Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Paradoxe

Bases
#
Profil

Grigri

le vendredi 02 avril 2010 à 11h55

Je me sens perdu et perplexe par rapport à l'avenir et j'ai envie de vous faire part de mon vécu pour entendre des réactions extérieures.

Je suis personnellement convaincu par le polyamour, qu'on puisse aimer plusieurs personnes que chaque amour apporte quelquechose de différent (même si mon épouse est mon unique amour.)

Depuis bien longtemps, mon épouse aime un autre homme, elle nous aime tous les 2. Je suis au courant de cette relation et nous en avons souvent parlé ensemble. Nous avons aussi parlé de polyamour. Pendant toutes ces années, elle n'a jamais eu le courage de m'avouer qu'elle avait des relations intimes avec cet autre homme. Alors même que j'abordais la question franchement, elle a toujours préféré nier, elle a toujours préféré l'option de la tromperie.

Il y a de cela 3 semaines, je les ai découverts en train de s'embrasser, elle a décidé de finallement tout me raconter. Cet homme est aussi un de mes meilleurs amis, avec lui j'ai aussi abordé souvent la relation particulière qu'il entretenait avec ma femme, il est toujours resté dans le déni.

Nous avons longuement discutés.

Je suis partagé.

D'un coté, la fureur lié à cette trahison. De l'autre l'amour pour ma femme. Un amour fondé sur des années d'harmonie au quotidien.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 avril 2010 à 12h11

Bienvenue....

1000 félicitations pour la bonne initiative de venir te confier ici.

Je vais dire une banalité énorme, mais le cliché a une part de réalité : un grand amour vient à bout des obstacles et des paradoxes.

Le polyamour est basé sur l'honnêteté... Plusieurs histoires qu'on vit de façon "transparente". Donc, je voudrais t'assurer que la plupart d'entre nous verrons ton sentiment de "trahison" comme parfaitement logique.
Maintenant, puisque tu aimes encore ta femme, cette trahison peut être dépassée. Pas forcément pardonnée, pas tout de suite... la douleur, on ne peut pas lui dire "va-t'en".

Il faut effectivement que tu fasses le point sur ton ressenti, pour que les échanges avec ta femme soient constructifs.

Quand tu dis que tu es perplexe face à l'avenir : tu as peur que ta femme parte, ou tu penses que cette configuration ne serait pas tenable ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 12h14

Bonjour,
Votre fureur ne vient pas de l'autre amour de votre femme, puisque vous étiez au courant de cette relation et que vous êtes convaincu qu'on peut aimer plusieurs personnes. La fureur vient du mensonge, de ce que votre femme et votre ami ont nié l'évidence, à savoir leur intimité physique. Elle n'osait pas le dire, sans doute parce qu'elle culpabilisait, puisque tout dans la société vous incite à penser que c'est très mal d'aimer au pluriel. Objectivement, la situation est meilleure aujourd'hui qu'hier. Sur le plan des faits, rien de changé: vous l'aimez, elle vous aime, elle en aime un autre et tout ceci, vous le saviez. La nouveauté est qu'elle ne vous ment plus, donc qu'elle se sent assez en confiance à présent pour vous en parler, et vous assez fort pour pouvoir discuter de tout ceci avec elle et avec votre ami commun. Parce que finalement, cet homme qu'elle aime est aussi un de vos amis, c'est un point commun entre vous!
Tout ne va pas être facile, car on ne change pas d'équilibre sans traverser une période de crise, mais vous avez l'air bien armé pour en sortir en meilleur état, et avec une ouverture et une harmonie commune plus grande. Bravo et bon courage! Je vous souhaite aussi de belles amours...

#
Profil

Grigri

le vendredi 02 avril 2010 à 12h47

Siestacorta
Quand tu dis que tu es perplexe face à l'avenir : tu as peur que ta femme parte, ou tu penses que cette configuration ne serait pas tenable ?

Je n'ai aucune crainte par rapport au départ de ma femme. Il est clair pour elle que nous sommes les hommes de sa vie. Elle s'est construite une vie parfaite, un amour à la maison (moi), une autre au bureau(son associé, mon ami). une intimité physique à la maison, une autre au bureau.

Pour que cette relation à 3 puisse exister dans l'harmonie, il faut que chacun joue la transparence, la sincérité. Après des années de mensonges, j'ai un peu de mal à concevoir que mon ami soit capable de cette sincérité.. J'ai peur qu'il ne soit emprisonné dans les schémas classiques de son éducation(monogamie/tromperie)

Je n'ai pas envie d'être à nouveau "dupé".

Mon ami m'effraie, pendant ces dernières semaines, il a poursuivit mon épouse avec des idées du type "nous devrions vivre ensemble". Il ne comprend pas ce qu'est notre couple, il ne comprend pas la place qu'il occupe dans la vie de ma femme, qu 'il est une composante et qu 'il ne sera jamais l'unique composante.

Françoise, je partage votre analyse, la fureur vient du mensonge. Il n'en est pas moins vrai que ce sentiment de fureur, je ne sais pas trop quoi en faire.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 12h49

Bonjour Grigri, bienvenue.

Je nuance l'avis précédent: ta femme ne t'en a pas parlé parce qu'elle se sentait en confiance, mais parce qu'elle a été surprise. La différence est de taille, d'autant plus à cause de ce que tu dis de l'harmonie de ton ménage.

Maintenant, je te propose deux axes de réflexion: si cet homme est ton meilleur ami, la trahison étant double, je pense que c'est à trois que vous devriez régler ça; surtout si tu sentais et pouvais observer ce qui les relie depuis longtemps.

Deuxièmement, dans quel sentiment étais-tu quand tu leur posais des questions sur la nature de leur relation, à chacun séparément? La bienveillance, je suppose, puisque tu te dis polyamoureux dans l'âme. Mais probablement autre chose aussi, s'ils ont nié, alors que tu es ouvert à l'idée...

Tu peux nous en dire plus?

#
Profil

Grigri

le vendredi 02 avril 2010 à 13h05

Clementine
Deuxièmement, dans quel sentiment étais-tu quand tu leur posais des questions sur la nature de leur relation, à chacun séparément ? La bienveillance, je suppose, puisque tu te dis polyamoureux dans l'âme. Mais probablement autre chose aussi, s'ils ont nié, alors que tu es ouvert à l'idée...

Tu peux nous en dire plus ?

Clémentine, pendant toutes ces années mon esprit a vécu une discordance terrible.

Deux factions s'affrontaient dans mon esprit:
- la raison suggèrant l'intimité de leur relation(je ne suis pas tombé de la dernière pluie)
- la foi dans leur honnêteté, l'idée à la fois romantique et idiote que mon amour, que mon ami ne trahiraient pas ma confiance.

En voulant savoir, en posant la question, mon but était de conclure ce conflit, de mettre un terme à ce désagrèable sentiment de discordance.

Lorsque j'ai su, je me suis senti mieux en tout cas par rapport à ce point précis.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 13h17

à Clémentine: certes, le fait d'avoir été surprise a été le déclencheur de "l'aveu" (difficile de nier dans ces conditions!"). Mais où je pense que la femme de gri-gri est en confiance, c'est parce qu'il dit "nous en avons longuement discuté. Très souvent, quand qqn est surpris avec un autre partenaire, il (ou elle) minimise, genre" "c'est la première fois, ça n'a aucune importance, c'est un coup d'un soir" (genre DSK). soit il ou elle refuse d'en parler longtemps "OK, OK, je t'ai trompé, mais je n'ai pas envie d'en parler, c'est mon affaire". Le dialogue noué, même s'il a été au départ un peu forcé par les circonstances, montre qu'il y a un lien fort entre les deux, et même les trois protagonistes.
D'accord avec toi: c'est à trois qu'il faut régler les choses.
à Gri-gri: et vous êtes parfaitement en droit de baliser, d'affirmer par exemple: "je ne veux plus de mensonges, si j'ai une nouvelle fois l'impression d'être dupé, ça remettra en cause notre relation." A l'expérience, j'ai découvert qu'il est important de poser des limites, et ses propres limites. On est cool, on est tolérant, mais on est fragile, aussi...

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 13h47

Grigri
Lorsque j'ai su, je me suis senti mieux en tout cas par rapport à ce point précis.

Donc je suppose que tu devais être au clair avec tes attentes, plus ou moins - mais eux pas, probablement... Ou alors qu'autre chose d'inconfortable te travaillait assez pour masquer le bénéfice de leur aveu?

Bref, j'en reviens à ma suggestion de vous poser à trois pour en causer, il y a tellement de non-dits en plus de ce que tu racontes, là-dessous. Et cela regarde aussi la sphère professionnelle, donc les enjeux sont assez énormes et conséquents... En plus, en causant, des choses inédites même pour soi-même peuvent surgir.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 avril 2010 à 14h09

La trahison est double : conjugale (pas amoureuse...) et amicale.
Ce mensonge a pris de la place, la fureur me semble une réponse temporairement complètement compréhensible. Et ne pas pouvoir parler avec ton ami peut créer une frustration, celle de ne pas "conclure" par tes actes cette histoire, celle d'être mis dans une situation d'impuissance. La fureur en est ravivée.

En parler à trois semble une excellente solution pour plusieurs raisons...

- C'est un acte fort, à l'échelle de l'histoire qui l'a précédé. Ca marque l'étape...
- Ca concrétise une situation qui, le reste de temps est imaginée, grossie dans l'intimité mentale de chacun d'entre vous. Entre six yeux, ça vous paraitra sans doute plus clair.
- Ca te pose comme partie prenante, pas comme juste victime
- Et ce sera plus clair pour ton ami aussi : il verra "par le fait" la valeur de l'entente avec ta femme, l'accord qu'il peut naître de là avec lui

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 02 avril 2010 à 15h16

Parler avec des menteurs, c'est comme se parler tout seul

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 02 avril 2010 à 15h23

Il me semble pour ma part que l'important est de savoir si la relation entre les deux protagonistes repose sur le vice de te tenir dans la souffrance, ou s'il s'agit seulement d'une insoutenable faiblesse de leur part ou encore d'une simple insensibilité vis à vis de toi. Dans tous les cas, le dialogue est inutile.

Il ne s'agit pas non plus de sévir, et pas non plus de fuir, mais juste d'accepter que tu as perdu tout ce temps, non seulement par manque de courage des autres, ou par vice des autres, ou par insensibilité des autres, mais .également et surtout parce que tu n'as pas assez fait confiance en ton intuition.

En fait, ton problème est déjà réglé. Ton intuition est bonne et tu peut t'appuyer dessus.

Il n'y a plus qu'eux qui aient des problèmes.

Vie ta vie, profite qu'ils soient là, et laisse les donc se démerder un peu tout seul, puisqu'ils sont si malins.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 avril 2010 à 15h30

o__O !

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 15h37

o__O !

Quelqu'un se parle tout seul, ici...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Grigri

le vendredi 02 avril 2010 à 15h52

Clémentine, le bénéfice de l'aveu est masqué par la colère lié au mensonge.

Clémentine, Siestacorta & Eric à propos de la discussion

Parler, laisser chacun exprimer son ressenti pour résoudre les problèmes fait partie intégrante de ma façon d'agir. Nous avons déjà discuté à trois. Nous avons discuté à 2 avec mon amour et avec mon ami.

J'ai un réel et sincère échange avec mon épouse.

Avec mon ami, c'est le néant. En fait de discussion, il s'agit d'un monologue de ma part, ce n'est pas que je ne le laisse pas parler, c'est surtout qu'il ne veut rien dire. Chaque question est suivi d'un grand blanc...

Il y a un blocage de sa part. J'ai le sentiment que ma manière d'agir est pour lui inconcevable. Il s'attendait peut-être que je hurle, que je lui défonce la gueule, que j'aille tout raconter à sa femme. A la place et un peu plus tard, je lui ai proposé de discuter de tout cela devant un verre de vin.
(Si vous êtes patient un jour de colère, vous échapperez à cent jours de chagrin... la pratique est difficile, il faut bien le reconnaître)

Est-il coincé par ses propres valeurs ? La paire monogamie/tromperie est-elle la seule option pour lui ?

Il prétend ne pas pouvoir exprimer ses sentiments. Peut-on à ce point manquer de mots ?

#
Profil

Grigri

le vendredi 02 avril 2010 à 16h02

ERIC_48
Il me semble pour ma part que l'important est de savoir si la relation entre les deux protagonistes repose sur le vice de te tenir dans la souffrance, ou s'il s'agit seulement d'une insoutenable faiblesse de leur part ou encore d'une simple insensibilité vis à vis de toi.

Non Eric, il ne s'agit pas de me maintenir dans la souffrance. Il s'agit de faiblesse, d'incapacité à surmonter le fait que "la société vous incite à penser que c'est très mal d'aimer au pluriel. "( comme a écrit Françoise)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 16h04

@Grigri

Bon... donc ça devient principalement son problème, alors. Je comprends que le fait qu'il se tienne hors d'atteinte te mette en colère, aussi.

Et, oui, on peut ne pas avoir accès à quelque chose en soi-même. Je viens seulement de recevoir ce que je demande depuis 8 mois, question dialogue avec quelqu'un qui m'est cher...

Ce qui est sûr, c'est que s'il ne veut pas parler, tu risques de t'épuiser à le lui faire faire.

En attendant, bosser pour toi, sur toi, et avec ta femme sur votre relation pour tenter de capter ce qui s'est passé, ça c'est à ta portée.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 avril 2010 à 16h21

Grigri

Il prétend ne pas pouvoir exprimer ses sentiments. Peut-on à ce point manquer de mots ?

Oui, hélas...
Je suis quelqu'un qui sait mal communiquer ses sentiments, et je verbalise beaucoup. C'est très différent...
ET je me retrouve souvent dans des situations d'incommunicabilité. Les mots manque à l'autre, à moi me manquet les gestes et les attitudes.
Ces moments blocants sont très irritants, parce qu'on a l'impression, intellectuellement, de pouvoir comprendre.

Enfin, malgré tout, j'insiste : tu as eu la bonne attitude, je crois, jusqu'ici. Et le tout, c'est d'écarter le risque que le mensonge renaisse de ses cendres.

Grigri

Avec mon ami, c'est le néant. En fait de discussion, il s'agit d'un monologue de ma part, ce n'est pas que je ne le laisse pas parler, c'est surtout qu'il ne veut rien dire. Chaque question est suivi d'un grand blanc...

Il y a un blocage de sa part. J'ai le sentiment que ma manière d'agir est pour lui inconcevable. Il s'attendait peut-être que je hurle, que je lui défonce la gueule, que j'aille tout raconter à sa femme. A la place et un peu plus tard, je lui ai proposé de discuter de tout cela devant un verre de vin.

2 éléments.

1) Il a une femme... ce qui participe sans doute à son silence. Il ment encore ailleurs, et il peut estimer que parler avec vous sans parler à sa femme, ce serait s'enferrer dans la mauvaise direction.
J'ai menti quelques temps, pas dans une situation amoureuse, mais dans une situation "importante" quand même. Et j'ai eu ce blocage de parler soit à tous, soit à personne.

2) Tu as déjà fait ce que tu pouvais... Tout ce que tu peux faire, c'est eiller à ce que la situation ne pourrisse pas, mais avec ce que tu dis, ta marge de manoeuvre active est réduite.
Donc, tu continuer de dialoguer avec ta femme, vous pouvez vous comprendre, continuer à faire des projets en connaissance de cause... Ca c'est plutôt positif. A ton ami... il n'y a que la possibilité de lui laisser la porte ouverte.

Peut-être (là, je ne fais que questionner) que tu peux "imposer" votre ouverture : ils continuent leur histoire, en gardant le dialogue avec ta femme tu peux controler tes éventuelles craintes à cet égard, et régulièrement, vous vous voyez tous les trois... ou quatre, en comptant sa femme. Sans imposer la conversation qui marche... Simplement son propre silence serait, avec le temps, de moins en moins tenable, c'est lui qui sera dans le paradoxe.

C'est un peu risqué, parce qu'il pourra peut-être exprimer par la colère (ça arrive parfois aux taiseux...), parce que le non-dit pourrait finir par en cacher un autre (ta femme n'osant pas te dire certaines choses qui arriveraient...)... Mais si votre confiance de couple rétablie, ça peut être ce qui vous rapprocherait d'une résolution, en laissant à ton ami le choix du moment d'expression, sans le laisser rêver à un "évadons nous ensemble" romantico-illusoire avec ta femme.

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 02 avril 2010 à 16h51

Il ne te parle pas parce qu'il veut t'éliminer.

Et toi tu veux lui parler, parce que tu veux imposer l'inégalité de la situation.

Tu es l'officiel, et lui l'amant. Il est accepté, alors que toi, tu es ancré.

Accepter de te parler, pour lui, c'est accepter que tu seras toujours là.

Et ça, je pense qu'il ne peut pas.

Je précise que toutes mes interprétations sont fausses puisqu'elles émanent de ma tête et non des interessés. Elles sont un mélange entre ce qui est écrit ici et mon vécu tournmenté.

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 02 avril 2010 à 17h15

Clementine
Je viens seulement de recevoir ce que je demande depuis 8 mois, question dialogue avec quelqu'un qui m'est cher...

Huit mois pour accoucher, je ne sais pas de quoi tu te plaint. C'est presque prématuré.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 avril 2010 à 17h29

grigri, ça fait bizarre de te lire...
ce que tu as vécu et ce que tu vis ressemble fort à ce que pourrait vivre mon conjoint si je ne prends pas une décision rapidement....

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion