ne comprenait pas que, cette relation terminée, je ne pouvais pas indéfiniment tenir compte de lui dans ma vie. Et lui ne répond à aucun de mes messages depuis la séparation.
En fait, mon cas est un exemple, même s'il est fréquent, mais ce qui m'intéresse, d'une manière plus générale, c'est de savoir comment vous réagissez quand votre ancien partenaire continue d'essayer d'influencer votre vie, alors que c'est lui/elle qui a pris la décision d'imposer des barrières, quelles que soient leurs formes. Comme je disais, quand l'autre perpétue les problèmes de la relation après sa fin, et qu'il refuse la discussion. Dans mon cas, j'ai l'impression que ça prend des proportions énormes, mais je ne peux pas non plus accepter de déménager, couper les ponts avec les amis communs, etc., je voudrais seulement continuer à vivre sans SES contraintes.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion