Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Parce que dans "polyamour" il y a aussi le mot "amour"... :)

(Hors sujet)
#
Profil

Gin

le lundi 03 mai 2010 à 12h10

;-)

#
Profil

Drya

le lundi 03 mai 2010 à 12h17

Oh VOUIIIII ! <3

#
Profil

Capucin

le mardi 04 mai 2010 à 19h21

Qui peut me dire ce que c'est que "l'amour" ???

#
Profil

Drya

le mardi 04 mai 2010 à 19h28

La question est ouverte depuis que l'homme est conscient je pense...

#
Profil

kerdekel

le mardi 04 mai 2010 à 19h38

Oui.
Ok.
Super.
Donc?

#
Profil

ERIC_48

le mardi 04 mai 2010 à 23h59

Il me semble que le problème que peuvent ressentir certains nouveaux, c'est que tout le monde n'aime pas tout le monde ici, ou alors pas en permanence.

Inconsciemment, on peut croire que c'est écrit dans le titre, à cause justement du mot "amour" inclus dans polyamour, et du mot "poly" qui semble dire "tous ceux qu'on veut".

Plutôt que d'insister sur les divergences, il serait peut-être possible d'insister sur les convergences. Mais le hic, c'est qu'un site de discussion, par principe, n'est utile que s'il y a un minimum de divergences.

Par suite, je pense que l'on trouve ici, des divergences qui n'existent peut-être pas dans la vraie vie (ou du moins pas si criantes), si bien que non seulement il n'y a pas d'amour universel ici, mais c'est peut-être même un concentré de divergences entre des gens qui ont le même point de vue.

Il y a quand même de quoi surprendre tout nouveau qui viendrait relax en pensant avoir enfin trouvé, par le biais du site, des gens qui vivent l'amour sans entrave. Car dans polyamour, il y a de façon masqué "amour sans entrave" il me semble.

Les désaccords peuvent êtres vus comme des entraves à l'amour, dans l'esprit de "Quand il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir".

Un nouveau souhaitant s'intégrer pour vivre enfin la vie qu'il espère, peut passer par un stade de déception à la hauteur de son espoir. Surtout si cet espoir provient du désespoir qui règne à l'extérieur.

S'il est vrai que l'on n'est pas traité "d'anormal" ici, il n'en reste pas moins que ce n'est pas un coin très relax, et qu'il y a de la gène, et donc finalement pas autant de plaisir que certains peuvent en attendre.

Faut-il y faire quelque chose, adoucir un peu le ton, je pense que oui, mais c'est vrai, je l'avoue, que ça se discute.

Supposons que ça reste comme ça.

Alors, il manque quelque chose qu'il faudrait ajouter. Quelque chose qui masquerait par moment les divergences et amplifierait les convergences, histoire quand même de ne pas vivre que des divergences.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 05 mai 2010 à 00h27

et dix verges anse, ça fait beaucoup.
(non rien rien désolé)

#
Profil

Gin

le jeudi 06 mai 2010 à 01h17

Siestacorta
et dix verges anse, ça fait beaucoup.

quand on aime on ne compte pas... ;-)

#
Profil

Gin

le jeudi 06 mai 2010 à 01h53

Capucin
Qui peut me dire ce que c'est que "l'amour" ?? ?

Bonne question, bravo... :-/

Alors, pour moi, l’amour c’est l’énergie universelle qui nous anime et nous unit.

(oui, j’ai un côté hippie attardée…)

Ainsi, moi, j’aime tout le monde, inconditionnellement, j’y peux rien, c’est comme ça.

(et puis ça va bien avec mon métier…)

Bon, certes, parfois certaines personnes me donnent l’occasion d’expérimenter des sentiments moins sereins, pas trop « bleu clair », ni même « rose tendre ».

Et puis d’autres personnes me donnent envie de développer et partager une intimité sexuelle et/ou amicale.

Quoiqu’il en soit, l’amour est le truc auquel je peux me reconnecter quand je sens que j’ai besoin de créer de l’harmonie, y compris au sein d'une relation intime sexuelle/amicale.

J’ai connu cet amour là, sous ce sens là, bien avant de connaître l’amour « sexuel »… pas vous ?

Et c’est je crois cet amour là qui m’a donné le droit à 13 ans d’avoir le béguin à la fois pour mon petit voisin de classe et pour un copain de mon grand frère...

L’amour n’a pas de limites…
Les relations sexuelles en ont plus facilement.

...et toi t'en penses quoi Capucin ?
tu poses la question mais tu dois bien avoir une idée aussi...

#
Profil

Gin

le jeudi 06 mai 2010 à 02h02

ERIC_48
Il me semble que le problème que peuvent ressentir certains nouveaux, c'est que tout le monde n'aime pas tout le monde ici, ou alors pas en permanence.

Inconsciemment, on peut croire que c'est écrit dans le titre, à cause justement du mot "amour" inclus dans polyamour, et du mot "poly" qui semble dire "tous ceux qu'on veut".

Plutôt que d'insister sur les divergences, il serait peut-être possible d'insister sur les convergences. Mais le hic, c'est qu'un site de discussion, par principe, n'est utile que s'il y a un minimum de divergences.

Par suite, je pense que l'on trouve ici, des divergences qui n'existent peut-être pas dans la vraie vie (ou du moins pas si criantes), si bien que non seulement il n'y a pas d'amour universel ici, mais c'est peut-être même un concentré de divergences entre des gens qui ont le même point de vue.

Il y a quand même de quoi surprendre tout nouveau qui viendrait relax en pensant avoir enfin trouvé, par le biais du site, des gens qui vivent l'amour sans entrave. Car dans polyamour, il y a de façon masqué "amour sans entrave" il me semble.

Les désaccords peuvent êtres vus comme des entraves à l'amour, dans l'esprit de "Quand il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir".

Un nouveau souhaitant s'intégrer pour vivre enfin la vie qu'il espère, peut passer par un stade de déception à la hauteur de son espoir. Surtout si cet espoir provient du désespoir qui règne à l'extérieur.

S'il est vrai que l'on n'est pas traité "d'anormal" ici, il n'en reste pas moins que ce n'est pas un coin très relax, et qu'il y a de la gène, et donc finalement pas autant de plaisir que certains peuvent en attendre.

Faut-il y faire quelque chose, adoucir un peu le ton, je pense que oui, mais c'est vrai, je l'avoue, que ça se discute.

Supposons que ça reste comme ça.

Alors, il manque quelque chose qu'il faudrait ajouter. Quelque chose qui masquerait par moment les divergences et amplifierait les convergences, histoire quand même de ne pas vivre que des divergences.

Message modifié par son auteur hier à 0h.

Le polyamour, c'est aussi pouvoir reconnaitre l'autre (les autres) dans son entièreté, le respecter, tout ça, tout ça... c'est aussi avoir soi-même dépassé certaines peurs...

C'est aussi poly et vivant, le polyamour, et le site le prouve, et c'est bien.

Pis y parait que même le Dalai Lama une fois il avait les boules contre les chinois...

#

(compte clôturé)

le jeudi 06 mai 2010 à 08h05

Boules chinoises? 0_0

#
Profil

Capucin

le jeudi 06 mai 2010 à 10h45

Gin
Je suis entièrement d'accord avec toi ,mais je ne sais pas l'exprimer aussi bien que toi...

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 07 mai 2010 à 01h00

En fait, personnellement, je ne situe pas la discussion tout à fait à l'endroit ou vous la situez.

Bien sûr que respecter les autres, s'insérer dans la société en s'y adaptant, c'est une solution.

Il me semble juste qu'il y a une erreur d'analyse, ou du moins, une analyse incomplète de la question.

Il est bien connu que l'être humain a ceci de particulier qu'il s'adapte d'une façon originale à son environnement par rapport au monde animal et végétal. Et cette façon originale consiste à quasiment toujours façonner son environnement au lieu de s'y adapter. Autrement dit, le fait qu'il adapte l'environnement à lui-même (en partie seulement, bien sûr) est quasiment sa seule façon de s'adapter à son environnement. Il n'a quasiment que son cerveau pour s'adapter, donc il est bien obligé de s'en servir, et le résultat est qu'il s'adapte en adaptant.

Sur le terrain social, y compris sur le terrain amoureux, il me semble que c'est un peu la même chose.

Dire que s'adapter aux autres est la seule façon d'aborder l'amour, consiste tout simplement à regarder le monde par un tout petit trou de serrure.

Vous avez trouvé la solution de comprendre et d'échanger avec l'environnement existant, fusse t-il hostile, et vous faites tout simplement une croix sur la solution qui consiste à modifier votre environnement, pour le rendre plus doux.

Et quand vous tombez sur quelqu'un comme moi, vous le prenez pour quelqu'un qui ne sait pas s'adapter à son environnement. Excusez moi, mais l'os, il est là.

Dans polyamour, il y a "amour", mais dans "amour" il n'y a pas que "s'adapter".

On peut aussi y mettre son moi, construire des choses, marquer l'humanité de notre empreinte, et pas obligatoirement maintenir les choses en l'état.

Certes, on peut maintenir les choses en l'état, mais de là à dire que ceux qui veulent faire bouger les choses sont incapables de s'adapter à leurs congénères, c'est soit manquer de culture, ce qui ne me parait pas le cas, soit le faire exprès pour que rien ne change ce qui peut être parano de ma part, soit ne pas avoir travaillé la question comme elle le mériterait.

Je penche pour la dernière hypothèse, car celui qui est performant dans un domaine n'a pas envie de devenir un débutant dans le même domaine, juste parce que quelqu'un d'autre voit le problème sous un autre angle.

Je dirais que vous manquez de positivisme par excès de réussite et par peur d'avoir à ré-examiner la question en repartant sur une autre voie depuis le début.

Si l'on considère que je ne propose pas de ré-examiner la question, ni même de lui trouver une solution alternative, mais seulement de chercher une seconde solution qui ne supprime pas la première, parce que j'ai l'intuition que cette seconde solution apporte des choses agréables que l'on ne peut pas trouver dans la première, on s'aperçoit assez vite qu'il n'y a pas péril en la demeure, et pas lieu non plus de s'acharner à toujours répéter que vivre en l'état est la seule solution intéressante ici.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Gin

le vendredi 07 mai 2010 à 01h19

le premier qui dit qu'y'a qu'une seule solution j'y pète la gueule !!

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 07 mai 2010 à 10h00

Pourquoi pas sur tout un côté "marquer de son empreinte". C'est une voie. Ca me rappelle un peu l'admiration des auteurs romantiques pour Napoléon, le côté "un homme peut changer le monde".
Oui, je suppose que tu en demandes pas tant en proportions !

Par contre, dans "adapter l'environnement" (même si je comprend bien que l'idée que tu met en avant c'est l'attitude volontaire, et qu'en soi ça a du sens), il y a une petite confusion à pointer.
Les autres, notre environnement social ou affectif, ne sont pas de même nature que l'environnement tout court.
Ou l'homme et son environnement, c'est très différent de "un homme et son environnement affectif".
Dans le second cas, il s'agit de l'entourage, de personnes.
Adapter la nature en cultivant ses fruits, ça ne relève pas du même fonctionnement que modifier son environnement amoureux, c'est à dire modifier son entourage.

L'homme est bien un animal qui crée des outil, qui cultive et construit. Un animal de culture. Mais c'est aussi un animal social, il vit avec les autres (enfin, il essaie...), dans un échange sophistiqué de liens et de satisfactions mutuelle. Et c'est là qu'on commence à parler plus d'éthique que de taxinomie...

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 07 mai 2010 à 12h42

Gin
le premier qui dit qu'y'a qu'une seule solution j'y pète la gueule ! !

t'y li pète la gueule avec amour, alors ?
Je ne savais pas que ça faisait partie des solutions possibles.
Je vais essayer, tiens !
Suite au prochain épisode, si je n'en meurt pas !

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 07 mai 2010 à 12h44

Siestacorta
Pourquoi pas sur tout un côté "marquer de son empreinte". C'est une voie. Ca me rappelle un peu l'admiration des auteurs romantiques pour Napoléon, le côté "un homme peut changer le monde".

Oui, je suppose que tu en demandes pas tant en proportions !

J'ai bien rigolé, là.
En fait, changer le monde, moi je veux bien, c'est plutôt sur la méthode pour changer le monde que je ne demande pas tant de dégâts, même en proportion.

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 07 mai 2010 à 12h55

Siestacorta
Les autres, notre environnement social ou affectif, ne sont pas de même nature que l'environnement tout court.

Ou l'homme et son environnement, c'est très différent de "un homme et son environnement affectif".

Dans le second cas, il s'agit de l'entourage, de personnes.

Adapter la nature en cultivant ses fruits, ça ne relève pas du même fonctionnement que modifier son environnement amoureux, c'est à dire modifier son entourage.

L'homme est bien un animal qui crée des outil, qui cultive et construit. Un animal de culture. Mais c'est aussi un animal social, il vit avec les autres (enfin, il essaie...), dans un échange sophistiqué de liens et de satisfactions mutuelle. Et c'est là qu'on commence à parler plus d'éthique que de taxinomie...

Et là j'ai bien pleuré.
Faut tout t'expliquer, alors j'explique tout, pour toi, mais aussi pour les autres, au cas ou.

Voilà, c'est vrai que j'ai une tendance à modifier les autres, et en particulier ma copine. Je le fait non seulement pour moi, mais aussi pour elle, et elle ne s'en plaint pas, mais passons sur ce sujet, et parlons de celui qui m'intéresse ici.

D'une part je sais faire plein d'autres choses, et d'autre part, ce n'est pas ce que je proposait ici.

Me résumer à quelqu'un qui cherche à modifier les autres, c'est faire une simplification abusive.

Ce que je propose là, dans le sens "modifier son environnement" n'est pas en rapport avec "modifier les gens", mais les choisir, comme on choisirait des pierres pour construire une maison.

Ce simple choix, qui ne modifie personne, permet de modifier son propre environnement.

Enfin, modifier personne, pas tout à fait. Il faut quand-même se modifier suffisamment (que ce soit sous mon influence ou non) pour voir dans cette vulgaire technique, un chemin vers le rêve.

Donc l'éthique la dedans.
Est ce que le fait de lutter contre votre stéréotype qui voudrait imposer l'idée selon laquelle la vie de groupe est un enfer, est une lutte anti-éthique ?

#
Profil

Flouzy

le vendredi 07 mai 2010 à 12h59

ERIC_48
Il me semble que le problème que peuvent ressentir certains nouveaux, c'est que tout le monde n'aime pas tout le monde ici, ou alors pas en permanence.
(...)
Il y a quand même de quoi surprendre tout nouveau qui viendrait relax en pensant avoir enfin trouvé, par le biais du site, des gens qui vivent l'amour sans entrave. Car dans polyamour, il y a de façon masqué "amour sans entrave" il me semble.

Petit nouveau, je me permets de répondre pour ma propre personne :
Pour moi, une des différences principales entre le libertinage et le polyamour est justement cet amour : le fait de reconnaître qu'on a des inclinaisons plus fortes vers certaines personnes, et l'envie d'avoir plus d'intimité avec ces personnes.
Donc, intégrer ce groupe, ne signifie pas qu'on va rejoindre un joli groupe hyppie se mêlant joyeusement au grès des vents (nombreux ces derniers jours). Je reprends aussi une remarque d'Insognare (si ma mémoire est bonne ) sur le forum d'un kiss'in à Paris, disant qu'elle avait mal d'avance pour les rateaux qu'elle risquait de distribuer....
Par contre, on retrouve plus facilement dans ce groupe (et, je pense, dans les lieux libertins) l'amour dans le sens presque religieux d'amour du prochain, de respect de la différence.

Pour moi, le polyamour est simplement une disposition d'esprit qui autorise chacun à avoir des inclinaisons, des envies d'intimité avec une ou plusieurs personne. C'est aimer tellement sa compagne de vie, qu'on peut l'autoriser à voir d'autres personnes sans pour autant vouloir la jeter.
C'est juste une vision plus positive de voir la vie...

#
Profil

Drya

le vendredi 07 mai 2010 à 13h16

(+) Flouzy !
@Eric: on m'a dit un jour qu'on "cherche souvent à jouer aux échecs pour essayer d'apprendre le tango" - il y a nombre d'interprétations possibles (je sais plus qui est l'auteur au passage), mais l'une d'elle pourrait être qu'on cherche toujours à se positionner et amener l'autre à se positionner en usant de stratégie, plutôt que se mettre à l'écoute l'un de l'autre pour vivre en harmonie. Moi je l'interprète (entre autres) dans le sens où la meilleure stratégie c'est de faire confiance à notre volonté commune de vivre en harmonie pour trouver naturellement "comment". Mais je me répète :/

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion