Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Et les bébés dans tout ça ?

Famille
#

Anna (invité)

le lundi 29 août 2011 à 10h32

Bonjour,

Je suis déjà venue sur ce site plusieurs fois pour divers états d'âme.
Aujourd'hui j'ai encore besoin de vos conseils!

Mon polyA vient de m'annoncer qu'il attend un enfant dans son "vrai" couple. Meme si je m'étais préparée à l'idée, je suis perdue. Je ne sais pas comment l'expliquer, il y a une forme de jalousie en moi, l'idée aussi de me dire qu'il va être un pere génial mais que ce ne sera pas de mon enfant. La peur aussi que tout change entre nous, que la passion disparaisse doucement, que ce nouvel amour lui prenne trop de temps et que notre histoire passe en arrière-plan..
Nous en avons parlé, lui dit que rien ne va changer. Que nous sommes différents et que ça aussi nous allons le gérer. Moi j'ai peur, je n'arrive pas à voir la suite, j'ai mal au ventre à l'idée de cette expérience qu'il ne partagera pas avec moi. Le fait aussi qu'il trouve un bonheur qui ne vient pas de moi. Je me sens une sale égoïste et je ne suis pas fière d'être perturbée comme ça.
Ma raison me dit que ce n'est rien, que c'est positif, que je suis si heureuse pour lui, que nous allons nous aimer encore plus fort avec le temps qui passe et que c'était la suite logique de notre histoire - mon instinct lui me donne envie de hurler, me fait tout remettre en question, je me sens comme une ado mal dans sa peau.

De mon côté, j'essaie aussi d'avoir un enfant avec mon autre relation - ce qui rajoute encore en complexité dans mes sentiments! Alors le fait que sa moitié soit tombée enceinte et moi non me perturbe aussi et ça rajoute une cause de "jalousie"- je ne sais pas si le mot est exact. Je ne sais pas non plus si vivre nos 2 grossesses ensemble est une bonne chose, pour le coup c'est un hasard, et je ne réfléchis pas à tout.
Bref ce matin c'est l'enfer d'être PA!............

Merci de votre aide et merci aussi de ne pas m'accabler, la situation est étrange, amorale pour beaucoup, dingue pour d'autres mais c'est la mienne.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 août 2011 à 12h44

Comme je te comprends, Anna. Le désir d'enfant est quelque chose qui peut rendre dingue, la jalousie aussi, alors cet espèce de mix...!
Juste quelques petites questions préalables : as-tu une "place officielle" auprès du couple que forme ton amoureux avec sa compagne? Es-tu par exemple une amie de la famille? Pourrais-tu prétendre au statut de marraine, proposer un de ces soirs un baby-sitting? Feras-tu un cadeau de naissance?
Tiens, il me vient une anecdote : une amie à moi, qui a 4 garçons et aurait adoré avoir une fille, "passe ses nerfs" (c'est son expression) en offrant des petits cadeaux "très fille" à ma fille qui du coup, l'adore.
Encore un truc : un de mes amoureux occupe une place particulière auprès de mon fils aîné. Aucun acte, aucun accord, aucune volonté particulière de ma part. Ça s'est mis en place tout seul, avec l'accord tacite de mon mari. Il avait juste offert un très joli livre à sa naissance, avec des berceuses que je lui chantais tout le temps.
Comment transformer de l'énergie négative en amour...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

ladymarlene

le lundi 29 août 2011 à 12h54

Oh Anna, si on se souciait de la morale dominante (j'entends bien dominante) on ne serait pas là !
Evidemment, c'est une situation pas évidente mais tu as des sentiments HUMAINS. Et les sentiments humains sont pas toujours jolis.
Je pense que tu dois d'abord accepter, que comme tu le dis, être PA, ça peut être l'enfer (et crois en quelqu'un qui a quand même vu les fondements même de ses croyances bouleversées en tombant amoureuse,) et le désir d'enfant peut rendre fou. De plus ta jalousie est directement liée à cet enfant à venir et peut être au fait que toi tu n'en as pas encore.

J'ai vu ma soeur stérile en vouloir à toute femme ayant des bébés sans oser l'avouer ni à elle même ni aux autres.
Je pense qu'au contraire, quand tu seras enceinte, tes sentiments s'apaiseront. Et je ne vois pas en quoi ça poserait un problème que vous viviez vos deux grossesses en même temps. Ca peut rééquilibrer le truc !
Tu sais, combien de fois j'ai fait mienne la phrase de mademoiselle K "est ce que tu souffres autant que moi, si c'est moins je te pardonnerai pas...."

#

Popol (invité)

le lundi 29 août 2011 à 13h18

Salut !

Ah ouais , ça doit être le tourbillon, là !

P’tite question : depuis que vous êtes ensemble, a-t-il eu un ou une autre amoureuse que toi à part sa partenaire enceinte ?

J’dis ça, j’dis rien… mais comme tu le mentionnes toi-même, ça semble comparable à la déroute qu’on peut vivre en étant confronté à la « première fois » que le polyamour devient concret ; jusque là, tu l’as vécu comme un élargissement de TON horizon, pas de celui de l’autre. Ca change la donne…

« Sale égoïste », c’est vite dit. A mes yeux, tu ne fais que simplement penser à trouver ta place dans ce nouveau paysage. Comme un enfant aîné qui voit arriver un cadet : on lui dit que c’est super, qu’il va avoir un compagnon de jeu… Grooooos mensonge, le petit nouveau ne sera opérationnel en la matière que bien plus tard – en attendant, il faut partager les parents qu’on avait pour soi tout seul jusque-là ; ou alors, partager encore ! Alors, ta place sur la photo de la famille dont tu ne fais pas partie, en plus… un peu plus à droite ou à gauche, dessus ou dessous ? En fée-sur-le-berceau ? Tu sais, penser à soi ne fait pas des gens des Carabosse.
Et au passage, je trouve que la compersion n’est pas un automatisme, même si c’est un truc fabuleux à réussir. Une des clés pour la relation que j‘ai avec mon amoureux, c’est de ne pas entrer dans l’intimité de son ou ses autres relations. Alors si c’est quelque chose qui fait partie de la donne pour toi aussi, ça tire dans tous les sens : en même temps, faudrait être proche et garder son quant-à-soi, se réjouir mais gérer sa jalousie, oh ben dis, bonjour le mélange…

Une autre facette de ta jalousie, c’est de ne pas être enceinte toi-même. Quoi de plus normal à gérer, même entre très bonnes copines ?
Enfin voilà, je trouve ça tellement normal à ressentir, ce sont des étapes à vivre, même si tu y avais déjà pensé. Du dire au vivre, il y a tout le poids ce qu’il est, politiquement :
- polyamoureusement et même amoureusement
- amicalement
correct de ressentir.

Une floppée de trucs à gérer, alors qu’un seul suffirait à te déstabiliser … Je suis d’accord avec Philia.

Est-ce que le fait que tu sois si bouleversée pourrait te faire remettre en question ton/votre projet de grossesse dans l’autre couple ?

#

Anna (invité)

le lundi 29 août 2011 à 15h11

En réponse à vos questions:
Non je ne pourrai jamais etre la marraine, je ne connaîtrai jamais la demoiselle
Non ça ne modifie en rien mes désirs d enfant de l'autre côté voire l'inverse, je me dis du coup que si je vis ça aussi je comprendrais mieux - d'une pierre 2 coups donc

Bref l'amour ça craint.
Aujoud'hui en tout cas je voudrais être célibataire endurcie incapable de sentiments!!! Quelqu'un m'aide??

#

(compte clôturé)

le lundi 29 août 2011 à 16h07

Salut Anna, je vais faire une réponse en vrac, j'espère que tu excuseras le fouilli éventuel.

Alors la première chose c'est que tu dis que tu es une sale égoïste... Ben écoute je trouve que c'est pas mal de penser à toi et dans la situation, franchement je trouve que c'est plutôt sain! Biensur, c'est pas très polyamoureux comme attitude, mais là tu es dans une phase de réaction (une réponse des tripes) et il va falloir que tu digères tout ça. Ca ne veut pas dire que tu accepteras mieux, c'est juste qu'il va falloir que tu construises ta réaction PA. J'ai surtout envie de te dire de pas culpabiliser pour ça et surtout d'accepter ta première réaction, sinon ça va te bouffer!

Deuxième chose, un enfant CA CHANGE le couple, y a rien a faire. De mon coté les deux m'ont changé la vie; la première m'a fait travailler plus pour moi, le deuxième a sans doute en partie déclenché que je suis aujourd'hui activement PA. Donc forcément ça changera les relations avec ton polyA! MAIS j'ai pas dit non plus que ça veut dire que tu te retrouveras sur le carreau, bien au contraire. En tout cas il y a des chances que tu n'aies après la naissance plus tout a fait le même gars en face de toi! En fait, soi même on s'en rend pas compte, mais les conjoints si en général. Il d'ailleurs possible que toi aussi tu changes parce que tu es liée au couple de ton polyA, mais sans doute ce sera moins visible. Ce qui est sur, c'est qu'avec un gamin, on a un peu moins de temps donc sans doute que les moments que vous aurez ensemble seront un peu écourtés (mais là non plus ça ne veut pas dire moins bien).

Après, je pense que tu n'as pas assez confiance en toi et en ton attractivité (tu parles de peur). Grosso modo, je dirai que tu pense que la maternité rend une femme attractive et plus importante, vue ta réaction. Alors quelques questions pour aller plus loin: pourquoi ton polyA est avec toi (c'est quoi, ce qui lui plait chez toi)? Est ce qu'il envie de te faire un enfant ou pas? Et toi est ce que tu as envie? A mon avis, vous êtes pas amoureux rien que pour avoir un enfant, il doit y avoir plein d'autre choses. Et a mon avis tu ne vas pas devenir moins attractive. Et enfin une femme n'est pas plus intéressante parce qu'elle est maman!
Moi en fait, je vis la situation inverse: j'ai deux enfants, mon épouse et mon polyA. Ben en fait des fois c'est moi qui flippe en me disant que j'ai pas assez de temps pour lui, qu'on va jamais pouvoir construire quelque chose de solide, qu'il va se lasser... Les mêmes peurs que toi en fait... On en a parlé, on en parle encore et ça va bien! De mieux en mieux, c'est juste que, comme on a pas de repères sociaux dans nos cas, on est obligé de faire au jugé et c'est ça qui est difficile parce que ça pompe de l'énergie.
L'important, c'est que tu parles beaucoup avec ton polyA, de ce que vous ressentez l'un pour l'autre, de ce que ça signifie d'être polyA, de ce que vous voulez faire de votre relation dans l'absolu (sans parlé de la situation particulière du bébé a venir). Et puis surtout ne vous projetez pas (quand tu dis "je n'arrive pas à voir la suite", c'est ça: ne cherche pas a voir la suite). Et n'hésite pas à parler du coup de ce que tu ressens!
D'expérience, quand on aborde une situation nouvelle, malgré les témoignages des autres (ça reste des autres et c'est pas toi), laisse venir et gère au jour le jour, c'est plus sur... Et après tu a la possibilité de te dire: "la vie est géniale, je choisis de n'en souligner que les aspects positifs". :-)

Au fait, je ne pense pas que tu sois jalouse, tu te compares et ça rejoint ce que je te disais sur ta peur: l'autre est mieux que moi parce qu'elle est enceinte. C'est juste de la comparaison et moi je ne vois pas pourquoi tu serais moins bien parce que tu n'es pas enceinte! Alors si tu pouvais petit a petit te débarasser de cette idée, ce serait bien pour toi et tu aurais bien plus confiance en toi et donc moins peur!

Bon, là on est plus le matin: la vie est belle, c'est bien d'être amoureux, encore mieux d'être PA même si des fois c'est vachement difficile à vivre!!!

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 août 2011 à 18h56

Bonjour Anna, avoir peur du changement c'est naturel pour un être humain (et pour beaucoup d'animaux, d'ailleurs, mais là n'est pas le sujet).

Je te conseillerais d'en reparler avec ton polyA. Pas de "hurler" comme ton instinct te le dicte bien sûr, mais d'avoir une discussion avec lui et de lui faire part calmement de tes inquiétudes : "Tu sais, avec cet enfant que ta femme attend, j'ai peur d'être délaissée. Je sais que c'est peut-être absurde, que tu m'as déjà dit que tu m'aimes et que tu continueras de venir me voir souvent, mais je ne peux pas m'empêcher de ressentir cela."

Peut-être saura-t-il alors avoir des mots qui te rassurent ?

Je sais que vous en avez déjà parlé, mais visiblement cela ne t'a pas suffi.
En identifiant précisément des points que vous n'auriez pas encore évoqué (par exemple, la fréquence possible de vos rencontres*), peut-être que cela irait mieux ?

(*Si j'étais dans ton cas, je sais que ce serait sans doute la fréquence et/ou la durée des rencontres qui m'inquiéteraient, et que j'essaierai d'en discuter avec mon amoureux pour savoir à quoi m'attendre.)

#

Anna (invité)

le mardi 30 août 2011 à 13h42

Merci pour tous ces sages conseils! ça m'aide énormément.

Oui on discute beaucoup et depuis le choc d'hier ça va un peu mieux.
J'évite de trop y penser et puis je me dis que c'était inéluctable et que si nous nous aimons vraiment, nous arriverons à gérer tout ça.
En ce qui concerne l'endroit et la fréquence de nos rencontres, cela a toujours été flou. Nous vivons au jour le jour et faisons des miracles(!) pour se libérer du temps pour nous.
Jusque là je ne peux pas me plaindre, nous nous en sortons.
Alors nous verrons. Je suis incapable de me projeter. Et comme vous le dites , peut-être qu'il ne faut pas et peut-être que c'est normal, mais la situation étant précaire, chaque changement dans nos situations a forcément des conséquences!
Bon plus de 2 ans maintenant que je suis avec PolyA, et -ouf!!- les sentiments eux ne sont pas précaires.

Pour ce qui est du fait que nous allons changer, non ça ne me fait pas peur! Nous nous sommes d'abord rencontrés il y a 12 ans maintenant alors nous avons évolué et pour autant nos sentiments se renforcent avec le temps.
Reste à savoir comment des mini-nous s'intégreront là-dedans (sportif!) et si un jour nous aurons la chance d'avoir un enfant ensemble.

Un challenge au quotidien mais quel bonheur quand même :-D

#

(compte clôturé)

le mardi 30 août 2011 à 13h51

Je suis content que tu ailles un peu mieux, ça va sans doute encore s'améliorer. Et puis je vois que tu te projettes quand même, mais comme c'est de façon positive avec les mini-nous et un enfant ensemble, tout va bien, rien a dire!

Retiens aussi que si la situation est précaire, les sentiments eux ne le sont pas. c'est bien ça qui compte dans l'histoire. C'est une épreuve pour les sentiments, il faut donc faire en sorte que cela les renforce (ok, facile à dire, mais bon, c'est pour le principe): on ne s'en rend pas toujours compte sur le moment mais rétrospectivement.

Et puis continuez a beaucoup discuter, c'est aussi un clé essentiel au bonheur!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion