Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment survivre au polyamour quand nous n'en sommes pas un

Jalousie
#

ToutSimplement (invité)

le vendredi 22 juillet 2011 à 21h47

Bonjour à tous,

Si j'aborde le sujet ouvertement c'est que cela me touche directement : j'ai découvert la semaine dernière que mon épouse avait une relation Amoureuse depuis un an avec un autre. Ceci, car je l'ai délaissé et aussi car elle aspire à autre chose.
Je l'aime et j'ai du mal à me faire à l'idée de la perdre. De plus, elle même aussi. Pas seulement parce que nous avons les 2 plus beaux enfants du monde [à nos yeux]. Parce que j'ai aussi quelque chose d'invisible qui nous lis.
Elle est partagée par ces deux amours. L'un construit à partir d'un lien virtuel, mais avec fusion et l'autre avec moi. Cela fait 18 ans que l'on est ensemble.
La suite plustard

#
Profil

Romy

le vendredi 22 juillet 2011 à 22h53

Bienvenu sur le site. Nous te lirons avec intérêt.

#
Profil

Polypoli

le samedi 23 juillet 2011 à 07h23

@TS
Tu y vas fort en croyant qu'elle en aime aussi un autre parce que tu l'as "délaissée et aussi car elle aspire à autre chose."
Elle vous aime surtout tous les deux, toi depuis 18 ans, lui depuis un an, et vous devez maintenant à vous 3 vous adapter à cette situation très délicate du jardin secret mis à jour.

"Je l'aime et j'ai du mal à me faire à l'idée de la perdre"
En aucun, cas tu la perdras....ellle n'est pas à toi....tu as la chance de vivre avec elle et vos 2 enfants; l'Amour et eux 2 forment une sacrée forteresse qui peut encore résister fort aux coups de boutoir que sont la routine, l'ennui, les pressions extérieures normatrices..etc

"Parce que j'ai aussi quelque chose d'invisible qui nous lis."
Les choses invisibles qui te lisent sont les lecteurs de ce site...
La chose invisible qui vous lie est ton Amour pour elle et vos 2 lascars...

"Elle est partagée par ces deux amours"
A elle d'assumer son désir de vous aimer tous les 2 "contre vents et marées" ou provoquer des dégâts en se conformant à la norme sociale de " l'Amour exclusif"

Tiens nous au courant....

#

Popol (invité)

le samedi 23 juillet 2011 à 17h15

D'après le titre que tu donnes au fil, elle a deux amours, toi et l'autre; depuis une année, et tu l'ignorais.

Ce qui ne suffit pas pour rentrer dans la définition d'ici, qui est assez consensuelle: le polyamour se vit en transparence, au départ.

Peut-être que la crise que vous vivez débouchera sur le polyamour, peut-être pas.

En attendant, il faut la vivre et la gérer, et tu viens tout juste de te prendre une sacrée claque

Comme disent les autres, tiens-nous au courant.

Il y a beaucoup d’expériences relatées ici qui ont commencé comme la tienne. Je crois qu'en cliquant sur le thème "Jalousie", par exemple, tu trouverais de quoi comparer ce qui t'arrive.

A bientôt?

#
Profil

tattoo

le samedi 23 juillet 2011 à 23h26

"elle est partagé" je n'aime pas ce terme. On est partagé quand on doit choisir...
Si tu es ici a étaler ta vie, c'est que tu commences a comprendre les grands "principes" du polyamour et accepter le fait que l'on puisse aimer plusieurs personnes...
Donc elle n'est peut-être pas tombée amoureuse a cause de toi, mais simplement parcequ'on evolue et qu'elle a fait une rencontre tout en continuant à t'aimer.
Cette nouvelle rencontre fait parti de sa vie maintenant et il fait parti de son équilibre et son bonheur tout comme toi. Il serait donc cruel de lui demander de choisir car elle ne pourrait pas. C'est a toi et son nouvelle ami d'accepter le fait de ne pas être exclusif pour elle.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 24 juillet 2011 à 14h00

Alors, le polyamour n'est pas la panacée, mais ça peut représenter une possibilité pour ton couple. Pas en un coup d cuillère à pot que ça se fera, mais ça se mijote....

Sinon, pour le titre "survivre au polyamour quand on en est pas un"...
Si "un", c'est toi, alors la phrase n'a pas de sens : on ne meurt pas du polyamour.
Si "un", c'est votre couple, alors la phrase est une opinion : celle que la non-exclusivité tue le couple. Ce qui est pas plus vrai que pour l'exclusivité, les habitudes, le temps...

Enfin, rappel, ta femme et toi n'avez pas commencé cette situation dans un cadre polyamoureux, puisqu'elle te cachait la situation. Le polyamour est basé sur le fait que chacun peut avoir d'autres relations, que chaque personne concernée est informée de la situation, et qu'on fait ça volontairement.

Autrement dit, toi ou elle parlerez de polyamour quand ce sera devenu un choix, ou même un essai de ce choix.
Pour l'instant, vous êtes plutôt dans la phase de réflexion qui précède ce type d'entrée dans la non-exclusivité...

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 juillet 2011 à 16h18

...........

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Popol (invité)

le dimanche 24 juillet 2011 à 17h05

Salut!

Bon, ben il y a deux trucs que me mettent en éveil.

D'abord, la forme de tromperie à l'égard du mari de ton amie. Clairement pour moi, ce n'est pas ton problème, tu es juste un témoin involontaire.

Ensuite... si le polyamour répond peut-être à tes aspirations, ce n'est peut-être pas le cas de ton mari...

#
Profil

OhCapitaine

le dimanche 24 juillet 2011 à 18h56

Bonjour ToutSimplement !

Je ne sais pas si cela pourra t'aider mais si ce n'est que ma relation à moi n'avait duré que 12ans et que sa relation à elle ne durait que depuis 9 mois, tout le reste je l'ai vécu idem (amoureuse passionnée d'un autre, exprimant le persistance de son amour pour moi).
A cette époque (il y a 11 ans...), je n'avais pas la maturité que j'ai maintenant et il ne m'est pas venu à l'esprit d'un possible polyamoureux...
Nous en sommes restés à la seule solution de faire un choix ! Et elle est parti avec lui...
Je pense que si cela se passait maintenant, je serais plus à l'aise pour parler d'autres solutions possibles... S'il est toutefois possible de dépasser le mensonge des 9 mois...
Car dans mon cas, c'est bien ça qui a été la plus grosse claque. On a un peu l'impression de s'être fait avoir.
Si tu propose le choix, tu risques probablement de "la perdre" à tous les coups (elle part ou bien elle reste mais là, ça ne sera plus comme avant car c'est souvent la déprime qui suit la perte d'une passion...).
Passer au Polyamour, avec une bonne capacité de dialogue est peut-être une voie où il y a des possibles...

Oui, tiens-nous au courant !!

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 juillet 2011 à 23h18

Toutsimplement,
Tu peux essayer d' accepter, pour voir. Mais en aucun cas tu n'as à subir, à accepter une souffrance plus grande que la séparation.
Elle peut aussi être temporaire et vous permettre à tous les deux de réfléchir.
Si ton épouse choisit le polyamour, c'est un choix qui lui appartient.. Tu n'as pas non plus à culpabiliser de ne pas pouvoir l'accepter.. Nous sommes des êtres humains et chacun a son histoire personnelle et son seuil d' aptitudes à accepter ou non certaines situations. Chacun est libre de poser les limites qui lui conviennent.

#

ToutSimplement (invité)

le dimanche 24 juillet 2011 à 23h32

Merci pour tous ces témoignages.

Désolé de ne pas avoir pu poursuivre plus tôt, mais la situation que nous vivons demande beaucoup de temps.

Je vais essayer d'expliquer notre situation, ainsi que pourquoi j'ai choisi un titre aussi "durt".

Pour bien comprendre la situation, il faudrait qu'elle donne sa version de son vécu. Mais nous avons beaucoup discuter ces 2 semaines. En faite, je vais commencé par moi : un ex-geek "ado" de 38 ans qui a toujours eu une bonne étoile et qui vivait dans sa bulle. J'ai laissé dépérir notre relation, sans être à l'écoute de sa souffrance ou de ses attentes. L'idée de me quitter était encrée en elle depuis plus de 10 ans. En faite, dans son désir de réalisation, c'était d'avoir ses deux enfants et ensuite d'avoir le courage de me quitter. Sauf qu'elle n'a pas eu le courage, et moi j'étais toujours enfermé dans mon monde virtuel. Alors, elle a commencé une relation avec quelqu'un de très intelligent qu'elle a rencontré dans son travail. Fragile, et avec de gros manques, elle est tombée amoureuse de lui. Lui. Il est marié, deux enfants et infidèle, dans le sens où il dit que tant que l'autre ne le sait pas, ne le voit pas ou ne veut pas le voir, ils ne font pas de mal.
Il n'est clairement pas un "pur" polyamoureux vu qu'il cache ses plusieurs relations avec sa femme.

Il n'empêche. Une fois la douleur passé (2 semaines c'est peu, mais j'ai réalisé à quel point la femme avec qui je vis compte pour moi), j'ai pensé au polyamour. Car je veux avant tout c'est son bonheur. Et celui de mes enfants.

Mais le polyamour ne peut être vivable que si le "contrat" est clair dès le départ. D'ailleurs, lorsque je lui ai demandé si cela la gainerai que moi même je puisse avoir une relation sérieuse en même temps, sa réponse a été qu'elle ne pourrait le supporter, car elle aurait trop peur que cette nouvelle relation me convienne et que je finisse par la quitter.

De toute façon, je ne suis pas dans l'état d'esprit de tomber amoureux d'une autre personne. Pour l'instant ce qui compte c'est notre couple, notre famille.

Effectivement, chacun évolue au fils des années à des vitesses différentes. Elle s'est construite pendant que je végétais. D'ailleurs, vous devez vous demander comment se fait-il que j'ai pu découvrir cette relation alors que j'étais dans ma bulle : en faite, j'avais pris la décision de déménager ma famille de notre petit 70m² à 4 pour un 170m². De là, je me suis confronté à la réalité de la vie : négociation, travaux, et surtout, je n'ai pas rebranché mon ordi surboosté (je vous écris de son portable). En 6 mois, j'ai perturbé son aventure amoureuse car du coup j'étais devenu vivant et demandeur. Elle n'a pas supporté de me mentir et était très malaise, alors elle a commencé à refuser son corps, puis le moindre contact physique (bisou dans le cou) la révulsai.

Excuser moi, je m'éloigne du sujet : comment survire au polyamour quand nous n'en sommes pas un.
En faite, comme certains l'on souligné, survivre n'est pas le bon mot : c'est un choix à faire, il n'y a pas subir ce type de vie. Ensuite, je ne dis pas que je n'en suis moi même pas un polyamoureux. Mais après la claque que je viens de me prendre, je n'ai qu'une envi : reconstruire mon couple et ma famille (je commence à radoter ;) ).

Effectivement, je pense que le poison le pire dans le polyamour est la jalousie. Comment accepter que celui ou celle que l'on aime puisse partager des moments intimes avec une autre personne, en sachant que ces moments seront forcément plus forts et plus intense ?

Nous partons en vacances dans l'optique de se retrouver. Car selon moi, quelque soit le choix de vie de couple que nous allons mettre en place (séparation, polyamour, monocouple,...) il ne peut se faire sans que le couple ait des bases solides : confiances, complicités et Amour.

A la rentrée, nous irons surement voir un spy de couple, bien que je ne sois pas sur que cela soit la bonne décision.

Nous espérons venir à votre prochain rendez-vous, car nous sommes tout les deux curieux d'échanger vos idées et votre vécu sur le polyamour.

Bonnes soirées.

JLo,
ToutSimplement.

#

Popol (invité)

le dimanche 24 juillet 2011 à 23h47

Très intéressant, ton analyse de la situation. Au plaisir de lire comment vous vous en sortez. :-)

Bonnes vacances, déjà... et bon travail chez le psy ensuite.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 25 juillet 2011 à 11h02

Merci de ce récit complet et plutôt honnête (avec même l'indispensable et souvent oublié "il faudrait que l'autre amne son propre point de vue" ! Ca, ouais, c'est de l'honnêteté intellectuelle comme j'aime).

Le thérapeute de couple n'est pas la solution, il est une modalité de dialogue qui mène à une solution (et un choix).

Cela dit, thérapeutes de couples, yen a des bons et des moins bons. Essayez de vous informer avant, dans les assos de mère au foyer, les forums en ligne sur le divorce... Demandez des contacts.

Enfin, pour ce que tu en sais : la recherche de ta compagne est l'évasion, comme on parle de "roman d'évasion", ou le changement de vie ? Son aventure change-t-elle beaucoup votre quotidien ?

Les tournants des histoires sont marqués par les désirs, certes, (désir de changer, de conserver, d'exploer, d'aller vers un truc particulier), mais aussi par leurs conditions. Il faut connaître très précisément ce qu'on recherche et ce qu'on fuit, et comment ça a lieu en pratique.

Donc, l'état des lieux (ça devrait te parler, ça, si le déménagement a marqué une étape) compte avant de projeter des fonctionnements. "Et si tu fais ça ?" est une question "morale", mais le principe de réalité vient avant.
La réalité ici, c'est qu'elle a un amant. Yep ?
Bon.
Alors, tu envisages toi le polyamour.
Je dis pas que tu vas y arriver. Mais tu peux, par exemple, lui dire "on change pas en pratique ce que nous vivons aujourd'hui, on change de regard sur aujourd'hui". Donc... Une clé de polyamour, disons, de la polytolérance déjà, c'est dire "j'accepte que tu vives un peu ta vie comme ça, mais je voudrais préserver notre vie commune, les enfants, toussa". Donc "organiser l'existant" pour le transformer en neuf, si tu veux.

En l'occurence, faire le point toi sur ce que tu ressens envers cet étranger. Envers elle qui a menti. Envers elle qui s'éclate et qui tire peut-être du bonheur de ça. Envers toi qui pourrait profiter de son bien-être en continuant à être là. Envers toi qui a peut-être de la peine. Il y a plusieurs facettes à la situation, chacune mérite de l'attention, pour pas rater ce qui motivait vos comportements et motivera les prochains.

En pratique : quand va-t-elle le voir, qu'est-ce que vous pouvez et ne pouvez pas vous dire sur ces rencontres, et, le top, est-ce que tu peux rencontrer l'amant sans le détester, mépriser ta compagne d'aimer quelqu'un de différent de l'idéal que tu as des amants ni te détester de ne pas être meilleur ?
Si tu peux faire ça, tu proposes : "je sais pas trop pour la suite, pour l'instant je peux pas avoir de légitimité à dire tu fais ci ou ça, mais on le rencontre, on parle ensemble tous les trois, et on voit".
Ce sera sans doute pas facile, mais moisn difficile que de vire plus tard un truc après avoir fui cette possibilité.

Ca veut pas dire que vous deviendrez potes... Ca veut dire que cet inconnu va devenir une personne, normale, avec qualités et défauts, sans la puissance de "tout peut arriver", mais juste son rôle de "ben le monsieur il veut ça et vit ça".

Voilà mes réactions, suggestions... C'est pas un mode d'emploi, hein, c'est un "autre" point de vue.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Popol (invité)

le lundi 25 juillet 2011 à 12h08

A la rentrée, nous irons surement voir un spy de couple, bien que je ne sois pas sur que cela soit la bonne décision.

En effet, pas sûr... surtout avec un aussi joli lapsus... :-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 29 juillet 2011 à 02h35

ToutSimplement
Comment accepter que celui ou celle que l'on aime puisse partager des moments intimes avec une autre personne, en sachant que ces moments seront forcément plus forts et plus intense ?

Bon alors déjà, comment tu sais que ces moments "seront forcément plus forts et plus intenses" ?

Si ça se trouve, ce n'est pas le cas, mais ils lui apportent quelque chose pour d'autres raisons.

D'autre part, si tu fais allusion à la passion des débuts, vous l'avez sans doute vécue, et votre couple est assez ancien pour que tu saches que ça ne durera pas éternellement, avec lui comme avec toi.

De plus, je ne suis pas certaine que vouloir comparer soit judicieux ici. Pour moi, tu compares deux choses qui n'ont rien à voir : la relation passionnelle - et provisoire - des débuts, et la relation longue durée, plus profonde, qu'on a au bout de nombreuses années.
Tu as l'air de dire qu'il y a toujours de l'amour entre ta femme et toi, alors où est le problème ? C'est plutôt pour sa relation passionnelle qu'elle pourrait se poser des questions : qu'en sera-t-il quand la passion sera retombée ? Voudra-t-elle toujours voir cet homme ? Voudra-t-il toujours la voir ?

Enfin, même en supposant que quelqu'un soit dans la même phase de la relation, et ce dans deux relations différentes, je suis persuadée que ces relations ne seront pas comparables car....différentes, justement !

Par exemple, pour ma part je n'ai jamais vécu la période passionnelle de la même façon, et pourtant j'en ai vécu plusieurs. (Pas nécessairement au même moment, certes.)

Chaque individu est différent, chaque relation est différente, et par conséquent je pense qu'il est vain de vouloir comparer.
Une fois qu'on a vraiment intégré ça, c'est un soulagement. Plus besoin de se prendre la tête en se demandant si l'autre est "mieux" que nous...non, il est juste "autre", donc "différent"! Mais du coup, nous aussi ! Et nous avons des qualités qu'il n'a pas !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion