Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Faut il avoir un coeur gros, très gros pour aimer comme les PA ?

Romantisme
#

(compte clôturé)

le vendredi 17 septembre 2010 à 20h48

Les PA ont ils un coeur plus gros que ceux qui ne sont pas PA ??

J'ai du coeur, mais de la a le donner a plusieurs je ne sais pas ? Je suis peut être trop centrée sur une seule personne ?

#
Profil

Apsophos

le samedi 18 septembre 2010 à 00h02

La "taille" du coeur (ou le nombre, pour les polycardes), c'est avant tout dans la tête.

#
Profil

Cavalier_de_pique

le samedi 18 septembre 2010 à 13h03

Bonjour Madeline

Je ne crois pas que l'on puisse dire que les polyamoureux aiment plus, ou mieux. Je ne crois pas non plus que leur amour soit différent. Il me semble que c'est surtout leur définition du bonheur et leur définition de l'être humain qui sont différentes (ou qui se modifient peu à peu) et qui les poussent essayer d'être heureux différemment.

Chaleureusement
Laurent

#
Profil

titane

le dimanche 19 septembre 2010 à 07h18

Je crois que la grosseur du cœur est un effet d'optique. Aimer au pluriel serait de libérer son cœur... Pas le rendre plus gros! Se serait aussi accepter que sa conscience se mette au service de son inconscient et pas l'inverse.

Je ne pense pas que ce soit une question de définition. Au fond de nous nous éprouvons sensiblement le même amour, si toutefois on peut le qualifier.

Question de courage personnel, de confiance et de liberté. Je crois.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 19 septembre 2010 à 14h05

Cavalier_de_pique
Bonjour Madeline Je ne crois pas que l'on puisse dire que les polyamoureux aiment plus, ou mieux. Je ne crois pas non plus que leur amour soit différent. Il me semble que c'est surtout leur définition du bonheur et leur définition de l'être humain qui sont différentes (ou qui se modifient peu à peu) et qui les poussent essayer d'être heureux différemment. Chaleureusement
Laurent

Bonjour cavalier,

Je rejoint totalement ton expression .... aimer mieux parce qu'ils sont polyamoureux je ne pense pas. ....Par contre aimer différemment chaque personne avec laquelle ils entretiennent une relation pour moi c'est indubitable. On ne peut pas aimer de la même façon chaque individu car chacun est différent .... Moralité le coeur est gros mais chacun prend plus ou moins une place dans celui-ci.
C'est ma conviction.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 19 septembre 2010 à 17h22

madeline59
chacun prend plus ou moins une place dans celui-ci.

Ca me semble un non-sens...
Le coeur n'est pas comme un lieu physique qui disposerait d'une "place" limitée.

C'est peut-être pour cela que c'est difficile à expliquer, mais pour moi chaque être que j'aime (amoureux, ami(e), membre de ma famille etc.) occupe un espace à lui (si l'on veut poursuivre l'image que tu emploies).
Un espace qui est indépendant des autres, qui coexiste en parallèle, et qui ne sera jamais occupé par quelqu'un d'autre : on ne remplace pas quelqu'un qu'on aime. Si la personne disparaît...l'espace est toujours là. Il n'était là que pour elle.

En gros, l'arrivée d'une nouvelle personne dans ma vie crée "l'espace" nécessaire dans mon coeur ; et il n'y a pas de limitation.

#
Profil

Pulsar

le dimanche 19 septembre 2010 à 19h46

LuLutine
on ne remplace pas quelqu'un qu'on aime. Si la personne disparaît...l'espace est toujours là. Il n'était là que pour elle. En gros, l'arrivée d'une nouvelle personne dans ma vie crée "l'espace" nécessaire dans mon coeur ; et il n'y a pas de limitation.

J'aime beaucoup ta "définition" LuLutine.:-)

Je ne peux guère répondre à l'interrogation de Madeline car je n'ai pas encore eu plusieurs amoureux en même temps mais je crois que, comme le définit Lulutine, mon coeur s'aggrandirait pour faire de la place à chacun.

Bisous à mon JHGrenoblois <3

#
Profil

Delicieux

le dimanche 19 septembre 2010 à 20h19

Bonjour,

Je suis nouveau et cherche ma voie mais si je suis arrivé jusqu'ici, c'est que j'ai découvert que l'amour est un sentiment extensible. Je l'avais déjà appris lors de chaque naissance de mes enfants, un vrai miracle du cerveau. Depuis peu,je me débat dans une relation adultère que je n'accepte pas comme telle car je pense que c'est beaucoup plus que cela, mais bref, je dévie... J'ai donc découvert qu'en tombant amoureux d'une autre,mon amour pour ma femme n'a pas faibli, au contraire, je l'ai ravivé. Et ce sont deux amours qui coéxistent. La pensée humaine n'a que les limites qu'on lui donne, l'amour aussi.

#
Profil

tentacara

le dimanche 19 septembre 2010 à 21h54

Pour ma part, j'ignore si j'ai le coeur plus gros ou mieux fait, en revanche, j'ai un super agenda!
Pour moi, la principale qualité du PA, c'est l'organistation : Je passe en moyenne 3 jours avec chacun de mes amoureux (pas forcément consécutifs) et 1 avec ma chérie par semaine.
Mes collègues m'appellent la tortue à force de me voir me promener avec mon sac sur le dos à chaque changement de base.
Je suis pas à plaindre, hein! Mais une solide organisation, les nerfs solides et une bonne résistance aux transports en commun, c'est indispensable!

#
Profil

Dreltak

le lundi 20 septembre 2010 à 09h47

titane
Je crois que la grosseur du cœur est un effet d'optique. Aimer au pluriel serait de libérer son cœur... Pas le rendre plus gros !

Là je coche sans problème

Se serait aussi accepter que sa conscience se mette au service de son inconscient et pas l'inverse.

En partant du principe que l'amour paternel, maternel, de couple, et même le polyamour (...) sont des constructions sociales, ces relations sentimentales ont donc plus a faire dans la partie consciente qu'inconsciente du cerveau (faudrait déjà qu'on me définisse - preuve a l'appui- cette dernière et son importance qui plus est).

Le sentiment en lui même, au delà de la définition, de l'étiquette et de la construction, n'est ni conscient ni inconscient, il existe envers l'objet du sentiment.... ou pas.

Il reste donc, a mon humble avis, que mettre sa conscience au service de son inconscient reviendrais a mettre sa logique au service de sa sexualité. Je serais plutôt d'avis que les deux se foutent royalement la paix, vus qu'elles ne parlent définitivement pas le même langage.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Drya

le lundi 20 septembre 2010 à 10h26

Delicieux
Bonjour,

Je suis nouveau et cherche ma voie mais si je suis arrivé jusqu'ici, c'est que j'ai découvert que l'amour est un sentiment extensible. Je l'avais déjà appris lors de chaque naissance de mes enfants, un vrai miracle du cerveau. Depuis peu,je me débat dans une relation adultère que je n'accepte pas comme telle car je pense que c'est beaucoup plus que cela, mais bref, je dévie... J'ai donc découvert qu'en tombant amoureux d'une autre,mon amour pour ma femme n'a pas faibli, au contraire, je l'ai ravivé. Et ce sont deux amours qui coéxistent. La pensée humaine n'a que les limites qu'on lui donne, l'amour aussi.

Bienvenue, et je dois dire que je rejoins clairement ta formulation des choses.

Dreltak
Il reste donc, a mon humble avis, que mettre sa conscience au service de son inconscient reviendrais a mettre sa logique au service de sa sexualité. Je serais plutôt d'avis que les deux se foutent royalement la paix, vus qu'elles ne parlent définitivement pas le même langage.

Pour moi, justement, si, ils parlent le même langage, ou plutôt, ils se complètent: la sexualité est le prolongement d'une affection (amour, amitié ou autre type d'attirance), et l'inconscient n'est pas seulement une question sexuelle.

Question simple: pourquoi le sentiment d'amour nous conduit généralement au besoin de contact physique, de fusion, d'envie sexuelle pour CETTE personne? (rayez les mentions inutiles, mais globalement: amour->sexe - L'inverse peut être vrai aussi, mais là je ne parle que de ce sens-là.)

En fait, il est assez clair que notre côté conscient se méfie de notre inconscient et on passe son temps à essayer de corriger les écarts de conduite de notre inconscient pour qu'il obéisse aux principes qu'on s'est donnés, ou bien à les interpréter pour les faire correspondre à nos principes - il est clair qu'on se conditionne soi-même. Aussi parce que la conscience a pour elle plutôt l'imagination du futur (conséquences des actes notamment), et l'inconscient plutôt la mémoire (même si on essaye consciemment de ne pas en tenir compte ou au contrairement d'en tenir compte, ça sera une réflexion et non pas une réaction spontanée).
Le but étant d'écouter les deux pour savoir où est la voie où on se sent cohérent avec soi-même, globalement.

Bon, c'est pas forcément clair comme propos, mais c'est un peu les réflexions que j'ai depuis des années.

#
Profil

Drya

le lundi 20 septembre 2010 à 10h40

Pour répondre plus précisément au sujet du fil: tout dépend ce qu'on appelle "gros". Certaines personnes sont plus anthropophiles que d'autres, c'est un fait, mais les principes selon lesquels est régie la société où on grandit et on vit nous amène à organiser nos sentiments de telle ou telle manière. En avoir conscience permet déjà d'y voir plus clair. En somme, c'est plus une question "d'angle de vue" que de "capacité".

La capacité intervient dans la dimension "espace-temps": comme le dit Tantacara, on a qu'un temps défini de disponible: plusieurs facteurs entrent en compte et le "loin des yeux, loin du coeur" joue son rôle, comme le fait que les gens avec qui le "feeling" se crée ne sont pas une majorité, etc. Mais être très proche de plusieurs personnes, au bout d'un moment, le nombre est assez limité.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 20 septembre 2010 à 10h58

Dreltak

Il reste donc, a mon humble avis, que mettre sa conscience au service de son inconscient reviendrait a mettre sa logique au service de sa sexualité.

Je crois que qu'il faut recourir aux (très) différentes trinités conscient/ inconscient/ subconscient et moi/ ça / surmoi, pour ne pas trop compartimenter logique et sexualité.
Le conscient n'est pas dépourvu de vie sexuelle, le ça peut agir avec logique.

Quand à l'absence de preuves sur l'Inconscient... Même si le mot a changé de définition depuis Freud, la réalité d'un inconscient est de moins en moins scientifiquement constestée :

www2.cnrs.fr/presse/journal/2720.htm

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LittleJohn

le lundi 20 septembre 2010 à 11h26

Siestacorta

Quand à l'absence de preuves sur l'Inconscient... Même si le mot a changé de définition depuis Freud, la réalité d'un inconscient est de moins en moins scientifiquement constestée :

www2.cnrs.fr/presse/journal/2720.htm

Merci pour cette lecture (+)

#

(compte clôturé)

le mardi 21 septembre 2010 à 21h08

LuLutine
Ca me semble un non-sens...
Le coeur n'est pas comme un lieu physique qui disposerait d'une "place" limitée. C'est peut-être pour cela que c'est difficile à expliquer, mais pour moi chaque être que j'aime (amoureux, ami(e), membre de ma famille etc.) occupe un espace à lui (si l'on veut poursuivre l'image que tu emploies).
Un espace qui est indépendant des autres, qui coexiste en parallèle, et qui ne sera jamais occupé par quelqu'un d'autre : on ne remplace pas quelqu'un qu'on aime. Si la personne disparaît...l'espace est toujours là. Il n'était là que pour elle. En gros, l'arrivée d'une nouvelle personne dans ma vie crée "l'espace" nécessaire dans mon coeur ; et il n'y a pas de limitation.

Merci pour ta réponse lulutine.... En fait avoir le coeur gros c'etais dans mon esprit plutôt imagé.... je sous entendais plutot dans le sens des sentiments, aimer différemment puisque chacun est différent.
un bel exemple : J'aime mes enfants mais chacun différemment, pas dans le sens en quantité ni en qualité.... difficile de vous l'expliquer je les aiment tout autant mais différemment ai je été plus clair ?
Voila ce que je voudrais comprendre dans le PA ? Sentiment différent, pour chacun de vos partenaires?
PLUS GROS PLUS DE PLACE...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 22 septembre 2010 à 15h49

Aimer en "double" pour moi, je rejoins Titane, c'est bien aimer "à plein coeur" ou "en pleine conscience" (ces deux notions ne sont d'ailleurs pas distinctes en philosophie orientale): c'est donc un acte de liberté radical mais d'une radicalité douce.
Plutot qu'un gros coeur, j'oserai une expression du genre: aimer le "coeur conscient", conscient de ses possibilités, sans obligation ni devoir ni limites a priori, mais en acceptant la vie la suspension et la mort des sentiments, émotions, etats d'ame, fantasmes qui le secouent plus ou moins violemment.
Reconnaitre ce materiau, le conscientiser est pour moi une voie possible de la sagesse, de la santé et au delà, de l'accueil serein des moments de bonheur.

#
Profil

titane

le jeudi 23 septembre 2010 à 19h42

oui j'aime bien aussi... je parle souvent d'aimer avec lucidité... la lucidité étant bien utlie à sa liberté... lucidité, conscience... ce que je préfère dans lucidité c'est qu'elle peut faire référence à l'inconscient... une lucidité insconciente pourrait prendre la forme d'une intuition...

d'un "art d'aimer".. et non d'un "savoir d'aimer"

#

(compte clôturé)

le jeudi 23 septembre 2010 à 20h22

Je completerai logiquement et avec un soupçon d'ironie que ce ne sont pas les poly qui ont un gros coeur mais que les coeurs des monos seraient peut etre comme des coeurs "endormis" la plupart du temps et parfois même me semble-t-il carrément dans un coma plus moins profond, une compulsion de battement qui imite la vraie vie mais avec un encéphalogramme trop plat pour etre appelé "vie".

#
Profil

titane

le jeudi 23 septembre 2010 à 21h35

je crois aussi qu'on peut aimer au pluriel juste avec des miettes ou de la poudre (au coeur)... les multi n'aiment pas "mieux" ou "plus"...

je ne sais comment on pourrait "mesurer" l'amour si toutefois cela nous serait d'une quelconque utilité...

c'est comme l'art justement... il n'y a rien de "quantitatif" dans l'art... que du "beau" ... une "esthétique" subjective qui nous échappe et qui pourtant nous émeut...

#
Profil

Drya

le vendredi 24 septembre 2010 à 10h18

tigreblanc
Je completerai logiquement et avec un soupçon d'ironie que ce ne sont pas les poly qui ont un gros coeur mais que les coeurs des monos seraient peut etre comme des coeurs "endormis" la plupart du temps et parfois même me semble-t-il carrément dans un coma plus moins profond, une compulsion de battement qui imite la vraie vie mais avec un encéphalogramme trop plat pour etre appelé "vie".

C'est assez vrai!
Mais l'amour se réveille de toute façon assez souvent et assez fort pour constater un nombre énorme de conflits de couples et de divorces autour de ce thème...
On revient un peu au système du désir dont parlait Rosalie : le PA semble entretenir l'amour autant que la libido ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion