Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour n'est il pas une déviance de l'adultère ?

Culture
#
Profil

Amaz

le samedi 20 août 2011 à 23h41

C'est encore mon premier jour ici et je mets les pieds dans le plat....je sens que je vais pas me faire des sympathisants ici...cependant je ne jette la pierre à personne je pense que certaines personnes de la société ont déjà énoncé l'idée ou alors ça va venir...

En soi le polyamour ne serait ce pas une forme pour "excuser" l'adultère, donner l'approbation du conjoint/partenaire ?
Toutes réactions sont admisses tant qu'elles ne visent personne en particulier
Je le répète je ne juge personne je tente de comprendre un phénomène et de peut être entrapercevoir les possibles dérives déviances d'un mouvement à la base qui se veut sain
Merci à vous au plaisir de vous lire
Polyamoureusement

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 août 2011 à 00h19

pour excuser l'adultère, il faut que ça soit une faute. On ne s'excuse pas de quelque chose qui ne pose pas problème.
L'adultère qui pose problème, c'est quand on fait des enfants dans le dos du conjoint, quand on lui ramène des IST, quand on abandonne quelqu'un à qui on avait fait des promesses qu'on ne tient pas par rupture unilatérale du contrat. (au passage, l'adultère n'est généralement plus un motif de divorce pour faute).
Éprouver des sentiments amoureux n'est pas une faute, l'exprimer non plus sauf si ça entraine des situations compliquées qu'on refuse d'assumer, et c'est là que la démarche est un choix : la honte qui essaye de (se) cacher, ou alors regarder en face ce qui nous arrive et voir comment on peut arranger tout le monde.
Dans notre monde dégoulinant de romantisme où on est "sommé" de divorcer quand on n'aime plus, qui ça arrange? Pas souvent les conjoints, et rarement les enfants. (A la rigueur les avocats mais on s'en fiche). Une autre solution? Hé bien accepter nos sentiments, éventuellement en discuter avec les intéressés, et trouver un nouvel équilibre : mais là, il faut inventer parce que ce n'est pas en regardant les modèles dominants qu'on va trouver la solution!

#
Profil

ladys

le dimanche 21 août 2011 à 01h47

Bonsoir.

Amaz
(...)

En soi le polyamour ne serait ce pas une forme pour "excuser" l'adultère, donner l'approbation du conjoint/partenaire ?

(...)

En soi, non.

En revanche, que quelques personnes, au sein d'un couple exclusif à la base, prennent comme pretexte l'amour pour faire entendre à leur légitime qu'ils ont des rapports sexuels en dehors du couple, j'imagine que ça peut se produire.

Mais dans ce cas, ce n'est pas "une dérive d'un mouvement qui se veut sain" (au passage, j'ai du mal à appréhender le polymaour comme un mouvement), mais une utilisation frelatée du mot polyamour, du mot amour, plus simplement.

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 06h42

Bah, Amaz... ta question me semble des plus correctes, et posée avec assez de précautions.

Il y a une tripotée de polyamours, autant que de personnes, de couple ou de trios ou plus encore. Un polyamour qui simplement déballe un adultère, comme tu le décris... au sens strict du terme, puisque c'est dit, respecte un bout d'honnêteté, mais rien que ça, et encore: c'est plutôt des aveux, à mon sens.

Je le mettrais en balance avec un polyamour qui s'annonce dès qu'il pointe le bout de son nez: là, on est plus dans l'honnêteté

Pour compléter la réponse de Ladys, je dirais que quand une situation amoureuse nouvelle, voire douloureuse survient., le polyamour peut sembler une valeur-refuge qui va tout solutionner. Ce polyamour-là est un peu... utilitaire: quand on n'en a plus besoin, il disparaît.

Autrement... l'adultère est une notion construite en même temps que l'institution du mariage. C'est différent de la tromperie ou de la duplicité, qui fonctionnent plus en tandem avec la culpabilité, c'est du moins ainsi que je démarquerais les choses.

L'adultère, c'est un "truc" de société. La tromperie, c'est un "truc" à régler d'abord avec soi-même.

Peut-être que je ne t'éclaire guère...

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 août 2011 à 09h54

Wiktionnaire, article « adultère »
Qui viole le serment de fidélité conjugale.

Wiktionnaire, article fidélité
Attachement à ses devoirs, à ses affections, régularité à remplir ses engagements.

En s'en tenant au sens des mots, s'il n'y a pas de devoir d'exclusivité sexuelle et/ou sentimentale fixé entre les partenaires, et à la condition que tous les engagements pris par ailleurs soient tenus, parler d'adultère n'a donc pas de sens, puisque aucun des termes du « serment » n'a été violé.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 11h29

Amaz, tu aurais des éclaircissements à donner (situation vécue, par exemple) sur ce qui te conduit à ouvrir le fil?
Moi j'aime bien bosser sur du concret, de l'humain, les bouffées d'émotion qui nous mobilisent, le moteur et le carburant, quoi. Après avoir gratté le dico pour percevoir ce sur quoi les académiciens se sont mis d'accord, puis les encyclopédies pour capter l'évolution des mots dans les contextes divers.

#
Profil

patrice-86

le dimanche 21 août 2011 à 11h33

Dans la morale chrétienne (j'ai l'impression que c'est cela qui est en toile de fond ici), le problème ne réside pas en soi dans la faute (le péché) car il existe une issue : le "repentir" qui ouvre la porte au "pardon". La recherche d'une "excuse", apparaît alors comme une "double-faute", car elle cherche à évacuer la "conscience de la faute" plutôt que de faire "amende honorable". Il y a pire : c'est le fait de revenir sur un aveu, d'être "relapse"... là on mérite le bûcher :-(

Plus largement, dans le triangle moralité - immoralité - amoralité qui associe le puritain, le pervers et le libertin, le premier sera toujours plus enclin à pardonné au deuxième là où il vouera aux gémonies le troisième. Car là où l'un a besoin que la règle existe pour prendre plaisir à la contourner (c'est l'hommage du vice à la vertu !) l'autre ne reconnait tout simplement pas cette règle.

Pour moi, le polyamour s'inscrit dans un champ de pensée qui n'inclue pas le concept d'adultère. Je rejoins, par contre Popol sur le fait que c'est le lieu d'une interrogation féconde du concept de tromperie.

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 16h48

Je suis, et je relance de 300.

Le terme de déviance contenu dans le titre du fil me tilte tout-à-coup.

Sur wikipedia, je trouve ceci:

"La déviance est une notion de sociologie désignant des comportements non conformes aux normes sociales.

La récurrence démontre que ces conduites échappent à la pression sociale, menaçant dès lors le système dans sa globalité. Mais, à leur tour, les conduites déviantes démontrent le caractère changeant des sociétés : les normes étant sujettes à des modifications, certaines conduites déviantes peuvent donc devenir conformistes.

Toute conduite déviante n'est pas forcément négative. Une déviance s'écartant des normes pour s'élever vers un modèle idéal (valeurs, vertus, ...) constitue, en fait, une "déviance positive". Mais cette notion demeure aussi relative."

Ca devient marrant, non? :-)

#
Profil

paradoxe

le dimanche 21 août 2011 à 17h11

Question d'Amaz :
En soi le polyamour ne serait ce pas une forme pour "excuser" l'adultère, donner l'approbation du conjoint/partenaire ?

Réaction de Ladys :
"En revanche, que quelques personnes, au sein d'un couple exclusif à la base, prennent comme pretexte l'amour pour faire entendre à leur légitime qu'ils ont des rapports sexuels en dehors du couple, j'imagine que ça peut se produire."

J'avoue que je ne comprends pas ce que veut dire Ladies. Ou alors elle conclut qu'on peut se servir du polyamour "après coup" (oups... sans vilain jeu de mots..) pour excuser un coup de canif au contrat initial ?
Et dans ce cas-là, j'aurais bien envie de réagir à mon tour. Eh oui, Popol (dixit ses propos précédents lol), par du vécu !

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 17h26

C’est moi qui ne comprends pas ta dernière phrase.

#
Profil

paradoxe

le dimanche 21 août 2011 à 17h35

Désolée :-/ j'aurais dû préciser que c'était par rapport à ce propos là :
Amaz, tu aurais des éclaircissements à donner (situation vécue, par exemple) sur ce qui te conduit à ouvrir le fil ? Moi j'aime bien bosser sur du concret, de l'humain, les bouffées d'émotion qui nous mobilisent, le moteur et le carburant, quoi

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 17h58

Et tu veux pas prendre le pari que tu peux réagir même sur un malentendu? Même comme ça, ça peut être intéressant, t'as forcément quelque chose à dire si tu poses ton premier message là ;-)

#
Profil

paradoxe

le dimanche 21 août 2011 à 18h16

Mais euh... je n'ai même pas eu le temps de me coucher sur le divan que déjà tu t'invites dans ma tête ! :-)

Le soucis avec moi, c'est que j'ai toujours quelque chose à dire et pas forcément quelque chose qui intéresse tout le monde ! Tu vas me dire (tu vois je commence déjà à dire ce que je pense que toi-même va dire...) que l'on oblige personne à me lire (j'entends certains soupirer : encore heureux !) mais... Enfin j'arrête de faire semblant de me faire prier et je me lance. Parceque tu as raison, j'avais envie de rebondir sur le titre avant même d'avoir lu l'ensemble des réactions.

Mon polyamoureux "à moi" (tit signe possessif résiduel d'une vie passée) est marié et c'est son épouse qui, après être tombée amoureuse, lui a suggéré de vivre une relation polyamoureuse. Je ne pense pas qu'il s'agissait là d'une "excuse" à son "adultère" (qui n'en était d'ailleurs pas encore un réellement) mais simplement de la réaction d'une femme, toujours amoureuse de son mari et qui se retrouve confrontée à un dilemne insurmontable : le choix entre son amour de jeunesse et son amour naissant (sans oublier la présence d'enfants). L'amour naissant en question étant d'accord de "partager" son amoureuse avec son amour légitime (arf... que le terme de légitime sonne bizarrement ici) et... choisit donc l'alternative idéal : garder l'un et l'autre. Donc ni une excuse, ni une dérive mais à mon humble avis (de débutante dans ce type de relations) une manière naturelle et saine de choisir une autre façon de vivre ses relations amoureuses, Non ?

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 18h28

Oui, et c'est le cas de pas mal de personnes ici.

Mais le polyamour est poly, par excellence, donc... et la configuration que tu vis, et celle évoquée par Amaz, tout comme celle que Ladys décrit, tout comme les cent douze mille autres configurations, tout est possible - et beaucoup ont été décrites sur le forum, sans arriver peut-être à cent douze mille...

Vive la diversité, et les remises en question!

#
Profil

ladys

le dimanche 21 août 2011 à 21h30

paradoxe
(...)


"En revanche, que quelques personnes, au sein d'un couple exclusif à la base, prennent comme pretexte l'amour pour faire entendre à leur légitime qu'ils ont des rapports sexuels en dehors du couple, j'imagine que ça peut se produire."

J'avoue que je ne comprends pas ce que veut dire Ladies. Ou alors elle conclut qu'on peut se servir du polyamour "après coup" (oups... sans vilain jeu de mots..) pour excuser un coup de canif au contrat initial ?

Et dans ce cas-là, j'aurais bien envie de réagir à mon tour. Eh oui, Popol (dixit ses propos précédents lol), par du vécu !

Bonsoir paradoxe et bonsoir à tous.

Mon propos visait en effet à dire qu'il est possible qu'une personne, pour justifier une infidelité, après avoir entendu parler du polyamour, se serve du terme pour se justifier auprès de son/sa conjoint(e).
Maintenant, pour moi, il ne s'agit pas de vécu, et par ailleurs, personne n'a accès direct aux sentiments d'autrui, donc a priori, si quelqu'un dit "j'aime", je ne remets pas en cause ses dires.

#
Profil

Amaz

le dimanche 21 août 2011 à 21h37

Merci pour toutes ces réactions en "pagaille" :)
Je pense aussi comme ladys que certains personnes peuvent "légitimer" leur adultère en prenant comme excuse le concept du polyamour. Car en soi polyamour dans sa forme la plus pure attire plus l'admiration et le bon sentiment que la concept de l'adultère (mais là il est vrai on touche une croyance religieuse concernant ce dernier).
Je n'ai pas de vécu pour aborder cette question juste que ma réflexion m'a mené à cela....

#
Profil

Heimdell

le dimanche 21 août 2011 à 22h22

Bonsoir,

Je ne sais pas trop au moulin de qui je vais apporter de l'eau, mais j'ai "légitimisé" l'amant de ma femme en lui faisant prendre conscience (à ma femme j'entends) qu'elle semblait à priori se diriger vers une relation polyamoureuse.
C'est dur, étant donné que j'étais jaloux et possessif il y a moins de 2 mois, mais sans ce concept et toutes les lectures associées, je pense que j'aurais pété un plomb.
Mais quand, du fond du coeur et les larmes aux yeux, la femme qu'on aime dit ne pas pouvoir/vouloir choisir, on passe sur un mode d'écoute différent, avec un recul que je n'avais jamais eu.
Bref... Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait donc ce n'est pas une excuse qu'elle m'aurait donné pour se justifier. C'est moi qui lui donne :-)
Je grandis, mais ca pique un peu des fois.

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 22h41

Je dirais même, ça peut piquer beaucoup. Le concept du polyamour me semblait logique et équitable (pourquoi refuser à mon amour ce que moi je voulais pour moi?).

Ben quand j'ai appris qu'on était trois, je me suis fait penser à une pelote de couturière. Du boulot pour tout extraire, j'en ai eu, et c'est pas fini. Mais comme je grandis, j'utilise les épingles pour refaire mes ourlets... ;-)

#

Popol (invité)

le dimanche 21 août 2011 à 22h49

Amaz
"Car en soi polyamour dans sa forme la plus pure attire plus l'admiration et le bon sentiment que la concept de l'adultère (mais là il est vrai on touche une croyance religieuse concernant ce dernier)."

Polyamour comme sublimation, ou se cacher la merde au chat? Ca existe aussi. Le constat que tu fais est recevable; mais je séparerais l'adultère de la croyance religieuse qui y est liée; même si la religion imprègne beaucoup les non-croyants.

#
Profil

Amaz

le dimanche 21 août 2011 à 22h57

Je trouve cela énoorme d'accorder à l'autre cet amour qui est difficile à concevoir j'entends pour heimdell

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion