Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

A seul polyamoureux dans le couple, quelles règles se fixer?

Bases
#
Profil

yellow

le lundi 14 février 2011 à 15h22

Quelles règles pour que celui qui n'est pas polyamoureux ne souffre pas, accepte que l'autre prenne du temps avec un 3eme? Doit-il le devenir lui-même un jour pour que cela puisse fonctionner..?
Merci de vos témoignages. Je me sens polyamoureuse mais n'arrive pas, bien qu'ayant un compagnon très ouvert, à trouver ce qui le rassurera. Il ne voit pour le moment qu'un intéret dans les situations à trois, et moi très peu.
Si vous avez des conseils...

#

(compte clôturé)

le lundi 14 février 2011 à 19h17

Salut salut...

Lui proposer d'éplucher le site? De venir poser ses questions?
Faut que ça vienne de lui, je pense.

Chaque relation a ses règles propres, et encore, ça peut bouger...

#
Profil

ln095

le mardi 15 février 2011 à 15h31

Je suis dans la même situation que toi, ça fait 8 mois qu'on retourne le prob dans tous les sens. Voilà les options qu'on a envisagées:
-M'astreindre moi à la monogamie qui ne me correspond pas?
-Le transformer lui en polyamoureux, ci qui ne lui correspond pas?
-Essayer une aventure à trois, tout faire ensemble ?
-Le laisser lui dans son univers mono, tandis que mon univers poly se limite au flirt ?
C'est cette dernière solution (après avoir essayé la précédente) qui semble aujourd'hui si'mposer... mais je ne jure de rien pour la suite... Qui peut jurer de quoi que ce soit dès qu'il s'agit d'amour de toute façon?

#

anna (invité)

le mercredi 16 février 2011 à 10h11

Pour moi accepter et ne pas souffrir, c'est deux choses différentes. On peut très bien accepter avec la tête et souffrir avec le coeur ou pas.

Yellow se n'est pas à toi de trouver comment rassurer ton compagnon, c'est à vous deux de faire ce chemin. Peut être que lui peu réfléchir se dont il aurait besoin de ta pars et c'est aussi à lui de trouver intérieurement se qu'il peut faire pour lui.

#
Profil

yellow

le jeudi 17 février 2011 à 13h08

Merci pour vos réponses...
Voici ce qui, pour finir, m'est apparu.
J'ai bien "regardé" ce qui me poussait à vouloir une autre relation amoureuse. J'y ai trouvé un besoin d'accomplir les désirs, tous les désirs, sans restriction. De les assumer même. De revendiquer cet attrait pour les plaisirs de l'amour. Etre moderne quoi, aller à l'encontre des dogmes de la vie à deux, bref tout ce que j'ai pu lire sur ce site et qui est très tentant.
Mais un examen plus profond, et l'expérience aussi avec cet autre, m'a montré que je laissais ce faisant de côté mon aspiration profonde d'absolu, non pas d'amour unique, l'autre est tout, ka passion débordante et qui enferme, mais un absolu dans le sens où quand on aime une personne, on peut le voir en grand, tout le temps. Et cela se fait dans une relation duelle. A trois, surtout avec 2 hommes, il y a forcément de la compétition, au moins en ce qui concerne le partage du temps et des sentiments: pas étonnant puisqu'à 3 c'est la valorisation de l'égo qui prime: je veux, j'obtiens sans honte. Mais on se coupe de ce qui est grand et a encore plus de valeur que la satisfaction de tous ses désirs. Il y a l'amour vrai qui, effectivement se limite, mais pour lui donner un sens qui se transmet à la vie toute entière des participants.
Bref. On me dira que je suis idéaliste, ou encore que je retombe dans l'idée du couple habituelle, par faiblesse.
Mais, après discussion ouverte avec chacun des hommes qui ont ma tendresse, sans cacher quoi que ce soit mais sans déballage non plus, je crois que je me sens mieux en faisant le choix du Grand au détriment du bordélique désir qui, même s'il est assouvi sans pudeur, reste insatisfait. Je lui préfère la satisfaction d'une conduite bonne et vraie, avec toutes les couleurs de l'amour, pour une personne. Et cela n'empêchera pas une évolution possible. Pas de dogme... mais pas de laisser-aller dans un certain cynisme en faisant les choses. Je m'y perdrais.

J'en suis là pour le moment. La question de l'absolu ou du cynisme... Bises à tous.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 février 2011 à 17h11

Hello yellow.
Il faudrait aussi, pour sortir de cette perception "binaire" du choix poly ou mono, cynisme ou absolu, essayer de valoriser la délicatesse, les nuances de ta propre sensibilité.

Tu développes une pensée construite, tu évoques des émotions fortes, et le goût qu'elles soient "Grandes". Tu sais dont que que penser ses sentiments avec finesse ne les rend pas moins beaux.
De même, la sensibilité qui permet de ressentir des désirs, d'apprécier des relations qui ne soient pas l'unique, l'absolu, n'est pas nécessairement une sensibilité secondaire, mineure. Pas seulement pour nous (ce n'est pas les poly qui sont cyniques, si je te comprend, c'est ce que tu crains d'être si toi tu tentais le PA ?), mais aussi pour tes propres désirs, penchants, sentiments.

Pour l'image... l'alcool c'est agréable, c'est au fond ça qui fait de l'effet dans une boisson, mais ce qui fait qu'il n'y a pas QUE des eaux de vie (et de l'alcool à 90), c'est les mélanges, saveurs recherchées, cépages d'autres horizons, les variations qui laissent imaginer un absolu de plaisir encore plus Grand, et en nous donnant plusieurs Belles ivresses.

Tu dis "toutes les couleurs de l'amour".
Et c'est vrai que par une expérience singulière on peut se trouver relié à l'ensemble des autres : quand on éprouve une joie, on devine ce que sont celles qu'on ne connait pas, on les comprend.
Mais ça n'empêche pas de vouloir encore que notre vie grandisse, fasse toute l'expérience dont elle est capable.

Enfin, si la satisfaction des désirs c'est valoriser l'égo... Le désir d'absolu peut aussi se nourrir de la valorisation d'un égo encore plus balèze.
La noblesse des sentiments n'est ni dans ce qu'on croit savoir de soi, ni dans un engagement de départ (sinon toute personne qui se marie serait noble d'office, par exemple), mais dans ce qu'on vit dans les faits : ce qu'on donne de soi, comment on le fait, comment on parle, écoute.
Tant mieux si c'est ce que tu fais dans un amour unique. Mais je veux dire qu'on peut faire aussi grand, admirable, absolument Bon, dans du pluriel.

Bref, le binôme grandeur/ cynisme ne réduit pas le choix amoureux à sentiment d'absolu / petits désirs. Les choix amoureux sont nettement plus nombreux (même si on de met pas au PA pour autant).

#
Profil

yellow

le lundi 21 février 2011 à 15h56

Merci pour ta réponse, fouillée, Siestacorta.
Elle m'a fait réfléchir tout le week end.. ;)
Bon, ce qui m'a le plus interpellée, c'est cette phrase: "Enfin, si la satisfaction des désirs c'est valoriser l'égo... Le désir d'absolu peut aussi se nourrir de la valorisation d'un égo encore plus balèze. " Effectivement, je ne l'avais même pas envisagé... et je crois que c'est assez juste me/ nous concernant! (la claque :-) )
Ceci dit, c'est finalement la question des moyens qui nous préoccupe plus (nous= beaucoup d'entre nous ici) que l'objectif: ce que l'on vit dans les faits est bien l'essentiel, à savoir donner de l'amour, en recevoir, le tout avec dignité, au moins joie. Oui, si c'est une vraie joie, cela doit suffire à légitimer beaucoup de formes d'amour très différentes. (cf. texte de Robert Misrahi 'la vraie joie', passionnant et dispo sur internet)
Peut-être que la question est 'qu'est-on capable de vivre'? Parce que vouloir trop, sans l'assumer ou en n'étant pas à l'aise, c'est loin du but recherché. Vouloir une situation plurielle pour une sorte de statut que cela offre (l'avant-garde etc.), ou par peur de choisir, bof aussi. Par ennui... aïe aïe aïe... C'est pour ces situations (dans lesquelles je me voyais aller si je cédais à mon goût pour le PA) que je fustigeais l'égo maître de tout...

Finalement, je vois bien qu'il n'y a pas forcément un pb d'égo pour être polyamoureux dans les faits.
Après avoir retourné beaucoup le problème, l'avoir secoué, jeté loin, rattrapé, regardé dans les yeux et puis... juste mis dans ma vie à sa place (il est à côté de moi mais fait pas de bruit)... eh bien je crois que, anxieuse de nature, je ne suis pas prête à me mettre une dose supplémentaire de stress lié à la gestion de deux aventures amoureuses (penser aux autres, à soi, au boulot, aux enfants s'il y en a, et il y a depuis peu).
Alors peut-être, je dis bien peut-être, que quand j'aurai dompté mon naturel angoissé, et même si aimer plusieurs corps, discuter profondément avec plusieurs hommes, et puis séduire et être séduite, jouer le long des limites amoureuses toujours souples et prêtes à se laisser repousser, seront toujours de vrais plaisirs que j'assume totalement, peut-être que je m'autoriserai à remplir mon agenda sans me sentir dépassée.
Du coup ça me donne un objectif joyeux pour lequel travailler: me donner les moyens d'avoir le choix bientôt, un vrai choix, parce que je n'aurai pas besoin du PA pour être heureuse, mais que j'en aurai envie et en serai capable. 2 conditions finalement habituellement nécessaires pour tout dans la vie.. :P
J'ai du dire encore beaucoup de bêtises et être brouillone, mais.. ça fait plaisir de parler de ça ouvertement, fin presque!
Une bise pour les gens qui auront lu, et les autres..
Yellow

#
Profil

Siestacorta

le lundi 21 février 2011 à 21h57

De rien, l'éthique "romanesque" (absolu, libertinage, aventure, esthétique, rebondissements...) est un de mes dadas, tu imagines donc bien que j'avais envie de me pencher sur tes observations.

Donc je suis ravi que ça t'ait fait réfléchir !

yellow

Du coup ça me donne un objectif joyeux pour lequel travailler : me donner les moyens d'avoir le choix bientôt, un vrai choix, parce que je n'aurai pas besoin du PA pour être heureuse, mais que j'en aurai envie et en serai capable. 2 conditions finalement habituellement nécessaires pour tout dans la vie.. :P


Alors, "en avoir envie et en être capable". Je comprends bien que les bonnes conditions favorise certaines avancées. Parfois, elle sont même sine qua non.

En avoir envie... Ca semble plutôt récurrent, tel que tu t'évoques. Pas forcément sur des aventures au long cours ni même infiniment profonde. "Polyamour", on peut aussi le voir comme "polysémie du mot amour", donc inclure là dedans jeux de séduction, attirances, fêtes libidinales, passions passades, amours platoniques, amitiés chauffantes, familiarités d'ex... Bref, je ne sais pas exactement ce que tu vis et quelles limites tu te donnes, mais il se peut bien que tu sois déjà polyamoureuse.

En être capable : tu parles de ton agenda, l'image n'est pas si anecdotique.
Il pourrait bien représenter "l'horizon" des relations :
- le contrôle qu'on exerce sur soi et ses sentiments (illusion plus ou moins nécessaire selon les personnalités), en leur donnant une place qu'on peut cerner. Si je met des abscisses et des ordonnées, hop, je sais où j'en suis. Mais la carte n'est pas le territoire, même quand on se balade sur un terrain familier. Ton agenda pouvant donc se retrouver intenable de plein de façons, c'est ce que tu auras effectivement apprécié qui fera que tu seras satisfaite ou non, pas le fait d'être allée à tous les rendez-vous que tu avais prévu.
(Mais faire des plans et des listes, ça peut être un penchant tout à fait justifié, je pense à deux textes de Titiou, que j'ai lu il y a peu, et le deuxième .
Grosso merdo, ça arrive à la conclusion que certains ne gèrent pas s'ils ont pas prévu dans quel ordre gérer. Voilà, c'est pas grave.)
- on aime pas - quel que soit le sens qu'on donne au verbe - parce qu'on a prévu d'aimer. On le fait quand ça arrive. Comment a-t'on su un jour qu'on était "capable" d'aimer, d'en éprouver de la joie et d'en faire éprouver ? en le vivant. Dans l'absolu, il n'y a qu'une façon d'apprendre à faire quelque chose, c'est le faire. Dans le relatif, ça se fait par paliers, mais quand même.
- on ne projette pas le sentiment dans l'avenir (en tout cas ça ne le conditionne pas tant que ça), mais on peut effectivement imaginer l'effet que qu'une relation aura sur les autres éléments importants de sa vie (le primo-fiancé, les enfants, le boulot, l'abonnement au câble...). Et gérer cet effet, bien sûr, il y a des moments où on s'en sent plus capable que d'autres. Mais quand même, on est jamais aussi "prêt" que quand on est déjà en train de le faire.

Enfin, je reviens sur l'idée de choix.
Je veux répondre que "penser poly" me semble moins un choix qu'une liberté... Oui, à plusieurs moments de ma vie, c'est un choix, si je ne le faisais pas la suite ressemblerait à autre chose.
Mais ce n'est pas un choix comme un sacerdoce. Chaque fois que je fais un choix, j'élimine toutes les autres possibilités, mais... seulement jusqu'au choix suivant (je pompe Ayerdhal). On est libre parce qu'après on pourra encore faire des choix. Plein. Et c'est pas des aller-retour, mais toujours la suite, l'évolution.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 21 février 2011 à 22h29

Siestacorta
je pense à deux textes de Titiou, que j'ai lu il y a peu, là et le deuxième là.

(+)

#
Profil

yellow

le mardi 22 février 2011 à 09h01

Alors encore un merci.
Pour les liens, j'ai bien rigolé... elle est drôlement sympa cette blogueuse. Et je fais partie des 'listeuses', bien vu.
Pour la réflexion générale. Si je résume, il faut agir. Au lieu de faire des listes, vérifier si tout rentre dans l'agenda, vérifier si on tiendra le coup, se préparer comme pour un marathon, mieux que de stresser avant d'y être, agir. J'imagine qu'avant d'y aller on questionne juste:
-nos valeurs (bon de ce côté, c'est ok, même pas peur)
-les personnes concernées (si c'est possible, c'est rapidement ok, sinon pas de discussion possible). J'ai lu pas mal ici qu'il fallait un peu prévenir: "voilà je vis comme ça, ou je voudrais vivre comme ça, est-ce que ça te tente?" Attention au tue-l'amour quand même... (même danger que pour la liste)
-la dose d'anxiété liée à la situation, dans mon cas. (les conséquences de l'action)

Je reviens sur ce point, et puis ensuite il faudra je pense changer de discussion car on a un peu dévié du problème de départ. D'ailleurs les récentes apparitions de blusher et discussions qui suivent me semblent rejoindre un peu les problématiques évoquées... en tout cas ça me parle bien.
Je disais donc qu'un polyamoureux doit non pas céder à ses pulsions, même légitimes, de façon désordonnée, car il risquerait de se compliquer la vie inutilement. C'est peut-être pour cette raison qu'on vient en discuter ici: mettre de l'ordre, s'organiser, et prévoir un peu les choses. Effectivement faut pas pousser le perfectionnisme jusqu'à l'écœurement, mais juste pour se sentir un poil plus prêt, sans jeu de mots intentionnel..
Comme tu dis il y a évolution, aller-retours, et non reculs et avancées simples.
Mais je suis un peu tête de mule: le stade je me prépare est peut-être nécessaire quand même? Et je sais les dangers du non-faire pour cause de préparation...

Dans un autre post il faudra peut-être que tu dises, Siestacorta, comment tu peux être polyamoureux averti, réfléchi, visiblement heureux d'être hors norme (je pense à ton profil), et trouver un équilibre dans la philosophie du panda: et l'action, alors?
Faut ptêt pas t'interpeller sur le forum, me dire la marche à tenir si besoin.
La question générale qui peut intéresser tout le monde est celle-ci: à quel équilibre arrive-t-on quand on a réglé les problèmes cités plus haut, et qu'on est un polyamoureux heureux et à l'aise... (je sais, autant de modes de vie que de personnes etc... mais y'a bien un dénominateur commun chez tous ces gens qui veulent assumer leur capacité à aimer plusieurs (au moins dans le ressenti). Je me trompe encore? Ouh la règle sur les doigts qui se profile... :))
Je sais, ça se voit que je suis un fille qui a tendance à rechercher des guides plutôt que de vivre ses propres expériences. Ouais mais ça prend tellement de temps les listes aussi.... (je plaisante hein) N'empêche que même si tout est évolution, y aller puis renoncer, c'est rigolo pour personne. La carte n'est pas le territoire, mais avec la carte, on parcourt mieux le territoire, ça évite de se perdre dans les endroits où il n'y a rien à voir pour finir déçu du voyage.
Voilà. C'est quand même bien de voyager.
A bientôt.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 février 2011 à 12h16

Il faudrait que je te réponde sur plusieurs autres points, et par rapport à la question que tu poses en gras, c'est un peu le fil de Françoise sur les "bons effets secondaires" qui te répondra bien...

Mais bien sûr, préparation... En tout cas, une honnêteté envers soi, ce qu'on cherche (ou ce sur quoi on est tombé quand ça nous a pris par surprise). Essentiellement, une bonne connaissance de soi, à la fois prudente et indulgente sur les pulsions. Oui on prend la carte pour explorer, mais elle ne sera pas complète, pas tout à fait pertinente (c'est un peu la Zone de Tarkovsky, tu vas trouver des passeurs plus que des guides) mais on regarde surtout le paysage, pour comprendre ce qui se passe. Donc en s'engageant déjà dans l'explo.

Enfin, le panda... C'est moins une philosophie qu'une tendance.
Par rapport à l'époque (il y a trois bonnes années je crois) où j'ai écrit ça, le sens a un peu changé. Disons que je suis pas quotidiennement libidineux, comme quelques hommes énergiques et dopés des chakras par ici, et qu'il faut parfois me chauffer, délicatement, comme les vieilles voitures, pour que je démarre.
Je le vis souvent bien, parce que je tombe sur des filles que les pandas rassurent. Mais tu touches un point dans mon rapport à l'action. Toi tu veux organiser tes pulsions, parce que tu en as. Moi j'aimerai les entretenir.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 février 2011 à 12h18

Je ne sais pas si c'est possible, mais peut-être que le fil aurait plus sa place en "engagement".
Est-ce que le lanceur du fred peut changer la catégorie, ou seul un admin le peut ?

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 février 2011 à 14h24

Siestacorta
Je ne sais pas si c'est possible, mais peut-être que le fil aurait plus sa place en "engagement".
Est-ce que le lanceur du fred peut changer la catégorie, ou seul un admin le peut ?

"Bases" c'est bien aussi non ?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 février 2011 à 15h24

Oui, mais c'est moins précis...

Le titre est trompeur, parce que le libellé du premier post oriente plus vers "comment assurer la solidité de l'engagement premier en allant vers de nouveaux"
Ensuite, yellow entame sa réflexion sur le thème "je crois que la monogamie serait un engagement plus fort" et l'échange continue sur "d'accord, mais si on va vers le PA, comment ne pas faire ça avec des motivations superficielles" ?

Je sais que c'est moi qui écrit "engagement", mais je crois que le thème est déjà central dans le fil.

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 février 2011 à 15h36

Siestacorta
Je sais que c'est moi qui écrit "engagement", mais je crois que le thème est déjà central dans le fil.

Ben, si la personne qui a initié le fil le demande, ça doit pouvoir se changer ; mais je dirais que la demande doit venir d'elle.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 février 2011 à 15h40

Vi... Je proposais la manip à cause de ce passage :

yellow
Je reviens sur ce point, et puis ensuite il faudra je pense changer de discussion car on a un peu dévié du problème de départ. D'ailleurs les récentes apparitions de blusher et discussions qui suivent me semblent rejoindre un peu les problématiques évoquées... en tout cas ça me parle bien.

yellow, t'as une opinion sur l'archivage ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 février 2011 à 16h46

Ca se fait pas, de dédoubler les fils, d'en créer un autre en expliquant pourquoi?

Comme ça on garde un maximum d'écheveaux...

Ca risque d'être intéressant, pour épaissir la pelote polyamour.info... :-)

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 février 2011 à 17h24

Wazaaa
Ca se fait pas, de dédoubler les fils, d'en créer un autre en expliquant pourquoi ?

Oui ça se fait, mais ce que dit Siesta, c'est que la totalité du sujet (si je comprends bien) relèverait plutôt du thème "engagement".

#

(compte clôturé)

le mardi 22 février 2011 à 17h43

J'avais bien compris: c'était une suggestion.

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 février 2011 à 18h09

Wazaaa
J'avais bien compris : c'était une suggestion.

Ben, si tu lis le forum, tu verras que ça s'est déjà fait à maintes reprises :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion