Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Groupes poly, rencontres poly sur Bordeaux

Social
#
Profil

arkbis

le jeudi 17 mars 2011 à 20h58

Je souhaiterais savoir si des groupes de discussion se sont organisés sur bordeaux ou aux alentours pour parler de ce sujet qui, à mon avis, doit se développer pour une double raison, à la fois psychologique mais également économique (co-habitation, co-voiturage, etc.).

Comment penser que, dans notre société actuelle, nous en sommes encore à vivre 30, 40, 50 ans avec une unique et même personne, alors même que nous avons parfois évolué parallèlement, voire différemment ?
Vivre ensemble toute une vie, m'apparaît aujourd'hui comme un leurre, même si cela peut arriver encore, et c'est tant mieux pour ceux qui ont la chance d'évoluer ensemble.

Voilà, j'aimerais rencontrer des personnes qui ont des avis sur le sujet pour pouvoir avancer.

#
Profil

PolyEric

le jeudi 17 mars 2011 à 22h28

Je ne pense pas que le polyamour consiste à changer de partenaire plusieurs fois dans sa vie.

Je ne pense pas non plus que le polyamour consiste à faire des économies.

Je suis bien à Bordeaux de temps en temps, et j'aime bien discuter, mais là, ça part trop mal pour moi. Il faut quand-même une base solide. Dans Polyamour, il y a le mot amour et non pas le mot séparation et encore moins le mot économie. De plus, je n'ai pas envie de recommencer la discussion à chaque fois depuis le début.

Par contre, s'il y a de vrais poly (ou presque) sur Bordeaux et environs, qui ont envie de faire connaissance, ou de se regrouper pour vivre des moments sympa (et non pour économiser de l'argent), je suis particulièrement preneur. Ceux qui ne veulent pas apparaîtrent ici sur le forum peuvent me contacter sur mon MP, et s'il y a assez de monde, on organisera quelque chose. A plus.

#
Profil

Apsophos

le vendredi 18 mars 2011 à 12h11

Il y a déjà eu une rencontre "issue de ce site" à Bordeaux. Ce genre d'évènement ne regroupe pas que de "vrais polys", c'est évident, et je ne vois pas quelle discussion il faudrait "recommencer depuis le début" puisque les gens qui viennent sont quand même bien renseignés et ont chacun leur histoire différente.

Par contre, je ne vois pas en quoi les raisons économiques (si elles existent) pèsent plus en faveur d'un mode de vie "poly" ou non. La première forme de co-habitation et de co-voiturage c'est encore de vivre et se déplacer en famille tout à fait traditionnelle.
Et la plupart des gens de vivent plus avec une personne toute leur vie, ça ne les empêche pas de revendiquer une fidélité sans faille.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 mars 2011 à 19h06

Je me demande si les "raisons" économiques et psychologiques ne sont pas des conditions plutôt que des motivations, dans le message de arkbis ?

Ca peut se lire "en 2011, la société blablablabla, ce qui ouvre plus sur le polyamour qu'elle ne le faisait avant".
Et, pour le coup, le pli que prennent les individus à changer plus souvent de partenaire, que ça soit moins mal vu, est une condition qui peut amener au PA
Bon, j'y met de la bonne volonté et c'est un débat régional ;-) dont je devrais pas me mêler, mais ça peut, ça peut.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

arkbis

le vendredi 18 mars 2011 à 20h39

Bonsoir,
Bien évidemment j'ai posté ce message un peu sans réfléchir, un peu sous le coup de la fatigue et de l'énervement. Mais je ne pense pas encore aujourd'hui avoir tout à fait tort.

Pour moi, il n'y a pas une seule forme de Polyamour, il y en a plusieurs. Etre polyamoureux ce n'est pas seulement avoir envie d'avoir plusieurs aventures, plusieurs sexualités dans sa vie.
Je m'explique, si je devais vivre pleinement comme PA, je préfèrerais vivre à plusieurs, en communauté, plutôt que de reproduire le couple "micro-cellulaire" qui ne pense qu'à ses "petites vacances", sinon à son "petit confort". Et puis, avoir mes "petites aventures" à côté parce que je ne peux m'empêcher de penser à plusieurs personnes.

Ce que j'ai voulu dire hier, par raison économique, c'est que la situation actuelle va conduire de plus en plus de gens à pousser la porte de chez eux et aller vers les autres, à partager un peu plus leurs vies, leurs angoisses, leurs espoirs ... et cela va permettre aux hommes et aux femmes d'être plus ouverts aux autres et d'être moins ringards et d'être un peu moins égoïstes, du moins je le souhaite. Il est vrai que lorsque tout va chez soi, on se tourne moins vers les autres. Et on ne peut pas dire que la richesse favorise la solidarité et le partage.
Peut-être que des personnes atteignant un âge avancé préfèreront se regrouper et vivre ensemble, plutôt que se retrouver à crever à petit feu en maison de retraite, ou chez elles à crever de faim et de froid.
N'est-ce pas là aussi une forme de polyamour que de vouloir se retrouver ensemble, et de ne pas réserver son amour à une seule personne ?

Doit-on dire que le polyamour ce n'est que le sexe, ou alors de dire qu'un jour c'est Julie, le lendemain Nathalie et un autre jour encore Marina ?

Pour moi le PA, c'est beaucoup plus que cela, c'est aussi l'amour de l'autre, l'entraide, la solidarité, ou alors je n'ai rien compris et, dans ce cas, je n'ai rien à faire ici.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 19 mars 2011 à 01h52

arkbis
Pour moi, il n'y a pas une seule forme de Polyamour, il y en a plusieurs.

Pour moi, t'as tout compris ^^

#

(compte clôturé)

le samedi 19 mars 2011 à 10h11

Tout le monde a sa place ici, pour autant qu'il en pense de même des autres et accueille la différence jusqu'au bout (si j'ai bien compris la philosophie-maison?)

C'est ce qui fait le sel des débats: confronter des idées et des valeurs ouvre l'esprit (et le reste). Là où ça devient chiant, c'est quand quelqu'un est persuadé qu'il a raison et veut convaincre d'autres d'adopter son "système", quitte à pisser à la raie de ceux qu'il prend pour des contradicteurs.

Ce qui cache souvent une insécurité de fond, à mon avis... donc, je dis, là: s'éclaircir les idées et les renforcer, ça ne se fait pas qu'ici; mais ça peut aider. :-)

Pour ma part, j'ai peur (oh, modérément :-) , disons que je cultive ma vigilance...) que mon besoin de confort me donne la tentation de l'égoïsme, mais je tiens à mon confort quand même.

Et aussi, que mes valeurs polyamoureuses m'empêche de me sentir libre d'éprouver, ici et là, des envies d'être plus à deux qu'à plusieurs. Dans ce cas-là, je me demande aussi pourquoi j'ai besoin de cette phase-cocon...

Et aussi, qu'après des phases de vie où le fric était compté sou à sou, et où je faisais parfois patienter les débiteurs à la limite de ma honte, l'aisance financière que j'ai retrouvée me fasse prendre de la distance avec des plus démunis, ou me fasse prononcer des paroles sans malice, mais pas sans retombées...

Et que si mon polyamour me semble bien solide, je puisse en arriver à me suicider plutôt que de partager mes dernières années avec qui que ce soit, en maison de retraite ou en communauté de contemporains.

Bref, j'espère garder l'esprit ouvert et ne pas me bloquer sur des objectifs de vie susceptibles de changer au gré de la vie elle-même. Je me donne donc le droit de sombrer une fois ou l'autre dans ce que j'aurai pu considérer comme la plus noire des conneries, et puis voilà. Jamais dire "jamais"...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Apsophos

le samedi 19 mars 2011 à 10h20

arkbis

c'est que la situation actuelle va conduire de plus en plus de gens à pousser la porte de chez eux et aller vers les autres, à partager un peu plus leurs vies, leurs angoisses, leurs espoirs

Oulah, tu es plus optimiste que moi :D


Doit-on dire que le polyamour ce n'est que le sexe, ou alors de dire qu'un jour c'est Julie, le lendemain Nathalie et un autre jour encore Marina ?

Pour moi le PA, c'est beaucoup plus que cela, c'est aussi l'amour de l'autre, l'entraide, la solidarité, ou alors je n'ai rien compris et, dans ce cas, je n'ai rien à faire ici.

Un chien n'est pas "le chien". Je n'utilise jamais le mot "polyamour" à part pour faire référence à ce site.
Ce qui veut dire que je suis d'accord avec toi sur ce point. Si si.

@Siestacorta : oui en effet on n'est plus considéré comme un(e) vil(e) prédateur(trice) (pour employer un terme un peu générique) si on "enchaine" quelques partenaires dans la même année, c'est sans doute une étape vers une perception "banale" du fait d'avoir des partenaires multiples. Si même les séries télé s'y mettent...
Mais je ne vois toujours pas l'aspect économique, à part à partir dans la théorie économique de Nash (la version romancée dans le film qui lui est consacré), "shared good is better good", mais ça partirait sur un tout autre débat.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 19 mars 2011 à 11h28

Conditions économiques... Ben si on sort plus souvent du tout-privé (plus de covoirturage, pressing plutôt que machines individuelles, colocations, jardins partagés....), on a une mutation de l'intime que le PA peut refléter.

Hypothèse, hein.

#

(compte clôturé)

le samedi 19 mars 2011 à 11h43

Peut refléter.

C'est comme ce truc en maths, là, heuh, je sais plus comment ça s'appelle... les opérations booléennes?

Egale / inclut / exclut / partage...

Je veux dire par là qu'on peut rencontrer des polyamoureux individualistes à mort, et des monoamoureux prêts à tout partager, par ailleurs.

#
Profil

PolyEric

le samedi 19 mars 2011 à 23h19

Arkbis soulève ici un sujet qui me tient à coeur, c'est pourquoi j'ai tendance à réagir un peu brusque. La discussion reste intéressante sous un titre qui ne la représente plus trop. Mais je continue à y apporter ma pierre (je vais essayer de ne pas la lancer, mais c'est dur de se retenir).

Tout d'abord, je vois que Siesta avait raison dans l'interprétation de arkbis et je tire mon chapeau à Siesta car la subtilité n'était pas facile à voir dans le texte de Arkbis.

Cela dit, j'attendais Siesta sur le registre du CDD polyamoureux. Car il me semblait qu'il pouvait apporter un éclairage à Arkbis sur ce sujet. D'après ce que j'ai compris d'une des nombreuses différences de fond entre Siesta et moi, c'est que j'ai plutôt le fantasme CDI alors qu'il a plutôt celui de CDD (plus pragmatique ? ou est ce un idéal ?). Autrement dit, le CDD existe aussi chez les polyamoureux (certains trouvent cela évident mais moi je ne trouve pas). Le CDI existe aussi chez les polyamoureux (pour moi c'est évident mais d'autres n'envisagent même pas que le polyamour puisse être un engagement, par exemple certains psy voit le polyamour comme une légèreté). Bref, le polyamour n'a pas de rapport direct avec la durée des relations, vous l'avez très bien exprimé de façon différentes ci-dessus, on a donc l'air d'être d'accord entre nous sur ce point.

Voyons maintenant l'autre sujet résumé par Wazaa (qu'elle est belle cette phrase) :

Wazaaa
Je veux dire par là qu'on peut rencontrer des polyamoureux individualistes à mort, et des monoamoureux prêts à tout partager, par ailleurs.

J'avoue que j'ai mis du temps à l'admettre mais cela me parait très vrai. Je vais même pousser un peu mamie dans les orties en disant que les polyamoureux qui s'expriment ici en général, ont des visions qui me paraissent très, très individualistes, comme si l'individualisme était davantage présent chez les polys.

Cette réalité m'a fait un choc à une certaine époque ou je ne m'y étais pas préparé. J'ai toujours du mal à m'y faire et j'ai souvent l'impression de ne rien avoir à faire ici, et pourtant, j'y suis souvent. Pourquoi ? Parce c'est un site pour discuter de polyamour et non un site réservé aux individualistes, fussent-ils majoritaires.

arkbis
Pour moi le PA, c'est beaucoup plus que cela, c'est aussi l'amour de l'autre, l'entraide, la solidarité, ou alors je n'ai rien compris et, dans ce cas, je n'ai rien à faire ici.

La phrase me parait être une définition déguisée de l'amour. L'amour serait d'après toi fait de solidarité et d'entraide, donc indirectement de pognon. Et c'est là que je ne suis plus d'accord.

L'amour me semble compatible avec la solidarité et l'entraide, mais ce n'est pas un point de vue universel. Par exemple, le milieu psy est totalement contre cette vision. Les psychanalysés ressortent souvent de leur analyse dans un état très "individualiste". Un psy est censé aider sans aimer, et conseille souvent d'aimer sans aider. Je n'ai pas d'affinité avec les psys, je leur reproche surtout d'être des machines à individualiser, mais je reconnais néanmoins que l'amour (sexué), l'entraide, et la solidarité, sont des notions qui ont chacune une vie parallèle et qui donc ne se rejoignent concrètement pas. L'amour au sens "aide humanitaire" ne me parait pas liée à la notion d'amour au sens sexué du terme.

Quand à l'individualisme, il n'est pas non plus lié à la solidarité et à l'entraide. L'individualisme économique s'oppose plutôt au collectivisme économique, c'est à dire à la mise en commun de choses. La solidarité et l'entraide peuvent très bien s'exprimer sans mettre la moindre chose en commun donc c'est une notion qui n'est pas opposée à l'individualisme, c'est même une façon de rendre l'individualisme vivable. Par exemple, on s'entraide entre voisins, chacun ayant son "chez soi" bien délimité par un petit muret. De même, les actionnaires d'une société sont solidaires entre eux, ils perdent tous en même temps, et gagnent tous en même temps, et ils ont pourtant chacun leurs propres actions. La solidarité est ici une façon d'individualiser quelque chose de collectif (l'entreprise est collective mais elle est la propriété d'individus).

Bref, Arkbis, la question pour toi n'est pas de savoir si tu trouveras ici de l'entraide ou de la solidarité. La question est de savoir si tu es poly ou non.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 mars 2011 à 08h35

Eric_49
... les polyamoureux qui s'expriment ici en général, ont des visions qui me paraissent très, très individualistes, comme si l'individualisme était davantage présent chez les polys.

Cette réalité m'a fait un choc à une certaine époque ou je ne m'y étais pas préparé. J'ai toujours du mal à m'y faire et j'ai souvent l'impression de ne rien avoir à faire ici, et pourtant, j'y suis souvent. Pourquoi ? Parce c'est un site pour discuter de polyamour et non un site réservé aux individualistes, fussent-ils majoritaires.

Je voudrais juste nuancer un truc, du coup: quand j'écris individualistes, je pense démarquer cette notion de celle d"égoïstes".

A côté d'une recherche des personnes les plus semblables à soi-même, (pour se tenir chaud à l'âme, recréer une famille personnelle, etc), ce que j'appelle le pgcd (plus grand dénominateur commun, excusez-moi,je suis d'une génération d'avant les maths modernes...), il y a un autre chemin un peu plus difficile à suivre je trouve. C'est celui qui mène à bien se connaître pour pouvoir prendre ses distances quand une sorte de mensonge par omission risque de s'installer, et que la personne, par exemple, rentre dans le moule, fût-il celui d'une minorité. C'est là qu'on devient l'individu "soi-même".

Pour devenir un individu, c'est-à-dire son propre ppcm (plus petit commun multiple, ceci dit pour compléter le pgcd précédent), se faire à soi-même certains aveux, par exemple que bien que l'on se sente "de gauche", on peut trouver que le discours "de droite" est intéressant...ne donne pas nécessairement tout de suite le courage pour l'avouer en face de sa communauté politique. Une fois qu'on en a assez (du courage), alors on peut dire les choses sans avoir les boules de se faire honnir - ce qui est malgré tout assez courant, comme réaction environnante.

La recherche de qui l'on est vraiment, avec tous ses petits bouts de puzzle interne, pour recoller les morceaux, ce n'est jamais acquis une fois pour toutes, ni inscrit dans le marbre.

Le message que je veux faire passer avant tout, c'est que l'individualisme est un chemin d'honnêteté, d'authenticité et d'affirmation de soi... comme bien d'autres choses... entre autres, le polyamour.

L'individualisme est un petit morceau du puzzle, comme le polyamour, les périodes où on préférerait rester en couple et bannir toutes les difficultés qui surgissent à cause du polyamour; on est fait d'ouvertures et de fermetures multiples, synchrones ou décalées, non-maîtrisables pour la plupart. La seule chose qu'on a le pouvoir de faire, c'est de poser son tchû quand survient une question contradictoire avec ce qu'on croit nos valeurs, et de chercher à concilier le tout.

Et c'est déjà assez difficile à faire en soi, alors si quelqu'un vient nous brandir triomphalement sous le nez nos contradictions à ce moment-là, ça le fait pas. En disant ça, je fais référence surtout à quelqu'un que j'ai failli quitter, pour le coup: je tentais de m'ouvrir en faisant part de ces petits déchirements intimes, et je n'avais pas besoin qu'il m'écrase ainsi, plutôt qu'il accueille comme telles mes tentatives de droiture de l'âme. <3

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 20 mars 2011 à 20h21

C'est beau tout ça.

Mais je vais quand même relever un truc qui me parait faux. Tu dis "l'individualisme est un chemin d'honnêteté, d'authenticité et d'affirmation de soi.". Admettons.

Mais profite également de mon point de vue : "le collectivisme est un chemin d'honnêteté, d'authenticité et d'affirmation de moi.".

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 mars 2011 à 21h02

Chacun son truc, travaille ce que tu veux, du moment que ça te fait avancer.

C'est pas parce que la vérité des autres te paraît fausse à toi, que ça l'est universellement.

Dire "c'est faux", c'est juste dénier que la vérité des autres ait de la valeur. Et empêcher l'échange de points de vues.

Un peu de respect, mec. En plus de l'écoute et d'un peu de silence pour le faire.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 20 mars 2011 à 22h43

Oui papa

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 mars 2011 à 23h17

Siestacorta
Conditions économiques... Ben si on sort plus souvent du tout-privé (plus de covoirturage, pressing plutôt que machines individuelles, colocations, jardins partagés....), on a une mutation de l'intime que le PA peut refléter.

Hypothèse, hein.

Comme "ma bagnole", "ma maison", "ma femme"?

Comme le gag de Reiser, aussi? Quand le personnage qui subit l'étalage de richesses de l'autre lui réplique à la fin, en baissant son froc pour le lui montrer, "mon cul"?

Faut quand même qu'il reste quelque chose bien à soi!

#

(compte clôturé)

le lundi 21 mars 2011 à 13h07

Rien de ce que je crois a moi n est reellement a moi!
a part mes emmerdes!

#

(compte clôturé)

le lundi 21 mars 2011 à 16h44

Ton cul! Ton cul est à toi!

:-) :-) :-)

#
Profil

arkbis

le mardi 22 mars 2011 à 01h39

Merci à tous pour ces diverses interventions très riches en réflexions et débats. J'ai bien aimé l'intervention d'Eric sur la notion de CDD et CDI chez les polyamoureux. C'est vrai que c'est un truc auquel je n'avais pas pensé mais qui est pourtant fort important.

Par contre, concernant le propos de Wazaa

Eric49
La phrase me parait être une définition déguisée de l'amour. L'amour serait d'après toi fait de solidarité et d'entraide, donc indirectement de pognon. Et c'est là que je ne suis plus d'accord.

Je ne pense que l'amour ramène à l'argent ou vice-versa, mais que l'argent peut être dépassé pour conduire à l'amour.
Quant au rôle du psy, il ne peut pas aimer puisque c'est une question d'argent .. Justement, on retombe dans le même travers.
Ce que je veux dire c'est que le PA peut contribuer à nous faire dépasser tous les aspects matériels qui polluent notre civilisation actuelle. Je ne m'attaque pas au "confort" de Wazaa en disant cela, il est normal de tendre vers un bien-être. Ce que je veux dire c'est qu'il faut plus de solidarité aujourd'hui et le phénomène du polyamour peut y participer.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 mars 2011 à 02h11

Redonne à Eric_49 la paternité de cette phrase, s'il te plaît... Elle n'est pas de moi.

Merci!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion