Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Cette page est étiquetée ICRA pour la protection des enfants.

Transparence et désir

Sexualités
#
Profil

polykini

le samedi 25 septembre 2010 à 13h51

Je me heurte à pas mal de problématiques dans la mise en pratique du PA.
Il y a les questions "logistiques" mais aujourd'hui je m'interroge sur une question d'ordre psychologique.
Le constat est que le désir a besoin de distance et de mystère et de poésie.
Alors que se passe-t-il lorsqu'on communique ouvertement ? La familiarité, l'amitié, la transparence
ne menacent-elles pas le désir entre 2 personnes ?

Peut-être que cela dépends de la nature de la relation et du stade de son histoire.

Je vis une histoire passionnée avec quelqu'un depuis 2 mois dans laquelle on ne communique pas
sur les questions des relations, des sentiments parce que pour ma part je veux préserver ce désir
et ne pas l'effrayer.
Pour sa part parce qu'il ne se pose pas ces questions là. Il veut juste vivre l'instant enfin ce n'est pas
aussi tranché parfois.

C'est aussi compliqué je trouve de se laisser porter et exprimer les choses alors qu'on a toute cette réflexion
sur le PA en tête.

merci à ceux qui voudront partager leurs avis ou ressentis

#
Profil

Romy

le samedi 25 septembre 2010 à 15h41

Bonjour,
Je me suis aussi posée cette question.
Tu dis, "le constat est que le désir a besoin de distance et de mystère et de poésie. Alors que se passe-t-il lorsqu'on communique ouvertement ? La familiarité, l'amitié, la transparence
ne menacent-elles pas le désir entre 2 personnes ? "

C'est vrai que le "sans but précis" et la spontanéité ont plus de charme que la transparence. Tout dévoiler de soi au début, ça enlève du mystère. Faire durer un flirt, c'est tellement bon. Si tu commences tout de suite à expliquer que tu es polyamoureux, expliquer ce qu'est le polyamour, que tu vois les relations amoureuses comme-ci, comme-ça, ça perd de son charme et de sa poésie, puis ça force à réfléchir, à utiliser sa raison, alors qu'on a juste envie de vivre la passion. C'est un peu comme si on sautait des étapes. Ou "mettre la charrue avant les beux', comme on dit chez nous. La période des non-dits, des doubles-sens est tellement agréable. C'est probablement la partie qui me plaît le moins du polyamour: le fait qu'on doive l'expliquer à nos amoureux qui ne le sont pas, alors qu'on aimerait juste vivre ce qu'on a à vivre. Avec l'adultère, c'est plus facile, plus mystérieux: on n'a que la crème, on évacue le reste...Mais ce n'est qu'une impression: à la longue l'adultère cause plus de soucis.

Dans mon cas, je dis en partant que je suis mariée et amoureuse de mon mari, mais que mon mari accepte que je sois amoureuse d'un autre, et c'est tout. Pendant la période passionnelle, je n'entre pas dans les détails.

#
Profil

Romy

le samedi 25 septembre 2010 à 15h45

À bien y réfléchir, c'est plus une impression que j'aie. Parce que je ressens bien le désir, même si je discute polyamour avec mon amant.
Mais il reste que je trouve plus passionnée une relation comme celle du film "infidèle". L'adultère et le mensonge sont encore pour moi un facteur qui fait augmenter le désir.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Drya

le samedi 25 septembre 2010 à 17h44

Hum, question intéressante et les réponses peuvent être très différentes.
En ce qui me concerne, et contrairement à Rosalie, l'adultère ne m'a pas donné de désir car la peur et la culpabilité noircissent tout, les problématiques amoureuses non plus.
Il y a deux choses qui me donnent du désir: découvrir la personne de plus en plus à travers le seul ressenti ET à travers ce qui lui tient tellement à coeur (ses convictions, ses envies) qu'il va avoir envie de m'en parler. Donc non, la transparence ne tue pas le désir, au contraire, c'est la découverte des profondeurs insoupçonnées de cette personne qui m'attirent.

#
Profil

Romy

le samedi 25 septembre 2010 à 18h02

Peut-être Drya. J'ai peut-être écrit ça par automatisme. En efftet, si j'imagine -toujours dans le film "Infidèle"- que la femme avait expliqué la chose à son mari, probablement que j'aurais perçu la relation comme toute aussi passionnée.
Je ne sais pas.
En fait, c'est l'aspect clandestin et secret qui me plaît.Comme si ça créait une complicité plus grande entre les deux personnes. Mais les conséquences de ce secret peuvent être catastrophiques, et c'est pourquoi je préfère dire et être honnête.
Mais dans un monde idéal, je n'aurais jamais besoin de dire, de justifier, de raisonner, de rassurer l'autre. On se laisseraient chacun vivre sans avoir à se justifier. Parler si on a envie, mais garder nos trucs secrets si on n'a pas envie d'en parler. Répondre honnêtement aux questions, oui, mais pourvu que ça ne devienne pas un interrogatoire.
Mentir et garder quelque chose secret ce n'est pas pareil.

#
Profil

Drya

le samedi 25 septembre 2010 à 18h49

Exactement. Mais parler parfois de ce qui me rend heureuse, c'est un grand plaisir aussi! <3

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 17 juin 2015 à 17h00

Romy
Bonjour,
Je me suis aussi posée cette question.
Tu dis, "le constat est que le désir a besoin de distance et de mystère et de poésie. Alors que se passe-t-il lorsqu'on communique ouvertement ? La familiarité, l'amitié, la transparence
ne menacent-elles pas le désir entre 2 personnes ? "

C'est vrai que le "sans but précis" et la spontanéité ont plus de charme que la transparence. Tout dévoiler de soi au début, ça enlève du mystère. Faire durer un flirt, c'est tellement bon. Si tu commences tout de suite à expliquer que tu es polyamoureux, expliquer ce qu'est le polyamour, que tu vois les relations amoureuses comme-ci, comme-ça, ça perd de son charme et de sa poésie, puis ça force à réfléchir, à utiliser sa raison, alors qu'on a juste envie de vivre la passion. C'est un peu comme si on sautait des étapes. Ou "mettre la charrue avant les beux', comme on dit chez nous. La période des non-dits, des doubles-sens est tellement agréable. C'est probablement la partie qui me plaît le moins du polyamour: le fait qu'on doive l'expliquer à nos amoureux qui ne le sont pas, alors qu'on aimerait juste vivre ce qu'on a à vivre. Avec l'adultère, c'est plus facile, plus mystérieux: on n'a que la crème, on évacue le reste...Mais ce n'est qu'une impression: à la longue l'adultère cause plus de soucis.

et :

Romy
Dans mon cas, je dis en partant que je suis mariée et amoureuse de mon mari, mais que mon mari accepte que je sois amoureuse d'un autre, et c'est tout. Pendant la période passionnelle, je n'entre pas dans les détails.

La question de la transparence et/ou de l'honnêteté me paraît très importante dans les relations plurielles assumées, éthiques, polyamoristes, et je vous remercie d'avoir ouvert ce fil de discussion il y a presque 5 ans déjà (+) ! (en septembre 2010) .

Les questions que je me pose à ce sujet :
- être transparent-e, oui bien sûr ! , mais jusqu'où et à quel moment de la relation ? avant même que celle-ci débute ?

Le problème que me pose le manque de transparence, c'est qu'à mon humble avis, on part dans l'idée que l'autre ne vous aimera pas si vous dites vous-même & vrai, authentique.
A mes yeux, cacher, duper, mentir, manipuler, ça et les mensonges pieux ( " Ben non je t'ai pas menti je n'ai pas répondu à la question -Es-tu en couple ?- c'est tout ! " ) est une manière de présenter un faux-soi.

Mentir sur des aspects importants de soi c'est vouloir dominer l'autre, le laisser dans l'ignorance, le ou la berner, la mener en bateau en lui faisant croire que vous allez vivre une relation un peu sérieuse ou engageante, et pas juste un énième " plan Q qui ne dit pas son nom " .

Exemple : cacher que l'on est marié-e, en couple, avec un ou des enfants, Ou que l'on refuse d'avoir des enfants, Ou que physiologiquement on ne peut pas en avoir (pour des raisons médicales, et/ou d'âge...) .

Mentir sur ce que l'on est & sur ' avec qui l'on est ' (au quotidien ou les week-ends de garde alternée) c'est duper l'autre potentiellement.

Toute relation saine et un peu sereine dans une relation ouverte devrait débuter ( à mon humble avis ) par :
' Dans une relation avec toi je voudrais - à l'instant i - ceci, cela, mais pas ça ni ça , et sur tel point j'aimerais que l'on en parle ensemble en toute franchise, car c'est essentiel pour moi ' .

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Nurja

le mercredi 17 juin 2015 à 18h54


Toute relation saine et un peu sereine dans une relation ouverte devrait débuter ( à mon humble avis ) par :
' Dans une relation avec toi je voudrais - à l'instant i - ceci, cela, mais pas ça ni ça , et sur tel point j'aimerais que l'on en parle ensemble en toute franchise, car c'est essentiel pour moi ' .

(+)

#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 18 juin 2015 à 19h59

Nurja
(+)

:-D ^_^ , merci !

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Lagentda

le dimanche 21 juin 2015 à 15h38

Discussion intéressante...

je pense qu'il faut aussi avoir la sincérité de dire qu'il y a certaines choses qu'on ne sait pas du futur de la relation (et parfois beaucoup).
Quant à son état (d'esprit) actuel, et son CV, il faut savoir le décrire au fur et à mesure, tout en sachant en dire ce qui nous semble l'essentiel assez vite, et en préservant des mystères intéressants, mais pas en contradiction avec le coeur de sa vie. Bref, pas facile. Tout est question de temps et de sensations.

#
Profil

jemecherche

le mardi 23 juin 2015 à 17h18

ScottBuckley


Toute relation saine et un peu sereine dans une relation ouverte devrait débuter ( à mon humble avis ) par :
' Dans une relation avec toi je voudrais - à l'instant i - ceci, cela, mais pas ça ni ça , et sur tel point j'aimerais que l'on en parle ensemble en toute franchise, car c'est essentiel pour moi ' .


Message modifié par son auteur il y a 6 jours.

Oui mais si c'est au bout de plusieurs années que l'on se rend compte de nouvelles choses et qu'on se sent incapable d'en parler à son époux...

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 26 juin 2015 à 12h47

@ jemecherche :
Eh bien, entre autres, on fait comme toi tu l'as déjà fait je crois (sur le forum) : on participe à des discussions sur ce forum, on pose des questions, on cherche à proposer ou à participer à un café poly bienveillant dans sa région géographique, on cherche autour de soi s'il y a des personnes + un-e psy de toute confiance et non-jugeantes à qui on peut en parler .....

Bref, des pistes plurielles existent : à toi de choisir (ou d'inventer...) celles qui te conviendront à toi en ce moment.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 28 juin 2015 à 18h21

polykini
Le constat est que le désir a besoin de distance et de mystère et de poésie.

ok mais je pense que ce n'est que valable, que pour une forme de désir, je dirai le désir passion, flash sur un inconnu

Pour ma part la complicité établie dans une relation augmente mon désir (oui oui charnelle aussi)

polykini
on ne communique pas
sur les questions des relations, des sentiments parce que pour ma part je veux préserver ce désir
et ne pas l'effrayer.

ne pas l'effrayer? je pense que ce qu'on imagine est tjs pire que la réalité

polykini
C'est aussi compliqué je trouve de se laisser porter et exprimer les choses alors qu'on a toute cette réflexion
sur le PA en tête.

Quant à moi, depuis que j'ai des idées polyamoureuses je trouve ça plus facile de me laisser porter, entraîner par la vie, en sachant que je n'ai plus de limites pour suivre mes envies, les laisser évoluer d'elles mêmes, ainsi que mes limites. En étant franche et honnête avec moi méme d'abord, puis avec les autres je n'ai pas de mal à assumer et donc de vivre les choses en étant relaxe.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 28 juin 2015 à 20h11

Improvisons, parce que j'ai pas une idée très ferme sur le sujet...

Le non-dit, la part inconnue de quelqu'un, ça me semble une étape importante. On apprend de plus en plus de choses sur la personne désirée, mais, dans un premier temps, on connait peu. Sur cet espace encore vide, on projette nos propres interprétations, fantasmes. Et avant que la différence entre ceux-ci et le réel soit dite, explicitée par la personne désirée, on a - si on écoute l'autre un minimum, si on est pas complètement plongé dans un ressenti ego-centré, la forme de passion néanmoins la plus facile à rencontrer - un moment où on éprouve l'écart entre l'imaginaire et la réalité. Et c'est là qu'on change de forme de désir, où il se passe un truc chimique, qui transforme plus profondément que la passion "ignorante" (qui nous change, mais plus à la manière d'une ivresse).

Le non-dit c'est pas l'inconnu ou l'omis, ça peut être quelque chose qu'on n'encadre pas avec des mots.
S'abandonner à l'autre, et être dans la transparence ne se recoupent pas forcément. Ce qui est transparent, décrit à fond, ou demande à l'être peut aller contre le désir juste avec trop de mots et pas assez de présence (je parle de vécu, si yavait des doutes).
Si je suis très transparent, je peux ainsi limiter l'expérience (je désambiguïse de suite, ça ne donne pas par opposition de vertus à l'opacité et au mensonge), la surdéterminer. Tout en voulant tout déminer, j'ai créé un cadre où l'autre voit chaque frontière de ce qu'on partage avec lui. Que ce soit en explicitant mes ressorts psychologiques, mes différences avec l'autre, mes comportements favoris, je cartographie, je donne des clés, donc je met des portes, là où il y aurait peut être été plus riche d'expérimenter des passages.

La transparence est une recherche ou attente de sécurisation. Et évidemment qu'on ne se nourrit pas que de passions et de risques, et que sécuriser, éviter les malentendus conflictuels et les dissimulations les plus égoïstes, c'est plutôt sain. Et évidemment aussi qu'on peut avoir l'appétit d'un approfondissement avec l'autre.
Mais je crois que pousser l'honnêteté jusqu'à un échange transparent, c'est aussi laisser beaucoup de place à la peur d'un danger qu'on aurait pas vu arriver, et à nos propres fantasmes négatifs (jalousie, peur de l'abandon)... Et si cette peur a perpétuellement besoin d'être maitrisée, contrôlée par l'assurance de tout voir, la place du désir est elle même réduite, limitée à la place qu'on lui a donnée.

Je ferais donc une distinction entre transparence et honnêteté, car la première se concrétise par l'accès, même consenti, à tout détail qu'on jugera important, à une vue d'ensemble la plus complète, quand la seconde peut se jouer sur l'expression des intentions, nobles ou un peu moins nobles.
Avec la transparence, il y a un genre de promesse d'immédiateté de la résolution comme base de la confiance. Je crois que le temps du désir est plus long.
Avec l'honnêteté, j'ai l'impression qu'on est justement sur ce temps là, parce qu'on admet qu'il peut y avoir du mouvement affectif, mais que la cohérence de l'autre n'est pas vérifiable à la demande. Donc que le désir (ou le sentiment amoureux) ne sont pas suspendus à toutes les questions du jour.

De nouveau, je précise que j'ai mes propres soucis avec le besoin de tout préciser, d'être sûr-sûr de comprendre l'autre, la difficulté à laisser-faire... Donc là je cause pas en disant "j'ai tout vu, vous ne faites pas ce qu'il faut", mais en disant "dans ce domaine j'ai des contradictions et du boulot à faire, il se peut que ça fasse de l'écho chez d'autres".

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 28 juin 2015 à 23h58

Siestacorta
Mais je crois que pousser l'honnêteté jusqu'à un échange transparent, c'est aussi laisser beaucoup de place à la peur d'un danger qu'on aurait pas vu arriver, et à nos propres fantasmes négatifs (jalousie, peur de l'abandon)... Et si cette peur a perpétuellement besoin d'être maitrisée, contrôlée par l'assurance de tout voir, la place du désir est elle même réduite, limitée à la place qu'on lui a donnée.

je fais une grosse différence entre honnêteté et transparence.
Dans ma façon de penser les mots,
honnêteté résonne avec franchise, ne pas cacher/mentir
transparence résonne avec, exhibition sans limites, j'peux presque rajouter avec un zeste de voyeurisme réciproque.

J'ai utilisé le mot exhibition, car à trop abuser d'honnêteté (et oui moi aussi) je frôlais la transparence (pas loin de la correctionnelle :-D )
Dans tout ça on a oublié de parler de l'autre, il y a des gens qui ne veulent pas savoir, d'autres tout jusqu'aux détailles et des options multiples entre ces 2 extrêmes.

Je me suis rendue compte que si pendant un moment mon ours chéri vivait :-( mal la non-exclusivité, c'est grandement parceque j'lui parlais trop des mes autres chéris des sorties que je faisais avec etc avec le recule c'est vrai que j'en parlais beaucoup et vu de loin ça peut ressembler à de l'exhibition.

Si j'en parlais c'était aussi pour (dans l'idée) de le mettre dans le réel, lui rappeler ma liberté et de voir, sentir si il avait un problème avec ça.
Bin il a fini par en avoir un peu, des problémes avec ça... :-/

ça c'est calmé, on en a parlé donc ça va mieux, on a posé des limites de fréquence que je lui raconte que si c'est un truc importent, et qu'il me demande de répondre à des questions qu'il se pose au sujet d'autres relations. Et c'est le cas depuis il m'a demandé si j'ai vu un tel? ça va? etc (en bien veillant)

Je pense que le plus simple est de demander à l'autre ce qu'il veut savoir. Dit comme ça :-/ ça fait con mais on oublie un peu trop

Siestacorta
la place du désir est elle même réduite, limitée à la place qu'on lui a donnée.

Oui et on est libre de lui donner la place que l'on souhaite suivant les moments et les partenaires qui sont tous différents

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Dolcevita

le lundi 29 juin 2015 à 16h03

Transparence et Désir...
Je vis enfin cela pour la 1ère fois depuis une dizaine de jours ! J'ai en effet rencontré S, mon amoureux, lors d'un café-débat que j'animais, le sujet étant autour du polyamour, et tous les présents savaient que je suis polyamoureuse ou plutôt dans cet état d'esprit.
Désir passionnel dès le départ, MAIS...
Il a dit de suite, "je suis prêt à découvrir le polyamour, je ne suis pas jaloux... J'ai un secret ( il aime s'habiller en fille quand il est chez lui et il est bi comme moi..., et notre grande différence d'âge ne le gêne pas du tout, j'ai 23 ans de plus que lui)" J'ai énormément apprécié sa franchise car il a encore du mal à s'accepter tel qu'il est, et pour moi c'est presque un plus qu'il soit ainsi... Une fois ceci posé et accepté (ça a été très vite), le désir était je crois, encore plus fort...
Voilà mon témoignage, un vécu très simple et naturel, une belle histoire d'amour qui débute, on a des points communs et envie de partager ensemble plein d'autres choses en plus du sexe...

#

(compte clôturé)

le mercredi 01 juillet 2015 à 19h28

Bonsoir,

Mon petit témoignage va rentrer en résonance avec celui de Dolcevita, puisque c'est moi, le S. en question.
Je découvre en effet le polyamour, même si je pressentais cette façon de vivre les sentiments. J'ai juste enfin pu mettre un mot sur cela. Et oui, je constate que sur ce genre de relation, un minimum d'honnêteté, comme le précise Bodhicitta8, est nécessaire. Chose pas si facile tant la crainte de l'envie d'exclusivité de l'autre est forte. Pour moi, du moins.
La transparence, par contre, si elle n'est pas nécessaire, mais bienvenue. ce n'est pas de l’exhibitionnisme, car la transparence est passive (je ne cache pas!). Alors que le précédent terme est actif (je montre). Oui, je ne cache pas, je laisse l'autre voir, s'il veut voir.
Pour en revenir au polyamour, je ne cache pas que j'aime aussi d'autres femme, Dolcevita sait que j'ai des sentiments pour deux autres femmes, ni que certains hommes peuvent m'attirer. Je sais qu'elle peut avoir, elle aussi d'autres amoureu(ses)x. Si le sujet est abordé, on en parle, sinon, on le sait, et c'est déjà bien. Et si on ne veut pas en parler, on le sait, et c'est suffisant. On ne va pas plus loin, et c'est cela la transparence.
Pour répondre aussi à Siestacorta, La transparence implique aussi un objet, qui le soit. et comme toute transparence, on peut voir au travers, mais on ne voit pas tout. Tout n'est donc pas dit, visible. Certaines choses qu l'on voit peuvent être déformées aussi. La transparence n'est pas l'invisibilité ou l'absence. Il reste encore à découvrir.
Pour parler cru, avec un exemple très concret, lorsque je porte des collants transparents, certains gros défaut de peau sont visibles, mes jambes sont visibles, et pourtant, le grain de la peau disparaît, la pilosité fine est difficilement perceptible, et les petits défauts sont gommés. Il reste donc à découvrir. Beaucoup. Le désir peut toujours être présent. Il peut même être stimulé...

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 02 juillet 2015 à 22h39

bienvenu sur le forum chatfleuri,

chatfleuri
Et si on ne veut pas en parler, on le sait, et c'est suffisant. On ne va pas plus loin, et c'est cela la transparence.

:-/ reste à deffinir transparence, tout le monde ne l'entend pas de la même façon.

chatfleuri
ce n'est pas de l’exhibitionnisme, car la transparence est passive (je ne cache pas!).

C'est vrai que exhibitionnisme est un grand mot un peu fort pour le sens que je lui donnais.
Dans mon cas, j'ai pu avoir cette tendance car j'ai mal dosé le "je ne cache pas".

J'ai plusieurs chéri donc quand avec mon ours on se revoyait qu'on se racontait les derniers jours, je lui disais "bin j'ai vu un-tel" souvent je rajoutais méme ce qu'on avait fait ensemble (bon vite fait) ça surtout dans l'idée de dédramatiser et de lui montrer qu'on ne fait pas les mémes choses, des trucs qu'il n'aimerait pas, par exemple trainer en ville.
Vu que j'ai plusieurs chéris, pendant des périodes je lui parlais de ça presque à chaque fois qu'on se voyait.

Quand on a discuté après ces tensions il m'a dit qu'en fait en régle générale il ne préfére pas savoir quand je vois un autre cheri, donc sauf quand il me le demande ou veut savoir ce que je fais tel jour.
Là on rejoind ta premiére phrase que j'ai sité, mais on a du définir ensemble la transparence attendu, pour en arriver là

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 juillet 2015 à 23h58

Merci d'avoir répondu, bodhicitta8.
Ce que j'ai répondu, c'est ce que je ressent, mais à vrai dire, je ne sais pas comment je réagirai exactement: je n'ai qu'une seule amoureuse pour l'instant.
Elle-même est polyamoureuse. Je sais qu'elle a eu plusieurs relation par le passé, et même si pour l'instant elle n'a que moi, si un jour elle rencontre quelqu'un d'autre, ma seule question sera: "est-elle heureuse aussi avec lui ou avec elle?" Si la réponse est oui, alors pas de soucis, je ne serai pas jaloux, bien au contraire! tant qu'il y a une place aussi pour moi, ça me va.
Mais je sais que tout le monde ne réagit pas forcément ainsi, ton ours, par exemple... Peut-être que au fond de lui, il se sent concurrencé, mais saisi quand même qu'il est bien obligé d'accepter s'il veut te garder. je m'avance peut-être un peu trop dans ta vie privée, si c'est le cas, accepte mes excuses.
Si je rencontre une ou un autre partenaire, je ne lui cacherai pas l'existence de ma douce. Mais je demanderais cependant si cela la ou le gêne pour en tenir compte: je peux l'évoquer, ou je m'en abstient. La transparence s'arrêtera là. Je ne lui parlerai de ma douce que si il ou elle aborde le sujet. Cette ou ce partenaire devra cependant savoir que je ne ferai pas de choix entre ma douce et elle, ou lui! Mon cœur est assez grand pour tous!

#
Profil

Granita

le mercredi 08 juillet 2015 à 10h52

Bonjour à tous et toutes,

bodhicitta8

Quant à moi, depuis que j'ai des idées polyamoureuses je trouve ça plus facile de me laisser porter, entraîner par la vie, en sachant que je n'ai plus de limites pour suivre mes envies, les laisser évoluer d'elles mêmes, ainsi que mes limites. En étant franche et honnête avec moi méme d'abord, puis avec les autres je n'ai pas de mal à assumer et donc de vivre les choses en étant relaxe.

Oui c'est plus facile à certains moments et plus compliqué à d'autres, selon avec qui la relation s'établi. Dans le sens où ça ouvre les possibles avec certaines personnes (comme avec mon très Bel Amenn), mais ça peut en fermer, des possibles...
La transparence dans ce que l'on vit et/ou ce que l'on pense de nos relations et de nos vis amoureuses, peut créer des peurs, des incompréhensions... allant jusqu'aux jugements pouvant quelquefois aller jusqu'au conflit ou au non aboutissement d'une relation entamée et/ou existante.
De plus et comme dit plus haut, NOUS avons l'envie, le besoin de dire les choses, par aversion du mensonge, par honnêteté, par respect de l'autre ...etc..., mais quelquefois, on ne se soucie pas (ou ne savons pas) si la personne est "capable" ou simplement souhaite entendre ces mots.
Exemple : Je suis en "relation étroite" (vive les guillemets :-D), avec une personne qui ne connaît pas ses limites, qui n'identifie que difficilement ses émotions et les gère difficilement. Autrement dit et pour simplifier, il est supra hypersensible. Il me sait ouverte aux rencontres et trouve ça super. Mais se croit incapable d'avoir cette liberté. Jusqu'à présent, dès que je lui exposais en toute transparence, mes ressentis, ça créait chez lui des angoisses tellement fortes, qu'il me fuyait durant plusieurs semaines.
Alors que si je reste dans le "faire" c'est à dire de vivre les choses comme elles arrivent, sans poser de question, sans rien exprimer de ce que je vis sur le plan émotionnel, ça roule pour lui. Et moi je fais avec ;)

De même avec mon conjoint, je me rends compte que si je joue l'absolue transparence, il en souffre terriblement et ça créait des conflits découlants des peurs qu'il ressent ou des valeurs qu'il estime me voir mettre à mal.

Par conséquent, pour moi, la transparence dans ce que je vis et ce que je pense n'est pas forcément bonne à dire à tous.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion