Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La fin de la normalité.

Bases
#
Profil

Lilly

le dimanche 09 octobre 2011 à 19h57

Hello !

J'ai envie de partager un texte que j'ai lu tout à l'heure, qui dit quelque chose qui m'semble très important sur le polyamour, et sur les relations de façon plus générale.

C'est là : pervocracy.blogspot.com/2011/09/end-of-normal.html

"What kind of relationship you have is your choice, and one choice isn't better than another. What's important is that you make a choice. That even if you're monogamous, vanilla, and heterosexual--you're doing it because it's what you want and because you and your partner have agreed to it, not because that's what people do. What's important isn't what path you take, but that you know there are paths."

#

(compte clôturé)

le dimanche 09 octobre 2011 à 21h16

Il y a un dossier de PhiloMag qui permet d'approfondir la question :
www.philomag.com/fiche-dossiers.php?id=96 "Et vous, êtes vous normal ?" N°47

C'est loin d'être tout ce qu'il y a à dire sur le sujet et il y a sûrement à redire sur le dossier, casser du mainstream. Dans le dossier, la normalité cède le pas à l'équilibre personnelle, ce qui met cependant davantage en avant la fragilité de la personne.

Récemment dans le dossier d'une autre revue, les auteurs indiquaient que la légitimité des relations étaient passée du statut marital au consentement, la limite étant devenue la fragilité des personnes.

Alors, bien évidemment, oui, le consentement est critiquable car supposant un libre arbitre douteux, tout autant que l'autonomie de l'individu qu'elle présuppose et le caractère contractualiste qui en résulte.

Enfin soit, je ne discuterai pas la question et je ferai court : la fin de la normalité, le début de la consensualité ?

P.-S. : Merci pour le lien.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 09 octobre 2011 à 22h13

Histoire de me la péter, ça rejoint un truc que je disais

#

(compte clôturé)

le mardi 11 octobre 2011 à 00h07

Effectivement, cela le rejoint. Reste que, pour ma part, je situe davantage mon propos dans la consensualité, soit une certaine forme de mainstream ou plutôt de sens commun.

Être underground pour être underground ou encore, mainstream pour être mainstream, je n'en vois pas l'intérêt. Et, je pense que l'extrait en anglais choisi par Lilly le montre. Pour ma part, je renvoie à un dossier où la norme, c'est qu'il n'y a plus de norme dans le sens où la norme est devenue indéterminée. Ce qui importe, c'est un équilibre personnel qui respecte l'équilibre des autres.

Sinon, là où cela rejoint, c'est plus sur une approche ludique des peurs que génère la diversité à laquelle fait place l'indétermination de la normalité. C'est une manière de désamorcer et apprivoiser ces peurs. Reste que ce n'est pas l'attitude de mon propos.

L'attitude de ton propos fait la fête à la différence, celle du mien insiste sur ce qui est sensé faire le quotidien du vivre ensemble. Il arrive que les changements attendus soient là, mais à défaut de les reconnaître, ils stagnent. Formellement, le sujet de ce site a sa place dans la société, même si c'est moins le cas du point de vue de la réalité socio-historique et culturelle, là, où se situe ton dernier propos. Certes, la réalité accuse une certaine marginalité, reste qu'il n'y en a pas formellement dans le principe.

Enfin soit, mon propos est plutôt d'éviter de casser un mur quand il y a déjà des portes... formellement, histoire, de mettre en avant que la société est sensée être beaucoup moins hostile que nous ne voulons le croire de part et d'autre, poly ou mono, homo ou hétéro, etc.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion