Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment faire avancer les mentalités de notre société sur le polyamour ?

Social
#
Profil

Nounours

le mercredi 27 janvier 2010 à 16h44

Cette question a peut-être déjà été débattue sur un fil. Veuillez m'indiquer sous quel rubrique. Merci ! Je n'arrive pas à tous les lires !

Si ce n'est pas le cas alors à vos plumes, je pense que cette question doit être posée et nous permettre d'apporter des réponses favorables et durables pour notre épanouissement, car j'ai le sentiment en lisant certains commentaires, que beaucoup d'entre nous ont des difficultés à vivre une relation PA caché et incomprise par l'ensemble des personnes qui les entourent : Collègues, voisins, amis et particulièrement famille. Cette incompréhension provoque pour certain(e) des tensions entre les membres d'un groupe ? famille ? couple ?...comment dire ? Qui peut déjà répondre à cette question ?

C'est donc à nous de faire connaître et accepter notre relation PA comme étant non pas la norme mais simplement normal, qu'il n'y a rien de choquant ou déplacé de voir quelqu'un avec plusieurs partenaires simultanément ayant des relations sentimentales honnête, franche et assumé.

Remarque : J'ai délibérément mis ces mots au pluriel, car les sentiments comme les amours ne sont pas nécessairement uniques pour les PA !

Autre remarque : J'ai fait un rapide tour des dico 2010, mais où est donc la définition de POLYAMOUR ? Est-il possible par l'intermédiaire du site d'envoyer la définition aux éditeurs de dico ? C'est un début !

Ce site est un bon moyen de se faire connaître, d'informer et d'expliquer, mais je pense qu'il faut trouver les moyens d'avoir un rayonnement plus grand, car si nous restons à discuter entre nous, l'éternité ne nous suffira pas !
ATTENTION : Pouvons-nous prendre le risque d'être plus visible car dans ce cas nous devenons une cible pour ceux qui quoi qu'il arrive ne nous accepterons jamais ! Devise PA « Pour vivre heureux vivons cachés » ?, je ne pense pas !

Je m'arrête pour ne pas déjà vous ennuyer et préparer la suite avec d'autres idées à débattre à ce sujet.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

tentacara

le mercredi 27 janvier 2010 à 17h25

J'ai donné mon point de vue sur la question à diverses reprises, notamment là : /discussion/-gg-/Pourquoi-suis-je-si-susceptible-l...
Je ne suis pas sûre qu'il soit possible d'établir une "stratégie collective", chacun ayant déjà beaucoup à faire avec son propre entourage. Beaucoup ici ont eu à faire face à des réactions très négatives, je ne peux que comprendre leur prudence. Mais comme toi, je pense qu'une plus large visibilité est le meilleur moyen de faire entrer le polyamour dans le champ théorique des possibles, voire d'une certaine "norme".
Des personnes comme Guilain et moi (entre autres) tentons de présenter publiquement un discours aussi dépassionné et serein que possible. Guilain a l'avantage d'être une sorte de figure de proue de ce forum et par extension du mouvement poly en France. Je ne parle qu'en mon nom personnel, n'étant en rien une théoricienne.
Plusieurs médias manifestent leur intérêt pour le sujet. Outre les demandes publiées sur ce site, plusieurs de mes collègues journalistes sont très intéressés par le sujet.
Si tu es prêt à t'impliquer, n'hésite pas à m'envoyer un mp, plus nombreux nous serons à témoigner, mieux ce sera!

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

lam

le mercredi 27 janvier 2010 à 17h29

Avec espoir, joie de vivre et persévérance je dirais!

On ne considère plus l'homosexualité comme un comportement sexuel atypique depuis une période relativement récente (dans certains pays occidentaux seuleument...), mais combien sont morts et meurent encore aujourd'hui pour cela?
Pour la communauté LGBT les luttes sont loin d'être terminées et on entend encore aujourd'hui des 'spécialistes' assimiler la transsexualité à une paraphilie (où on classe d'ailleurs le bondage et le travestisme... entre autres).
Par contre l'existence même de ces luttes et revendications sur la place publique me parait être un atout pour les éventuelles luttes/revendications à venir des polys. Et si ce n'était pas un hasard d'ailleurs que l'on parle et publie de plus en plus sur le sujet depuis les années 1990... (internet + ouverture d'esprit grandissante?)
Je crois que les polys sont méconnus du reste de la société, et que la morale bien pensante n'hésitera pas à les classer dans cette fameuse catégorie de 'comportement sexuels atypiques' (à laquelle je crois d'ailleurs que tout le monde appartient de fait...) quand le coming out sera plus visible socialement parlant.
Alors se montrer n'est à mon avis que le début... et la suite sera forcément progressive.

Comment faire? je crois que c'est comme pour changer de société (ou sauver la planète comme on dit), si on commence pas chacun individuellement, il ne se passera rien! Je ne prône pas le coming out agressif et revendicateur mais je crois à la force du colibri, si chacun amène sa petite part, tout le monde avance.

#
Profil

Romy

le mercredi 27 janvier 2010 à 17h38

Bon, pas vraiment de lien avec ce fil, mais cette chanson, ce texte de Richard Desjardins est trop sublime pour que je me retienne de le partager avec ceux qui ne la connaissent pas encore.

Lomer, par Richard Desjardins

Carcassonne, automne 1460.

Adieu mon frère, adieu ma sœur
demain à l'aube les pieds nus,
j'irai dans les vastes noirceurs
d'où personne n'est revenu.

Adieu la Terre, tant si bonne,
qui tant d'eau froide m'a fait boire.
Adieu Humains, qu'on me pardonne
si je ne laisse que mon histoire.

En l'an quarantième de mon âge,
hors d'enfance et franc de dettes,
pourvu de sens, du moins le crois-je,
nul méfait que je regrette.

Qui meurt a ses lois de tout dire.
Écoutez bien, honnêtes gens,
car on m'a jugé à mourir.
Je me tais et je commence.

Quand vint la vie dedans mes chairs
mes mains tendaient vers la chaleur.
" Profites-en ", disait ma mère,
" pour un plaisir, mille douleurs. "

Et vint le temps de travailler,
lever moissons à bout de bras,
dans bonnes soupes s'y noyer,
la joie d'aider qui t'aidera.

Et vinrent les amoureuses lisses,
fortes fillettes offrant tétins
et vint la nuit que je me glisse
dans leurs cavernes de satin.

Qui donc refuse de jouir
des joies du monde quand sincère,
quand transglouti de plaisir,
comme la mer. Comme en Lomer.

Et vint Lomer. Pur étranger
clamant nouvelles des équateurs :
" Le temps est venu de changer,
pour mille plaisirs, nulle douleur. "

Il m'instruisit que Terre est ronde
comme on le croit en Portugal,
que puissance et beauté des nombres
feront se rompre les étoiles.

Je suis de caravane humaine,
cueillant le fruit où il se trouve,
j'ai traversé le pont qui mène
de l'amitié jusqu'à l'amour.

J'ai consenti. Oui, j'ai enfreint
les lois du Deutéronome
et celles de Saint-Augustin.
Je fus allé aimer un homme.

Cette matière à tous n'a plus,
trognons de chou et pets de diable,
qui pour le bien torturent et tuent,
ces mêmes qui furent des croisades.

Alors qu'un jour dans le verger
nous nous aimions sous les olives,
ils sont venus nous asperger
de haines lourdes et de chaux vive.

Sans cesse ils ont roué Lomer.
Sans force, substance ou liqueur,
il est tombé sous jets de pierre,
son fiel se crevant sur son cœur.

Ils m'ont traîné sous les regards
de tous les fols de Carcassonne,
devant des juges en lambeaux noirs
qui n'ont jamais aimé personne.

A l'entendeur voici ma voix :
je dis que je suis comme l'eau
que jamais nul n'escrasera
car toute bête garde sa peau.

L'encre se gèle, tombe le froid.
Mon sang dans ses veines roidit.
Qu'on sonne à branle le beffroi,
que s'ouvre à moi le paradis.

Pendant que mes juges faillis
iront bouillir dans les enfers,
dans les courtines de Marie,
je m'en irai aimer Lomer.

Adieu la Terre, tant si bonne,
qui tant d'eau froide m'a fait boire.
Adieu Humains, qu'on me pardonne
si je ne laisse que mon histoire.

#
Profil

Nounours

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h14

J'ai déjà eu le plaisir et intérêt de te lire Tentacara et comme tu dis, je constate ton engagement comme celui de Guilain (+) , mais si l'on peut tous apporter des idées ou des petits cailloux à nos figures de proue pour bâtir une tribune la plus imposante possible pour vous et nous permettre d'être entendu et compris, c'est aussi pour cela de j'ai ouvert ce fil.

Je suis entièrement d'accord avec toi Iammm, on ne peut pas provoquer ou donner le sentiment d'agresser les non PA pour ne pas en faire des anti-PA.

L'idée serait de trouver le moyen de faire venir les non PA vers nous, sans aller à leurs rencontres trop directement, trouver un centre d'intérêt commun entre les PA et les autres pour les attirer sans qu'ils aient le sentiment d'y être invité malgré eu (Ex: Pub intéressante mais forcé=rejet :-( ) Notion subtile et délicate.

Je reviens sur la 1er idée de transmettre la définition du PA avec un petit complément: POLYAMOUR: Nom commun, masculin. Relations sentimentales de même intensité, honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément.

Alors?

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h20

Pas convaincue et dubitative je suis, ça fait déclaration d'intention, un peu; pas possible d'aimer deux enfants ou deux amis avec la même intensité, on a forcément plus d'atomes crochus avec un des deux (et on laisse les vrais jumeaux au vestiaire, hein, ça compte pas, c'est la même personne).

Donc deux personnes... même si c'est des vrais jumeaux... tu vois ce que je veux dire, Nounours?

#
Profil

Nounours

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h32

Alors comment exprimer dans la définition du PA que l'on aime ou que l'on a des sentiments sans donner une valeur différente entre chacun? J'espère que tu n'a pas plus d'amour pour un enfant que l'autre ? Le pauvre !

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h51

Espère, espère :-) ! Un amour différent, la tendresse et la complicité ne s'ancrent pas de la même manière, c'est selon ce qu'on a vécu avec...

Mais de toute façon, il y a des polyamoureux qui hiérarchisent leurs relations et d'autres pas. Et là il s'agit de priorités, plutôt que de valeur qu'on accorde. Ce sont des polyamoureux quand même...

[Et à part ça, avoir plus d'amour pour un être que pour un autre, en quoi est-ce mal? C'est bizarre qu'on puisse le concevoir en pensant à son voisin de droite, qu'on aime bien, et son voisin d'en face, qui nous est indifférent; mais pas avec ses enfants... Pourquoi? Comme polyamoureux, on est pas à un "politiquement incorrect" près.
Je réfléchis beaucoup à ce qu'on appelle l'amour maternel ces jours-ci, et je rejoins Badinter quand elle dit que ça n'existe pas en soi, c'est un attachement qui se bâtit, avec des facteurs d'influence multiples.]

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Tchu

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h53

On discutait polytrucmuche avec ma mère pendant les dernières vacances.

Je lui sors la désormais célèbre comparaison avec l'amour d'une mère pour ses enfants.

Elle nuance en m'expliquant que oui, objectivement, elle nous aime pareil, mon frère et moi. Lorsqu'il est né, son amour maternel ne s'est pas divisé, mais multiplié.

Mais en pratique, selon elle, c'est très différent. Elle a d'avantage de moments de complicité avec moi qu'avec mon frère et ça a forgé une relation entre nous plus profonde, plus complète, plus empreinte de respect mutuel.

Pour simplifier, elle se sent moins proche de mon frère, que de moi.

Et si on rétablit la métaphore dans les faits polyamoureux... c'est tout à fait possible et envisageable sans pour autant donner une valeur supérieure à l'un ou à l'autre partenaire.

Et concernant le militantisme, je rejoins les propos de lammm.

#
Profil

Nounours

le mercredi 27 janvier 2010 à 20h10

Je parle uniquement d'amour ou sentiments amoureux dans la définition du PA et je suis d'accord avec vous que l'on ait plus d'atomes crochus ou se sentir plus proche de l'un ou de l'autre ! Comme tu le dis Tchu ta mère vous aime pareil, il y a heureusement une différence entre toi et ton frère ce qui fait quel est plus proche de toi, mais pas plus aimante !

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 27 janvier 2010 à 20h18

C'est marrant tout ça, en quoi serait-ce inacceptable que ma mère aime plus ma sœur que moi ? (ou l'inverse).

On est ici sur un forum qui affirme qu'on peut aimer pluriel mais il faudrait aimer tout le monde autant ? mdr. On combat un modèle dominant mais on se complait dans un autre.

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 20h35

Nounours
Je parle uniquement d'amour ou sentiments amoureux dans la définition du PA et je suis d'accord avec vous que l'on ait plus d'atomes crochus ou se sentir plus proche de l'un ou de l'autre ! Comme tu le dis Tchu ta mère vous aime pareil, il y a heureusement une différence entre toi et ton frère ce qui fait quel est plus proche de toi, mais pas plus aimante !

Mais la définition ne parle pas de la manière d'aimer. Et on a déjà moult fois utilisé ici la comparaison avec d'autres types d'attachement pour affiner notre pensée; et il n'est nulle part fait mention non plus de plus ou moins aimer, juste d'aimer pour des raisons différentes.

Je ne comprends pas ce qui te heurte là-dedans, Nounours.

#
Profil

Nounours

le mercredi 27 janvier 2010 à 20h35

Ok, je suis pour le consensus (+) , oublions et restons sur la définition 1er. Maintenant revenons sur les idées pour faire avancer les mentalités si vous le voulez bien !
Je vous aime tous pas pareil ! :-D

#
Profil

Jena

le jeudi 28 janvier 2010 à 00h47

Sans compter ceux qui définissent leurs relations en primaire, secondaire, etc...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 28 janvier 2010 à 02h10

Le tertiaire est toujours en pleine croissance.
Hein ?
Bon.
Je vois
=>

#

(compte clôturé)

le jeudi 28 janvier 2010 à 10h43

Nounours, c'est vrai, on en a déjà parlé sur bien des fils, de comment faire avancer les mentalités.

Plus que de se mettre sur panneau mondial, genre "Le polyamour, ce n'est pas saaaaale" - aucune dérision là-dedans, hein... c'est juste que je crois qu'un message passé avec humour passe toujours mieux, référence aux personnages de Toub et Refoul (de Caunes et Garcia) - ...

... bref, je crois plus à un engagement de proximité, pour ceux qui se la sentent. C'est très frappant d'entendre dire par quelqu'un qu'on côtoie, et/ou apprécie depuis un moment, qu'il est gay, trans, poly ou je ne sais quoi: comment, depuis le temps, tu étais comme ça et je me suis senti OK en ta compagnie? Surprise, surprise.

Bisou, bisou.

#
Profil

Nounours

le jeudi 28 janvier 2010 à 13h14

Je rebondis sur l'article évoqué par Iammm de la reconnaissance des minorités LGBT et vous pose la question suivante: Pourquoi les lesbiennes sont un peu mieux acceptées ou plus visible dans notre société que les gay, y-a-t-il une idée à suivre? Banalisation par quel moyen?

Clementine tu parles d'une communication entre des gens ouverts, mais faut pas être naïf, de nos jours ce n'est généralement pas le cas ou c'est une ouverture de facade!

Vos idées..., soyez pas timide, même les plus simples, plus il y en a et plus on a des chances d'en avoir des bonnes! C'est pour vous et vos libertés PA et celle de vos enfants d'être accepté!

#

(compte clôturé)

le jeudi 28 janvier 2010 à 14h06

Nounours
Je rebondis sur l'article évoqué par Iammm de la reconnaissance des minorités LGBT et vous pose la question suivante: Pourquoi les lesbiennes sont un peu mieux acceptées ou plus visible dans notre société que les gay, y-a-t-il une idée à suivre? Banalisation par quel moyen?

Clementine tu parles d'une communication entre des gens ouverts, mais faut pas être naïf, de nos jours ce n'est généralement pas le cas ou c'est une ouverture de facade!

Pour les lesbiennes... ben c'est pas très glorieux comme idée, mais de bonnes potes gay à moi m'ont dit que c'est super-érotique comme support à l'imagination, deux femmes ensemble; c'est souvent perçu comme un appel à ce qu'un homme vienne en profiter, comme s'il leur manquait de quoi s'amuser vraiment. En plus, l'autre idée qui va avec un couple de femmes, toujours en imagination, c'est que c'est doux, sensuel, etc.

Tandis que l'image d'un couple d'hommes, c'est atteinte à l'honneur du genre, quelque part. Et une violence faite à une partie de l'anatomie réputée sale, en plus.

Utiliser ce ressort... je ne vois guère que la dérision, comme "Mais oui je saute sur tout ce qui bouge, pourquoi parlez-vous encore avec moi, je ne réponds plus de mes actes"

[Nounours, je ne parle pas de gens ouverts, forcément, mais d'une confiance mutuelle qui s'est installée, et sur laquelle on peut tabler qu'elle ne va pas s'écrouler comme ça... et de toute façon , les gens fermés, tu ne peux pas les forcer à s'ouvrir; et aussi, il y a des gens qui se choquent d'abord, se ferment, puis assouplissent leur point de vue.
L'humanité n'est pas divisée entre cons fermés et intelligents ouverts. ]

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 28 janvier 2010 à 14h48

Cela dit, nounours, tu n'as pas tort, sur l'ouverture de façade.
D'ailleurs, moi, je suis ouvert en façade, mais c'est complètement un trompe l'œil.

#

(compte clôturé)

le jeudi 28 janvier 2010 à 15h58

Faire « avancer les mentalités de la société » ? Mouais. La version courte de ma réponse pourrait être celle-ci : prout prout.

Mais je peux aussi faire une réponse plus longue, si vous voulez.

Fondamentalement, je n'ai pas envie de changer « la société » (« elle a que des problèmes »). Je prends à mon compte la citation d'Isaac Asimov que j'ai déjà envoyée sur le fil dédié :

Isaac Asimov
Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et […] cherchent à réformer ladite société parce qu'ils sont incapables de se réformer eux-mêmes.

Il y a donc déjà ça, et le fait que que je perçois déjà la tentative «  de faire avancer les mentalités » comme une atteinte au libre arbitre.

Ainsi, je préfère m'attaquer d'abord, de manière essentiellement autonome (et pas hétéronome, donc, comme ce serait le cas avec une «  évolution de la société »), à me «  transformer » moi-même pour vivre mieux et sans déranger mon entourage. Et… oui, pour moi cette mutation passe entre autres par les amours pluriels.

Le choix de cette voie me permettant d'être bien dans ma peau, les rares critiques que j'ai entendues à ce sujet m'ont tout simplement glissée dessus sans le moindre effet. J'ai toujours pu répondre sans difficulté avec un haussement d'épaule et un «  et alors ? Je suis heureux comme ça, et je ne fais de mal à personne ».

Je dis ceci en tant qu'animateur : pour moi, la pédagogie de l'exemple est la première et la plus importante à appliquer, avec l'éthique de réciprocité. Si ce que je suis et ce que je fais me permettent d'atteindre une certaine harmonie avec moi-même et avec mon entourage, je serais alors difficilement attaquable mais en plus il y a de fortes chances pour que je rende attractif mes manières d'être.

Et le prosélytisme, en plus d'être – pour moi – une certaine atteinte au libre arbitre, est parfois à double tranchant. Je pense par exemple à certaines occupations d'église par des gays. Celles-ci ont surtout eu pour effet de faire se sentir agressé une certaine frange de catholiques, qui ont consciencieusement profité de ce prétexte pour se lancer eux aussi… dans le militantisme anti-gays. Je suis d'autant plus sérieux que je connais justement un type qui a monté un site pas mal fréquenté à la suite d'une action de ce genre.

Bon, et pour faire un peu le genre rabat-joie, je suis très loin d'être certain qu'internet aide à l'ouverture des esprits. Au contraire, même, étant donné qu'il devient très facile de ne plus «  traîner » que dans des communautés qui ont a priori plus ou moins les mêmes idées que soi, ce qui permet surtout de passer son temps à se masturber ses idéaux et ses manières de vivre, sans trop risquer d'être remis en cause. Ben oui : ceux qui ne pensent pas comme toi sont presque tous ailleurs en train de se toucher une autre nouille entre eux.

Par contre ce phénomène de longue traîne peut quand-même avoir deux effets positifs :
1. Permettre aux membres d'une minorité de ne pas se sentir trop isolés ce qui, pour une grande partie des gens est aussi une manière d'être bien dans sa peau (c'est le pendant positif de ce gros inconvénient dont je parlais juste au dessus).
2. Permettre de capitaliser les savoirs et de théoriser des connaissances, afin de profiter plus facilement des expériences des autres et, pour en revenir à mon point de départ, accroître ainsi ses chances d'avoir un mode de vie harmonieux et donc exemplaire.

En résumé (autre que «  prout prout ») : fais ta vie au mieux, et si ça fonctionne « la société » finira par l'accepter par effet tache d'huile. Ce site est déjà un bon gros début de tache d'huile, d'ailleurs. :P

Je ne sais pas si j'ai été très clair dans ce message que je ne prévoyais pas aussi long, mais s'il y a besoin de précisions ou de rectifications je suis toujours là, hein… ^^

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion