Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Est-ce une atteinte à ma liberté ou une concession?

Jalousie
#

(compte clôturé)

le mardi 13 octobre 2009 à 14h37

Bonjour,

Après avoir, il y a une quinzaine de jours environ, découvert que NON, je n'étais pas une extraterrestre ou pire...une névrosée des relations amoureuses, grâce à ce site et au livre de Mme Simpère, j'ai décidé de repartir à la conquète de mon ex-compagnon, que j'aimais toujours et avec qui j'entretenais une relation cahotique depuis quatre ans.
Evidemment...ce fût loin d'être une partie de plaisir (et c'est toujours en cours de réflexion, dirons nous). Cependant, au fil des jours et des conversations, je le sentais plus attentif et ouvert à ce dialogue. Au point où j'ai réellement su, qu'avec un peu de temps, nous arriverions à nous retrouver.

Ca, c'était avant que le sujet de mon ex-mari ne soit abordé. Cela fait au moins 6 ans que nous nous sommes séparés, mais je continue de l'aimer et nous entretenons essentiellement une relation intellectuelle. Toutefois, nous n'arrivons jamais à garder cette proximité sans de temps à autre avoir une relation sexuelle, certes platonique, mais qui crée cette intimité impossible autrement.

Mon compagnon sait que je lui ai été infidèle avec mon ex-mari. Alors qu'il s'apprétait à accepter d'expérimenter une relation ouverte, il a effectué un total revirement lorsqu'il a compris que je comptais avoir des relations intimes avec mon ex-époux.

Je comprends sa douleur, qui est plus liée à la trahison et aux mensonges qu'à l'acte sexuel. Toutefois, en me demandant de ne pas entretenir cette relation avec mon ex-mari, j'ai la sensation que c'est à l'opposer de ce pourquoi j'essaye de me battre, à savoir, avoir la possibilité, outre des relations sexuelles, pouvoir entretenir des relations amoureuses avec une autre personne.
Au final, c'est bien de cela dont il s'agit, seulement s'il est près à accepter cela pour tout autre "nouvelle" personne par qui il n'a pas été bléssé, il se refuse à "jouer avec les cicatrices de notre passé", selon ces mots.

Je comprends parfaitement cela, et je tiens réellement à lui, mais je me demande si cela est une concession ou une atteinte à ce que j'essaye finalement de mettre en place?

S.

#

(compte clôturé)

le mardi 13 octobre 2009 à 15h17

J'adore: "relation sexuelle platonique", j'adore!!! (+)

Sinon... ni concession, ni atteinte... mais espace de dialogue où pas mal de choses autres peuvent être abordées, exprimées... jouer avec les cicatrices, ça par exemple, ça me semble une belle perche tendue pour reparler de choses que vous n'auriez pas réglées? Et tenter de faire cadrer l'idée PA avec la résonance que ça aurait sur votre trio?

Ce n'est plus le modèle, mais les personnes et les enjeux particuliers de la situation qui sont en cause.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 13 octobre 2009 à 15h30

Dans l'absolu, que ce soit ton ex-mari ou ton nouveau voisin, ça ne devrait pas changer ta situation.
Mais ça dépend qui la vit avec toi...

Pour ton compagnon, ton ex-mari a sans doute un rôle particulier. Il devait savoir que tu le fréquentais encore, et c'est peut-être de se savoir trompé avant d'avoir abordé une relation poly, donc que l'acte ait eu lieu avant l'honnêteté qui en change le sens pour lui. Il peut interpréter autrement, comprendre que ta démarche affective dépend de ta relation avec ton mari, alors que c'est, apparemment, le contraire.

Et, on le dit parfois ici, être poly c'est pas ne ressentir aucune jalousie. C'est plus être capable de faire avec... Donc que ton compagnon se braque sur un amant, c'est pas non plus anormal. Il faut savoir creuser le pourquoi de cette difficulté, sur quel doute. Ou savoir tracer les limites de votre transparence à vous.

Il n'a pas de concession à faire, mais une bonne entente à trouver. C'est peut-être plus dur, pour lui comme pour toi...

#

(compte clôturé)

le mercredi 14 octobre 2009 à 20h04

Le débat qui s'effectue dans ma petite tête est celui-ci:
Si je respect le désir de mon compagnon, (car c'est déjà une grande confiance et preuve d'amour qu'il m'accorde là, en essayant de comprendre et d'accepter un état d'esprit -et de corps- qui n'est, à la base, pas le sien) est ce que je ne remets pas justement en cause, ce sur quoi j'essaye de travailler? Car effectivement, mon ex-mari (qui est également le père de notre fils) ou le voisin de palier, dans les faits...quelles différences?
Mais si je respect mon envie, à savoir, continuer d'entretenir cette relation, totalement inqualifiable, avec mon ex mari, mais de façon secrète, n'est ce pas, en plus de trahir la confiance de mon compagnon, trahir le concept même de transparence du Polyamour?
Où commence et où s'arrête la liberté individuelle? Par indépendance de corps et d'esprit, devont renoncer à faire des concessions? Ou cela est il renoncé à se battre pour une idée, à laquelle je crois dur comme fer, même si, choisir de devenir polyamoureuse est certainement la plus dure des décisions que je n'ai jamais eu à prendre...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 14 octobre 2009 à 22h26

Un problème de trois personnes se règle.. à trois personnes. Ou alors c'est que tu préfères te torturer les méninges seule, car là, à y réfléchir sans puiser dans le concret, tu prends à ta charge un débat philosophique qui dure depuis l'Antiquité et qui perdurera encore bieeeeeeen longtemps.

#

(compte clôturé)

le mercredi 14 octobre 2009 à 22h31

Clémentine...j'aime le recul avec lequel tu prends les choses ^^
Mais là j'imagine vraiment mal...mais alors très mal nous mettre tous les trois dans la même pièce, sans devoir repeindre les murs par la suite. Après, pour ce qui est de discuter avec chacun des protagonistes..on va dire que c'est uniquement avec mon compagnon que cela "bloque".

#
Profil

Guilledouce

le mercredi 14 octobre 2009 à 23h07

la question à débattre peut-être avec ton compagnon, c'est comment il peut concrètement faire un pas vers ton besoin et comment toi tu peux faire un pas vers le sien... et vous continuez comme ça à tour de rôle, c'est épatant comme on avance bien avec ce système ;-) Hé oui, les compromis, c'est comme l'amour, ça se partage!!

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 octobre 2009 à 07h39

simplity
Clémentine...j'aime le recul avec lequel tu prends les choses ^^

Mais là j'imagine vraiment mal...mais alors très mal nous mettre tous les trois dans la même pièce, sans devoir repeindre les murs par la suite. Après, pour ce qui est de discuter avec chacun des protagonistes..on va dire que c'est uniquement avec mon compagnon que cela "bloque".

Et pourtant... je ne vois pas d'autre solution. Et en effet, les murs, ça se repeint. Comment veux-tu faire l'économie d'un moment comme celui-là?

C'est ton compagnon qui porte le symptôme, ce qui ne veut pas dire qu'il est le seul à devoir se "débloquer"... Un symptôme n'est qu'un symptôme, c'est ce qu'il manifeste en-dessous qui est le vrai problème. Et les cautères sur jambe de bois, comme rester seule pour réfléchir sur "je fais une concession / c'est une atteinte", ce n'est que pyrogravure... très beau, mais pas directement utile.

Dans un cas comme celui-là, je choisis la médiation, l'intervention d'une personne extérieure, neutre... Ca coûte aussi cher, mais pas plus, que de la dispersion et la main d'œuvre! Et c'est efficient... Et les responsabilités sont renvoyées à chacun à part égale, car elles sont toujours partagées.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Junon

le jeudi 15 octobre 2009 à 13h31

Entièrement d'accord avec Clémentine (décidément).
Ce genre de décisions se prend à trois puisque trois personnes sont concernées.
Ton témoignage fait écho avec beaucoup de choses peu plaisantes avec lesquelles je me débats en ce moment: puis-je envisager une relation amoureuse avec une personne que mon premier amoureux n'apprécie pas/jalouse? Mais si je cède, est-ce que je me trahis? Etc et ad libitum.
Cependant, même si a priori, il te paraît difficile d'imaginer pareille discussion, le PA c'est aussi mettre en avant ses capacités d'imagination qui se révèlent souvent plus vastes qu'on ne le pensait...

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 octobre 2009 à 14h07

Claro! Du moment que tu ouvres la boîte des possibles, elle est sans fonds.

Et même si on la croit vide, c'est comme celle de Pandore: y'a toujours l'Espoir au fond.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 15 octobre 2009 à 14h35

Oui.
Et puis, une entente entre les amants, c'est l'occasion de leur prouver que chacun compte... Sinon pourquoi se faire ch... à les faire se rencontrer.
Tu leur demande pas de s'aimer, même pas de se connaître, juste de reconnaître la situation. Et, pour chacun, ça peut aider à rendre ça concret, clair dans dans sa tête. Pour toi itou : le fait que tu n'envisages pas la possibilité, c'est aussi "ton" mur, ta séparation. Que ça vienne de ton compagnon n'entraîne pas automatiquement cette réaction de ta part.

Cela dit, pour reprendre Junon, tu n'es pas obligée d'arriver à un truc aussi radical. Disons, à mon sens, qu'y réfléchir et que savoir que ce regard existe, qu'il y a une pratique, ça peut sûrement te permettre de ne pas rester le nez collé sur ton ressenti.

#
Profil

Paul-Eaglott

le jeudi 15 octobre 2009 à 15h00

Je ne serais pas aussi catégorique que Clémentine, chère Simplity.
Entre polyamoureux déjà convaincus et aguerris, une rencontre à trois est peut-être la meilleure solution, mais en l'occurrence, ton ex-compagnon n'est pas demandeur d'une telle rencontre, et il ne s'agit pas de la lui imposer.
Dans ces conditions, ça pourrait davantage le crisper et le bloquer. (J'ai traversé une situation semblable, ou -- même si nous étions apriori tous d'accord -- la rencontre à 3 a été désastreuse.)
Donc, au risque de contredire les amis qui t'ont répondu ci-dessus, il me semble qu'un dialogue serait une assez bonne solution pour commencer : un dialogue visant à détricoter ce qui provoque un sentiment douloureux chez ton ex-compagnon à l'idée de contacts entre toi et ton ex-mari. A essayer de comprendre à quelle peur, à quelle insécurité profonde le renvoie cette idée, à essayer de voir ce qui peut être fait pour que tes rencontres avec ton ex-mari ne se transforment pas en souffrance pour ton ex-compagnon, en sollicitant aussi sa bonne volonté à lui, son désir d'accéder à cette tranquillité d'esprit vis-à-vis de tes désirs et amours en-dehors de lui.
Mais dans la mesure où l'idée de te savoir avec un autre ne lui est pas insupportable, le "plus dur" est fait, et l'étape visant à inclure ton ex-mari dans le champ des possibles ne devrait pas être infranchissable...
Mais bon, c'est du boulot ! :-)
Bonne chance, en tout cas...

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 octobre 2009 à 15h36

Il ne s'agit pas d'être aguerris ou PA, mais de résoudre un conflit, simplement. Ce qui survient dans beaucoup de cas pour des monogames, et débutants dans la relation à deux.

Je dis rencontre à trois avec médiation, ne pas confondre; juste pour éviter que ça dégénère, c'est extrêmement précieux - j'ai testé pour vous!

Le dialogue, oui bien sûr, mais apparememnt il se bloque, le dialogue... alors pour le décoincer, quelqu'un qui regarde par la bande, ça marche mieux. Sinon, on tourne en rond avec toujours les mêmes arguments.

On ne peut pas vouloir pour les autres que ça se passe bien ou mieux, on peut juste le souhaiter, et déjà sur soi, on n'a pas prise, alors... Le "nyaka", ça ne suffit pas.

Ah si l'or coulait du lavabo... ben non, ça marche pas!

#
Profil

amorgen

le vendredi 16 octobre 2009 à 10h09

Il faut aussi envisager le cas où dialogue avec ou sans médiations ne mènent à rien, et en ce cas c'est à toi de prendre une décision vis à vis de ton choix de vie.
Désolé de mettre une touche un peu moins positive, mais si on est parfaitement clair avec son propre positionnement sur la question, qu'on a déjà fait des tentatives de dialogue, il faut être réaliste.
Il est parfois plus facile de faire le deuil d'un amour que de convaincre un récalcitrant.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 11h16

Ben oui, et je suis d'accord (héééé mais... la deuxième fois en deux jours??? dis donc... gloups :-) ).

Au moins, on aurait essayé la médiation, en effet...

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 14h01

La médiation m'aurait semblé une excellente idée si elle ne serait pas rejettée par ces deux hommes. Je n'ai pas besoin de leurs poser la questions pour connaître leurs réponses. L'un mon ex-mari, qui conçoit parfaitement ce genre de relation, n'y verra donc pas d'intêret (personnel) et qui plus est, il a un sérieux problème relationnel (il est totalement incapable d'exprimer le moindre sentiment, d'où notre divorce et une relation plus intellectuelle qu'autre chose aujourd'hui...) l'autre, mon compagnon, n'exprime ces sentiments qu'à une seule personne (en l'occurence moi...c'est déjà ça!) et se refusera net d'étaler à un médiateur (inconnu) tout un pan de sa vie, surtout si en plus il doit parler de sentiments.

Là où je suis d'accord avec Paul-Eaglott c'est qu'en mettant mon ex-mari et mon compagnon dans la même pièce, se dernier va définitivement ce braque, se fermer et finalement renoncer à toute forme de communication. De toute façon soyons clair, si je ne l'anésthésie pas au préalable il n'y a AUCUNE chance que cela puisse arriver...en tout cas au début de cette relation Polyamoureuse, si tant est qu'un jour elle se développe avec lui...

Ce qui me fait rebondir sur ce que dit Amorgen...je suis totalement d'accord toi et parfaitement consciente que cela pourait être la solution finale...
Mais cela fait presque dix ans que je me bats avec ma personnalité, que j'ai longtemps cru anormale et amorale...Je ne suis pas encore prête à rendre les armes. Ce n'est pas maintenant que je sais ce que je suis que je vais biaiser. Hors de question. Si je le faisais avant, c'est probablement parce que je me sentais différente et qu'il est bon d'avoir l'impression de rentrer dans le moule. Maintenant que je sais qu'il y'en existe plusieurs des moules, c'est aujourd'hui que je ne me respecterais plus en fermant sciemmement les yeux sur ce que je suis. Quand à mon compagnon, je vais me battre également, tant qu'il ne m'aura pas clairement fait comprendre que tout espoir est mort et que DEFINITIVEMENT il refuse de continuer ainsi, j'essayerais encore et toujours de le convaincre....mais au final, de me faire comprendre, puisqu'il est surtout question de cela.

Après, j'analyse aussi mon comportement et m'aperçois que certaines choses pourraient pleinement m'être imputées: Il est venu me voir cette semaine et dès lors que la question de mon ex-mari était abordée, j'étais très frontale, voir agressive. Je pense que je suis déçue et blessée de devoir encore me battre pour assumer ce qui est pour moi fut une revelation, à savoir, être Polyamoureuse et que le choix qu'il me demande de faire me procure surtout la sensation d'être à moitié libre ou d'avoir un chaîne plus longue qu'elle ne l'était certes, mais une chaîne tout de même. Je ne veux pas vivre avec la sensation d'être "à moitié" acceptée...

S.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 14h24

Bonne chance alors!

#
Profil

amorgen

le vendredi 16 octobre 2009 à 14h43

simplity
Je ne veux pas vivre avec la sensation d'être "à moitié" acceptée...

Oooh comme je te comprends.
Beaucoup confondent concessions et trahison de soi même, ce n'est pas être implacable ou intolérant que de ne pas vouloir transiger avec ce qu'on est.

clémentine
héééé mais... la deuxième fois en deux jours??? dis donc... gloups

Oulaaaaa faut qu'on fasse gaffe ! les gens vont croire qu'on s'apprécie à force !

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 octobre 2009 à 14h50

Je fais confiance au destin: on va bien trouver quelque chose sur quoi s'engueuler... je suis du genre à croire que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ;-)

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 octobre 2009 à 18h11

simplity

Après, j'analyse aussi mon comportement et m'aperçois que certaines choses pourraient pleinement m'être imputées: Il est venu me voir cette semaine et dès lors que la question de mon ex-mari était abordée, j'étais très frontale, voir agressive. Je pense que je suis déçue et blessée de devoir encore me battre pour assumer ce qui est pour moi fut une revelation, à savoir, être Polyamoureuse (...)

S.

C'est au moins un aspect sur lequel tu as du contrôle. Gagner de la sérénité sur ta propre approche de tout ça en apportera dans le travail que tu fais avec tes deux amours. Ils écouteront mieux la voix de quelqu'un qui va bien. Comme ton compagnon t'a écouté et sans doute apprécié la lumière que t'apportait ta prise de conscience.

Par contre, tu choisis de vivre un type de relation où la communication affective est privilégiée avec deux hommes qui ne semblent pas du tout doués pour ça. Il faut espérer que les sentiments qu'ils te portent peuvent être plus forts que leurs blocages. Et, souvent, on a raison d'espérer quelque chose des gens avec qui on s'aime...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion